L’axe routier relie Béjaïa à Sétif et à Jijel: Deuxième jour de fermeture de la RN9 : le bras de fer habitants-wali de Béjaïa continue

Vous êtes ici  >  Accueil  >  Politique


 
Au rythme où vont les choses depuis quelques années en Algérie et compte tenu de notre besoin pressant pour un nouveau souffle et un nouveau système politique, économique et social, nous semblons effrayés par le changement ou ne pas être à la hauteur de celui-ci.
 
Il faut noter que le changement chez nous est souvent synonyme de changement de Président, de ministres, de directeurs et de responsables à différents niveaux de l’Etat, tout en conservant les mentalités et les pratiques qui ont conduit à l'échec dans de nombreux domaines. Beaucoup pensent que la demande de changement est un désir personnel de changer les individus, par vengeance ou par règlement de comptes, avec comme seul objectif de saper leur moral et de détruire les acquis de ces cinquante dernières années.
 
Il est vrai que certains responsables ont fait leur temps et doivent quitter le pouvoir, parce qu'ils ont échoué dans leur mission. Mais si nous avons été incapables de changer des hommes et des femmes pour des considérations historiques et politiques dans le but de préserver des équilibres sociaux que nous continuons de subir, alors la réforme ou le changement des politiques et des pratiques deviennent impératifs pour sortir l’Algérie du chaos et la mener vers une nouvelle étape de son histoire.
 
Notre changement doit se faire, sans pour autant rééditer les scénarios de certains pays arabes, tels que la Tunisie, la Libye, le Yémen, l'Egypte et la Syrie. Car l’expérience algérienne est singulière et parce que nous ne subissons pas, comme ces pays, les affres d’un régime dictatorial ou totalitaire et que notre vision de l’avenir n’est pas encore pessimiste. Nous avons fait de grands pas vers la démocratie, la liberté et la satisfaction des besoins fondamentaux du citoyen. Et nous disposons des moyens humains et matériels nous permettant de surmonter les tribulations et les épreuves auxquelles nous continuons de faire face jour après jour.
 
Même la révision de la Constitution n'est plus une priorité pour nous. Celle-ci a été modifiée cinq fois depuis l'indépendance sans apporter les changements escomptés dans les concepts et les pratiques politiques, ni trancher sur le projet de société que nous voulons pour l’Algérie. En outre, nous avons battu tous les records du monde pour ce qui est des réformes des textes de lois, sans pour autant les faire appliquer. Ainsi, les assassinats, les kidnappings, les pillages, la corruption et toutes sortes de crimes se sont multipliés. L’immoralité s’est répandue dans toutes les classes de la société, et l'impunité est devenue un emblème de toutes les pratiques qui mériteraient d’être punies par la guillotine.
 
Nos grandes ambitions et notre désir de résoudre tous nos problèmes à la fois, ainsi que l'absence d’une vision alternative et le manque de patience, ont entravé le projet de changement positif auquel nous aspirons…
 
L'hypocrisie politique et sociale qui règne dans certaines institutions de l'Etat, dans les partis politiques, les associations de la société civile et chez beaucoup d'acteurs de la vie socioéconomique et politique du pays a un impact négatif sur le changement auquel nous aspirons et bloque les réformes devant être opérées. A cause de l'égoïsme et du narcissisme de nos dirigeants, et à cause de la connivence avec les forces du mal, pour qui le changement et une nouvelle vision de la culture de l’Etat et du fonctionnement de ses instituions seraient une menace pour leurs postes et leurs privilèges.
 
Il est vrai que le problème concerne des hommes et des femmes qui ne doivent pas être à leurs postes et qui ont failli à leur devoir. Mais c’est aussi un problème de valeurs, que nous avons perdues, de lois que nous peinons à appliquer et de responsabilités que beaucoup n’assument pas.
 
C’est aussi une question de mauvaise gestion et de mauvaise gouvernance de la part d’un groupe d’incapables qui reproduisent l'échec à tous les niveaux, avec les applaudissements et la bénédiction des adeptes de l’échec, qui veulent que l’Algérie reste prisonnière de conflits insignifiants et de rivalités futiles, loin des transformations politiques, intellectuelles et scientifiques que connaît le monde et auxquelles adhérent nos enfants.
 
L’histoire n'aura pas pitié de nous. Et les générations futures ne nous pardonneront pas nos incertitudes, nos reculs et notre peur du changement, ni notre détermination à vouloir produire et reproduire l’échec et à couvrir ceux qui ne cessent de faillir.
 
Mais l’espoir d’une Algérie meilleure existe, même sans nous, car nous ne valons rien à côté de l'intérêt d’une nation et de générations qui aspirent à un avenir meilleur…
 

derradjih@gmail.com 

 
08/04/2013 à 09:24 | 3 commentairesRéagir

Articles relatifs

Vos réactions


LES BONNES DÉCISIONS NE SERVENT A RIEN C COMME LES INTENTIONS.NOUS MÉRITONS CEUX QUI NOUS GOUVERNENT ET IL NOUS MÉRITENT. POUR LE MOMENT IL N'YA RIEN A FAIRE ETANT DONNE QUE CETTE SITUATIONS EST ENTRETENU PAR CEUX QUI EXPLOITENT NOS SOUS SOLS. EXEMPLE : LORSQUE LA SYRIE SERA DÉTRUIT A 100% ALORS LES ETATS DE DROIT ENTRERONS EN ACTION AVEC L'ONU

On s'est laissé trop tremper dans la merde et même dans les entrailles de la merde que le changement que tu proposes, M. Derradji,est devenu une énorme tache semblable au douze travaux d'Hercule.Changer les us, les coutumes et les habitudes,changer les mentalités, les comportements et les manières,changer les esprits et les états d’âmes chez les personnes qui sont rétifs par conviction absolue au changement, est une mission qui dépassent les capacités des humains.Il nous faut appeler les Djinns à la rescousse et encore.L'inconscience et l'aveuglement sont en train de faire des ravages au sein de notre société.Comment entrer dans la tête d'un inconscient que le changement ne veut pas dire la perte des privilèges quand il est certain que l'expression de chez nous :" ahyini elyoum oua ktounni ghedoua" ancrée ^ profondément dans sa cervelle de mule,est une règle qui vaut son pesant d'or.

Les bonnes décisions implique un changement monsieur!!!

  • 1
Autres titres de l'actualité
Nos services

Météo

alger
Alger

Minimum : 14°C
Maximum : 23°C
Constantine
Constantine

Minimum : 7°C
Maximum : 21°C
Oran
Oran

Minimum : 13°C
Maximum : 27°C