BRANCHEZ-VOUS!   MAGASINEZ!   MesNouvelles.com   TROUVEZ!  

MesNouvelles.com

 

 

 
Québec - Canada Presse Canadienne

LANDRY-LIBERAUX

Jean Charest propose un "bar ouvert" de fonds publics, soutient Landry

PAR MICHEL HÉBERT


LAVAL (PC) - Selon Bernard Landry, Jean Charest propose un "bar ouvert" de fonds publics dans la santé qui replongera le Québec en déficit. Il n'y a pas de recette miracle pour les problèmes du réseau de la santé reliés aux prix de la médecine et au vieillissement de la population, a soutenu le premier ministre.

L'une des solutions serait qu'Ottawa y consacre davantage de ressources, puisque le Québec y affecte déjà presque la moitié de son budget. Si le gouvernement Chrétien est capable d'envoyer des soldats en Afghanistan ou de rembourser la Banque mondiale, il devrait pouvoir venir en aide aux malades et aux personnes âgées, a insisté M. Landry.

Nier qu'Ottawa dispose de revenus plus importants que les provinces est une "imposture", a-t-il martelé, accusant au passage le ministre Stéphane Dion de "camoufler les chiffres" sur le déséquilibre fiscal au Canada.

"Le gouvernement central commet une imposture majeure en faisant semblant qu'il s'occupe de ses responsabilités en santé alors qu'il est d'une irresponsabilité cruelle envers les malades et les personnes âgées. Il est temps qu'il se réveille", a lancé Bernard Landry aux militants du PQ réunis en Conseil national, à Laval, samedi.

Mais il a aussi été très dur envers les libéraux de Jean Charest, qui proposent de couper les subventions aux entreprises pour ajouter au moins un milliard $ dans la santé. C'est une solution simpliste, estime M. Landry, qui croit qu'en coupant le soutien aux entreprises, les libéraux nuiraient considérablement à l'économie du Québec.

"Et abolir la loi anti-déficit dans le réseau de la santé, ça revient à dire que c'est bar ouvert sur le budget de l'État. On reviendra au déficit, au vieux libéralisme catastrophique d'autrefois", a prévenu M. Landry.

Le premier ministre est aussi tombé à bras raccourcis sur la position constitutionnelle du PLQ qui, dit-il, est tellement lâche que même Maurice Duplessis l'aurait rejetée il y a 50 ans.

Bernard Landry affirme que la question nationale sera un enjeu majeur de la prochaine campagne électorale. Loin de lui l'idée de vouloir mettre en veilleuse le projet souverainiste.

Selon lui, le PQ doit aller chercher un "nouveau mandat" pour éviter le déshonneur aux Québécois. "Les libéraux sont allés plus bas dans leur vision du Québec, dans ses rapports avec le Canada, que Maurice Duplessis lui-même n'aurait pas osé envisager cette attitude", a lancé Bernard Landry.

"Il ne faut pas que le Québec se déshonore au yeux du reste du Canada et du monde entier en renoncant à ses aspirations profondes pour aller vers une insignifiance provinciale, perpétuelle et éternelle. Cela n'arrivera pas", a-t-il conclu.

© La Presse Canadienne, 2002



Envoyer à un(e) ami(e)

Publié le 2002-02-9

Autres manchettes Québec - Canada

 

Manchettes
Affaires
Arts et Spectacles
Monde
Québec - Canada
Sports
Technologies





LE MEILLEUR D'INTERNET pour... SITE - RÉSEAU - ENTREPRISE
Bourse - Horoscope - Loteries - Météo
RECHERCHE: dans tout le Web dans BRANCHEZ-VOUS!

© Copyright BRANCHEZ-VOUS inc. 1995-2001. Tous droits réservés.