Gérard Houllier à Lyon, fin du feuilleton de la L1

L'Olympique lyonnais sera entraîné la saison prochaine par l'ancien coach de l'équipe de France, du Paris-Saint-Germain et de Liverpool. La dernière journée de championnat a permis à Lille de consolider sa belle deuxième place et à Nantes de rester in extremis en Ligue 1.

Par Pierre Lepidi

Publié le 30 mai 2005 à 13h54 - Mis à jour le 30 mai 2005 à 13h54

Temps de Lecture 4 min.

Une saison s'achève et, déjà, la prochaine se prépare. Dimanche 29 mai, au lendemain de la 38e et dernière journée du championnat de France de Ligue 1, le président de l'Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas, a annoncé la nomination de Gérard Houllier au poste d'entraîneur du club quatre fois champion de France, mettant ainsi un terme au suspense lié au remplacement de Paul Le Guen. "Gérard nous a donné son accord le 25 mai, avant la finale de la Ligue des champions, mais nous l'avions contacté dès le 9 mai, a indiqué M. Aulas. La déception née de l'élimination de la Ligue des champions à Eindhoven a été un élément important de notre réflexion... J'ai suivi mon intime conviction."

Le président lyonnais avait affirmé chercher un entraîneur ayant une solide expérience internationale, afin de permettre au club de franchir un nouveau palier en Ligue des champions, après deux échecs en quarts de finale (2004 et 2005). En L1, Gérard Houllier aura pour mission de réussir la conquête d'un cinquième titre consécutif, un exploit encore inédit dans le championnat de France. Sélectionneur des Bleus (d'août 1992 à novembre 1993) et vainqueur de la Coupe de l'UEFA avec Liverpool en 2001, Gérard Houllier, 57 ans, faisait figure de favori pour succéder à Paul Le Guen, démissionnaire.

Il a signé un contrat de deux ans avec le club rhodanien. "Je suis venu pour la structure, pour la ville, que j'aime parce que c'est une ville de foot, a déclaré celui qui avait offert au PSG son premier titre de champion de France, en 1986. C'est un énorme défi, j'en suis conscient car je sais que, dans ce club, terminer deuxième est un échec. Le groupe est un mélange habile d'expérience et de jeunes. Et un club qui fait confiance à ses jeunes est un grand club."

La grande surprise de la saison 2004-2005 est venue du Nord. Lille, qui a pris la deuxième place du classement, devant Monaco, grâce à une victoire à Auxerre (3-1), samedi, synonyme de billet pour la prochaine Ligue des champions. Appliquée et régulière, cette équipe a été la seule à pouvoir retarder le sacre des Lyonnais. "On a fait une saison exceptionnelle. Personne ne nous attendait là" , s'est félicité Michel Seydoux, le président lillois. Avec le 11e budget de L1 (22 millions d'euros) et un solide projet triennal de restructuration du club, les "Dogues" auront prouvé qu'il était possible de s'appuyer sur un centre de formation performant pour rivaliser avec les grosses écuries du championnat. Mais, lors d'une conférence de presse dimanche 29 mai, Claude Puel, l'entraîneur, a fustigé l'attitude des collectivités locales, et dénoncé le retard accumulé dans l'agrandissement du stade Grimonprez-Jooris. "On n'a jamais été tenu au courant de l'avancement du dossier, car c'est un dossier de la mairie, s'est emporté l'entraîneur, dont l'équipe évoluera encore à Villeneuve-d'Ascq, dans la banlieue de Lille, la saison prochaine. Mais si la décision est négative, que se passe-t-il ? Il n'y a plus de stade ? Il n'y a plus de foot à Lille ?"

L'HEURE DES REGRETS

Rennes, autre surprise de ce championnat 2004-2005, a gagné son billet pour la Coupe UEFA en profitant du match nul obtenu par Marseille à Bordeaux (3-3). Le club phocéen, qui prépare en coulisses une énième réorganisation de son organigramme, disputera la Coupe Intertoto. Une nouvelle fois, la saison aura été marquée par les conflits internes, laissant aux supporteurs un sentiment de gâchis. "C'est l'heure des regrets, a déploré Pape Diouf, président du directoire de l'OM. Il y a de quoi enrager. Si l'ambiance avait été assainie, je suis persuadé qu'on ne se serait pas battus pour l'UEFA, mais pour la Ligue des champions."

En bas de tableau, la lutte pour le maintien a tenu toutes ses promesses lors de l'ultime journée. A Nantes, le miracle du sauvetage s'est réalisé. Les hommes de Serge Le Dizet ont sauvé leur place dans l'élite en dominant Metz (1-0), et en profitant des défaites de Bastia à Strasbourg (0-2) et de Caen à Istres (2-3). La 17e place des "Canaris" , qui joueront leur 43e saison consécutive en L1 en 2005-2006, a été fêtée dans la ville comme un titre de champion. "J'ai eu la chance de vivre deux Coupes de France -1999, 2000-, un titre -2001-, un maintien -en 2000 lors de la dernière journée-, mais là, c'est multiplié par dix !" , s'est réjoui Mickaël Landreau, capitaine du FCNA.

Mais à Nantes aussi, la saison laissera des traces. L'avenir du président Jean-Luc Gripond à la tête du club s'écrit toujours en pointillés. Robert Budzinsky, directeur sportif, a déjà réclamé que plusieurs enseignements soient tirés de cette période mouvementée. Le groupe Dassault ayant assuré son désengagement progressif, la prochaine année s'annonce floue. "On reprend dans quatre semaines et on ne sait rien, a tonné Robert Budzinsky, directeur sportif depuis 35 ans. Tu ne sais pas qui sera l'actionnaire du FC Nantes, tu ne sais pas de quel argent tu disposeras. Tu sais simplement que le maire de Nantes veut tout bouleverser."

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner

Voir les contributions

Services

Lecture du Monde en cours sur un autre appareil.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.