Con… cordance des temps

Le temps ne fait rien à l’affaire, les donneurs de leçons de tous poils nous ennuient avec leurs recommandations. Chacun sait que de nos jours il est d’usage de s’exprimer de façon claire et simpliste simple, dans un style que certains aiment à qualifier de « moderne ».

Exit la concordance des temps donc. Sans parler de ces dinosaures que sont l’imparfait du subjonctif et le passé simple. Trop compliqué tout ça. C’est tellement plus facile d’utiliser un auxiliaire et un participe qu’une forme conjuguée (au passage, je me demande ce que les twaducteurs en pensent, eux qui n’ont que 140 caractères pour s’exprimer).

Dans son billet du mois de mai, Anne de Français sans fautes remarquait que « le temps grammatical ne correspond pas toujours au temps réel ». Eh bien non, chère Anne, désolé de te décevoir. L’heure n’est plus au temps réel, mais à l’immédiateté continue. Range-moi donc cette concordance des temps que je ne saurais voir. Elle risque de nous faire prendre conscience qu’en dehors de la sphère médiatique virtuelle, il existe un futur où la peau de ces dames pendouille et où le sexe de ces messieurs se ramollit.

En parlant de futur, Laurent Laget de (not just) another translator remarquait que le futur lui-aussi tendait à disparaître de notre immédiateté virtuelle (je n’ai pas retrouvé le billet et ce n’était peut-être pas de Laurent, mais que veux-tu amie lectrice sénile, ma mémoire n’est plus ce qu’elle était). Il soulignait comment les utilisateurs des médias sociaux (des jeunes, à coup sûr) ne conjuguent leurs vies qu’au présent de l’indicatif et laissent aux adverbes le soin de faire le reste.

Mais moi, ma bonne dame, je ne suis pas du genre réactionnaire. Plutôt le contraire. Tant qu’à simplifier, allons-y franchement. Débarrassons-nous nous allons nous débarrasser de cette conjugaison encombrante. Avec cette nouvelle réforme de la langue française, seuls existeront bientôt existent le présent de l’indicatif, le participe passé et l’infinitif.

Et s’il fallait faut que les académiciens avalisassent avalisent ladite réforme avant qu’elle ne fût n’est appliquée, ma foi, grâce à l’immédiateté de notre présent continu, il sera est toujours…

Temps ?

Poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Google+ photo

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 605 followers

%d bloggers like this: