background image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

T H È S E 

 

présentée par 

 

William’s Daré 

 

pour obtenir le grade de 

 

Docteur de l’ENGREF 

Spécialité : Sciences de l’Environnement 

 

Sujet :  

Comportements des acteurs dans le jeu et dans la réalité :  

indépendance ou correspondance ? 

Analyse sociologique de l’utilisation de jeux de rôles en aide à la concertation  

 

Soutenue publiquement le 29 avril 2005 

à l’Ecole Nationale du Génie Rural, des Eaux et Forêts 

Centre de Paris 

 

devant le jury suivant : 

 

Martine Antona    

Chercheur Cirad 

 

 

 

Examinatrice

 

Olivier Barreteau   

Chercheur Cemagref Montpellier 

 

Examinateur 

Raphaël Larrère   

Directeur de recherches INRA 

 

Rapporteur 

Claude Millier  

 

Directeur scientifique ENGREF 

 

Président du jury 

Alain Pavé  

 

Directeur de recherches CNRS 

 

Rapporteur 

Sidy M. Seck 

 

Enseignant Chercheur UGB Saint-Louis 

Examinateur 

Jacques Weber  

 

Directeur de l’IFB Paris 

 

 

Directeur de thèse 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A mon père,  

 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

Remerciements 

 

Les us et coutumes de la thèse font des remerciements un passage obligé. Ce n’est pas pour 

cette raison que je me soumettrai à cet exercice mais uniquement parce que je souhaite rendre 

hommage ici aux personnes qui m’ont suivi avant même que je ne pense m’inscrire en thèse 

et soutenu depuis lors. 

 

Mes remerciements vont : 

D’abord  à  Olivier  Barreteau,  qui  s’est  battu  au  sein  de  son  établissement  pour  trouver  les 

financements nécessaires à l’élaboration de cette thèse, qui m’a encadré scientifiquement pour 

pousser  toujours  plus  loin  ma  réflexion,  qui  m’a  soutenu  personnellement  lorsque  le  doute 

m’a  parfois  pris  en  me  rendant  compte  des  difficultés  de  ma  tâche,  qui  m’a  dépanné 

financièrement quand sur le terrain je me suis retrouvé dans une situation inextricable et qui 

m’a  permis  de  m’insérer  dans  des  réseaux  de  travail  m’ayant  permis  d’obtenir  mon  emploi 

actuel. J’espère que l’encadrement de ton premier thésard aura été aussi bénéfique qu’il l’a été 

pour moi.  

 

Ensuite, c’est à Patrick d’Aquino que je pense, pour m’avoir décrit ma route professionnelle 

de  ces  six  dernières  années  et  m’y  avoir  accompagné.  Tes  critiques  m’ont  permis  d’aller 

toujours de l’avant scientifiquement et personnellement.  

 

A tous les membres de mon jury pour avoir évalué ce travail. Et à Jacques Weber, pour avoir 

accepté  de  diriger  cette  thèse  et  m’avoir  enseigné  les  principes  de  toute  bonne  recherche : 

définir sa question.  

 

A Patrice Garin, pour la pertinence de ses réflexions à chaque fois que je l’ai sollicité, pour 

m’avoir soutenu intellectuellement et financièrement, pour la justesse de ses conseils qui me 

permettent d’occuper mon emploi actuel.  

  

Trouvez  ici  l’expression  de  mon  amitié  la  plus  sincère.  Je  vous  remercie  tous  pour  les 

multiples  « tempêtes  de  cerveau »  qui  m’ont  permis  de  formuler  la  problématique  de  cette 

thèse. 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

A  l’ensemble  des  membres  de  l’équipe  Getirri  du  Cemagref  avec  qui  j’ai  partagé  ces  trois 

années. Je pense tout particulièrement aux membres du Cemagref Power : Géraldine Abrami, 

Annabelle  Boutet,  Iana  Guenova,  Audrey  Richard-Ferroudji,  et  aux  secrétaires  de  l’UR 

irrigation, Christine Moretti et Josiane Dartau. 

 

A l’ensemble des membres de l’Unité de Recherche Green du Cirad qui ont suivi de près ou 

de loin cette thèse et qui m’ont accordé toute leur confiance en m’accueillant aujourd’hui en 

leur  sein.  Merci  Martine  Antona  pour  avoir  accepter  de  prendre  de  ton  temps  pour  relire  et 

critiquer ce document. 

 

A l’ensemble des membres de mon comité de thèse que je n’ai pas encore remercié. Je pense 

surtout à Juliette Rouchier dont les questions souvent déstabilisantes m’ont obligé à préciser 

ma pensée. 

 

En ce qui concerne le terrain, à l’ensemble de mes parents agriculteurs de Wuro-Madiu et de 

Thiago  pour  m’avoir  accueilli  chez  vous,  pour  nos  discussions  enrichissantes  autour  du  thé, 

pour  les  questions  que  vous  n’avez  pas  hésitées  à  me  poser.  Je  n’oublie  pas  non  plus  la 

formidable  équipe  de  l’UJAK  à  Podor  qui  m’a  apporté  son  soutien  logistique  et  leur 

connaissance de la zone. Ma présence au Sénégal a été marquée par une collaboration étroite 

avec  mon  interprète  Samba  Sy,  avec  des  étudiants  de  l’Université  de  Saint-Louis :  Djiby 

Watt, Mohamoudou Thiam, Ousmane Sow et le reste des douze testeurs du jeu, et avec deux 

professeurs en sociologie M.B. Traoré et M. Sané. Sans vous ce travail ne serait pas arrivé à 

ce niveau. Je n’oublie pas non plus les membres de l’ISRA et de la SAED de Saint-Louis qui 

de 1997 à 1998 ont accompagné mes premiers pas dans la recherche. 

 

 

Enfin je pense à mes sœurs et à ma mère, qui m’ont soutenu quand j’ai tenté ce pari un peu 

fou d’abandonner mon travail pour revenir aux études. Je vous remercie de la confiance que 

vous m’avez toujours témoignée.  

 

Last  but  not  least,  je  te  remercie  pour  m’avoir  accompagné  pendant  toute  cette  longue 

traversée,  pour  avoir  cru  en  moi  sans  jamais  défaillir,  pour  m’avoir  épaulé  à  chaque  instant 

dans  les  moments  les  plus  difficiles.  Et  je  ne  peux  penser  à  toi  et  oublier  notre  énergique 

Maëly qui éclaire nos jours et discute la nuit. 

Dingar kamann kumb

ə

m pe

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

S

OMMAIRE

 

Préambule .............................................................................................................................................................. 9

 

Introduction......................................................................................................................................................... 11

 

P

ARTIE 

1

 

:

 

D

ES REFLEXIONS DES CHERCHEURS SUR L

USAGE DE JEUX DE ROLES EN MILIEU REEL

................. 21

 

1

 

Les réflexions du groupe ComMod sur l’usage de modèles pour accompagner la gestion des 

ressources naturelles renouvelables................................................................................................................... 21

 

1.1

 

Des expériences multiples d’usages conjoints des SMA et jeux de rôles .......................................... 21

 

1.2

 

Pourquoi le groupe ComMod utilise-t-il des modèles pour questionner la GRNR ? ......................... 28

 

1.3

 

Comment les membres du groupe ComMod modélisent-ils ? ........................................................... 31

 

1.4

 

Des objets intermédiaires aux questions des chercheurs.................................................................... 37

 

2

 

De la déconstruction des questions des chercheurs ComMod à la construction d’une problématique 

sur l’usage des jeux de rôles. .............................................................................................................................. 47

 

2.1

 

Quels problèmes cette distance entre la représentation du modélisateur et les représentations des 

acteurs peut-elle avoir sur la concertation quand ces modèles sont utilisés avec des acteurs locaux ? ............ 47

 

2.2

 

Quels changements du système étudié peuvent être induits par l’usage de ces modèles et 

vice versa

 ?

 

........................................................................................................................................................... 57

 

2.3

 

Simulacre, réalité : vers une schizophrénie des acteurs ?................................................................... 63

 

3

 

Le jeu de rôles 

Njoobaari ilnoowo

 utilisé dans les systèmes irrigués de la vallée du fleuve Sénégal... 67

 

3.1

 

Contexte de la construction du jeu de rôles 

Njoobaari ilnoowo.

........................................................ 67

 

3.2

 

Vers le jeu de rôles 

Njoobaari ilnoowo

.............................................................................................. 83

 

3.3

 

Retour vers le modélisateur : le système irrigué vu par le chercheur................................................. 89

 

 

P

ARTIE 

2

 

:

 

 A LA CONSTRUCTION D

UNE METHODOLOGIE D

ANALYSE BASEE SUR LA COMPLEMENTARITE 

ENTRE LE LUDIQUE ET LE REEL APPLIQUEE DANS DEUX SYSTEMES IRRIGUES

…............................................... 95

 

4

 

Méthodologie.............................................................................................................................................. 95

 

4.1

 

De la problématique aux hypothèses.................................................................................................. 95

 

4.2

 

La construction de trois hypothèses ................................................................................................... 99

 

4.3

 

Méthodologie de recueil et d’analyse des informations dans la réalité et dans le jeu. ..................... 115

 

5

 

Le contexte de l’usage du jeu dans les systèmes irrigués de Wuro-Madiu et Thiago ........................ 139

 

5.1

 

Choix des sites d’application de la méthode .................................................................................... 139

 

5.2

 

Installation du peuplement ............................................................................................................... 141

 

5.3

 

Les institutions villageoises ............................................................................................................. 144

 

5.4

 

Organisation sociale de l’irrigation et contexte de production......................................................... 150

 

6

 

Les informations recueillies .................................................................................................................... 165

 

6.1

 

Au cours des sessions de jeu de rôles............................................................................................... 165

 

6.2

 

Dans la réalité : description des récits de vie ................................................................................... 178

 

 

P

ARTIE 

3

 

:

 

L

ES RESULTATS OBTENUS

 :

 PERTINENCE ET CONTRIBUTIONS AUX REFLEXIONS DE 

C

OM

M

OD ET DE 

LA SOCIOLOGIE

................................................................................................................................................... 195

 

7

 

Les conditions pratiques de l’usage du jeu de rôles.............................................................................. 195

 

7.1

 

La question du jeu avec des agriculteurs musulmans....................................................................... 195

 

7.2

 

Les acteurs du jeu............................................................................................................................. 201

 

7.3

 

Organisation du jeu .......................................................................................................................... 209

 

8

 

Du jeu à la réalité : analyse des résultats............................................................................................... 215

 

8.1

 

Hypothèse 1 : la représentation schématique du système irrigué est acceptée par les joueurs......... 215

 

8.2

 

Hypothèse 2 : l’

habitus

 et le champ social des acteurs interfèrent avec les rôles des joueurs ......... 221

 

8.3

 

Hypothèse 3 : le jeu est un outil heuristique qui révèle les relations sociales entre les acteurs ....... 262

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

9

 

Les apports du travail pour le groupe ComMod et pour la sociologie................................................ 273

 

9.1

 

Retour vers le terrain........................................................................................................................ 273

 

9.2

 

Retour vers les chercheurs du groupe ComMod. ............................................................................. 284

 

9.3

 

Le jeu de rôles : un nouvel outil de recueil de données sociologiques ? .......................................... 298

 

Conclusion Générale ......................................................................................................................................... 309

 

Références bibliographiques ............................................................................................................................ 321 

Tables des matieres  .......................................................................................................................................... 399 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

 

 

 

 

 

 

P

REAMBULE

 

 

Défendre une thèse c’est justifier la construction d’une question de recherche et l’élaboration 

d’une méthodologie dont l’application permettra d’y apporter un certain éclairage. Mais plus 

encore,  la  rédaction  de  cette  thèse  est  une  étape  clé  dans  un  cheminement  intellectuel  initié 

depuis maintenant huit années. Rédiger cette thèse est le fruit d’un travail commun réalisé en 

France et au Sénégal avec le Cemagref, le Cirad, l’Université Gaston Berger de Saint-Louis et 

l’UJAK  de  Podor,  mon  interprète,  les  étudiants  qui  m’ont  accompagnés  et  les  membres  des 

villages  enquêtés,  c’est  pourquoi  j’emploierai  le  « nous »  discursif  dans  le  corps  de  ce 

document.  Cependant,  en  introduction,  j’utiliserai  la  première  personne  du  singulier  « je » 

pour décrire le chemin parcouru pour aboutir à cette thèse. « Comprendre d’où je viens pour 

savoir où je vais » tel est l’objectif de cette introduction.  

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

10 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

11 

 

I

NTRODUCTION GENERALE

 

 

Construire cette thèse résulte de la convergence de deux éléments :  

-

 

un cheminement professionnel et personnel qui m’a amené à m’intéresser à la gestion 

sociale des ressources naturelles ; 

-

 

des rencontres avec des chercheurs travaillant de manière originale sur ces questions et 

dont la démarche de recherche m’a séduit. 

Aussi, introduire ce travail, (i) c’est d’abord donner au lecteur les éléments pour comprendre 

ma  progression  intellectuelle  pour  arriver  à  travailler  sur  des  problématiques  de  gestion  des 

ressources  naturelles  dans  les  pays  en  développement,  (ii)  c’est  ensuite  expliquer  la 

construction scientifique de mon objet de recherche. L’objectif de cette introduction est donc 

de fournir au lecteur les clés lui permettant de mieux saisir la cohérence, la pertinence et les 

limites du questionnement scientifique construit ici. 

 

 

La construction d’un fil d’Ariane 

 

En  1996,  j’ai  obtenu  mon  diplôme  d’ingénieur  en  agronomie  tropicale  spécialisé  en  gestion 

sociale de l’eau. Au cours de cette année de spécialisation l’analyse socio-anthropologique de 

la  gestion  des  ressources  naturelles  (eau  et  foncier  principalement)  m’a  réellement  séduit. 

Armé de mes connaissances, je comptais après six années d’étude supérieures les mettre aux 

services  d’acteurs  locaux  de  la  gestion  de  systèmes  irrigués  en  participant  à  des  projets  de 

développement travaillant sur cette thématique.  

 

C’est  ainsi  que  je  suis  parti  en  1997  au  Sénégal  pour  travailler  à  l’Institut  Sénégalais  de 

Recherches  Agronomiques  dans  un  projet  de  recherche  centré  sur  la  gestion  de  systèmes 

irrigués dans quatre pays de la zone sahélienne : le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Sénégal. 

Suite  au  désengagement  de  l’État,  le  but  de  celui-ci  était  notamment  d’identifier  les 

contraintes pesant sur la gestion des systèmes irrigués de la vallée du fleuve Sénégal, puis de 

proposer  aux  gestionnaires  locaux  des  moyens  pour  les  aider  à  lever  ces  difficultés.  Ma 

contribution fût d’analyser les systèmes sociaux et les modes de gestion dans deux systèmes 

irrigués  du  delta  du  fleuve  Sénégal.  Une  matrice  foncière  a  ainsi  été  construite  montrant 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

12 

l’évolution  diachronique  des  surfaces  aménagées  et  les  conséquences  de  leur  expansion 

anarchique sur la mise en valeur de l’espace irrigué. Après dix huit mois de terrain me voici 

de  retour  en  France  avec  le  sentiment  d’un  travail  inachevé.  J’avais  certes  répondu  à  la 

demande qui m’avait été formulée dans ma lettre de mission, mais je me rendais compte que 

bon nombre des observations faites sur le terrain n’avaient pas pu être exploitées faute d’une 

connaissance théorique suffisante.  

 

C’est  pourquoi  en  1998,  je  me  suis  inscrit  à  l’EHESS  dans  le  DEA  « Recherches 

comparatives sur le développement ». Cela a été l’occasion de prendre du recul par rapport à 

cette  expérience  sénégalaise  et  de  valoriser  mes  données  de  terrain.  J’ai  tenté  d’analyser  de 

manière  théorique  et  approfondie  le  changement  social  induit  par  l’introduction  d’un 

aménagement hydro-agricole (imposé par l’État) dans une société rurale localisée. Je me suis 

tout  particulièrement  intéressé  aux  relations  entre  l’État  et  le  local  en  matière  de  gestion  du 

foncier dans les systèmes irrigués, montrant ainsi que la relation entre ces deux pouvoirs n’est 

pas  univoque  (l’État  dominant  le  monde  rural).  Elle  est  beaucoup  plus  complexe  que  cela, 

dans  le  sens  où  chaque  partie  possède  des  intérêts  différents  à  entretenir  la  relation  avec 

l’autre. Je comprenais ainsi un peu mieux le « bricolage » (J.E. Innes et D.E. Booher, 1999) 

réalisé  par  les  agriculteurs  et  observé  sur  le  terrain  entre  des  modes  de  gestion  de  l’espace 

irrigué se référant tour à tour au système foncier coutumier ou au système dit « moderne ».  

 

C’est  donc  le  terrain  qui  m’a  amené  à  la  recherche  en  développement.  Cependant,  le  DEA 

bien  que  m’ayant  permis  de  mieux  réfléchir  aux  changements  sociaux  résultant  de 

l’introduction d’une innovation dans un système social m’a laissé sur ma faim. La théorisation 

que j’avais essayée de construire manquait d’implication et n’avait pas permis de fournir aux 

agriculteurs  les  moyens  d’agir  concrètement  sur  leur  environnement,  de  le  modifier  en 

fonction  de  leurs  propres  aspirations,  de  mieux  le  maîtriser.  Comment 

aider  les  acteurs 

locaux  à  mieux  maîtriser  et  gérer  les  ressources  de  leur  territoire

 ?  Cette  question  est 

devenue  pour  moi  fondamentale,  déterminant  un  véritable  fil  d’Ariane  dans  mes  travaux 

actuels de recherche.  

 

En 2000, l’Unité de recherche en irrigation du Cemagref de Montpellier a proposé le sujet de 

thèse suivant : « 

Jeux de rôles et systèmes multi-agents comme outils d’aide à la coordination 

pour  la  gestion  de  l’eau  -  Application  aux  systèmes  irrigués  du  Sénégal  et  à  la  vallée  de  la 

Drôme

 ».  C’était  là  une  opportunité  de  progresser  dans  mes  réflexions  personnelles  en 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

13 

m’engageant  dans  une  recherche  impliquée  dans  le  développement.  C’était  également 

l’occasion  de  travailler  avec  un  outil  original :  le  jeu  de  rôles  qui  paradoxalement  n’est  pas 

souvent considéré comme un objet digne de sérieux. Pire encore, il a longtemps été considéré 

comme un objet de subversion, sectaire, capable de déstabiliser le psychisme d’adolescents en 

mal de sensations fortes (J.-H. Matelly, 1997). En ce qui concerne le jeu dans son acception la 

plus  générale,  des  analyses  ont  été  menées  en  anthropologie  le  plus  souvent  pour    rendre 

compte des structures sociales (C. Béart, 1960; M. Griaule, 1938). Mais de telles analyses ont, 

depuis lors, été abandonnées. Sauf en psychologie où le jeu est considéré comme un outil de 

socialisation  des  enfants  (G.H.  Mead,  1963;  J.  Piaget,  1995),  le  jeu  est  redevenu  un  objet 

ludique sans autre intérêt pour une recherche sociologique sérieuse.  

 

Mais  comment  et  dans  quel  cadre  O.  Barreteau,  F.  Bousquet  et  P.  d’Aquino,  chercheurs  au 

Cemagref et au Cirad, ont-t-ils eu l’idée d’employer des jeux de rôles avec des agriculteurs et 

dans quels objectifs ? Quelles sont les questions que cet usage soulève ?  

 

 

Pourquoi avoir recours au jeu de rôles ? 

 

En  France,  les  jeux  de  rôles  ont  longtemps  eu  une  réputation  sulfureuse  dans  l’opinion 

publique en raison de l’association faite par les journalistes avec des affaires sinistres. Celle 

de  la  profanation  des  tombes  juives  dans  le  cimetière  de  Carpentras  en  1990  attribuée  à  de 

jeunes  rôlistes  désœuvrés  reste  dans  les  mémoires  françaises.  Pour  J.H.  Matelly  cette 

réputation résulte d’un total manque d’informations et d’études sérieuses sur ce que sont les 

jeux de rôles (J.-H. Matelly, 1997). Ce n’est que récemment, avec le développement des jeux 

vidéo sur Internet que les sociologues se sont intéressés aux communautés de joueurs rôlistes 

constituées et à leur objet (L. Trémel, 1999). Du point de vue de l’opinion publique, les jeux 

de  rôles  de  par  les  atmosphères  virtuels  dans  lesquels  ils  déplacent  les  joueurs  semblaient 

n’avoir qu’un intérêt ludique.  

 

Circonscrit dans ce domaine, le lien avec des jeux de rôles utilisés avec des agriculteurs peut 

paraître 

a priori

 incongru. Mais dans différents domaines de recherche –en psychologie avec 

les psychodrames (J.L. Moreno, 1970), en gestion avec les exercices de simulation politique 

(L.  Mermet,  1992,  1993),  en  économie  avec  les  jeux  d’affaires  (T.C.  Schelling,  1960)-  les 

jeux de rôles sous différentes formes sont employés pour tenter d’appréhender la complexité 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

14 

de  processus  psychologiques,  économiques,  politiques.  Aussi  est-il  important  de  préciser 

comment  et  pourquoi  des  chercheurs  du  Cemagref  et  du  Cirad  en  sont  arrivés  à  en  utiliser 

dans leur recherche.  

 

Depuis  quelques  années,  l’usage  d’outils  de  simulation  informatique  de  type  multi-agents 

s’est  développé  pour  traiter  de  questions  liées  à  la  gestion  des  ressources  renouvelables,  de 

l’environnement  et  du  territoire  en  général  (F.  Bousquet

  et  al.

,  1999).  Ces  recherches  ont 

montré  l’intérêt  de  ce  type  de  modèles  pour  un  usage  en  aide  à  la  négociation.  En  fait,  ils 

faciliteraient la constitution d’une représentation commune aux acteurs liés à une ressource et 

l’exploration  de  scénarii.  Mais  elles  ont  montré  leurs  limites  en  termes  de  validation  et 

d’explicitation de leur contenu. Pour cela, suite à des travaux antérieurs sur l’usage des jeux 

de  rôles  pour  des  questions  d’aménagement  du  territoire  (V.  Piveteau,  1995),  un  usage 

conjoint des systèmes multi-agents et des jeux de rôles apparaissait intéressant. Le jeu de rôles 

pourrait  permettre  d’expliciter  le  contenu  d’un  système  multi-agents,  ouvrant  ainsi  la  boîte 

noire  du  modèle  afin  de  le  présenter  à  des  experts  du  système  (acteurs,  chercheurs, 

administration) pour participer à la validation du modèle. Il pourrait constituer également un 

support  de  discussion  sur  une  représentation  commune  du  système  entre  des  acteurs  (O. 

Barreteau

 et al.

, 2001).  

 

Un  modèle,  Shadoc,  a  été  réalisé,  sous  la  forme  d’un  système  multi-agents,  et  utilisé  pour 

questionner  les  liens  entre  modes  de  coordination  entre  paysans  et  viabilité  des  systèmes 

irrigués  (O.  Barreteau,  1998).  Ce  modèle  est  basé  sur  la  représentation  d’un  archétype  de 

système  irrigué  pouvant  exister  dans  la  moyenne  vallée  du  Fleuve  Sénégal  et  une  base  de 

règles collectives et de comportements individuels rencontrés dans ces systèmes. Il a ensuite 

été  traduit  et  simplifié  sous  la  forme  d’un  jeu  de  rôles  afin  de  restituer  aux  paysans  de  la 

vallée du Fleuve Sénégal le travail réalisé à partir d’enquêtes auxquelles ils avaient répondu. 

Au  cours  de  ces  premières  restitutions  les  agriculteurs  ont,  sous  la  forme  d’un  jeu,  mis  en 

scène leurs interactions dans le système irrigué. Cette théâtralisation a suscité un grand intérêt 

des  paysans  enquêtés  (puis  dans  une  seconde  session  des  responsables  d’associations 

d’irrigant invités à leur tour à y participer), provoquant de nombreuses discussions.  

 

Les expériences où jeu de rôles et système  multi-agents sont combinés se sont développées. 

Shadoc,  SelfCormas,  MéjanJeu,  etc.,  sont  maintenant  autant  d’outils  construits  par  des 

chercheurs  de  disciplines  différentes  (économie,  écologie,  anthropologie,  géographie  et 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

15 

informatique)  pour  travailler  sur  la  gestion  des  ressources  naturelles  renouvelables  et  le 

développement  viable.  Ces  combinaisons  sont  vues  comme  un  moyen  de  tester  différentes 

hypothèses  quant  aux  comportements  d’agents  individuels  ou  collectifs  et  quant  à  leurs 

interactions avec leur environnement (autres entités sociales ou écologiques) dynamique. En 

modélisant  les  socio-écosystèmes,  ils  cherchent  à  mieux  comprendre  les  environnements 

complexes étudiés et/ou à appuyer des processus collectifs de décision en situation complexe. 

Une charte a été rédigée par ce groupe de chercheurs pour rendre compte des principes de leur 

recherche (

http://jasss.soc.surrey.ac.uk/6/2/1.html

). 

 

 

Du foisonnement des questions à la construction d’un sujet de thèse 

 

Afin de poursuivre mon fil d’Ariane, j’ai choisi de continuer de m’intéresser au changement 

social induit par l’usage d’un jeu de rôles dans un système social, espérant également que cet 

outil pourrait permettre aux acteurs de mieux maîtriser leur environnement. Les huit premiers 

mois de mon travail de thèse ont donc eu pour objectif de travailler ces différentes questions 

pour en identifier une seule conduisant à ma problématique de thèse.  

 

Les  usages  en  aide  à  la  concertation  posent  un  certain  nombre  de  questions  quant  à  la 

construction  même  du  jeux,  quant  aux  conditions  nécessaires  pour  animer  un  jeu  de  rôles, 

quant  à  l’évaluation  de  leur  influence  sur  la  gestion  réelle  des  systèmes  irrigués :  Quelles 

méthodologies  doit-on  mettre  en  place  pour  construire  ces  modèles,  en  suivre  les  usages 

locaux,  et  évaluer  leurs  impacts  sur  les  dynamiques  locales ?  Ces  méthodes  sont-elles 

transférables sur d’autres sites ? 

 

Les  jeux  de  rôles  et  les  systèmes  multi-agents  sont  des  modes  d’expression  particuliers  de 

modèles  conceptuels.  Comment  alors  peuvent-ils  rendre  compte  de  la  complexité  des 

systèmes réels de gestion des ressources ? Doivent-ils, pour ce faire, intégrer un maximum de 

paramètres pour se rapprocher au plus près de la réalité ? La complexification du jeu de rôles 

ne  risque-t-elle  pas  de  nuire  à  son usage  avec  les  acteurs  locaux ?  Peuvent-ils  « jouer »  leur 

réalité ?  Qu’est-ce  que  « jouer  sa  réalité »  peut  signifier  voire  impliquer  pour  les  acteurs ? 

Toute  réalité  est-elle  jouable,  ne  risque-t-elle  pas  ainsi  d’être  tournée  en  ridicule ?  Quelle 

partie de la réalité est jouée et quelle partie est volontairement ou non évacuée du jeu, par les 

acteurs ou le modélisateur ?  

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

16 

 

Avec ce chapelet de questions c’est peu à peu dégager une problématique générale autour de 

la  relation  entre  le  jeu  et  la  réalité.  Mais  qu’est-ce  que  cette  réalité ?  Comment  peut-on  la 

caractériser ?  En  fait,  il  est  rapidement  apparu  vain  d’essayer  d’en  donner  une  définition 

précise, intangible, dogmatique. Les travaux de P. Watzlawick ou ceux de J. Baudrillard sur la 

réalité m’ont conforté dans cette position (J. Baudrillard, 1981; P. Watzlawick, 1978, 1991). 

« Il  n’existe  pas  de  réalité  absolue,  mais  seulement  des  conceptions  subjectives  et  souvent 

contradictoires de la réalité » (P. Watzlawick, 1978). Pour lui, l’idée d’une réalité universelle 

résulte de la confusion entre deux niveaux de réalité : (i) celle de premier ordre qui réfère aux 

propriétés  physiques,  sensibles  des  choses  et  dont  la  perception  correcte  et  objective  est  de 

l’ordre du sens commun, capable d’être démontrée et répétée scientifiquement ; et (ii) celle du 

second  ordre  qui  concerne  l’attribution  d’une 

signification

  et  d’une  valeur  à  ces  choses  (P. 

Watzlawick,  1978).  Dès  lors, 

la  réalité  n’EST  pas  en  tant  que  tel,  elle  est  un  construit 

individuel, social, scientifique et idéologique

 qui est initiée dès l’enfance et se poursuit tout 

au long de la vie de l’individu (P. Watzlawick, 1991). 

 

Aussi s’interroger sur la relation entre le jeu et la réalité pose un certain nombre de difficultés. 

Elle impose notamment de définir l’angle à partir duquel je souhaite l’observer pour atteindre 

si ce n’est le second ordre au moins le premier. C’est ainsi que ma problématique de thèse a 

pris  forme,  en  me  focalisant  sur  la  question  suivante :  « 

existe-t-il  des  relations  entre  les 

comportements des joueurs dans le jeu de rôles et dans la réalité ?

 ». Le regard était ainsi 

porté sur les interactions entre les individus, et la réalité circonscrite aux modes de gestion des 

ressources dans un système irrigué. 

 

 

Présentation du plan de la thèse  

 

La thèse a pris une tournure méthodologique forte, cherchant à construire une argumentation 

cohérente susceptible de rendre compte d’abord de la pertinence du questionnement et ensuite 

de  la  nature  de  la  relation  éventuelle  entre  jeu  et  réalité.  La  méthode  forgée  devrait  être 

suffisamment robuste pour être reproductible (avec des adaptations marginales) sur un autre 

site. Elle a été construite en trois parties : la première dresse le cadre générale de la thèse, la 

seconde montre la construction de la méthodologie, et la dernière discute les résultats obtenus 

suite à son application dans deux systèmes irrigués. 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

17 

 

La 

partie  1

  détermine  le  contexte  scientifique  de  notre  recherche  qui  s’est  développée  en 

réponse  aux  réflexions  des  chercheurs  du  groupe  ComMod  (pour 

Companion  Modelling 

approach

  ou  modélisation  d’accompagnement)  placés  dans  un  contexte  de  recherche-

développement. Le premier chapitre permet ainsi de présenter différentes expériences d’usage 

de  jeux  de  rôles  et  de  systèmes  multi-agents  avec  les  acteurs  locaux  afin  d’expliciter  les 

hypothèses et les principes qu’ils suivent lors de la modélisation des socio-écosystèmes, cette 

démarche étant appelée modélisation d’accompagnement. Ce premier chapitre se termine par 

une présentation des objets intermédiaires du groupe ComMod : systèmes multi-agents et jeux 

de rôles. Ensuite, l’utilisation de ces outils pose un certain nombre de questions relatif à leur 

usage dans des processus locaux de concertation avec les acteurs locaux que nous cherchons à 

déconstruire  au  cours  du  second  chapitre.  L’objectif  de  ce  second  chapitre  est  donc  de  bâtir 

une  problématique  qui  fasse  sens  du  point  de  vue  sociologique  et  permette  ainsi  de 

s’approprier les questionnements de ces chercheurs. Enfin, le troisième chapitre termine cette 

première partie en se focalisant sur une des expériences du groupe ComMod : le jeu de rôles 

Njoobaari ilnoowo

1

 développé dans les systèmes irrigués de la vallée du fleuve Sénégal.  

 

La 

partie  2

  présente  la  méthodologie  construite  pour  tester  notre  problématique  et  les 

informations recueillies suite à son application dans deux systèmes irrigués, l’un dans le delta 

et  l’autre  dans  la  moyenne  vallée  du  fleuve  Sénégal.  Ainsi,  le  chapitre  4  décrit  trois 

hypothèses forgées pour répondre à notre problématique qui cherche à mieux comprendre la 

relation  entre  le  jeu  et  la  réalité.  Ces  trois  hypothèses  constituent  trois  étapes  de  la 

démonstration  proposée.  C’est  pour  tester  ces  hypothèses  qu’une  méthodologie  est 

développée.  Elle  s’appuie  sur  une  analyse  de  systèmes  sociaux  locaux  de  gestion  des 

ressources  naturelles  renouvelables  et  sur  l’analyse  de  séances  de  jeu  avec  des  acteurs 

appartenant à ces mêmes sociétés. Les méthodes mobilisées nécessitent d’être contextualisées. 

Le  chapitre  5  dépeint  le  contexte  social  de  l’usage  du  jeu 

Njoobaari  ilnoowo

  en  précisant 

l’histoire  d’installation  du  peuplement,  les  institutions  villageoises  actuelles  et  les  modes  de 

gestion  sociale  de  l’irrigation  dans  chacun  des  deux  sites :  Wuro-Madiu  (dans  la  moyenne 

vallée) et Thiago (dans le delta). Le chapitre 6 présente les données recueillies au cours des 

sessions de jeu de rôles et dans la réalité lors des récits de vie. 

 
                                                 

1

  Expression  pulaar  signifiant  le  « baise-en-ville  de  l’irrigant »,  c’est-à-dire  le  minimum  qu’un  irrigant  doit 

emmener avec lui pour travailler sur les champs. 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

18 

Le  matériel  et  la  méthode  étant  présentés,  la 

partie  3

  analyse  les  résultats  et  engage  la 

discussion sur la pertinence des hypothèses et sur l’intérêt de notre questionnement du point 

de  vue  de  la  socio-anthropologie.  Le  chapitre  7  analyse  les  paramètres  formels  du  jeu :  les 

acteurs (joueurs, animateurs et observateurs) et les conditions pratiques de l’organisation des 

sessions de jeu. Le chapitre 8 analyse les résultats obtenus au regard de nos trois hypothèses. 

Il  met  à  l’épreuve  la  pertinence  de  notre  problématique  en  analysant  la  relation  entre  jeu  et 

réalité selon différents angles : domaines ludique et réel, interactions collectives et points de 

vue  individuels.  La  première  section  du  chapitre  9  montre  en  quoi  notre  travail  permet 

d’avancer  sur  une  question  essentielle  du  point  de  vue  de  la  socio-anthropologie  du 

développement, celle du syncrétisme entre systèmes  fonciers coutumier et moderne dans les 

systèmes irrigués. Puis, nous discutons notre contribution aux travaux des membres du groupe 

ComMod en apportant un point de vue réflexif sur la modélisation d’accompagnement. Enfin, 

nous  montrons  que  le  jeu  de  rôles  constitue  un  renouvellement  des  outils  socio-

anthropologiques d’investigation du champ social.  

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

19 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partie 1 : 

 

Des réflexions des chercheurs sur l’usage de 

jeux de rôles en milieu réel… 

 

 

 

 

 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

20 

 

PARTIE 1 : DES REFLEXIONS DES CHERCHEURS SUR L’USAGE DE JEUX DE ROLES EN MILIEU 
REEL ....................................................................................................................................................................21

 

 

1

 

Les réflexions du groupe ComMod sur l’usage de modèles pour accompagner la gestion des 

ressources naturelles renouvelables

.............................................................................................................21

 

1.1

 

D

ES EXPERIENCES MULTIPLES D

USAGES CONJOINTS DES 

SMA

 ET JEUX DE ROLES

.............................21

 

1.1.1

 

Présentation rapide de quelques expériences du groupe ComMod ...............................................21

 

1.1.2

 

Bilan de ces expériences : les principes et les hypothèses .............................................................26

 

1.2

 

P

OURQUOI LE GROUPE 

C

OM

M

OD UTILISE

-

T

-

IL DES MODELES POUR QUESTIONNER LA 

GRNR ? .........28

 

1.2.1

 

Pour rendre compte de la complexité de la gestion des ressources naturelles et renouvelables...28

 

1.2.2

 

Modéliser pour limiter la part de “learning by doing” .................................................................29

 

1.2.3

 

Une modélisation « ascendante » pour favoriser l’autonomisation des acteurs locaux................29

 

1.3

 

C

OMMENT LES MEMBRES DU GROUPE 

C

OM

M

OD MODELISENT

-

ILS

 ? ...................................................31

 

1.3.1

 

Modélisation de la GRNR. .............................................................................................................31

 

1.3.2

 

La Charte de la modélisation d’accompagnement.........................................................................34

 

1.4

 

D

ES OBJETS INTERMEDIAIRES AUX QUESTIONS DES CHERCHEURS

.......................................................37

 

1.4.1

 

Les objets intermédiaires du groupe ComMod ..............................................................................38

 

1.4.2

 

Synthèse des questions posées par l’usage de jeu de rôles dans processus de concertation. ........43

 

 

2

 

De la déconstruction des questions des chercheurs ComMod à la construction d’une 

problématique sur l’usage des jeux de rôles

...............................................................................................47

 

2.1

 

Q

UELS PROBLEMES CETTE DISTANCE ENTRE LA REPRESENTATION DU MODELISATEUR ET LES 

REPRESENTATIONS DES ACTEURS PEUT

-

ELLE AVOIR SUR LA CONCERTATION QUAND CES MODELES SONT UTILISES 

AVEC DES ACTEURS LOCAUX

 ?...........................................................................................................................47

 

2.1.1

 

Les représentations sociales ..........................................................................................................48

 

2.1.2

 

Pour une clarification des concepts de négociation et de concertation.........................................52

 

2.1.3

 

Qui participe à la négociation ? ....................................................................................................55

 

2.2

 

Q

UELS CHANGEMENTS DU SYSTEME ETUDIE PEUVENT ETRE INDUITS PAR L

USAGE DE CES MODELES ET 

VICE VERSA

 ? ......................................................................................................................................................57

 

2.2.1

 

Introduction d’une innovation et changement social.....................................................................58

 

2.2.2

 

Vers notre question de problématique ...........................................................................................59

 

2.3

 

S

IMULACRE

,

 REALITE

 :

 VERS UNE SCHIZOPHRENIE DES ACTEURS

 ? .....................................................63

 

 

3

 

Le jeu de rôles 

Njoobaari ilnoowo

 utilisé dans les systèmes irrigués de la vallée du fleuve 

Sénégal.

................................................................................................................................................................67

 

3.1

 

C

ONTEXTE DE LA CONSTRUCTION DU JEU DE ROLES 

N

JOOBAARI ILNOOWO

.

.........................................67

 

3.1.1

 

Le problème de la viabilité des systèmes irrigués dans la vallée du fleuve Sénégal......................67

 

3.1.2

 

Un SMA pour appréhender les modes de coordination dans les systèmes irrigués.......................76

 

3.2

 

V

ERS LE JEU DE ROLES 

N

JOOBAARI ILNOOWO

.......................................................................................83

 

3.2.1

 

Du SMA Shadoc au jeu de rôles Njoobaari ilnoowo .....................................................................83

 

3.2.2

 

Le jeu de rôles Njoobaari ilnoowo.................................................................................................85

 

3.3

 

R

ETOUR VERS LE MODELISATEUR

 :

 LE SYSTEME IRRIGUE VU PAR LE CHERCHEUR

. ..............................89

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

21 

 

Partie 1  :

 

D

ES  REFLEXIONS  DES  CHERCHEURS  SUR  L

USAGE  DE 

JEUX DE ROLES EN MILIEU REEL

… 

1

 

L

ES  REFLEXIONS  DU  GROUPE 

C

OM

M

OD  SUR  L

USAGE  DE 

MODELES  POUR  ACCOMPAGNER  LA  GESTION  DES  RESSOURCES 

NATURELLES RENOUVELABLES

 

 

En 1994, une équipe pluridisciplinaire de recherche est constituée pour travailler sur la gestion 

des ressources naturelles renouvelables (GRNR). Cette étape est le premier pas d’une réflexion 

collective  qui  aboutit  en  2003,  après  la  réalisation  de  multiples  travaux  combinant  l’usage  de 

jeux de rôles (JdR) et de systèmes multi-agents (SMA), à la publication d’une charte clarifiant la 

posture  scientifique  des  membres  signataires :  le  groupe  ComMod.  En  tant  que  signataire  de 

cette  charte  notre  travail  de  recherche  s’inscrit  dans  ce  contexte  de  réflexion.  Le  but  de  ce 

chapitre  est  d’expliciter  leurs  hypothèses  et  de  préciser  les  principes  sur  lesquels  leurs  travaux 

sont fondés en (i) décrivant différentes expériences de modélisation utilisant les SMA et les JDR, 

(ii) en analysant les raisons pour lesquelles ces chercheurs ont opté pour une modélisation de la 

GRNR, (iii) en présentant les principes auquel se rattache leur manière de modéliser, (iv) et en 

soulignant les questions posées par la modélisation participative à l’aide des SMA et JDR.  

 

1.1  Des  expériences  multiples  d’usages  conjoints  des  SMA  et  jeux 

de rôles  

1.1.1  Présentation rapide de quelques expériences du groupe ComMod  

Les  quelques  expériences  présentées  ici  montrent  que  l’usage  conjoint  de  SMA  et  de  JDR 

peuvent  permettre  non  seulement  d’acquérir  de  la  connaissance  sur  les  systèmes  étudiés,  mais 

également  d’aider  les  acteurs  locaux  à  réfléchir  sur  certains  de  leurs  problèmes  de  gestion, 

réalisant ainsi un pas supplémentaire vers leur résolution. 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

22 

 

Shadoc : d’un SMA pour comprendre à un jeu de rôles pour faciliter la discussion entre 

acteurs 

La première expérience réalisée est celle issue d’une interrogation sur les problèmes de viabilité 

des  systèmes  irrigués  de  la  vallée  du  fleuve  Sénégal.  Les  résultats  techniques  et  économiques 

sont  bien  en  deçà  des  seuils  de  rentabilité  des  aménagements  hydro-agricoles.  L’objectif  de  ce 

travail  a  été  de  voir  si  la  viabilité  des  systèmes  irrigués  pouvait  être  liée  aux  modes  de 

coordination  entre  acteurs.  Un  système  irrigué  virtuel  a  ainsi  été  construit.  Le  SMA  Shadoc

2

 

synthétise les résultats d’enquêtes menées dans plusieurs systèmes irrigués de la moyenne vallée 

du fleuve Sénégal. Il est un archétype de système irrigué et n’en représente donc pas un réel en 

particulier.  Puis,  différents  scénarii  ont  été  testés  dans  lesquels  les  règles  collectives  et  les 

comportements  individuels  des  irrigants  étaient  pris  en  compte  pour  faire  évoluer 

l’environnement hydro-agricole (O. Barreteau et F. Bousquet, 2000a). Désireux de restituer son 

travail aux agriculteurs enquêtés, de valider son modèle (O. Barreteau et F. Bousquet, 1999) et 

donc d’expliciter « la boîte noire » du SMA, l’auteur a conçu un jeu de rôles, version simplifiée 

du modèle informatique (O. Barreteau

 et al.

, 2001).  

 

Ce  jeu  a  été  joué  par  différents  types  d’agriculteurs  responsables  ou  non  de  la  gestion.  Ces 

séances de jeux ont montré, malgré la schématisation de la représentation proposée, la pertinence 

de cet outil pour favoriser la discussion entre acteurs sur la gestion de leur système irrigué. 

 

 

Stratagènes :  un  jeu  de  rôles  assisté  d’un  SMA  pour  préparer  les  acteurs  à  la 

négociation 

Une  seconde  expérience  a  été  réalisée  à  Madagascar  pour  la  gestion  des  ressources 

phytogénétiques transférées au niveau des communautés locales par contractualisation. Le jeu de 

rôles  Stratagènes  a  été  construit  pour  mettre  à  la  disposition  des  opérateurs  du  développement 

(représentants  locaux,  agriculteurs,  forestiers,  ONGs,  scientifiques,  etc.)  les  connaissances 

nécessaires  à  la  gestion  d’espèces  phytogénétiques  particulières.  Conçu  dans  le  cadre  d’une 

démarche patrimoniale développée au sein de la politique de gestion environnementale appelée 

GELOSE

3

, le jeu amène les joueurs à négocier sur des objectifs de court, moyen et long termes, 

enjeux des décisions prises au niveau individuel ou collectif. Différentes sessions ont été menées 

                                                 

2

 Simulateur Hydro-Agricole Décrivant les modes d’Organisation et de Coordination. 

3

  GEstion  LOcale  SEcurisée  (GELOSE)  des  ressources  renouvelables  et  du  foncier  est  une  composante  de  la 

politique  malgache  de gestion  de  l’environnement  initiée  dans  le  cadre du  Plan  Environnemental  II.  La  médiation 
patrimoniale y était prévue ici comme une étape de la démarche d’élaboration de contrats négociés pour le transfert 
de la gestion des ressources depuis l’État vers les communautés. 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

23 

auprès de scientifiques de disciplines différentes pour identifier les informations nécessaires à la 

gestion  de  ces  ressources.  Ce  jeu  utilise  un  SMA  pour  simuler  les  dynamiques  biologiques, 

économiques, spatiales et temporelles résultant des décisions prises par les joueurs (S. Aubert

 et 

al.

, 2002).  

 

L’association  du  jeu  et  du  SMA  a  pour  l’instant  permis  (i) d’améliorer  la  connaissance  sur  la 

gestion  des  ressources  phytogénétiques  malgaches  en  intégrant  des  données  en  provenance  de 

différentes disciplines (foresterie, droit, sociologie, …), (ii) de mieux appréhender les processus 

de  décision  en  partageant  les  pratiques  locales  de  gestion  et  en  explicitant  les  représentations 

multiples des ressources qui y sont liées (F. Bousquet

 et al.

, 2002).  

 

 

Sylvopast : un SMA et un jeu développés pour sensibiliser, échanger des représentations 

et former des acteurs. 

Le  SMA  Sylvopast  a  été  conçu  pour  travailler  sur  la  gestion  d’espaces  sylvopastoraux  dans  le 

cadre  de  programmes  de  prévention  des  incendies  dans  les  espaces  méditerranéens.  Il  cherche 

(i) à représenter les dynamiques spatiales des zones sylvopastorales en les reliant aux stratégies 

de gestion des ressources forestières développées, d’une part par les éleveurs et, d’autre part, par 

les  forestiers,  (ii) à  déterminer  les  formes  de  coopération  acceptables  pour  ces  deux  types 

d’acteurs  pour  une  gestion  à  moyen  voire  à  long  terme  des  ressources,  et  (iii) à  déterminer  la 

structure spatiale la plus adéquate au regard des objectifs de ces deux usagers. Une forêt virtuelle 

a été créée à partir de la combinaison de strates arborées (arbre, buisson, herbe) ayant chacune un 

intérêt différent pour chaque type d’usagers. Les points de vue des forestiers et des éleveurs sur 

les ressources sont modélisés. Les forestiers gèrent la forêt dans le long terme comme un espace 

de protection de certaines espèces et de récréation pour les touristes. Les éleveurs y voient plutôt 

des  zones  de  pâture  dont  les  potentialités  varient  à  court  terme  en  fonction  notamment  des 

conditions  climatiques  et  de  la  gestion  des  assolements  culturaux.  L’espace  est  divisé  en  2500 

cellules.  8  strates  possibles  sont  représentées.  La  dynamique  écologique  du  couvert  végétal  est 

simulée en relation avec différentes méthodes de gestion proposées aux usagers. Le SMA intègre 

des probabilités de départ spontané de feu et de propagation des incendies en fonction du type de 

strates arborées présentes (M. Etienne, 2002).  

 

Ce  n’est  qu’ensuite  que  le  jeu  de  rôles  Sylvopast  a  été  conçu  comme  un  support  pédagogique 

dans  des  programmes  de  formation  sur  le  sylvopastoralisme.  Deux  joueurs,  l’un  forestier  et 

l’autre éleveur, gèrent un même espace avec des représentations qui leur sont propres. A chaque 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

24 

tour de jeu, les joueurs doivent justifier leurs options de gestion. Les nombreuses sessions de jeu 

réalisées  ont  permis  d’améliorer  les  représentations  et  les  interactions  des  fermiers  et  des 

forestiers en négociation pour la gestion de cet espace commun. La simplification des règles du 

SMA,  la  réduction  des  échelles  spatiales  et  temporelles  et  le  choix  d’indicateurs  faciles  à 

identifier  par  les  joueurs  ont  été  nécessaires  pour  rendre  le  jeu  attractif  tout  en  conservant  la 

complexité des interactions présentes dans le modèle informatique (M. Etienne, 2002).  

 

Avec  des  responsables  forestiers  et  des  éleveurs,  le  jeu  de  rôles  Sylvopast  a  été  utilisé  comme 

support didactique pour leur montrer les contraintes et les enjeux de la gestion de chaque partie 

(au besoin en inversant leurs rôles réels dans le jeu). Avec des techniciens des services forestiers 

français  et  de  l’élevage  impliqués  dans  une  même  opération  de  développement,  le  jeu  de  rôles 

devait permettre d’identifier les stratégies de gestion de chaque partie et d’établir une typologie 

des tactiques de négociation utilisées. Enfin, avec des joueurs novices en matière de foresterie ou 

d’élevage,  l’objectif  était  cette  fois  de  tester  la  clarté  des  règles  du  jeu,  leur  cohérence,  et  la 

capacité du jeu à les mettre dans la peau des acteurs réels pour qu’ils saisissent mieux les enjeux 

de gestion d’un espace sylvopastoral (M. Etienne, 2002).  

 

Ces  multiples  séances  de  jeu  ont  montré  l’intérêt  de  cet  outil  à  des  fins  pédagogiques,  de 

sensibilisation,  de  partage  des  représentations  entre  acteurs  réels.  Dans  certaines  zones  où  ces 

outils ont été utilisés des plans sylvopastoraux de gestion ont été mis en place ensemble par des 

éleveurs et des forestiers (F. Bousquet

 et al.

, 2002). 

 

 

Samba :  un  SMA  pour  échanger,  un  jeu  pour  alimenter  le  SMA  et  une  validation  « à 

dires d’acteurs » et « par les actions d’acteurs » 

L’objectif  général  du  projet  était  de  promouvoir  une  gestion  durable  des  ressources  naturelles 

depuis l’échelle locale jusqu’au niveau régionale dans la province montagneuse de Bac Kan au 

nord  du  Vietnam.  Le  SMA  Samba  a  été  développé  pour  mieux  comprendre  les  dynamiques 

agricoles  et  leurs  conséquences  sur  l’occupation  du  sol.  Un  premier  modèle  Samba  a  été 

construit avec les chercheurs de plusieurs disciplines pour tester différentes hypothèses quant à la 

différenciation des ménages à la fin de la période coopérative dans la commune de Xuat Hoa. Ce 

premier modèle a été un outil de recherche permettant de partager des représentations et de faire 

discuter  les  chercheurs  sur  leur  représentation  spécifique  des  systèmes  étudiés  (F.  Bousquet

  et 

al.

, 2002).  

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

25 

Les difficultés de la validation d’un tel modèle « à dires d’experts » ont amené les créateurs de 

Samba  à  construire  un  second  SMA  en  faisant  participer  les  acteurs  locaux  dès  la  phase  de 

conception.  Un  jeu  de  rôles  a  ainsi  été  créé  pour  pouvoir  mettre  les  acteurs  en  situation  et 

collecter lors de leurs actions les informations nécessaires à la conception du second SMA. Ce 

jeu  représente  un  espace  virtuel  composé  de  1600  cubes  dont  chaque  face  représente  six 

occupations différentes de l’espace. Les joueurs tirent au hasard la composition de leur ménage 

qui détermine leurs besoins en nourriture, leur force de travail, une dotation en champ de riz et 

en bœufs (pour les travaux du sol). Les joueurs doivent alors proposer différentes activités et les 

conduire  afin  de  subvenir  aux  besoins  du  ménage  en  développant  leurs  propres  stratégies 

d’occupation  de  l’espace.  Une  fois  construit  ce  second  SMA  est  ensuite  présenté  aux  joueurs 

pour le valider et initier des discussions sur la gestion de l’espace (F. Bousquet

 et al.

, 2002).  

 

L’association  des  SMA  et  du  jeu  de  rôles  (i) a  montré  ici  sa  pertinence  pour  récolter  des 

informations sur les stratégies d’occupation du sol et les valider par les dires et les actions des 

acteurs, (ii) a permis de travailler sur les comportements individuels et les processus collectifs de 

changement  des  règles  sociales,  et  (iii) a  prouvé  son  intérêt  à  favoriser  la  discussion  et  les 

échanges  entre  agriculteurs,  agriculteurs  et  chercheurs,  et  entre  chercheurs  (F.  Bousquet

  et  al.

2002). 

 

 

SelfCormas :  une  construction  de  modèles  par  les  acteurs  pour  tester  des  scénarii  de 

gestion du territoire. 

Cette expérience a été menée dans le delta du fleuve Sénégal dans le cadre du projet POAS

4

. En 

appui à la politique de décentralisation, le but du projet était d’aider les autorités rurales locales 

et la population dans la gestion durable du territoire en prenant en compte les différents modes 

d’occupation du sol (agriculture, élevage, environnement, etc.). L’originalité de ce travail est de 

fournir aux acteurs locaux les moyens nécessaires pour simuler selon leurs besoins les différentes 

phases  du  processus  de  décision  afin  d’organiser  eux-mêmes  la  gestion  de  leur  territoire  (P. 

Aquino (d')

 et al.

, 2002c). Deux objectifs ont été assignés à ce travail : (i) tester la conception du 

SMA  directement  avec  les  acteurs  locaux,  (ii) étudier  l’utilisation  d’un système  d’informations 

géographiques  avec  la  société  locale  de  développement  (SAED

5

)  pour  aider  et  modéliser  les 

processus de décision en réponse aux besoins exprimés des acteurs.  

 

                                                 

4

 Plan d’Occupation et d’Affectation des Sols. 

5

 Société d’Aménagement et d’Exploitation des terres du Delta, des vallées de la Falémé et du fleuve Sénégal. 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

26 

Le  SMA  et  le  jeu  de  rôles  ont  été  élaborés  simultanément.  Le  Conseil  rural,  en  charge  de  la 

gestion décentralisée du territoire, a identifié les personnes ressources. Puis, des membres de la 

population locale ont déterminé le thème du jeu, les règles indispensables pour son déroulement, 

les  indicateurs  représentant  les  ressources  nécessaires  et  leur  dynamique.  Le  problème  de  la 

gestion  partagée  de  l’espace  entre  agriculteurs  et  éleveurs  a  été  le  thème  identifié.  Après  avoir 

fixé les règles du jeu, il a été joué. Un modèle SMA reprenant ces règles a été conçu dans la nuit 

suivant le jeu grâce à la plate forme Cormas

6

. Le modèle informatique a ensuite été utilisé avec 

les joueurs pour simuler différents scénarii de gestion de l’espace (P. Aquino (d')

 et al.

, 2002b).  

 

Cette  expérience  a  montré  que  le  jeu  de  rôles  pouvait  (i) être  construit  directement  par  les 

acteurs,  (ii) permettre  aux  acteurs  locaux  d’accéder  directement  au  modèle  SMA  et  d’en 

interpréter  les  résultats  tout  en  demeurant  conscients  de  leurs  limites,  et  (iii)  de  favoriser  les 

discussions à partir des scénarii sur la gestion réelle de leur territoire (F. Bousquet

 et al.

, 2002). 

 

1.1.2  Bilan de ces expériences : les principes et les hypothèses 

Les divers exemples du groupe ComMod montrent les différents usages des outils SMA et jeu de 

rôles  pour  modéliser  la  GRNR.  Ces  chercheurs  interviennent  dans  le  cadre  de 

processus  de 

décision

  relatifs  à  la  gestion  locale  des  ressources  naturelles.  Dans  toutes  ces  expériences,  les 

acteurs  interviennent  (dans  des  proportions  diverses)  comme  partenaires  dans  la  démarche  de 

modélisation.  Cette  modélisation  se  veut  donc  participative.  Elle  n’est  pas  une  fin  en  soi  mais 

elle répond à différents usages possibles de ces modèles : discussion, recherche, formation. 

 

Du point de vue des chercheurs, il apparaît que le jeu de rôles et le SMA peuvent être utilisés de 

façon combinée pour améliorer leur connaissance des systèmes étudiés. Ainsi, ils permettent de 

récolter  et  de  synthétiser  des  informations  sur  les  dynamiques  écologiques  et  sociales 

(comportement individuel, règles collectives, mécanismes sociaux d’évolution des règles) en jeu 

pour gérer les ressources. Ils facilitent l’échange de point de vue entre chercheurs de disciplines 

différentes  en  intégrant  des  hypothèses  de  corpus  différents  et  en  les  mettant  en  cohérence.  Le 

                                                 

6

 

COmmon-pool Resources and Multi-Agent Systems. Cormas est un environnement de programmation permettant 

la construction de modèles de simulation multi-agents. Cormas facilite le travail de construction du modèle en 
proposant au sein de trois modules des éléments prédéfinis.

 

(cf

. http://cormas.cirad.fr/)

 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

27 

jeu de rôles peut alors servir à expliciter la boîte noire du modèle informatique et à en valider les 

hypothèses par l’action des acteurs mis en situation de jeu.  

 

Du  point  de  vue  des  acteurs,  l’association  du  jeu  et  du  SMA  favorise  les  discussions  et 

constituent  une  première  étape  vers  un  partage  des  représentations  entre  les  divers  acteurs  du 

système.  La  participation  aux  séances  de  jeu,  avec  ou  non  un  SMA,  est  aussi  l’occasion  de 

sensibiliser les  acteurs  à  certaines  problématiques  de  la  gestion  (notamment  par  les  projections 

de  scénarii  dans  le  long  terme),  de  les  former  à  de  nouvelles  méthodes,  de  les  amener  à 

développer  des  relations  nouvelles  de  partenariat  avec  les  services  de  développement  et  les 

chercheurs et ainsi devenir maître d’œuvre dans les projets de développement local. 

 

Ces  différents  exemples  montrent  toujours  une  modélisation  conjointe  de  la  dynamique 

écologique des ressources et des dynamiques sociales entre des acteurs interagissant directement 

entre  eux  ou 

via

  les  ressources.  Le  cadre  général  est  toujours  des  questionnements  relatifs  à  la 

viabilité de la GRNR. L’exhaustivité de la représentation n’est pas recherchée. Ainsi, l’ensemble 

des  ressources  présentes  sur  un  même  espace  n’est  pas  nécessairement  modélisé.  Le 

modélisateur  fait  le  choix  d’en  représenter  certaines  en  fonction  de  l’objectif  qu’il  recherche 

quant à l’usage de ces outils et de la perception qu’ont les auteurs des ressources à considérer. 

 

Dans toutes ces expériences d’usage conjoint de SMA et de JDR, une certaine diversité quant à 

la place de ces outils dans le processus de modélisation apparaît. P. d’Aquino 

et al

. montrent que 

ces  expériences  diffèrent  notamment  selon  leur  position  sur  deux  axes :  le  premier  relatif  à  la 

connaissance  acquise  par  les  acteurs  ou  les  chercheurs  sur  les  acteurs  et  les  modes  locaux  de 

gestion  des  ressources,  et  le  second  relatif  à  la  réalité  implicite  ou  explicite  que  ces  modèles 

cherchent  à  représenter  (P.  Aquino  (d')

  et  al.

,  2002a).  Deux  buts  sont  ainsi  assignés  à  ces 

modèles : outil de recherche pour acquérir de la connaissance sur un système ou pour apporter de 

l’information  aux  protagonistes  d’un  processus  de  décision,  ou  outil  destiné  à  appuyer  un 

processus  de  concertation  autour  de  la  GRNR.  Quelque  soit  l’objectif  recherché, 

la

 

représentation  d’une  certaine  réalité  demeure  une  préoccupation  de  ces  modélisateurs

.  Il 

ne s’agit pas là de reproduire la réalité. 

 

 

Les problématiques de la participation (qui participe à la modélisation, qui représentent-ils, quels 

sont les enjeux implicites ou explicites, quelle place occupe le jeu dans l’arène de l’action,…) et 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

28 

de  la  représentativité  des  modèles  (le  modèle  doit-il  être  la  réplique  de  la  réalité,  doit-il 

représenter la réalité implicite ou explicite,…) ressortent de la présentation de ces expériences. 

Pour éclairer ces exemples de modélisation et mieux saisir principes et hypothèses auxquels ces 

chercheurs  se  réfèrent,  il  convient  d’abord  de  s’interroger  sur  les  raisons  de  ce  recours  à  la 

modélisation. 

 

1.2  Pourquoi  le  groupe  ComMod  utilise-t-il  des  modèles  pour 

questionner la GRNR ? 

 

Les  expériences  décrites  précédemment  montrent  que  les  chercheurs  du  groupe  ComMod 

travaillant  sur  la  viabilité  des  modes  de  GRNR  fondent  leurs  recherches  sur  la  modélisation. 

Voyons donc pourquoi. 

 

1.2.1  Pour rendre compte de la complexité de la gestion des ressources naturelles et 

renouvelables. 

Les  ressources  naturelles  renouvelables  sont  soumises  à  une  grande  variabilité  naturelle  ou 

d’origine  anthropique.  Les  écosystèmes  sont  complexes  parce  que  le  moindre  changement  des 

conditions  initiales  modifie  la  trajectoire  d’ensemble  du  système.  Les  écosystèmes  naturels 

existent dans des gammes d’échelles spatiales et temporelles variables : rien de comparable entre 

la gestion d’un forestier sur plusieurs siècles et celle de réserves halieutiques susceptibles d’être 

épuisées en quelques décennies (J. Weber et D. Bailly, 1993).  

 

Une autre source de la complexité de la GRNR réside dans la multiplicité des acteurs impliqués. 

Les interactions entre sociétés et ressources peuvent impliquer des structures collectives ou des 

individus.  Ces  multiples  acteurs,  éléments  d’un  même  système  social,  sont  le  produit  d’une 

histoire et sont mus par des intérêts personnels ou communs. Ils occupent des positions sociales 

et  se  comportent  en  fonction  de  rôles  et  de  règles  collectives.  Sur  une  même  ressource,  les 

acteurs peuvent ainsi avoir des 

points de vue multiples

. Ils interviennent dans les processus de 

décision  avec  des  niveaux  d’« engagement »  variés.  Ces  processus  de  décision  autour  de  la 

ressource s’effectuent sur des pas de temps variables. 

 

La GRNR est complexe, dynamique et multidimensionnelle. En conséquence, chaque acteur peut 

avoir un point de vue différent sur une même ressource. Dans ce cas, comment gérer ensemble 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

29 

cette ressource sans que des conflits d’intérêt n’apparaissent ? La modélisation a été privilégiée 

par les membres du groupe ComMod comme un moyen de prendre en charge la complexité de la 

GRNR et de favoriser l’

échange de points de vue différents

 

1.2.2  Modéliser pour limiter la part de “learning by doing” 

Dans  les  méthodes  participatives  de  développement,  les  expériences  réalisées  ont  bien  souvent 

fonctionné par tâtonnement utilisant parfois la population cible comme population « cobaye » en 

sous estimant l’ensemble des conséquences sociales et économiques de leurs interventions dans 

les sociétés locales, régionales ou nationales (P. Aquino (d'), 2002; J.-P. Chauveau, 1994; J.-P. 

Olivier de Sardan, 1995; J.N. Pretty, 2000).  

 

La modélisation a été privilégiée par les membres de l’équipe comme un moyen de limiter la part 

du  « 

learning  by  doing

 »  dans  la  mise  en  œuvre  des  projets  de  recherche-développement.  La 

modélisation

  est  définie  comme  « 

toute  action  d’élaboration  et  de  construction  susceptible  de 

rendre  intelligible  un  phénomène  perçu  comme  complexe  et  d’amplifier  le  raisonnement  de 

l’acteur  projetant  une  intervention  délibérée,  notamment  par  l’anticipation  des  conséquences 

des projets d’action possible 

» (J.-L. Le Moigne, 1990). La modélisation est ainsi utilisée comme 

un  moyen  pour  mieux  appréhender  les  systèmes  complexes,  objets  de  recherche  du  groupe 

ComMod.  Ils  ont  ainsi  développé  des  modèles  de  gestion  des  ressources  conçus  comme  des 

sortes  de  laboratoires  virtuels.  Dans  ceux-ci  est  testée  la  cohérence  d’hypothèses  sur  les 

comportements  individuels  ou  collectifs,  d’humains  ou  de  non-humains,  en  interaction 

dynamique  pour  explorer  l’évolution  de  ces  systèmes  complexes.  Ces  hypothèses  peuvent  être 

issues de plusieurs disciplines.  

 

1.2.3  Une  modélisation  « ascendante »  pour  favoriser  l’autonomisation  des  acteurs 

locaux 

Que ce soit pour la construction des SMA ou des JDR, les membres du groupe ComMod placent 

les  acteurs  locaux  au  centre  du  processus  de  modélisation.  Il  s’agit  donc  d’une  modélisation 

participative  ascendante  (P.  Aquino  (d'),  2002).  Ces  chercheurs  tentent  ainsi  de  les  intégrer  le 

plus  tôt  possible  dans  le  processus  de  modélisation.  Pour  P.  d’Aquino,  ces  acteurs  sont  les 

créateurs du premier modèle construit : le jeu de rôles SelfCormas (P. Aquino (d')

 et al.

, 2002b). 

Pour  d’autres  chercheurs,  elle  intervient  après  une  première  phase  d’enquêtes  de  terrain  ou 

bibliographique qui aboutit à la construction d’un premier modèle qui sera ensuite confronté au 

terrain (P. Aquino (d')

 et al.

, 2002a). Comme la construction des modèles type SMA ou JdR est 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

30 

réalisée  dans  le  cadre  de  projets  visant  à  améliorer  la  gestion  locale  des  ressources  naturelles 

pour en assurer la viabilité, placer ainsi les acteurs au centre du processus de modélisation n’est 

pas  neutre.  Cela  montre  une  volonté  forte  de  faciliter  l’autonomisation  (

empowerment

)  des 

acteurs  locaux  pour  en  faire  des  partenaires  à  part  entière  du  processus  de  prise  de  décision. 

Agissant  comme  un  médiateur  entre  les  acteurs,  la  modélisation  favoriserait  le  dialogue  et 

permettrait de faciliter l’échange des points de vue et d’informations entre tous les acteurs de la 

GRNR.  Cette  observation  faite  par  ces  modélisateurs  mérite  d’être  testée.  La  réduction  de 

l’asymétrie  d’information  entre  les  différents  protagonistes  du  système  est  aussi  un  moyen 

d’atteindre cet objectif d’autonomisation. Mais en quoi cette démarche de modélisation peut-elle 

permettre d’améliorer la GRNR ? En d’autres termes, 

un modèle virtuel peut-il influencer des 

processus réels de gestion

 ? 

 

 

Outre  ces  trois  grands  principes,  il  ressort  de  ces  différentes  expériences  certaines  hypothèses 

plus ou moins implicites. Le jeu de rôles peut être antérieur ou non à la construction du SMA et 

ce sont les contextes de la recherche et de l’action qui semblent déterminer le positionnement de 

l’un  par  rapport  à  l’autre.  Parmi  les  expériences  du  groupe  ComMod  notons  cependant  que 

lorsque  le  jeu  est  antérieur  il  est  souvent  plus  simple  que  dans  le  second  cas.  Il  peut  alors  être 

réduit  à  une  description  sommaire  d’un  contexte  dans  lequel  les  joueurs  pourront  adopter  des 

comportements non définis au préalable. Le modélisateur peut ainsi acquérir de la connaissance 

sur  un  système  puis  implémentés  les  informations  recueillies  dans  le  modèle  informatique.  Le 

SMA  alors  construit  peut  alors  servir  à  tester  différents  scénarii  de  gestion  avec  les  acteurs 

locaux. L’exemple type est le cas de SelfCormas.  

 

A  l’inverse,  en  prenant  l’exemple  de  Shadoc,  lorsque  la  recherche  précède  l’action,  la 

construction de SMA est plus complexe et intègre non seulement des contextes mais également 

des  comportements  sociaux  plus  ou  moins  théoriques.  Le  jeu  de  rôles  vient  alors  dans  une 

seconde étape soit pour tester les hypothèses implémentées dans le modèle informatique, pour en 

valider  le  contenu  voire  pour  l’utiliser  dans  l’action.  Un  tel  jeu  est  souvent  compliqué  et 

nécessite d’être simplifié pour son usage en appui à la concertation. L’exemple type est celui de 

Shadoc.  

 

L’hypothèse de la 

simplicité des modèles est alors essentielle

 dans cette démarche même si elle 

est  appréhendée  différemment  en  fonction  de  l’objectif  premier  du  modèle  construit.  Mais  le 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

31 

caractère dynamique de cette modélisation rend possible, d’après les expériences présentées, le 

passage  d’un  objectif  d’action  vers  un  objectif  de  recherche  et 

vice  versa

.  Recherche  et 

développement sont ainsi étroitement liés. 

 

 

Expérimentation dans un monde virtualisé avec les acteurs, prise en compte de la dynamique des 

interactions  sociales  et  écologiques,  multiplicité  des  échelles  spatio-temporelles  et  des  niveaux 

d’organisation des acteurs, complexité des systèmes de gestion, diversité des disciplines réunies, 

ont  amené  ces  chercheurs  à  profiter  et  contribuer  aux  avancées  de  la  recherche  en  intelligence 

artificielle. Ils ont ainsi privilégié les simulations à l’aide des systèmes multi-agents et des jeux 

de rôles pour mieux comprendre, modéliser les processus de décision et améliorer la GRNR (F. 

Bousquet

 et al.

, 1999). 

 

1.3  Comment les membres du groupe ComMod modélisent-ils ? 

 

La question de la viabilité de la GRNR amène à s’interroger sur les dynamiques écologiques et 

les dynamiques sociales. Replaçons les modèles « type SMA » et jeu de rôles dans le cadre plus 

large de la modélisation en écologie et en sciences sociales. 

 

1.3.1  Modélisation de la GRNR. 

L'écologie  n'est  pas  une  discipline  récente  puisque  ses  origines  remontent  au  milieu  du  XIX

e

 

siècle.  Le  terme  "  écologie  "  a  été  créé  par  le  zoologiste  allemand  Ernst  Haeckel  en  1866. 

Étymologiquement, il associe les mots grecs 

oikos,

 qui signifie " maison ", et 

logos, 

qui signifie 

" étude ".  Il  peut  donc  se  traduire  par  "  science  de  l'habitat  ".  L'émergence  de  la  notion  de 

communauté végétale à la fin du siècle dernier (en particulier Charles Flahault avec le concept 

d'association végétale), celle de biosphère (par Vladimir Ivanovitch Vernadsky en 1925) et celle 

d'écosystème  (par  Arthur  Tansley  en  1935)  constituent  les  phases  majeures  qui  ont  caractérisé 

son développement. Les recherches en écologie se sont ensuite centrées sur la compréhension du 

fonctionnement des écosystèmes, en particulier en ce qui concerne le rôle du flux de l'énergie : 

ces  travaux,  initiés  par  Raymond  Linderman,  ont  été  poursuivis  par  Howard  Odum  et  Eugene 

Odum  au  cours  des  années  1940  et  1950.  Un  écosystème  est  une  entité  constituée  par 

l'association  de  deux  composantes  en  constante  interaction :  l'une  physico-chimique,  dite 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

32 

abiotique, dénommée biotope, à laquelle est associée une communauté vivante, dite biotique, la 

biocénose.  

 

Pour  la  modélisation  des  écosystèmes,  la  relation  étroite  entre  l’écologie  et  la  théorie  des 

systèmes  (L.  Von  Bertalanffy,  1968  (trad.  1993))  amène  cette  discipline  à  se  rapprocher  des 

formalismes  mathématiques.  Pendant  longtemps,  les  écosystèmes  ont  ainsi  été  modélisés  sous 

forme de compartiments stables reliés entre eux par des flux et des contrôles. C’est de ce type de 

modélisation  qu’est  né  le  concept  de 

sustainability 

dont  le  principe  est  de  définir  les 

prélèvements  acceptables  provenant  de  la  sphère  économique  et  sociale,  c’est-à-dire  que  le 

compartiment écologique peut soutenir.  

 

Cette  vision  réductionniste  de  l’écologie  est  aujourd’hui  remise  en  cause  par  un  courant  qui 

cherche à replacer l’individu, ses comportements et leurs interactions au centre de la discipline. 

Initiée  par  la  volonté  de  prendre  en  compte  la  variabilité  entre  les  individus,  elle  aboutit 

secondairement  à  une  remise  en  cause  du  modèle  écologique  basé  sur  l’équilibre  ou  les 

mécanismes  de  rétablissement  de  l’équilibre.  Les  individus  interagissent  et  forment  des 

organisations complexes qui évoluent. Les états du système ne sont plus définissables 

a priori

Le chercheur écologue s’intéresse alors aux changements organisationnels (F. Bousquet, 2001). 

 

En  sciences  sociales,  la  modélisation  de  la  GRNR  s’est  surtout  développée  en  économie  de 

l’environnement.  Elle  prône  notamment  une  modélisation  bioéconomique  de  l’exploitation  des 

ressources  renouvelables  destinées  à  en  contrôler  la  « soutenabilité »  grâce  à  des  outils 

économiques de gestion (quotas, taxes, etc.). Elle est basée sur une conception de la dynamique 

des  interactions  entre  l’homme  et  son  milieu  s’appuyant  sur  la  notion  d’externalité

7

.  Elle 

s’appuie  également  sur  une  modélisation  systémique  de  type  stock-flux  ayant  pour  objectif  de 

présenter  un  arbitrage  économique  entre  les  différents  usages  possibles  d’un  écosystème.  Le 

caractère normatif de cette modélisation pose problème quant à son utilisation dans les processus 

de décision (solutions optimales).  

 

                                                 

7

 Externalités : effets (coûts) générés par une personne qui crée des coûts pour une autre mais qui ne sont pas payés 

par la personne les ayant générés. En économie, les externalités apparaissent quand les activités de production ou de 
consommation  d’une  unité  économique  ont  un  effet  économique  direct  sur  le  bien-être  d’une  autre  unité  de 
consommation ou de production. Cet effet peut être positif ou négatif. Les externalités sont dites négatives quand cet 
effet réduit le spectre des opportunités disponibles pour l’autre unité et positives quand le spectre augmente pour la 
seconde sans qu’elle n’est à payer pour cela (J. Dunster et K. Dunster, 1996). 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

33 

Un autre courant de pensée autour de la modélisation de la gestion des ressources naturelles s’est 

développé  en  réaction  à  la  tragédie  des  communs  annoncée  par  G.  Hardin  (G.  Hardin,  1968). 

Selon  cet  auteur,  la  gestion  des  biens  communaux  aboutirait  inexorablement  à  une 

surexploitation  de  la  ressource  jusqu’à  son  épuisement.  Ce  courant  hétérodoxe  présente  des 

fondements  institutionnalistes  (F.  Berkes

  et  al.

,  1989;  E.  Ostrom,  1990)  et  se  concentre  sur les 

mécanismes  de  régulation  en  jeu  dans  la  gestion  des  écosystèmes.  La  théorie  des  jeux  a  été 

utilisée  notamment  pour  démontrer  l’incohérence  de  la  thèse  d’Hardin  dès  lors  qu’on  ne 

s’intéresse  pas  aux  individus  pris  isolément  mais  communiquant  entre  eux  et  développant  des 

stratégies  maximisatrices  non  coopératives  mais  insérées  dans  des  contextes  sociaux  (contrôle, 

sanction).  Théorie  des  jeux  et  économie  expérimentale  ont  été  employées  pour  analyser  des 

situations de gestion des ressources communes (E. Ostrom

 et al.

, 1994).  

 

Les jeux de rôles ont été utilisés pour amener des acteurs à réfléchir sur la gestion prospective 

d’une ressource (L. Mermet, 1993) ou d’un territoire (V. Piveteau, 1995). Dans un exercice de 

simulation  politique,  L.  Mermet  cherche  à  simuler  comment  les  politiques  de  gestion  de  la 

ressource en eau de la plaine du Pô pourraient s’adapter à un éventuel changement climatique qui 

en  modifierait  le  régime  hydrologique.  Il  montre  ainsi  que  les  jeux  de  rôles  permettent  (i)  de 

mobiliser  une  certaine  pluridisciplinarité  scientifique  nécessaire  à  la  compréhension  des 

phénomènes  mis  en  jeu,  (ii)  d’enrichir  les  décideurs  et  chercheurs  en  considérant  la  dimension 

temporelle des processus étudiés (sur l'intégration de ces processus dans des systèmes naturel et 

décisionnel plus large, sur les incertitudes inhérentes aux problèmes abordés et sur les manières 

de  les  prendre  en  compte  dans  la  réflexion  sur  les  politiques),  (iii)  de  mesurer  et  de  réduire  la 

distance  entre  les  réflexions  et  le  traitement  en  situation  par  les  acteurs  impliqués  (L.  Mermet, 

1993). V. Piveteau s’est intéressé plus particulièrement aux diverses représentations de l’avenir 

de zones rurales fragiles. Il montre ainsi que le jeu de rôles peut être utile comme médiateur dans 

le  cadre  d’une  réflexion  prospective  territoriale.  Mais  la  démarche  prospective  de modélisation 

utilisant les jeux de rôles ne permet pas, selon lui, d’identifier clairement dans quelles mesures 

les  idées  nouvelles  exprimées  à  l’issue  de  la  séance  de  jeu  sont  liées  ou  non  à  l’exercice  de 

simulation.  De  plus  la  préparation  et  l’exécution  des  jeux  sont  des  opérations  lourdes  et 

coûteuses en temps, ce qui limite les répétitions. Enfin, les résultats des jeux sont « brouillons » 

ce qui induit nécessairement des pertes si on ne s’est pas préalablement armé pour les décrypter. 

En tant qu’outil médiateur, V. Piveteau note que le jeu gagnerait en puissance s’il était conçu en 

interdisciplinarité.  L’interrogation  demeure  quant  à 

la  traduction  dans  la  réalité  des 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

34 

résolutions prises dans le jeu

 (V. Piveteau, 1995). La question du 

lien entre le jeu de rôles et 

la réalité apparaît ici

 

Les  sciences  cognitives  se  sont,  elles  aussi,  intéressées  aux  processus  de  décision.  Un  premier 

courant se focalise sur les capacités calculatoires des agents. Un second courant s’intéresse plus 

aux séquences « objectifs-intentions-actions » et modélise les interactions entre les agents et leur 

environnement (F. Bousquet, 2001).  

 

 

Ainsi,  dans  ce  champ  de  la  modélisation  de  la  GRNR,  l’association  des  SMA  et  jeux  de  rôles 

occupe  une  position  nouvelle.  Les  concepts  sur  lesquels  elle  repose  sont  à  rapprocher  des 

modélisations  en  sciences  cognitives.  Ils  s’appuient  notamment  sur  les  interactions  entre  des 

agents et leur environnement et sur les représentations de ces agents. Les modélisations avec les 

acteurs permettent de dépasser les résultats des simulations théoriques développées dans le cadre 

de la théorie des jeux et de leurs applications en économie expérimentale. Les expériences sont 

le  plus  souvent  réalisées  avec  des  étudiants

8

  placés  dans  des  conditions  strictement  contrôlées. 

La  modélisation  telle  que  développée  par  le  groupe  ComMod  se  donne  pour  objet  l’étude  de 

systèmes  ouverts  en  dynamique  avec  des  acteurs  réels  qui  disposent  d’une  certaine  marge  de 

manœuvre pour interagir. Une certaine complexité des systèmes étudiés est ainsi introduite dans 

les  modèles.  Mais 

jusqu’à  quel  point  la  complexité  de  la  situation  réelle  doit-elle  être 

reproduite par le modèle

 au vu des usages auxquels il est prédestiné ? 

 

Voyons maintenant comment les membres de ComMod modélisent la GRNR. 

 

1.3.2  La Charte de la modélisation d’accompagnement  

Pendant  près  de  dix  ans,  les  membres  initiateurs  de  la  démarche  ont  développé  un  réseau 

scientifique  international  dans  lequel  se  retrouvent  aujourd’hui  différentes  équipes  dont  les 

chercheurs  viennent  d’horizons  disciplinaires  variés.  Après  avoir  mené  ces  différentes 

expériences, le groupe ComMod a ressenti le besoin de prendre un peu de recul pour poser les 

bases  de  leur  posture  scientifique :  la 

modélisation  d’accompagnement

  ou 

Companion 

                                                 

8

 Un contre-exemple intéressant est celui de Cardenas et Ostrom qui ont récemment réalisé des jeux expérimentaux 

avec des agriculteurs colombiens (J.-C.  Cardenas et E. Ostrom, 2001). 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

35 

modelling

9

. Cette charte a été l’occasion de clarifier les principes scientifiques sur lesquels ont 

reposé ces expériences. 

 

La  modélisation  d’accompagnement  est  une  posture  scientifique  qui  caractérise  une 

recherche

 

« 

impliquée

 »  dans  le  Développement.  Les  sujets  de  ces  recherches  sont  des  systèmes 

complexes, ouverts, dynamiques. La démarche consiste en des 

allers-retours entre les théories 

et  les  terrains 

d’étude.  La  confrontation  continue  et  itérative  entre  ces  deux  pôles  suppose  de 

construire  des  modèles  dont  les  hypothèses  sont  susceptibles  d’être  remises  en  question  par  le 

terrain :  c’est  le  principe  de  la  réfutation  empirique.  Pour  cela,  ces  hypothèses  doivent  être 

clairement  explicitées.  Les  résultats de  ces  recherches  doivent  pouvoir être  reconnus,  critiqués, 

amendés par la communauté scientifique : c’est un principe de réfutation conceptuelle. Le terrain 

doit  être  pris  en  compte  dès  les  premières  étapes  de  la  construction  des  modèles.  L’une  des 

difficultés de la démarche réside dans la validation des processus représentés puisqu’il n’existe 

pas de procédures claires de validation intégrant les systèmes sociaux et leur environnement (R. 

Axelrod,  1997;  V.  Peters

  et  al.

,  1998).  Deux  objectifs  sont  assignés  à  cette  démarche :  (i)  la 

connaissance des environnements complexes et (ii) l’appui aux processus collectifs de décision 

en situation complexe

10

 

 

Le cadre : la démarche patrimoniale 

L’ensemble  de  ces  recherches  a  pour  cadre  la  gestion  viable  des  ressources  naturelles 

renouvelables. La gestion est vue comme résultant des interactions entre les hommes et la nature. 

Penser  cette  gestion  en  terme  de  viabilité,  c’est  nécessairement  l’intégrer  dans  le  long  terme, 

c’est  prendre  en  compte  les  états  du  système,  les  modes  de  régulation  et  sa  dynamique  (J.-P. 

Aubin,  1994).  Or  la  conception  de  la  gestion  partagée  par  ces  chercheurs  considère  que  les 

modes d’appropriation des ressources déterminent l’état du système tandis que la dynamique des 

interactions société-nature est fournie par les processus de décision. La complexité des systèmes 

de gestion des ressources naturelles oblige à dépasser la théorie classique de la décision basée sur 

les choix d’un décideur individuel ou collectif (M. Olson, 1978) puisque cette dernière ne prend 

en  compte  ni  les  interactions  entre  les  individus  ni  les  interactions  entre  l’individu  et  son 

environnement.  La  décision  est  pour  le  groupe  ComMod  conçue  comme  le  résultat  d’un 

processus d’interactions entre des acteurs individuels et/ou collectifs ayant des représentations et 

                                                 

9

 cf 

http://cormas.cirad.fr/fr/reseaux/ComMod/charte.htm

 

10

 cf. 

http://cormas.cirad.fr/fr/reseaux/ComMod/charte.htm

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

36 

des poids différents dans la négociation (J. Weber, 1995; J. Weber et D. Bailly, 1993; J. Weber et 

J.-P. Reveret, 1993). 

 

S’intéressant au processus décisionnel s’inscrivant dans le long terme, les recherches du groupe 

ComMod se placent dans le cadre de la médiation patrimoniale (L. Mermet, 1992; H. Ollagnon, 

1989;  J.  Weber  et  D.  Bailly,  1993).  La  démarche  patrimoniale  part  de  l’hypothèse  que  le  long 

terme n’est pas prévisible mais il est en partie décidable. La négociation des choix patrimoniaux 

initie la démarche patrimoniale. Ces choix se situent dans de long terme et désignent ce que les 

parties prenantes entendent transmettre aux générations futures. Cet objectif étant déterminé, la 

concertation  porte  alors  sur  les  chemins  à  suivre  pour  l’atteindre  et  les  moyens  à  mettre  en 

œuvre. L’intervention d’un médiateur est essentielle dans cette démarche pour amener les parties 

prenantes  à  trouver  une  solution  acceptable.  Pour  devenir  patrimonial,  le  résultat  de  la 

négociation  doit  enfin  être  légitimé  et  ritualisé  (D.  Babin

  et  al.

,  1997;  J.  Weber,  2000).  Cette 

démarche vise à établir un système de références commun à tous les acteurs. 

 

 

Une posture : l’important n’est pas la solution trouvée mais le processus qui y a conduit 

Réalisées dans le cadre de démarches patrimoniales, ces expériences de médiation ne cherchent 

pas à imposer un point de vue scientifique sur la solution trouvée. Le chercheur adoptant cette 

posture  scientifique  accompagne  les  parties  prenantes  du  système,  enjeu  de  la  négociation

11

Travaillant  sur  des  systèmes  complexes,  il  essaye  d’intégrer  les  multiples  points  de  vue  des 

acteurs  sans  en  privilégier  aucun.  Il  ne  présuppose  pas  l’existence  d’une  solution  a  priori.  Au 

contraire,  vu  la  complexité  de  ses  objets  de  recherches,  le  groupe  ComMod  considère  qu’il 

n’existe pas de solution idéale à la question posée. Et c’est pour cette raison qu’il s’intéresse plus 

au  processus  de  décision  qui  aboutira,  pas  à  pas,  à  l’établissement  d’une  solution  acceptée  et 

légitimée. En ce sens, ces chercheurs se réfèrent à la science Post-Normale (S. O. Funtowicz et J. 

R. Ravetz, 1993).  

 

 

Des objectifs théorique et pragmatique 

Recherchant  à  appréhender  la  complexité  des  systèmes  étudiés,  les  membres  du  groupe  ne 

cherchent  pas  à  reproduire  dans  leur  modèle  le  niveau  de  complexité  des  systèmes  réels. 

L’important  n’est  pas,  dans  le  processus  itératif,  de  complexifier  le  modèle  pour  se  rapprocher 

                                                 

11

  Cette  position  constructiviste  (J.-L.  Le  Moigne,  1994)  de  la  négociation  permet  d’en  suivre  pas  à  pas  le 

déroulement.  

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

37 

chaque fois un peu plus de la réalité. L’important est que la représentation du système modélisé 

suffise à atteindre l’objectif recherché (apport de connaissances et/ou aide à la concertation).  

 

Les chercheurs du groupe distinguent deux types d’usages non exclusifs de ces outils : (i) pour 

produire de la connaissance sur les systèmes complexes étudiés grâce aux relations particulières 

entretenues avec le terrain, (ii) pour appuyer des processus collectifs de décision, cela correspond 

donc à une recherche sur des méthodes permettant de faciliter la concertation dans ces systèmes. 

Dans le premier cas, il s’agit d’utiliser les modèles construits lors du processus de modélisation 

d’accompagnement pour acquérir de la connaissance sur les systèmes complexes, principalement 

en  facilitant  les  échanges  entre  acteurs  sur  les  représentations  et  les  connaissances  de  chacun. 

Dans le second cas, la modélisation intervient comme un moyen de faire expliciter les points de 

vue et les enjeux auxquels chaque partie prenante se réfère implicitement lors des négociations.  

 

 

Les  outils  n’ont  été  utilisés  ici  que comme  des  moyens  de  travailler  sur  des  problématiques  de 

gestion  viable  des  ressources  naturelles  et  renouvelables.  Ils  agissent  comme  des  médiateurs 

entre le chercheur et les acteurs, entre les chercheurs eux-mêmes et également entre les acteurs. 

Les  diverses  expériences  menées  avec  des  SMA  et  des  jeux  de  rôles,  selon  une  démarche 

scientifique et une éthique implicite, ont permis de fédérer les membres du groupe ComMod. En 

mettant en commun leurs résultats pratiques et théoriques, le groupe ComMod a voulu clarifier 

sa posture scientifique et éthique.  

 

1.4  Des objets intermédiaires aux questions des chercheurs 

 

Alors  que  pendant  longtemps,  la  sociologie  des  sciences  a  négligé  l’analyse  des  artéfacts  se 

concentrant davantage sur les relations humaines dans les organisations scientifiques (M. Callon, 

1986; D. Vinck, 1995), le chapitre précédent a montré toute l’importance des outils SMA et jeu 

de rôles dans la constitution et le développement du groupe ComMod. 

 

Les  processus  cognitifs  distribués  entre  les  membres  de  ce  réseau,  non  seulement  au  niveau 

social  mais  aussi  au  niveau  technique  par  l’utilisation  des  modèles  en  relation  avec  différents 

terrains,  ont  permis  de  nourrir  les  réflexions  de  ce  réseau  scientifique.  En  ce  sens,  nous  nous 

rapprochons  de  la  sociologie  cognitive  de  B.  Conein  et  E.  Jacopin  (B.  Conein  et  E.  Jacopin, 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

38 

1993).  Aussi  pensons-nous,  comme  B.  Latour  analysant  la  circulation  des  objets  dans  un 

laboratoire  de  neuroendocrinologie  (B.  Latour  et  S.  Woolgar,  1996),  qu’il  est  fondamental  de 

mieux saisir les 

objets intermédiaires

 (M. Callon, 1992; D. Vinck, 1999), SMA et jeu de rôles, 

dans  notre  analyse  du  contexte.  Ces  objets  intermédiaires  relient  les  chercheurs  entre  eux,  les 

chercheurs avec les acteurs locaux et permettent de comprendre encore un peu mieux les étapes 

du développement du groupe ComMod. Nous retrouvons là la définition de l’objet intermédiaire 

donnée par M. Callon : « 

l’objet intermédiaire désigne tout ce qui circule entre les acteurs et qui 

constitue la forme et la matière des relations qui s’instaurent entre eux

 » (M. Callon, 1992). De 

plus,  en  tant  qu’objets  intermédiaires  utilisés  avec  et  par  les  acteurs  locaux  (par  exemple  dans 

une arène de concertation), ils pourraient aussi participer à la constitution de nouveaux réseaux 

sociaux. 

 

1.4.1  Les objets intermédiaires du groupe ComMod 

Voyons  maintenant  de  façon  plus  précise  ce  que  sont  ces  objets  intermédiaires  utilisés  par  le 

groupe ComMod qui ont participé au développement de ce réseau scientifique. Deux outils sont 

employés de façon privilégiée dans les processus de modélisation ici présentés : les SMA et les 

jeux de rôles.  

 

 

Les SMA : des outils pour appréhender la complexité 

 

Pour  comprendre,  prévoir,  explorer  la  complexité,  et  ainsi  aider  à  la  décision,  des 

systèmes 

multi-agents

 ont été développés. Le développement des SMA peut être rattaché à ce que Ferber 

J.  appelle  la  kénétique  (1995).  « 

La  kénétique  (…)  considère  que  la  structuration  des  systèmes 

complexes résulte de l’interaction entre des entités autonomes et indépendantes, appelées 

agent

 

qui  travaillent  au  sein  de  communautés  selon  des  modes  parfois  complexes  de  coopération, 

conflit, concurrence, pour survivre et se perpétuer. De ces interactions émergent des structures 

organisées  qui,  en  retour,  contraignent  et  modifient  les  comportements  de  ces  agents

 »  (J. 

Ferber, 1995). 

 

La kénétique semble être capable de prendre en compte des interactions entre différentes échelles 

d’analyse depuis l’individu jusqu’au groupe et 

vice versa

. L’action collective n’apparaît pas de 

façon spontanée mais elle est le fruit des interactions entre des entités autonomes, les agents.  

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

39 

Dans la définition de l’agent se trouve l’ensemble des concepts qui fondent les systèmes multi-

agents. L’agent est une entité qui possède une capacité d’action sur elle-même, ses congénères et 

l’environnement  dans  lequel  elle  évolue.  L’agent  peut  donc  entrer  en  relation  avec  autrui  soit 

directement  soit  indirectement 

via

  son  environnement.  Doué  d’une  perception  de  son 

environnement,  celle-ci  est  orientée  par  la  représentation  qu’il  s’en  fait.  Et  cette  représentation 

peut  évoluer  en  fonction  des  informations  supplémentaires  qu’il  peut  acquérir  en  échangeant 

avec les autres agents ou l’environnement. Ici, la rationalité de l’agent est de fait procédurale et 

son information sur l’état du monde n’est pas parfaite. Cependant, c’est avec ces éléments qu’il 

se  forge  sa  propre  représentation  du  monde  et  qu’il  va  agir.  La  possibilité  de  poursuivre  un 

objectif individuel renforce le caractère rationnel de l’agent et souligne sa relative liberté.  

 

Les 

SMA 

sont donc composés des éléments suivants (J. Ferber, 1995) : 

- un espace environnemental E, c’est-à-dire un espace muni au moins d’une topologie et 

plus généralement d’une notion de distance, 

- un ensemble d’objets situés O, c’est-à-dire qu’à tout moment on peut leur donner une 

position dans E, 

- un sous-ensemble A de O qui représente les entités actives du système, les agents, 

- un ensemble de relations R qui unissent des objets (et donc des agents) entre eux, 

- un ensemble d’opérations F permettant aux agents de percevoir, produire, consommer, 

transformer et manipuler des objets de O. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 1 : 

Représentation d’un système multi-agents (J. Ferber, 1995, in Barreteau O., 1998) 

 

Avec cette série de définitions, un certain nombre de liens peut être réalisé entre les SMA et la 

nature  complexe  des  interactions  entre  société-nature  pour  la  GRNR.  Ces  outils  apparaissent 

Représentations

But:B

Objectif

Communications

Environnement

Actions

Perceptions

Objets de
l'environnement

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

40 

comme  des  outils  puissants  de  diagnostic.  Mais  aider  des  acteurs  dans  leur  gestion  pose  des 

problèmes  d’un  autre  ordre  notamment  en  ce  qui  concerne  l’appropriation  de  ces  outils  et  leur 

légitimité  à  servir  de  médiateur  dans  un  processus  de  décision  ou  plus  simplement  de  mise  en 

relation  d’acteurs  sociaux.  Or  l’appropriation  et  la  légitimité  de  ces  outils  passent  par  une 

maîtrise  de  la  boîte  noire  du  modèle  et  donc  par  une  relation  étroite  entre  le  terrain  et  la 

modélisation. Les principes de la modélisation d’accompagnement se retrouvent donc ici. Mais 

la  légitimité  de  l’outil  passe  aussi  par  une  reconnaissance  par  les  acteurs  de  la  représentation 

modélisée  de  leur  propre  système. 

La  distance  entre  la  représentation  du  modélisateur  et 

celle  des  acteurs  ne  peut-t-elle  pas  hypothéquer  les  résultats  attendus  de  la  modélisation 

d’accompagnement 

?  

 

Voyons  maintenant  ce  que  sont  les  jeux  de  rôles  et  ce  qui  expliquent  que  les  chercheurs  du 

groupe ComMod y ont eu recours dans le cadre de la modélisation d’accompagnement. 

 

 

Le jeu de rôles, un théâtre des interactions entre les joueurs. 

Cette section cherche à mieux cerner le jeu de rôles, ses principes, les différents types existant 

ainsi  que  leur  domaine  et  leurs  modalités  d’application,  et  enfin  les  limites  et  intérêts  de  ces 

outils comme support d’aide à la négociation.  

 

Trois  éléments  composent  tout  jeu  de  rôles.  Le  jeu  lui-même  est  constitué  d’un  système 

spécifique de règles et d’une description du monde dans lequel se déroule la partie. L’animateur 

appelé  meneur  ou  maître  du  jeu  anime  la  partie.  Maîtrisant  les  règles  du  jeu,  il  doit  mettre  les 

joueurs en situation. Les joueurs sont les acteurs de la partie. Chaque joueur crée un personnage 

en  fonction  des  règles  du  jeu.  « 

Le  jeu  de  rôles  est  la  mise  en  scène  d’une  situation 

problématique impliquant des personnages ayant un rôle donné

 » (A. Mucchielli, 1983).  

 

Au cours du jeu de rôles, une même séquence va être répétée que nous pouvons diviser en trois 

étapes. Etape 1, le maître du jeu énonce la situation de jeu en décrivant le monde au début de la 

séquence.  Ce  faisant,  il  fournit  des  informations  sur  l’état  du  monde  aux  joueurs.  Etape  2,  en 

fonction  des  informations  reçues,  les  joueurs  vont  pouvoir  faire  agir  leur  personnage.  Leurs 

actions auront des conséquences sur l’environnement, sur les autres acteurs et permettra de faire 

évoluer  l’histoire.  Etape  3,  les  caractéristiques  de  la  nouvelle  situation  de  jeu  sont  déterminées 

par  les  règles  de  fonctionnement  décrivant  la  dynamique  du  cadre  du  jeu.  Ce  cadre  peut  ainsi 

évoluer soit au hasard (le maître du jeu et les joueurs peuvent avoir recours à des dés, des tirages 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

41 

de  cartes,  etc.),  soit  en  fonction  d’une  stratégie  développée  par  le  maître  du  jeu  (qui  cherche  à 

amener  les  joueurs  dans  une  direction  précise,  vers  une  situation  donnée),  soit  en  suivant  des 

règles  prédéterminées  d’évolution  du  milieu.  Une  fois  la  nouvelle  situation  de  jeu  établie,  le 

maître  du  jeu  la  porte  à  la  connaissance  des  ou  de  certains  joueurs.  Avec  ces  nouvelles 

informations recueillies, une nouvelle séquence fonctionnelle va pouvoir se reproduire.  

 

Le  jeu  de  rôles  fournit  aux  joueurs un  certain  cadre  et les met  face  à  un  certain  problème.  Les 

joueurs disposent d’une certaine marge de manœuvre plus ou  moins importante en fonction du 

type de jeu.  

 

Chaque  joueur  tient  ici  un  « 

un  rôle,  comme  au  théâtre  ou  au  cinéma,  et  interprète  avec  ses 

partenaires  une  histoire,  dont  ils  sont  les  héros,  mais  qu'ils  ne  connaissent  pas  d'avance

… 

Cependant, différence essentielle avec le théâtre, le cinéma ou les romans, et intérêt premier du 

jeu, ni les actions, ni le texte des héros, ni le dénouement final ne sont écrits, ils dépendent, dans 

le cadre de l'intrigue générale, des choix qu'effectueront les joueurs et qu'ils feront interpréter 

par leurs personnages

 » (J.-H. Matelly, 1997)

 

Au  cours  d’une  séance  de  jeu,  les  joueurs  vont  interagir,  des  décisions  vont  être  prises,  des 

opinions seront émises et c’est de cette interaction que sortiront des solutions au problème posé. 

Les joueurs sont donc des acteurs, qui par une suite de dialogues et d’interactions, définissent un 

espace  de  liberté  plus  important  que  l’espace  de  jeu.  Un  espace  qui  se  construit  au  fur  et  à 

mesure de l’évolution du récit. Les solutions au problème posé ne sont pas suggérées ici. Il est 

donc un jeu de découverte plus que d’instruction. L’animateur du jeu n’intervient que de façon 

limitée  même  si  le  jeu  de  rôles  nécessite  toujours  une  préparation,  une  création  et  des 

interventions spécifiques de l’animateur. 

 

 

Place des jeux de rôles parmi les jeux de simulation. 

Il  faut  distinguer  trois  niveaux  dans  le  jeu :  le  modèle,  représentation  simplifiée  mais  plus 

maniable  d’une  certaine  réalité,  la  simulation  qui  est  la  mise  en  action  d’un  modèle  à  des  fins 

d’expérimentation  ou  de  démonstration,  et  le  jeu  de  rôle  qui  est  un  mélange  de  jeu  et  de 

simulation. « 

Le jeu de simulation est donc ‘‘une activité hybride qui introduit le déroulement du 

jeu  dans  un  contexte  simulé’’

 »  (Mauriras  Bousquet  M.,  1984).  Les  jeux  de  simulation  doivent 

répondre  à  trois  exigences :  (i)  renvoyer  à  une  réalité  extérieure,  (ii)  permettre  un  certain 

dialogue entre le joueur et cette réalité, (iii) et avoir une structure (Mauriras Bousquet M., 1984). 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

42 

 

En fait, les jeux de simulation constituent la dernière des multiples générations de jeux de société 

qui ont été créés pour notre divertissement. Ils sont nés du désir de ludophiles passionnés avides 

de jouer selon des principes différents des traditionnels jeux de stratégie - dames, échecs, ... - ou 

de  société  basés  presque  totalement  sur  le  hasard.  Ces  jeux  de  simulation  tentent,  comme  leur 

nom l'indique, de simuler de manière plus ou moins détaillée un aspect de la vie. Trois grands 

types de jeu existent dont les caractéristiques sont présentées dans l’Encadré 1 

Les 

jeux de guerre

, ou 

wargames

, sont sans doute les plus connus. Ils permettent de recréer, 

dans  des  degrés  de  complexité  variables,  les  batailles  du  passé  et  offrent  la  possibilité  d'en 
simuler de nouvelles. Ces jeux ont fait partie intégrante, sous diverses formes, des écoles de 
guerre depuis de nombreuses années. Ils se jouent soit avec des pions sur une carte soit avec 
des figurines. 
 
Les 

jeux de plateau

 constituent une famille de jeux plus classiques, ressemblant fortement 

aux jeux de société familiaux, à un point tel que la frontière les séparant est ténue et sujette à 
interprétation.  Leurs  règles  sont  en  général  plus  complexes  et  peuvent  faire  appel  à  la 
coopération autant qu'à l'opposition des joueurs. Certains jeux, comme Diplomatie, se basent 
essentiellement  sur  l'interaction  entre  les  joueurs  en  dehors  du  plateau  de  jeu.  Comme  leur 
dénomination l’indique, ces jeux ont pour principal support un plateau de jeu, les participants 
se réunissant autour de celui-ci.  
 
Parmi les jeux de simulation, les 

jeux de rôles

 sont sans doute moins connus. Ils poussent la 

simulation  totalement  en  dehors  du  plateau.  Le  jeu  de  rôles  vient,  dans  sa  forme  moderne, 
des USA. Il existe sur le marché quantité de systèmes de jeux différents, mais tous se basent 
sur le même principe : faire appel à l’imaginaire des joueurs afin de raconter une histoire et 
vivre des aventures. 

Encadré 1 : 

Typologie des jeux de simulations

 

 

Intérêts  et  limites  des  jeux  de  rôles  pour  la  recherche  et  en  appui  à  des  processus  de 

négociation. 

Jusqu’à présent, les jeux de rôles ont surtout été employés à des fins pédagogiques (M.A. Burton, 

1989;  L.E.D.  Smith,  1989),  de  recherche  (D.  Friedman  et  S.  Sunder,  1994;  E.  Ostrom

  et  al.

1994), ou de simulation politique (L. Mermet, 1993; F.L. Toth, 1988). 

 

Lors des séances de jeu, les joueurs disposant d’une certaine marge de manœuvre pour évoluer 

dans  le  jeu  dialoguent,  échangent  des  informations  relatives  au  jeu  et  peuvent  élaborer  des 

solutions répondant à un problème donné. Aussi certains ont-ils imaginé utiliser les jeux de rôles 

dans  des  processus  réels  de  négociation  en  plaçant  les  protagonistes  d’une  négociation  réelle 

dans la peau de joueurs. Cela ne signifie pas que la ou les solutions trouvées seraient reproduites 

telles  quelles  dans  la  réalité.  Le  jeu  de  rôles  ne  serait  là  qu’une  étape  dans  un  processus  de 

négociation.  Il  pourrait  être  une  sorte  de  laboratoire  social  dans  lequel  les  joueurs  pourraient 

expérimenter  différents  scénarii,  voir  les  conséquences  simulées  de  leur  décision  sans  que  cela 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

43 

n’ait  d’impact  direct  sur  le  monde  réel  (J.E.  Innes  et  D.E.  Booher,  1999).  En  tant  qu’outil 

favorisant l’apprentissage de nouvelles règles, les jeux de rôles ont en partie montré leur intérêt 

(S.  Tsuchiya,  1998).  Mais  dans  le  domaine  des 

Group  Decision  Support  System

,  les  modèles 

informatiques demeurent quasiment les seuls employés (M. Parent et R. B. Gallupe, 2001). Par la 

mise  en  situation  des  acteurs,  le  jeu  de  rôles  permettrait  de  dépasser  ce  type  de  simulation  en 

impliquant  directement  les  protagonistes  réels.  Mais  le  jeu  de  rôles  représentant  la  vision  du 

modélisateur,  se  pose  de  nouveau  le  problème 

de  l’écart  de  la  représentation  modélisée  du 

système de GRNR avec celle des acteurs locaux et de ses conséquences sur le processus de 

concertation 

dans lequel il intervient. 

 

 

Le jeu de rôles est à la fois stratégie et représentation, recours à la coopération et au conflit entre 

les joueurs. Il est un balancement entre la réalité des interactions et la fiction du scénario. Le jeu 

de rôles représente une forme d’intégration pure qui permet de rendre compte d’une réalité (V. 

Piveteau, 1995). Alors que le système de règles du jeu cadre le comportement des joueurs, ceux-

ci  en  interagissant  entre  eux  influencent  le  déroulement  du  jeu  de  rôles  et  génèrent  ainsi  de  la 

complexité. Un jeu de rôles ne présente jamais la même succession d’évènements.  

 

1.4.2  Synthèse des questions posées par l’usage de jeu de rôles dans les processus 

de concertation. 

L’usage de ces outils dans les processus de concertation pose plusieurs questions dont certaines 

sont  apparues  au  fil  de  ce  chapitre.  Notre  propos  est  ici  de  montrer  comment  ces  questions 

renvoient au champ de la sociologie. 

1-

 

Modélisateur/acteur

 :  Le  modélisateur  est  souvent  extérieur  à  la  société  étudiée.  Il 

schématise à l’aide d’hypothèses et de processus les interactions entre des agents qui lui 

semblent rendre compte au mieux de l’image qu’il s’est faite à un temps t de la situation 

complexe  qu’il  étudie.  Les  règles  processuelles  qu’il  implémente  sont  pour  lui  plus  ou 

moins  explicites.  Il  construit  ainsi  sa  représentation  de  la  situation.  L’acteur,  élément 

endogène  du  système  complexe  étudié,  possède  lui  aussi  sa  propre  représentation 

partielle de la situation (en termes d’individus, de groupes sociaux, de point de vue sur la 

ressource,  d’interactions  entre  ces  différentes  entités)  et  de  son  interaction  avec  le 

modélisateur. Plusieurs acteurs, organisés ou non, interagissent au sein du système. Ces 

multiples représentations de la situation donnée ne sont sans doute pas identiques. 

Quand 

ces  modèles  sont  utilisés  par  ou  avec  les  acteurs  locaux,  quels  problèmes  cette 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

44 

distance  entre  ces  différentes  représentations  peut-elle  engendrer ?

 

Dans  quelles 

mesures ces outils peuvent-ils être des objets intermédiaires entre le modélisateur et 

les  acteurs,  créant  ainsi  un  réseau  social  qui  modifierait  la  relation  classique  entre 

chercheur et société locale ? 

 

2-

 

Appropriation/pouvoir

 :  Ces  outils,  quand  ils  sont  employés  par  ou  avec  des  acteurs 

locaux, ne sont pas appropriés par chacun de la même façon. Certains plus vifs pourront 

saisir les règles et les enjeux plus rapidement que d’autres. 

Cette « meilleure » (au sens 

de  plus  rapide)  connaissance  des  outils,  jeu  de  rôles  et  SMA,  n’est-elle  pas 

susceptible de renforcer la stabilité de certains pouvoirs (opprimant encore un peu 

plus  les  cadets  sociaux),  ou  au  contraire,  de  les  déséquilibrer  (dans  une  direction 

indéterminée) ?

 Peut-on imaginer que les messages, les informations quant à la gestion 

viable des ressources naturelles puissent être utilisés par certains (acteurs locaux ou pire, 

modélisateur  mal  intentionné)  à  des  fins  personnelles  à  l’encontre  des  intérêts  de  la 

communauté ? En laissant les outils, quels problèmes cela peut-il poser de faire jouer aux 

acteurs  des rôles  qui  peuvent  être  caricaturaux de  leur réalité ?  Certains  comportements 

ne  peuvent-ils  pas  être  ainsi  stigmatisés ? 

L’usage  de  ces  outils  ne  peut-il  être 

également  un  moyen  de  réduire  les  asymétries  d’informations  et  donc  d’ouvrir  de 

nouvelles arènes de concertation ? 

 

3-

 

 

Influence de la recherche sur société locale

. En fait toutes ces questions sont liées à la 

volonté  du  groupe  de  faire  de  ses  activités  une  recherche  « impliquée »  dans  le 

développement.  Quand  ces  outils  sont  utilisés  par  et  avec  les  acteurs  locaux,  quelles 

implications  peuvent-ils  avoir  sur  leurs  systèmes  sociaux ?  Travailler  avec  des  acteurs 

locaux  provoque  inévitablement  une  perturbation  du  système  étudié.  Construire  puis 

employer des modèles au niveau local pose nécessairement la question de l’influence de 

ces  outils  sur  les  modes  de  gestion  des  ressources,  sur  les  dynamiques  sociales  locales, 

sur  les  interactions  entre  sociétés  et  ressources.  C’est  donc  la  question  du  changement 

social suite à l’introduction d’une innovation qui est posée par ces chercheurs : 

Quelles 

influences l’usage de ces modèles peuvent-ils avoir sur les systèmes étudiés ? 

 

 

4-

 

Complexité/intelligibilité

 : Les SMA sont issus de l’intelligence artificielle et ont donc 

été développés au départ sur des plates-formes informatiques. Pour permettre l’accès aux 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

45 

informations  contenues  dans  le  modèle  à  l’ensemble  des  acteurs,  discuter  et  valider  les 

choix explicites du modélisateur, expliciter les points de vue des acteurs,…, il est apparu 

nécessaire  aux  chercheurs  de  transférer  le  modèle  proposé  vers  des  supports  plus 

facilement intelligibles. Les analogies entre la structure du SMA et celle du jeu de rôles 

ont été observées, et c’est donc vers les jeux de rôles, sorte de SMA simplifiés que ces 

chercheurs se sont tournés. Cette restitution du modèle SMA sous la forme d’un modèle 

jeu  de  rôles  pose  certaines  questions  aux  chercheurs : 

La  simplification  du  modèle 

permet-elle de conserver la complexité du système étudié ?

  

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

46 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

47 

 

2

 

D

E  LA  DECONSTRUCTION  DES  QUESTIONS  DES  CHERCHEURS 

C

OM

M

OD  A  LA  CONSTRUCTION  D

UNE  PROBLEMATIQUE  SUR 

L

USAGE DES JEUX DE ROLES

 

Le  chapitre  1  a  permis  de  décrire  le  contexte  scientifique  dans  lequel  notre  recherche  prend 

place. Il a servi à expliciter les hypothèses implicites des outils utilisés, SMA et jeu de rôles, et 

de  préciser  les  principes  établis  par  le  groupe  ComMod  pour  leur  usage :  la  modélisation 

d’accompagnement.  Validation,  légitimation,  simplification,  appropriation,  diffusion,  toutes  les 

questions des chercheurs du groupe ComMod concernent la modélisation d’accompagnement et 

son  implication  dans  la  relation  au  terrain  et  à  la  science.  Rappelons  que  nous  avons  défini  la 

modélisation

  comme  l’action  de  construction  d’une  représentation  d’un  système  à  l’aide  d’un 

support  conceptuel  quelconque  et  destiné  à  le  rendre  intelligible.  Dans  le  cadre  de  la 

modélisation  d’accompagnement,  elle  vise  à  être  partagée  entre  les  acteurs  locaux  et  les 

chercheurs.  

 

 

Notre  objectif  est  maintenant  de  déconstruire  les  questions  posées  par  les  chercheurs  afin  de 

forger  notre  propre  problématique  de  recherche.  Il  s’agit  d’éclairer  les  questionnements  des 

chercheurs en identifiant les concepts implicites et explicites auxquels ils se rattachent. 

 

2.1  Quels  problèmes  cette  distance  entre  la  représentation  du 

modélisateur et les représentations des acteurs peut-elle avoir sur la 

concertation  quand  ces  modèles  sont  utilisés  avec  des  acteurs 

locaux ? 

 

Nous avons présenté dans le chapitre précédent les hypothèses et les paradigmes conceptuels sur 

lesquels  reposait  la  modélisation  d’accompagnement.  Pour  cerner  encore  un  peu  plus  cette 

modélisation centrale du point de vue du contexte de notre recherche nous préciserons d’abord la 

notion  de  représentation.  Puis  nous  expliciterons  le  cadre  de  l’usage  de  ces  modèles  en 

définissant les concepts de négociation et de concertation.  

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

48 

2.1.1  Les représentations sociales 

Représenter vient du latin 

repræsentare

 qui signifie rendre sensible, c’est-à-dire perceptible par 

les  sens.  La  notion  de  représentation  est  donc  liée  à  un  objet  perçu  par  un  sujet.  Toute  la 

discussion repose sur ce qui participe de cette perception du sujet et sur l’identification même de 

ce sujet. 

 

Représentations  sociales  propres  à  chaque  individu  ou  à  chaque  groupe  social,  ou  encore, 

construction  de  l’esprit  du  modélisateur,  la  notion  de  représentation  peut  revêtir  différentes 

formes.  C’est  sous l’acception 

cognitive  des  représentations  sociales

 que  nous  aborderons ici 

cette notion. Travailler sur son sens politique n’est pas ici notre objectif. Dans les divers modèles 

que nous avons présentés dans la section 1.1, les agents sont des individus ou des groupes. En 

fait,  la  notion  de  représentation  se  trouve  à  l’interface  entre  le  psychologique  et  le  social  et 

concerne l’individu ou le groupe social.  

 

Les  approches  des  représentations  semblent  surtout  reposées  sur  la  compréhension  de  deux 

processus :  le  processus  cognitif  et  le  processus  social,  c'est-à-dire  le  processus  de  production 

sociale des représentations. Le premier est centré sur la compréhension du phénomène cognitif et 

correspond  à  la  psychologie  sociale.  Le  second  s'inscrit  dans  les  perspectives  d'analyse 

anthropologique et sociologique du phénomène social constitué par les représentations à l'œuvre 

dans les divers processus qui structurent le système social. Il est à noter qu’il ne peut exister de 

représentations sociales sans objet. Elles nous fournissent les moyens d’interpréter la réalité, un 

objet,  les  faits  de  société,  les  mécanismes  politiques  ou  encore  économiques,  d'individus  qui 

sont,  du  reste,  toujours  inscrits  dans  leurs  rapports  avec  le  monde  social.  “ 

La  représentation 

sociale est avec son objet dans un rapport de "symbolisation", elle tient lieu "d'interprétation", 

elle lui confère des significations

 ” (D. Jodelet, 1997).  

 

Dès l’origine du concept, avec la notion de représentation collective chez Durkheim, on retrouve 

cette dualité entre l’individu et le social (E. Durkheim, 1898). Dans la sociologie durkheimienne 

l’homme est de nature double : il est un être individuel qui a sa base dans l’organisme et est donc 

limité, et un être social qui participe de la société, ce qui lui permet par la pensée et par l’action 

de  se  dépasser.  En  conséquence,  le  sociologue  distingue  les  représentations  individuelles  des 

représentations collectives dans le sens où « 

les représentations collectives sont le produit d'une 

immense  coopération  qui  s'étend  non  seulement  dans  l'espace,  mais  dans  le  temps;  pour  les 

faire, une multitude d'esprits divers ont associé, mêlé, combiné leurs idées et leurs sentiments ; 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

49 

de  longues  séries  de  générations  y  ont  accumulé  leur  expérience  et  leur  savoir.  Une 

intellectualité très particulière, infiniment plus riche et plus complexe que celle de l'individu, y 

est  donc  comme  concentrée

 »  (E.  Durkheim,  1960).  Par  cette  définition,  les  représentations 

sociales  acquièrent  une  dimension  dynamique  puisqu’elles  sont  le  produit  de  notre  histoire 

sociale. 

 

Les  représentations  sociales  ont  depuis  nourri  en  France  tout  un  courant  de  recherches  en 

psychologie sociale porté notamment par Moscovici S., Herzlich C. et Jodelet D. (C. Herzlich, 

1996;  D.  Jodelet,  1997;  S.  Moscovici,  1961,  1972).  La  définition  que  donne  Jodelet  D.  des 

représentations  sociales

  permet  de  préciser  la  combinaison,  les  interactions  entre  les  niveaux 

individuels  et  collectifs.  Elles  sont  comme  “ 

des  systèmes  d'interprétation,  régissant  notre 

relation  au  monde  et  aux  autres,  [qui]  orientent  et  organisent  les  conduites  et  les 

communications  sociales  [--]  phénomènes  cognitifs  engageant  l'appartenance  sociale  des 

individus  par  l'intériorisation  de  pratiques  et  d'expériences,  de  modèles  de  conduites  et  de 

pensée

 ” (D. Jodelet, 1997).  

 

Toute  représentation  sociale  participe  donc  à  la  construction  du  social  en  nous  fournissant  les 

règles  et  valeurs  qui  définissent  nos  conduites  en  société.  Le  respect  de  ces  règles  et  valeurs 

intériorisées  détermine  les  codes  sociaux  qui  organisent  nos  modes  de  pensée  et  nos  pratiques. 

Ainsi, les représentations sociales désignent une espèce de “ savoir de sens commun ”, voire un 

“ savoir  naïf ”,  qui  se  retrouve  comme  élément  actif  en  plein  cœur  des  relations  sociales,  des 

processus  sociaux  rattachés  tantôt  au  développement  individuel,  tantôt  au  développement 

collectif, dans la définition des identités personnelles et sociales (D. Jodelet, 1984).  

 

 

Pour  clarifier  le  concept  de  représentation  sociale,  présentons  ses  caractéristiques  issues  des 

définitions évoquées ci-dessus : 

 

Les  représentations  n’existent  pas  sans  sujet

.  Ce  sujet  peut  être  individuel  ou  collectif. 

Dans tous les cas, il est un acteur social, en relation avec les autres membres de sa société. 

Les  représentations  sociales  participent  à  la  construction  de  l’individu  social  en  lui 

fournissant les codes sociaux pour interpréter le monde environnant et se conduire en société. 

Inhérente  au  sujet,  elles  permettent  les  interactions  entre  les  différents  membres  d’une 

société.  

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

50 

 

Le

s représentations n’existent pas sans référence à un objet

. L’objet peut être une entité 

sociale  ou  individualisée,  une  chose  matérielle  ou  abstraite,  un  phénomène  réel  ou 

imaginaire.  Le  sujet  interagit  avec  les  objets  de  son  espace.  Il  les  perçoit  et  les  interprète. 

L’objet  devient  présent  à  l’esprit  du  sujet.  La  représentation  sociale  a  donc  une  fonction 

figurative. Le sujet donne du sens aux objets à partir des codes sociaux, des règles et valeurs 

reconnus  par  la  société.  La  représentation  est  sociale  puisqu’elle  est  le  reflet  de  la  société. 

Elle définit ce qui est licite ou illicite, tolérable ou inacceptable, permis ou interdit dans un 

contexte social donné. 

 

Les  représentations  se  manifestent  par  la  reproduction  des  schèmes  de  pensée 

socialement établis.

 Ces schèmes sont fonction des idéologies dominantes de la société dans 

laquelle le sujet évolue, des normes institutionnelles liées à la position sociale qu’il occupe. 

Elles jouent un rôle identitaire puisqu’elle permet aux individus et aux groupes de se situer 

dans  le  champ  social.  Les  représentations  sociales  ont  donc  un  caractère  symbolique  qui 

oriente les pratiques sociales et les comportements des individus et des groupes. 

 

Les représentations sociales ont un caractère dynamique

. Elles évoluent, se construisent 

en  fonction  des  interactions  entre  les  membres  de  la  société,  entre  les  sociétés,  entre  la 

société et son environnement. Les représentations construisent ainsi la réalité sociale. Pour J.-

C. Abric, « 

toute réalité est représentée, c’est-à-dire appropriée par l’individu ou le groupe, 

reconstruite  dans  son  système  cognitif,  intégrée  dans  son  système  de  valeurs  dépendant  de 

son histoire et du contexte social idéologique qui l’environnent

 » (J.-C. Abric, 1994). 

 

Quelles  conséquences  pour  nos  objets  d’analyse ?  Les  caractères  complexe,  intériorisé  et 

dynamique  des  représentations  sociales  montrent  toute  la  difficulté  qu’il  y  a  à  essayer  de 

qualifier les représentations sociales des acteurs et du modélisateur. En effet, soit le modélisateur 

est un membre de la société qu’il étudie. Dans ce cas, tout comme les autres acteurs de la gestion 

qui appartiennent eux aussi à cette société, il a intériorisé les schèmes sociaux. Alors, il nous faut 

trouver  les  moyens  d’expliciter  les  éléments  qui  fondent  leurs  représentations  sociales 

communes. Soit, au contraire, le modélisateur est exogène à la société alors il nous faut trouver 

(i) les moyens de faire expliciter aux acteurs ce qui constituent pour eux les fondements de leurs 

représentations  sociales,  et  (ii)  pour  le  modélisateur  les  moyens  de  rendre  explicite  sa 

représentation du système qu’il étudie.  

 

Vue la définition du processus de modélisation que nous avons admise au 1.1.2, le modélisateur 

est amené à justifier ses choix théoriques, les concepts qu’il utilise, les hypothèses qui spécifient 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

51 

les  interactions  entre  les  agents  modélisés,  tout  ce  qui  constitue  la  représentation  du  système 

étudié qu’il implémente. Le modélisateur explicite ainsi en partie sa perception du système. Pour 

le  sociologue  qui  analyse  les  représentations  de  chacun,  la  difficulté  réside  plus  dans 

l’identification des paramètres qui déterminent les représentations sociales du système étudié au 

sein  de  la  société  locale :  objet,  sujet,  perception,  système  d’interprétation,  histoire  de  l’acteur 

social, dynamique de ses interactions avec l’objet et de ses pratiques sociales.  

 

Mais  la  question  de  l’évaluation  de  ces  paramètres  demeure  pour  les  membres  de  la  société 

locale.  Comment  les  rendre  intelligible ?  Comment  les  comparer  avec  ceux  du  modélisateur ? 

Une comparaison entre la représentation du modélisateur et celles des acteurs du système étudié 

est-elle  envisageable ?  Et  si  oui,  est-elle  pertinente ?  Peut-on  mesurer  l’histoire  sociale  d’un 

groupe avec celle d’un individu isolé ? Que peut nous apporter une telle comparaison ? En plus, 

nous ressentons là un problème d’échelle puisque représentations individuelles et représentations 

collectives  ne  sont  pas  de  même  dimension.  Dès  lors,  la  question  de  la  distance  entre  la 

représentation du modélisateur et celles des acteurs sociaux ne peut être résolue par le recours à 

une sorte de mètre-étalon. L’écart entre la représentation que le modélisateur se fait du système 

qu’il  étudie  et  les  représentations  sociales  des  acteurs  impliqués  dans  la  gestion  de  ce  même 

système  n’est  pas  quantifiable.  La  démarche  comparative  d’éléments  qualitatifs  et  non 

quantitatifs  semble  être  la  seule  permettant  de  mieux  comprendre  les  problèmes  que  pourrait 

générer  cette  différence  de  représentations  pour  un  usage  de  ces  modèles  en  appui  à  la 

concertation. 

 

Les  éléments  qui  définissent  toute  représentation  sociale  sont  maintenant  identifiés.  Elle  est  de 

nature  dynamique  et  propre  à  chaque  groupe  social.  Les  représentations  sociales  du 

modélisateur,  sujet  exogène  à  la  société  étudiée,  et  des  acteurs  locaux  sur  un  même  objet  sont 

donc nécessairement différentes.  

 

 

Partons de la question initialement posée par les chercheurs du groupe ComMod et continuons 

de  la  décortiquer  pas  à  pas.  La  modélisation  du  système  fournit  un  schéma  conceptuel  des 

interactions entre les agents et leur environnement. Le lien avec le terrain dans le processus de 

modélisation  est  un  des  fondements  de  la  charte  de  ce  groupe.  Pour  que  le  modèle  puisse 

intervenir dans des processus de négociation autour de la gestion des ressources naturelles, il faut 

non seulement qu’il soit approprié par les acteurs locaux mais aussi que sa présence soit légitime 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

52 

aux  yeux  de  tous.  Pour  être  légitime,  la  représentation  proposée  doit  être  interprétable  par  les 

acteurs et donc en phase avec les valeurs du système social modélisé. Avant d’aller plus en avant 

dans  l’éclaircissement  du  questionnement  des  chercheurs,  il  convient  de  préciser  dans  quelles 

mesures les représentations sociales peuvent intervenir dans un processus de négociation. 

 

2.1.2  Pour une clarification des concepts de négociation et de concertation 

La réflexion sociologique sur les processus de négociation demeure peu présente dans le paysage 

français. Outre quelques études sociologiques de référence (M. Crozier et E. Friedberg, 1977; J.-

D. Reynaud, 1993), les autres auteurs comme A. Touraine l’analysent à la marge de leur objet. 

« Il  n’existe  pas  en  France  un  champ  d’études  spécifiques  de  la  négociation  sociale »  (C. 

Thuderoz, 2000). Mais la négociation étant de plus en plus présente comme mode de gestion du 

social devient un nouveau paradigme du social et de l’action collective, créant ainsi une nouvelle 

figure du lien social. « … il se nourrit d’inventions, d’imagination, de créativité ; il s’inscrit dans 

des flux et des réseaux, dans des combinaisons inédites » (

ibid

.) 

 

La 

négociation

 est « 

un processus par lequel deux ou plusieurs parties interagissent dans le but 

d’atteindre une position acceptable au regard de leurs divergences

 » (G. O. Faure

 et al.

, 1998). 

La  négociation  est  un  processus,  elle  n’est  pas  figée.  Au  contraire,  elle  présente  une  certaine 

temporalité. Elle possède un caractère dynamique. La négociation est un processus social dans la 

mesure où elle permet à différentes parties d’entrer en interaction. Il apparaît également que la 

négociation  ne  se  réduit  pas  à  deux  parties  en  opposition.  C’est  l’interaction  des  différentes 

parties prenantes qui constitue le moteur de ce processus. Mais pour négocier, il ne suffit pas de 

se mettre autour d’une table et de discuter, ce processus doit être finalisé par un but à atteindre, 

un  objectif,  trouver  une  position  acceptable,  un  accord  entre  les  parties.  Cependant,  la  mise  en 

place  du  processus  ne  garantit  nullement  sa  réussite.  Et  cette  réussite  ne  se  traduira  pas 

nécessairement par la résolution de la divergence entre les parties mais bien par l’accord qu’elles 

seront capables de trouver. 

 

Tout le monde ne participe pas à une négociation. Car, s'asseoir autour de la table de négociation 

n’est  pas  du  tout  neutre.  S’asseoir  à  la  table  de  négociation,  c’est  être  reconnu  par  les  autres, 

c’est légitimer par sa présence celle d’autrui, c'est reconnaître le bien fondé des revendications 

ou objectifs des autres acteurs. Afin de mieux saisir les enjeux de la négociation, et essayer de 

mieux  comprendre  ce  qui  permet  d’arriver  à  un  accord,  trois  questions  sont  posées :  Pourquoi 

entre-t-on en négociation ? Comment entre-t-on en négociation ? Qui participe à la négociation ?  

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

53 

 

Pourquoi entre-t-on en négociation ?  

Plusieurs théories ont tenté de répondre à cette question. C. Dupont considère qu’un acteur ne va 

entrer  dans  une  négociation  qu'après  avoir  évalué  son  "

coût  d'opportunité

".  En  sciences  de 

gestion, si lorsque j’entre en négociation, cela me coûte moins que les avantages minimaux que 

je souhaite en retirer ou, si cela me coûte moins que si le problème n’est pas résolu ou s’il l’est 

par d’autres méthodes alors j’ai intérêt à participer à la négociation. Mais l’acteur prend alors le 

risque  d'une  erreur  dans  l'évaluation  de  ce  coût  d'opportunité  et  donc,  d'effectuer  le  mauvais 

choix  en  entrant  ou  non  dans  une  négociation  (C.  Dupont,  1994).  L’enjeu  pour  l’acteur  est 

d’évaluer la meilleure alternative qu’il peut avoir dans la négociation : c’est le principe BATNA 

(Best alternative to a negotiated agreement

12

) mis en évidence par R. Fisher et W. Ury (1982 in 

C. Dupont, 1994). Cela permet ainsi de positionner les limites du champ de la négociation

13

 

Une  autre  façon  d’aborder  ce  problème  est  l'approche  économique  développée  en  économie  à 

l'aide de la théorie des jeux au travers de la notion de

 stratégie

. Cette notion est constituée par 

quatre  éléments  :  la  mise,  le  prix  du  jeu  (gain  du  gagnant),  le  rapport  entre  mise  et  prix  et  le 

produit du jeu (résultat pour chaque joueur). C'est le produit du jeu et son évaluation 

a priori

 qui 

décide de l'entrée ou non d'un joueur dans la négociation. En effet, le joueur peut alors comparer 

cette évaluation à son gain possible dans un autre mode de résolution du problème, d'autant plus 

qu'accepter  de  négocier,  c'est  reconnaître  l'existence  de  la  divergence,  du  conflit  (C.  Dupont, 

1994). 

 

 

Comment entre-t-on en négociation ?  

 

La négociation est séquentielle. 

La négociation prend place dans un processus de décision mais contient elle-même une part de 

procédures.  Il  existe  également  plusieurs  approches  de  la  négociation.  L’approche  séquentielle 

s’intéresse  aux  différentes  phases  de  la  négociation.  L’approche  stratégique  considère  que  le 

résultat de la négociation est le produit de la combinaison de choix stratégiques effectués par les 

négociateurs  (G.  O.  Faure

  et  al.

,  1998).  Ces  stratégies  peuvent  viser  à  contraindre  l’autre  –  la 

négociation  est  dite  distributive  (les  gains  de  l’un  correspondent  aux  pertes  de  l’autre)  –  ou  à 

coopérer – la négociation est dite intégrative (les résultats sont jugés gagnants/gagnants pour les 

différentes  parties,  ou 

win  win

,  ils  sont  estimés  mutuellement  acceptables).  L’ultime  stratégie 

                                                 

12

 Meilleure alternative à un accord négocié. 

13

 Notons que l’approche par les SMA et les jeux de rôles qui permettent de tester des scénarii pourrait également 

être utile pour mettre en évidence les limites de la plage de négociation. 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

54 

pouvant être la fuite ainsi que le démontrent R.E. Walton et R.B. McKersie (C. Dupont, 1994). 

L’approche typologique  se  concentre  sur le  caractère  conflictuel  ou  non de  la  négociation.  Ces 

différentes  approches  peuvent  très  bien  être  combinées  au  cours  de  l’analyse  d’une  même 

négociation. 

 

Conflit

Divergence

Détermination 

des protagonistes

ou acteurs

Information 

Consultation

Discussion

 Argumentation

Propositions

Alternatives

Concertation 

Coordination

Coopération

Accord 

Compromis

Consensus

  

Figure 2

: Les phases théoriques de la négociation

 

(A. Dumontier, 2000) 

 

Cette  description  des  phases  théoriques  d’une  négociation  permet  de  préciser  la  place  de  la 

concertation dans le processus. La 

concertation

 « 

n’est pas une négociation puisqu’elle ne vise 

pas forcément une prise de décision d’un commun accord. Elle va plus loin que la simple écoute 

en cherchant par une série d’échanges, de recherche d’ajustement des positions, de propositions 

et de contre-propositions à adapter les décisions en préparation aux besoins des acteurs et donc 

à  les  rendre  acceptables

 »  (L.  Mermet,  1998).

 

Cette  phase  se  poursuit  par  la  coopération  et 

l’obtention de l’accord. Alors que trouver une solution à un problème donné est une composante 

essentielle de la négociation, elle est un objectif plus lointain, extérieur à la dynamique même de 

la  concertation.  L’accord  n’est  pas  consubstantiel  de  la  concertation,  elle  le  prépare

14

.  Il  est  à 

noter  que  la  notion  de  concertation  n’existe  pas  chez  les  Anglo-saxons

15

.  Par  la  suite,  nous 

désignerons  par  concertation 

stricto  sensu

  cette  phase  de  la  négociation.  Par  abus  de  langage, 

nous pourrons confondre concertation (sous-entendu au sens large) et négociation. 

 

 

Vers des référents sociaux communs. 

Chaque négociateur possède dans son conscient (voire dans son inconscient) un certain nombre 

de référents sociaux (mythes, valeurs, symboles, règles, représentations, …) qui lui permettent de 

s’identifier  aux  autres  membres  de  son  groupe  stratégique,  d’être  perçu  comme  un  membre  du 

groupe  et  donc  d’en  être  le  mandataire  dans  la  négociation.  Ces  référents  sociaux  vont 

déterminer  en  partie  son  comportement  individuel  au  cours  de  la  concertation.  Ils  vont  lui 

                                                 

14

 J. Weber montre qu’un accord sur les désaccords peut également être l’étape initiale de la concertation (J. Weber, 

2000). 

15

 La concertation est notamment absente du Dictionary of conflict resolution (D.H. (Ed.) Yarn, 1999). 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

55 

permettre de justifier son point de vue aux yeux des autres. Ils vont également organiser la nature 

des  relations  qu’il  va  pouvoir  nouer  avec  les  autres  participants.  Ces  référents  sociaux 

appartiennent  aux  principes  organisateurs  de  la  société  et,  par  voie  de  conséquence,  de  la 

négociation. Les représentations sociales influencent les comportements de chaque individu dans 

la négociation. 

 

Il ne suffit pas de se mettre autour d’une table pour pouvoir commencer à discuter et pouvoir être 

écouté  par  les  autres  protagonistes.  Avant  même  de  voir  comment  chacun  se  positionne  par 

rapport  aux  autres,  il  faut  d’abord  essayer  de  comprendre  comment  chacun  se  voit,  justifie  sa 

présence,  sa  position,  son  point  de  vue  sur  le  problème  posé.  L.  Boltanski  et  L.  Thévenot  ont 

cherché  à  comprendre  ce  qui  rend  possible  un  accord  entre  les  membres  d’une  société  et  la 

coordination des acteurs, c’est-à-dire ce qui rend une action compréhensible et acceptable par les 

autres. Ils montrent que l’établissement d’un accord, d’une décision se justifie par référence à un 

«

 principe  supérieur  commun 

»  qui  transcende  les  individus  et  permet  de  mettre  fin  aux 

discordes.  Alors,  un  principe  ne  peut  justifier  une  action  et  permettre  un  accord  que  s’il  est 

considéré  comme  légitime  par  l’ensemble  des  parties.  Pour  être  légitime,  chaque  principe  doit 

viser  l'universalité  et  fonder  ce  que  les  auteurs  ont  appelé  une  « 

cité

 »  (L.  Boltanski  et  L. 

Thévenot, 1991). J.-E. Beuret montre comment dans le cadre de négociation entre acteurs pour la 

gestion  concertée  de  l’espace  rural,  chacun  justifie  son  point  de  vue  par  la  référence  à  une 

« grandeur ».  Et  l’accord  ne  devient  possible  que  lorsque  les  négociateurs  ont  été  capables  de 

trouver une justification commune (J.E. Beuret, 1999).  

 

2.1.3  Qui participe à la négociation ? 

L’identification  des  participants  à  la  concertation  est  un  élément  clé  de  tout  processus  de 

négociation.  En  effet,  les  participants  à  la  négociation  voient  dans  ce  simple  acte  une 

reconnaissance de leur statut social, de leur position sociale, de leur point de vue. C’est ce que  

P. Lascoumes  et  J.-P.  Le  Bourhis  appelle  l’« 

identité  d’action

 »  de  l’acteur  (P.  Lascoumes  et     

J.-P. Le  Bourhis,  1998).  L'identité  d'action

 

varie  en  fonction  de  la  position  de  l'acteur  dans  la 

scène  ceci  indépendamment  de  ses  compétences  ou  de  son  autorité  en  situation.  Permettre  de 

participer à la concertation c’est reconnaître un certain droit à citer sur le problème. C’est donner 

une certaine légitimité. Nous assistons à un phénomène d’auto-légitimation des uns par les autres 

et 

vice  versa

16

.  En  réalité  cette  reconnaissance  n’est  pas  définitive.  J.-E.  Beuret  montre  le  cas 

                                                 

16

 S’il y a auto-légitimation des participants par les autres cela répond à une question courante : qui détermine ceux 

qui ont le droit ou non de participer ? En l’absence de médiateur ou d’une autorité supérieure, la détermination des 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

56 

d’une  délégitimation  d’un  négociateur  qui  n’avait  pas  su  évoluer  en  même  temps  que  le 

processus de négociation (J.E. Beuret, 1999).  

 

P. Lascoumes et J.-P. Le Bourhis décrivent la concertation comme une sorte de « 

tournoi

 » dans 

lequel  se  succèdent  des  épreuves  qui  entraînent  des  changements  de  « 

qualifications

 »

 

et  une 

reconfiguration de la « 

scène

 

»

 

en permanence. Un changement relationnel s'opère ouvrant ainsi 

une  redéfinition  des  « 

positions

 »

 

réciproques  pouvant  servir  de  base  à  un  nouveau  « 

jeu

 »

 

(P. Lascoumes  et  J.-P.  Le  Bourhis,  1998).  Il  existe  donc  également  une  dynamique  des  parties 

prenantes au cours de la concertation. La confrontation des identités d'action au cours du tournoi 

se fait en plusieurs épreuves. Les acteurs y sont mis en relation, des échanges entre identités se 

réalisent  qui  énoncent  une  certaine  appartenance  à  un  même  dispositif  de  qualification-

pondération,  à  une  même 

cité

.  Cette  qualification-pondération  peut  également  être  lue  comme 

une  action  de  légitimation  de  la  position  tenue  mais  aussi  comme  une  action  de  validation  du 

format donné à la situation-problème, une justification des frontières qui lui sont fixées par les 

protagonistes en présence.  

 

La  négociation  s’opère  sur  une  scène,  dans  un  espace  social  dans  lequel  et  par  lequel  chaque 

négociateur  justifie  sa  présence.  Ce  concept  d’espace  social  de  la  concertation  se  retrouve  en 

anthropologie  du  développement  (J.-P.  Olivier  de  Sardan,  1993)  et  chez  les  institutionnalistes 

américains  (E.  Ostrom

  et  al.

,  1994)  sous  le  vocable  d’« 

arène  de  l’action

 ».  Cependant,  il  est 

important  de  préciser  que  parler  d’une  scène  ou  d’une  arène  de  la  concertation  ne  signifie  pas 

que  les  négociateurs  soient  strictement  enclos  dans  ce  lieu.  La  notion  d’arène  ou  de  scène  fait 

bien  référence  à  l’espace  social  dans  lequel  se  discute  et  s’élabore  l’accord.  Si  le  processus  de 

négociation implique également des concertations en dehors de la table, cela ne signifie pas pour 

autant que ces concertations soient exclues du processus. Cette scène ou cette arène ne sont pas 

caractérisées  par  une  unicité  de  lieu,  mais  plutôt  par  l’ensemble  des  acteurs  qui  interviennent 

directement sur l’accord même s’ils se trouvent dans les coulisses. 

 

 

Il  ressort  de  cette  analyse  de  la  négociation  qu’elle  est  effectivement  un  processus  dynamique 

dans lequel les représentations sociales occupent une place centrale. Ces représentations évoluent 

au cours des interactions entre les différents protagonistes de la concertation. La négociation fait 

                                                                                                                                                             

négociateurs  peut  se  faire  par  ce  seul  moyen.  Mais  qu’est-ce  qui  empêchera  que  d’autres  ne  participent ?  Nous 
pensons que dans ce cas, c’est le pouvoir du groupe de négociateurs ainsi constitué.  

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

57 

intervenir des objets et des sujets sociaux de nature différente. Elle est socialement située dans le 

sens  où  elle  se  déroule  sur  une  certaine  scène  d’action,  avec  des  protagonistes  en  interrelation 

étroite. Ces négociateurs répondent à des enjeux variables, n’hésitant pas à changer de référentiel 

en fonction de la situation. L’intervention des représentations sociales, éléments participant à la 

construction  de  référents  communs,  dans  le  processus  de  négociation  apparaît  maintenant  plus 

clairement.  

 

 

Comment qualifier la dynamique d’évolution des représentations sociales des protagonistes qui 

permettra d’aboutir à un accord ? La représentation du modélisateur est-elle en adéquation avec 

les  schèmes  de  pensée  des  acteurs  locaux ?  Une  réponse  positive  à  cette  dernière  question  est 

indispensable pour que le modèle et ses résultats ne soient pas disqualifiés par les acteurs locaux. 

Il convient donc de s’interroger sur les changements que l’usage de ces modèles peut induire sur 

le système étudié, pour un usage en aide à la concertation. Pour un usage en terme de recherche, 

la question s’inverse puisqu’il s’agit cette fois de voir quels changements le système étudié peut 

induire sur le modèle. 

 

2.2  Quels  changements  du  système  étudié  peuvent  être  induits  par 

l’usage de ces modèles et vice versa ? 

 

Traiter  la  question  des  changements  induits  par  l’usage  de  ces  modèles  sur  le  système  étudié 

revient  à  s’interroger  sur  les  modifications  sociales  engendrées  par  l’introduction  d’une 

innovation.  Ainsi,  nous  adapterons  à  la  GRNR  la  définition  classique  donnée  par  Schumpeter  

(J.-P. Olivier de Sardan, 1993). Pour nous, une 

innovation

 désigne toute nouvelle combinaison 

des moyens de la GRNR. Il ne s’agit donc pas là de limiter l’innovation à l’invention technique. 

Les modèles utilisés pour faciliter la concertation ou intervenir dans une négociation constituent 

bien une nouvelle combinaison des moyens mis à la disposition des acteurs locaux pour gérer les 

ressources  naturelles  renouvelables.  D’un  autre  point  de  vue,  aborder  la  question  en  terme  de 

changement  de  la  représentation  du  modélisateur  c’est  avancer  encore  un  peu  plus  dans  le 

processus de modélisation d’accompagnement, puisqu’il s’agit là d’améliorer le modèle.  

 

Réfléchissons d’abord à ce second point plus facile à circonscrire. Il s’agit ici de revenir sur 

la  question  de  la  distance  entre  la  représentation  du  modélisateur  et  celles  des  acteurs 

sociaux,  mais  ceci  indépendamment  de  l’usage  en  appui  à  la  concertation.  Expliciter  les 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

58 

hypothèses et concepts du modèle pour les rendre intelligibles aux acteurs locaux, leur faire 

exprimer leur différence par rapport à la représentation proposée, puis les implémenter dans 

le  modèle  tout  en  restant  en  phase  avec  les  dynamiques  endogènes,  tels  sont  les  enjeux 

relatifs à cette partie du questionnement.  

 

Cet  aspect  de  la  réflexion  étant  évacué,  revenons  maintenant  sur  son  second  versant, 

beaucoup  plus  délicat  à  traiter :  les  changements  sociaux  observés  suite  à  l’usage  des 

modèles  avec  les  acteurs  locaux.  Ces  changements  sociaux  s’inscrivent  dans  une  certaine 

échelle  de  temps  (moyen  terme  ou  long  terme)  qui  dépasse  bien  souvent  les  trois  années 

d’élaboration d’une thèse. Seuls les changements apparus dans le court terme seront donc ici 

abordés. 

 

2.2.1  Introduction d’une innovation et changement social  

Inutile de revenir sur l’immuabilité supposée des systèmes sociaux dit « primitifs », Malinowski, 

Balandier,  et  tant  d’autres  sociologues  et  anthropologues  ont  déjà  montré  la  naïveté  de  cette 

proposition ! G. Balandier montre que tout système social est en perpétuel devenir (G. Balandier, 

1971,  1985).  Le  changement  social  présente  deux  dimensions :  l’une  microsociologique  et 

l’autre  macrosociologique.  L’introduction  d’une  innovation  dans  une  société  donnée  (ou  un 

groupe social) ne se traduit par un changement social que si des modifications du système social 

initial sont observables. Pour qu’une innovation donne lieu à ce type de bouleversement, il faut 

qu’elle soit portée par certains membres influents de la société qui pourront en vanter les mérites 

et favoriser sa diffusion puis son appropriation par les autres membres de la société. Comme le 

décrivent H. Mendras et M. Forsé, ce sont donc les interactions entre des acteurs sociaux (groupe 

ou  individu),  au  niveau  microsociologique,  qui  permettent  de  proche  en  proche  de  modifier 

l’organisation  sociale  et  les  modes  de  vie  (H.  Mendras  et  M.  Forsé,  1983).  Dans  le  cas  de 

l’introduction  d’une  innovation,  le  changement  social  apparaît  comme  le  résultat  d’une 

dynamique  interne  (entre  les  acteurs  sociaux  du  système  étudié)  et  externe  (par  l’intervention 

extérieure  du  porteur  de  l’innovation).  Cette  vision  du  changement  social  se  positionne  de  fait 

dans la sociologie interactionniste par opposition aux structuralistes et fonctionnalistes pour qui 

le  changement  social,  s’il  existe,  ne  peut  se  faire  que  par  la  succession  d’états  d’équilibre 

spontané. Au contraire, 

le déséquilibre est pour nous le moteur du changement social

 

Le système coutumier désigné sous le vocable de « tradition » est souvent présenté comme l’une 

des  résistances  principales  au  changement  social.  Pourtant,  nous  pensons  que  la  coutume  n’est 

pas  figée.  Au  contraire,  elle  possède  un  dynamisme  qui  lui  est  propre.  Le  paradigme  du 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

59 

changement  social  par  diffusion  laisse  à  penser  que  l’organisation  de  la  société  ne  change  que 

lorsque  la  somme  des  modifications  des  acteurs  a  atteint  par  agrégation  une  certaine  masse 

critique, comme un effet boule de neige. Nous pensons que ce dynamisme collectif est complexe 

et souvent bien plus lent que des changements individuels. En effet, il faut du temps pour que la 

coutume, garant de l’ordre établi et des valeurs considérées parfois comme ancestrales (du moins 

dans  l’esprit  de  certaines  gens),  puisse  intégrer  ce  nouveau  paramètre  et  retrouver  une  certaine 

cohérence.  La  coutume  ne  bloque  pas  les  comportements  des  individus.  De  nombreux  auteurs 

ont  montré  que  les  acteurs  sociaux  sont  certes  soumis  à  des  contraintes  mais  qu’ils  disposent 

d’une certaine marge de manœuvre dans leurs choix, leurs intérêts, leurs stratégies (J.-P. Darré, 

1985;  H.  Mendras  et  M.  Forsé,  1983;  J.-P.  Olivier  de  Sardan,  1993,  1995;  B.  Sall,  1993).  Les 

acteurs  n’usent  pas  solitairement  de  leur  marge  de  manœuvre.  Les  phénomènes  de 

réinterprétation  “ par  en  bas ”  sont  des  processus  sociaux  d’interaction  dont  les  effets  sont 

largement imprévisibles. 

 

 

S’interroger sur les changements sociaux induits par l’usage de modèles impose de répondre aux 

trois questions suivantes 

1-

 

qu’est-ce qui change ? Il faut donc repérer les secteurs où s’opère le changement. Ce qui 

suppose d’avoir établi une sorte d’état de référence avant l’introduction de l’innovation. 

Puisque  l’un  des  objectifs  de  ces  modèles  est  de  faciliter  la  concertation  entre  acteurs 

locaux,  il  nous  faut  donc  repérer  les  formes  de  concertations  (leurs  procédures,  les 

protagonistes, les règles auxquelles elles obéissent) existant déjà dans le système étudié. 

2-

 

comment  s’opère  le  changement ?  Quels  rythmes  suit-il ?  Il  s’agit-là  de  décrire  les 

processus observés. 

3-

 

comment  expliquer  le  changement  ainsi  décrit ?  Cela  traduit  le  passage  à  la  phase 

d’interprétation, d’analyse des acteurs, des facteurs et des conditions du changement. 

 

2.2.2  Vers notre question de problématique 

Maintenant  que  nous  avons  défini  notre  acception  de  la  notion  même  de  changement, 

interrogeons-nous  sur  la  pertinence  même  de  la  question  posée.  Les  systèmes  sociaux  étant 

dynamiques il n’y a pas 

a priori

 d’incohérence à envisager la question des changements induits 

par l’usage de ces modèles avec les acteurs sociaux. La littérature sur les modèles informatiques 

en  appui  à  la  négociation  est  foisonnante  et  constitue  la  base  de  nombreux  journaux  (par 

exemple :  Group  decision  and  negotiation,  Decision  support  systems,  etc.).  Des  études  moins 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

60 

nombreuses  montrent  que  les  jeux  de  rôles  sont  utiles  dans  les  lieux  de  concertation  (O. 

Barreteau, 2003) mais elles ne se sont pas intéressées aux raisons de cette utilité. Pourquoi ne pas 

imaginer que ce ne sont pas les jeux mais les discussions entre des acteurs dans une sorte de lieu 

parallèle qui permettent au processus de concertation d’avancer ? Pour évaluer la pertinence de 

cette question nous proposons de mieux 

comprendre ce qui se passe au cours des séances de 

jeux de rôles

.  

 

Pour  saisir ce  qui se  passe  dans le jeu  de  rôles, donnons  maintenant  une  définition  claire  de la 

notion de jeu

17

. Nous verrons par la suite si les jeux de rôles du groupe ComMod correspondent 

ou non à celle-ci. Une des définitions les plus classiques et les plus explicites de la notion de jeu 

est donnée par J. Huizinga. Le jeu est « 

une action libre, sentie comme fictive et située en dehors 

de  la  vie  courante,  capable  néanmoins  d’absorber  totalement  le joueur ;  une  action  dénuée  de 

tout intérêt matériel et de toute utilité ; qui s’accomplit en un temps et un espace expressément 

circonscrits,  se  déroule  avec  un  ordre    selon  des  règles  données,  et  suscite  dans  la  vie  des 

relations  de  groupes  s’entourant  volontiers  de  mystère  ou  accentuant  par  le  déguisement  leur 

étrangeté vis-à-vis du monde habituel

 » (J. Huizinga, 1951).  

