Histoire de la ville >>
Histoire de la Ville
 Histoire de Cherbourg
Histoire d'Octeville
 60e anniversaire du Débarquement
Personnalités
 Accueil > Tourisme et Décou... > Histoire de la... > Histoire de la... > Histoire d'Octeville
Histoire d'Octeville
Quelques temps forts

Les archives octevillaises sont malheureusement pauvres en renseignements concernant son histoire.
Certains indices permettent néanmoins de confirmer l’existence d’une communauté octevillaise dès les premiers siècles du présent millénaire.

Dès 1063, une charte de Guillaume "Le Bâtard" qui bientôt allait devenir "Le Conquérant", mentionnait le nom d’Octeville à propos de dotations intéressant la collégiale de Cherbourg.


© DR
La création, dans les années 60, du quartier des Provinces, où vivent près de 10 000 habitants.

Il semble que, durant plusieurs siècles, et jusqu’à la révolution de 1789 dont les "cahiers de doléances" ont malheureusement disparu, Octeville continua d’être le paisible village peuplé de cultivateurs dont le cadastre de 1813 illustre bien la structure d’habitat dispersé.

 

Dès le seuil du XIXe siècle, Octeville voyait s’accélérer sa croissance. Devenu chef-lieu de canton par décision du 23 vendémiaire an X (15 octobre 1801), le village allait croître parallèlement au développement de Cherbourg et de son port pour devenir dans la seconde moitié du siècle un bourg fort de plusieurs milliers d’habitants. Parmi eux, bon nombre d’ "ouvriers du port", gagnant à pied de bon matin, filet sur l’épaule, l’arsenal militaire. Tout au long de ce siècle, Octeville se meubla surtout le long d’un axe central rectiligne composé de commerces alimentaires, de petites entreprises artisanales et de services divers, sans pour autant aboutir à la création d’un véritable centre commercial et moins encore au développement d’activités industrielles.

 

Le début du XXe siècle, témoin de la densification urbaine, enregistra une progressive réduction des exploitations agricoles.

 

© DR Coll. Privée
Rue Sadi Carnot.
Tandis que se comblaient les vides encore existants entre les immeubles de la rue principale, qu’augmentait le nombre de commerces, et que des quartiers périphériques se soudaient à Cherbourg, le bourg devenait banlieue avant la première guerre mondiale. Il s’enrichit également d’écoles et d’une salle des fêtes. Passée la tourmente, la cité reprenait sinon son essor démographique, du moins son urbanisation progressive avec l’électrification en 1926 et l’amorce du réseau d’eau une dizaine d’années plus tard.

 

© DR

Octeville, en 1939, semblait pour l’essentiel avoir achevé la structuration de son agglomération citadine quand survint la seconde guerre mondiale. Aux noms des combattants qui devaient s’ajouter à ceux de leurs aînés dans la pierre du monument communal, allaient s’adjoindre bientôt ceux des civils victimes des bombardements, échelonnés sur quatre années. Les plus dévastateurs devaient malheureusement endeuiller l’aube de la Libération. Ils valurent à la ville l’honneur douloureux des communiqués militaires et la citation suivante : "Petite ville ravagée aux 6/10e pendant la bataille de la Libération et dont la population a accepté ce sacrifice avec courage et abnégation".

 

Vint alors le temps de la reconstruction. La création, dans les années 60, du quartier des Provinces, où vivent près de 10 000 habitants, a permis à la population de se développer très rapidement.

 

Octeville rural

Grimesnil, la Crespinière, le Blanc Ruisseau, le Monturbet, les Chênes...

© Ville de Cherbourg-Octeville
Le lavoir de la Crespinière.

Octeville est constitué d’une multitude de hameaux qui se sont organisés autour de grosses fermes et dont les plus anciennes remontent au XIVe siècle.


Bien que la ville se soit fortement peuplée dans les années 80, l’Octeville rural a gardé son charme et son calme et les anciennes demeures gardent les traces des siècles passés.


L'ancienne Mairie.

 

> Les anciens maires de la ville depuis 1900

 

Les monuments à découvrir
© DR
L'église Saint-Martin en 1959.

 

> Un patrimoine riche et varié

 

> L'église Saint-Martin

 

> L'église Saint-Pierre Saint-Paul

 

> La Chapelle Saint-Barthélémy

 

> L'ancienne mairie d'Octeville

 

Histoire des quartiers

> Les Provinces 

 

> Les Fourches

 

> Les Roquettes

 

© C. Petitpas/Ville de Cherbourg-Octeville

 

> Les visites guidées

 

> Les sentiers de promenade

 

> Les chemins historiques

 

Site internet réalisé par le élèves du Collège des Provinces sur le Patrimoine Octevillais

Rue Sadi Carnot dans les années 60.

> Cliquez ici.

 

 
  Mentions légales | Recherche | Plan du site | Plan de ville Haut de page | Mise à jour le 18 Juillet 2003  
-->