Retour au fascicule

Les tragédies de Sénèque étaient-elles destinées au théâtre ?

[article]

Herrmann Léon. Les tragédies de Sénèque étaient-elles destinées au théâtre ?. In: Revue belge de philologie et d'histoire, tome 3, fasc. 4, 1924. pp. 841-846.

DOI : https://doi.org/10.3406/rbph.1924.6321

www.persee.fr/doc/rbph_0035-0818_1924_num_3_4_6321

doc-ctrl/global/pdfdoc-ctrl/global/pdf
doc-ctrl/global/textdoc-ctrl/global/text doc-ctrl/global/imagedoc-ctrl/global/image doc-ctrl/global/zoom-indoc-ctrl/global/zoom-in doc-ctrl/global/zoom-outdoc-ctrl/global/zoom-out doc-ctrl/global/bookmarkdoc-ctrl/global/bookmark doc-ctrl/global/resetdoc-ctrl/global/reset
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
Page

MELANGES

Les tragédies de Sénèque étaient-elles destinées au théâtre ? 0)

La critique a généralement admis, depuis un brillant article de G. Boissier, que les tragédies de Sénèque étaient uniquement destinées aux salles de lectures publiques. Rares sont les érudits modernes qui ont repris l'opinion de Juste-Lipse et de Heinsius et qui croient à la représentation théâtrale de ces œuvres.

Or, il est important, non seulement pour juger les pièces de Sénèque mais encore pour juger leurs imitations françaises, anglaises, italiennes, de savoir si, oui ou non, ce sont des vraies pièces de théâtre.

Il n'est pas possible de savoir si Sénèque a été effectivement joué. Mais nous croyons que son œuvre dramatique est représentable et nous croyons qu'elle était destinée au public des théâtres.

Le philologue allemand Birt déclare les tragédies de Sénèque injouables en raison de leurs difficultés de mise en scène. Mais des tragédies grecques aussi difficiles à réaliser scéniquement, par exemple les Perses d'Eschyle ou les Bacchantes d'Euripide, ont été jouées. Et l'art théâtral était au moins aussi développé à Rome qu'en Grèce. Aussi G. Boissier lui-même a-t-il dû reconnaître que rien dans l'appareil de la représentation et les jeux de scène n'empêche la production de ces pièces sur un vrai théâtre.

En revanche il allègue que le réalisme trop cru de eer- taines scènes, comme la scène finale de Phèdre, incite à

(!) On trouvera de celte question un exposé plus détaillé dans le second chapitre de notre ouvrage sur Le Théâtre de Sénèque qui va paraître incessamment.

doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw