background image

Le parti populaire (

pp

)

Pascal D

elwit

Le parti populaire est le dernier nĂ© des formations politiques belges, puisqu’il 

a vu le jour en novembre 2009. Ce parti a Ă©tĂ© mis sur les fonts baptismaux par deux 

personnalitĂ©s  mĂ©diatiques  remarquĂ©es,  l’avocat  Mischael  Modrikamen,  dĂ©fenseur 

d’une partie des petits porteurs d’actions Fortis, et Rudy Aernoudt, ancien chef de 

cabinet de ministres libĂ©raux. DĂ©but 2009, Rudy Aernoudt avait Ă©tĂ© pressenti pour 

figurer sur la liste du 

mr

 mais sa proposition de limiter les allocations de chĂ´mage 

dans le temps, son dĂ©dain prĂ©sumĂ© pour les Wallons et ses propositions en matière 

institutionnelle ont Ă©tĂ© jugĂ©s inacceptables par le 

fDf

 qui en a fait un 

casus belli

 : 

« Nous  ne  ferons  pas  le  bout  de  chemin  ensemble.  Si  le 

mr

  privilĂ©gie  le  bout  de 

chemin  avec Aernoudt,  ce  sera  sans  le 

fDf

 ! Â» 

.  EphĂ©mère  chef  de  file  de  LiDĂ©, 

LibĂ©ral et DĂ©mocrate, un parti qu’il avait crĂ©Ă©, Aernoudt avait renoncĂ© Ă  se prĂ©senter 

aux élections européennes ou régionales cette même année.

Surpris par l’organisation de l’élection fĂ©dĂ©rale anticipĂ©e en juin 200, le parti 

populaire entendait conquĂ©rir l’électorat de droite dans le spectre politique francophone 

quand bien mĂŞme le parti est officiellement national. Il escomptait s’appuyer sur l’aura 

médiatique de ses deux co-présidents.

Se rĂ©fĂ©rant aux modèles que seraient le parti populaire (

pp

) espagnol et l’Union 

pour le mouvement populaire (

ump

) française, le parti populaire belge s’affiche sans 

complexe Ă  la droite de l’échiquier politique et mise sur deux axes de positionnement 

pour attirer deux segments Ă©lectoraux â€“ une posture ultra-libĂ©rale sur les questions socio-

Ă©conomiques et un positionnement très ambivalent sur les questions d’immigration et 

de sĂ©curitĂ© â€“ et, d’une manière gĂ©nĂ©rale, sur une posture se voulant Ă  contre-courant 

du Â« vent dominant Â». A titre d’exemple, Modrikamen dĂ©nonce tour Ă  tour les tenants 

 

Le Soir

, 23 février 2009.

background image

270     

les

 

partis

 

politiques

 

en

 

belgique

du rĂ©chauffement climatique â€“ Â« Ce qui me sidère, c’est qu’en Belgique, personne 

ne  parle  du  Â« 

climategate

 Â»  alors  que  cette  histoire  remplit  les  pages  de  la  presse 

anglo-saxonne. Un des experts les plus importants du 

giec

 a dĂ» dĂ©missionner de ses 

fonctions : il a reconnu qu’il avait mis de cĂ´tĂ© des donnĂ©es qui n’allaient pas dans 

le sens du rĂ©chauffement climatique Â» 

2

 â€“, l’idĂ©e d’interculturalitĂ© â€“ Â« Nous sommes 

opposĂ©s  Ă   la  multiculturalitĂ©.  Nous  voulons  au  contraire  renforcer  le  socle  de  la 

belgitude Â» 

3

 â€“ ou encore la corruption supposĂ©e gĂ©nĂ©ralisĂ©e â€“ Â« Pour le reste, nous 

croyons qu’il faudra passer par une Â« opĂ©ration mains propres Â» comme en Italie dans 

les annĂ©es nonante Â» 

.

Le  premier  axe  programmatique  devait  sĂ©duire  l’électorat  le  plus  Ă   droite  du 

Mouvement rĂ©formateur et du Centre dĂ©mocrate humaniste ; le deuxième, l’électorat 

en dĂ©shĂ©rence du Front national. 

