Recherche

vol 64 Les enjeux de la métropolisation en Méditerranée

Sous la direction de Robert Escallier
1 juin 2002

sommaire détaillé

  • Robert Escallier  :  METROPOLES ET GLOBALISATION DANS LE MONDE ARABE ET MEDITERRANEEN : ETAT, ENJEUX ET PERSPECTIVES
    Le monde méditerranéen et arabe, espace de vieilles civilisations urbaines, est riche d’une vingtaine de très grandes villes. Rares sont pourtant les villes fortes et productives, actrices de l’économie monde. Actives dans leur « périmètre national », la plupart des villes de premier rang, métropoles incomplètes, ont fait longtemps illusion. Avec l’ouverture au monde et avec la globalisation des marchés, la grande ville arabe et méditerranéenne peine à se situer sur la toile des villes du monde, à l’exception des métropoles de la Méditerranée européenne qui prennent appui sur de riches et denses territoires. De ces incertitudes naissent de nombreuses interrogations sur leur capacité à faire face aux multiples enjeux  de la nouvelle métropolisation, enjeux économiques et enjeux sociaux qui touchent jusqu’au plus intime des sociétés : l’identité, la citoyenneté, soit une remise en cause de la citadinité classique méditerranéenne et arabe.
  • Annie ARNAUD-PORTELLI  :  CARTHAGE, LE FONCTIONNEMENT D'UNE METROPOLE REGIONALE A L'EPOQUE ROMAINE
    Dans le cadre de la question des enjeux de l'ancienne métropolisation, nous nous proposons d'étudier le cas de la Carthage romaine, capitale d'une des provinces les plus réputées du monde romain, l' Africa , en recherchant les indices trouvés dans les textes (en quels termes les auteurs parlent-ils de Carthage?) - qui permettraient de parler d'une métropole: serait-ce son statut de capitale de province, sa richesse économique, sa fonction culturelle? Au bout du compte, [...]
  • Pascal ARNAUD  :  TITULATURES MUNICIPALES ET RESEAUX URBAINS : LE TITRE DE METROPOLE DANS LES PROVINCES ROMAINES D’ORIENT
    Le terme de métropole est, on le sait, un héritage de l’Antiquité. Né dans le monde grec avec la colonisation, il désignait à l’origine le statut d’autorité morale, et parfois politique, de la cité-mère à l’égard de ses colonies. Il n’a à cet égard que peu à voir avec le sens que lui confèrent aujourd’hui les géographes. Dès la fin du V e siècle avant notre ère, pourtant, il apparaît au sens figuré sous la plume de Xénophon pour désigner la primauté d’une [...]
  • Philippe JANSEN  :  ECHEC ET RÉUSSITE D’UNE MÉTROPOLISATION EN ITALIE À LA FIN DU MOYEN AGE : ÉTUDE COMPARÉE DES CAS LIGURE ET MARCHÉSAN
    Durant le Moyen-Age (XII°-XV°siècles), les organisations territoriales de la Ligurie et des Marches s’opposent. D’un côté, Gênes s’impose à la tête des territoires et des cités ligures et structure l’espace selon ses besoins, de l’autre, aucun pôle urbain ne s’impose à la tête d’un réseau dense de petites communes de forces équivalentes. L’étude comparée des deux cas s’efforce de mettre en évidence les facteurs politiques et économiques qui favorisent ou non le processus de métropolisation.
  • Xavier HUETZ DE LEMPS  :  LES INTERACTIONS COMPLEXES ENTRE COLONISATIONS EUROPÉENNES ET MÉTROPOLISATION
    L'objet de cet article est d'identifier les dynamiques urbaines qui ont accompagné la colonisation européenne et qui peuvent être comparées aux phénomènes actuels de la métropolisation. Dans cette optique, trois tendances communes aux réseaux urbains des colonies apparaissent clairement : la polarisation des fonctions, l’extraversion et l’uniformisation des cultures urbaines. L’expansion coloniale laisse aussi de profondes et durables marques dans certaines villes des puissances dominantes. Pourtant, ces signes avant-coureurs de la métropolisation actuelle semblent moins les conséquences directes de la domination coloniale que celles d’une phase de globalisation dont l’ampleur géographique et chronologique est autrement importante.
  • Jean-François TROIN  :  DU BON USAGE DU TERME “MÉTROPOLE”, NOTAMMENT DANS LE MONDE ARABE
    Si, comme le proclame la maxime, l’abondance de biens ne nuit pas, l’abondance de termes peut, dans un domaine scientifique donné, produire le flou et l’incompréhension et devenir alors nuisible. Sans vouloir jouer les censeurs ni les moralisateurs, nous avons souhaité apporter un peu de rigueur dans la terminologie florissante des grandes villes et tenter d’établir des critères stricts définissant la métropole. En les appliquant au monde arabe nous avons tenté de sélectionner [...]
  • Franck MERMIER  :  LA CULTURE COMME ENJEU DE LA MÉTROPOLISATION : CAPITALES ET FOIRES DU LIVRE DANS L’ORIENT ARABE
    Dans son étude sur “le rôle culturel des cités mondiales” , Ulf Hannerz insiste sur leur importance comme lieux de marché pour la culture. Les cités mondiales sont ainsi des lieux de création, de croisement et de diffusion des flux culturels et les supports privilégiés des médias qui les véhiculent. Ces flux sont “ordonnés en partie par les relations centre-périphérie” et relient entre eux des espaces hiérarchiquement connectés .  Pour Manuel Castells :  “les mégacités [...]
  • Eric DENIS  et  Leïla VIGNAL  :  DIMENSIONS NOUVELLES DE LA MÉTROPOLISATION DANS LE MONDE ARABE : LE CAS DU CAIRE
    Depuis le début des années 1990, privatisation, libéralisation des échanges, ouvertures aux capitaux étrangers et ajustement structurel ont bousculé le quotidien égyptien. Cette nouvelle donne a accéléré la transformation du Caire, bouleversant son rapport à l’Egypte et au monde. Sa macro-forme est marquée par un changement radical d’échelle, par un dédoublement. La hiérarchie des valeurs immobilières et des paysages tend à s’inverser, de nouveaux modes d’habiter émergent, les mobilités sont bouleversées, de même que le rapport aux centres. Partant d’une analyse de l’insertion du Caire au sein de l’économie globalisée organisée autour du réseau des villes-mondiales, puis de l’évolution des localisations industrielles, se dégage une approche des formes métropolitaines dans un contexte d’instabilité accrue.
  • Jean-François PEROUSE  :  ISTANBUL, UNE METROPOLE MEDITERRANEENE ? CRITIQUE D’UN LIEU COMMUN TENACE
    L’intégration d’Istanbul à la Méditerranée est ici interrogée à la lumière des flux migratoires, commerciaux et culturels, en faisant table rase des images convenues, qui contribuent trop souvent à mal appréhender la véritable aire de rayonnement, actuelle, d’Istanbul. En effet, si par le passé Istanbul était franchement tourné vers la Méditerranée, de nos jours, cette orientation est moins évidente et mérite en tout cas d’être discutée. La seule Méditerranée qui existe pour Istanbul est en fait la Méditerranée lointaine, nord-occidentale (c’est-à-dire européenne). Au terme de notre examen, on découvre en fait une métropole « hémiplégique » avec une face active vers la mer Noire et une face encore peu active vers la Méditerranée surtout la Méditerranée proche. Un des enjeux des années à venir pour la principale métropole de la Turquie devient dès lors son réancrage à la Méditerranée orientale et méridionale.
  • Jean-Marie MIOSSEC  :  TUNISIE, METROPOLISATION, MONDIALISATION : EFFICIENCE RENFORCEE DE L’AXE ORIENTAL
    L’architecture socio-spatiale  de la Tunisie privilégie depuis trois millénaires le littoral oriental. C’est sur ces rivages de la mer, interfaces féconds, que s’est progressivement constituée une bonne part de l’identité tunisienne. La vigueur de la personnalité, toute en nuances, qui s’est affirmée sur cet angle oriental du Maghreb, au contact du bassin central de la Méditerranée, a permis au peuple et au pays « Tunisie » de résister aux assauts  de l’histoire. De [...]
  • Rachid Sidi BOUMEDINE  :  ALGER, LA COMPLEXITE D’UNE METROPOLE
    I - Des faits et des chiffres Si l’on s’en tient aux seuls chiffres, l’agglomération algéroise (dite « Alger ») par ses 1.5000.000 habitants, son aire métropolitaine (2.3000.000) et son bassin (5.3000.000 habitants), présente déjà à elle seule la masse critique  caractéristique de base des métropoles. Contrairement aux hypothèses des années soixante, qui, du fait de la progression très rapide de l’urbanisation, prévoyaient 3.500.000 habitants pour Alger en l’an 2000, [...]
  • Éric HUYBRECHTS  :  DES MICRO-TERRITOIRES DE LA GUERRE À LA MÉTROPOLE DU PROCHE-ORIENT ARABE
    En plein cœur de Beyrouth, le long de la ligne de démarcation qui coupait la ville en deux pendant les années de guerre, des chevaux s’échauffent entre les joggers et les amoureux, sur les trottoirs qui entourent le parc réhabilité du Bois des pins. Dans quelques heures, comme tous les dimanches, l’hippodrome tout proche retentira des clameurs de la foule venue de tous les quartiers de la ville pour tenter sa chance aux courses. En face, le tribunal militaire juge rapidement les [...]
