Patrick Poivre d’Arvor visé par une enquête pour viols

Selon nos informations, une enquête judiciaire pour «viols» a été ouverte cette semaine contre l’ex-star du 20 Heures de TF1. Une écrivaine l’accuse d’avoir abusé d’elle à plusieurs reprises entre 2004 et 2009 dans un contexte d’emprise psychologique et d’abus de pouvoir.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Patrick Poivre d’Arvor est accusé par Florence Porcel de l’avoir violée à deux reprises, en 2004 et 2009.
Patrick Poivre d’Arvor est accusé par Florence Porcel de l’avoir violée à deux reprises, en 2004 et 2009. LP/Olivier Corsan

Cette après-midi d'avril 2009, arrivée dans le bureau de l'ex-présentateur du 20 Heures de TF1, Florence Porcel garde son manteau pour, dit-elle, n'adresser à celui-ci aucun signe équivoque. L'étudiante, qui prépare un mémoire sur les livres écrits par des personnalités médiatiques de la télévision dans le cadre de ses études, se méfie de l'homme et connaît sa réputation avec les femmes. Mais l'épaisseur du vêtement n'aurait pas refroidi les ardeurs du journaliste et écrivain Patrick Poivre d'Arvor qui lui aurait imposé une fellation sans protection par la force.

La jeune femme assure aussi que, quatre ans auparavant, le présentateur vedette, de 36 ans son aîné, aurait abusé d'elle dans son bureau après l'avoir invitée à assister aux coulisses du journal du soir. Elle est alors âgée de 21 ans, en convalescence d'une tumeur au cerveau et encore vierge.

Ce récit cru, Florence Porcel vient de le livrer à la justice après avoir gardé le silence pendant seize ans. Cette chroniqueuse et écrivaine âgée de 37 ans aujourd'hui, qui a connu un petit succès sur YouTube avec ses vidéos de vulgarisation scientifique, a déposé plainte contre PPDA auprès du parquet de Nanterre. Ce qui a débouché, selon des sources concordantes, sur l'ouverture cette semaine d'une enquête préliminaire très sensible pour « viols », confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la PJ parisienne.

LIRE AUSSI > Affaire PPDA : «Je lui ai dit, arrêtez Patrick, ça ne va pas!»

Une nouvelle affaire de violences sexuelles présumées dans laquelle se mêleraient fascination, emprise, relation toxique et abus de pouvoir. Elle vise une icône cathodique, entrée dans les foyers des Français durant trois décennies, à la réputation de séducteur. Mais depuis plusieurs années, certains n'hésitent plus dans la profession, sous couvert d'anonymat, à décrire une face plus sombre, un homme qui pouvait avoir un comportement lourd, voire très insistant avec les femmes.

Plusieurs appels et une invitation sur le plateau du 20 Heures en 2004

Florence Porcel a rencontré Patrick Poivre d’Arvor à l’automne 2004./DR
Florence Porcel a rencontré Patrick Poivre d’Arvor à l’automne 2004./DR  

Florence Porcel, qui n'a pas souhaité s'exprimer pour le moment, a rencontré l'ex-star de l'information au sommet de sa gloire, à l'automne 2004. Apprentie écrivaine inscrite à la Sorbonne à Paris et en école de comédie, elle est admirative du PPDA romancier plus que du journaliste. Dans sa plainte, elle raconte qu'elle lui adresse à l'époque une lettre pour lui témoigner son émotion à la lecture de son dernier ouvrage et y joint quelques écrits amateurs signés de sa plume pour avoir un avis professionnel.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Quelques jours plus tard, l'étudiante reçoit sur le répondeur de son téléphone portable un message d'un numéro masqué. Il s'agit de PPDA qui l'invite à le rappeler à son bureau. Les jours suivants, un numéro inconnu tente de la contacter chaque soir aux alentours de 23 heures. Dans la soirée du 7 novembre 2004, un dimanche, elle finit par décrocher. Au bout du fil, surprise : le présentateur du 20 Heures de TF1 en personne. Après un échange que la jeune femme décrit comme courtois au sujet de sa lettre, PPDA lui demande son âge, une description de son apparence physique avant de lui poser des questions franches et embarrassantes sur sa vie intime : son absence de petit ami, sa virginité, la fréquence à laquelle elle se masturbe, les habits qu'elle porte…

