e@knowledge homepage
Introduction
Histoire économique et sociale
Sciences économiques et sociales
Visite de l'Élysée
Philosophie
English connection
une selection de sites essentiels
Informations supplémentaires
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Adam Smith est l'inventeur des règles du jeu du marché capitaliste.

Adam Smith

Adam Smith

Adam Smith, « le père de l’économie politique » : qualification bien connue et qui, sous une forme concise, a le mérite de bien exprimer ce que cette discipline lui a dû à ses véritables débuts, c’est-à-dire dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, mais qualification insuffisamment précise, car il ne paraît pas exagéré d’avancer que ses idées et ses propositions ont bouleversé le monde. En effet, dans un livre célèbre, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations , paru en 1776 et toujours étudié depuis, il a, en synthétisant le savoir de son temps, exposé les causes de cette richesse ainsi que les mesures les plus propres à favoriser son accroissement, ou encore, en termes actuels, une théorie détaillée de la croissance d’une économie nationale, ouvrant ainsi la voie à une lignée d’économistes et provoquant l’établissement de nouvelles conditions de l’activité économique qui n’ont subi de modifications qu’à une époque relativement récente.

Adam Smith et l'économie...

Adam Smith n’a toute sa vie été qu’un universitaire. Né à Kirkaldy (Écosse), il entra à quatorze ans au collège de Glasgow, à dix-sept ans à Oxford où, pendant six années, il étudia la philosophie et la littérature. Il fut nommé professeur de littérature à Glasgow à vingt-huit ans et occupa à partir de 1753 la chaire de philosophie morale, professant entre autres l’économie politique et publiant la Théorie des sentiments moraux .

En 1763, tuteur du jeune duc de Buccleugh, il passa trois ans en Europe, principalement en France, où il rencontra les physiocrates. Revenu en Écosse en 1767, il se consacra à la rédaction de La Richesse des nations , ainsi qu’à ses devoirs officiels et aux rééditions de son œuvre. Il mourut à Édimbourg.

L’ouvrage de Smith est d’abord l’exposé du mécanisme de la croissance d’une nation. En premier lieu, il présente un certain nombre de notions. Ainsi distingue-t-il trois facteurs de production : le travail , rémunéré par le salaire, dont la division est synonyme de spécialisation et de productivité accrue ; le capital , qui fournit un profit et provient de l’épargne et donc du revenu des particuliers ; la terre , dont le propriétaire perçoit la rente. Il en résulte que le montant du produit est fonction de la quantité et de la qualité du travail mis en œuvre par le capital, que le coût de production d’un bien est formé de salaires, de profit et de rente (le produit du travail n’appartient donc pas en totalité au travailleur) ; la richesse se définit comme une puissance d’achat ; l’utilité d’un objet est sa valeur d’usage, et son pouvoir d’acheter, sa valeur d’échange.

 

Un extrait essentiel de La Richesse des Nations

Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, d'Adam Smith (livreI, chapitre premier)

 

Les plus grandes améliorations dans la puissance productive du travail, et la plus grande partie de l'habileté, de l'adresse et de l'intelligence avec laquelle il est dirigé ou appliqué, sont dues, à ce qu'il semble, à la Division du travail.

On se fera plus aisément une idée des effets de la division du travail sur l'industrie générale de la société, si l'on observe comment ces effets opèrent dans quelques manufactures particulières. […]

[…] Prenons un exemple dans une manufacture de la plus petite importance, mais où la division du travail s'est fait souvent remarquer : une manufacture d'épingles.

Un homme qui ne serait pas façonné à ce genre d'ouvrage, dont la division du travail a fait un métier particulier, ni accoutumé à se servir des instruments qui y sont en usage, dont l'invention est probablement due encore à la division du travail, cet ouvrier, quelque adroit qu'il fût, pourrait peut-être à peine faire une épingle dans toute sa journée, et certainement il n'en ferait pas une vingtaine. Mais de la manière dont cette industrie est maintenant conduite, non-seulement l'ouvrage entier forme un métier particulier, mais même cet ouvrage est divisé en un grand nombre de branches, dont la plupart constituent autant de métiers particuliers. Un ouvrier tire le fil à la bobille, un autre le dresse, un troisième coupe la dressée, un quatrième empointe, un cinquième est employé à émoudre le bout qui doit recevoir la tête. Cette tête est elle-même l'objet de deux ou trois opérations séparées : la frapper est une besogne particulière!; blanchir les épingles en est une autre!; c'est même un métier distinct et séparé que de piquer les papiers et d'y bouter les épingles!; enfin l'important travail de faire une épingle est divisé en dix-huit opérations distinctes ou environ, lesquelles, dans certaines fabriques, sont remplies par autant de mains différentes, quoique dans d'autres le même ouvrier en remplisse deux ou trois. J'ai vu une petite manufacture de ce genre qui n'employait que dix ouvriers, et où par conséquent quelques-uns d'eux étaient chargés de deux ou trois opérations. Mais, quoique la fabrique fût fort pauvre et, par cette raison, mal outillée, cependant, quand ils se mettaient en train, ils venaient à bout de faire entre eux environ douze livres d'épingles par jour : or, chaque livre contient au delà de quatre mille épingles de taille moyenne. Ainsi ces dix ouvriers pouvaient faire entre eux plus de quarante-huit milliers d'épingles dans une journée!; donc chaque ouvrier, faisant une dixième partie de ce produit, peut être considéré comme faisant dans sa journée quatre mille huit cents épingles. Mais s'ils avaient tous travaillé à part et indépendamment les uns des autres, et s'ils n'avaient pas été façonnés à cette besogne particulière, chacun d'eux assurément n'eût pas fait vingt épingles, peut-être pas une seule, dans sa journée, c'est-à-dire pas, à coup sûr, la deux cent quarantième partie, et pas peut-être la quatre mille huit centième partie de ce qu'ils sont maintenant en état de faire, en conséquence d'une division et d'une combinaison convenables de leurs différentes opérations. […]

 

Source : Adam Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Gallimard, coll. «Folio Essais», 1976. "Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (extrait)"

Ecrivez-moi ! - Write me !
Remonter au menu

 

©2000. Website wholly designed by DigitAlis, an Ali Chemlal company.
 
DigitAlis, Living the Digital World®