  • Marc LAVERGNE  :  DUBAÏ OU LA MÉTROPOLISATION INCOMPLÈTE D’UN PÔLE EN RELAIS DE L’ÉCONOMIE MONDE
    La métropolisation est un processus étroitement lié à la mondialisation (Lacour et Puissant, 1999, Paquot, Lussault et Body-Gendrot, 2000, Dorier-Apprill, 2000) ; il recouvre l’ensemble des mutations socio-spatiales concernant le fonctionnement et la gestion des grands centres urbains, qui résultent de l’ouverture économique à l’œuvre aujourd’hui sur l’ensemble de la planète. Pour certains auteurs (P. Haeringer), la métropolisation s’applique même à l’ensemble des [...]
  • Georges ROQUES  :  LA SITUATION DES VILLES DU LITTORAL MÉDITERRANÉEN FRANÇAIS DANS LE CONTEXTE DE L’ÉCONOMIE MONDE
    Longtemps central, le Sud français semble favorable à la métropolisation. Avec les glissements géopolitiques en cours, comment métropolisation et principe territorial des états-nations se combinent-ils ? La Méditerranée française est vide par rapport à ses proximités maritimes. Les particularismes forts produisent de forts irrédentismes des villes. Pourtant, les enjeux et turbulences du monde, leur résonance locale et régionale dépassent largement les ambitions étroites et égoïsmes d’acteurs locaux, voire régionaux qui se pensent, se croient et se disent au centre du monde. Qui assurera le leadership de cette interface majeur : Marseille pour les 5 millions d’hommes et de femmes entre Toulon et Béziers en 2020, ou Lyon à la tête de la Courly et du grand delta ?
  • Pierre SINTES  :  IMMIGRATION, RESEAUX ET ESPACE METROPOLITAIN : LE CAS ATHENIEN
    Plus encore que les autres pays de l’Europe du Sud, la Grèce apparaît aujourd’hui comme une terre d’immigration ; la communauté étrangère est estimée à 10% de la population totale. Lieu de plus grande activité, mais aussi de meilleure connexion aux réseaux internationaux d’échanges, Athènes est logiquement devenue la principale destination des migrants. Depuis le dix-neuvième siècle, la capitale de la Grèce a reçu et intégré de nombreuses populations allogènes ; aujourd’hui cependant les conditions d’accueil des immigrés ont radicalement changé. Le texte présenté ici cherche à mettre en valeur les caractéristiques de l’immigration récente à Athènes et la place que celle-ci occupe dans les réseaux des migrants. Les premières observations permettent d’individualiser différents types migratoires, de préciser leurs traits originaux : absence de ghetto, ségrégation verticale…, et proposer des éléments explicatifs.
  • Lefteris TSOULOUVIS  :  GLOBALISATION, METROPOLISATION ET PROCESSUS DE RESTRUCTURATION DU SYSTEME URBAIN EN GRECE
    Deux questions principales sont analysées dans cette étude. D’une part la relation existant entre les processus de restructuration du système urbain et les phénomènes de globalisation comme indication du dynamisme interne des villes grecques au sein d’une nouvelle économie, et d’autre part l’hypothèse de l’émergence d’une nouvelle métropole en Grèce du Nord, capable de jouer un rôle déterminant dans le développement des Balkans et de l’Europe du Sud-Est. Certains scénarios parient sur la ville de Thessalonique, avec une population qui pourrait atteindre trois ou quatre millions d’habitants. L’étude prend en compte les tendances longues de l’économie nationale grecque, les processus d’urbanisation, d’immigration et de restructuration démographique, et les compare aux évolutions des autres pays balkaniques et du reste de l’Europe. Elle s’accompagne d’une rapide histoire de Thessalonique et des politiques urbaines et régionales de la Grèce.
  • Jean-Paul FERRIER  :  LA METROPOLISATION DANS LE MONDE ARABE ET MEDITERRANEEN : UN OUTIL MAJEUR DU DEVELOPPEMENT DES MACRO-REGIONS DU MONDE
    En un siècle, les territoires de la Méditerranée, considérés comme une « région » particulière du monde dont il reste à interroger le sens, sont sortis de leur longue aventure de la ville et de la campagne pour entrer dans une civilisation de l’urbain, puis à partir des années soixante-dix, du métropolitain.  Cette histoire spatiale est une illustration essentielle de l’histoire des modernités. En ce début de nouveau siècle, il importe de mettre en évidence la nouveauté des processus de la métropolisation. Pour comprendre comment les nouvelles résidentialisations des territoires métropolisés deviennent les moteurs nouveaux des développements endogènes et des croissances économiques mondialisés. Pour nous interroger sur les principes géographiques qui pourraient entourer une habitation durable des territoires. Pour mettre en discussion l’offre technologique contemporaine (nouvelle et/ou refondée et/ou souhaitable) dans la problématique du développement durable. L’hypothèse questionnée par cette communication est que la métropolisation est inséparable de la rédécouverte de la question de l’habitation, question susceptible d’expliquer une part de la dynamique contemporaine, qui pourrait annoncer une réinvention des règles antiques de la bonna vita .