Technical ReportPDF Available

L’atoll de Clipperton (île de La Passion) : Biodiversité, menaces et recommandations pour sa conservation.

Authors:
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION):
BIODIVERSITÉ, MENACES, ET RECOMMANDATIONS
POUR SA CONSERVATION
RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE
Août 2016
Par: Christian Jost1,2, Alan Friedlander3,4, Enric Ballesteros5, Eric Brown6, Jenn Caselle7, Brad Henning3, Mauricio Hoyos8,
Pelayo Salinas de León9, Paul Rose3,10, Chris Thompson11 & Enric Sala3
1 Université de la Polynésie Française
2 Centre de Recherche Insulaires et Observatoire de l’Environnement – CRIOBE, France
3 National Geographic Pristine Seas, USA
4 Fisheries Ecology Research Lab, Université d’Hawaii
5 Centre d’Estudis Avançats de Blanes-CSIC, Espagne
6 National Historical Park, US National Park Service
7 Marine Science Institute, University of California, Santa Barbara
8 Pelagios Kakunjá, Mexique
9 Fondation Charles Darwin, Galápagos, Équateur
10 Royal Geographical Society, Grande Bretagne
11 Centre for Marine Futures, University of Western Australia
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION):
BIODIVERSITÉ, MENACES, ET RECOMMANDATIONS
POUR SA CONSERVATION
RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE
Août 2016
1. RÉSUMÉ EXÉCUTIF................................................................5
2. REMERCIEMENTS .................................................................8
3. INTRODUCTION ...................................................................9
3.1. Objectifs de ce rapport
4. LA BIODIVERSITÉ ET LES ÉCOSYSTÈMES DE CLIPPERTON ........11
4.1. L’atoll
4.2. Le lagon
4.3. Le récif corallien
4.4. Les eaux profondes
4.5. Le large
5. LES MENACES À L’ÉCOLOGIE DE CLIPPERTON....................... 57
5.1. La pêche
5.2. Le déclin des oiseaux
5.3. Les rats
5.4. Erosion côtière
5.5. De la souveraineté de la France
5.6. De la securité
6. RECOMMANDATIONS ..........................................................68
6.1. Bénéfices pour la France
7. BIBLIOGRAPHIE.................................................................. 73
8. MÉTHODOLOGIE ................................................................76
9. ANNEXES .......................................................................... 87
TABLE DES MATIÈRES
4
1. RÉSUMÉ EXECUTIF
Clipperton – l’île de La Passion – est le seul atoll corallien et territoire français du Pacifique
oriental et l’une des îles les plus isolées au monde. Au regard des constats faits lors d’une mission
National Geographic Pristine Seas de mars 2016 et de ceux des missions précédentes qui sont ici
intégrés, ce document argumente pour la création à très brève échéance d’une réserve marine
autour de Clipperton et pour l’installation d’une station scientifique permanente, afin:
(1) d’assurer la protection de cet écosystème et patrimoine unique de la France et du monde,
(2) de renforcer la souveraineté de la France et d’assurer une gestion durable de sa Zone
Economique Exclusive (ZEE),
(3) de créer un observatoire mondial de référence scientifique, notamment des impacts du
changement climatique sur les océans.
UN EXTRAORDINAIRE ATOUT ÉCOLOGIQUE ET SCIENTIFIQUE
n Malgré les pressions et forçages, le récif corallien est encore parmi les mieux conservés de
la planète, avec plus de 50% des fonds qui sont couverts de corail vivant. Pour comparaison,
les récifs coralliens des Caraïbes ne présentent actuellement que 5 à 10% en moyenne de
couverture corallienne en bonne santé.
n Avec 4,4 tonnes par hectare, la biomasse de poissons de récif est extraordinaire et comparable
aux milieux vierges les mieux protégés du Pacifique.
n Clipperton possède des espèces marines que l’on ne trouve nulle part ailleurs au monde, dont
des poissons de récif et des poissons et invertébrés d’eaux profondes qui n’ont pas encore été
décrits par la science.
n Ses eaux marines sont le territoire de dauphins, de tortues de mer, de thons et d’autres espèces
vitales dans la chaîne alimentaire des requins et des oiseaux de mer. La zone est une des plus
riches au monde en thonidés.
n Le lagon fermé de Clipperton est en surface un lac d’eau douce unique en plein océan, avec des
espèces de plantes d’eau douce et des oiseaux migrateurs comme des canards.
n L’île est un site d’intérêt ornithologique unique qui abrite la plus importante colonie au monde
de fous masqués, la seconde plus importante de fous bruns et deux autres espèces de fous.
n Clipperton est une étape-relais clé et un tremplin vital pour les espèces migratrices du Pacifique
oriental comme les oiseaux de mer et les requins. Ainsi un requin tagué dans la réserve marine
des Galápagos a nagé deux fois jusqu’à Clipperton puis est revenu aux Galápagos, couvrant
ainsi une distance de 6800 kilomètres.
5
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
CLIPPERTON EST GRAVEMENT MENACÉ
n Clipperton fait partie du couloir de migration des espèces, parallèle à la côte américaine, mais
c’est le seul territoire insulaire de la région qui n’est pas protégé.
n La pêche industrielle incontrôlée et l’utilisation clandestine de l’atoll menacent gravement ce
trésor naturel de la France. Senneurs de plus de 1000 tonnes d’emport et palangriers pêchent
au plus près de la côte et sont vus en action à chaque visite.
n Les prélèvements annuels par la pêche sont estimés à 50.000 tonnes de thons, mais aussi de
requins. Ainsi pour la seule année 2015, 23 navires de pêche ont été en activité dans la ZEE de
Clipperton pendant 3.000 heures (125 jours).
n Sur le récif corallien il y a plus de lignes et filets de pêche que de requins. Et la majorité
des requins sont de petite taille. Sur les plages aussi, fils, filets, Dispositif Concentrateurs de
Poissons (DCP), bouées émettrices (14 en 2015, 5 autres en 2016) ou encore flotteurs de sennes
attestent d’une intense activité de pêche.
n Les prélèvements massifs de la pêche fragilisent l’équilibre de tout l’écosystème récifal et
océanique et le rendent moins résilient au réchauement global, ce qui accélère sa destruction.
n La plus grande colonie au monde de fous masqués est déjà en déclin. En 2005 on comptait
plus de 100.000 individus, mais avec environ 40.000 dénombrés en mars 2016, la baisse de
la population apparaît comme une réponse du milieu à la surpopulation et à la surpêche. La
population des oiseaux marins dépend de la santé et de la stabilité des populations de petits
poissons et de calmars qui sont chassés vers la surface par les bancs de thon. Or la surpêche du
thon réduit le nombre de petites espèces en surface sources de nourriture des oiseaux marins.
Les fous, chaque jour obligés d’aller chercher leur nourriture jusqu’à 132 milles nautiques (244
km) ont été observés à 400km et 800km vers le SW là où il n’y a aucune terre.
n La côte est menacée par l’érosion marine, accélérée par la montée du niveau marin et par
l’intensification des phénomènes climatiques. Toutefois, comme tous les atolls qui se construisent
à partir du corail arraché au récif, l’île ne disparaîtra pas, mais subit des changements rapides qu’il
faut prendre en compte dans une perspective d’aménagements nécessaires pour accompagner
la mise en protection et la valorisation scientifique de l’île.
n La plupart des visites sur l’atoll ne sont pas autorisés et sont mal ou pas documentées, notamment
sur les risques de débarquement et rembarquement. Ainsi un accident mortel s’est produit en
mars 2016 quand des touristes sans autorisation ont plongé trop près de la côte.
n Les impacts des visites clandestines sur la faune et la flore, pour pêche au gros, pêche
depuis les plages, plongée d’aventure ou pêche en plongée d’espèces d’aquarium, ne sont
pas connus. Certaines publications, films ou images bien médiatisées sont aussi des menaces
et ont un impact dévastateur sur l’image de la France. La mise en vente à 10.000US$ d’une
espèce endémique de poisson de Clipperton, ou l’image d’une «île poubelle abandonnée par
la France» (voir nombreuses pages web «Clipperton, île poubelle» en sont deux exemples).
6
BESOIN D’UNE RÉSERVE MARINE ET RECOMMANDATIONS PRINCIPALES
L’analyse des observations cumulées des missions des vingt dernières années et la nouvelle
vision sous-marine apportée par la mission 2016 montrent que Clipperton, malgré un état
général plutôt en bonne santé, est aujourd’hui à un point de non-retour ! L’île de Clipperton
peut être protégée maintenant, sa splendeur et ses services écosystémiques peuvent encore
être restaurés et elle peut devenir un site mondial de référence scientifique, ou, elle peut être
perdue pour toujours.
Ainsi, trois axes de mesures indissociables se dégagent. Ces propositions conduisent à
renouveler, parfois à préciser et compléter certains points des recommandations du rapport
parlementaire du député Philippe Folliot1.
Une nouvelle réglementation et des moyens de contrôle doivent être rapidement mis en place:
1. La création d’une réserve marine intégrale (dans laquelle aucune activité de pêche ou
d’extraction n’est autorisée) de 100 milles nautiques (185 kms) autour de l’atoll.
n L’aire protégée couvrirait 109.000 km2 mais ne représenterait pourtant que 25% de la ZEE. La
Réserve inclurait les eaux marines et les habitats profonds et une partie de l’atoll et du lagon.
n La Réserve sera la plus grande aire marine totalement protégée de toutes les eaux françaises.
n Les activités de recherche et d’éco-tourisme strictement réglementées et gérées seront
autorisées dans la Réserve.
n Une surveillance satellite, déjà opérée par la Marine nationale, pourrait être complétée par les
services gracieux de Global Fishing Watch.
2. La mise en place d’une réglementation stricte des pêches et des activités dans le reste de
la ZEE et sur l’île. La pêche aux thons pourra se poursuivre dans le reste de la ZEE (75%).
Si la France mettait en place des licences payantes et une taxation des prises à la tonne, le
montant des redevances récupérables pourrait se situer entre 4 et 8 million d’euros par an ,
ce qui permettrait de financer largement les coûts de gestion de la réserve marine et la
station de recherche et fournir encore un bénéfice.
3. L’installation d’une station scientifique permanente, est préconisée pour être un site mondial
de référence scientifique sur le réchauement climatique et les relations océan-atmosphère.
La station scientifique serait aussi un dispositif de surveillance in situ, assistée de gendarmes
(et idéalement d’une vedette d’intervention rapide), pour compléter la surveillance satellitaire
et pour fournir une dissuasion forte.
1 Nous reprenons une partie des recommandations du rapport parlementaire du député Philippe Folliot, auquel Prof. C.
Jost a participé, afin de préciser et compléter certains points eu égard à l’évolution rapide de la situation. Les autres
recommandations sont nouvelles et font suite aux observations de la mission National Geographic Pristine Seas 2016.
7
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
BÉNÉFICES POUR LA FRANCE
n La création d’une réserve marine dans un rayon de 100 milles nautiques autour de l’atoll
permettra à la France de réarmer avec force sa souveraineté à travers une mesure phare de
protection de cette zone océanique.
n La réglementation stricte des pêches dans les 75% restants de la ZEE et des activités et
leur contrôle apportera des redevances et un retour sur investissement et permettra un
autofinacement d’une station permanente.
n Une réserve de 100 milles nautiques autour de l’atoll représentera le 1% des eaux françaises, ce
qui contribuera à atteindre l’objectif des 20% d’eaux françaises protégées en 2020.
n Cette réserve marine sera la plus grande zone strictement protégée du Pacifique Tropical Est,
même mieux que les fameuses réserves marines des Galápagos en Equateur ou des îles Cocos
du Costa Rica. Cela placerait la France parmi les leaders mondiaux dans la conservation marine.
n La désignation de Clipperton comme site global de référence scientifique pour l’étude du
réchauement climatique sera le prolongement naturel du leadership de la France armé lors
de la COP21.
n La réserve marine permettra à la France de rejoindre le réseau CMAR « Corridor du Pacifique
Tropical Est», dont elle est absente, et d’avoir un rôle clé dans la gestion et la protection des
ressources marines du Pacifique oriental.
2. REMERCIEMENTS
Que Monsieur le Ministre des aaires étrangères et du développement international, Madame
la Ministre des Outre-mer, et Monsieur le Haut-commissaire de la République en Polynésie
française en soient vivement remerciés. Nous tenons également à remercier Madame la Ministre
Ségolène Royal, Ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer ; Monsieur Marc Vizy,
Conseiller Outre-mer de Monsieur le Président de la république ; et Monsieur Frédéric Potier,
Conseiller Outre-mer de Monsieur le Premier ministre, pour leur écoute à notre retour de mission
et le suivi attentifs de la question Clipperton. Merci à Monsieur le député Philippe Folliot pour
son soutien, ses encouragements et ses idées sur la question Clipperton – La Passion. Merci à
l’équipage de l’Argo pour son aide avant, pendant et après l’expédition de 2016 à Clipperton ;
à Juan Mayorga, Chris Costello et Pelagios/Migramar pour de données non publiées sur la
pêche et les requins.
L’expédition organisée par National Geographic Pristine Seas de 2016 a reçu l’autorisation du
Haut-commissariat de la République en Polynésie française (réf. N° HC/167/CAB/BSIRI/MG du
03 février 2016) pour un débarquement sur l’atoll de Clipperton et l’autorisation du MAEDI (réf.
NV N° 2016.177320/DGM/DCERR/ESR du 07 mars 2016) pour une campagne océanographique
dans la ZEE de Clipperton.
8
3. INTRODUCTION
L’atoll de Clipperton (Île de La Passion) est un atoll corallien inhabité dans l’océan Pacifique
oriental, à 1080 km au Sud-Ouest du Mexique (Fig. 1). C’est le récif de corail le plus isolé et le
plus à l’Ouest du Pacifique tropical oriental (PTO). Clipperton est le seul atoll du PTO et son récif
corallien de 3,7 km2 est le plus grand de la région (Glynn et al, 1996). L’atoll contient un lagon
intérieur unique sans sortie, un relief topographique bas, et est entouré de récifs coralliens
bien cimentés qui se prolongent à des profondeurs >40 m et sont composés principalement
des coraux des genres Porites, Pavona et Pocillopora (Glynn et al. 1996). Le lagon fermé a un
fort gradient de salinité vertical, et les eaux sont presque fraîches en surface et très eutrophe
(PNUE/UICN 1988). La flore du lagon est abondante, avec de vastes herbiers d’eau douce qui
couvrent 45% de la surface du lagon (IFRECOR 1998).
Le PTO est isolé du Pacifique central et occidental par la dorsale du Pacifique Oriental (DPO),
la plus grande barrière biogéographique marine du monde (Ekman 1953). Ceci confère à la
zone un intérêt biogéographique tout particulier, car elle héberge des assemblages insolites
de flore et de faunes Indo-Pacifique et Panaméenne (Robertson et Allen, 1996). Il est possible
que Clipperton soit un tremplin important pour la connexion entre ces biorégions. Clipperton
a la plus forte concentration de poissons de récif endémiques par unité de surface retrouvée
partout dans le monde (Allen, 2008).
FIGURE 1.
Localisation
de l’atoll de
Clipperton – L’Île
de la Passion.
9
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
L'île a été identifiée comme zone importante d'oiseaux par BirdLife International avec la
deuxième plus grande colonie de fous bruns et la plus grande colonie de fous masqués au
monde. Parmi les oiseaux de Clipperton, 13 espèces se reproduisent sur l’île dont 4 espèces de
fous, et 26 autres espèces sont visiteurs (Weimerskirch, 2005). On trouve 4 espèces de sternes,
trois espèces de hérons, six de canard, des noddis bruns et noirs, la frégate du Pacifique qui se
reproduit sur place, des foulques, pun et paille-en-queue. Des changements spectaculaires
se sont produits au cours des dernières décennies, dont l'explosion de la population du crabe
Jongarthia planata, une désertification presque complète de l'île, et une augmentation des
fous masqués (Jost et Andréfouët 2006). Depuis 2000, la population des crabes a diminué
car ils ont peut-être atteint la capacité de charge maximale (Poupin et al., 2009) après avoir
dévoré toute la végétation herbacée (Jost, 2005). La diminution des crabes et l’apparition du
rat (Rattus rattus) vers 2000 a permis à la végétation de se régénérer et de recouvrir déjà 46%
des terres en avril 2015 (Jost et al., 2015).
L'atoll a été occupé fin du 19e et début du 20e siècle par des exploitants du guano, des aspirants
colons ou des militaires, principalement du Mexique, pays qui contestait la découverte française
de 1711, et la souveraineté française armée en 1858, jusqu'à l'arbitrage international de 1931 qui
octroie définitivement Clipperton à la France. L'atoll a ensuite été occupé en 1944 par l'armée
américaine et par la France entre 1966 et 1969. Domaine public d’Etat qui relève du Premier
ministre qui délègue sa gestion à la Ministre des Outre-mer, son administration est confiée au
Haut-commissaire de la république en Polynésie française dont Clipperton ne fait pas partie.
Malgré son éloignement à 1000km du continent, l’île est utilisé par des sociétés étrangères
pour la pêche au gros, la plongée ou un tourisme d’aventure, et sa zone marine est pillée par
des senneurs étrangers de plus de 1000 tonnes de capacité d’emport qui pratiquent une pêche
ravageuse des thons et des requins assistée d’hélicoptères, de vedettes rapides et de DCP que
l’on retrouve sur les plages.
3.1 OBJECTIF DE CE RAPPORT
L'objectif de ce rapport est de décrire les valeurs naturelles de Clipperton et des écosystèmes
marins autour de l’atoll, d'analyser les menaces pesant sur ces écosystèmes et de proposer des
recommandations pour sa préservation et sa gestion. Ces propositions conduisent à renouveler,
voire à préciser et à compléter certains points des recommandations du rapport parlementaire
du député Philippe Folliot2 (2016) sur l’importance de valoriser l’atoll de Clipperton.
Au regard des constats faits lors de la mission de National Geographic - Pristine Seas de
mars 2016 et de ceux faits lors des missions précédentes qui sont ici intégrés, ce document
argumente pour la création à très brève échéance d'une réserve marine autour de Clipperton
et pour l’installation d’une station scientifique permanente, ceci afin :
(1) d’assurer la protection de cet écosystème et patrimoine unique de la France et du monde,
(2) de renforcer la souveraineté de la France et d’assurer une gestion durable de sa Zone
Economique Exclusive,
(3) de créer un observatoire mondial de référence scientifique, notamment des impacts du
changement climatique sur les océans.
2 Nous reprenons une partie des recommandations du rapport parlementaire du député Philippe Folliot, auquel Prof. C.
Jost a participé, afin de préciser et compléter certains points eu égard à l’évolution rapide de la situation. Les autres
recommandations sont nouvelles et font suite aux observations de la mission National Geographic Pristine Seas 2016.
10
4. LA BIODIVERSITÉ ET LES
ÉCOSYSTÈMES DE CLIPPERTON
4.1. LATOLL
4.1.1. LA VÉGÉTATION
Après avoir été décrit comme désertique au 19e siècle, Clipperton connaît un bouleversement
écologique à partir du début du 20e siècle. Deux premiers plants de cocotiers (Cocos nucifera)
et un couple de porcs ont été importés en 1897. Les cocotiers se sont multipliés jusqu’à être
une quarantaine répartie en trois bosquets en 1935 en 1935 (Gauthier 1949), tandis que les
cochons, laissés sur place au départ des Mexicians en 1917, se sont aussi multipliés pour être
une cinquantaine en 1958 (Sachet 1962). Au cours de ces décennies, la végétation herbacée,
quelques buissons et arbustes se sont également développés et ont fini par couvrir une grande
partie de la couronne de l’atoll, comme en témoignent les photographies aériennes de la Jeanne
d’Arc de 1935 et des photographies au sol de Taylor de 1948. En 1958, la végétation herbacée,
essentiellement d’Ipomées, couvrant jusqu'à 80% de l’atoll surtout dans le Sud et l'Ouest de
l'atoll (Fig. 2) (Sachet, 1962).
La couronne nord de l'atoll dénuée de toute végétation, probablement du fait de la tempête
1957 (Sachet 1960). En 1967-1968, lors des Missions militaires françaises Bougainville, Ehrhardt
note une réduction drastique de la couverture végétale de l'atoll (Fig. 3) (Ehrhardt 1971). La
principale cocoteraie (nommée Bois de Bougainville) était en bonne santé avec 150 stipes de
cocotiers, pour un total de 590 arbres inventoriés sur l'atoll. En 1980, Taxit (1981) a identifié
seulement quelques taches d'arbustes et quelques cocotiers sur la couronne orientale et
autour de la baie de la Pince. Les tentatives en 1980 pour régénérer la cocoteraie en plantant
des cocos germées entre le Bois de Bougainville et Le Rocher ont échoué puisque la plupart
des nouvelles plantes n’étaient pas visibles en 1982 (Fig. 3).
FIGURE 2.
Couvert végétal
continu en 1944
et 1958 au sud-
est de l’île, vue
sur le « Rocher
» du sud-ouest
vers le nord-est
(photos : Taylor
1944 et MH
Sachet 1958)
19581944
11
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
FIGURE 3.
Cartes de la
couverture
végétale à
Clipperton en
1958, 1968,
1980, 2001 et
2015 (X. Jost,
d’après
diérents
auteurs)
En Novembre 1997, Jost (1997, 2003) rélève une absence total de couverture herbacée sur la
couronne, hormis les cocotiers et quelques îlots enherbés. En Février 2001, Jost et l’équipage
de la frégate militaire Latouche-Tréville qui l’assiste pour le comptage, dénombrent 674
cocotiers sur l’ensemble de l’île, dont 449 grands (>4 m), 109 moyens (de 2 à 4m) ; 121 petits
(de 1m à 2m de bonne vigueur). 479 toutes tailles confondues forment la cocoteraie du Bois
ou Camp de Bougainville (Jost 2001, 2003) (Fig. 4). Seulement six îlots du lagon étaient
encore couverts par de la végétation, principalement des Cyperaceae, des Scrophulariaceae,
et certaines Convolvulaceae tels que Ipomoea pes-caprae. En 2001, les changements ne sont
pas très importants par rapport à 1997, mais on remarque la réduction de la couverture
végétale sur l'un des deux îlots aux Sternes. Les observations de la flore sur les Îles aux Œufs
ont seulement révélé une demi-douzaine d'espèces présentes sur ces îlots.
1958
1980
1968
2001
2015
12
C. Jost, UPF,
La végétation est réapparue depuis les années 2005, suite à la baisse de la population de crabes
terrestres (Jongarthia planata). Jost a observé une extension rapide de la végétation depuis
2001 puis en 2013 et 2015, au détriment de l’espace occupé par les fous, notamment les fous
masqués qui nichent habituellement à même le substrat minéral et qui sont désormais gênés
par les stolons (lianes) que développent les Ipomées (Ipomea pes caprae et Ipomea triloba)
dans lesquels ils se prennent les pattes. Les oiseaux n’occupent que les espaces où le sol peut
encore apparaître en marge ou au milieu des Ipomées. Les cocotiers (Cocos nucifera),
progressent non seulement en nombre mais gagnent de nouveaux espaces. Les bosquets se
multiplient et se densifient.
Si en 2001 Jost en dénombrait 674 au stipe de plus d’un mètre de haut, 806 en 2015, 865
en février 2016 (Clua, 2016), ils étaient 873 en mars 2016 à plus ou moins cinq
individus près à chaque comptage (Fig. 3).
4.1.2. LES OISEAUX
Clipperton est connu depuis une quinzaine d’année comme l’île abritant la plus grande colonie
au monde de fous masqués (Sula dactylatra) (Fig. 5). Les recensements réalisés en 1997 et 2001
(Jost, 2001), en 2003 (Pitmann, 2003), 2005 (Weimerskirch et al., 2009) font tous état d’une
population de fous masqués entre 100 000 et 110 000 individus. L’évolution de la population
d’oiseaux est montrée dans le Tableau 1.
FIGURE 4.
Evolution
du nombre
de cocotiers
(Cocos nucifera)
supérieurs à un
mètre au cours
des années
depuis son
introduction
en 1897
(C. Jost, 2016)
NOMBRE DE COCOTIERS (Nb>1m)
1880 1900 1920 1940 1960 1980 2000 2020 2040
1000
900
800
700
600
500
400
300
200
100
0
-100
R2 = 0,9034
13
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
FIGURE 5.
Fous masqués
sur nids dits
actifs. Début de
recomposition
des couples en
fin de journée
lors du retour
de la pêche de
l’un des adultes.
Photo de drone
à très basse
altitude; vue
vers le NE vers
17h00 le 15 mars
2016. (©Jon
Betz – NG-PS)
La population des oiseaux n’avait pas été recensée depuis 2005 (Weimerskirch et al., 2009).
Le dénombrement exhaustif des fous masqués (Sula dactylatra) réalisé en mars 2016 évalue la
population des fous masqués à 37 000 individus, soit entre 35 000 et 40 000 individus, (Fig. 6).
FIGURE 6.
Répartition
des fous
masqués (Sula
dactylatra) par
secteurs en
mars 2016 et
pourcentage de
la population
des secteurs
par rapport au
total général.
Les points
noirs indiquent
les colonies
de fous bruns
observées
sans être une
représentation
exhaustive
des colonies
(C. Jost, 2016).
14
TABLEAU 1.
Liste des oiseaux se reproduisant sur Clipperton (*13 espèces en 2005 selon Weimerskirch et al.). ** Le fou de Grant a été assimilé au
fou masqué sauf en 2005 où il a été compté à part.
Famille Espèces Nov. 1901
Beck
Août 1958
Stager
Juil. 1968
Ehrhardt
Mar. 1980
Taxit &
Ehrhardt
Nov. 1997
Jost
Fév. 2001
Jost
Fév 2005
Weimerskirch
et al.
Mar. 2016
Jost
Sulidés Fou masqué
(Sula
dactylatra)
plusieurs
milliers <150 4239 8000 ~ 100 000 ~ 110 000 100 000 37 000
Fou brun
(Sula
leucogaster)
<500 15 300 25 500 >500 > 2000 7000 2000
Fou à pieds
rouges (Sula
sula)
occasionnel 293 450 <500 300
Fou de
Grant** <50
Laridés genre
Anous
Noddi brun
(Anous
stolidus
ridwayi)
abondant 33 74 150 -
200 <1000 100
Noddi noir
(Anous
minutus)
abondant 13 74 0 <1000
Laridés genre
Onychoprion
Sterne
fuligineuse
(Sterna
fuscata)
~ 1000 200 0 600-800 0 2000 0
Sterne
Gygis
(Gygis alba
candida)
50 10 4 1 1 6 6
Fregatidés Frégate du
Pacifique
(Fregata
minor)
~250 642 1000-
1300 >500 >500 1350-1675 1500
Rallidés Foulque
(Fulica
americana)
200 150
Poule d’eau
(Gallinula
chloropus)
50
Phaéthontidés Paille-en-
queue à
brins rouge
(Phaeton
rubricauda)
occasionnel 6 0 8
Procellariidés
genre Pun
Pun du
Pacifique
(Punus
pacificus)
4 0 <100
TOTAL thousands 2000 25 662 33 954 ND ND ND ND
ND = Non disponible
15
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
Il n’est donc plus certain que la population des fous masqués soit encore la plus grande colonie
au monde.
n
n
La population des fous bruns (Sula leucogaster) (Fig. 7) est toujours répartie en colonies
d’une centaine d’individus en général, parfois moins, tout autour de la couronne. Les
colonies sont principalement situées sur la grève ou sur le haut de plage, rarement sur la
pente interne vers le lagon. De 7000 en 2005, leur nombre a apparemment baissé à
environ 2000 individus en mars 2016.
Les fous à pieds rouges (Fig. 8), estimés à moins de 500 en 2005, se localisent
essentiellement dans les cocoteraies et localement dans les rares arbustes près de la
piste d’aviation coté lagon (secteurs II, IV, VIII). Ils construisent des nids dans les cocotiers.
Les fous de Grant n’ont pas pu être distingués des fous masqués auxquels ils étaient
assimilés jusqu’en 2003 (Pitman, 2003). Seule une cinquantaine d’individus a été signalée en
2005.
FIGURE 7.
Petite colonie de
fous bruns (Sula
leucogaster)
comme on les
trouve tout
autour de la
couronne sur la
grève ou sur les
hauts de plage
et quelques
couples dans
les cocoteraies
(Fig. 6 carte)
(© C. Jost)
16
n
FIGURE 8.
Fou à pieds
rouges (Sula
sula) et son
juvénile dans
le nid, et fou
brun (Sula
leucogaster)
à gauche.
(© C. Jost)
FIGURE 9.
Frégate du
Pacifique au sol
au milieu des
déchets,
côte nord-est
(©C. Jost)
n
Autres oiseaux:
Frégates du Pacifique (Fregata minor) estimées à environ 1500 individus Fig. 9) ;
17
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
En haut :
En bas :
Fous à
pieds
rouges près
de la piste
d'aviation
n Sternes: 3 sternes blanches Gygis alba (deux au Rocher et quatre dans le bois de Bougainville)
(Fig. 10) ; pas de sternes fuligineuses, espèce migratrice, observées seulement en 1997 et 2005
sur les îlots aux Sternes ;
n Foulques (Fulica americana) : 50 individus dans le lagon nord quittant le grand bosquet de
cocotiers nord (secteur IIa), une cinquantaine d’individus au niveau de l’ancien camp Passion
2015 dans le secteur III et plusieurs nids avec œufs près du Rocher, soit un total estimé à 150
individus (Fig. 11).
n Des poules d’eau, plutôt que des canards, ont été aperçus à l’ouest du lagon près des îles aux
oeufs, mais l’identification a posteriori sur photos et le dénombrement reste incertain,
mais il semble plutôt s’agir d’une cinquantaine de poules d’eau (Gallinula chloropus)
comme déjà décrites dans le passé.
FIGURE 10.
Sterne blanche
C. Jost)
FIGURE 11.
Foulques dans
le lagon, et nid
près du rocher.
18
C. Jost)
FIGURE 12.
Noddi brun
la nuit.
FIGURE 13.
Crabes
dévorant
un juvénile
à côté des
parents (retour
de pêche en
mer de l’un des
adultes noté à
17h30)
n Noddi brun (Anous stolidus) : plus d’une centaine d’individus en couple ont été aperçus dans
la broussaille sur la couronne ouest sans pouvoir les dénombrer précisément. Au bois de
Bougainville, un couple est arrivé de nuit et s’est posé sur un cocotier (Fig. 12).
n pas d’observation d’échassier, ni de paille-en-queue ce qui ne signifie pas qu’ils n’étaient
pas présents.
n Nombreux oiseaux morts au sol, mais apparente mort naturelle (certains sans doute
d’épuisement après longue quête de nourriture en mer) ; pas d’observation de plastiques dans
les estomacs (éventration de deux individus morts). Les cadavres ne sont plus
rapidement boulottés par les crabes comme il y a dix ans, bien que quelques poussins fassent
toujours l’objet d’une consommation par les crabes (Fig. 13).
19
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
C. Jost)
C. Jost)
4.1.3. INVERTÉBRÉS TERRESTRES
n Les crabes (ex Gecarcinus planatus Stimpson, devenus Jongarthia planata depuis les travaux de
l’équipe mexicaine de l’UNAM, PASSION 2015) sont en moyenne de bien plus petite taille qu’il y a
quinze ans et surtout bien moins nombreux (Fig. 14). Craignant le soleil, ils sortent de leurs terriers
dans le sol ou de sous un rebord de terrassette quand le soleil est au plus bas à partir de 16h30,
17h. Diversivores, ils consomment essentiellement des espèces végétales basses (Heliotropium
curassavicum notamment), des cocos au sol, des cadavres d’oiseaux et occasionnellement, les
plus vigoureux peuvent s’attaquer à un poussin ou préleverà un œuf. A l’opposé de leur attitude
agressive, à tout le moins sans aucune crainte, dans les années 1990 et 2000, aujourd’hui ils ne
s’attaquent plus directement à tout ce qui est à leur portée et ont un comportement beaucoup
plus farouche, fuyant à l’approche de l’homme. Leur comptage qui suppose plusieurs personnes
travaillant simultanément sur plusieurs jours n’a pas été possible en solo pendant la mission de
2016. Des observations et analyses de la mission Passion 2015 seront publiées dans les prochains
mois par l’équipe mexicaine de l’UNAM dirigée par la Dra Solis-Weiss.
FIGURE 14.
Le crabe
terrestre
Jongarthia
planata est
toujours
prédateur de
la végétation
et de la faune
aviaire, mais il
est en nombre
bien inférieur
aux précédentes
années et peu
gênant. ( Photo
haut : © C. Jost
2016. Bas :
© S. Dugast -
Passion 201
5)
n Insectes: l’échantillonnage des arthropodes réalisé en 2015 est en cours d’analyse à l’institut
Malardé à Tahiti. Quelques observations 2016 : toujours absence de moustiques ; présences
de mouches (taille et genre taon) peu nombreuses ; Blattes observées au sud, pas dans la
cocoteraie Bougainville, mais peu gênantes ; contrairement à 2013 où elles étaient omniprésentes
et envahissantes dans le premier bosquet de cocotiers au nord du Rocher ; Fourmis : présence
dans le Bois de Bougainville (rappel : première colonie aperçue en 2005 uniquement au pied du
cocotier N, puis observée et échantillonnée en 2013 et 2015 à d’autres endroits de la couronne,
ce qui traduit l’extension de leur territoire.)
20
FIGURE 15.
Ci-dessus:
Dépôts
actuels de
franchissements
des vagues
(dans l’année
2016) atteignant
le lagon à
l’arrière-plan.
Couronne nord.
A droite:
Mesure au triple
décamètre de
la largeur de la
couronne Nord
au point le plus
étroit. Largeur
de 20m (sans
changement par
rapport à 2015),
mais la largeur la
plus étroite était
de 100m à ce
point en 1968.
4.1.4. DYNAMIQUE CÔTIÈRE ET ÉROSION LITTORALE
L’accélération de l’érosion côtière est manifeste et surprend l’observateur régulier par la
rapidité des changements de la côte d’une année sur l’autre, voire même d’une semaine à
l’autre. L’évolution du littoral est suivie depuis de nombreuses années, et plus particulièrement
le secteur du Rocher, dit de l’ancienne passe sud-est, qui évolue très vite et est suivi depuis
1935. Par ailleurs, pour l’ensemble de l’atoll, le modèle numérique de terrain réalisé lors de la
mission Passion 2015 fournit désormais un «état zéro» très précis à partir duquel les mesures
ultérieures qui seront réalisées au DGPS dans les mêmes conditions permettront de chirer
précisément les volumes de matériaux arrachés à la côte et ceux accumulés (Jost et al., 2015
rapport, dont Dumas P., Arakino M. et le SHOM; publications en cours).
Durant la mission Pristine Sseas de 2016, seules quelques mesures ponctuelles ont pu être
réalisées, mais elles montrent localement les changements rapides entre avril 2015 et mars 2016.
La largeur de la couronne a été mesurée par C. Jost au triple décamètre sur la côte nord et sur
la côte sud-est au droit du Rocher afin d’évaluer la progression de l’avancée marine (Fig. 15).
n Rappelons que la dynamique de recul du trait de côte au droit du Rocher a été de 1,1m par an
de 1935 à 2001, mais de 3,3m par an depuis 2001 (Jost C., Rapport PASSION 2015) (Figs. 16-17).
21
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
n La largeur du cordon littoral séparant devant le Rocher l’océan de la lagune qui se raccorde au
lagon était de au plus étroit de 20m en avril 2015, de 14m en février 2016 (Clua, 2016) et de 11m
mesurés le 16 mars 2016 (Figs. 16-18).
FIGURE 16.
Point de mesure
côté océan;
maximum de
montée de la
mer en journée,
houle de 2,5m
de NW et vent
de NE (25nds)
(16/03/2016)
FIGURE 17.
Mesure à 11m
de la largeur
minimale du
cordon littoral
entre l’océan et
la lagune (au 2e
plan) en cours
de comblement.
FIGURE 18.
En mars 2016, le
cordon littoral est
à moins de 2m
du Rocher et sa
largeur minimale
n’est plus que
de 11m contre
20m en 2015. La
réouverture de
l’ancienne passe
(ou hoa) pourrait
se produire au
niveau du secteur
où il reste 30m
de dépôts de
sables et graviers
à enlever. Noter
la position
de la ligne de
rivage en 1935
(Vue aérienne
d’avril 2015 avec
indications de
mars 2016) (C.
Jost, 2016)
Couronne de l’atoll
Trait de côte en 1935
Cordon littoral
Lagon
Ancienne passe 30m
11m
Dépôts actuels de
franchissements de vagues
22
Lagune
FIGURE 19.
Vue de la lagune
et du chenal
vers le lagon.
L’avancée du
cordon littoral
(sables et
graviers ocre
clair avançant
et comblant
la lagune). Au
premier plan,
secteur de largeur
de 11m du cordon
littoral. A gauche,
au 2e plan,
bloc du Rocher
eondré.
FIGURE 20.
Moins de 2m
avant que le
cordon littoral
ne touche le
Rocher et ferme
la lagune à
l’arrière-plan
FIGURE 21.
Vue 2016 depuis
le Rocher vers
l’Est. Au 2e
plan, la lagune
en cours de
comblement, le
cordon littoral
et les dépôts
frais de sables
et graviers
coralliens blanc
(C. Jost, 2016)
n La lagune près du Rocher se réduit d’année en année et est en cours de comblement. Le cordon
littoral n’est plus qu’à 2 mètres (Figs. 19-21).
23
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
Secteur de franchissements des vagues Largeur minimale du cordon littoral : 11m
n Rétrécissement de la largeur de la couronne Nord de 100m en 1968 à 20m en 2015 et mesurée
à nouveau à 20m en 2016 (cf. Rapport PASSION 2015).
n 21 mètres= c’est l’altitude la plus haute à laquelle ont été retrouvés des débris coralliens dans le
Rocher (dont l’altitude maximum est de 29m)! Ces fragments centimétriques de corail, piégés
dans des creux de la roche volcanique du Rocher ne peuvent avoir été déposés que par
de puissantes vagues lors d’épisodes cycloniques, voire de tsunami. L’altitude de
l'échantillon a été calculée par triangulation en tirant une corde droite du point de
prélèvement de l’échantillon jusqu’au niveau du lagon (Fig. 22).
FIGURE 22.
Point de
prélèvement des
échantillons de
gravier de corail
d’où une corde a
été tirée jusqu’au
niveau de base
pour le calcul
de l’altitude par
triangulation. Ici
côté lagon vue
vers l’ouest vers
le Crochet au
2e plan (© Eric
Brown NG-PS).
FIGURE 23.
Bulldozer
abandonné par
l’armée US fin
1944 mis à jour par
l’érosion marine
entre 2012 et
2013 sur la côte
NE entre l’épave
du Dixie Isle II et
proche du premier
bosquet de
cocotiers vers le
sud. En 2013, et en
2015, la plage était
essentiellement
sableuse avec
quelques gros
galets épars. En
2016, la plage était
de blocs rocheux
de corail et le
bulldozer avait été
dégagé, soulevé
et déposé sur un
boulder (© C. Jost
2013 et 2016).
24
FIGURE 24.
Capteur
d’aérosols
construit par
l’équipe de
recherche
GEPASUD de
l’UPF avec GPS
intégré. Site
du bivouac
dans le Bois de
Bougainville
sur une dalle
de béton, reste
des missions
Bougainville
1966-1969
(© C. Jost)
4.1.5. MESURES D’AÉROSOLS
Un capteur d’aérosols a été déployé et mis en service à sept reprises pendant des durées
d’une heure pour mesurer les particules présentes dans l’air de Clipperton et pour en identifier
les éléments et traces pouvant le cas échéant provenir du continent, distant rappelons-le de
plus de 1000km. Le capteur, construit par l’équipe de recherche GEPASUD que dirige le Pr
Barriot de l’Université de la Polynésie française à Tahiti, est un boitier métallique percé de
deux orifices équipés de filtres le tout étant orienté vers le disque solaire. Un dispositif intégré
permet l’enregistrement des images sur carte SD durant l’heure de mesure. Un GPS intégré
enregistre la position. Les mesures ont été faites à diérents moments de la journée au même
lieu, le Bois de Bougainville.
La première mesure a été réalisé le 14 mars entre 07h56 et 09h00 au point : 10° 17.997’N,
109°13.802’W (Fig. 24). Le vent était de NNE de 20km/h en moyenne avec des rafales à
30km/h; le ciel était clair avec quelques passages de petits cumulus de beau temps. Les autres
mesures ont été réalisées les jours suivants aux mêmes heures les 16 et 17/03, et une mesure à
15h35 le 16/3.
Deux mesures supplémentaires ont été faites pour comparaison sur la côte continentale
mexicaine à Manzanillo.
Le traitement et les analyses sont en cours.
25
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
4.2. LE LAGON
Le lagon (Fig. 25), ouvert par deux passes, au nord et au sud-est, jusque vers 1840 s’est
naturellement fermé vers 1850. Il est un des rares lagons à n’avoir aucun hoa (passage d’eau
de mer à marée haute). Il est ainsi devenu méromictique, présentant une couche d’eau douce à
saumâtre en surface, de 6m dans les années 1960, à 15m d’épaisseur mesurée en 2015, surmontant
une couche organique faisant transition avec l’eau salée et sulfureuse en profondeur. Les eaux
turbides sont stratifiées avec des salinités de surface allant de 3,5 à 5,3 ‰ et atteignant 34 ‰
dans les zones plus profondes rencontrées dans plusieurs bassins lagunaires clos (Ehrhardt
1971b, NIAUSSAT 1986). Les eaux de surface et les eaux profondes ne se mélangent pas et les
eaux anoxiques profondes (> 14m) sont saturés avec de l’hydrogène sulfuré. Sa composition
chimique est détaillée dans Bourrouilh-Le Jan et al. (1985).
La diversité des poissons est faible dans le lagon, avec quatre espèces déclarées en 1968
(Ehrhardt 1971b). La flore benthique a été signalée comme tout aussi pauvre en espèces avec
des phanérogames (Rupia maritima) et des algues vertes de la famille Characeae (Bourrouilh
Le Jan et al., 1985). Les communautés algales sont abondantes et productives (Murphy et
Kremer, 1983) et fertilisées en permanence par la libération de phosphate et de nitrate qui
viennent des déjections d'une grande population d'oiseaux (~ 1,8 tonnes / jour pour 35.000
oiseaux en 1968, selon Bourrouilh Le Jan et al ., 1985). Il a été estimé précédemment que ces
macrophytes couvraient 45% de la lagune, la plupart du temps sur les terrasses peu profondes
et intertidales en bordure de la couronne (Ehrhardt, 1971).
FIGURE 25.
Le lagon de
Clipperton.
26
4.3. LE RÉCIF CORALLIEN
4.3.1. LES CORAUX
Vingt espèces de coraux durs au total ont été enregistrées sur l'atoll de Clipperton (Tableau 2)
dont une nouvelle espèce (Leptoseris incrustans) enregistrée pour cette zone en 2016 (Fig. 26).
La couverture corallienne globale en mars 2016 atteint en moyenne 45% avec une couverture
corallienne moyenne plus élevée retrouvée à 20 m (59,7 ± 26,4% ET) par rapport à 10 m (40,9
± 18,0% ET) sur les 14 sites. L'espèce de corail la plus abondante est Porites lobata, qui couvre
18,3% du substrat. Les cinq coraux les plus abondants sont Porites arnaudi (11,1%), Pocillopora
eusus (7,1%), Pavona varians (5,6%), Porites lutea (2,8%) et Pavona clavus (2,4%). Les 14 espèces
restantes représentent à peine 3,0% de la couverture totale du substrat.
La composition des espèces de corail dans la zone peu profonde est dominée par P. lobata,
P. lutea et P. eusus. Dans la zone plus profonde, les espèces de coraux prédominants sont
P. lobata, P. arnaudi, P. varians et L. incrustans. Le corail noir Antipathes galapagensis, apparaît
d’abord à 40 m et est devenu plus abondant à 50 m, ce qui apparaît comme la limite inférieure
de développement des récifs scléractiniaires.
FIGURE 26.
Leptoseris
incrustans à
droite, comparé
à Pavona varians
à gauche. Photo
prise à 20 m.
27
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
La composition de la communauté corallienne est similaire entre les diérents régimes
d'exposition aux vagues (F1,24 = 1,13, p = 0,36). Les assemblages coralliens diérent toutefois
significativement entre les profondeurs (F1,24 = 16,97, p <0,001), avec une couverture
corallienne à la fois plus élevée et plus diversifiée sur les sites à -20 m par rapport aux sites
à -10 m. La composition des espèces de corail dans la zone plus profonde est, quant à elle
dominée par P. lobata, P. arnaudi, P. varians et L., incrustans. Dans la zone peu profonde les
coraux prédominants étaient P. lobata, P. lutea et P. eusus. Une analyse SIMPER a révélé
que les espèces uniques aux sites à 20 m qui ont le plus contribué à la dissemblance étaient
P. arnaudi (pourcentage de la contribution de 22,4%), P. varians (11,8%), et L. incrustans (6,8%).
En revanche, P. eusus (15,8%) était la principale espèce la plus abondante dans la zone
peu profonde par rapport aux sites plus profonds. Il n’y avait aucune interaction significative
(F1,24 = 0,72, p = 0,66) entre l’exposition aux vagues et la profondeur, indiquant que le
motif dans la composition des communautés de corail était cohérente autour de l’île. La
composition de la communauté des coraux sur diérents sites était clairement séparée
par la profondeur sur les graphiques nMDS, indépendamment des diérentes expositions
aux vagues, qui montraient une concordance élevée entre les sites (Fig. 27). Le corail noir
(galapagensis Antipathes) était une espèce remarquable qui est apparue d’abord à 40 m puis
est devenu plus abondante à 50 m. D’après les sondages en submersible, cette profondeur
était à la limite inférieure de développement des récifs scléractiniaires.
FIGURE 27.
Positionnement
multidimension-
nel, non métrique,
de la composition
des commu-
nautés de corail
et des points
d’échantillonnage
en fonction de la
profondeur et de
l’exposition aux
vagues autour
de l’atoll de Clip-
perton. La profon-
deur est indiquée
par le numéro au-
dessus de chaque
symbole (10 =
10 m, 20 = 20
m). L’exposition
aux vagues est
représentée par
la couleur et la
forme du symbole
(carré bleu LP =
houle de longue
période frappant
les rives Nord
et Est, Triangle
rouge TW = houle
des alizés frap-
pant les côtes Sud
et Ouest)
2020
20
20
20
20
20
20
20
20
20
20
20
Dissemblance : S17 indice de dissimilarité Bray-Curtis
10
10
10 10 10
10
10
10
10
10
10
10 10
10
20
LP
TW
VAGUE
2D Stress = 0.14
28
TABLEAU 2.
Coraux sclé-
ractiniaires et
non-scléracti-
niaires signalés
dans diverses
études de l’Atoll
de Clipperton.
Les références se
trouvent dans la
littérature citée.
Famille Espèce
Glynn
et al.
1996
Carricart-Ganivet
& Reyes-Bonilla
1999
Veron
2000
Flot &
Aderoud
2009
Étude
en
cours
Nouvel
enregis-
trement
Coraux scléractiniaires
Rhizangiidae Astrangia sp. X X
Dendrophylliidae Balanophyllia sp. X X
Caryophylliidae Cyathoceras sp. X X
Agariciidae Gardinoseris
planulata X
Agariciidae Leptoseris
incrustans X X
Agariciidae Leptoseris
scabra X X X X X
Caryophylliidae Paracyathus sp. X X
Agariciidae Pavona clavus X X
Agariciidae Pavona
explanulata X X
Agariciidae Pavona gigantea X X X
Agariciidae Pavona
maldivensis X X X X X
Agariciidae Pavona minuta X X X X
Agariciidae Pavona varians X X X X X
Pocilloporidae Pocillopora
capitata X X
Pocilloporidae Pocillopora
damicornis X
Pocilloporidae Pocillopora
eusus X X X
Pocilloporidae Pocillopora
elegans X X X
Pocilloporidae Pocillopora
eydouxi X X X
Pocilloporidae Pocillopora
inflata X
Pocilloporidae Pocillopora
meandrina X X X X
Pocilloporidae Pocillopora sp. X X
Pocilloporidae Pocillopora
verrucosa X X X X
Pocilloporidae Pocillopora
woodjonesi X X
Poritidae Porites arnaudi X X X
Poritidae Porites
australiensis X X X X
Poritidae Porites lobata X X X X X
Poritidae Porites lutea X X X X
Poritidae Porites
panamensis X
Poritidae Porites sp. X X
Siderastreidae Psammocora
superficialis X X X
Dendrophylliidae Tubastraea
coccinea X X X X
Coraux non scléractiniaires
Milleporidae Millepora exaesa X X X X
Coraux 818 21 20 20 1
Cnidaires 919 22 21 20 1
29
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
Compte tenu de la paupérisation de l'assemblage corallien autour de Clipperton, le taux de
couverture corallienne peu être considéré comme assez élevée si l’on tient également compte
son isolement et de sa localisation dans le Pacifique oriental. Les pentes abruptes de l'atoll
créent une structure de communauté de corail spectaculaire avec de grandes têtes (1,5 - 2
m) de P. lobata , des plaques en terrasses de P. arnaudi et des colonies massives de P. clavus
entourant la majeure partie de l’île (Fig. 28). Comme indiqué dans Glynn et al., (1996), Clipperton
est considéré comme le plus grand récif de corail du Pacifique oriental en termes de superficie
de récifs (370 ha). Les coraux des genres Porites, Pocillopora, Pavona et Leptoseris ont été
enregistrés dans d’autres îles du Pacifique tropical oriental (Glynn et al., 1996), mais sont loin
d’être aussi abondants qu’à Clipperton, ce qui rend cet assemblage tout à fait distinct (Flot et
Adjeroud 2009).
Les communautés benthiques autour de Clipperton sont très homogènes en termes de
composition des espèces. P. lobata est le corail le plus dominant en termes de pourcentage de
couverture. Les récifs profonds à 20 m présentent généralement une couverture corallienne
plus élevée que les récifs peu profonds à 10 m. Ces modèles sont similaires à ceux que Glynn
et al., (1996) ont rapporté 20 ans auparavant. La couverture spatiale varie, cependant, car
certaines sections le long des secteurs Est et Sud-Est de l'atoll montrent des dégâts au récif
de type colonies fragmentées ou coraux morts. Ce modèle suggère une exposition saisonnière
aux vagues et une distribution de l'habitat contrôlé en profondeur, ainsi que des perturbations
périodiques à une échelle de temps supérieure à décennale, compte tenu de la grande taille
des colonies observées. D'autres signes de perturbation de la communauté corallienne
comprennent des décolorations et des maladies du corail (Fig. 28). La fréquence d'apparition
de ces signes a cependant été estimée à moins de 1% au cours de notre enquête.
Les coraux durs représentent 45% de la couverture du substrat total, suivis par le substrat nu
(17%), les algues coralliennes en croûte (13%), les gazons algales (12%) et les macroalgues (12%)
(Fig. 29). La couverture corallienne la plus faible se truve le long de la face Est de l'atoll face
au vent (Fig. 30). Les gazons algals et les macroalgues étaient les plus fréquents à ces mêmes
sites exposés au vent d’Est.
FIGURE 28.
Gauche:
Des colonies
coralliennes
massives de
P. lobata, P.
arnaudi et P.
clavus dominent
la structure des
communautés
de corail autour
de l’atoll de
Clipperton sur
des pentes
récifales à 15-20
m de profondeur.
Droite: Site
de 7 à 20 m
de profondeur
montrant
des colonies
brisées de
coraux Porites
et Pavona.
30
FIGURE 29.
Couverture
du fond des
principaux types
de substrat autour
de Clipperton.
CCA - Algues
coralliennes
en croûte.
FIGURE 30.
Répartition
spatiale de
la couverture
benthique
autour de l'atoll
de Clipperton.
Chaque graphique
représente le
pourcentage
de couverture
moyenne des
principaux types
de fond pour
les deux
profondeurs aux
14 sites sondés.
0 10 30 40 5020 60
POURCENTAGE DE COUVERTURE
Macroalgues
Gazon algal
CCA
Substrat
Coraux durs
109°14'30"W 109°14'0"W 109°13'30"W 109°13'0"W 109°12'30"W 109°12'0"W 109°11'30"W
109°14'30"W 109°14'0"W 109°13'30"W 109°13'0"W 109°12'30"W 109°12'0"W 109°11'30"W
10°17'0"N 10°17'30"N 10°18'0"N 10°18'30"N 10°19'0"N
10°17'0"N 10°17'30"N 10°18'0"N 10°18'30"N 10°19'0"N
COUVERTURE DU
FOND (%)
Coraux durs
Substrat
CCA
Gazon algal
Macroalgues
31
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
En comparaison avec les premiers sondages quantitatifs menés par Glynn et al., (1996) en
1994, le pourcentage de la couverture corallienne ne semble pas avoir changé sur les sites
sélectionnés. Glynn et al, (1996) ont rapporté un pourcentage de couverture corallienne totale
de 81,3% à 16 m de profondeur et de 33,0% à 10 m de profondeur le long du transect 19 (Tableau
3). Ces transects sont à peu près équidistants (250 m) des sites 8 et 11 de la présente étude. Au
site 8, cependant, la couverture corallienne totale est de 30,0% (20 m) et 31,6% (10 m) avec des
résultats similaires pour le site 11 (27,6% à 20 m, 32,0% à 10 m). Dans cet exemple, il apparaît que
le récif plus profond le long de ce secteur Sud-Est de l'atoll a subi d'importants dégâts depuis
1994 par rapport aux récifs peu profonds qui sont restés relativement stables. Des sondages
eectués par Flot et Adjeroud (2009) en 2005 sur trois sites (A, B, C) sur trois strates de
profondeur (6, 12, 18 m) ont montré une tendance similaire d'une couverture corallienne plus
forte sur les récifs profonds par rapport aux récifs peu profonds. Les résultats de pourcentage
de couverture corallienne de leur étude étaient un peu plus élevés que dans la présente étude
à l'exception notable de la station plus profonde du site B, qui avait près de la moitié de la
couverture corallienne décrite dans la présente étude. La diérence peut être simplement
fonction d'une microrépartition du récif sur ce site.
