logo unadfi

Une organisation pyramidale

<  Retour | Imprimer 

 EDITORIAL 

Il s’agit d’une structure très hiérarchisée, destinée à maintenir l’unité de l’organisation et permettant une surveillance étroite à tous les échelons.
- La direction mondiale : Le Collège central. Installé au Béthel [1] de Brooklyn (New York), il dirige le fonctionnement, l’enseignement, les nominations des responsables : tout part de lui qui « fait connaître » les décisions de Jéhovah et toute information remonte jusqu’à lui.
- La zone (souvent un continent) rassemblant plusieurs filiales.
- La filiale, correspondant en général à un pays, est dirigée par un comité de filiale de trois Anciens désignés par le Collège central. Elle assure la répercussion des ordres venant de Brooklyn et la surveillance de la mise en application.
- Le district, réunissant une assemblée une fois par an ; un surveillant de district, nommé par Brooklyn, visite régulièrement les circonscriptions.
- La circonscription qui organise des rassemblements deux fois par an ; le surveillant de circonscription visite régulièrement les congrégations, prononce des discours un peu plus solennels que les discours habituels ; il examine les fichiers pour suivre l’activité de chaque Témoin.
- La congrégation, cellule de base, qui dispose d’un territoire géographique précis, d’une salle de réunions appelée Salle du Royaume ; en général au-delà d’une centaine d’adeptes la création d’une nouvelle congrégation est envisagée mais cette création dépend d’autres facteurs prépondérants (spécificité du territoire et surtout intégrité « spirituelle » des adeptes). Elle est dirigée par un collège d’Anciens (3 au minimum : le surveillant-président, le secrétaire et le surveillant au service), nommé par la hiérarchie, où le président joue un rôle prépondérant mais plus ou moins éphémère. C’est avec des membres de ce collège que sont généralement constitués les comités judiciaires. Les différents services de la congrégation sont assurés par des serviteurs ministériels occupant des positions intermédiaires avant de pouvoir accéder au rang d’Ancien.

On est toujours désigné aux postes de responsabilité (« privilèges » selon le vocabulaire interne), on n’y postule jamais. Ils sont souvent cumulés avec ceux de pionniers (engagés volontaires et agréés par la congrégation pour prêcher et convertir les non-croyants) : pionniers auxiliaires (50h par mois, éventuellement quelques mois par an seulement), pionniers permanents (840h par an, engagement pour un an, travail à mi-temps conseillé pour subvenir à ses besoins). Le « privilège » de pionnier est accessible aux femmes.

C’est au niveau de la congrégation que sont établies les statistiques de fonctionnement : chaque adepte actif se doit d’être un proclamateur, ce qui exige de prêcher et diffuser les nombreuses publications. Il fait l’objet d’une fiche individuelle qui le suivra, dès son baptême, tout au long de sa carrière dans l’organisation, en quelque endroit que ce soit. En cas d’exclusion cette carte est conservée dans la congrégation (en 2001 c’était encore le cas) et l’exclu fait systématiquement l’objet d’un signalement à la filiale qui fait suivre au niveau de l’organisation mondiale (Brooklyn).

La fiche individuelle de l’adepte reprend son activité poste par poste, mois par mois : nombre d’heures passés « dans le champ » (porte à porte) ; nombre et nature des publications placées ; nombre de « visites » effectuées, nombre « d’études » conduites. Ces statistiques sont regroupées par congrégations, circonscriptions, districts, filiales ... jusqu’à Brooklyn qui édite chaque année des statistiques mondiales. A ce tableau il faut ajouter les missionnaires (formés à l’Ecole de Galaad), mis directement à la disposition de Brooklyn et pouvant être envoyés où bon lui semble.

La filiale française a son siège à Louviers où se trouve aussi le siège européen. Selon l’organisation, il y avait, en 2004, environ 6 308 000 Témoins de Jéhovah dans le monde dont 113 000 pour la France qui compte 1491 congrégations.

Les ressources financières : les Témoins insistent volontiers sur le fait qu’il n’y a pas de quête chez eux : mais outre les services rendus bénévolement par les membres en fonction de leurs capacités (construction et entretien des locaux par exemple) les contributions volontaires en argent sont fortement encouragées, de même que les dons et héritages lorsque c’est légalement possible.


Voir le texte en pdf


[1] Les Béthel constituent les seuls lieux de vie communautaire. Centres administratifs de l’organisation, ils regrou-pent, outre les dirigeants des filiales et leur état-major, le personnel d’imprimerie, de traduction, les administratifs ; être admis dans un Béthel est un privilège (accessible aussi aux femmes), en être exclu et retourner dans sa congrégation d’origine, une sanction.


retour haut de page  Retour en haut de page

http://perso.ovh.net/~unadfi est motorisé par spip 2.1.2 [16730] associé à des squelettes spip Rizom

-->