 

De cette définition, il ressort que le jeu possède un caractère dual puisqu’il est ordonné grâce au 

système  de  règles  qui  le  régit  et  permet  au  joueur  d’avoir  une  certaine  liberté  par  rapport  au 

monde  réel.  Il  se  définit  par  rapport  à  la  vie  sociale.  Il  est  hors  de  la  vie  sociale.  Pourtant,  la 

participation à un jeu peut créer des relations entre des individus, un sentiment d’appartenance à 

un groupe social. Tout se passe comme si le jeu créait une dimension spatio-temporelle ambiguë, 

particulière, différente de la réalité avec un temps et un espace qui lui est propre et qui permet 

d’exacerber les relations entre les joueurs. La relation entre jeu et réalité est donc floue, ambiguë, 

mais  elle  existe.  Elle  est  dans  l’essence  même  de  la  notion de  jeu.  Dans  ce  cas,  la question  de 

savoir si le fait de participer à un jeu peut modifier la vie sociale demeure valable.  

 

Reconnaissant  les  critères  définis  par  Huizinga,  R.  Caillois  note  que  sa  définition  écarte  un 

certain  nombre  de  jeux  plus  matérialistes  et  les  jeux  de  hasard.  Pour  pallier  ce  manque, 

R. Caillois propose de définir le jeu comme une activité 

libre, séparée, incertaine, improductive, 

réglée et fictive

 (R. Caillois, 1967). Dans son acception, 

                                                 

17

 Le jeu est absent des dictionnaires d’ethnologie et d’anthropologie de Bonte et Izard et de sociologie de Boudon et 

Bourricaud qui sont deux dictionnaires de références de ces sciences. 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

61 

 

Libre

 se réfère au fait que le joueur ne peut être contraint à jouer. Le jeu n’est pas une corvée. 

La  participation  de  quelqu’un  à  un  jeu  est  un  choix

18

.  Le  ludique  donne  au  joueur  une 

certaine  liberté  par  rapport  à  son  rôle  social.  Il  n’y  a  de  jeu  que  si  celui-ci  est  joué  par 

quelqu’un qui a l’esprit du jeu et qui est prêt à ce désengagement sans qu’il ne se passionne 

trop pour le jeu. Sinon le risque est de voir le jeu redevenir sérieux.  

 

Le jeu est 

séparé

 du monde dans un espace et un temps circonscrit.  

 

Le  déroulement  du  jeu,  même  s’il  est 

réglé

  puisque  soumis  à  un  système  de  conventions, 

n’en est pas moins indéterminé puisque le joueur possède une certaine marge de manœuvre 

dans le jeu.  

 

Le jeu est 

improductif

 et ne crée ni bien ni richesse.  

 

Et le jeu est 

fictif

 dans le sens où il se situe dans une réalité seconde voire une irréalité totale 

par rapport à la vie courante.  

R.  Caillois classe les  jeux  selon  quatre  catégories :  ceux  dominés  par  la  compétition  (

agôn

),  le 

hasard  (

alea

),  le  simulacre  ou  le  faire  semblant  (

mimicry

)  et  la  recherche  d’un  certain  vertige 

(

ilinx

)  (R.  Caillois,  1967).  Selon  le  type  de  jeux  de  rôles,  les  interactions  entre  les  joueurs 

peuvent  être  coopératifs  ou  antagonistes.  Dans  ceux  développés  par  le  groupe  ComMod,  la 

coopération  est  souvent  recherchée  pour  trouver  une  solution  au  problème  posé.  La  simulation 

caractéristique des jeux de rôles place ces jeux dans la catégorie 

mimicry

, même si le hasard est 

bien  souvent  présent  dans  les  parties.  L’intérêt  de  cette  classification  de  R.  Caillois  est  de 

préciser  encore  un  peu  plus  la  place  du  jeu  par  rapport  à  la  réalité.  Dans  tous  ces  cas,  le  jeu 

apparaît toujours comme défini par rapport à une certaine réalité en la niant, en s’en séparant ou 

en s’en inspirant.  

 

De  nombreux  auteurs  psychologues,  sociologues  et  anthropologues  se  sont  interrogés  sur  la 

relation  qui  existait  entre  le  jeu  et  la  société.  Les  anthropologues  qui  se  sont  intéressés  à  la 

question

19

  considèrent  le  jeu  comme  une  création  humaine  et  par  conséquent  comme  un 

phénomène  culturel  étroitement  corrélé  avec  les  structures  sociales.  Les  sociologues  centrent 

leurs  études  sur  les  aspects  sociaux  du  jeu  et  donc  examinent  également  les  aspects  non 

traditionnels  du  jeu.  Distinguant  le  jeu  libre (

play

)  où les  rôles  ne sont  pas  liés entre  eux  de  la 

pratique du jeu social (

game

) où tous les rôles différents sont intériorisés et mis en cohérence par 

une situation sociale, les psychosociologues voient dans le jeu un processus d’apprentissage du 

                                                 

18

 Nous retrouvons là l’idée de liberté d’action du joueur ou des négociateurs éventuels. 

19

  Il  est  intéressant  de  noter que  deux  tendances  peuvent  être  observées  chez  les  ethnologues.  Jusqu’à  la  première 

moitié  du  XX

ème

  siècle,  le  jeu  est  absent  des  grandes  monographies.  Mais  il  existe  une  autre  tendance  qui  tend  à 

exalter le jeu comme élément essentiel de la culture et de l’apprentissage social. 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

62 

soi  chez  l’enfant  par  l’interaction  et  l’intériorisation  des  rôles  d’autrui  (G.H.  Mead,  1963). 

D’autres définitions existent en sciences de la communication. Toutes considèrent que le ludique 

est un désengagement par rapport à la vie quotidienne.  

 

Travailler  sur  l’affirmation  que  le  jeu  est  hors  de  la  réalité  devient  dès  lors  essentiel.

 

Commençons par considérer la proposition suivante : le jeu est purement ludique. Si tel est le cas 

alors  la  pertinence  de  la  question  se  trouve  fortement  ébranlée.  En  effet,  pouvons-nous  encore 

imaginer  que  la  réunion  de  porteurs  d’enjeux  réels

20

  (représentés  au  sein  du  jeu)  venus 

uniquement  pour  se  divertir  puisse  modifier  leurs  relations  sociales,  leurs  points  de  vue  sur  la 

gestion  des  ressources  représentées,  les  processus  réels  de  décision  auxquels  ils  participent ? 

D’ailleurs, peuvent-ils participer à un jeu sans être discrédités aux yeux des autres ? 

 

Pour faciliter la démonstration, considérons une hypothèse contraire : ce qui se passe dans le jeu 

de rôles n’est pas déconnecté de la réalité. Si cette hypothèse s’avère exacte alors jeu et réalité 

sont  liés  et  la  question  initiale  devient  pertinente.  Il  restera  ensuite  à  démontrer  que  le  jeu 

influence  la  réalité.  Si  jeu  et  réalité  sont  liés,  cela  ne  signifie  pas  d’emblée  que  le  jeu  soit 

considéré  par  les  acteurs  comme  faisant  parti  de  la  réalité.  La  nature  de  ce  lien  n’est  pas 

nécessairement de type inclusif ou exclusif. La relation entre ces deux notions est sans doute plus 

subtile que cela.  

 

Comment 

appréhender  le  décalage

 

qui  existe  pour  les  acteurs  entre  ces  deux  espaces-

temps ?

  Il  nous  semble  que  dans  ces  deux  dimensions,  la  même  logique  d’analyse  doit  être 

conservée. Or le jeu de rôles, tiré du SMA ou utilisant le SMA au cours des séances de jeu, décrit 

des interactions dynamiques entre des rôles individuels ou collectifs et des ressources variables. 

Pour  conserver  cette  même  logique,  l’analyse  de  la  réalité  doit  donc  porter  sur  les  rôles  et  les 

interactions  des  individus  et  groupes  sociaux  participant  à  la  gestion  des  ressources 

renouvelables (de préférence celles dont la dynamique est représentée dans le jeu). Dès lors, les 

comportements et les interactions liés à ses rôles doivent être identifiés dans la réalité ainsi que 

leurs modes d’expression au cours des séances de jeu. 

 

 

                                                 

20

 Cela pose le problème de la convocation des porteurs d’enjeux au jeu. 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

63 

Aussi,  notre  appropriation  des  différentes  questions  des  chercheurs  du  groupe  ComMod  nous 

amène  à  construire  notre  problématique  à  partir  de  la  question  suivante : 

comportements  des 

acteurs dans le jeu de rôles et dans la réalité : indépendance ou correspondance ? 

 

 

2.3  Simulacre, réalité : vers une schizophrénie des acteurs ? 

 

S’interroger sur les comportements des acteurs ne signifie pas nécessairement adopter le point de 

vue  de  l’individualisme  méthodologique.  Dans  son  acception  commune,  « 

le  comportement  est 

une manière d’agir, le genre de transformation qu’opère une chose dans un certain contexte 

» 

(E. Ortigues, 1993). Dans cette définition, il apparaît que le comportement n’est pas une simple 

réaction,  un  changement  accidentel  à  un  contexte.  Sa  dynamique  est  également  liée  aux 

caractéristiques propres de l’agent ou du système. Appliquée aux sciences sociales, cela signifie 

que les êtres ou les groupes humains ne réagissent pas simplement à des stimuli extérieurs mais 

qu’ils  le  font  en  fonction  de  mécanismes  correctifs  d’autorégulation  qui  leur  sont  propres.  La 

difficulté  est  donc  d’accéder  à  ces mécanismes  cognitifs  intervenant  dans  les  interactions  entre 

les hommes.  

 

Aborder les interactions entre les hommes par la cognition, ce n’est pas encore une fois adopter 

le point de vue de l’individualisme méthodologique. Même si l’acteur de base est l’individu, son 

comportement  ne  peut  être  réduit  à  ce  qu’il  a  d’observable  c’est-à-dire  ses  actions.  Les 

mécanismes  correctifs  d’autorégulation  renvoient  aux  préférences,  aux  représentations,  aux 

croyances,  aux  valeurs.  C’est  là  que  le  cognitif  intervient  pour  donner  du  sens  aux 

comportements observés (P. Livet, 2001). La spécificité du social collectif, par l’élaboration des 

règles,  normes,  valeurs  collectives  et  institutions,  est  reconnue  de  fait.  Ainsi,  elle  apparaît 

nécessaire pour mieux comprendre les comportements individuels. 

 

Les  acteurs  sont  perçus  au  niveau  individuel  mais  également  collectif.  Ce  qui  est  pour  nous 

intéressant, c’est leur insertion dans la société, c’est de cerner comment la société peut déteindre 

sur  ses  membres  (individu  ou  groupe  social),  comment  au  travers  des  représentations  sociales 

elle  influence  leurs  comportements,  l’organisation  des  groupes,  les  interactions  entre  groupes 

et/ou individus. Cette entrée dans la société par les comportements revendique donc une position 

ni individualiste ni holiste. 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

64 

Ce faisant, s’il est supposé qu’il existe une relation entre jeu et réalité, cela ne dévoile en rien la 

nature  de  ce  lien.  Nous  avons  montré  dans  le  paragraphe  1.2.1  que  les  représentations  sociales 

occupaient  une  part  importante  dans  le  processus  de  modélisation  mais  également  dans  une 

meilleure connaissance du déroulement de la concertation. Elles interviennent également dans la 

façon  dont  les  acteurs  vont  percevoir  le  jeu,  la  description  du  monde  qu’il  propose  et  leurs 

interactions avec les autres acteurs. Comment les acteurs perçoivent-ils le jeu vu de l’extérieur ? 

Et comment les joueurs perçoivent-ils le jeu vu de l’intérieur ? Ces perceptions évoluent-elles au 

cours d’une séance de jeu ou lors de la répétition des parties ? Ces changements de la perception 

des  joueurs  peuvent-ils  sortir  du  cadre  du  jeu  et  se  traduire  par  des  modifications  de  leur 

perception du monde réel ? 

 

Continuons la déconstruction de notre problématique. Interrogeons-nous maintenant non pas sur 

les perceptions mais sur les interactions qui apparaissent au cours de la séance de jeu. Comment 

le jeu crée-t-il les conditions nécessaires au développement de ces interactions ? En définissant le 

jeu de rôles, nous avons évoqué la présence du meneur de jeu qui maîtrise l’ensemble des règles 

du  jeu.  C’est  lui  le  narrateur  de  l’histoire  qui  se  construit  devant  ses  yeux.  Au  cours  de  cette 

histoire, les joueurs vont évoluer dans un autre monde que celui de la réalité : nous appellerons 

cet  autre  monde 

simulacre

.  Au  début  du  jeu,  les  joueurs  sont  placés  dans  un  environnement 

particulier. Ils mettent en action des règles, se comportent en fonction de leur compréhension du 

jeu.  Puis,  petit  à  petit,  en  évoluant  au  sein  du  jeu,  par  les  interactions  entre  les  joueurs  mais 

également avec le meneur de jeu, ils vont, si « ils jouent le jeu », pouvoir s’approprier les règles 

et faire exprimer les potentialités de leur rôle. L’acteur change alors de peau pour devenir joueur 

le temps de la partie. Mais ce passage et cette intériorisation des règles du jeu ne peuvent se faire 

sans  une  cohérence  du  simulacre.  Cette  cohérence  du  simulacre  est  construite  par  le  maître  du 

jeu.  C’est  lui  qui  donne  la  crédibilité  au  simulacre.  Sans  cela  -  c’est-à-dire,  par  exemple,  si  le 

joueur  à  l’impression  que  le  meneur  n’est  pas  impartial  -  le  joueur  peut  remettre  en  cause  la 

légitimité  du  simulacre.  Le  simulacre  ne  pourrait  alors  acquérir  une  dimension  propre  qui  est 

pourtant nécessaire à l’ancrage des représentations et des stratégies des joueurs. Quelles sont les 

autres conditions nécessaires à la cohérence du simulacre ?  

 

Le  simulacre  n’est  pas  la  réalité.  Il  ne  constitue  qu’un  reflet  du  monde.  Donc,  participer  à  un 

simulacre c’est pour le joueur interrompre le cours de son existence, c’est établir une parenthèse 

dans la perception du réel. Mais se mettre entre parenthèses signifie-t-il pour le joueur qu’il se 

retire  du  monde  réel ?  Certes  le  jeu  crée  une  réalité  parallèle  dans  laquelle  le  meneur  de  jeu 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

65 

espère que le joueur va se projeter. Pourtant, l’entrée dans le simulacre n’est pas imposée, elle est 

libre

.  L’intérêt  d’un  faible  écart  entre  le  réel  et  le  virtuel  serait  de  permettre  au  joueur  de 

redevenir  acteur  du  monde  réel  si  le  simulacre  proposé  ne  le  satisfait  pas.  Cette  proximité 

permettrait également au joueur d’utiliser des caractéristiques du monde réel (valeurs, caractère, 

schèmes  de  pensée)  pour  modifier  le  simulacre  afin  de  le  rendre  satisfaisant  à  ses  yeux.  Le 

simulacre  constitue  ainsi  une  sorte  de  reflet  déformable  du  monde,  mais  les  modifications  ne 

peuvent  se  faire  que  par  les  interactions  entre  les  joueurs  et/ou  le  maître  du  jeu.  Le  simulacre 

peut-il  alors  être  considéré  comme  un  monde  parallèle  en  co-construction  ou  juste  comme  un 

simple  aparté  dans  une  réalité  aux  multiples  facettes ?  Quels  rôles,  l’individu  social  peut-il  y 

jouer : acteur et/ou joueur ? 

 

En  quoi  la  simplification  proposée  par  le  jeu  peut-elle  être  dommageable  ou  bénéfique  à 

l’établissement de ponts entre jeu et réalité ? Nous revenons ainsi sur la troisième question posée 

par les chercheurs : la simplification réalisée lors du passage au jeu de rôles implique-t-elle une 

perte  de  la  complexité  du  système  réel  étudié  qui  serait  néfaste  à  son  intelligibilité ?  La 

complexité  est  appréhendée  au  travers  des  interactions  entre  les  différentes  composantes  du 

système étudié. Toutes les composantes du système réel ne sont pas nécessairement intelligibles 

par  un  observateur  exogène.  Par  exemple,  nous  avons  précédemment  montré  que  ce  qui 

détermine  les  représentations  sociales  est  en  partie  intériorisé  par  les  membres  de  la  société 

étudiée.  Elles  sont  donc  difficilement  accessibles.  Pourtant,  la  représentation  proposée  par  le 

modélisateur sous la forme d’un SMA ou d’un jeu de rôles est un schéma. Ce schéma n’est pas 

une  description  simplifiée  ou  simpliste  du  système  étudié.  Bien  au  contraire,  il  doit  rendre 

compte  de  la  complexité.  Aussi  reformulons-nous  la  question  des  chercheurs  de  la  façon 

suivante :  la  complexité  du  système  réel  est-elle  restituée  par  le  jeu  des  acteurs ?  La 

représentation schématique proposée par le jeu permet-elle aux joueurs d’interagir pleinement ? 

En d’autres termes, les joueurs vont-ils se restreindre au peu de règles présentées dans le jeu ou 

au contraire profiter de la proximité entre le monde représenté dans le jeu et leur monde réel pour 

puiser  dans  leur  réalité  les  moyens  d’évoluer  dans  le  jeu,  profitant  ainsi  des  degrés  de  liberté 

laissés  par  le  modélisateur

21

 ?  Cette  question  renvoie  de  nouveau  à  notre  problématique, 

puisqu’il s’agit encore de mieux comprendre les liens entre les comportements des joueurs dans 

le jeu et dans la réalité. 

 

                                                 

21

 puisqu’il ne peut reproduire l’ensemble des interactions du système réel. 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

66 

Le  concept  de  concertation  a  d’abord  été  clarifié  pour  le  distinguer  de  celui  plus  englobant  de 

négociation. Cette première ne constitue en effet qu’une étape du processus de négociation. Nous 

avons  également  essayé  d’établir  les  différents  paramètres  de  la  concertation :  protagonistes, 

enjeux,  arène  d’échange  ou  (plus  simplement)  de  publication  des  représentations  sociales 

multiples  sur  un  même  objet.  Nous  avons  ensuite  cherché  à  déconstruire  les  réflexions  des 

chercheurs  du  groupe  ComMod  afin  de  nous  les  approprier  en  les  traduisant  en  un 

questionnement  sociologique :  le  changement  social  induit  par  l’usage  de  ces  outils  avec  ces 

acteurs  locaux  dans  le  cadre  de  processus  de  concertation.  L’utilisation  d’objets  intermédiaires 

des chercheurs avec des acteurs locaux impose au préalable de mieux comprendre ce qui se passe 

au sein d’un jeu de rôles : peut-on dire qu’il existe un lien entre les comportements des acteurs 

dans  le  jeu  de  rôles  et  dans  la  réalité ?  Cette  interrogation  constitue  le  point  nodal  de  notre 

problématique. Nous avons choisi de la décortiquer en nous appuyant sur un exemple de SMA et 

de jeu de rôles construits dans le cadre d’une modélisation d’accompagnement 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

67 

 

3

 

L

E  JEU  DE  ROLES 

N

JOOBAARI  ILNOOWO

  UTILISE  DANS  LES 

SYSTEMES IRRIGUES DE LA VALLEE DU FLEUVE 

S

ENEGAL

3.1  Contexte de la construction du jeu de rôles Njoobaari ilnoowo. 

 

Le  8  septembre  1998,  Olivier  Barreteau  soutient  publiquement  sa  thèse  à  l’ENGREF

22

  en 

sciences  de  l’eau  sur  le  thème :  « Un  système  multi-agents  pour  explorer  la  viabilité  des 

systèmes  irrigués :  dynamique  des  interactions  et  modes  d’organisation ».  A  l’issue  de  cette 

soutenance  et  afin  de  présenter  son  travail  aux  agriculteurs  sénégalais  avec  lesquels  il  avait 

travaillé, Olivier Barreteau construit le jeu de rôles 

Njoobaari ilnoowo

. Revenons sur ces travaux 

à partir desquels nous développerons notre analyse des relations entre le jeu de rôles et la réalité. 

 

3.1.1  Le  problème  de  la  viabilité  des  systèmes  irrigués  dans  la  vallée  du  fleuve 

Sénégal. 

 

L’irrigation  dans  la  vallée,  une  histoire  ancienne :  Du  jardin  de  Richard  aux 

aménagements tertiaires. 

L’histoire  du  peuplement  ancien  de  la  vallée  est  déterminante  pour  comprendre  l’évolution  de 

l’aménagement hydro-agricole de ce territoire et les difficultés de la gestion. Ce chapitre permet 

ainsi  d’identifier  le  contexte  social,  économique  et  technique  dans  lequel  a  été  construit  puis 

utilisé le jeu de rôles et le SMA. 

 

En  1817  commencent  les  premières  expériences  pour  utiliser  les  potentialités  d’irrigation  du 

bassin du fleuve Sénégal. En 1824, est créé à Richard-Toll

23

 « 

un superbe jardin botanique dans 

lequel  M.  Richard  s’était  livré  avec  beaucoup  de  succès  à  l’acclimatation  de  différents  arbres 

fruitiers venus d’Europe et des autres colonies

 » (H. Azan, 1863). Mais en raison de l’insécurité, 

du manque de main d’œuvre, d’imperfections techniques et de la réticence des habitants à céder 

leurs  terres,  ces  tentatives  se  soldent  par  un  échec.  Avec  le  développement  de  la  production 

arachidière dans le sud, les projets d’irrigation furent abandonnés jusqu’au début du XX

ème

 siècle 

(G. Diemer et E. Ch. W. van der Laan, 1987). 

                                                 

22

 Ecole Nationale du Génie Rural des Eaux et Forêts. 

23

 Toll = jardin en wolof, Richard-Toll désigne le jardin de Richard. 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

68 

 

Des  années  1920  jusqu’à  l’Indépendance  du  Sénégal,  le  colonisateur  développe  de  nouveau 

l’irrigation  dans  la  vallée  du  fleuve  Sénégal  afin  d’en  faire  le  « grenier »  à  riz  de  l’Afrique 

Occidentale  Française.  Les  résultats  sont  mitigés.  6 000  hectares  sont  aménagés  autour  de 

Richard Toll en marge des terroirs traditionnels (G. Diemer et E. Ch. W. van der Laan, 1987; A. 

Lericollais, 1981; Ch. Santoir, 1983).     

 

Le Sénégal acquiert son indépendance le 4 avril 1960. Tout comme de nombreux pays d’Afrique 

de l’Ouest, il opte pour un développement basé sur l’exploitation des surplus agricoles pour faire 

décoller  son  économie.  L’État  sénégalais  décide  alors  de  renforcer  le  développement  de 

l’irrigation  dans  la  vallée  afin  de  s’affranchir  de  la  contrainte  climatique  et  d’assurer 

l’autosuffisance  alimentaire  de  sa  population.  En  1964,  la  digue  périphérique  du  delta  est 

construite  pour  permettre  la  submersion  contrôlée  de  30 000  hectares  de  cuvettes  pour  la 

production de riz (R. Bailhache

 et al.

, 1982).  

 

En 1965, la SAED est créée. Jusqu’en 1970, des aménagements secondaires sont conçus dans le 

delta sur une superficie de 10 000 hectares. Ces aménagements sont équipés de canaux vannés à 

fonds plats reliant les bas-fonds entre eux et d’une station de pompage de reprise pour accélérer 

la  submersion.  La  maîtrise  de  l’eau  n’y  est  donc  encore  que  relative  en  raison  des  aléas  de  la 

levée sous pluie et du retrait souvent tardif de la « langue salée » (S.M. Seck, 1991). A partir de 

1970,  des  aménagements  tertiaires  sont  créés.  En  1973,  la  sécheresse  frappe  le  Sénégal  et 

accélère la construction des périmètres irrigués de ce type. Dans le delta, se sont essentiellement 

des grands périmètres irrigués (GPI) de 100 à plusieurs milliers d’hectares qui sont construits. En 

1974,  la  zone  d’action  de  la  SAED  est  étendue  à  la  moyenne  vallée  puis  jusqu’à  Bakel. 

L’encadrement de l’ensemble des cultures qui y sont produites est désormais à sa charge. Dans 

les départements de la moyenne et de la haute vallée, des opérations de plus petite envergure sont 

associées  à  la  construction  de  GPI  dans  ces  régions  plus  fortement  peuplées  (Dagana  en  1974, 

Nianga en 1975). Des périmètres irrigués villageois (PIV) de quelques dizaines d’hectares sont 

créés  à  la  faveur  de  petits  groupes  de  paysans.  Les  moyens  y  sont  faibles,  les  conditions 

naturelles  particulièrement  favorables  (terres  exondées  en  bordure  du  fleuve),  la  participation 

paysanne y est volontaire et bénévole. La SAED offre une motopompe (A. Lericollais et A. Sarr, 

1995).  

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

69 

Ainsi, en 1980, 12 000 hectares de GPI et 3 000 hectares de PIV dans la moyenne vallée étaient 

aménagés  par  la  SAED.  La  submersion  contrôlée  a  totalement  disparu  des  périmètres  irrigués 

dès 1978. Le Club du Sahel a évalué les potentialités de la vallée (pour la partie sénégalaise) à 

267 000 hectares dont 155 000 étaient estimés pouvoir être aménagés avant l’an 2000. L’objectif 

de  la  SAED  est  bien  moindre.  Elle  estimait  pouvoir  atteindre  les  40 000  hectares  de  superficie 

irrigable en 1990. Mais, la construction des aménagements hydro-agricoles nécessitent des coûts 

élevés de plus d’un million de francs CFA/ha contre quelques centaines de mille pour les PIV (R. 

Bailhache

  et  al.

,  1982;  G.  Diemer  et  E.  Ch.  W.  van  der  Laan,  1987).  La  production  rizicole 

décolle  mais  les  tonnages  demeurent  insuffisants  pour  répondre  à  l’objectif  de  l’autosuffisance 

alimentaire. Le manque d’entretien des aménagements se traduit par une dégradation rapide des 

infrastructures  hydro-agricoles.  Les  réhabilitations  nécessaires  se  succèdent.  L’investissement 

n’est pas rentable.  

 

 

Du désengagement de l’État aux difficultés de la gestion paysanne 

 

La nouvelle politique agricole. 

Au  début  des  années  1980,  les  cours  mondiaux  des  matières  premières  (arachide,  coton, 

phosphates,  etc.)  chutent.  La  crise  pétrolière  a  fait  grimper  la  facture  énergétique.  Au  niveau 

intérieur,  le  taux  de  croissance  démographique  plus  fort  que  celui  de  la  production  agricole 

renforce l’insécurité alimentaire, les sécheresses successives des années 1970 ont hypothéqué les 

rendements  agricoles,  le  malaise  paysan  face  aux  difficultés  du  secteur  est  renforcé  par  les 

ponctions réalisées par l’État. Face à ce constat d’échec, qui touche l’ensemble des secteurs de 

l’économie, l’État sénégalais est obligé de se tourner vers les bailleurs de fonds internationaux. 

Un  plan  de  stabilisation  mis  en  place  avec  le  FMI  en  1979  précède  le  premier  Programme 

d’Ajustement Structurel (PAS). Entre 1985 et 1992, quatre PAS vont se succéder signés dans le 

cadre du Plan d’ajustement économique et financier à moyen et long terme (PALMT). 

 

C’est  dans  ce  contexte  qu’est  promulguée  en  1984  la  Nouvelle  Politique  Agricole  (NPA).  Elle 

vise  à  “ 

créer  les  conditions  de  relance  de  la  production,  dans  un  cadre  qui  favorise  la 

participation  effective  et  la  responsabilisation  poussée  des  populations  rurales  à  chacune  des 

étapes du processus de développement et en conséquence, réduire l’intervention de l’État à un 

rôle de catalyseur et d’impulsion

 ” (J.-B. Sène, 1991). En raison de l’importance du secteur rural 

et  de  la  faible  industrialisation  du  pays,  elle  constitue  la  base  de  la  politique  d’ajustement 

structurel.  

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

70 

Son  premier  objectif  est  le  désengagement  de  l’État  du  secteur  agricole.  Suite  à  la  politique 

d’encadrement  de  la  paysannerie  menée  dans  les  décennies  précédentes,  les  services  publics  et 

parapublics  sont  hypertrophiés  (T.A.  Seck,  1997).  La  réduction  des  sociétés  publiques 

d’encadrement  est  indispensable.  La  responsabilisation  des  acteurs  ruraux,  la  libéralisation  et 

l’assainissement  des  filières  agricoles,  une  politique  de  prix  incitatifs  (vérité  des  prix  et 

suppression des subventions), et la création d’une Caisse nationale de crédit agricole sénégalaise 

en 1988 (CNCAS) sont les autres mesures préconisées.  

 

La sécurisation alimentaire demeure le second objectif de la NPA. L’aménagement de la vallée 

du fleuve Sénégal doit permettre d’augmenter la production nationale de riz, aliment de base de 

la population urbaine sénégalaise (T.A. Seck, 1997). Les importations de riz devaient plafonner à 

340 000 t/an. Le problème est que la politique agricole en matière céréalière s’articule autour des 

subventions allouées à la filière riz local grâce au mécanisme de péréquation positive provenant 

des recettes dégagées du prix du riz importé. La suppression des subventions agricoles rend donc 

la marge de manœuvre de l’État étroite.  

 

Du point de vue économique, alors qu’on a d’abord assisté jusqu’au début des années 1990 à une 

période  d’euphorie  dans  la  vallée  du  fleuve  Sénégal,  cette  époque  semble  aujourd’hui  révolue. 

L’objectif de la double culture de riz avec un taux de mise en valeur de 120 à 150% est bien loin. 

Les résultats économiques de la NPA sont bien en deçà des espérances. 

 

 

Le désengagement de l’État et l’émergence de nouveaux acteurs dans le secteur agricole. 

Crise financière et crise institutionnelle ont convergé dans le secteur agricole. L’obligation faite 

par les bailleurs de fonds pour rendre l’agriculture aux lois de l’économie de marché aboutit au 

retour de l’initiative privée (tableau 1). L’État n’est plus l’interlocuteur privilégié (voire unique) 

de la paysannerie dans le processus de production.  

 

 

 

 

 

 

 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

71 

ACTEURS

 

FONCTION 

Avant NPA 

Après NPA 

F

ONCIER

 

SAED 

Conseil rural 

C

REDIT

 

SAED 

CNCAS 

Semences 

SAED 

Privés, 

SAED, 

OP

24

 

Intrants 

Engrais 

SENCHIM

25

 

Privés, 
SENCHIM 

Façons culturales 

SAED 

Privés 

Entretien 

infrastructures 

SAED 

OP 

 

Irrigation 

Fourniture 

d’énergie 

SENELEC

26

SAED 

SENELEC, 
Privés 

Récolte 

SAED  

Privés, OP 

 
 
 
 

P

RODUCTION

 

Stockage 

SAED 

SAED, 

privés, 

OP 

T

RANSFORMATION

 

SAED 

Rizeries privées 

C

OMMERCIALISATION

 

SAED 

OP et privés 

Source

 : (W. Daré, 1999) 

Tableau 1 :

 Evolution des acteurs intervenant dans la production rizicole dans les aménagements hydro-

agricoles publics de la vallée du fleuve Sénégal.

 

 

A partir de 1985, l’État se désengage peu à peu de l’ensemble des activités qu’il maîtrisait dans 

le secteur rizicole. La Caisse de péréquation et de stabilisation des prix (CPSP) et la SAED sont 

directement visées par cette nouvelle politique. En ce qui concerne la SAED cela se traduit par 

son  retrait  de  la  majorité  des  opérations  du  processus  de  production.  En  1988,  la  fonction  de 

crédit est transférée à la CNCAS. L’approvisionnement et la distribution d’intrants passent aux 

mains  de  distributeurs  privés  d’engrais  et  de  produits  phytosanitaires.  Entre  1987  et  1989,  les 

prestations de service pour les façons culturales et la maintenance du matériel agricole sont peu à 

peu réalisées par des prestataires privés. La SAED se désengage des fonctions de transformation 

d’achat  et  d’usinage  du  riz  paddy.  La  collecte  du  paddy  doit  également  à  terme  être  prise  en 

charge par les OP. Les rizeries sont privatisées. La fourniture de l’eau continue, dans un premier 

temps,  d’être  réalisée  par  la  société  de  développement  mais  à  coûts  réels.  Les  organisations  de 

producteurs  doivent  s’engager,  à  terme,  à  assurer  l’exploitation  technique  et  l’entretien  des 

réseaux d’irrigation. Quant à la maintenance des aménagements (exception faite des stations de 

pompage qui doivent être progressivement prises en charge par les organisations paysannes), la 

                                                 

24

 OP. : organisation paysanne (GIE ou Section villageoise)  

25

 SENCHIM : Sénégalaise de chimie, société publique de fourniture d’engrais. 

26

 SENELEC : Sénégalaise d’électricité, société publique de fourniture d’électricité. 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

72 

SAED  est  en  concurrence  avec  des  entrepreneurs  privés  (Razel  ou  Fougerolles).  En  1987,  la 

gestion des terres du delta passe sous la responsabilité des Communautés rurales.  

 

Face  à  ces  interlocuteurs  privés,  les  paysans  s’organisent  soit  en  s’appuyant  sur  les  anciennes 

coopératives soit en en créant de nouvelles. La politique de responsabilisation des producteurs se 

traduit par la multiplication des groupements d’intérêt économique par famille, par sexe ou par 

âge (C. Tarrière-Diop, 1995). Cette croissance des GIE s’explique, en partie, parce qu’ils sont la 

seule  structure  paysanne  permettant  d’accéder  au  crédit  de  la  CNCAS.  Les  groupements  de 

producteurs et les  foyers  de jeunes  persistent.  Ces  organisations  paysannes  dites  de « base »  se 

fédèrent en structures plus imposantes (dérivées des anciennes coopératives villageoises mises en 

place  par  la  SAED) :  section  villageoise  et  union  des  OP  de  base  pour  la  gestion  des 

aménagements hydro-agricoles. Ainsi, en 1990, la gestion des aménagements hydro-agricoles est 

transférée  aux  organisations  paysannes.  L’année  1994  correspond  à  la  dernière  phase  de 

privatisation et concerne les centres de transformation et de commercialisation du riz paddy. 

 

 

Le désengagement de l’État s’est donc traduit par l’émergence de nouveaux acteurs, paysans ou 

non, dans le secteur agricole. Cette dynamique associative est en plus renforcée par une présence 

de plus en plus forte des ONG sénégalaises. Initialement elles menaient des petites opérations en 

matière  de  santé,  d’éducation  scolaire,  ou  de  petite  hydraulique,  mais  de  plus  en  plus  elles  se 

fédèrent  au  sein  de  la  Fédération  des  ONG  Sénégalaises  (FONGS)  pour  devenir  des 

interlocuteurs  des  bailleurs  de  fonds  pour  mener  des  opérations  de  développement  (grosse 

hydraulique, environnement, caisse de crédit, etc.).  

 

 

Les difficultés de la gestion paysanne. 

D’un  point  de  vue  technique,  les  grands  périmètres  irrigués  construits  ont  demandé  des 

investissements lourds, de 2 à 7,5 millions Fcfa/ha pour les grands périmètres irrigué à 600 000 

Fcfa/ha pour les PIV (G. Diemer et E. Ch. W. van der Laan, 1987; Ph. Engelhard, 1991; J.-M. 

Funel et G. Laucoin, 1980; S.M. Seck, 1991). Après leur transfert aux organisations paysannes, 

les  coûts  de  production  intégrant  notamment  le  coût  hydraulique  qui  comprend  entre  autres 

l’entretien et le renouvellement des infrastructures sont demeurés élevés, plusieurs centaines de 

milliers  de  francs  CFA  par  hectare.  Pour  les  petits  agriculteurs,  ces  coûts  rendent  impossibles 

toute  production  sans  recourir  aux  crédits  de  campagne.  Face  aux  difficultés  des  agriculteurs 

(mauvaises  récoltes,  organisation  difficile  du  remboursement  des  crédits  collectifs,  etc.)  les 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

73 

gestionnaires locaux ont rapidement négligé la fonction entretien de la gestion accélérant ainsi la 

dégradation des infrastructures hydrauliques. Cela a eu pour effet de favoriser la salinisation des 

sols  et  donc  d’en  diminuer  la  fertilité,  renforçant  encore  un  peu  plus  les  difficultés  des 

agriculteurs. 

 

Du point de vue de l’organisation de la filière, les agriculteurs n’ont pas été formés pour devenir 

après  le  transfert  des  acteurs  à  part  entière  capable  de  négocier  dans  une  économie  libéralisée. 

Vue la faiblesse des rendements et leur manque d’organisation en fédération de producteurs (sauf 

pour la tomate) les agriculteurs sont souvent placés dans une situation de « dominés » dans leurs 

relations  avec  les  entrepreneurs  privés,  prestataires  de  service  et  acheteurs  qui  peuvent  ainsi 

imposer leurs prix. En outre, plus on remonte le fleuve et plus les centres urbains consommateurs 

de leurs produits sont éloignés et donc plus leur situation de dépendance par rapport aux autres 

acteurs  de  la  filière  se  trouve  accrue.  Cette  dépendance  est  en  partie  compensée  par  les 

ressources  issues  de  l’émigration  dans  la  Haute  vallée.  Enfin,  le  contexte  macro-économique 

défavorable  à  la  production  de  riz  local  du  fait  de  la  pratique  de  la  vérité  des  prix  les  fragilise 

encore un peu plus. 

 

Des difficultés foncières sont également observables dans la vallée.  

Traditionnellement,  la  population  du  delta  était  composée  principalement  d’agriculteurs 

wolof

 et d’éleveurs 

peul

. Bien qu’ancienne, l’installation de ces populations ne s’est pas traduite 

par  une  forte  appropriation  foncière  des  zones  de  décrue  (J.L.  Boutillier  et  J.  Schmitz,  1987), 

mais cela ne signifie pas que ces terres n’étaient pas attribuées notamment pour le pâturage des 

animaux. Les conseils ruraux ont bien souvent attribués l’espace de façon prioritaire pour la mise 

en  valeur  sous  forme  de  périmètres  irrigués.  Ce  faisant,  ils  ont  activé  les  tensions  entre 

agriculteurs et éleveurs, ces derniers ont vu peu à peu disparaître leurs accès aux points d’eau.  

Dans la moyenne vallée, l’occupation alternative des zones de décrue a en partie structuré 

la société 

haalpulaar

 dominante. Cet espace agronomique était divisé en trois terroirs selon leur 

capacité et leur durée d’inondation. Leur accès était strictement réglementé pour que les activités 

agricoles, halieutiques et pastorales puissent s’y succéder au cours de l’année (J.L. Boutillier et J. 

Schmitz, 1987; J. Schmitz, 1986). Dans la moyenne vallée, cette structuration du foncier est liée 

à la hiérarchisation de la société 

haalpulaar

. Héritier de la tradition française, l’État sénégalais 

voulait,  par  le  développement  de  grands  périmètres  irrigués,  permettre  un  accès  égalitaire  à  la 

production agricole. Ainsi s’explique le développement massif dans cette zone des PIV dans les 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

74 

années  80.  Mais  les  PIV  moins  coûteux  présentent  cependant  des  défauts  importants 

d’aménagement.  

 

L’agriculture  paysanne est  aussi  marquée  par  des  difficultés  d’accès aux  crédits.  Le  recours au 

crédit  de  campagne  est  indispensable  pour  la  majorité  des  paysans.  Ce  crédit  est  alloué  pour 

suivre les itinéraires techniques préconisés par la société de développement et donc atteindre un 

certain niveau de rendement. Pourtant, les coûts élevés et le caractère incertain de la production 

amènent  les  agriculteurs  à  développer  des  stratégies  classiques  de  limitation  des  risques  (A. 

Tchayanov, 1990 (1924)) en inadéquation totale avec les stratégies économiques envisagées par 

les  aménageurs.  Les  agriculteurs  tentent  ainsi  de  répartir  leurs  sources  de  revenus  entre 

différentes  activités  agricoles  ou  extra-agricoles.  La  main  d’œuvre  familiale  travaille  sur 

différents  fronts  (plusieurs  champs  avec  un  crédit  destiné  à  un  seul  d’entre  eux,  plusieurs 

activités).  Le  capital  reçu  (crédits  agricoles,  prêts  issus  des  caisses  villageoises,  ventes 

d’animaux,…)  est  réinvesti  dans  les  différentes  activités  du  ménage.  Ainsi,  les  rendements 

attendus ne sont que difficilement atteints dans les parcelles. Les autres activités ne permettent 

pas  nécessairement  d’obtenir  le  retour  sur  investissement  escompté  au  moment  du 

remboursement du crédit. L’entretien du capital social coûte mais ne rapporte pas nécessairement 

sur  le  plan  financier.  Aussi  lorsque  vient  l’heure  du  remboursement  du  crédit  octroyé  par  la 

banque, les agriculteurs ne peuvent pas toujours payer leurs dettes. Si la banque est conciliante, 

elle  leur  accorde  un  moratoire  qui  leur  permet  d’accéder  à  de  nouveaux  crédits  mais  les 

agriculteurs entrent dans une spirale de moratoire-endettement dont il est difficile de sortir et qui 

aboutit bien souvent à l’inéligibilité du groupement endetté. 

 

 

L’agriculture  irriguée  est  soumise  à  de  nombreuses  difficultés  qui  empêchent  la  pérennisation 

des systèmes irrigués : 

 

des erreurs de conceptions techniques (notamment pour les PIP et les PIV) ; 

 

une  dégradation  des  équipements  relative  à  un  mauvais  entretien  des  infrastructures 

hydrauliques ; 

 

une baisse de la fertilité des sols ; 

 

un contexte macro-économique défavorable à la production de riz local ; 

 

des difficultés d’accès et de remboursement des crédits ; 

 

une  inadéquation  entre  les  stratégies  paysannes  et  les  objectifs  assignés  par  les 

aménageurs ; 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

75 

 

une  sous-estimation  des  réalités  sociales  et  foncières  des  zones  dans  lesquelles  ont  été 

installés ces périmètres. 

Face  à  cet  ensemble  de  paramètres  hypothéquant  la  viabilité  des  systèmes  irrigués,  quels  sont 

ceux  que  le  modélisateur  va  choisir  d’intégrer  dans  son  modèle ?  Doit-il  et  peut-il  tous  les 

prendre  en  compte ?  Comment  justifie-t-il  ses  choix  éventuels ?  Quelle  représentation  les 

modèles vont-ils donner des systèmes irrigués pour travailler sur leur viabilité ? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 3 : 

Les différentes questions sur la viabilité des systèmes irrigués (O. Barreteau, 1998). 

 

Parmi ces différentes questions certaines se posent de manière récurrente aux agriculteurs et sont 

l’objet de négociations saisonnières ou annuels entre acteurs de la filière. La gestion des crédits 

de  campagne  et  des  dettes,  la  gestion  de  l’eau  au  niveau  de  la  maille  hydraulique  ou  de  la 

parcelle  agricole,  ou  le  niveau  et  l’intensité  de  la  mise  en  valeur  impliquent  des  interactions, 

créent  des  interdépendances  entre  les  membres  d’un  même  groupement  gestionnaire  de  ces 

ressources. Nous reviendrons sur celles-ci dans les sections suivantes. 

 

Précisons ce que nous entendons par système irrigué. Pour le définir, O. Barreteau s’est appuyé 

sur l’ensemble des travaux récents qui montrent que la gestion de l’eau ne peut être réduite au 

simple  périmètre.  Le  périmètre  irrigué  est  défini  par  ses  infrastructures.  Ce  faisant,  cette 

définition  très  aménagiste  ne  prend  pas  en  compte  les  différents  aspects  de  la  gestion  de 

l’irrigation ni les relations entre le périmètre et l’environnement social ou écologique dans lequel 

il s’insère. Aussi en s’appuyant sur les travaux d’E. Ostrom (E. Ostrom, 1992), le système irrigué 

gravitaire se définit comme « 

un réseau de canaux, transportant de l’eau depuis un ou plusieurs 

points  sources,  jusqu’à  des  parcelles  en  vue  de  productions  agricoles  par  des  paysans, 

éventuellement regroupés en organisations de producteurs, et pratiquant des échanges entre eux 

“ gaspillage ” d’eau 

dépendance extérieure 

faibles rendements 

endettement des paysans 

faible mise en valeur 

Viabilité des 

systèmes irrigués ? 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

76 

et  avec  leur  environnement,  le  tout  pouvant  être  géré  par  une  organisation  émanant  des 

utilisateurs ou non. Il est le lieu de nombreuses interactions entre les acteurs individuels et/ou 

collectifs 

via

  le  milieu  ou  directes.

 »  (O.  Barreteau,  1998).  Cette  définition  étant  à  la  base  des 

modèles proposés nous la ferons nôtre.  

 

3.1.2  Un  SMA  pour  appréhender  les  modes  de  coordination  dans  les  systèmes 

irrigués. 

La définition adoptée par O. Barreteau l’a amené à considérer non seulement la dynamique de la 

ressource  en  eau,  mais  aussi  les  interactions  entre  des  acteurs  collectifs  ou  individuels  via  la 

ressource  ou  directement,  ces  acteurs  ayant  des  perceptions  différentes  de  la  réalité  (O. 

Barreteau,  1998;  O.  Barreteau  et  F.  Bousquet,  2000a).  Notre  propos  est  maintenant  d’illustrer 

cette démarche par l’exemple afin de préciser la représentation que le modélisateur s’est faite du 

système irrigué et son évolution par la confrontation avec le terrain.  

 

 

La construction du SMA : la modélisation d’accompagnement par l’exemple 

La bibliographie sur les systèmes irrigués montre la complexité de la gestion de la ressource en 

eau (G. Diemer et J. Slabbers, 1992; E. Ostrom, 1992; N. Uphoff, 1986).  

 

L’irrigation  gravitaire  nécessite  de  s’intéresser  à  la  circulation  de  l’eau  entre  des  parcelles 

regroupées  en  maille  hydraulique  et  alimentées  par  des  canaux  de  différents  ordres :  primaire, 

secondaire, irrigateur.  Au  niveau  de  la  parcelle,  différents  paramètres  viennent  influencer  l’eau 

disponible  pour  une  culture :  sa  pédologie,  sa  topographie,  l’histoire  de  sa  mise  en  valeur, 

l’histoire  de  ses  dernières  irrigations,  etc.  Les  règles  collectives  décidées  par  une  organisation 

sociale  responsable  de  la  gestion  de  l’eau  et  les  comportements  individuels  déterminent 

également les interactions entre les acteurs sociaux et les activités de production. Ces activités se 

succèdent tout au long de la campagne, mais toutes ne sont pas reproduites systématiquement par 

chaque  acteur.  Ces  différents  éléments  montrent  la  complexité  du  système  irrigué  et  de  sa 

gestion. 

 

Face à cette complexité, la recherche interdisciplinaire apparaît nécessaire pour travailler sur la 

viabilité  de  ces  systèmes  irrigués.  S’appuyant  sur  les  travaux  d’Ostrom  (E.  Ostrom,  1990;  E. 

Ostrom

 et al.

, 1994), O. Barreteau a choisit d’intégrer différentes disciplines dans son travail en 

se  focalisant  sur  les règles  collectives  et  les  comportements  individuels  participant  à la  gestion 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

77 

du  système  irrigué.  Cette  voie  de  recherche  interdisciplinaire  a  été  privilégiée  par  rapport  à 

d’autres  car  elle  permet  de  rendre  compte  de  la  dynamique  des  interactions  entre  les  éléments 

objets ou humains des systèmes étudiés (O. Barreteau et F. Bousquet, 2000a).  

 

Des enquêtes de terrain auprès d’acteurs collectifs ou individuels participant à la gestion de cinq 

systèmes irrigués de la moyenne vallée du fleuve Sénégal ont été menées. Au cours d’un premier 

séjour sur le terrain, O. Barreteau a pu ainsi recueillir les données nécessaires pour caractériser 

les comportements individuels et les règles collectives relatifs à la gestion de l’eau. Ces données 

ont ainsi permis de construire un premier modèle. Il est retourné une seconde fois sur le terrain 

pour focaliser son travail sur la préparation des campagnes agricoles notamment sur l’importance 

de la gestion des crédits de campagnes. Ces données ont permis d’améliorer le premier modèle 

initialement  construit.  Puis  au  cours  d’une  troisième  phase  de  terrain,  il  s’est  intéressé  aux 

modalités  d’évaluation  de  la  campagne.  Cela  lui  a  ensuite  permis  d’élaborer  le  modèle  SMA 

Shadoc  présenté  à  l’issue  de  son  travail  de  thèse  (O.  Barreteau,  1998;  O.  Barreteau  et  F. 

Bousquet,  2000a).  Ce  modèle  traduit  les  modes  de  coordination  entre  acteurs  collectifs  et 

individuels  et  teste  différents  types  de  scénario  pouvant  assurer  la  viabilité  du  système  irrigué. 

Nous retrouvons là les allers-retours entre le terrain et le modèle qui caractérisent la modélisation 

d’accompagnement. 

 

 

Le SMA Shadoc 

Dans  la  première  version  du  modèle  multi-agents,  la  ressource  en  eau  était  la  seule  prise  en 

compte comme support des interactions entre les acteurs. Mais les enquêtes de terrain ont montré 

que  les  échanges  entre  les  acteurs  se  développaient  surtout  au  moment  de  la  préparation  de  la 

campagne agricole et de son bilan. Au cours des tours d’eau, la règle de distribution de l’eau était 

peu rediscutée (O. Barreteau

 et al.

, 1997). Dans la version finale du SMA Shadoc, l’organisation 

de la production rizicole est organisée en prenant en compte deux ressources principales : l’eau 

et le crédit. La société simulée dans le modèle est structurée autour (i) des groupes de gestion du 

crédit,  (ii)  des  groupements  de  producteurs  chacun  gestionnaire  d’une  maille  hydraulique,  (iii) 

d’une  station  de  pompage  qui  fournit  l’eau  à  l’ensemble  du  périmètre,  et  (iv)  d’un  réseau  de 

relations sociales basé sur l’amitié et quatre niveaux d’une hiérarchie sociale (O. Barreteau et F. 

Bousquet, 2000a).  

 

Le temps simulé est de plusieurs ordres. Le temps de l’action correspond à la journée au cours de 

laquelle  l’agriculteur  effectue  une  seule  action  en  matière  d’irrigation.  C’est  le  temps  qui 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

78 

détermine  la  dynamique  du  modèle.  Les  niveaux  d’eau  dans  les  parcelles  et  dans  les  canaux 

évoluent selon ce pas de temps. Faisant l’hypothèse que l’acteur recherche une seule ressource 

en même temps, O. Barreteau introduit la notion de phase, pas de temps au cours duquel, l’acteur 

recherche une seule et même ressource. Au cours de la campagne, se succède donc une première 

phase  de  recherche  de  crédit  puis  une  seconde  phase  de  recherche  de  la  ressource  en  eau.  La 

campagne  agricole  simulée,  troisième  pas  de  temps  du  modèle,  est  subdivisée  par  ces  deux 

phases.  La  problématique  de  la  viabilité  du  système  irrigué  intègre  le  long  terme  et  impose 

d’introduire un quatrième pas de temps obtenu par la succession des campagnes (O. Barreteau, 

1998). 

 

Du point de vue hydraulique, le système irrigué modélisé dispose d’une station de pompage qui 

délivre  un  débit  égal  pour  chacune  des  cinq  mailles  hydrauliques.  La  quantité  totale  d’eau 

pompée  dépend  de  l’état  de  fonctionnement  de  la  station  de  pompage  et  d’une  règle  de 

distribution déterminée par le gestionnaire de la station de pompage. Le nombre de parcelles par 

mailles est déterminé de façon aléatoire. L’irrigation est gravitaire. L’eau circule de l’amont vers 

l’aval  et  irrigue  les  parcelles  ouvertes  en  fonction  de  la  règle  de  répartition  de  l’eau  suivante : 

pour  chaque  maille,  la  première  parcelle  amont  ouverte  reçoit  la  moitié  de  la  quantité  d’eau 

totale disponible pour l’ensemble de la maille, puis la seconde parcelle ouverte reçoit ensuite la 

moitié  du  débit  restant  et  ainsi  de  suite.  A  cette  règle  de  répartition  de  l’eau  il  faut  ajouter  un 

facteur  d’évapotranspiration  et  d’infiltration  qui  diminue  encore  un  peu  plus  l’eau  disponible 

pour la plante. Ce facteur est divisé par deux lorsque le niveau d’eau est négatif, c’est-à-dire que 

l’eau est totalement absorbée par le sol. La réserve utile du sol ne peut cependant être inférieur à 

15 cm (O. Barreteau et F. Bousquet, 2000a).  

 

En ce qui concerne les activités physiques, un certain nombre de simplifications sont réalisées : 

les problèmes de maintenance du périmètre ne sont pas modélisés, les aspects agronomiques sont 

volontairement  réduits  aux  seuls  travaux  culturaux  liés  à  l’irrigation,  les  variations  des 

rendements uniquement liées à l’eau sont implémentés en s’appuyant sur les données de la FAO 

(J. Doorenbos et A.H. Kassam, 1979). 

 

 

Focalisée  sur  l’accès  au  crédit  et  à  l’eau,  la  société  simulée  est  structurée  en  trois  niveaux 

d’organisation : (i) des GIE permettant l’accès au crédit et le distribuant entre tous ses membres, 

(ii)  des  groupements  de  répartition  de  l’eau  au  sein  d’une  maille :  le  groupe  gestionnaire  de 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

79 

l’irrigateur alimente la parcelle de chaque agriculteur et (iii) des Unions de groupements ayant en 

charge la gestion de la station de pompage et du réseau principal.  

 

Dans la réalité, un même agriculteur peut appartenir à deux voire trois de ces groupements. Dans 

le  modèle,  O.  Barreteau  a  choisi  de  distinguer  ses  différents  groupes  réalisant  ainsi  plusieurs 

partitions  de  la  population  du  système  irrigué :  « 

à  chaque  groupement  sa  raison  sociale,  à 

chaque paysan son groupement d’accès au crédit, son groupement d’attribution de l’eau et son 

groupement de gestion du pompage

 » (O. Barreteau, 1998, p.113).  

 

Mais  d’autres  réseaux  sociaux  existent  même  s’ils  ne  sont  pas  directement  liés  à  l’eau  ou  au 

crédit. Afin de les prendre en compte le modélisateur fait l’hypothèse que le système social est 

organisé  en  réseaux  d’affinités  sociales  (dont  l’origine  n’est  pas  précisée)  indépendants  de  la 

structure du système irrigué. Au sein de ces réseaux sont échangés des informations, des services 

et  des  biens.  Ces  réseaux  sont  également  utilisés  pour  résoudre  certaines  tensions  pouvant 

apparaître  dans  la  société.  Des  échanges  d’eau,  d’argent  ou  de  riz  sont  réalisés 

via

 

l’environnement du système.  

 

Tous ces éléments composent la représentation que chaque individu se fait de son monde et des 

règles que chaque agriculteur estiment être les siennes (O. Barreteau, 1998). La figure 4 montre 

les flux d’entrée et de sortie entre les différentes entités du modèle par comparaison à la figure 5 

qui présente ceux tirés de la bibliographie et des enquêtes de terrain. 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

80 

 

Figure 4 : 

Carte des flux représentés dans le modèle (O. Barreteau, 1998, p.114) 

 

Dans  la  représentation  du  modélisateur  deux  éléments  sont  essentiels  pour  comprendre 

l’influence des modes  de coordination des acteurs sur la viabilité des systèmes irrigués dans la 

vallée du fleuve Sénégal (figure 5).  

 

Le premier mis en évidence par la bibliographie et confirmé par le terrain est l’importance des 

interactions entre les acteurs intervenant dans la gestion de la ressource en eau. L’eau circule de 

l’amont  vers  l’aval  dans  un  système  où  l’irrigation  est  gravitaire.  Les  agriculteurs  d’un  même 

groupement gestionnaire d’une maille hydraulique sont dépendants les uns des autres. Des règles 

sont  ainsi  mises  en  place  par  les  techniciens  pour  respecter  une  certaine  équité  d’accès  à  l’eau 

entre les agriculteurs.  

 

Les  concepts  techniques  sur  lesquels  reposent  ces  règles  d’accès  et  de  partage  de  l’eau  sont 

déterminés  par  les  notions  de  « main  d’eau »  et  de  « tour  d’eau ».  L’agencement  de  ces 

paramètres  peut  être  modifié  par  le  groupement  gestionnaire  de  la  maille  hydraulique.  Le  tour 

d’eau  peut  commencer  par  l’amont  ou  par  l’aval,  la  main  d’eau  peut  être  déterminée  par  le 

groupement  en  fonction  de  règles  spécifiques  liés  à  la  topographie  de  la  parcelle,  à  la  culture 

emblavée,  au  statut  de  l’attributaire  de  la  parcelle,  au  type  de  mise  en  valeur  intensive  ou 

extensive,  etc.  La  simple  gestion  stricte  de  la  ressource  en  eau  crée  de  la  complexité  dans  le 

 

Groupe crédit 

Paysan 

Groupe pompage 

Autre paysan 

station pompage 

irrigateurs 

parcelles 

Famille 

fournisseur gasoil 

fleuve 

sol 

atmosphère 

Reste du monde 

Groupe eau 

réseau principal 

flux d'eau 

flux d'argent, de riz ou de gasoil 

légende : 

autres interactions dont flux d'informations 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

81 

système  réel  tel  que  le  modélisateur  se  le  représente  grâce  à  (i)  des  règles  physiques  figées  de 

circulation de l’eau dans le périmètre, (ii) l’existence de groupements responsables de la gestion 

de  l’eau  et  de  la  gestion  de  la  station  de  pompage,  et  (iii)  l’élaboration  de  règles  collectives 

déterminant des interactions individuelles 

via

 la ressource. 

 

Le second point mis en évidence par la bibliographie et renforcé par le terrain est l’importance 

des  interactions  entre  acteurs  liés  par  la  gestion  commune  des  crédits.  Le  crédit  à  caution 

solidaire  au  sein  des  systèmes  irrigués  impose  une  dépendance  des  agriculteurs,  les  uns  par 

rapport aux autres. Si l’ensemble des dettes du groupement n’est pas remboursé, c’est la totalité 

du groupement qui se trouve pénalisé par la banque. Cette dépendance est d’autant plus forte que 

la ressource financière est vitale pour la production agricole car les coûts de production sont trop 

élevés. Le modélisateur a donc choisi de représenter la complexité du système irrigué au travers 

de ses aspects financiers par (i) l’existence d’une banque en charge des crédits agricoles, (ii) par 

des  groupements  responsables  de  la  distribution  des  crédits  entre  ses  membres  et  donc  du 

recouvrement  des  dettes  contractées,  (iii)  par  des  règles  individuelles  de  comportement  et 

d’échange d’argent entre acteurs. 

 

Figure 5 : 

Représentation d'un système irrigué dans la moyenne vallée du Fleuve Sénégal. Les différents 

types de flèches correspondent aux différents types d'interactions (O. Barreteau, 1998, p.92) 

 

 

paysan 

Fleuve

 

Station de 

pompage

 

Réseau principal 

irrigateur 

parcelle 

riz 

Gestionnaire du 

système 

Groupe d'allo-

cation de l'eau 

Groupe d'accès au 

crédit et intrants 

famille 

village 

banque 

SAED 

bailleurs de fonds 

filière 

Système irrigué

 

Périmètre irrigué

 

circuit de l'eau 

gestion d'éléments du périmètre irrigué par des acteurs du système irrigué 

interactions entre acteurs du système 

interactions avec l'extérieur du système 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

82 

Chaque paysan est attributaire d’une unique parcelle dans le périmètre. Chacun agit en fonction 

de son objectif de production. Quatre objectifs sont implémentés dans le modèle et traduisent des 

intérêts différents quant à l’exploitation de la parcelle. L’objectif « production » décrit ainsi des 

agriculteurs  qui  cherchent  à  obtenir  un  revenu  financier  conséquent  de  leur  exploitation. 