Glynn et al., 1996 Expedition Pristine Seas 2016
Site Profondeur (cm) Couverture corallienne Site Profondeur (cm) Couverture corallienne
19 10 33,0 8 10 31,6
11 10 32,0
16 81,3 8 20 30,0
11 20 27, 6
Flot & Adjeroud 2009*
Site Profondeur (cm) Couverture corallienne Centre Profondeur (cm) Couverture corallienne
A 12 26,0 1 10 12,0
18 93,0 20 69,6
B 12 63,0 10 10 51,2
18 35,0 20 64,4
C 12 30,0 3 10 42,4
18 43,0 20 38,0
TABLEAU 3.
Pourcentage
de couverture
corallienne dans
des transects
comparables
entre les études
antérieures et
l’étude actuelle.
Les références se
trouvent dans la
littérature citée.
32
Les 20 espèces de corail documentées dans l’expédition de 2016 sont comparables aux études
précédentes, avec quelques diérences notables (Tableau 2). Tout d’abord, la présence de L.
incrustans, qui n'a pas été préalablement enregistré à Clipperton. Une incertitude taxonomique
d’identification sur le terrain de L. incrustans et L. scabra est possible puisque ces deux espèces
étaient signalées dans l’expédition actuelle. En fait, Flot et Adjeroud (2009) présentent une
photographie de L. scabra à la figure 166 qui pourrait être identifiée comme L. incrustans.
Les photographies des deux espèces dans la présente étude ainsi que les caractéristiques
morphologiques, correspondent cependant bien aux descriptions de Veron (2000). Une autre
possibilité pour l’«apparence» de cette espèce dans la présente étude est qu’elle peut être une
colonisation récente de l’atoll depuis la dernière expédition en 2005. Glynn et al., (1996) ont
déclaré que Clipperton peut agir comme tremplin pour la faune du Pacifique tropical oriental.
La majeure partie des colonies de L. incrustans était de petite taille (10 - 20 cm de diamètre) et
l’abondance était faible (0,8%), suggérant une colonisation récente. Malgré les preuves, il semble
que la présence de ce nouvel enregistrement ne peut être confirmée pour le moment, d’autant
plus que les modèles d’abondance de L. incrustans étaient semblables à L. scabra (<0,1%).
Une seconde diérence notable dans la composition des espèces des études antérieures, est
l’abondance de Pavona clavus. Veron (2000) et Hickman (2008) ont déclaré que cette espèce
est commune dans le PTO. Veron (2000) ont également indiqué dans des cartes de distribution
spatiale qu’une espèce voisine, P. duerdeni, a été documentée à partir de cette région, mais
aucune autre étude n›a confirmé ce fait. Il est possible que P. duerdeni était présent dans
l’assemblage de corail, mais la colonie n’a pas montré de structure classique en crêtes parallèles
comme on les trouve ailleurs. Flot et Adjeroud (2009) ont signalé la présence d’une espèce
similaire, P. minuta, qui a été trouvée dans des sondages antérieurs ainsi que dans l’étude
actuelle, mais pas dans Veron (2000). De toute évidence, il n’y a pas d’accord sur Pavona spp.
massive et colonnaire retrouvée à Clipperton.
Troisièmement, plusieurs espèces en eaux profondes, telles que Astrangia sp., Cyathoceras sp.
et Paracyathus sp. n’ont pas été observées dans les sondages de plongée de cette étude. Un
examen préliminaire de la vidéo submersible documentait Caryophyllia sp. à 160 m le long de
la pente occidentale. Une analyse plus poussée de la vidéo en eau profonde pourrait révéler la
présence d’une ou plusieurs des espèces précédemment signalées.
Enfin, l’absence de corail de feu, Millepora exaesa, a été une surprise puisque toutes les études
précédentes avaient observé cette espèce. Glynn et al, (1996) ache des photographies de
Millepora à plusieurs profondeurs dans les plages de sondage de l’étude actuelle. Flot et
Adjeroud (2009) ont déclaré que cette espèce a été fréquemment observée à Clipperton en
2005. Peut-être, les colonies restantes de cet hydrocoral ne se trouvent que dans certaines des
zones plates de récifs qui n’ont pas été sondées dans l’étude actuelle. Une autre possibilité est
que cette espèce a disparu de Clipperton depuis les derniers sondages réalisés en 2005. Les
sondages vidéo longue distance opérée par des plongeurs (DOVS) couvraient plus de 6 km de
l’atoll et ne documentent pas de colonies de Millepora. De plus, aucune trace de squelette mort
n’a été retrouvée dans aucun sondage sous-marin. L’absence de cet hydrocoral commun dans
la présente étude reste un mystère.
33
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
4.3.2. LES ALGUES
La flore marine de Clipperton est extrêmement pauvre: seules 83 espèces d’algues ont été
signalées à ce jour (Payri et al, 2009). Les seules espèces communes dans les profondeurs
sondées (entre 8 et 25 m de profondeur) lors de notre expédition comportaient plusieurs
espèces d’algues coralliennes en croûte, principalement Hydrolithon onkodes, mais aussi
d’autres espèces non identifiées, et l’algue brune Lobophora variegata, principalement sous
sa forme en croûte. Des algues coralliennes en croûte et Lobophora étaient plus abondantes
dans les eaux peu profondes (10 m), tandis que la couverture corallienne était plus forte
dans les eaux plus profondes (20 m). D’autres flores qui pouvaient être identifiés au cours
de nos sondages sur le terrain et comprenaient le genre Bryopsis (deux espèces rapportées à
Clipperton: B. pennata et B. hypnoides), la phase tétrasporophyte Falkeinbergia d’Asparagopsis
taxiformis, les petites lames brunes de Dictyopteris repens et les toues d’une espèce de
Caulerpa (Fig. 31). Les coraux morts étaient souvent couverts d’algues de petite taille (<1 cm)
en tapis, dont l’identification sur le terrain n’est pas possible. Dans certains sites (stations 7 et
8), principalement dans les eaux peu profondes, des tapis bien développés de Cyanobactéries
ont été observés, bien que généralement en très faible abondance.
FIGURE 31.
Algues
communes
de l’Atoll de
Clipperton. HG:
Algues rouge
Asparagopsis
Taxiformis,
HD: Algues
coralliennes en
croûte onkodes
Hydrolithon, BG:
Algues vertes
Caulerpa sp,
BD.: Algues
brunes
Lobophora
variegata
34
FIGURE 32.
Échinodermes
communs à Atoll
de Clipperton.
HG: Diadema
mexicanum,
HD: Echinothrix
diadema, BG:
Tripneustes
depressus,
BD: Holothuria
leucospilota
4.3.3. LES ÉCHINODERMES
Seules deux espèces d’oursins et un concombre de mer étaient abondants dans les profondeurs
échantillonnées à Clipperton : Echinothrix diadema, Diadema mexicanum et Holothuria
leucospilota (Fig. 32). Echinothrix diadema est uniformément répartie en profondeur, avec
des densités moyennes de ~5,9 ind./10 m2 à 18 ind./10 m2. Diadema mexicanum et Holothuria
leucospilota sont plus abondants dans les eaux peu profondes (10 m). Les densités de D.
mexicanum varient entre 0,6 (strate profonde) à 4,3 (strate superficielle) ind./10m2, bien que
sa répartition soit inégale sur le récif, n’étant présent qu’à 5 sites. D’autres espèces courantes
comprennent des oursins Echinothrix calamaris et Tripneustes depressus. Trois espèces ont été
rarement rencontrées: l’étoile de mer mithrodia bradleyi, le concombre de mer Holothuria atra
et l’oursin de mer Centrostephanus coronatus.
Seuls de grands oursins ont été rencontrés à Clipperton. La plupart des E. diadema faisaient
entre 10 et 17 cm de diamètre testé, tandis que la plupart des D. mexicanum faisaient entre
6 et 12 cm (Fig. 33). Echinothrix calamaris étaient grande aussi (9 à 12 cm), de même que
T. depressus (10 à 14 cm). Nos rencontres de grands oursins seulement peuvent résulter de
populations asymétriques en raison d’un recrutement épisodique. En outre, les petits individus
sont peut-être passés inaperçus car ils se cachent sous les coraux ou dans les interstices du récif.
35
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
FIGURE 33.
Diamètre de test
d’oursin (cm)
pour Diadema
mexicanum
et Echinothrix
diadema.
4.3.4. LES POISSONS
Un total de 197 espèces de 62 familles a été enregistrée pour Clippertton, dont 106 espèces
de poissons de récif; la plupart d’entre eux sont des immigrants de l’est du Pacifique et du
centre du Pacifique, et seulement sept espèces ont été identifiées comme endémiques de
l’atoll (Fourriére et al. 2014). Le niveau estimé d’endémisme des espèces récifales (6,6%) est
élevé pour le Pacifique oriental dans son ensemble, mais intermédiaire en comparaison avec
celles d’autres îles océaniques de la même région.
NOMBRE D'INDIVIDUS
20
15
10
5
0
Echinothrix diadema
DIAMÈTRE DE TEST (cm)
5 10 15 20
20
15
10
5
0
Diadema mexicanum
5 10 15 20
36
FIGURE 34.
Biomasse
trophique
des poissons
(g m-2) par la
profondeur
de strate.
Les barres
représentent
l’écart type de
la moyenne. **
- p = 0.007, ***
- p < 0.001.
Structure d’assemblage – Sur l’expédition Pristine Seas de mars 2016 nous avons observé en
tout 63 espèces de poissons provenant de 29 familles, dont 52 espèces provenant de 25 familles
observées sur des transects quantitatifs (Annexe I). Le nombre moyen d'espèces par transect
était significativement plus élevé (t = 3,01, p = 0,003) en profondeur (19,1 ± 2,4) par rapport à
la strate peu profonde. Le nombre d’individus par transect (nombre m-2) était significativement
plus élevé (t = 2,49, p = 0,02) en profondeur (6,7 ± 1,6) par rapport à la strate moins profonde
(5,4 ± 1,1). De même, la biomasse (g m-2) était significativement plus élevée (t = 4,09, p <0,001)
à 20 m (6,3 ± 0,4) par rapport à la strate de 10 m de profondeur (5,6 ± 0,5).
Structure trophique des poissons - Les piscivores représentaient 37% de la biomasse totale
des poissons, suivi par les herbivores (28%), les planctonivores (27%) et les consommateurs
secondaires (8%). Les requins ne représentaient que 10% de la biomasse totale des piscivores.
La biomasse des planctonivores était presque quatre fois plus élevée dans la strate plus
profonde que dans la strate superficielle (Fig. 34). Les piscivores étaient presque trois fois plus
abondantS en poids en profondeur par rapport à la strate de faible profondeur.
Espèces de poissons
Dans la strate profonde, la badèche du Pacifique (Paranthias colonus) représentait 30% de
la biomasse, suivie par le mérou étoilé (Epinephelus Labriformis - 11,7%), la carangue étoilée
(Caranx melampygus - 10,5%) et le mérou cuir (Dermatolepis dermatolepis - 8,7%) (Tableau 4).
Dans la strate peu profonde, le chirurgien strié (Ctenochaetus marginatus) représentait 16,5% de
la biomasse, suivi par le poisson perroquet (Scarus rubroviolaceus - 14,5%), la carangue rouge
(11,7%) et le mérou étoilé (11,0%). La badèche du Pacifique représentait 18% de dissemblance
entre les profondeurs, suivi par le balistes noir (Melichthys de Niger - 8%), la carangue à gros
yeux (7%), le calicagère de Cortez (Kyphosus elegans - 6,7%) et la carangue bleue (5,5%)
(Tableau 5).
0 50 100 150 200 250 300
***
**
BIOMASSE (g m-2)
Carnivore
Herbivore
Planctonivore
Piscivore
Superficielle
Profonde
37
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
Eaux profondes
Espèces Moy. Abond. Moy. sim. Sim / ET % contrib. % cumul.
Paranthias
colonus 109,11 13,95 2,40 30,00 30,00
Epinephelus
labriformis 40,24 5,46 2,12 11,75 41,75
Caranx
melampygus 44,99 4,91 1,56 10,55 52,30
Dermatolepis
dermatolepis 36,85 4,05 1,84 8,72 61,02
Ctenochaetus
marginatus 23,68 3,41 1,58 7,34 68,36
Melichthys niger 50,07 2,5 0,68 5,37 73,72
Acanthurus
nigricans 16,93 1,99 1,77 4,28 78,00
Scarus
rubroviolaceus 19,45 1,53 0,78 3,29 81,29
Caranx lugubris 18,19 1,52 1,01 3,28 84,57
Kyphosus
elegans 49,78 1,29 0,51 2,78 8 7, 35
Myripristis
berndti 37,98 1,06 0,42 2,27 89,62
Gymnothorax
dovii 9,76 0,65 0,8 1,4 91,02
Eaux peu profondes
Espèces Moy. Abond. Moy. sim. Sim / ET % contrib. % cumul.
Ctenochaetus
marginatus 35,49 8,11 2,59 16,54 16,54
Scarus
rubroviolaceus 28,72 7,11 1,57 14,49 31,03
Caranx
melampygus 25 5,73 2,38 11,69 42,72
Epinephelus
labriformis 28,93 5,38 1,88 10,98 53,70
Acanthurus
nigricans 32,37 4,89 1,20 9,97 63,67
Melichthys niger 23,25 4,15 1,26 8,46 72,13
Paranthias
colonus 26,39 2,62 1,33 5,35 77,48
Dermatolepis
dermatolepis 19,78 2,45 0,88 5,00 82,48
Suamen
verres 8,82 2,22 1,71 4,53 87, 01
Stegastes
beebei 5,12 1,15 1,58 2,35 89,36
Thalassoma
robertsoni 4,22 0,84 1,49 1,71 91,07
TABLEAU 4.
Contributions
des espèces dans
chaque strate
de profondeur.
Strate profonde:
similitude
moyenne -
46,50. Strate
superficielle:
similitude
moyenne - 49,03.
38
TABLEAU 5.
Espèces de
poissons
comptant le
plus pour la
dissimilitude
entre les
profondeurs
de strates à
Clipperton basé
sur l’analyse de
similitude des
pourcentages
(SIMPER). Les
valeurs de
profondeurs
sont la biomasse
(t ha-1) avec le
pourcentage
du total entre
parenthèses.
Moy. Diss. -
Dissimilitude
moyenne avec
écart type (ET).
FIGURE 35.
Positionnement
multidimension-
nel non métrique
de la biomasse
des poissons par
espèce et lieu
d’échantillonnage
entre les deux
profondeurs à
Clipperton. Les
vecteurs sont les
principales es-
pèces participant
à l’ordination
(corrélation du
produit-moment
de Pearson 0,6).
Espèces Eaux Profondes
Abond.
Eaux peu profondes
Abond.
Mo y.
Diss.
Diss.
ET
% Contrib % Cumul.
Paranthias colonus 109,11 26,39 11,42 1,97 18,21 18,21
Melichthys niger 50,07 23,25 5,16 0,79 8,23 26,44
Caranx sexfasciatus 28,72 29,53 4,43 0,67 7,06 33,5
Kyphosus elegans 49,78 2,58 4,19 0,65 6,68 40,18
Caranx melampygus 44,99 25,00 3,44 1,05 5,49 45,67
Les assemblages de poissons à Clipperton se chevauchaient, mais étaient clairement diérents
entre profondeurs (R global = 0,51, p = 0,001, Stress = 0,17; Fig. 35). LAxe 1 séparait les sites
par profondeur, tandis que l’Axe 2 décrivait généralement l’exposition aux vagues, avec
des sites plus sous le vent au bas de l’Axe 2 se déplaçant vers des sites exposés au vent
au sommet. Les principales espèces responsables de la séparation des sites plus profonds
comprennent le mérou de Clipperton (Epinephelus clippertonensis), le poisson-papillon à
nez noir (Johnrandallia nigrirostris), le poissons-soldat (Myripristis berndti) et la badèche du
Pacifique (Paranthias de colonus). Le baliste masqué (Suamen verres) et le poisson-épervier
(Cirrhitichthys oxycephalus) étaient les principales espèces participant à la séparation des sites
peu profonds, tandis que deux espèces pélagiques, le coureur arc-en-ciel (Elagatis bipinulata)
et la carangue à gros yeux (Caranx de sexfasciatus), étaient orthogonaux au grand axe de
séparation de profondeur.
Caranx sexfasciatus
Acanthurus nigricans
Elagatis bipinnulata
Suamen verres
Cirrhitichthys oxycephalus
Johnrandallia nigrirostris
Paranthias colonus
Myripristes berndti
Epinephelus clippertonensis
Profonde
Superficielle
Stress = 0.17
1.0
0.5
0.0
-0.5
-1.0
-2 0 1-1
39
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
Anités biogéographiques - Plus de 44% des espèces observées étaient d’origine indo-Pacifique,
suivies par les espèces endémiques du Pacifique oriental (30%), les espèces circumtropicales
(13%) et les espèces endémiques à Clipperton ou Revillagigedo (11%) (Tableau 6). Cependant,
l’examen des anités biogéographiques basées sur l’abondance numérique révèle que 45% de
tous les individus observés sur les transects étaient endémiques du Pacifique oriental. 43% des
autres espèces étaient endémiques exclusivement à Clipperton (Fig. 36).
Plage Nombre d’espèces % d’espèce: Nb. m-2 % nombre
Pacifique oriental 19 30,16 2,75 45,26
Endémique à
Clipperton 5 7,94 2,63 43,40
Indo-Pacifique 28 44,44 0,50 8,25
Pacifique Central 1 1,59 0,09 1,42
Circumtropicale 812,70 0,08 1,26
Revillagigedo /
Clipperton 2 3,17 0,02 0,41
Total 63 6,07
TABLEAU 6.
Anités
biogéogra-
phiques des
poissons basées
sur la richesse
et l’abondance
numérique
des espèces.
FIGURE 36.
Poissons
endémiques de
Clipperton: HG:
Poisson-ange
de Clipperton
(Holacanthus
limbaughi),
HD: Mérou
de Clipperton
(Epinephelus
clippertonensis),
BG: Chauet
de Baldwin
(Stegastes
de baldwini),
BD: Labre
de Robertson
(Thalassoma
robertsoni).
40
Analyse rétrospective des poissons - 1998 et 2016
57 espèces au total ont été enregistrées sur des transects en 1998, et 47 en 2016. La dissimilitude
moyenne entre les années était de 52,38%, et principalement due à deux espèces endémiques
dominantes, Thalassoma robertsoni et Stegastes baldwini, qui étaient 3,8 et 9 fois plus élevées,
respectivement, en 2016 par rapport à 1998 (Fig. 37, Tableau 7).
Espèces abond.moy.2016 abond.moy.1998 Dissim.moy. % contrib % cumul.
Thalassoma
robertsoni 1,9 0,49 28,63 54,65 54,65
Stegastes
beebei 0,72 0,08 12,87 24,56 79,22
Acanthurus
nigricans 0,18 0,04 2,91 5,56 84,78
Ophioblennius
steindachneri 0,01 0,09 1,52 2,9 87,68
Melichthys
niger 0,07 0,11 0,76 1,46 89,14
Epinephelus
labriformis 0,06 0,02 0,74 1,41 90,55
TABLEAU 7.
Pourcentages de
dissimilitude -
contributions
des espèces de
poissons entre
1998 et 2016.
FIGURE 37.
Abondance
(nombre m-2) des
20 espèces de
poissons du top
à Clipperton en
2016 et densités
de ces mêmes
espèces en 1998.
00.5 1.0 1.5 2.0
ABONDANCE (nombre m-2)
Scarus rubroviolaceus
Ophioblennius steindachneri
Arothron meleagris
Kyphosus analogus
Dermatolepis dermatolepis
Acanthurus triostegus
Johnrandallia nigrirostris
Holacanthus limbaughi
Zanclus cornutus
Kyphosus elegans
Lutjanus viridis
Epinephelus labriformis
Myripristis berndti
Thalassoma grammaticum
Melichthys niger
Ctenochaetus marginatus
Cirrhitichthys oxycephalus
Acanthurus nigricans
Stegastes beebei
Thalassoma robertsoni
2016
1998
41
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
Requins
Le statut des populations des requins dans le Pacifique tropical oriental est largement
inconnu, bien que les données indiquent une forte exploitation par la pêche. Pour aider à
mieux comprendre la connectivité des populations de requins du PTO, nous avons fait des
prélèvements d’ailerons sur 42 requins de trois espèces pour analyse génétique (Tableau 8).
Tous les requins ont été relâchés vivants et en bon état.
Les requins pointes blanches (Carcharhinus albimarginatus) étaient l’espèce la plus abondante
prélevée (N = 32) avec une longueur totale moyenne de 81,5 cm. Le sex-ratio des Pointes
blanches était de 1:1 et il n’y avait pas de diérences significatives de tailles entre les sexes
(p> 0,05 pour PCL, FL, et TL). Des prélèvements d’ailerons ont également été recueillis sur
9 requins des Galápagos (Carcharhinus galapagensis); 4 femelles et 5 mâles. Les requins
Galápagos capturés étaient, en moyenne, 18% plus grands que les Pointes blanches. Presque
tous les requins Pointes blanches et Galápagos observés étaient bien en dessous de la taille de
reproduction (160-199 cm TL, 170-236 cm TL, respectivement) et reflète probablement une forte
pression sur les adultes, comme en témoigne la grande quantité d’engins de pêche repérés sur
le récif. Clipperton peut également servir de zone d’alevinage pour ceux-ci, et d’autres espèces
de requins. Cinq requins Pointes blanches et deux requins des Galápagos ont été implantés
chirurgicalement avec des puces acoustiques (Tableau 9). Les données des trois récepteurs
acoustiques autour de Clipperton ont été téléchargés au cours de l’expédition (Figs. 38-39).
Carcharhinus albimarginatus
Sexe NPCL FL TL
Femelle 16 59,9 66,7 82,4
Mâle 16 59,5 65,7 80,6
32 59,7 66,2 81,5
Carcharhinus galapagensis
Femelle 4 74,3 82,0 99,0
Mâle 572,0 79,2 99,6
973,0 80,4 99,3
Carcharhinus falciformis
Femelle 1160,0 172,0 220,0
Date Heure Espèce Sexe PCL FL TL Transmetteur S/N
15-Mar-16 06:29 C. albimarginatus Femelle - - 82 1194027
15-Mar-16 07:04 C. albimarginatus Masculin 57 63 80 1212361
15-Mar-16 07:16 C. albimarginatus Mâle 54 61 75 1129867
16-Mar-16 06:37 C. albimarginatus Sexe féminin 69 76 93 1226427
19-Mar-16 07:27 C. albimarginatus Sexe féminin 69 77 96 1226429
19-Mar-16 06:52 C. galapagensis Mâle 66 73 95 1226428
19-Mar-16 07:35 C. galapagensis Masculin 84 90 113 1226430
TABLEAU 8.
Résumé des
mesures des
requins. Toutes
les longueurs
en cm. PCL
- longueur
pré-caudale,
FL - longueur à
la fourche, TL -
longueur totale.
TABLEAU 9.
Résumé des
mesures
de requins
acoustiquement
marqués.
42
FIGURE 38.
Emplacements
des récepteurs
acoustiques
autour de
Clipperton.
FIGURE 39.
Clipperton est
une étape clé
dans la migration
des requins du
Pacifique Est. Un
requin tagué dans la
réserve marine des
Galápagos a nagé
jusqu’à Clipperton
puis est revenu aux
Galápagos deux fois,
couvrant ainsi une
distance de 6800
kilomètres, pour
disparaître en août
2012 à Clipperton...
dans les filets d’un
senneur ? (Source :
Pelagios/Migramar)
L’atoll de Clipperton est en étroite connexion avec l’ensemble de l’écosystème du Pacifique
oriental par les requins (Fig. 39).
109°14'30"W 109°14'0"W 109°13'30"W 109°13'0"W 109°12'30"W 109°12'0"W 109°11'30"W
109°14'30"W 109°14'0"W 109°13'30"W 109°13'0"W 109°12'30"W 109°12'0"W 109°11'30"W
10°17'0"N 10°17'30"N 10°18'0"N 10°18'30"N 10°19'0"N
10°17'0"N 10°17'30"N 10°18'0"N 10°18'30"N 10°19'0"N
1
2
3CLIPPERTON
CLIPPERTON
CLIPPERTON
mai 2010
sept – oct 2010
juil – août 2012
GALÁPAGOS
CLIPPERTON
avril 2011 – avril 2012
43
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
4.4. LES EAUX PROFONDES
Très peu d’exploration a été menée de la mer profonde autour de Clipperton. Pendant la mission
Pristine Seas de 2016 nous avons eectué quatorze déploiements de caméra larguées, d’une
durée de 4 à 6,5 heures (165 à 240 minutes d’enregistrement), avec un temps d’enregistrement
moyen de trois heures. Le déploiements avaient lieu entre 230 m et 1497 m de profondeur
(moyenne = 868,2 ± 349,8 ET). 33 espèces de 29 familles ont été observées et onze classes de
sept embranchements étaient représentées dans l’échantillon (Annexe II). Parmi les chordés, les
classes d’Actinopterigii et de Chondrichthyes ont été observées. Les Grenadiers (Macrouridae)
étaient les poissons le plus souvent dénombrés (fréquence 35,7% d’occurrence), suivis par les
Chimères (Hydrolagus purpurescens) avec 28,6% occurrence (Fig. 40). Des scorpaéniformes
(Scorpaeniformes) ont également été observés à l’occasion, avec un nombre maximum de cinq
par image dans la crête rocheuse et l’habitat de rocher à 230 m. Parmi les requins, le requin
épineux (Echinorhinus biscuits) et la Holbiche (Apristurus spp.) ont tous deux été observés
au cours de trois déploiements (14,3% occurrence), entre 230 m et 1146 m de profondeur. À
noter d’autres Chondrichthyens dont l’Aiguillat peigne (Centroscyllium nigrum) à 1367 m et un
requin-marteau halicorne (Sphyrna lewini) à 240 m, tous deux observés une seule fois (Fig. 41).
Deux familles d’étoiles de mer (échinodermes) ont été notées; Astropectinidae et echinasteridae.
Cette dernière comprenait un lit d’au moins 200 individus à une profondeur de 696 m, couvrant
pratiquement le sable sous-jacent. Cependant, bien qu’abondant lors d’un déploiement, leur
fréquence était globalement faible (7,1%). Quatre familles d’arthropodes ont été observées.
Les crevettes Gamba (Aristeidae) étaient les plus abondantes et souvent rencontrées, vues
dans 71,4% des déploiements, et dénombrées jusqu’à 100 par descente (moyenne de 24,6). Les
homards squat ou crabe galatheid (Galatheidae; Munida hispida), étaient également abondants,
avec un nombre maximum de 100 par image, soit une moyenne de 17,2 par descente, et ont
été observés dans 28,6% des déploiements. Le crabe royal Lithodes nintokuae a été observé
dans 21,4% des déploiements (total de 13 observés), entre 895 m et 967 m de profondeur,
dans un habitat surtout fait de sable, de galets et de crête rocheuse. Annélides, mollusques et
éponges étaient sous-représentés, avec une seule espèce observée par groupe. Des comatules
(Charitometridae; Glyptometra lateralis) ont été observées (fréquence d’occurrence 7,1%) à
1367 m, sur des roches plates avec habitat de sable.
Les cnidaires étaient divers, dont dix familles représentées. Les gorgones (Leptogorgia styx)
étaient abondantes lors d’un déploiement (maximum 60 par image et en moyenne 4,3 par
déploiement) à 240 m de profondeur et dans un habitat de roche-crête et de rocher. Les
coraux des mers profondes Aphanipathidae, (maximum de 17 par image, et moyenne de 1,2 par
déploiement) ont été observés à 754 m et dans un habitat de rochers-galets.
Le substrat était constitué en grande partie de sable, rochers et galets. Deux déploiements ont
été classés comme crête de roche diagonale (230 m et 895 m), et deux déploiements ont été
classés comme roche plate continue (1367 et 1497 m), entrecoupée de sable et de rochers. Le
type de substrat le plus fréquemment rencontré était le sable, avec six déploiements constitué
entièrement d’habitat de sable.
44
FIGURE 40.
Chimère
(Hydrolagus
purpurescens) à
1197 m.
FIGURE 41.
HG: Antimore
bleu (Antimora
rostrate) à
1497 m. HD:
Aiguillat peigne
(Centroscyllium
nigrum), à
1497 m. BD:
Requin épineux
(Echinorhinus
cookei). BG:
Marteau
halicorne
(Sphyrna lewini)
à 230 m.
45
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
SONDAGES EN SUBMERSIBLE
La mission Pristine Seas de 2016 a aussi eectué 16 plongées en submersible allant de 2 à
2:48 heures, pour un total de 33:12 heures. Les profondeurs maximales allaient de 150 m à 330
m, avec une moyenne de 251 m (ET ± 59). Les crêtes rocheuses étaient le type de substrat
dominant rencontré. La roche plate continue et les rochers entrecoupés de sable ont également
été fréquemment rencontrés (Tableau 10).
Date Plongée # Profondeur max
(m)
Durée (h:min) Type de substrat
>50% >30%
12-Mar-12 2428 280 2:45 R S
13-Mar-12 2429 180 2:00 F R
13-Mar-12 2430 230 2:00 F S
14-Mar-12 2431 186 2:05 F S
14-Mar-12 2432 300 2:05 S B
15-Mar-12 2433 300 2:05 R S
15-Mar-12 2434 280 2:00 B S
16-Mar-12 2435 225 1:35 R S
16-Mar-12 2436 150 1:30 R S
17-Mar-12 2437 250 1:50 R S
18-Mar-12 2438 240 1:40 R S
18-Mar-12 2439 330 2:20 F S
19-Mar-12 2440 150 2:16 R S
19-Mar-12 2441 300 2:48
20-Mar-12 2442 305 2:08 R S
20-Mar-12 2443 303 2:00 B S
TABLEAU 10.
Plongées
réalisées au
moyen du
submersible
DeepSee. Les
catégories
de substrat
consistaient en
boue (M), sable
(S), graviers
(P), galets (C),
rochers (B),
roche plate
continue (F),
crête rocheuse
diagonale (R) et
top de roche-
sommet vertical
(T), d’après
Tissot et al.
(2007)
46
FIGURE 42.
HG: Cookeolus
japonicus; HD:
Epinephelus
cifuentesi; BG:
Pontinus sp.;
BD: Thunnus
albacares.
Neuf embranchements, composés de 48 familles et 98 espèces ont été observés au cours de
plongées en submersible (Annexe III). Les vertébrés (chordés) représentaient phylum le plus
nombreux et divers, suivi par des cnidaires (dont des coraux durs et mous, des coraux noirs et
des gorgones), des échinodermes (oursins et étoiles de mer) et des arthropodes (crustacés,
dont des crabes).
Les poissons osseux se composaient de 28 familles et 59 espèces, avec des carangues à gros
yeux (Carangidae) bien représentées (8 espèces). Le coureur arc-en-ciel Elagatis bipinnulata
et la carangue noire Caranx lugubris, ont été observés dans 75% et 69% des sondages,
respectivement. Les espèces de poissons les plus fréquemment observées (81% des sondages)
étaient des rascasses Pontinus vaughani. Les serranidés Paranthias colonus, étaient l'espèce
la plus abondante observée avec plus de 1000 individus observés, souvent en banc dans la
colonne d’eau, et observés dans56% des sondages. Les albacores (Thunnus albacares) étaient
aussi abondants dénombrés à un peu plus de 1000 au total dans plus de 44% des sondages
eectués (Fig. 42). Les requins étaient bien représentés, les requins-marteaux (Sphyrna lewini)
étant les plus nombreux (128 au total), tandis que les requins soyeux (Carcharhinus falciformis)
ont été observés le plus souvent (dans 62% des sondages).
Nous avons observé 7 familles et 16 espèces de coraux durant les sondages en submersible.
En plus des coraux scléractiniaire (durs), des coraux mous (Alcyonacea) et des coraux noirs
(Antipatharia) ont également été observés. Parmi les coraux mous, les gorgones étaient
les plus nombreuses, dont Leptogorgia styx observées dans 56% des sondages. D’autres
embranchements observés comprenaient des arthropodes, annélides (dont des vers
polychètes), bryozoaires, cténophores, échinodermes, mollusques et éponges. Parmi ceux-ci,
les arthropodes ont été les plus observés, y compris les familles calappidae, epialtidae et
galatheidae, qui ont été observés dans 56%, 12% et 6% des sondages, respectivement. Parmi
les échinodermes, les ophiures Ophiothrix galapagensis ont été observés le plus souvent (43%
des sondages) et étaient plus nombreux (460 comptés au total).
47
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
Autres observations par plongées en sous-marin (Figs. 43-46)
Parmi les nombreuses observations réalisées par l’équipe scientifique du NatGéo, on peut signaler
ici le témoignage d’Eric Brown: «Le corail vivant a été observé jusqu’à -88m sur le flanc sud-
ouest de l’atoll, profondeur à laquelle il n’y a plus que des coraux isolés et non plus ce que l’on
appelle des coraux constructeurs de récif. Je m’attendais à en trouver plus profond. Cette limite
d’extension en profondeur pourrait peut-être provenir d’une dynamique marine de vagues et de
houles particulièrement puissantes à Clipperton, limitant la capacité de croissance des coraux».
Christian Jost rapporte : « lors de la plongée en sous-marin que j’ai pu réaliser le 18/03 avec
un autre scientifique (Mauricio Hoyos), des roches noires en place en disposition oblique dans
le sens de la pente (forte de l’ordre de 60%) faisant penser à des roches volcaniques en place
ont été observées jusqu’à -252m, limite de la plongée. J’ai demandé à ce que soit rapporté un
échantillon de ces roches, pris dans la masse, ce qui fut fait le lendemain avec le bras articulé du
sous-marin (qui suppose deux pilotes à bord). L’échantillon rapporté de plus de dix kilos s’est
toutefois avéré être du corail (porites), montrant par-là que l’édifice corallien construit autour
et sur le matériau volcanique est considérable et descend très bas sans qu’on puisse à ce jour
dire jusqu’à quelle profondeur.
FIGURE 43.
Poisson scorpion
éponges et
gorgones
blanches à
-250m
(Ph. C. Jost)
FIGURE 44.
À -70m de
profondeur
(Ph. C. Jost)
48
4.5. LE LARGE
Le milieu marin au large de Clipperton est très riche en thons et autres espèces pélagiques, mais
il est intensément exploité par des flottes de pêche industrielle et a reçu très peu d'attention
scientifique. Pendant l'expédition Pristine Seas de 2016, nous avons exploré le milieu parin au
large utilisant des méthodes non destructives pour la première fois.
STATIONS DE STÉRÉO-VIDÉO SOUS-MARINE APPÂTÉE COMMANDÉE
À DISTANCE (S-BRUVS)
24 S-BRUVS au total ont été déployées pendant 90 minutes chacune, sur tout le périmètre
de l’atoll. Les S-BRUVS étaient espacées d’au moins 500 m pour éviter le chevauchement du
plumet de l’appât de chaque caméra (Fig. 47). Les données obtenues ont été normalisées à
60 minutes pour comparer nos résultats à d’autres études mondiales.
FIGURE 45.
Eponges
à – 200m
(Ph. C. Jost)
FIGURE 46.
Corail (porites)
prélevé par le
submersible à
-180m. Taille
70cm par 40cm;
poids environ
10kg (Ph. C. Jost
à bord de l’Argo)
49
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
Dans l’ensemble, trois espèces de requins ont été observées sur les S-BRUVS. Parmi les trois
espèces observées (le requin des Galápagos [Carcharhinus galapagensis - Fig . 48] requins
pointes blanches [C. albimarginatus] et le requin-corail [Triaenodon obesus]), 125 individus
ont été enregistrés sur les 2160 heures de séquences vidéo (90 minutes par déploiement)
de S-BRUVS. L’abondance relative moyenne de requins (moyenne maxN/h) à Clipperton
était de 3,36 (± 2,07 ET). Au moins une espèce de requin a été enregistrée dans 83% des
déploiements (n = 24). Les requins des Galápagos étaient les plus fréquemment observés (83%
des déploiements), suivis par les requins pointes blanches (33%) et les requins-corail (16%). La
richesse des espèces par S-BRUVS variait entre 1 et 3 (moy. ± ET, 1,33 ± 0,82), dont 42% et 37%
des S-BRUVS contenant deux et une espèce, respectivement.
