Accueil > Actualités

Actualités

Interview de Bernard Pivot
après le prix Goncourt 2008



mardi 2 décembre 2008
Le Goncourt de la poésie/Adrien Bertrand
a été attribué à Claude Vigée pour l’ensemble de son oeuvre.

lundi 10 novembre 2008
Le prix Goncourt 2008
a été attribué à Atiq RAHIMI pour son roman «Syngué Sabour. Pierre de Patience», paru chez POL.

mardi 6 mai 2008
Election de nouveaux membres
L'Académie Goncourt a élu Tahar Ben Jelloun au couvert de François Nourissier et Patrick Rambaud au couvert de Daniel Boulanger.

mercredi 6 février 2008
Lettre de démission de Daniel Boulanger
Senlis le 24 janvier 2008

Chère Présidente,

25 ans chez les Dix et voici mon 87ème Janvier.
Mon avenir diminue, ce qui ne serait rien si ma
vue n’en faisait autant. Mon plus grand plaisir
après celui d’écrire se dérobe. Comment donc
demeurer parmi les Dix dont la fonction est de
lire ? Par bonheur reste l’honorariat qui nous
permet d’entendre encore les douceurs et les
violences de l’amitié des livres. Voulez-vous
faire part à notre compagnie de ce désir ?
C’est être au mieux avec la nécessité.

A tous mes meilleures pensées et à vous, Edmonde,
toutes mes grâces.

Daniel Boulanger

mardi 8 janvier 2008
Démission de François Nourissier
Lors du déjeuner de rentrée du 8 janvier 2008, la présidente Edmonde Charles-Roux a lu une très belle et très émouvante lettre de Francois Nourissier dans laquelle celui-ci, pour les raisons de santé que l’on sait, exprime son désir d’accéder à l’honorariat.
Conformément, à ses usages, l’Académie Goncourt appellera dans quelques mois un successeur au couvert de François Nourissier.
Par ailleurs, l’Académie Goncourt a inscrit à son règlement intérieur que seul le vote des membres présents sera pris en considération, et que, le jour du scrutin pour le Prix Goncourt, le vote ne pourrait se porter que sur les ouvrages figurant sur la dernière sélection.
L’Académie Goncourt a également choisi d’engager une réforme de ses statuts, prévoyant un passage automatique à l’honorariat à partir d’un certain âge. Comme, elle y est tenue, elle soumettra cette réforme à l’approbation du Conseil d’Etat.

mardi 8 janvier 2008
Lettre de démission de François Nourissier
François Nourissier 4/01/08

Chère Présidente Edmonde,

Quant au printemps 1977 les lassos Goncourt m’attrapèrent au col, j’ai compris qu’on ne me prenait, chez Drouant, ni pour un lauréat exemplaire et inespéré, ni pour un bison ivre d’espace.
J’avais, à l’époque rêvé de me retrouver en une compagnie peut-être plus goûteuse que telle ou telle autre proposée à notre convoitise.
Va donc pour l’engagement sous les couleurs de ces messieurs Huot de Goncourt : quand on aime avec passion les livres, le rôle d’accélérer leur lecture n’est pas si modeste. Je rejoignis les aînés et depuis m’en suis trouvé bien.
On joue aux noms ? Je citerai Mme Colette et – permets-le moi, « Mme Edmonde ». Aragon et Giono. Jules Renard, et des bagarreurs, et des pacifiques ; justement heureux les pacifiques…
C’est en leur nom que je remarque, qu’on a traversé dans ces salons quelques décennies d’amitié. Je les comptabilise ici chaleureusement.
Et c’est aussi chaleureusement que j’ai décidé, ce 1er janvier 2008, de m’éloigner de l’académie. Je préfère « m’éloigner » à « démissionner » qui sent un peu la déception.
Et puis, tu le sais Edmonde, j’aurai bien besoin d’une consultation chez le carcassier : ma carcasse est en piteux état. Mieux vaut l’oublier.
Ce qui ne vous empêchera pas, j’espère, de venir partager un de mes déjeuners. Maîtres, cadets, vieux camarades, confidents, complices innocents et complices farceurs – que de souvenirs ! Nous nous sommes beaucoup amusés. Pardon, amateurs de belles « graphies », de vous envoyer ces « pattes » impardonnables de la « mouche » Hermès : sous l’illisible il y a l’amitié – qui est lisible et fidèle.

François


L'académie Goncourt bénéficie du soutien de la Ville de Paris.