À lirefermer
  • Vous devez vous connecter pour afficher vos articles sauvegardés

Politique. Béchu a-t-il fait les poches de Hulot ?

PHOTOPQR/LE COURRIER DE L'OUEST/JOSSELIN CLAIRANGERS (MAINE-ET-LOIRE)
PHOTOPQR/LE COURRIER DE L'OUEST/JOSSELIN CLAIRANGERS (MAINE-ET-LOIRE) | JOSSELIN CLAIR
  • PHOTOPQR/LE COURRIER DE L'OUEST/JOSSELIN CLAIRANGERS (MAINE-ET-LOIRE)
    PHOTOPQR/LE COURRIER DE L'OUEST/JOSSELIN CLAIRANGERS (MAINE-ET-LOIRE) | JOSSELIN CLAIR

Le tout nouveau président de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) était en rendez-vous mercredi avec la ministre des Transports, Elisabeth Borne. L’objet de ce rendez-vous était de négocier le prochain budget de l’établissement et de cerner ses priorités d’investissement. Or, le matin même, le Canard Enchaîné expliquait dans sa « Mare aux canards » que Nicolas Hulot avait très récemment découvert que 200 millions d’euros qui devaient échoir à la transition écologique allaient être basculés vers l’AFITF, et donc « pompés pour les travaux publics et le béton ». Ce qu’il aurait pris « comme une gifle ».

Interrogé à ce sujet, le maire d’Angers dément : « J’ai posé la question à la ministre mais c’est sans rapport, même si tout cela concerne le même ministère » (l’AFITF dépend du ministère des Transports, qui dépend lui-même de la Transition écologique, N.D.L.R.). D’ailleurs, ajoute-t-il, l’augmentation de ce budget pourrait notamment permettre le lancement d’un grand plan vélo. « Je ne parle pas de quelques peintures au sol mais bien d’infrastructures qui permettront de sécuriser les cyclistes », dit-il. L’autre objectif majeur concerne le renouvellement et la rénovation des ouvrages d’art, « un sujet particulièrement sensible depuis la catastrophe de Gênes ».

Partager cet article PHOTOPQR/LE COURRIER DE L'OUEST/JOSSELIN CLAIRANGERS (MAINE-ET-LOIRE)
Politique. Béchu a-t-il fait les poches de Hulot ?Ouest-France.fr
Ailleurs sur le Web Contenus Sponsorisés
6,1

6,1/1000h38

Pêchabilité idéale

Prévisions à 4 jours
Les tops articles sur : Angers
Anny Rees est gérante du magasin de musique généraliste Imbach musique, depuis douze ans.
Confinement. Ce magasin d’Angers aurait préféré ne pas être un commerce essentiel  bloqué

Cela fait douze ans qu’Anny Rees travaille seule dans son magasin, Imbach musique, à Angers (Maine-et-Loire). D’ordinaire, chaque mois, elle se verse un salaire qui dépasse rarement les 600 €. Mais l’annonce de son ouverture, classée « essentielle », est tombée comme un couperet. Faute de clients, la gérante ne se rémunère plus depuis deux mois déjà. Les factures s...

Téléchargez gratuitement les applications

fermer

Téléchargez notre application

-->