La longueur individuelle moyenne des requins (longueur à la fourche, FL) était de 81,2 cm (±
27,1 cm ET) dans l’ensemble. La longueur moyenne des requins des Galápagos était de 82,3
cm FL (± 26,7 cm ET), tandis que les requins pointes blanches étaient de 64.6cm (± 9,4 cm
ET) et les requins-corail 130 cm FL (± 26,3 cm ET) (Fig. 49). De tous les requins enregistrées,
seuls 3 individus (2 requins requins-corail et un requin des Galápagos) étaient au-dessus de la
longueur minimale de maturité pour l’espèce.
FIGURE 47.
Stations de
stéréo-vidéo
sous-marine
appâtée
commandée
à distance
(S-BRUVS)
autour de
Clipperton.
109°14'30"W 109°14'0"W 109°13'30"W 109°13'0"W 109°12'30"W 109°12'0"W 109°11'30"W
109°14'30"W 109°14'0"W 109°13'30"W 109°13'0"W 109°12'30"W 109°12'0"W 109°11'30"W
10°17'0"N 10°17'30"N 10°18'0"N 10°18'30"N 10°19'0"N
10°17'0"N 10°17'30"N 10°18'0"N 10°18'30"N 10°19'0"N
6
22
78
9
10
23
11
12
13
14
15
16
17
18
19
21
2
1
3
4
5
50
FIGURE 48.
Les requins
des Galápagos
(Carcharhinus
galapagensis)
étaient communs
mais petits à
Clipperton.
FIGURE 49.
Distribution de
la fréquence
de la longueur
pour les requins
pointes blanches
(Carcharhinus
albimarginatus)
et Galápagos
(Carcharhinus
galapagensis),
avec la taille
de la première
reproduction
montré en
pointillés rouges.
NOMBRE D'INDIVIDUS
14
12
10
8
6
4
2
0
Carcharhinus albimarginatus
LONGUEUR À LA FOURCHE (cm)
60 80 100 120 140 160 180 200 220
60
50
40
30
20
10
0
60 80 100 120 140 160 180 200 220
Carcharhinus galapagensis
51
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
Nos résultats indiquent une relative grande abondance de requins à Clipperton par rapport
à d'autres sites dans le monde où des BRUVs ont été déployées pour les quantifier (Tableau
11). Les requins étaient présents sur tout le périmètre de l'atoll et les requins des Galápagos
dominaient l’ensemble à Clipperton, alors que la plupart des autres sites à l'échelle mondiale
étaient dominés par les requins gris et corail (Bonds et al., 2012, Goetze and Fullwood 2013,
Jaiteh et al., 2016). Malgré le fait que Clipperton est actuellement non protégé de la pêche,
l'abondance relative des requins enregistrés est considérablement plus élevée que dans les
zones protégées de l'Indonésie et Fidji. Cependant, la grande majorité des individus enregistrés
et mesurés (97,5%) étaient au-dessous de la longueur à la première maturité sexuelle.
Compte tenu de la grande abondance de longues lignes abandonnées enregistrées sur le
récif, il est donc probable que l'absence de requins adultes enregistrés par nos sondages
soit le résultat d'une surpêche par les senneurs pratiquant une pêcheindustrielle. Des études
antérieures utilisant des S-BRUVS ont montré une réduction drastique de l'abondance des
requins et de la biomasse dans les zones ouvertes à la pêche, par rapport aux zones de pêche
interdite (Bonds et al., 2012, Goetze et Fullwood 2013, Jaiteh et al., 2016) et il est désormais
largement admis que la surpêche a réduit la biomasse des grands poissons prédateurs de >
90% au niveau mondial (Myers et Worm 2003).
Référence Localisation Somme de MaxN
(# reps)
Moyenne de
MaxN
(±ET)
Espèces les plus communes
(Moy.MaxN ±ET)
Étude en cours Atoll de Clipperton,
France
83
(24)
3,36
(2,07)
Carcharhinus galapagensis 2.8
(2.23)
C. albimarginatus 0.55 (0.83)
Jaiteh et al.,
(2016)
Raja Ampat,
Indonésie
50
(160)
0.48* C. amblyrhynchos 0.5**
C. melanopterus 0.3**
Espinoza et al.,
(2014)
Grande barrière de
corail, Australie
804
(2438)
0.54***
(0,84)
C. amblyrhynchos 0.26 (0.66)
Galeocerdo cuvier 0.07 (0.27)
Goetze &
Fullwood (2013)
Fiji 43
(92)
0,47 C. amblyrhynchos (0.2)
Trieaenodon obesus (0.2)
Bond et al.,
(2012)
Bélize 47**
(200)
0.23**** C. perezi (0,23)
* Valeur moyenne des trois principaux sites échantillonnée fournis.
** Valeur maximale moyenne enregistrée pour chaque espèce.
*** Seuls les sites de récifs sont inclus dans cette analyse. Données fournies par les auteurs.
**** Seules les données pour C. perezi sont rapportée dans ce manuscrit. D’autres requins ont été enregistrés,
mais non inclus dans la présente étude.
TABLEAU 11.
Comparaison
de l’abondance
totale des
requins (somme
des maxN et
moyenne des
maxN) et des
espèces de
requins les
plus communs
(moyenne maxN)
sur les récifs
coralliens où un
grand nombre
de requins ont
été enregistrés
au moyen de
S-BRUVS.
52
BRUVS DE MI-EAU
Nous avons enregistré 617 individus poissons pélagiques et mammifères marins au moyen
de Stations vidéo sous-marines stéréo-appâtées commandées à distance en mi-eau (BRUVS
mi-eau) représentant 18 espèces de 15 familles sur 17 sites autour de l’atoll (Figs. 50-51).
L’abondance moyenne totale par jeu d’échantillons était de 14,0 ± 8,07 (ET) individus avec une
richesse d’espèces de 3,75 ± 1,47 (ET) par échantillon.
FIGURE 50.
Diverses
espèces ont été
observées par
Stations vidéo
sous-marines
stéréo-appâtées
commandées
à distance en
mi-eau (BRUVS
mi-eau). HG:
Requin soyeux
- Carcharhinus
falciformis; HD:
Requin pointes
blanches -
Carcharhinus
albimarginatus;
2e rangée G:
Requin des
Galápagos -
Carcharhinus
galapagensis;
2e rangée D:
Requin-marteau
halicorne -
Sphyrna lewini;
3e rangée G:
Thon Albacore
- Thunnus
albacares; 3e
rangée D: Marlin
rayé - Kajikia
audax; BG:
Coureur arc-en-
ciel - Elagatis
bipinnulata;
BD: Dauphins
- Tursiops
truncatus
53
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
FIGURE 51.
Richesse et
abondance des
espèces (nombre
d’individus h-1)
sur BRUVS
mi-eau autour
de Clipperton.
109°17'0"W 109°16'0"W 109°15'0"W 109°14'0"W 109°13'0"W 109°12'0"W 109°11'0"W 109°10'0"W 109°9'0"W
109°17'0"W 109°16'0"W 109°15'0"W 109°14'0"W 109°13'0"W 109°12'0"W 109°11'0"W 109°10'0"W 109°9'0"W
10°15'30"N 10°16'30"N 10°17'30"N 10°18'30"N 10°19'30"N 10°20'30"N
10°15'30"N 10°16'30"N 10°17'30"N 10°18'30"N 10°19'30"N 10°20'30"N
RICHESSE DES ESPÈCES
2 – 3
4 – 3
4
5
6 – 8
109°17'0"W 109°16'0"W 109°15'0"W 109°14'0"W 109°13'0"W 109°12'0"W 109°11'0"W 109°10'0"W 109°9'0"W
109°17'0"W 109°16'0"W 109°15'0"W 109°14'0"W 109°13'0"W 109°12'0"W 109°11'0"W 109°10'0"W 109°9'0"W
10°15'30"N 10°16'30"N 10°17'30"N 10°18'30"N 10°19'30"N 10°20'30"N
10°15'30"N 10°16'30"N 10°17'30"N 10°18'30"N 10°19'30"N 10°20'30"N
ABONDANCE
(Individus/h-1)
3 – 4
5 – 10
11 – 17
18 – 22
23 – 33
54
Les petits poissons pélagiques fourragers représentaient les espèces les plus abondantes
observées en BRUVS mi-eau (Tableau 12). Des comètes (Decapterus spp.), principalement
le Comète maquereau (Decapterus macarellus) ont été observées dans tous les sites, à une
abondance moyenne de 7,03 ± 4,02 (ET) individus par heure. Les poissons juvéniles étaient
largement représentés par des nomeidae (Psenes cyanophrys), souvent enregistrés en
abondance moyenne de 1,13 ± 1,17 (ET) individus par heure dans 82% des sites.
Nom commun Nom scientifique Moyenne(ET)
Comète Decapterus spp. 7,034 (4,027)
Nomeidae Psenes cyanophrys 1,127 (1,166)
Requin soyeux Carcharhinus falciformis 0,961 (0,47)
coureur arc-en-ciel Elagatis bipinnulata 0,765 (2,071)
Rémora Remora remora 0,299 (0,35)
Grand dauphin Tursiops truncatus 0,118 (0,219)
Albacore Thunnus albacares 0,074 (0,181)
Requin des Galápagos Carcharhinus galapagensis 0,049 (0,164)
Requin-marteau halicorne Sphyrna lewini 0,044 (0,132)
Carangue vert Caranx caballus 0,029 (0,088)
Dorade coryphène Coryphaena hippurus 0,029 (0,121)
Thazard noir Acanthocybium solandri 0,025 (0,071)
Poisson-lime gribouillé Aluterus scriptus 0,020 (0,055)
Marlin bleu Makaira mazara 0,020 (0,055)
Poisson-pilote Naucrates ductor 0,020 (0,081)
Requin pointes blanches Carcharhinus albimarginatus 0,010 (0,04)
Marlin rayé Kajikia audax 0,010 (0,04)
On a observé quatre espèces de requins provenant de deux familles. Les requins soyeux étaient
les plus communs (Carcharhinus falciformis), présents à tous les sites, avec une abondance
moyenne de 0,96 ± 0,47 (ET) individus par heure. Les requins des Galápagos (Carcharhinus
galagagensis) étaient la seconde espèce de requins la plus commune avec cinq individus
observés à deux sites (moyenne d’abondance 0,05 ± 0,16 (ET) individus par heure), suivie du
requin-marteau halicorne (Sphyrna lewini - moyenne d’abondance 0,04 ± 0,13 (ET) individus
par heure). Un seul requin pointes blanches adulte femelle (Carcharhinus albimarginatus) a
également été enregistré. Associé aux requins, les rémoras (Remora remora), ont été observés
en abondance relativement élevée avec 33 individus enregistrés au total dans 65% des sites
(moyenne d’abondance 0,30 ± 0,35 (ET) individus par heure).
Les espèces iconiques souvent ciblées comme poissons de sport, tels que le marlin bleu
(Makaira de mazara) et le marlin rayé (Kajikura audax), étaient présentes avec un et deux
individus enregistrés, respectivement, pour tous les sites. D’autres grands pélagiques tels que le
thon albacore (Thunnus albacares), le Thazard noir (Acanthocybium solandri) et le Coryphène
(Coryphaena hippurus) étaient présents mais très inégalement, observés dans trois sites ou moins.
TABLEAU 12.
Espèces
observées par
sondages BRUVS
mi-eau à Atoll
de Clipperton
en 2016 (moyen
par heure and
écart-type).
55
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
Le Coureur arc-en-ciel (Elegatis bipinnulata) a été observés en large bancs dans cinq des sites
(moyenne d’abondance 0,76 ± 2,07 (ET) individus par heure). Le grand dauphin (Tursiops
truncatus) a également été enregistrés dans 35% des sites, généralement à titre individuel ou
par paires, malgré les grandes bancs observés en surface.
Malgré la petite taille de Clipperton, il y avait un fort gradient Est-Ouest. La richesse en espèces
et l’abondance totale étaient significativement plus élevés à l’Est qu’à l’Ouest (Fig. 52-53).
La composition des communautés de poissons pélagiques variait également fortement avec
les sites à l’Est dominés par des requins soyeux, rémora et coureurs arc-en-ciel, et les sites à
l’Ouest plus fortement associés à des nomeidae juvéniles.
FIGURE 52.
Richesse
moyenne (a)
des espèces
et abondance
moyenne totale
(b) pour les
zones Est (E)
et Ouest (W)
de l’atoll de
Clipperton.
FIGURE 53.
Ordination des
coordonnées
de principe
indiquant
l’association des
espèces aux sites
Est et Ouest
autour de l’Atoll
de Clipperton.
Les sites Est
étaient fortement
associés aux
requins soyeux,
aux rémoras et
aux coureurs
arc-en-ciel,
tandis que les
sites Ouest
étaient plus
fortement
associés aux
nomeidae et
comètes juvéniles.
ABONDANCE
20
15
10
5
0
EST OUEST
RICHESSE DES ESPÈCES
5
4
3
2
1
0
EST
OUEST
ABONDANCE
20
15
10
5
0
EST
OUEST
RICHESSE DES ESPÈCES
5
4
3
2
1
0
EST OUEST
ABONDANCE
20
15
10
5
0
EST OUEST
RICHESSE DES ESPÈCES
5
4
3
2
1
0
EST
OUEST
OUEST
Nomeidae
Comète
Requin-marteau halicorne
Rémora
Requin soyeux
Marlin bleu
Poisson-lime gribouillé
Dorade coryphène
Ouest
Est
PC01 (37.7% DE VARIATION TOTALE)
PC02 (24.6% DE VARIATION TOTALE)
20
0
-20
-40
-20 20 400
-40
Transformation : Racine carrée
Dissemblance : S17 indice de dissimilarité Bray-Curtis
Thazard noir
Coureur arc-en-ciel
56
5. LES MENACES
5.1. LA PÊCHE
Les ressources marines de la zone économique des 200 milles sont très attrayantes. Clipperton
se trouve dans une des régions les plus riches en thonidés du monde, région qui s’étend des
côtes du Pérou au Golfe de Californie et s’étire vers les Hawaii. La zone de Clipperton se situe
en eet au croisement des migrations des poissons de cette famille ce qui lui donne une
importance économique considérable.
Il existe une pêche industrielle extrêmement dévastatrice autour de Clipperton faite par
des palangriers, des senneurs, équipés de radars et d’hélicoptères de repérage des groupes
d’oiseaux au-dessus des bancs de poissons, et rassemblant à coups de bateaux rapides et
d’explosions (seal bombs) toutes les espèces sans distinction dans leurs filets, et ce, au plus
près de la côte de Clipperton (Fig. 54)
Clipperton permet aussi à la France de faire partie de l’Inter-American Tropical Tuna Commission,
mais elle est totalement absente des statistiques de pêche annuellement publiées par l’IATTC,
alors que l’Espagne envoie ses navires de pêche dans le Pacifique oriental. Ceux-ci ont ainsi pris
39 600 tonnes de thons en l’an 2000 sur un total de prises de 557 000 tonnes prélevées dans
la région (IATCC, 2000). A chacune des missions eectuées à Clipperton et à chaque visite
des navires de la Marine nationale, des navires de pêche battant pavillon mexicain, costaricain,
guatémaltèque, voire américain, sont signalés et enregistrés. Lors de la mission « Passion 2001
» ce ne sont pas moins de trois navires qui ont été interceptés en trois jours dans les eaux
de Clipperton et pour la première fois « visités ». L’un partait en campagne avec une carte
de sa zone de pêche centrée sur Clipperton ! En 1988, une étude évaluait entre 15 000 et
20 000 tonnes de thonidés les prises annuelles dans la seule ZEE de Clipperton (GOUJON M.,
1988). Les quantités pêchées aujourd‘hui sont au moins de 50 000 tonnes de poissons par
an principalement des thons, mais aussi des requins, dans la seule ZEE de Clipperton (Pauly,
2009). Durant le seul mois de janvier 2005, la mission Jean-Louis Etienne a observé depuis l’île
dix navires senneurs en action de pêche à proximité immédiate de la côte. Lors des missions
2013, 2015, 2016 sont rapportés des seneurs en activité dans les eaux territoriales de Clipperton
très près de la côte.
La mission 2016 de National Geographic - Pristine Seas permet de démontrer que l’essentiel de
la population des grands prédateurs (thons, requins..) sont de petite taille autour de Clipperton
parce que les plus gros ont été pêchés. Ceci est à mettre en lien avec tous les témoignages de
bateaux de pêche non français vus dans la ZEE à chaque visite.
57
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
Pour évaluer le manque à gagner de la France en termes de redevances de pêche, on peut
par exemple appliquer un tarif moyen de redevance de 5-10% sur le revenu de pêche de thon.
Le prix de thon au Pacifique (ex-bateux de pêche) est en moyenne 1600 € par tonne pêché.
Multiplié par les 50 000 tonnes annuellement prélevées, le montant des redevances obtenus
serait entre 4 – 8 million € par an !
Mais il n’y a pas que les thons qui sont pêchés dans la zone. L’absence totale de langoustes
constatée par les plongeurs lors des expéditions de novembre 1997, de février 2001 et de mars
2016, alors qu’elles étaient signalées par milliers dans les années 1960, de même que la rareté
des requins observés comparé aux descriptions anciennes, laissent penser que ces types de
pêches sont les plus pratiquées au voisinage immédiat de l’île et sur le tombant récifal. De
nombreux indices montrent d’ailleurs que l’île est même souvent occupée.
Pendant la mission Pristine Seas de 2016, a l’arrivée sur zone, on a observee un senneur signalé
par le survol de l’Argo et de la côte sud par un hélicoptère rouge et blanc le 13/03 en mi-journée.
Le senneur n’a pas été aperçu, mais les hélicoptères sont toujours du même type et vus en 2012,
2013, 2015, 2016. Rappel: Capacités d’emport > 1000t. Moyens importants (hélicoptère, speed
boats, DCP, seal bombs..). Pavillon mexicain durant ces années d’observations mais autres
pavillons observés en 1997, 2005 et par suivi sur la toile.
