background image

 

 

LE MOUTON SOLOGNOT 

(Sources : magazine La Sologne n¬į109 et Flock-Book Solognot)

 

 

 

 

 

 

 

 

D

'apr√®s  les  recherches  arch√©ologiques  et 

scientifiques,  l'anc√™tre  de  notre  mouton  serait  le 

mouflon  d'Asie.  Sa  domestication  se  d√©roula  en 

premier lieu en Irak, vers 8900 avant J√©sus Christ.  

Selon  toute  vraisemblance,  l'arriv√©e  du  mouton  sur  notre  territoire,  sous  sa  forme 

domestiqu√©e, daterait du VII

è

 mill√©naire. Petit √† petit la laine s'imposa dans le domaine 

du textile et rempla√ßa les v√™tements de peaux. l'ancienne √©conomie. Sa laine alimentait 

une puissante industrie. 

Progressivement  la  principale  production  tir√©e  du  mouton  sera  la  laine,  la  viande 

devenant d√©sormais un sous-produit. En 75 av. J.-C., une industrie laini√®re existait d√©j√† 

en Gr√®ce. Plus tard, Jules C√©sar d√©couvrira un √©levage florissant en Gaule.  

Dans  le  Berry,  le  mouton  est  l'animal  pr√©dominant  √†  l'√©poque  Gallo-

romaine et  au Moyen Age. Ce qui explique que trois b√©liers , symboles 

de  la  richesse  locale  ont  √©t√©  choisi  pour  les  meubles  des  armes  de 

Bourges, capitale du Berry . 

Au  XIX

e

  si√®cle,    l'√©levage    du    mouton  a  √©t√©  √†  son  point  culminant    en  France  :  15 

millions de brebis m√®res. En 1995-1996, la population mondiale d'ovins a √©t√© estim√©e √† 

1,0068 milliards d'individus et le cheptel ovin fran√ßais a √©t√© estim√©  √† un peu plus de 10 

millions de t√™tes. 

 

Le mouton Solognot est consid√©r√© de nos jours, avec la race bretonne des monts 

d'Arr√©e,  et  la  race  de  Th√īnes  &  Marthod  de  Savoie,  comme 

le  repr√©sentant  de 

l'ancien type du mouton fran√ßais. Gr√Ęce √† lui, aujourd‚Äôhui ont peut se faire une bonne 

id√©e du mouton qui faisait la richesse du Berry et qui assurait un approvisionnement 

important  en  laines  pour  ses  principales  draperies  de  Ch√Ęteauroux,  d‚ÄôAubigny  et  de 

Romorantin.  

La  race  Solognote  est  une  race  qui  ne 

craint  pas  l'eau,  l√†  o√Ļ  d'autres  brebis 

deviendraient  malade,  elle  reste  en  forme. 

Cette race rustique √©troitement adapt√©e aux 

sols pauvres et humides de Sologne, passe 

l'ann√©e enti√®re dehors. M√™me par temps de 

neige, les brebis demeurent au grand air. On 

reconna√ģt les moutons solognots √† leur robe 

particuli√®re.  La  t√™te  et  les  pattes  restent 

d√©gag√©es,  seulement  recouverte  par  des 

poils d'un ch√Ętain uniforme. 

 

La  toison  de  couleur  bise  occupe  le  reste  du  corps,  jusqu'√†  la  queue  qui  n'est  pas 

coup√©e .  Une   t√™te  fine,  sans  cornes , une  d√©marche  fi√®re  ,  la  solognote  offre  un  

 

 

background image

 

temp√©rament plus vif que d'autres brebis, une certaine curiosit√©, un comportement se 

rapprochant de celui des ch√®vres.

 

Au  XV  √®me  si√®cle,  l'√©levage  du  mouton  en  Sologne  √©tait 

important : √† cette √©poque de fin de la guerre de Cent ans, les 

moutons  faisaient  alors  partie  de  la  fortune  des  paysans.  Les 

troupeaux  p√Ęturaient  dans  les  bruy√®res,  compl√©ment√©s  l'hiver 

en fourrage et feuillards. 

 

La  Renaissance  et  l'installation  de  la  Cour  en  Val  de  Loire  favorisa  la  prosp√©rit√©  du 

commerce des laines, et donc de l'√©levage ovin. Les guerres de religion sonn√®rent le 

glas de cette prosp√©rit√©, mais l'√©levage ovin, plus facile √† pratiquer et plus rentable que 

la c√©r√©aliculture, resta l'activit√© principale de la Sologne. Les draperies d‚ÄôAubigny et de 

Romorantin assuraient un d√©bouch√© important pour les laines. 

 

A  l‚Äô√©poque  du  passage    de  Napol√©on  III,  qui  s‚Äôinvesti 

beaucoup au d√©veloppement de la Sologne, √† la ferme du 

Coudray en 1852, l'effectif ovin de la Sologne est estim√© √† 

300000 t√™tes.  

Dans  une  r√©gion  domin√©e  par  les  grandes  propri√©t√©s,  le 

mouton  √©tait  alors  quasiment  l'unique  ressource  de 

revenu  des  paysans  solognots.  Seule  la  race  Solognote 

pouvait r√©sister au condition s√©v√®res du milieu (humidit√©, 

v√©g√©tation tr√®s pauvre). L'√©levage √©tait tr√®s extensif, sans 

enclos. 

 

Aujourd'hui, la race Solognote r√©pond au Standard suivant : la taille est de 0.60 √† 0.70 

cm,  la t√™te est fine et d√©couverte, ch√Ętain uniforme, sans corne, la face est √©troite et 

longue,   le  chanfrein  est  tr√®s  l√©g√®rement  bomb√©,  les  oreilles  sont  moyennes  et 

horizontales, l'encolure  est bien fondue avec les √©paules, la selle est droite et longue, 

le gigot est assez d√©velopp√©, les pattes sont nues et ch√Ętain uniforme, la queue est non 

coup√©e  et  couverte  de  laine. La  toison,  qui  va  de  la  base  des  oreilles  √†  quelques 

centim√®tres en dessous du jarret,  ne couvre jamais la t√™te et ne rev√™t compl√®tement ni 

la  gorge,  ni  le  ventre,  la  laine  a  une  finesse  moyenne  et  une  couleur  bise,  le  poids 

moyen des toisons est de 1,5 kg pour les femelles,  de 2,5 kg pour les b√©liers. Le poids 

√† l'√Ęge adulte pour les brebis est de 55 √† 65 kg,  pour les b√©liers de 80 √† 90 kg. Sa 

couleur  est  celle  qui  garantit  le  mieux  contre  l'introduction  de  sang  √©tranger,  

soit  de  M√©rinos  pour  am√©liorer  la  laine,  soit  de  races  anglaises  (  my  god !)    pour 

am√©liorer le format ( comme ce fut le cas pour la race berrichonne actuelle). 

La Solognote a un temp√©rament intelligent, vif, curieux, ind√©pendant, plus proche du 

caract√®re des ch√®vres que des autres moutons. Sa d√©marche est tr√®s fi√®re. Elle m√©rite 

d‚Äô√™tre prot√©g√©e et conserv√©e.