Du XL pour l’homme moderne !

Il existe trois catégories d’hommes modernes :

Il y a ceux qui sont obsédés par les gadgets. Ils portent au poignet gauche une montre qui leur donne l’heure exacte sur tous les fuseaux horaires de la planète. Au droit, ils arborent une gourmette, assortie à leur chevalière. Ils se rasent avec un rasoir électrique et collectionnent les majorettes.

Il y a ceux qui sont obsédés par leur corps. Ils ne boivent pas d’alcool, ne fument pas, et font de la muscu. Ils s’habillent avec des jeans blancs moulants et des polos roses courts. Ils s’épilent le dos et se font blanchir les cheveux.

Et puis il y a ceux qui préfèrent faire la vaisselle et laisser les femmes gouverner. J’appartiens sans doute à cette troisième catégorie.

Mais attention hein ! Quand je fais la vaisselle, ce n’est pas de la rigolade, c’est du project management. Je prépare mon plan de travail. Puis je trie la vaisselle sale : toujours commencer par les verres et finir par les casseroles, surtout si l’on souhaite utiliser moins d’eau (ce qui, rappelons-le, est meilleur pour l’environnement). Je laisse sécher les couverts pointe en haut pour limiter la multiplication bactérienne. Et bien entendu, je porte des gants en caoutchouc.

Tu vas me dire que ça sent la névrose obsessionnelle, ami lecteur-homme moderne qui n’a pas que ça à faire (y’a encore l’aspirateur à passer, le carrelage à laver, la lessive à mettre en route, les courses à faire…). Disons que j’ai le sens de l’organisation. D’ailleurs, j’ai un lave-vaisselle, ça me fait gagner un temps considérable.

Mais au moment des vacances, je retrouve mes gants. Les vacances à l’étranger sont donc l’occasion de tester ma condition d’homme moderne au sein d’une autre culture.

En Écosse, un type avec des paluches comme les miennes doit s’acheter des gants de taille XL (majuscules anglaises qui, je te le rappelle lecteur ami du Mufle, signifient « extra-large », ce qui peut se traduire par « extra-grand » en français). Visiblement, les grands-bretons sont habitués à faire la vaisselle pendant que les grandes-bretonnes sirotent leur bière devant Coronation street : quelque soit la marque ou le supermarché, je trouve toujours chaussure à mon pied gant à ma main.

En Espagne, la situation est différente. Les doigts des gants extra-grands ne dépassent pas ma deuxième phalange, ce qui ne les rend pas maniables, surtout dans leur version « tres capas, super reforzados ! ». De là à en conclure que la femme moderne espagnole continue de faire la vaisselle, il n’y a qu’un pas.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouveaux articles par courriel.

Joignez-vous à 309 followers