Durant cette phase, le 

pp

 rĂ©ussit Ă  rallier l’une ou l’autre personnalitĂ©. On songe 

en particulier Ă  JoĂ«l Rubinfeld et Chemsi Cherif Khan. Ancien secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral des 

amitiĂ©s belgo-israĂ©liennes, JoĂ«l Rubinfeld a prĂ©sidĂ© le ComitĂ© de coordination des 

organisations  juives  de  Belgique  (

ccojb

)  et  participĂ©  au  projet  d’Atlantis  Institute, 

animĂ© par Corentin de Salle oĂą se retrouvaient plusieurs personnalitĂ©s se revendiquant 

de la droite sans complexe, Ă  l’instar du chroniqueur Claude Moniquet. Pour sa part, 

Chemsi  Cherif  Kahn  est  connu  pour  son  engagement  laĂŻc.  Il  s’était  prĂ©sentĂ©  Ă   la 

succession de Philippe Grollet pour le poste de prĂ©sident du Centre d’action laĂŻque 

mais  avait  Ă©tĂ©  devancĂ©  par  Pierre  Galand.  Il  avait  ensuite  participĂ©  au  lancement 

du 

rappel

, le RĂ©seau d’action pour la promotion d’un Etat laĂŻque, dont il a quittĂ© la 

Conseil d’administration suite Ă  son entrĂ©e au parti populaire. 

Pour autant, les Ă©lections ont Ă©tĂ© une dĂ©ception pour le parti populaire. Sa percĂ©e 

est restĂ©e très limtĂ©e. Elle a certes permis l’élection du dĂ©putĂ© brabançon Laurent 

Louis mais ni Mischael Modrikamen, ni Rudy Aernoudt n’ont dĂ©crochĂ© un mandat 

parlementaire.

Le parti recueille 3,1% en Wallonie et 3,3% Ă  Bruxelles. Il obtient son meilleur 

score dans le Brabant wallon, 5% ; puis Ă  Liège et Ă  Namur, 3,% ; dans le Hainaut, 

2,8% et seulement 2,% au Luxembourg. A Bruxelles, le parti populaire rĂ©alise ses 

meilleurs rĂ©sultats dans les cantons du sud et du centre de la rĂ©gion : ,% dans le 

canton  d’Uccle,  3,9%  dans  celui  d’Ixelles  et  3,8%  dans  celui  de  Saint-Josse.  En 

Wallonie,  son  Ă©lectorat  provient  dans  une  très  large  mesure  d’anciens  Ă©lecteurs 

libĂ©raux,  mais  aussi  humanistes,  Ă©cologistes  et  frontistes 

5

.  A  Bruxelles,  l’apport 

libĂ©ral est  plus  manifeste encore. Plus  de  55%  des  suffrages  que  recueille le parti 

populaire proviennent d’électeurs ayant optĂ© pour le 

mr

 en 2009 

.

2

 

La Libre Belgique

, 8 dĂ©cembre 2009.

3

 

Ibid.

 

Le Soir

, 27 décembre 2009.

5

  P. D

elwit

, m. g

assner

, j.-b. p

ilet

, e. 

van

 H

aute

Les transferts de voix en Wallonie 

lors des Ă©lections fĂ©dĂ©rales du 13 juin 2010

, note du Centre d’étude de la vie politique de l’

ulb

200. 

  P. D

elwit

, m. g

assner

, j.-b. p

ilet

, e. 

van

 H

aute

, Â« Les mouvements de voix dans la 

RĂ©gion de Bruxelles-Capitale entre l’élection rĂ©gionale de juin 2009 et le scrutin fĂ©dĂ©ral du 3 

juin 200 Â», 

BrusselStudies

, , 27 septembre 200, p. 0.

background image

le

 

parti

 

populaire

 (

pp

)     271

La pĂ©riode post-Ă©lectorale a Ă©tĂ© très tourmentĂ©e dans les rangs du 

pp

. Les deux 

co-prĂ©sidents se sont disputĂ©s et mutuellement exclus ! Après l’exclusion de Rudy 

Aernoudt en aoĂ»t 2010, les statuts sont modifiĂ©s afin d’instaurer une prĂ©sidence unique 

Ă  partir d’une consultation Ă©lectronique (!) des adhĂ©rents. Pour sa part, Rudy Aernoudt 

fait savoir en septembre 200 que « son Â» bureau politique a exclu Modrikamen.

L’utilisation  du  financement  public  des  partis â€“  430  000  euros â€“  a,  dans  un 

premier  temps,  Ă©tĂ©  bloquĂ©e.  Dans  un  deuxième  temps,  plusieurs  dĂ©clarations  du 

dĂ©putĂ© Laurent Louis ont gĂ©nĂ©rĂ© des dĂ©bats internes. Fin janvier 20, la situation 

Ă©tait inextricable et le Bureau politique a exclu Laurent Louis, se Â« dĂ©barrassant Â» de 

la sorte des Â« scories Â» 

7

. Pour Laurent Louis, 

a contrario

, le parti populaire aurait 

sombrĂ© dans l’extrĂŞme droite : Â« Le 

pp

 est bel et bien devenu un parti d’extrĂŞme droite 

et il utilise ses mĂ©thodes (faux, dĂ©tournements, menaces, chantage, manipulations) Â» 

8

Ce faisant, le parti populaire perd sa dotation publique : il semblait mort-nĂ© au dĂ©but de 

l’annĂ©e 20. Mischael Modrikamen n’a pourtant pas voulu jeter le gant et a organisĂ© 

un congrès de refondation au printemps 20.

 

Organisation du parti

Après  les  conflits  qui  ont  secouĂ©  le  parti  Ă   l’issue  du  scrutin  fĂ©dĂ©ral,  le  parti 

populaire s’est dotĂ© de nouveaux statuts, assurant dans une très large mesure l’emprise 

de Modrikamen sur le parti. Ainsi le Bureau politique, le seul organe mentionnĂ© hors le 

Congrès, est-il largement dĂ©terminĂ©, dans sa composition, par le prĂ©sident lui-mĂŞme. 

Il est composĂ© dudit prĂ©sident, de six responsables provinciaux â€“ Bruxelles, Liège, 

Namur,  Luxembourg,  Hainaut  et  Brabant  wallon â€“  et  de  maximum  six  personnes, 

« dĂ©signĂ©es par le prĂ©sident en raison de leurs compĂ©tences ou fonctions au sein d’une 

des assemblĂ©es parlementaires, sans que ce nombre ne puisse excĂ©der le nombre de 

responsables provinciaux y siĂ©geant effectivement Â» 

9

Le Bureau politique s’est donnĂ© un droit de regard sur le processus d’adhĂ©sion : 

il  Â« se  rĂ©serve  toutefois  le  droit  de  refuser  discrĂ©tionnairement  l’adhĂ©sion  de 

personnes qui ne paraissent pas partager les valeurs du mouvement Â» 

0

. De plus, il 

a la maĂ®trise de l’exclusion du membre : Â« Les adhĂ©rents peuvent ĂŞtre exclus sur la 

dĂ©cision du Bureau politique lorsqu’ils ne respectent pas les valeurs de la Fondation 

ou font preuve d’un comportement hostile au mouvement. Ils peuvent demander Ă  

ĂŞtre prĂ©alablement entendus par le Bureau politique Â» 

. On l’aura compris, le parti 

populaire est dĂ©sormais l’affaire d’un seul homme dont la prĂ©sidence a d’ailleurs Ă©tĂ© 

confirmĂ©e dans les nouveaux statuts : Â« M. MischaĂ«l Modrikamen exercera le mandat 

de  prĂ©sident  jusqu’au  3  octobre  203  correspondant  Ă   l’échĂ©ance  initiale  de  son 

mandat dans le cadre du parti populaire Â» 

2

.

7

 

La Libre Belgique

, 7 mars 20.

8

  Laurent Louis, communiquĂ© de presse suite Ă  mon exclusion du 

pp

, http://www.laurent-

louis.be/blog/?m=200 (consultĂ© le 25 mai 20).

