Gérard Houllier, ancien sélectionneur de l’équipe de France, est mort

Il avait notamment dirigé les Bleus en 1992 et 1993, ainsi que des clubs prestigieux, comme Liverpool, le PSG ou Lyon.

Le Monde

Publié le 14 décembre 2020 à 11h49 - Mis à jour le 14 décembre 2020 à 17h52

Temps de Lecture 2 min.

Gérard Houllier, en décembre 2019.

L’ancien entraîneur et sélectionneur de l’équipe de France Gérard Houllier est mort, dans la nuit de dimanche 13 à lundi 14 décembre, à l’âge de 73 ans, à son domicile parisien, après avoir été hospitalisé pour une nouvelle opération à l’aorte, ont annoncé plusieurs médias, information confirmée par deux de ses anciens clubs. Il avait notamment dirigé les Bleus de 1988 à 1993. Gérard Houllier avait entraîné des clubs prestigieux, du Paris-Saint-Germain (1985-1988) à Liverpool (1998-2004) en passant par l’Olympique lyonnais (2005-2007).

Natif de Thérouanne, dans le Pas-de-Calais (nord de la France), Gérard Houllier n’a jamais été footballeur professionnel, mais il a mené une carrière remarquée d’entraîneur et de manageur de Lens dans les années 1980, à Aston Villa à la fin de sa carrière, au début des années 2010.

Après avoir exercé le métier d’instituteur, puis de professeur d’anglais, Gérard Houllier a d’abord entraîné l’équipe de l’US Nœux-les-Mines (1976-1982), jusqu’en Deuxième Division nationale, dans son département natal du Pas-de-Calais.

Il a par la suite offert au Paris-Saint-Germain son premier titre de champion de France, en 1986. Gérard Houllier s’est également distingué à la tête des Reds de Liverpool pour son quintuplé, en 2001 : Coupe de l’UEFA, Coupe d’Angleterre, Coupe de la Ligue, Community Shield et Supercoupe de l’UEFA.

Gérard Houllier, alors entraîneur de Liverpool, en mars 2003.

« La France perd un grand entraîneur »

Houllier aura connu moins de succès sur les bancs de l’équipe de France, que ce soit en tant qu’adjoint de Michel Platini à partir de 1988, puis en tant que no 1 en 1992, pour 12 matchs seulement à la tête de la sélection et une non-qualification historique au Mondial 1994 lors du match fiasco de France-Bulgarie en 1993, resté dans toutes les mémoires : celui lors duquel un but d’Emil Kostadinov priva les Bleus, dans les ultimes secondes, au Parc des Princes, d’une qualification pour la Coupe du monde 1994 aux Etats-Unis.

Le nom de Gérard Houllier restera également attaché à la Fédération française de football, où il a officié en tant que directeur technique national (DTN), et à celui de l’Olympique lyonnais, où il était encore conseiller du président, Jean-Michel Aulas, plusieurs années après avoir remporté deux titres de champion de France en tant qu’entraîneur de Lyon, en 2006 et 2007.

Les hommages ont commencé à pleuvoir après son décès, survenu quelques heures après le match Paris-SG - Lyon (0-1), opposant deux de ses anciens clubs. « Sous le choc de cette triste nouvelle », a écrit sur Twitter le milieu de Lyon Houssem Aouar. « Aujourd’hui je suis très triste. Grâce à vous, j’ai pu jouer dans ce merveilleux club de Liverpool. Un grand merci pour tout ce que vous avez fait pour moi », a de son côté écrit, sur le même réseau social, l’ancien attaquant Djibril Cissé.

« Avec la disparition de Gérard Houllier, la France perd un grand entraîneur, et le football, un technicien reconnu partout dans le monde », a réagi, sur Twitter également, la ministre française déléguée aux sports, Roxana Maracineanu :

Le Monde

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner

Contribuer

Dans la même rubrique

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.