lundi 24 juin 2013 // 08:01

Révolution industrielle via internet

mercredi, 06.03.2013

Allemagne. Un aperçu de l’usine intelligente que le gouvernement veut promouvoir à l’horizon 2020 est proposé au salon Cebit de Hanovre.

Une nouvelle révolution industrielle est proche: elle passera par internet et la high tech, qui doivent permettre de rendre les usines intelligentes et faire communiquer les chaînes de production entre elles, assurent les acteurs allemands au salon du Cebit.

«Internet est devenu une part intégrée de l’industrie», a affirmé la chancelière allemande Angela Merkel, en ouvrant le plus grand salon high tech au monde.

Pour maintenir sa compétitivité industrielle et son importance dans des secteurs comme l’automobile ou la mécanique, la première économie européenne veut prendre une pole position dans cette quatrième révolution industrielle.

Au Cebit de Hanovre, le Centre de recherche allemand sur l’intelligence artificielle (DFKI) propose au visiteur un aperçu de «l’usine intelligente», marque de fabrique de cette «industrie 4.0» que le gouvernement allemand veut promouvoir à l’horizon 2020.

Ici, c’est l’objet fabriqué, en l’occurrence un badge en plastique, qui donne lui-même les instructions aux quatre machines de la chaîne de production miniature, grâce à une puce RFID de radio-identification placée à l’intérieur.

Par réseau, cette puce électronique va par exemple indiquer au graveur ce qu’il doit faire figurer sur le badge, ou si les instructions doivent être en français, allemand ou portugais.

L’idée du projet, qui devrait être testé à échelle industrielle en Allemagne en 2014, est d’offrir une production à la fois personnalisée et à grande échelle.

Juste à côté, un étudiant du DFKI porte de grosses lunettes noires, dignes d’un film de science-fiction. Il se tourne vers une machine et commence à la réparer aidé par les hologrammes qu’il voit dans ses lunettes et qui lui montrent la marche à suivre.

«L’idée est de rendre des non-spécialistes capable de réparer» les machines, sans avoir à attendre le spécialiste, explique-t-il.

 Au-delà d’un simple nouveau stade d’automatisation, l’Allemagne veut au plus vite développer la gestion «intelligente» par ordinateur et en temps réel des usines, aussi bien à l’intérieur d’un même site qu’entre différentes usines.n

L'intelligence économique à portée de main






   
--> 'use strict';