9

  p

arti

 

populaire

Statuts de la fondation populaire

, 20, p. 5.

0

 

Ibid.

, p. 3.

 

Ibid.

2

 

Ibid.

, p. 0.

background image

272     

les

 

partis

 

politiques

 

en

 

belgique

 

Doctrine et programme

Les axes programmatiques et identitaires du parti restent fixĂ©s sur une posture 

très  libĂ©rale  d’un  point  de  vue  socio-Ă©conomique  et  conservatrice  sur  le  plan 

sociĂ©tal. Le parti le revendique d’ailleurs sans dĂ©tours : Â« Le parti populaire est un 

parti confĂ©dĂ©raliste, libĂ©ral d’un point de vue Ă©conomique et conservateur quant aux 

valeurs et acquis dĂ©mocratiques qui cimentent notre sociĂ©tĂ© Â» 

3

. Les personnalitĂ©s 

de rĂ©fĂ©rence Ă©pinglĂ©es par Modrikamen sont au demeurant sans Ă©quivoque : Winston 

Churchill, Ronald Reagan et Margaret Thatcher 

.

Dans le domaine socio-Ă©conomique, deux axes sont mis en Ă©vidence. Le premier 

a  trait  Ă   la  fiscalitĂ©,  jugĂ©e  excessive.  Aussi  le  parti  populaire  revendique-t-il  un 

changement drastique en la matière. L’échelle des barèmes devrait ĂŞtre tout Ă  la fois 

simplifiĂ©e et diminuĂ©e, le pourcentage maximum d’impĂ´t sur le revenu s’élevant Ă  

29%.

« Nous proposons les taux suivants, sous rĂ©serve d’ajustements tenant compte de 

la politique budgĂ©taire :

0% jusqu’à 2 500 euros de revenu ;

9% jusqu’à 50 000 euros de revenu ;

29% pour la tranche qui dĂ©passe 50 000 euros Â» 

5

.

Le  deuxième  axe  concerne  la  rĂ©duction  des  dĂ©penses  publiques,  surtout  en 

diminuant de manière drastique les prestations sociales. Les orientations politiques 

prĂ©conisĂ©es dans le domaine des allocations de chĂ´mage sont emblĂ©matiques Ă  cet 

Ă©gard ; elles seraient rĂ©servĂ©es aux citoyens ayant travaillĂ© et leur durĂ©e dans le temps 

serait  limitĂ©e :  maximum  Â« deux  fois  la  pĂ©riode  de  travail  effectuĂ© Â» 

  et  sur  une 

pĂ©riode n’excĂ©dant pas 3 mois.

Sur les questions de sociĂ©tĂ©, le parti populaire assume une vision conservatrice, 

endossant notamment une perspective familialiste traditionnaliste : Â« Il faut dès lors 

renforcer les valeurs familiales et le sens des responsabilitĂ©s en vue de lutter contre les 

sĂ©parations trop rapides et l’abandon des enfants, source de drames. Des campagnes 

doivent ĂŞtre menĂ©es Ă  cet effet. L’adoption doit par ailleurs ĂŞtre rĂ©servĂ©e au couple 

hĂ©tĂ©rosexuel, dans l’intĂ©rĂŞt de l’enfant Â» 

7

.

Le propos relatif Ă  l’immigration est ambivalent dans la mesure oĂą il mĂŞle la 

question migratoire proprement dite, la problĂ©matique de la demande d’asile et une 

posture de dĂ©fiance Ă  l’endroit de l’islam. L’introduction aux Â« prioritĂ©s Â» en matière 

d’immigration est exemplaire : Â« L’immigration doit ĂŞtre maĂ®trisĂ©e, impĂ©rativement. Il 

est Ă©galement impensable de laisser les courants obscurantistes transformer la sociĂ©tĂ© 

dĂ©mocratique Â» 

8

. De fait, le 

pp

 se pose en rempart contre Â« l’offensive islamiste Â», 

vĂ©ritable menace pour la cohĂ©sion de nos sociĂ©tĂ©s. Ce faisant, il se prĂ©sente en dĂ©fenseur 

ardent de la laĂŻcitĂ© de l’Etat, dĂ©nonçant des pratiques d’excision, de mariages forcĂ©s, 

3

  p

arti

 

populaire

Nos 20 priorités pour l’avenir

, 20, p. 2.

 

Le Soir

,  mars 20.

5

  p

arti

 

populaire

Manifeste du parti populaire

, 20, p. .

 

Ibid.

, p. 7.

7

  p

arti

 

populaire

Nos 20 priorités pour l’avenir

, 20, p. 7.

8

  p

arti

 

populaire

Nos priorités en matière d’immigration

, 20, p. 2.

background image

le

 

parti

 

populaire

 (

pp

)     273

d’absence  de  mixitĂ©  dans  les  piscines  scolaires,…  et  en  opposant  farouche  d’une 

« certaine radicalitĂ© islamiste que l’on tente de nous imposer Â» 

9

Parmi  les  partis  francophones,  le  parti  populaire  dĂ©note  dans  ses  propositions 

relatives  aux  institutions  de  la  Belgique  fĂ©dĂ©rale  en  dĂ©clinant  une  identitĂ© 

« confĂ©dĂ©rale Â». Sous cet angle, le 

pp

 est prĂŞt Ă  mettre en Ĺ“uvre l’article 35 de la 

Constitution 

20

.  Il  prĂ©conise  la  crĂ©ation  de  quatre  RĂ©gions â€“  Flandre,  Wallonie, 

Bruxelles et la RĂ©gion germanophone â€“ et que soit dĂ©terminĂ© ce qui se fait au niveau 

de la Belgique, Â« toutes les autres compĂ©tences seront du ressort de quatre RĂ©gions 

largement autonomes Â» 

2

.

Le 

pp

  en  appelle  aussi  Ă   des  modifications  dans  le  droit  Ă©lectoral  ou  dans  les 

dimensions institutionnelles relatives au processus dĂ©cisionnel. Ainsi se prononce-

t-il  pour  l’avènement  d’un  mode  de  scrutin  de  type  majoritaire  et,  sans  lien  avec 

cette première proposition, pour un remodelage des Â« règles du scrutin de liste Â» 

22

L’obligation  de  vote  serait  supprimĂ©e  et  les  ministres-prĂ©sidents  seraient  Ă©lus  au 

suffrage universel. Enfin, le rĂ©fĂ©rendum serait instaurĂ© Ă  tous les niveaux, entre autres 

pour diminuer les dĂ©penses publiques : Â« Les pays qui pratiquent le rĂ©fĂ©rendum, tels 

la Suisse, voient les dĂ©penses publiques rĂ©duites de 30% ! Â», assure le 

pp

 

23

.

 

Perspectives

Le parti populaire a ratĂ© son entrĂ©e en matière dans la vie politique et parlementaire. 

Cet Ă©chec initial a Ă©tĂ© suivi d’une petite descente aux enfers marquĂ©e par le conflit 

entre Modrikamen et Aernoudt et par l’exclusion du seul dĂ©putĂ© Ă©lu. 

Depuis,  Modrikamen  a  modelĂ©  un  parti  autour  de  sa  personne  sans  modifier 

vraiment  les  axes  doctrinaux  et  programmatiques.  Il  paraĂ®t  peu  vraisemblable  que 

dans ce contexte le 

pp

 puisse rebondir en dĂ©pit de la mouvance du contexte politico-

institutionnel en Belgique.

9

   

Ibid

., p. .

20

  Celui-ci prĂ©voit que Â« 

[

l]'autoritĂ© fĂ©dĂ©rale n'a de compĂ©tences que dans les matières que 

lui attribuent formellement la Constitution et les lois portĂ©es en vertu de la Constitution mĂŞme Â» 

si une loi spéciale l’adopte.

2

  p

arti

 

populaire

Une chance historique de rĂ©former la Belgique en profondeur

, 20, 

p. 3.

22

 

Ibid.

, p. 5.

23

  p

arti

 

populaire

Nos 20 priorités pour l’avenir

, 20, p. 3.

background image