La jeune femme est invitée dès le lendemain à assister au journal télévisé. Gênée par cette conversation à tournure sexuelle mais flattée qu'une telle célébrité s'intéresse à elle, elle se présente à 19h45 dans les locaux de TF1 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), comme l'atteste le badge visiteur qu'elle a précieusement gardé. Elle entend lui demander des conseils pour que ses textes soient publiés par un éditeur.

Elle n'aurait pas pris conscience d'avoir subi un viol

Après le journal, une assistante conduit Florence Porcel jusqu'au bureau de PPDA. Selon le récit de la jeune femme, la star de l'info lui demande ses impressions sur sa prestation mais se montre peu bavard, occupé à dédicacer des photos. Quand, tout à coup, il ferme la porte, lui propose un verre d'alcool avant de l'agresser sexuellement en l'embrassant puis en introduisant sa main dans sa culotte. Les faits se seraient déroulés rapidement, sans signe annonciateur.

La jeune étudiante, tétanisée par la tournure de la situation, se met alors à exécuter mécaniquement ses demandes qu'elle décrit comme pressantes, comme se déshabiller. Puis vient le rapport sexuel, avec pénétration vaginale, dont elle assure qu'elle n'était pas consentante. Florence Porcel affirme n'être pas parvenue à s'enfuir sous l'effet de la surprise et de la sidération, mais soutient que sa panique était clairement perceptible et qu'elle a émis des cris de douleur. « Est-ce que vous réalisez que vous êtes devenue une femme ? » lui aurait dit son agresseur présumé à l'issue de l'acte. Avant de prendre aussitôt congé de la jeune femme en lui demandant de taire cette relation.

Florence Porcel (ici prise en photo en 2014) admet avoir continué à lui écrire après l’agression qu’elle dénonce./AFP/Martin Bureau
Florence Porcel (ici prise en photo en 2014) admet avoir continué à lui écrire après l’agression qu’elle dénonce./AFP/Martin Bureau  

A l'époque, l'étudiante n'aurait pas pris conscience qu'elle venait de subir un viol. Il s'agit de sa première expérience sexuelle, elle qui a longtemps été isolée socialement en raison de soucis de santé et de multiples hospitalisations pour opérer sa tumeur. Elle n'a même jamais eu d'histoire amoureuse. Elle décrit un mécanisme d'emprise psychologique dans lequel elle se serait alors enferrée, un système de déni né de l'admiration qu'elle avait pour cet homme célèbre, puissant et bien plus âgé et son désir de percer dans le monde littéraire.

L'aura de cet homme et son inexpérience sentimentale aurait même déclenché chez elle des sentiments amoureux qu'elle juge aujourd'hui créés artificiellement par cette emprise. Partagée entre la colère et la passion, elle admet ainsi avoir continué à lui écrire après l'agression présumée, y compris pour des échanges à caractères érotiques. Plus déstabilisant, elle accepte même une nouvelle relation sexuelle, à laquelle elle consent cette fois, toujours prise dans ce tourbillon sentimental paradoxal. Il s'agissait, dit-elle, de ne plus subir cette relation et d'expérimenter un rapport sexuel sans contrainte.

En 2009, elle envisage de porter plainte

Mais des années plus tard, alors que les liens avec la star se distendent, Florence Porcel aurait à nouveau subi un viol encore plus violent. Elle revoit PPDA en 2009 après l'avoir sollicité pour une interview dans le cadre de son mémoire de master. Le journaliste a quitté son fauteuil de taulier du 20 Heures de TF1 mais a rejoint la société de production A Prime Group, qui produit de émissions littéraires. Il l'accueille à son bureau de Boulogne-Billancourt, où siège l'entreprise.

