L’axe routier relie Béjaïa à Sétif et à Jijel: Deuxième jour de fermeture de la RN9 : le bras de fer habitants-wali de Béjaïa continue

Vous êtes ici  >  Accueil  >  Divers


 

Confirmez-vous l’information diffusée par la presse, ce mardi 9 avril, faisant état de votre inculpation par le juge de la 9e chambre du pôle pénal spécialisé de Sidi M’hamed, près la Cour d’Alger, en charge du dossier Sonatrach 2 ?

J’ai été effectivement entendu lundi matin  par le juge chargé du dossier. L’audition s’est d’ailleurs bien déroulée et à aucun moment on ne m’a informé de cette inculpation, ni de la décision du juge de me placer sous contrôle judiciaire. Hier, je n’ai signé qu’un seul PV, celui de mon audition avant de rentrer chez moi. Je suis rassuré et serein. Abdelmadji Attar n’est absolument concerné ni par Sonatrach 1 ni par Sonatrach 2 ni par tout ce qu’on dit sur la gestion de la compagnie pétrolière de 1997 à 2000. Je précise encore une fois que le juge ne m’a pas inculpé.
 
 
Êtes-vous placé sous contrôle judiciaire ?
 
Non. En justice, la personne inculpée est informée de sa mise sous contrôle judiciaire. Et me concernant  je n'ai pas été destinataire d'une telle décision.
 
 
Vous dites que vous n’êtes pas concerné par les scandales de Sonatrach et pourtant le juge vous a convoqué dans le cadre de cette affaire ?
 
Je respecte le secret de l’instruction. Il y a des choses que je ne pourrai pas dire maintenant. Toutefois je peux affirmer que le juge ne m’a pas appelé pour l’affaire de Sontrach, d’ailleurs, hier, aucune question ne m’a été adressée sur les contrats signés par la compagnie pétrolière qui sont au centre des polémiques.
 
 
Pourquoi alors le juge vous a-t-il convoqué ?
 
J’ai une activité à l’étranger avec un pays qui n’est ni présent en Algérie ni n’y travaille. Le juge a tout à fait raison de penser que cela pourrait avoir un lien avec l’affaire Sonatrach. J’ai donné les explications qu’il faut, l’affaire suit son cours. Sincèrement je suis tranquille et confiant sur le fait que je ne suis pas concerné par les scandales de Sonatrach contrairement à ce que rapportent certains titres de la presse nationale. Je fais confiance à la justice algérienne. Je peux dire que le juge chargé de l’affaire a fait son boulot. Effectivement, la justice a saisi mon passeport. Mais cette décision est intervenue dans le cadre de mon activité à l’étranger comme je l’avais déjà expliqué.
 
 
Ne craignez-vous pas d’être mêlé malgré vous à ces scandales, de par vos responsabilités à Sonatrach de 1997 à 2000 ?
 
Effectivement souvent quand un oued déborde, il risque d’emmener avec lui tout ce qu’il y a dans son lit. C’est plus ça que je crains.  
 

 

 
09/04/2013 à 16:14 | 1 commentairesRéagir

Articles relatifs

Vos réactions


c'est tellement dans une ambiance bon enfant et agreablement bien raconter que moi meme je reve d'etre convoquer par un juge, prendre un the avec lui avec quelques cacahouettes, et avant de partir apres une bonne accolade je lui file mon passport en guise d'amitier. ah ces journalistse quel mauvaise langue.

  • 1
Autres titres de l'actualité
Nos services

Météo

alger
Alger

Minimum : 14°C
Maximum : 23°C
Constantine
Constantine

Minimum : 7°C
Maximum : 21°C
Oran
Oran

Minimum : 13°C
Maximum : 27°C