On a observé un très grand nombre d’apparaux de pêche;beaucoup plus qu’en 1998, année de
visite de Jenn Caselle (Univ of California) qui confirme un «bon état de santé du récif», mais
est «préoccupée par le nombre limité de poissons adultes lié probablement à la surpêche»; très
nombreux fils et filets de pêche relevés par les plongeurs tout autour de l’île sur le récif – plus de
lignes de pêche sur le recif que des requins! Etonnement de la quantité observée qui s’explique
aussi selon nous par la pêche à partir de la plage rendus sur zone à bord de bateaux autorisés
tels que le Shogun (basé à San Diego) «coup de pêche au grosà Clipperton » vendu 5000
US$ (Figs. 55-56). Plus de 35 visites presque toutes autorisées sans contrepartie pour la France.
FIGURE 54.
Routes de
bateaux de
pêche dans
la ZEE de
Clipperton en
2015. (Source :
Global Fishing
Watch).
12°N
10°
112°W 110° 108° 106°
58
FIGURE 55.
2013 Pêche de
l’équipage du
SHOGUN sur la
côte sud (Ph.
Shogun en ligne).
(Rapport C. Jost
Passion 2013)
On a aussi trouvé une bouée DCP et 1bouée émettrice dérivante échouées sur la côte nord
(14 en 2015)(Fig. 57).
FIGURE 56.
Clipperton est « un
fond de commerce
» pour le SHOGUN
qui y organise des
« coups de pêche
au gros » pour
5000 US$ (Ph.
Shogun en ligne).
(Rapport C. Jost
Passion 2013)
FIGURE 57.
Radeau, armature
d’un dispositif de
concentration de
poisson (DCP) ou
Fish aggregation
Device - FAD-,
en anglais, et (à
droite) bouée
solaire type DCP
(2 photos de la
même bouée) et
bouée émettrice
annexées à des
palangres ou
utilisée pour
suivre un objet
ou une personne
tombée à l’eau
(dérivante (bas
droite). Bouées
vraisemblablement
échouées depuis
ou non vues
en février 2016
puisque diérentes
de celles signalées
dans le rapport
d’E.Clua, 2016.(Ph.
C. JOST 2016)
59
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
5.2. LE DÉCLIN DES OISEAUX
La diminution de la population des fous, et tout particulièrement celle des fous masqués qui
apparaît importante sera à confirmer par un nouveau recensement. Le comptage au sol de
mars 2016 a toutefois été systématique et croisé avec des comptages répétés dans certains
secteurs pour vérification.
Les causesde la décroissance de la population des fous peuvent être multiples et combinées.
La première hypothèse est celle d’un dépassement de la capacité en charge du milieu (carrying
capacity) c’est-à-dire de sa capacité à supporter, donc à subvenir aux besoins alimentaires de
la population. La diminution des ressources entraîne une augmentation de la mortalité et une
baisse consécutive de la population. La ressource alimentaire des oiseaux marins étant les
petits poissons de type exocets ou poissons volants, l’hypothèse est émise que leur nombre à
diminuer autour de l’île.
La zone de nourrissage des fous s’étend en moyenne jusqu’à 132 milles nautiques (244kms)
autour de Clipperton (Fig. 58)
13°N
11°
200 mn
132 mn
113°W 111° 109° 107° 105°
S
E
C
T
E
U
R
D
'
A
L
I
M
E
N
T
A
T
I
O
N
D
E
S
F
O
U
S
M
A
S
Q
U
É
S
C
l
i
p
p
e
r
t
o
n
Z
E
E
CLIPPERTON
FIGURE 58.
La plus grande
colonie au
monde de fous
masqués est déjà
en déclin (env.
40.000 en 2016)
car elle dépend
de la santé et
de la stabilité
des populations
de poissons et
de calmars qui
sont chassés
vers la surface
par les bancs de
thon. Les fous
sont chaque
jour obligés
d’aller chercher
leur nourriture
jusqu’à 132 milles
nautiques (244
km). La surpêche
des thons réduits
le nombre de
petites espèces
en surface
sources de
nourriture des
oiseaux marins.
(Source :
Weimerskirch
et al. 2009)
Toutefois au fil des missions depuis vingt ans, la distance de Clipperton à laquelle ont été
repérés les premiers fous masqués n’a cessé d’augmenter et certains oiseaux ont été aperçus
à 400kms et même à 800kms de la première terre, celle de Clipperton3.
Une première explication peut provenir du prélèvement même de la ressource en petits
poissons par « la plus grande colonie au monde de fous masqués », prélèvement qui est
considérable. En fonction de la quantité de nourriture nécessaire à un oiseau par jour, les
calculs réalisés en 2005 ont montré que la population aviaire consommait 29 000 tonnes de
poissons par an (Weimerskirch et al., 2009).
3 100 km au NE en 1997, 200kms à l’Est en 2001, 400 km au SW en 2013, 800 km au SW vers les Marquises, terre la plus
proche mais distante de 4000 km (Jost C., rapports).
60
Une deuxième explication et non des moindres, est la pratique d’une pêche industrielle
devastatrice qui cible des thons et des requins (voire dessus). Ce sont les thons qui chassent
les petits poissons vers la surface et permettent ainsi indirectement aux oiseaux marins de
se nourrir. La réduction des thons entraînant une réduction des petites espèces disponibles
pourrait être un facteur explicatif de la diminution de la population des oiseaux marins en
général, des fous masqués en particulier.
Enfin, un autre explication de la réduction de la population des oiseaux qui vient en complément
des précédentes est celle de la prédation des œufs et de poussins par une population croissante
de rats (Rattus rattus).
5.3. LES RATS
Le rat (Rattus rattus) apparu vers 2000 (par échouage du Lily Marie/Dixie Isle ou du Occo
en 1999 et 2001, des palangriers pêcheurs de requins selon BirdLife International4, mais
l’estimation de la population reste dicile le rat ne se montrant presque que la nuit (200 en
2005, 2000 en 2016 ?) ; la population couvre toute l’île ; des nids ont été trouvés partout. Les
rats utilisent les terriers de crabes qu’ils consomment, des bidons, des carcasses métalliques,
des abris divers (Figs. 59-60); leur principale source d’alimentation semble être le crabe (20
carcasses de crabes par nid de rat en moyenne) ; il n’a pas été réalisé de piégeage, ni pour
identification, l’espèce Rattus rattus étant connu, encore moins pour élimination qui suppose
une importante campagne dédiée. Deux juvéniles de fous ont été observés avec la trachée
artère sectionnée, l’un mort, l’autre sur patte au plastron ensanglanté, dont la cause pourrait
peut-être être imputable à une attaque de rat.
FIGURE 59.
Nid de rats dans
un bidon avec
une vingtaine
de carcasses
de crabes.
FIGURE 60.
Ci-contre:
couloirs de
circulation de
rats vers un
terrier de crabe
transformé en
nid; (secteur II).
4 http://www.birdlife.org/datazone/sowb/casestudy/261
61
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
5.4. EROSION COTIÈRE
L’accélération de l’érosion côtière est liée à de nombreux paramètres dont les principaux sont
les conditions des relations océan/atmosphère et l’élévation du niveau marin, mais aussi les
facteurs géographiques face aux phénomènes climatiques et océaniques, tel que l’exposition,
l’orientation, la forme de la côte, la pente externe, la nature des matériaux de la côte, etc. La
zone du Pacifique nord-oriental est une région où l’analyse des phénomènes cycloniques sur
les vingt dernières années (1996-2015) montre une fréquence de 13,9 phénomènes par an (Fig.
61), allant de la Dépression Tropicale forte (Tropical Storm, TS) au Cyclone tropical de catégorie
supérieure à 3 (Ouragan majeur ou Major Hurricane, MH)6, hors Dépressions tropicales modérées
qui grossissent aussi les vagues et la houle. Un analyse en première approche montre également
des phénomènes de forte intensité plus nombreux depuis 2008 avec 7 ouragans majeurs sur 8
ans, contre 2 ouragans majeurs sur les 13 années précédentes (Jost, données NOAA).
En 2015Clipperton a été concerné par deux cyclones: Andres, premier de la saison cyclonique,
s’est formé en Dépression tropicale modérée le 28/05 (soit trois semaines après le départ de
la mission PASSION 2015), à moins de 100km de l’atoll, autrement dit sur Clipperton (Fig. 62).
La dépression s’est transformée les jours suivants en cyclone de catégorie 1 puis de catégorie
2 à 240 km à l’ouest et a poursuivi sa route en Ouragan majeur, ou cyclone de catégorie 4 sur
l’échelle Sar-Simpson. Le deuxième, et dernier de la saison, Sandra, est passé à 250km au
nord de Clipperton le 25/11 en cyclone de catégorie 2 avant de devenir Ouragan majeur.
On comprend mieux la transformation rapide et importante de la côte de Clipperton, notamment
de la côte Est, la plus exposée, qui de sableuse a pu devenir pavée de blocs de taille métrique
pour quelques temps.
FIGURE 61.
Trajectoires
cumulées des
phénomènes
cycloniques sur
l’année 2015.
Le premier de
l’année, Andres
(trajectoire 1)
et le dernier de
l’année, Sandra
(trajectoire 18)
ont concerné
Clipperton qui
s’est trouvé
dans le cercle
d’impact de
500 à 1000km
de diamètre de
plusieurs de ces
phénomènes.
Dans l’encart, le
cercle, d’un
rayon de 250km,
est centré sur
Clipperton.
(C.Jost, 2016)
62
FIGURE 62.
Position du
cyclone Andres
le 29 mai 2015
après son
développement
sur Clipperton
le 25 mai.
(d’après NOAA)
Les passes ou hoas nord et sud-est décrites en 1840 par Sir E. Belcher et fermées vers
1850 semblent pouvoir se rouvrir si l’on considère le retrait rapide de la ligne de rivage et le
rétrécissement de la largeur de la couronne dans ces deux secteurs. Le matériel érodé des
plages et le matériel arraché au récif par les tempêtes contribuent à construire les couronnes
émergées des atolls. A Clipperton, on assiste ainsi au sud-est à un comblement de la lagune par
nouveaux apports, au nord et à l’est à un comblement du lagon (la couronne Est s’est élargie
de 5m côté lagon vers 2003 (Rapport Passion 2015 et article sous presse, C. Jost) tandis que la
côte côté océan est rongée et recule. Tandis que la lagune se comble, l’ancienne passe sud-est
pourrait selon nous se rouvrir dans le secteur de largeur restante de 30m à la faveur d’un seul
ouragan ou en quelques années encore.
Il est très important que les scientifiques et plus particulièrement les biologistes marins
soient présents au moment de cette réouverture du lagon pour mesurer le bouleversement
écosystémique qui s’en suivra.
63
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
5.5. DE LA SOUVERAINETÉ DE LA FRANCE
Les marques de souveraineté sur l’atoll sont peu présentes et peu respectées. Absence de
pavillon français à la stèle, bien qu’un nouveau ait été hissé le 02/02/2016 par Eric Clua. Le
pavillon a probablement été arraché par le vent, voire vandalisé, l’état des cordes restantes ne
permettant pas clairement de déterminer s’ils elles ont été arrachées ou coupées (Figs. 63-64).
N’ayant pas pu obtenir de pavillon du HCR PF, certes sollicité seulement deux jours avant mon
départ, il n’a pas été possible de le remplacer et le mât est resté sans marque de souveraineté
française et le sera sur les images de National geographic.
FIGURE 63.
Absence de
pavillon français
pourtant installé
en février
2016 (Ph. C.
Jost)
FIGURE 64.
Stèle en mauvais
état mais plaque
du député
Folliot déposée
le 29/04/2015
encore en
place en mars
2016 (Ph. C.
Jost)
64
FIGURE 65.
Hélicoptère
identique à celui
ayant survolé
l’Argo et la côte
sud le 1er jour, le
13/3. (Ph. C. Jost )
n Présence le 13/03 d’un senneur équipé d’un hélicoptère (Fig. 65) : pas d’observation du
senneur, pas d’identification de nationalité même si probablement mexicaine vu l’hélicoptère.
Observation uniquement de l’hélicoptère (rouge et blanc identique à ceux vus sur les senneurs
et en vol lors des précédentes missions (2016, 2015, 2013, 2012) qui est venu survoler vers
14h00 le navire Argo et la côte SW jusqu’au Bois de Bougainville. Le senneur devait se trouver
au nord ou à l’ouest de l’île et a dû partir avant la nuit (ou a éteint ses feux?), aucune lumière
n’ayant été aperçue. Pas de débarquement apparent durant les heures d’observation.
n Arrivée le 16/03 d’un yacht de plaisance, le Kokomo (pavillon Gibraltar) avec quatre personnes
à son bord (2 Suisses et un couple d’Allemands) venu ancrer à proximité de l’Argo très près
des déferlantes. Vérification faite par appel téléphonique au HCR PF, ce bateau n’avait
pas demandé d’autorisation d’accès à l’île. Activité: plongée sans débarquement prévu
jusqu’à l'accident mortel survenu le 18/03/2016.
65
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
5.6. DE LA SÉCURITÉ
Les «dangers inhérents au débarquement et à l’extrême diculté pour y déployer des moyens
de secours en cas d’accident», et «l’interdiction d’une arrivée par voie aérienne en raison
du danger que représente l’importante concentration d’oiseaux », sont systématiquement
rappelés dans les autorisations d’accès à l’île délivrées par le Haut-commissaire de la
république en Polynésie française (HCR-PF). Ces avertissements sont présents sur la page «
Clipperton » du site du HCR PF (http://www.polynesie-francaise.pref.gouv.fr/L-ile-de-
Clipperton), mais pas sur celles du ministère des outre-mer qui présente par ailleurs des erreurs
et des liens à corriger.
Ces avertissements de sécurité semblent ignorés des visiteurs non déclarés et illégaux pour,
selon nous, au moins trois raisons:
1. Ils n’apparaissent pas clairement comme avertissement, car inclus dans un texte général
de présentation.
2. Ils ne sont qu’en français alors que la majorité des «usagers» sont étrangers.
3. La page est insusamment référencée sur l’internet.
Nous avons rapporté dans le Rapport préliminaire de cette mission5 le premier cas de décès
par accident d’un visiteur non déclaré , ociel déclaré depuis les morts mexicains de la période
1897 – 1917 dont les années 1914-1917 des «Oubliés de Clipperton. D’autres décès ont pu survenir
par le passé lors de naufrages ou de débarquements étrangers non autorisés et non renseignés.
Le Rocher présente plusieurs gros blocs en équilibre et menaçant de s’eondrer à tout moment
notamment dans la galerie ouest qui sert d’accès au sommet. Entre 2001 et 2015, un bloc de
plusieurs mètres cubes est tombé dans cette galerie obligeant depuis lors, pour accéder à la
voie du sommet, à ramper sous ce bloc (Figs. 66-67). Le Rocher évolue par dissolution sous
l’action de l’eau chargé de guano acide et présente de nombreuses cavités, et éperons de type
lapiez karstiques. Sur l’image ci-dessous, même s’il est dicile de les distinguer, il y a au moins
deux blocs sur trois suspendus au-dessus de la galerie principale susceptibles de s’eondrer et
un qui est coincé plus bas à mi-hauteur. Ces blocs présentent une menace pour la sécurité des
visiteurs. Il conviendrait d’évaluer le risque avec précision et de prendre les mesures nécessaires
pour supprimer ce risque.
L’accès au sommet du Rocher est dangereux. Les restes du phare Mexicain construit au début
du 20e siècle au sommet du Rocher ne sont plus qu’un muret de briques instables de 1m de haut
qu’il faut gravir pour arriver à une plate-forme inégale de 2m² correspondant au sommet. Celle-ci
domine un à-pic vertical de 28m côté lagon et de plus de 10m vers l’intérieur du Rocher. Les
briques étant descellées, l’ascension des derniers 4m pour atteindre le sommet est très périlleuse.
5 JOST C., 2016. Mission internationale à l’île de La Passion – Clipperton - France du 06 au 30 mars 2016. Rapport prélimi-
naire de mission. National Geographic Society – Pristine seas, Université de la Polynésie française, Papeete, Tahiti. 58 pp.
66
FIGURE 66.
Vue vers le
bas de la
galerie ouest
du Rocher. Au
moins deux
blocs sur trois
suspendus
au-dessus
de la galerie
principale sont
susceptibles
de s’eondrer
(Photo 2016
© C. Jost)
FIGURE 67.
Vue vers le haut
de la galerie
ouest du Rocher
en 2001. Depuis
2001, le bloc
du milieu s’est
eondré et
a obstrué la
terminaison de
la galerie ouest.
Pour accéder
au sommet par
cette voie, il
faut désormais
ramper sous
ce bloc pour
parvenir à
la corde qui
donne accès à
la plate-forme
intermédiaire,
puis au sommet
(Photo 2001
© C. Jost)
67
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
6. RECOMMANDATIONS
L’analyse des observations cumulées des missions des vingt dernières années et la nouvelle
vision sous-marine apportée par la mission Pristine Seas 2016 montrent que Clipperton, malgré
un état général plutôt en bonne santé, est aujourd’hui à un point de non-retour ! Le milieu
peut être protégé maintenant, et sa splendeur et ses services écosystémiques peuvent encore
être restaurés, et elle peut devenir un site mondial de référence scientifique. Ou, elle peut être
perdue pour toujours.
Ainsi, trois axes de mesures indissociables se dégagent. Ces propositions conduisent à renouveler,
voire préciser et compléter certains points des recommandations du rapport parlementaire du
député Philippe Folliot6. Une nouvelle réglementation et des moyens de contrôle doivent être
rapidement mis en place:
1. La création d’une réserve marine intégrale (dans laquelle aucune activité de pêche ou
d’extraction n’est autorisée) de 100 milles nautiques (185 kms) autour de l’atoll.
a. L’aire protégée couvrirait 109.000 km2 mais ne représenterait pourtant que 25% de la ZEE. La
Réserve inclurait les eaux marines et les habitats profonds et une partie de l’atoll et du lagon.
b. La Réserve sera la plus grande aire marine totalement protégée de toutes les eaux françaises.
c. Les activités de recherche et d’éco-tourisme strictement réglementées et gérées seront
autorisées dans la Réserve.
d. Une surveillance satellite est déjà opérée par la Marine nationale, et serait le moyen le plus
pratique et ecace pour surveiller l’activité dans la réserve - comme elle est déjà réalisée dans
plusieurs réserves éloignées dans le monde entier (par exemple, Galapagos and Pitcairn). La
surveillance pourrait être complétée par les services gracieux de Global Fishing Watch.