Une fois sur place, selon la jeune femme, PPDA refuse de se prêter au jeu des questions-réponses. Il entame une conversation intime, cherche à embrasser l'étudiante puis l'entraîne de force, loin des baies vitrées de la pièce, dans un coin à l'écart où il ouvre son pantalon et sort son sexe. Florence Porcel assure que cette fois-ci elle lui fait part oralement de son refus. Elle le repousse et cherche à se dégager mais est maintenue par son hôte par la force sur un canapé. Le journaliste l'aurait ensuite contrainte à une fellation non protégée.

Florence Porcel envisage alors de déposer plainte pour viol mais renonce par crainte de ne pas être crue au regard du statut de PPDA. Elle a conservé des messages de 2009 dans lesquelles elle raconte à des amies du milieu avoir été « forcée » par le journaliste et les met en garde contre son comportement de prédateur.

Un roman cathartique

Après une longue psychothérapie et une discussion au sujet de cette expérience douloureuse avec ses parents en 2018, l'écrivaine trentenaire dit avoir pris conscience tardivement de la gravité des faits. Elle s'est finalement résolue à se tourner vers la justice dans un contexte de libération de la parole sur les violences sexuelles. Avec cette particularité que celle-ci s'est doublée… d'une libération par l'écrit. Car la jeune femme vient de raconter, de manière codée, une partie de son histoire au travers d'un livre publié en janvier intitulé « Pandorini » et publié aux éditions JC Lattès.

Présenté comme une fiction, ce roman à clés narre comment un monstre du cinéma français, présenté comme le Weinstein français, détruit l'innocence d'une jeune femme rêvant de devenir actrice. Et comment leur relation de séduction va basculer dans un système pervers d'abus sexuels, l'héroïne ne comprenant que son consentement a été vicié qu'à la mort de la célébrité. Au moment où Florence Porcel a publié ce livre cathartique, sa propre maison d'édition ignorait qu'elle accusait PPDA de viols entre les lignes. Elle ne l'a appris qu'au moment où la jeune femme a annoncé son désir de déposer plainte.

«PPDA ira répondre aux questions que la justice lui posera»

L'enquête judiciaire, désormais ouverte, va s'attacher à vérifier la réalité des faits dénoncés par l'écrivaine. Contacté, Me Emmanuel Moyne, l'avocat de Florence Porcel, nous confirme que « la justice est saisie et qu'il n'a donc aucun commentaire à faire ». Comme souvent dans ce type d'affaires où il est question d'emprise, une notion complexe à qualifier sur le plan pénal, les investigations vont devoir établir, en plus de l'éventuelle contrainte physique, s'il y a eu une contrainte morale du fait du rapport de domination entre la plaignante et la personne mise en cause.

La trentenaire a d'ailleurs déposé plainte pour viols aggravés par la circonstance que PPDA aurait abusé de l'autorité que lui conférait son statut de star du 20 Heures. Si la première agression présumée de 2004 pourrait être frappée de prescription, ce n'est pas le cas de la seconde.

Contacté à plusieurs reprises, PPDA, qui reste présumé innocent à ce stade, n'a pas donné suite. Dans un SMS, il évoque des « accusations qui ne peuvent être que fantaisistes » et annonce avoir saisi son avocat « pour engager les poursuites judiciaires qui s'imposeraient ». Joint, son avocat, Me François Binet, explique que « comme tout justiciable, Patrick Poivre d'Arvor ira répondre aux questions que la justice lui posera mais qu'il ne transférera pas ce dossier dans la presse. » Et de préciser que le journaliste profiterait également de son déplacement à Nanterre « pour procéder au dépôt d'une plainte poursuivant la dénonciation calomnieuse » de la plaignante.

 
-->