Small talk

Ní raibh báisteach againn inniu buíchas le Dia (heureusement, il n’a pas plu aujourd’hui).

À elle seule, cette phrase de gaélique irlandais incarne peut-être le « small talk », une forme de politesse, presque obligatoire, pratiquée dans les îles Anglo-celtes. Vu le temps qu’il y fait en ce moment, je me suis dit que cette phrase pourrait t’être utile, amie lectrice celtisante qui as l’intention de visiter le Connemara cet été.

Pour moi qui ne suis pas tombé dans la potion quand j’étais petit, le small talk est une compétence que je continue d’apprendre. Je l’exerce dans toutes les situations où un silence gênant s’installe. C’est une compétence qui peut se révéler fort utile.

Jusqu’à un certain point. Car il y a des fois où ça frise le stéréotype. Je sais ton dégoût pour les histoires qui commencent par « un français, un allemand et un… », ami lecteur palestinien israélien qui aimes rire de tout mais pas avec n’importe qui. Je te demande donc de faire une exception pour ce qui suit (c’est promis, je la fais courte).

Après un naufrage, sur une île déserte, on trouve une foule de rescapés (faut croire que les consignes de sécurité servent à quelque chose en fin de compte). Pour chaque nationalité, il y a une femme et deux hommes. Après trois mois sur l’île, ces triplettes de rescapés ont toutes développé des relations humaines typiques de leur pays. Je te laisse broder sur les clichés de chaque nationalité et je reviens à mes moutons du Connemara mes Anglo-celtes dont le spécimen le plus commun est l’Anglais. Eh bien après cette période écoulée de trois mois, tu peux être sûr que nos deux Anglais attendent toujours désespérément que quelqu’un veuille bien avoir l’obligeance de leur présenter l’Anglaise.

Le small talk, c’est ce qui s’est passé durant ces trois mois. On tue le temps en parlant du temps. Ça ressemble à une conversation sans importance, mais la forme et la pertinence du propos sont capitales par rapport au contexte de la conversation. C’est une façon d’obéir à la troisième maxime de Grice (Be relevant).

Le small talk est donc une activité très codifiée. Il y a beaucoup de sujets à éviter et ce sont les météorologistes qui s’en sortent généralement le mieux. C’est un peu comme un champ de mine : si l’on reste sans bouger, on ne risque rien mais on finit par mourir de faim. Si l’on avance, il faut savoir où l’on met les pieds. Pour rester en vie, tu ne mentionneras ni ta confession religieuse, ni tes goûts personnels. Et encore moins tes opinions politiques, ami lecteur amateur de brèves de comptoir.

En fait, il vaut mieux que tu ne mentionnes rien du tout. À part la météo. Qui est encore à la pluie aujourd’hui, damnú air ! (Zut !)

 

3 Commentaires

  1. Bel article ! En effet, le small talk (ou le elevator talk) est tout un art, et un véritable outil pour se faire le plus de connaissances possibles en un rien de temps lors d’une rencontre professionnelle. Quand mon mari m’accompagne à un événement du genre, il trouve justement une ou deux personnes qui comme lui, détestent les conversations superficielles. Je le retrouve à la fin de la soirée, avec la même personne en train de discuter de tous les sujets tabous : l’économie, la politique, l’éducation, la philosophie, la religion… alors qu’entre temps, j’ai rencontré une vingtaine de personnes et je brandis avec fierté les nombreuses cartes de visites obtenues.
    Même s’il finit seulement par rencontrer une personne, il réussit à établir une relation de confiance. Car si on rencontre quelqu’un, pourquoi éviter les sujets qui permettent vraiment d’apprendre à connaitre cette personne ? Je ne pense pas que l’un de nous soit plus sociable que l’autre, mais simplement sociable à sa manière selon les circonstances, et les objectifs du moment.

    1. Merci Nadia. Je ne connais pas ton mari mais il m’est fort sympathique ce monsieur ;-)

      1. Tout à fait Pierre ! C’est le genre de gars avec qui on pourrait discuter jusqu’à l’aube. Il s’intéresse à tout, un vrai passepartout : avec lui, on peut se rendre à une rencontre germano-américaine aussi bien qu’à une conférence scientifique ;-) Bonne journée !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouveaux articles par courriel.

Joignez-vous à 309 followers