2. La mise en place d’une réglementation stricte des pêches et des activités dans le reste de la
ZEE et sur l’île. La pêche aux thons pourra se poursuivre dans le reste de la ZEE (75%). Si la
France mettait en place des licences de pêche payantes et contrôlait la zone par surveillance
satellite doublée d’une implantation permanente, le montant des redevances récupérables
pourraient se situer entre 4 et 8 million d’euros par an , ce qui permettrait de financer les coûts
de gestion de la réserve marine et la station de recherche, et encore fournir un bénéfice. Dans
tous les cas de figure, il s’agit pour la France d’un manque à gagner important en laissant
Clipperton à son sort, alors que les redevances issues d’une gestion stricte de la ressource
marine financeraient au-delà des besoins les moyens de surveillance de la zone.
3. L’installation d’une station scientifique permanente, est préconisée pour être un site mondial
de référence scientifique sur le réchauement climatique et les relations océan-atmosphère.
La station scientifique serait aussi un dispositif de surveillance in situ, assistée de gendarmes
(et idéalement d’une vedette d’intervention rapide), pour complementer la surveillance
satellitaire et pour fournir une dissuasion forte.
6 Nous reprenons une partie des recommandations du rapport parlementaire du député Philippe Folliot, auquel Prof. C.
Jost a participé, afin de préciser et compléter certains points eu égard à l’évolution rapide de la situation. Les autres
recommandations sont nouvelles et font suite aux observations de la mission National Geographic Pristine Seas 2016.
68
D’AUTRES RECOMMANDATIONS:
n Chercher à recueillir plus de données sur la fréquentation de la zone en envisageant des
services sous-traités par l’état avec des associations7 ou des ONG françaises qui peuvent
réaliser un «tracking » complémentaire à ceux des services d’état ainsi que des achats de
données auprès d’ONG du type Global Fishing Watch (http://globalfishingwatch.org/) et/ou la
National Geographic Society – Pristine Seas notamment, celle-ci disposant d’un capital unique
d’observation des îles à travers le monde.
n Réaliser des campagnes de nettoyage des déchets plastiques jonchant l’île, mais également
une grande campagne d’enlèvements des restes et vestiges militaires et munitions.
n Afin de protéger la côte de l’érosion en cours, une solution consisterait à introduire des
palétuviers rouges pour qu’une mangrove se développe dans certains secteurs de l’île. Son
développement permettrait non seulement de protéger la côte de l’agression maritime mais
permettrait aussi de créer un habitat protégé et des zones de nurserie pour de nombreuses
petites espèces. Il s’agit d’un enjeu majeur, car une fois un certain niveau d’érosion atteint, la
disparition de plusieurs secteurs de la couronne de l’île pourrait devenir irrémédiable, seul le
rocher pouvant rester à terme?
n L’information sur les dangers d’accès à Clipperton doivent être clairement décrits voire illustrés
et être mieux référencés sur les sites et pages gouvernementales et apparaître en premier lien
de la première page quand une recherche sur «Clipperton» ou sur «île de La Passion» est faite
sur les moteurs de recherche. Ces avertissements de danger ainsi que l’obligation de faire une
demande d’accès doivent être écrits en plusieurs langues (anglais, espagnol, allemand, italien,
voire russe, chinois, japonais, coréen)
n Réaliser rapidement une campagne de dératisation et, en l’attente, évaluer la présence ou non
de leptospirose sur l’île.
n L’installation d’une station permanente nécessite l’aménagement d’au moins une passe (de
préférence deux au sud-est et au nord, d’orientations diérentes pour permettre entrée et sortie
par tous temps) pour permettre le débarquement sans risque, de matériel et de personnes (cf
Rapport Folliot pour plus de détails). En outre il est nécessaire d’envisager une réhabilitation de
la piste d’aviation pour des transports d’urgence, voire des relèves d’équipes à partir du Mexique.
n La mesure d’altitude à 21 mètres de hauteur des plus hauts débris coralliens projetés par
des vagues sur le Rocher, appelle à réfléchir sur la sécurité de résidents sur l’île en période
cyclonique (de mai à novembre). En plus d’un bâtiment para-cyclonique, un abri fermé ventilé
aménagé en hauteur dans une grotte ou un abri sous roche dans le Rocher serait à envisager.
7 Par exemple l’Association CPOM «Clipperton – Projets d’Outre-Mer» qui assure déjà une veille sur Clipperton.
69
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
6.1. BÉNÉFICES POUR LA FRANCE
n La création d’une réserve marine dans un rayon de 100 milles nautiques autour de l’atoll
permettra à la France de réarmer avec force sa souveraineté à travers une mesure phare de
protection de cette zone océanique.
n La réglementation stricte des pêches dans les 75% restants de la ZEE et des activités et
leur contrôle apportera des redevances et un retour sur investissement et permettra un
autofinacement d’une station permanente.
n Une réserve de 100 milles nautiques autour de l’atoll représentera le 1% des eaux françaises, ce
qui contribuera à atteindre l’objectif des 20% d’eaux françaises protégées en 2020.
n Cette réserve marine sera la plus grande zone strictement protégée du Pacifique Tropical Est,
même mieux que les fameuses réserves marines des Galápagos en Equateur ou des îles Cocos
du Costa Rica. Cela placerait la France parmi les leaders mondiaux dans la conservation marine.
n La désignation de Clipperton comme site global de référence scientifique pour l’étude du
réchauement climatique sera le prolongement naturel du leadership de la France armé lors
de la COP21.
n La réserve marine permettra à la France de rejoindre le réseau CMAR « Corridor du Pacifique
Tropical Est», dont elle est absente, et d’avoir un rôle clé dans la gestion et la protection des
ressources marines du Pacifique oriental.
Sujet Tendance Constats Causes Risques Solutions /
Recommandations
Souveraineté
é
Présence d’un senneur
- survol hélico le 13/03
(senneurs présents à
chaque visite dans les
2MN (2012, 2013, 2015,
fév 2016, mars 2016)
Pêche
autorisée et
pêche illégale
non contrôlée
- Accords F/
Mx caduques -
Surpêche
accrue -
Déclarations
de prises
fantaisistes
Création d’un AMP (No Take
Area) de 100MN justifié par
cycles écologiques. Renforcer
surveillance satellite + in
situ surveillance par station
scientifique. Acquérir données
sur fréquentations maritimes.
é
Signes ostentatoires
observés de marquage
territor. Mx de la part
des hélicos ì
Accords F/Mx
caduques -
Taxation des pêches au-delà
des 50MN et de toute visite
dans les 50MN et sur l’île
é
Visite illégale :
yacht de plaisance
ð accident, décès
(18/03/2016)
Info. web
insusante,
abs. surveill.
Nouveaux
accidents
Augmenter info et
surveillance. Formaliser
prise en charge observateur
français par demandeur
d’accès
é
Nouvelles épaves :
barque 6m + zodiac
et moteur du yacht de
plaisance
Utilisation et
visite de l’île et
risques locaux
élevés
Nouveaux
échouages et
accidents
Absence de pavillon
français sur l’île
vandalisme
ou météo de
vents forts
achage
pavillon
étranger
Marques et présence
françaises à renouveler et
pérenniser
Déclarations
mexicaines de
prises annuelles ê
fantaisistes, voire
dédaigneuses (ex:
1500t pour toute
l’année 2014)
Accords F/Mx
caduques -
Qu’à la
renégociation,
le Mx se base
sur les faibles
tonnages
déclarés
Données de fréquentation des
navires sur plusieurs années
récupérables du Nat Géo et
scientifiques Mex. Collaborer
avec ONG comme Global
Fishing Watch ou Assoc.
TABLEAU 13.
Synthèse des
constats et
recommandations
(C. Jost, 2016).
70
Sujet Tendance Constats Causes Risques Solutions /
Recommandations
Milieu marin
nouveau
Etat général de bonne
conservation des
coraux et espèces
associés, mais faible
biodiversité et grande
fragilité
Dégradation
irréversible sans
protection. Seul
territoire du
Pacifique NE
sans protection
formelle
Création d’une AMP (No Take
Area) de 100MN justifiée par
cycles écologiques.
Renforcer surveillance satellite
+ in situ surveillance par
station scientifique.
Acquérir données sur
fréquentations maritimes.
nouveau
Grandes espèces
(dont esp. Requins)
mais uniquement des
juvéniles
Surpêche des
adultes (thons,
requins..)
Dépeuplement,
rupture
d’équilibre
écolog.
é
Très grand nombre
d’apparaux de
pêchesur récif et sur
plages
Pêche en mer
et pêche au
gros à partir
des plages
ó
1 Bouée DCP et 1
dérivante trouvées
sur plages nord en
mars 2016 (3 autres en
février 2016, 14 en 2015
toutes ramassées)
Techniques
de pêche
(+hélicos,
Surpêche -
Pollution des
plages
Littoral
ì
Retrait accéléré du
trait de côte au SE
au droit du Rocher =
quasi fermeture de la
lagune (2m)
Dynamique
littorale,
élévation du
niveau marin
Disparition,
ennoiement
de certains
secteurs de la
couronne
introduire de palétuviers
rouges pour qu’une mangrove
protectrice de la côte (et
nurserie) se développe
nouveau
ì
Au SE : Rétrécissement
de la largeur du
cordon littoral de 20m
au plus étroit en 2015,
à 14m en février 2016
et à 11m en mars 2016
Erosion en
augmentation
(mesurée)
Elévation du
niveau marin
Réouverture
d’anciennes
passes;
utilisation
du lagon par
armements
étrangers
Installation d’une station
scientifique avec gendarmes
nouveau
21 mètres= altitude
à laquelle ont été
trouvés des débris
coralliens dans le
Rocher (de 29m).
Vagues
cycloniques ou
tsunamiques
Submersion
occasionnelle
possible de
tout ou partie
de l’île
Outre un bâtiment
paracyclonique pour la station
scientifique, un abri fermé en
hauteur dans une grotte ou
abri sous roche du Rocher
pourrait être aménagé.
71
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
Sujet Tendance Constats Causes Risques Solutions /
Recommandations
Milieu terrestre
nouveau
ê
Baisse importante
de la population des
oiseaux de mer (fous
masqués de 100 000
en 2005 à 35000 en
mars 2016)
Surpêche par
pêcheurs et
fous eux-
mêmes liée à
surpopulation
+ possible
début de
prédation
du rat
Déséquilibre
écosystème,
domination
du rat
Campagne de dératisation
ê
Crabe terrestre
(Jongarthia planata)
: population en net
recul en nombre et en
taille; non dénombrée.
Surpopulation
des années
2000
conduisant
à disparition
du couvert
herbacé +
prédation ì
du rat
Déséquilibre
écosystème,
domination
du rat
Campagne de dératisation
é
Végétation en
extension rapide;
observation visuelle
par rapport à 2015,
mais non quantifiée
Diminution de
la population
de crabes
Consommation
possible à venir
par le rat
Campagne de dératisation
é
Cocotiers >1m
dénombrés à 873
individus de plus en
plus répartis
Diminution de
la population
de crabes
ó
Déchets, restes,
vestiges : pas plus que
sur n’importe quelle
autre île au monde
selon les observateurs
du National Géo,
Absence de
ramassage,
apports marins
+ missions à
terre
Microplastiques
dans la chaîne
alimentaire;
vestiges :
danger de
blessures et
explosion
Campagne de nettoyage et
destruction des munitions
US, élimination des restes de
métaux rouillés
Sécurité et risques
ìNaufrages, épaves,
accidents
Information
insusante,
fréquentations
non
autorisées,
non déclarées
Accidents par
naufrage
Améliorer l’information sur
les sites gouvernementaux et
associatifs
Blocs rocheux en
équilibre instable dans
le Rocher
Dissolution,
érosion du
Rocher
Accidents par
eondrements Dynamitage et sécurisation
Munitions et ferrailles
dans le sol
Vestiges de
missions
militaires
Accidents
Procéder à une neutralisation
des munitions et à un
enlèvement des ferrailles
ì
Augmentation de la
population des rats et
risque de leptospirose
Introduction
par nafrage
et épave vers
2000
Cas potentiels
de eptospirose
si présence
avérée
Campagne de dératisation
ìDéchets plastiques et
microplastiques
Apports par
flottaison et
missions
Intégration
dans les
chaînes
alimentaires
Campagne de nettoyage
72
7. BIBLIOGRAPHIE
Allen GR. (2008). Conservation hotspots of biodiversity and endemism for Indo-Pacific coral reef fishes.
Aquatic Conservation: Marine and Freshwater Ecosystems 18 (5), 541-556.
Baums IB, Boulay JN, Polato NR, Hellberg ME (2012). No gene flow across the Eastern Pacific Barrier in the
reef-building coral Porites lobata. Molecular Ecology 21 (22), 5418-5433.
Bearez Ph. Et B. Séret, 2009. Les poisons. in Charpy L. (coord.) 2009. – Clipperton, environnement et
biodiversité d'un microcosme océanique. MNHN, Paris ; IRD, Marseille. (Patrimoines naturels; 68).
Bond ME et al. (2012). Reef Sharks Exhibit Site-Fidelity and Higher Relative Abundance in Marine Reserves
on the Mesoamerican Barrier Reef.PLoS ONE 7, e32983.
Bourrouilh-LeJan F, Albouy GY, Benderitter Y. (1985b). A tool for a better knowledge of an atoll: the
magnetic field at Clippertonisland (ENE Pacific). Geophysical and geological results. InProceedings of the
fifth International Coral Reef Congress, Tahiti, 6, 407-412.
Carricart-Ganivet JP, H. Reyes-Bonilla (1999). New and previous records of scleractinian corals from
Clipperton Atoll, Eastern Pacific.Pacific Science 54, 370-375.
Charpy L (2009). Clipperton: environnement et biodiversité d‘un microcosme océanique. Muséum national
d‘histoire naturelle, Paris, and Institut de recherche pour le développement, Marseille, 420.
Charpy L (2009). Clipperton, Environnement et biodiversité d’un microcosme océanique. Publications
scientifiques du Museum. IRD Editions, Patrimoines naturels Paris/Bondy, 417.
Clua E (2016). Mission internationale sur l’atoll de Clipperton (ile de La Passion - France) et les iles
Revillagigedo (Mexique) du 28 janvier au 11 février 2016. Rapport de mission. CRIOBE USR3278 CNRS-
EPHE-UPVD. RA231, 62.
Dyer BS, MW Westneat (2010). Taxonomy and biogeography of the coastal fishes of Juan Fernández
Archipelago and Desventuradas Islands, Chile. Rev. Biol. Mar. Oceanogr. 45 (S1), 589-617.
Ehrhardt JP (1971a). Hydrobiologie du lagon de Clipperton.Cahiers du Pacifique 15, 89-112.
Ehrhardt JP (1971b). Census of the birds of Clipperton Island, 1968. New Mexico, The Condor 73 (4), 476-480.
Ekman S (1953). Zoogeography of the sea. Sidgwick & Jackson, London.
Ehrhardt JP (1976). La faune ornithologique de Clipperton en juillet 1968,Cahiers du Pacifique19, 169-179.
Flot JF, M Adjeroud (2009). Les coraux. In Charpy L. (coord.), 2009, Clipperton, environnement et
biodiversité d’un microcosme océanique. Muséum national d’Histoire naturelle, Paris, IRD, Marseille, 420.
(Patrimoine naturels; 68),155-162.
Folliot PH (2016). Valoriser l’île de La Passion (Clipperton) par l’implantation d’une station scientifique à
caractère international.Rapport parlementaire, Rapport à Monsieur le Premier ministre et à Madame la
ministre des Outre-mer, 09 juin 2016, 83.
Fourriére M, Reyes-Bonilla H, Rodríguez-Zaragoza FA, Crane N (2014).Fishes of clipperton atoll, eastern
pacific: Checklist, endemism, and analysis of completeness of the inventory. Pacific Science, 68(3), 375-395.
73
L’ATOLL DE CLIPPERTON (ÎLE DE LA PASSION) | RAPPORT AU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE | AOÛT 2016
Gauthier L (1949). Levé hydrographique de l’île Clipperton, Annales Hydrographiques, Service
Hydrographique de la Marine III, 20, 5-12.
Glynn PW, Veron JEN, GM Wellington (1996). Clipperton Atoll (Eastern Pacific): oceanographic setting,
geomorphology, reef-building coral communities and zoogeographic relationships. Coral Reefs 15, 71-99.
Goetze JS, Fullwood LAF (2013). Fiji’s largest marine reserve benefits reef sharks. Coral Reefs 32, 121–125.
Hickman CP (2008). A field guide to corals and other radiates of Galápagos. Sugar Spring Press. Lexington,
Virginia, USA.
Jaiteh VF et al. (2016). Higher Abundance of Marine Predators and Changes in Fishers’ Behavior Following
Spatial Protection within the World’s Biggest Shark Fishery. Front. Mar. Sci. 3.
JostC 2016. Mission internationale à l’île de La Passion – Clipperton - France du 06 au 30 mars 2016.Rapport
préliminaire de mission. National Geographic Society – Pristine Seas / Université de la Polynésie française,
Papeete,Tahiti. 58 pp.
Jost Christian, 2016, Programme PASSION 2015. Rapport exécutif. HCRPF/MAEDI/UPF. Tahiti, Polynésie
française, 30 pages
Jost Cet al. (2015). Expédition scientifique internationalePASSION 2015à l’île de ClippertonRapport de
mission, UPF/UNC/ULR/UNAM/AFD/MAEDI/MOM, Tahiti, Polynésie française, 90.
Jost C (2013). Rapport de la mission scientifiquePASSION2013 à de La Passion (Clipperton) du 02 au 11
mars 2013.Rapport au Haut-commissariat de la République en Polynésie française et à Monsieur le Président
de l’université de la Polynésie française. Papeete, Tahiti, 45.
Jost C (2011). Evolution, protection et gestion de l’environnement de Clipperton. Quels enjeux pour la
France