Recherche

vol. 70 Crises, conflits et guerres en Méditerranée (Tome 1)

Sous la direction de Robert Escallier

sommaire détaillé

  • Samya El Mechat  :  La Méditerranée, « paix et guerre entre les nations »1
    La démarche qui inspire cette introduction n?est pas de donner l?explication définitive, sur le monde méditerranéen à la fois complexe et compliqué, et traversé de multiples zones de fractures. Il n?y a d?ailleurs jamais une seule explication en histoire. L?objet de ce propos introductif sera donc modeste. Il s?agit de penser la Méditerranée au c?ur des Etats et des hommes, là où se nouent les mécanismes qui produisent et nourrissent la violence. J?essayerai de [...]
Désordes en Méditerranée et Enjeux
  • Anne Brogini  et  Maria Ghazali  :  Un enjeu espagnol en Méditerranée : les présides de Tripoli et de La Goulette  au XVI° siècle
    Au XVI e siècle, les présides d?Afrique du Nord sont des places fortes espagnoles situées le long du littoral méditerranéen et abritant une garnison. Destinés à l?origine à servir de tremplin à une expansion chrétienne en territoire ennemi, ils se révèlent vite un enjeu stratégique dans la défense des îles et des côtes espagnoles ou italiennes menacées par les musulmans. Dans ce contexte, l?Espagne peut choisir de conserver par elle-même ces places fortes ou de les confier à des vassaux : ainsi, Tripoli est confié à l?Ordre de Malte en mal de croisade, tandis que La Goulette demeure un bastion espagnol permettant un contrôle de la mer et des terres hafsides. L?étude parallèle des deux enclaves témoigne bien de l?échec du concept même de préside et de la politique d?expansion espagnole en Afrique du Nord au XVI e siècle.   
  • Thierry Rentet  :  Une côte à défendre : le littoral languedocien à la fin des années 1530
    Entre 1526 et 1530, Pierre de Clermont, lieutenant-général du roi en Languedoc, a écrit près de 200 lettres au gouverneur de la province Anne de Montmorency. Le thème principal de ses missives est la crainte de l?invasion espagnole. Pour prévenir celle-ci, M. de Clermont se déplace constamment le long du littoral languedocien, inspectant et renforçant la défense des villes, des ports et des châteaux. Il est aidé dans sa mission par les compagnies d'ordonnance stationnées en Languedoc et ses réseaux de serviteurs et de clients.
  • Jean-Pierre Farganel  :  Les échelles du Levant dans la tourmente des conflits méditerranéens au VXIII° siècle : la défense des intérêts français au fil du temps
    Au XVIII°siècle la Méditerranée orientale voit apparaître de nouveaux acteurs, Russie, Autriche qui s?impliquent également dans les conflits européens. L?Empire ottoman se retrouve dans une situation stratégique car aux frontières de certaines des puissances concernées . La France par l?intermédiaire de ses Consuls, tente d?utiliser son alliance avec la Porte pour contrer la Russie et l?Autriche et préserver ses intérêts économiques  au levant. Cet article analyse l?action de ces diplomates français à travers leur correspondance.
  • Michel Vergé-Franceschi  :  La Corse enjeu géostratégique en Méditerranée et les marins Cap Corsins
      La Corse a été tenue à l?écart des enjeux méditerranéens jusqu?au XVI°siècle. Par nature le Corse tourne le dos à la mer, sauf dans la région du Cap Corse grâce à l?existence des ports Centuri et Macinaggio. Les Corses présents dans l?histoire maritimes  de l?île sont issus de cette région. Cet article analyse les vies de marins célèbres : Sampiero, Lenche, Negroni, etc..., leurs activités tant militaires que commerciales, à Marseille et dans le monde musulman.  
  • Frédéric Le Moal  :  Ports et îles de la mer Adriatique pendant la Première Guerre Mondiale : enjeux et rivalités politico-militaires
