L’axe routier relie Béjaïa à Sétif et à Jijel: Deuxième jour de fermeture de la RN9 : le bras de fer habitants-wali de Béjaïa continue

Vous êtes ici  >  Accueil  >  Divers

Alors que les prix ont dégringolé sur le marché mondial

En Algérie, les importateurs de sucre réalisent des marges supérieures à 100%



 
Depuis plus d’une année, le prix du sucre blanc a considérablement baissé sur le marché mondial. Lundi 8 avril, le prix de la tonne était de 506,9 dollars sur la Bourse des marchandises de Londres (LIFFE), soit près de deux fois moins qu’en 2011, où elle avait presque atteint les 900 dollars. En février et mars, la tonne est même passée sous les 500 dollars !
 
Au taux de change d’un dollar pour 79 dinars, le prix de la tonne s’établit à 40.000 dinars. Mais en Algérie, ce produit est toujours proposé à 90 DA le kilo dans les commerces d’Alger (un plafond fixé par les autorités, en coordination avec les producteurs, en janvier 2011, après les émeutes qui ont secoué l’Algérie), soit 90.000 dinars la tonne. Quand on sait que le sucre blanc importé est exonéré de TVA et de droits de douanes, on déduit que les marges des importateurs sont de 125%. Même en intégrant les prix de fret, de logistique et de distribution, la marge des importateurs reste très élevée.
 

Au ministère du Commerce, on botte en touche. Selon Farouk Tifour, responsable de la communication, les prix ne sont pas stables. Il explique aussi que les autorités algériennes ne se réfèrent pas à la Bourse de Londres, mais à leurs propres données des douanes. Or, si les chiffres des douanes sont supérieurs à ceux de la Bourse de Londres, une seule explication est possible : les importateurs surfacturent leurs achats à l’étranger pour garder une partie des devises sur place. Mais pour le ministère du Commerce, peu importe. Selon le chargé de la communication, le décret portant plafonnement des prix et exonération des droits de douanes, des taxes et d’impôts ne sera pas revu tant qu’une baisse n’est pas enregistrée pendant deux à trois ans. En attendant, les importateurs pourront continuer à se sucrer sur le dos des consommateurs et de l’Etat. 

 
09/04/2013 à 11:54 | 2 commentairesRéagir

Articles relatifs

Vos réactions


On vient de découvrir un gigantesque gisement de gaz à tiguentourine, alors pourquoi s'en priver se disent les importateurs. C'est la période ou jamais.

Ils se gavent et se "sucrent" sur le dos des Algériennes et des Algériens...!

  • 1
Autres titres de l'actualité
Nos services

Météo

alger
Alger

Minimum : 14°C
Maximum : 23°C
Constantine
Constantine

Minimum : 7°C
Maximum : 21°C
Oran
Oran

Minimum : 13°C
Maximum : 27°C