BRANCHEZ-VOUS!   MAGASINEZ!   MesNouvelles.com   TROUVEZ!  

MesNouvelles.com

 

 

 
Québec - Canada Presse Canadienne

PQ-LOBBYISTE

Le gouvernement est mis dans l'embarras par les activités de Raymond Bréard

PAR MICHEL HÉBERT


LAVAL (PC) - Les commissions perçues sur des subventions par une firme de lobby ayant appartenu à un proche de Bernard Landry ont plongé le gouvernement et le Parti québécois dans l'embarras, samedi.

La firme de "conseil stratégique" Oxygène 9 a touché des ristournes de 400 000 $ sur des subventions versées à des événements culturels québécois d'envergure internationale de 1998 à 2001. Or, Oxygène 9 appartenait en partie à l'actuel directeur général du PQ, Raymond Bréard, ancien chef de cabinet et ami personnel de Bernard Landry. M. Bréard aurait reçu la moitié de la somme à titre d'actionnaire.

Ces révélations du quotidien Le Devoir ont eu l'effet d'une bombe au Conseil national du PQ, samedi matin, à Laval. L'exécutif du PQ a tenu une réunion d'urgence pour finalement se ranger derrière M. Bréard. Sa démission avait été évoquée par plusieurs, mais M. Bréard a décidé de rester en poste. "Il a notre appui total", a déclaré la vice-présidente du PQ, Marie Malavoy.

Pressé de questions, M. Bréard a admis avoir été rémunéré pour ses services de "conseiller stratégique" mais nie avoir commis quelque faute que ce soit. Il a précisé que c'est sa firme qui a reçu les sommes versées par les festivals. Il a aussi fait valoir qu'au moment des faits, il n'était plus chef de cabinet de Bernard Landry.

"J'avais le droit de le faire à titre de conseiller stratégique. Je n'étais plus à l'emploi du gouvernement. Je n'ai rien à me reprocher", a soutenu M. Bréard au cours d'une conférence de presse dramatique, en marge du Conseil national.

Essentiellement, M. Bréard a facilité le versement de subventions aux organisations membres du Regroupement des événements majeurs internationaux (REMI) dont le Festival Juste pour rire, le Festival de jazz, le Tour de l'Ile, le Festival western de Saint-Tite, le Festival de Montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu, etc.

M. Bréard a toutefois nié avoir participé aux discussions entourant la création du fonds gouvernemental de 30 millions $ duquel provenaient les subventions qu'Oxygène 9 a obtenues pour les membres du REMI.

Mais après que le programme de subventions eut été mis en place en 1997, M. Bréard a quitté le cabinet de Bernard Landry pour représenter les festivals bénéficiant des subventions.

M. Bréard a ensuite vendu sa participation dans Oxygène 9 pour prendre la direction générale du PQ, en 2001. Il en était co-propriétaire avec André Desroches, un ami personnel du ministre Gilles Baril, responsable de l'organisation du PQ. MM. Desroches et Baril sont allés au Mexique ensemble aux Fêtes.

Loin de s'offusquer des agissements de Raymond Bréard, le ministre Baril l'a défendu bec et ongles, samedi. "M. Bréard a le droit de gagner sa vie", a-t-il lancé furieusement aux journalistes qui lui demandaient si toute cette affaire ne dégageait pas un parfum de scandale.

"Je n'aime pas ça. On est tous mal à l'aise", a commenté le ministre des Affaires intergouvernementales, Jean-Pierre Charbonneau. Le président du Conseil du Trésor, Joseph Facal, se demande lui aussi si M. Bréard n'est pas allé trop loin.

La firme Oxygène 9 bénéficie d'autres appuis au gouvernement. En juin 2001, le nouveau ministre de l'Éducation, Sylvain Simard, lui a référé un homme d'affaires qui cherchait des subventions gouvernementales pour lancer un projet.

"Je l'ai fait parce que Oxygène 9 a bonne réputation", s'est expliqué M. Simard.

© La Presse Canadienne, 2002



Envoyer à un(e) ami(e)

Publié le 2002-02-9

Autres manchettes Québec - Canada

 

Manchettes
Affaires
Arts et Spectacles
Monde
Québec - Canada
Sports
Technologies





LE MEILLEUR D'INTERNET pour... SITE - RÉSEAU - ENTREPRISE
Bourse - Horoscope - Loteries - Météo
RECHERCHE: dans tout le Web dans BRANCHEZ-VOUS!

© Copyright BRANCHEZ-VOUS inc. 1995-2001. Tous droits réservés.