    L?Adriatique, mer pratiquement fermée, partagée entre plusieurs souverainetés politiques et divisée ethniquement, n?en constitue pas moins un enjeu majeur de la Grande Guerre. Ses îles et ses ports possèdent en effet une valeur géostratégique, politique et nationale des plus précieuses. Même si les opérations navales y sont très réduites, les rivalités politico-nationales s?exacerbent autour du futur partage entre Italiens et Yougoslaves, ce qui complique passablement les divers plans militaires et entretient un état de tensions redoutables dans le camp de l?Entente.
  • Anne-Claire de Gayffier-Bonneville  :  La guerre du canal 1951-1952
    La « guerre du canal » éclate au lendemain de l?abrogation unilatérale du traité anglo-égyptien de 1936 par l?Egypte. Episode d?une décolonisation qui se prolonge depuis 1922, la violence du côté égyptien déborde le 26 janvier 1952 le cadre des relations anglo-égyptiennes et des revendications nationales pour animer une lutte politique et sociale. La position britannique est elle aussi riche d?équivoques. Les Britanniques semblent, par leur démonstration de force, vouloir affirmer leur primauté dans la défense de la zone Sud-orientale de la Méditerranée.
Perceptions et représentations
  • Ninon Grangé  :  Le « moment vénitien » dans la réflexion philosophique sur la guerre (XVI° - XVIII° siècles)1
    Le « moment vénitien » n?est pas un objet philosophique. Au-delà de l?admiration que suscite Venise comme parfaite illustration de la constitution mixte sur le modèle de Polybe, elle apparaît comme une cité florissante où la guerre est absente. Ce paradigme est reconduit par ses admirateurs comme par ses détracteurs qui voient en elle une « cité désarmée », en la comparant aux cités antiques (Lacédémone, Athènes, Rome) et modernes (Florence, Genève etc.). Les machiavéliens, les anti-machiavéliens, les républicains anglais de l?Angleterre cromwellienne occultent sa réussite militaro-marchande à l?extérieur C?est seulement quand les Lumières replacent la ville dans le cours historique des choses que le modèle institutionnel s?effondre en même temps que sont reconnues les défaites maritimes et le déclin.
  • Jean-Yves Boursier  :  D?une guerre à l?autre en Méditerranée. D?un possible à l?autre ?
    Dans le bassin méditerranéen, la guerre connaît une permanence tout au long de l?histoire. C?est une zone de grandes tensions qui pendant le XX°siècle en plus des deux guerres mondiales, a connu des conflits fratricides, cruels et barbares : guerre d?Espagne, guerre d?Algérie et guerre de Yougoslavie.  De plus en son sein est localisé un des plus dangereux foyers de guerre de la planète : la Palestine. Le véritable événement serait que la guerre ne soit plus conçue comme le centre de la politique.
  • Paul Dietschy  :  Les partisans italiens et le découverte de la violence de guerre
    Pratiquée par les jeunes partisans italiens de 1943 à 1945, la violence de guerre si elle est d?abord une expérience personnelle, est également essentielle pour l?historien car elle constitue le moyen d?affirmer le refus de l?occupation et du fascisme. Concernant en majorité des jeunes gens, cette violence coïncide souvent avec la fin de leur adolescence et est indissociable de leur éducation fasciste. Ses représentations sont présentes dans la presse clandestine et la littérature italienne des années 60.
  • Kostantinos Charamis  :  ?Nothing and no one has been forgotten?: commemorating those who did not give in during the Greek civil war (1946-1949)
    Cet article présente certaines réflexions initiales faites dans le cadre d?une recherche qui porte sur la mémoire officielle et la mémoire collective de la guerre civile grecque, 1946-49. L?objet du dit article consiste en l?étude de quatre monuments construits par l?Union des Combattants de la résistance Nationale et son objectif est de mettre en lumière ce qu?ils représentent et de quelle façon ils sont liés à la mémoire collective des vétérans de la guerre civile grecque.