L’axe routier relie Béjaïa à Sétif et à Jijel: Deuxième jour de fermeture de la RN9 : le bras de fer habitants-wali de Béjaïa continue

Vous êtes ici  >  Accueil  >  Politique


 
Le Premier ministre Abdelmalek Sellal a procédé, ce lundi 8 avril, à l’installation de la commission d’experts chargée d’élaborer l’avant-projet de loi sur la révision de la Constitution. La cérémonie, qui s’est déroulée au Palais du gouvernement, a été très brève. M. Sellal s’est contenté de présenter à la presse les membres de la commission, avant d’inviter les journalistes à quitter la salle pour poursuivre les travaux à huis clos.
 
Un discours écrit du Premier ministre a été remis aux journalistes. Selon M. Sellal, « aucune limite préalable n'a été posée au projet de révision constitutionnelle, hormis celles relatives aux constantes nationales et aux valeurs et principes fondateurs de la société algérienne qui incarnent sa longue histoire, sa civilisation millénaire ». A comprendre que la prochaine constitution sera ouverte à toutes les propositions et suggestions venant de différents horizons. Autre conclusion qu’on pourrait tirer de cette précision de M. Sellal : la révision constitutionnelle sera peut-être profonde et ne se limiterait pas à quelques articles, comme en 2008, quand la révision avait permis de supprimer le verrou de la limitation des mandats afin de permettre au président Bouteflika de se représenter.
 
Abdelmalek Sellal rassure que l'ensemble des vues et propositions « démocratiquement exprimées par la majorité des participants aux consultations menées successivement par le président du Conseil de la nation et par moi-même » ont été exploitées par le groupe de travail institué à cet effet depuis plusieurs mois. M. Sellal fait allusion à la commission installée au niveau du gouvernement  qui  a rencontré  les  partis politiques et les représentants de la société  civile.  Ce groupe de travail a eu la charge d'élaborer un document préliminaire. C'est ce document, récemment achevé, « que le président de la République m'a chargé de mettre à  la  disposition des experts ».
 
Le Premier ministre rappelle que le  président de la République avait lancé deux chantiers « importants dans la vie de la nation qui constituent les deux piliers du processus des réformes politiques engagées. Le premier législatif, le second constitutionnel ».
 

Le premier chantier, celui de la révision de l'arsenal législatif relatif au régime électoral, aux partis politiques, aux associations, à l'élargissement de la représentation des femmes au sein des Assemblées élues, aux incompatibilités avec le mandat parlementaire et à l'information, avait pour objectif selon lui,   « de donner plus de consistance aux règles d'exercice démocratique et plus de transparence au libre choix des citoyens, à conforter la liberté d'association, à consolider le cadre juridique du pluralisme démocratique et à engager une ouverture du champ audiovisuel dans notre pays ». 

 
08/04/2013 à 11:49 | 1 commentairesRéagir

Articles relatifs

Vos réactions


Comme notre rythme républicain et notre culture démocratique diffèrent du modèle français, il serait souhaitable de limiter le nombre de mandats présidentiels à deux tout en augmentant la durée d’un mandat à 7 ans (septennat) au lieu de 5 ans (quinquennat). Ca permettra au président élu de réaliser son programme en 5 ans et de réserver 2 ans pour l’évaluer (remettre le bilan).

  • 1
Autres titres de l'actualité
Nos services

Météo

alger
Alger

Minimum : 14°C
Maximum : 23°C
Constantine
Constantine

Minimum : 7°C
Maximum : 21°C
Oran
Oran

Minimum : 13°C
Maximum : 27°C