L’objectif  « nourriture »  décrit  des  agriculteurs  pour  qui  la  production  de  riz  est  destinée 

essentiellement à la consommation familiale. L’objectif « FauteDeMieux » représente de jeunes 

agriculteurs  qui  travaillent  dans  leur  parcelle  parce  qu’ils  n’ont  pas  d’autres  activités  mais  qui 

dès qu’une autre opportunité de travail se présentera dans la région abandonneront cette activité. 

Le dernier objectif « foncier » décrit des agriculteurs qui ne mettent en valeur la terre que pour la 

conserver aux yeux de la législation foncière (O. Barreteau, 1998).  

 

La  dynamique  du  SMA  est  présentée  en  annexe  1.  SHADOC  intègre  les  différentes  instances 

suivantes : 

 

Classe 

nombre d'instances 

StationPompage 

Bief 

Irrigateur 

Parcelle 

30 

 Np 

 100 

Paysan 

Np 

Groupe 

 Ng

 11 

Représentation(Sociale) 

Ng + Np 

Tableau 2 : 

Effectif d'agents et d'objets présents dans SHADOC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 6 : 

Interface du SMA Shadoc 

 

Situation des parcelles 

Station de 

pompage 

Une  maille 
hydraulique 

Niveau d’eau dans 
la parcelle 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

83 

L’interface du SMA indique l’état du système à chaque pas de temps et intègre l’ensemble des 

interactions  et  des  règles  qui  déterminent  la  dynamique  du  modèle.  La  combinaison  des 

paramètres  implémentés  permet  de  simuler  différents  scénarii  de  gestion  viable  du  système 

irrigué.  Malgré  la  relative  convivialité  de  cette  interface,  le  SMA  apparaît  cependant 

difficilement accessible aux irrigants. C’est d’abord pour valider les comportements implémentés 

dans le modèle qu’un jeu de rôles a été construit. 

 

 

Par  comparaison  avec  l’ensemble  des  difficultés  recensées  quant  à  la  gestion  des  systèmes 

irrigués,  cette  description  du  SMA  montre  que  de  nombreux  éléments  ont  été  volontairement 

écartés  pour  travailler  sur  les  conditions  de  leur  viabilité.  La  modélisation  du  SMA  Shadoc 

correspond  donc  à  une  première  phase  de  schématisation  de  la  réalité.  Voyons  maintenant 

pourquoi  le  jeu  de  rôles  a  été  construit  et  dans  quelles  mesures  la  représentation  du  système 

irrigué proposée dans le jeu de rôles rend compte de la complexité du système réel ?  

 

3.2  Vers le jeu de rôles Njoobaari ilnoowo 

3.2.1  Du SMA Shadoc au jeu de rôles Njoobaari ilnoowo 

Initialement  prévu  par  le  modélisateur  pour  expliciter  le  contenu  du  modèle  et  valider  la 

représentation proposée, le SMA Shadoc est maintenant destiné à être utilisé, dans le cadre d’une 

démarche patrimoniale, comme un « tiers-présent » dans les concertations (au sens strict) autour 

de la gestion du système irrigué (notamment en ce qui concerne le crédit et l’eau). L’objectif est 

alors  de  l’employer  avec  les  acteurs  locaux  pour  participer  à  la  constitution  d’un  référentiel 

commun,  premier  pas  indispensable  à  tout  vrai  processus  de  négociation  (L.  Boltanski  et  L. 

Thévenot, 1991).  

 

Cette  fin  impose  d’expliciter  aux  acteurs  locaux  le  contenu  du  modèle :  les  dynamiques 

écologiques  et  sociales,  les  comportements  individuels  et  les  règles  collectives.  Cette 

explicitation de la boîte noire du modèle est nécessaire pour qu’il soit considéré comme légitime 

aux  yeux  des  acteurs  de  la  concertation  (au  sens  strict).  En  retour,  pour  le  chercheur,  En  tant 

qu’outil  de  recherche  O.  Barreteau  a  montré  la  pertinence  du  SMA  Shadoc  pour  mieux 

comprendre l’influence des modes de coordination sur la viabilité des systèmes irrigués. En tant 

qu’outil destiné à aider les acteurs locaux dans leurs concertations le contenu du modèle doit être 

explicité. Or, les jeux de rôles ont été utilisés en économie expérimentale pour tester des modèles 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

84 

conceptuels (E. Ostrom

 et al.

, 1994; T.C. Schelling, 1960). En environnement, des exercices de 

simulation  politique  (L.  Mermet,  1993)  et  des  jeux  de  rôles  ont  déjà  été  développés  pour 

travailler  sur  des  problématiques  de  gestion  des  ressources  naturelles  (L.  Mermet,  1992).  Les 

travaux de Piveteau ont montré l’intérêt que pouvait revêtir les jeux comme outil de prospective 

environnementale (V. Piveteau, 1995). Des jeux ont également été développés pour travailler sur 

la  gestion  de  l’eau  dans  les  systèmes  irrigués  (M.A.  Burton,  1989;  L.E.D.  Smith,  1989).  Les 

similitudes  entre  jeu  de  rôles  et  SMA  (tableau  3)  ont  amené  le  modélisateur  à  transformer 

Shadoc en un jeu de rôles (O. Barreteau

 et al.

, 2001). 

Système multi-agents 

Jeu de rôles 

Agent 

Joueur 

Règle 

Rôle 

Pas de temps 

Tour de jeu 

Simulation 

Session de jeu 

Environnement 

Plateau de jeu 

Tableau 3 : 

Correspondance entre jeux de rôles et systèmes multi-agents (F. Bousquet

 et al.

, 2002).

 

 

Cherchant  à  conserver  la  complexité  des  modes  de  coordination  entre  les  acteurs  du  système 

irrigué réel tout en simplifiant le modèle, il a alors choisi de  

i.

 

réduire le nombre d’instances du SMA pour passer au jeu (tableau 4) 

ii.

 

éliminer les règles du jeu que les membres d’une association locale de développement ne 

jugeaient pas nécessaire 

iii.

 

diviser la saison en huit pas de temps tout en conservant du temps pour les négociations 

lors des phases de préparation (recherche de crédit et d’eau) et de bilan de campagne (O. 

Barreteau et F. Bousquet, 2001). 

 

Le SMA Shadoc a également été simplifié en un SMA reprenant l’ensemble des règles du jeu. Le 

but  de  la  construction  de  ce  second  SMA  est  de  l’utiliser  en  complémentarité  avec  le  jeu  pour 

pallier à certaines des difficultés de l’usage du jeu de rôles.  

Classe 

Nombre d'instances 

dans SMA 

nombre d'instances 

dans le jeu de rôles 

StationPompage 

Bief 

Irrigateur 

Parcelle 

30 

 Np 

 100 

10 

 Np 

 15 

Paysan 

Np 

Np 

Groupe 

 Ng

 11 

Représentation(Sociale) 

Ng + Np 

Ng + Np 

Tableau 4 : 

Effectif d'agents et d'objets présents dans le SMA Shadoc et dans le jeu de rôles

 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

85 

3.2.2  Le jeu de rôles Njoobaari ilnoowo

27

 

Les  variables  du  jeu  et  son  déroulement  sont  décrits  afin  d’expliciter  le  point  de  vue  du 

modélisateur sur le système irrigué représenté dans le jeu de rôles. 

 

 

Les variables  

Le jeu est joué par 12 participants en moyenne. Ils jouent tous des rôles d’agriculteurs cultivant 

du  riz  dans  un  même  système  irrigué.  Chaque  joueur  tire  au  hasard  une  carte  « statut  social » 

parmi  quatre  possibles,  une  carte  « objectif  de  production »  parmi  trois  possibles,  et  une  carte 

« remboursement  du  crédit »  parmi  quatre  (figure  7).  La  carte  « statut  social »  décrit  la 

hiérarchisation sociale de la société 

haalpulaar

. Elle détermine les relations de travail et d’argent 

entre les joueurs. La carte « objectif de production » traduit des comportements variables quant 

au  niveau  d’intensification  des  cultures  et  quant  à  l’importance  de  l’activité  agricole  pour  le 

revenu des personnes. Elle détermine le montant pour acheter les intrants nécessaires pour faire 

campagne.  La carte « remboursement du crédit » simule quatre types de comportement face au 

remboursement des dettes depuis le plus individualiste au plus collectif. 

 

 

 

Figure 7 

: Les cartes du jeu 

Njoobaari ilnoowo

 

 

L'espace  est  divisé  en  deux  zones  disjointes  :  un  espace  « village »  et  un  espace  « périmètre » 

(figure  8).  Dans  ce  premier,  les  participants  se  répartissent  en  deux  villages  distincts  ne 

communiquant pas entre eux en raison d’une vieille dispute. L’ensemble des joueurs choisit un 

                                                 

27

  Ce  nom 

pulaar

  a  été  donné  par  les  irrigants  lors  de  la  première  présentation  du  jeu  de  rôles.  Cela  signifie  en 

français le « baise-en-ville de l’irrigant ». 

Cartes « statut social » 

Cartes « règles de remboursement du crédit » 

Cartes « objectif de production » 

Cartes « occasion » 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

86 

responsable de la station de pompage qui gérera la redevance hydraulique et un banquier chargé 

d’administrer  les  crédits  de  campagne.  Dans  l’espace  « périmètre »,  les  joueurs  sont  répartis 

entre deux groupements de producteurs.  

 

 

 

Espace « villages »    

 

 

 

Espace « périmètre » 

Figure 8 : 

Organisation spatiale du jeu de rôles 

 

Dans  l’espace  « périmètre »,  le  périmètre  irrigué  est  dessiné  sur  un  tableau  (figure  9).  Un 

responsable pour chaque groupement de producteur est désigné par ses pairs. Une seule station 

de pompage alimente l’ensemble de l’aménagement. Les groupements gèrent chacun une maille 

hydraulique  indépendante  du  point  de  vu  de  l’accès  à  l’eau.  Au  niveau  de  chaque  maille,  les 

membres  d’un  même  groupement  décident  d’une  règle  de  partage  de  l’eau  valable  pour  une 

campagne.  Chaque  joueur  est  attributaire  d’une  seule  parcelle.  Toutes  les  parcelles  sont 

structurellement  identiques.  Leur  seule  différence  résulte  de  leur  position  sur  le  canal 

d’irrigation. Une règle simple d'écoulement de l’eau est fournie et connue de tous. Elle indique, 

en fonction du nombre de parcelles irriguant en même temps et de leur position, la quantité d’eau 

qui  arrive  dans  chacune  d’entre  elles  à  chaque  tour  de  jeu  (figure  10).  Les  joueurs  peuvent 

communiquer  au  sein  de  leur  groupement,  de  leur  village  mais  pas  d'un  village  à  l'autre  (

priori

).  

 

 

 

 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

87 

 

Figure 9 : 

La représentation du système irrigué 

 

Pour les parcelles dont la buse est ouverte : 
Si une seule parcelle est ouverte : 

 

 

 

 

+60 

Si deux parcelles sont ouvertes (dans l'ordre) :  

 

 

+40, +20 

Si trois parcelles sont ouvertes (dans l'ordre) :  

 

 

+35, +17, +8 

Si quatre parcelles sont ouvertes (dans l'ordre) : 

 

 

+32, +16, +8, +4 

Si cinq parcelles sont ouvertes (dans l'ordre) :  

 

 

+31, +15, +8, +4, +2 

Si six parcelles sont ouvertes (dans l'ordre) :   

 

 

+30, +15, +8, +4, +2, +1 

Dans la limite de 30. 
 
Pour toutes les parcelles, dont le niveau d'eau est négatif : 

 

-3 

Pour toutes les parcelles, dont le niveau d'eau est positif : 

 

-6 

(dans la limite de -15) 

Figure 10 : 

Abaque de calcul des niveaux d’eau (W. Daré et O. Barreteau, 2003).

 

 

 

Le déroulement du jeu 

Quatre étapes se succèdent au cours de la première séance de jeu. La préparation du jeu permet, à 

l'aide d'un guide du joueur et de la figure 10, de fournir rapidement aux joueurs le 

synopsis

 du 

jeu et de distribuer à chacun les différentes variables de son rôle.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

88 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

R

emarques

 

: Les phases prévues de négociation sont soulignées.  

Figure 11 : 

Le déroulement du jeu de rôles 

Njoobaari ilnoowo

 

 

Pour cultiver, les irrigants ont besoin de recourir aux crédits de campagne. La première étape du 

jeu consiste donc en une recherche de crédit pour payer les intrants (en fonction de son objectif 

de  production)  et  la  redevance  hydraulique.  Au  début  du  jeu,  l’ensemble  des  joueurs  est  censé 

avoir eu sa demande acceptée par la banque, donc cette première phase n’est pas jouée. 

 

Au cours de la phase d'irrigation, à chaque tour de jeu, les joueurs tirent, dans l’espace village, 

une  carte  « occasion »  qui  leur  permettra  d'aller  ou  non  sur  le  périmètre.  L’autorisation  ou 

l’interdiction d’aller sur le périmètre est issue de la combinaison entre la carte chance tirée et la 

carte « objectif de production » du joueur. Chaque groupe vient sur le périmètre à tour de rôle. 

Les  personnes  autorisées  peuvent  agir  sur  leur  parcelle  ou  sur  celle  d’un  autre  (semer  un  riz  à 

cycle  long  ou  court,  irriguer,  récolter,  etc.).  Avant  de  semer,  le  joueur  doit  payer  les  intrants 

nécessaires  à  l’animateur  du  périmètre.  Après  le  passage  des  membres  des  deux  groupes, 

l’animateur calcule les nouveaux niveaux d'eau de chacune des parcelles. Lorsque l’eau manque 

sur une parcelle semée, la culture subit un stress hydrique (trois stress rendent le rendement nul). 

Bilan campagne 

 

résultat de production 

 

tirage  aléatoire  carte  de 
remboursement 

 

remboursement 

crédit 

et

 

redevance

 

Recherche crédit 

auprès  banque  ou  individu 
selon statut 

Préparation du jeu 

village 

 

tirage des statuts 

 

répartition aléatoire village  

 

tirage objectif de production 

périmètre 

 

répartition aléatoire GIE 

 

choix règle allocation eau 

 

choix  des  responsables  « crédit »  et 
« station de pompage. 

Irrigation/production 

village 

tirage aléatoire "chance" 
décision  (aller  ou  non  travailler, 
pour qui?)

 

périmètre 

 

paiement redevance 
(responsable maille) 

 

action sur parcelle 
(ouverture/fermeture 
buse, semis, récolte)

 

Renégociation  des  cartes  « objectifs », 
remboursement

 

crédit

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

89 

Environ huit tours se succèdent ainsi pendant lesquels la campagne avance et les cultures de riz 

se développent. Une fois le riz à maturité, l’irrigant peut le récolter.  

 

En fin de campagne, la station de pompage s'arrête. Chacun vend son riz récolté et est payé en 

retour  avec  de  l'argent  (factice).  La  phase  du  bilan  de  campagne  commence  alors.  En  fonction 

d'une règle de crédit tirée au hasard, les joueurs remboursent ou non leur crédit et leur redevance 

hydraulique au banquier et à la station de pompage.  

 

Les  remboursements  effectués,  les  joueurs  peuvent  changer  de  cartes  « remboursement »  ou 

« objectif  de  production ».  Une  phase  de  recherche  de  crédit  s'en  suit  alors  avant  de 

recommencer  une  nouvelle  campagne.  En  fonction  des  remboursements,  le  banquier  décide 

d’allouer ou non de nouveaux crédits tandis que le responsable de la station de pompage décide 

d’allouer ou non de l’eau aux individus et/ou aux groupes pour la campagne suivante. 

 

Une séance moyenne de jeu dure quatre à six heures et comporte deux campagnes. 

 

 

Dans  le  jeu  de  rôles  et  dans  le  SMA,  les  relations  sociales  entre  les  individus  apparaissent 

centrales  dans  ces  modèles.  Les  stratégies  de  production  ou  de  remboursement  et  leur  position 

sociale dans le village composent cette différence. La coordination des acteurs dans le système 

irrigué  est  réalisée,  selon  différents  niveaux  d’organisation,  par  la  gestion  de  deux  ressources 

principales : l’eau et les crédits de campagne. 

 

3.3  Retour  vers  le  modélisateur :  le  système  irrigué  vu  par  le 

chercheur. 

 

La  représentation  du  modélisateur,  dont  l’objectif  n’est  pas  de  se  rapprocher  à  tout  prix  de  la 

représentation  sociale  du  système  irrigué  réel,  ne  prend  pas  en  compte  certains  paramètres  du 

système réels tels qu’il est présenté à la figure 5.  

 

Exception faite de la banque et du village, les modèles SMA ou jeu de rôles ne prennent pas 

en  compte  les  relations  du  système  irrigué  avec  d’autres  éléments  extérieurs  (la  SAED,  les 

bailleurs  de  fonds,  les  aspects  de  filière  et  commercialisation  du  riz)  ou  intérieurs  (par 

exemple les modalités de la gestion intrafamiliale de la production du riz).  

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

90 

 

Shadoc  n’explicite  pas  les  stratégies  de  répartition  des  risques  développées  par  des 

agriculteurs,  par  exemple  lorsque  certains  produisent  à  partir  d’un  crédit  obtenu  pour  une 

parcelle dans les parcelles d’autres aménagements.  

 

Tous les aspects agronomiques extérieurs à l’irrigation ne sont pas non plus considérés.  

 

Dans 

Njoobaari ilnoowo

, que l’on suive l’itinéraire technique théorique idéal ou non, les 

acteurs  ayant  un  même  objectif  ont  un  rendement  fonction  de  la  variété  semée  et  du 

nombre  de  stress  subits  par  la  culture  au  cours  de  la  saison.  Ces  choix  volontaires  du 

modélisateur  s’expliquent  par  sa  décision  de  travailler  sur  les  interactions  entre  acteurs 

autour des ressources en eau et en crédit. Par exemple, pourquoi ne pas se concentrer sur 

le suivi ou non d’itinéraires techniques théoriques déjà connus mais non appliqué dans la 

réalité ?  Pour  aborder  cette  question,  il  faudrait  essayer  de  comprendre  pourquoi  est  ce 

que  l’itinéraire  technique  n’est  pas  appliqué ?  Ce  n’est  pas  un  problème  de  manque  de 

connaissances  des  agriculteurs.  Il  s’agit  plutôt  d’un  problème  de  moyens.  L’application 

de  ces  itinéraires  impose  d’acheter  des  intrants  et  ramène  inexorablement  à  la  question 

des crédits et à leur gestion par le groupement.  

 

Un  autre  point  de  vue  classiquement  avancé  pour  assurer  la  viabilité  des  systèmes 

irrigués sénégalais est relatif à la question de la double culture (J.-Y. Jamin, 1986; P.-Y. 

Le  Gal,  1995).  Or  les  difficultés  de  succession  des  campagnes  agricoles  sur  une  même 

parcelle  s’expliquent  non  seulement  parce  que  suivre  un  itinéraire  technique  cultural 

théorique est très coûteux, mais également parce que l’organisation des campagnes, leur 

préparation, le suivi des programmes culturaux, et l’élaboration des bilans de campagne 

posent problème (P. Boivin

 et al.

, 1995; B. Crousse

 et al.

, 1991).  

Ainsi ces deux questions centrales dans l’analyse de la viabilité des systèmes irrigués sénégalais 

renvoient  vers  les  notions  d’organisation  et  d’interaction  entre  les  niveaux  individuels  ou 

collectifs de prise de décision dans le système irrigué. 

 

En  terme  de  représentation  du  modélisateur,  il  est  également  important  de  bien  comprendre  ce 

qui  est  induit  par  les  choix  processuels  réalisés  en  ce  qui  concerne  la  dynamique  du  système 

irrigué. Pour cela, on se reportera sur les figures montrant les déroulements du SMA (annexe1) et 

du  jeu  de  rôles  (figure  11).  Les  processus  implémentés  dans  le  SMA  suivent  de  façon 

chronologique  les  étapes  de  la  campagne  agricole  depuis  la  préparation  de  la  campagne  avec 

recherche  de  crédit  et  de  l’autorisation  de  démarrage  de  la  station  de  pompage,  puis  la  phase 

d’irrigation  et  de  mise  en  culture,  et  enfin  le  bilan  de  la  campagne  où  l’agriculteur  évalue  ses 

critères de satisfaction avant de démarrer une nouvelle campagne.  

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

91 

 

Les  enjeux  fonciers  sont  totalement  absents  de  la  représentation  du  modélisateur.  Pourtant,  la 

gestion  de  la  terre  paraît  être  importante  pour  une  meilleure  compréhension  de  la  viabilité  des 

systèmes  irrigués.  Ce  facteur  de  production  est  central  dans  la  société 

haalpulaar

  et  dans  de 

nombreuses  sociétés  d’agriculteurs  où  la  relation  à  la  terre  détermine,  structure  et  organise  les 

hommes. Bien évidemment, le foncier des systèmes irrigués n’est plus géré officiellement par le 

système coutumier et devrait normalement répondre à des critères « modernes » de gestion de la 

terre. Mais dans la réalité, nous avons montré que dans les systèmes irrigués sénégalais du delta, 

des signes indiquaient que les systèmes coutumiers étaient en train de se réapproprier le foncier 

(W. Daré, 1999). Cette hybridation voire cette reprise du foncier de l’aménagement semble être 

un paramètre important pour comprendre les problèmes de viabilité des systèmes irrigués. 

  

 

En  conclusion  de  ce  troisième  chapitre,  retenons  que  le  jeu  ici  employé  a  été  construit  dans  le 

cadre d’une démarche d’accompagnement pour expliciter le contenu d’un système multi-agents 

décrivant  les  modes  de  coordination  dans  un  système  irrigué.  Cette  volonté  de  représenter  le 

monde  socioprofessionnel  des  acteurs  distingue  fortement  ce  jeu  de  rôles  de  ceux  purement 

ludiques du type Donjons et Dragons. Le SMA et le jeu de rôles ont été décrits dans le détail afin 

d’expliciter  les  hypothèses  de  construction  de  ces  outils.  C’est  pourquoi  le  contexte  de 

production  agricole  dans  la  vallée  du  fleuve  Sénégal  et  les  difficultés  rencontrées  par  les 

agriculteurs ont été présentés. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 1 : Des réflexions de chercheurs sur l’usage de jeux de rôles en milieu réel … 

 

 

92 

 

 

Au  cours  de  cette  première  partie,  nous  avons  d’abord  exposé  le  contexte  général  de  notre 

travail : il s’agit d’apporter un regard sociologique sur les travaux d’un groupe pluridisciplinaire 

de  chercheurs  dont  les  recherches  avec  les  acteurs  de  la  gestion  localisée  des  ressources 

naturelles renouvelables sont impliquées dans le développement.  

 

Nous  nous  sommes  ensuite  attachés  à  déconstruire  leurs  réflexions  sur  l’usage  d’outils,  d’en 

expliciter les principes et hypothèses afin de les traduire en objet sociologique support de notre 

propre travail. La question essentielle posée est celle du changement social induit par l’usage de 

SMA et jeu de rôles avec et par des acteurs locaux. Cette interrogation nécessitait de  mieux la 

circonscrire.  Nous  avons  réfléchi  plus  particulièrement  à  la  notion  de  jeu  pour  montrer  que  la 

question de la place de la réalité dans les activités ludiques pouvait être pertinente mais imposait 

d’être  précisée.  Cette  question  est  d’autant  plus  importante  que  les  types  de  jeux  de  rôles 

construits  par  les  chercheurs  du  groupe  ComMod  placent  les  joueurs  dans  des  situations 

d’actions représentant leurs activités socioprofessionnelles réelles. Ainsi, notre problématique de 

recherche  se  focalise  sur  la  question  suivante :  « 

Comportements  des  acteurs  dans  le  jeu  de 

rôles  et  dans  la  réalité :  indépendance  ou  correspondance ?

 ».  Nous  souhaitons  en  essayant 

de mieux saisir ce qui se passe dans le jeu apporter une première pierre à la réflexion plus vaste 

sur le changement social induit par l’usage de ces outils. 

 

Enfin, cette première partie se termine par la description de la méthodologie d’accompagnement 

ayant  abouti  à  la  construction  du  SMA  SHADOC  puis  du  jeu  de  rôles  Njoobaari  ilnoowo,  ces 

outils constituant nos supports de recherche. 

 

 

Réfléchir  à  notre  problématique  imposait  de  construire  une  méthodologie  rigoureuse  d’analyse 

de  l’usage  de  ce  jeu  de  rôles  par  des  acteurs  réels.  Pour  ce  faire,  nous  nous  proposons  de 

décortiquer  notre  question  en  différents  éléments  auxquels  notre  méthode  devra  s’attacher  à 

répondre. 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

93 

 

 

 

 

 

Partie 2 : 

 

… à la construction d’une méthodologie 

d’analyse basée sur la complémentarité entre 

le ludique et le réel appliquée dans deux 

systèmes irrigués. 

 

 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

 

 

94 

 

 

PARTIE 2 : … A LA CONSTRUCTION D’UNE METHODOLOGIE D’ANALYSE BASEE SUR LA 
COMPLEMENTARITE ENTRE LE LUDIQUE ET LE REEL APPLIQUEE DANS DEUX SYSTEMES 
IRRIGUES…....................................................................................................................................................... 95

 

 

4

 

Méthodologie

........................................................................................................................................... 95

 

4.1

 

D

E LA PROBLEMATIQUE AUX HYPOTHESES

......................................................................................... 95

 

4.2

 

L

A CONSTRUCTION DE TROIS HYPOTHESES

......................................................................................... 99

 

4.2.1

 

Hypothèse 1 : la représentation schématique du système irrigué est acceptée par les joueurs .. 100

 

4.2.2

 

Hypothèse 2 : l’habitus et le champ social des acteurs interfèrent avec les rôles des joueurs. .. 101

 

4.2.3

 

Hypothèse 3 : le jeu est un outil heuristique qui révèle les relations sociales entre les acteurs. 112

 

4.3

 

M

ETHODOLOGIE DE RECUEIL ET D

ANALYSE DES INFORMATIONS DANS LA REALITE ET DANS LE JEU

. ....

 

......................................................................................................................................................... 115

 

4.3.1

 

Le recueil des informations au cours des sessions de jeu de rôles.............................................. 116

 

4.3.2

 

Le recueil des informations dans la réalité ................................................................................. 120

 

4.3.3

 

L’analyse goffmanienne des informations recueillies dans le simulacre .................................... 130

 

4.3.4

 

L’analyse des données collectées dans le monde réel au cours…............................................... 133

 

 

5

 

Le contexte de l’usage du jeu dans les systèmes irrigués de Wuro-Madiu et Thiago

.......... 139

 

5.1

 

C

HOIX DES SITES D

APPLICATION DE LA METHODE

........................................................................... 139

 

5.2

 

I

NSTALLATION DU PEUPLEMENT

....................................................................................................... 141

 

5.2.1

 

A Wuro-Madiu............................................................................................................................. 141

 

5.2.2

 

A Thiago ...................................................................................................................................... 143

 

5.3

 

L

ES INSTITUTIONS VILLAGEOISES

..................................................................................................... 144

 

5.3.1

 

Le village de Wuro-Madiu........................................................................................................... 144

 

5.3.2

 

Le village de Thiago.................................................................................................................... 147

 

5.4

 

O

RGANISATION SOCIALE DE L

IRRIGATION ET CONTEXTE DE PRODUCTION

....................................... 150

 

5.4.1

 

Dans le village de Wuro-Madiu .................................................................................................. 150

 

5.4.2

 

Dans le village de Thiago............................................................................................................ 160

 

 

6

 

Les informations recueillies

............................................................................................................... 165

 

6.1

 

A

U COURS DES SESSIONS DE JEU DE ROLES

....................................................................................... 165

 

6.1.1

 

Nombre de sessions de jeu .......................................................................................................... 165

 

6.1.2

 

Description des différentes sessions de jeu ................................................................................. 165

 

6.2

 

D

ANS LA REALITE

 :

 DESCRIPTION DES RECITS DE VIE

........................................................................ 178

 

6.2.1

 

Recueil et traitement des récits de vie, à partir de l’exemple de WM1 ....................................... 179

 

6.2.2

 

Synthèse des informations recueillies dans les autres récits de vie à Wuro-Madiu .................... 184

 

6.2.3

 

Synthèse des informations recueillies dans les récits de vie à Thiago ........................................ 189

 

 
 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 2 : …à la construction d’une méthodologie d’analyse basée sur complementarité entre ludique et réel 

 

 

95 

Partie 2  :

 

  A  LA  CONSTRUCTION  D

UNE  METHODOLOGIE 

D

ANALYSE BASEE SUR LA COMPLEMENTARITE ENTRE LE LUDIQUE 

ET LE REEL APPLIQUEE DANS DEUX SYSTEMES IRRIGUES

 

 

 

La première partie a permis de décrire le contexte général et d’élaborer notre problématique 

de recherche. 

 

La  bibliographie  montre  qu’il  n’existe  pas  de  méthode  spécifiquement  construite  pour 

analyser  les  liens  entre  jeu  et  réalité.  L’objectif  de  cette  seconde  partie  est  de  montrer 

comment  une  méthodologie  a  pu  être  bâtie  pour  apporter  des  éléments  de  réflexion  à  notre 

questionnement. Elle commencera par la construction de trois hypothèses qui reprennent les 

différents  points  de  la  problématique.  Cette  présentation  autour  d’hypothèses  a  été  choisie 

pour  clarifier  nos  choix  méthodologiques.  La  méthode  proposée  cherche  à  tester  ces 

hypothèses  afin  de  mieux  appréhender  notre  problématique.  Dans  un  second  temps,  les 

contextes  sociaux  des  systèmes  irrigués  dans  lesquels  la  méthode  a  été  appliquée  sont 

exposés. Enfin, cette partie se termine par la présentation des informations recueillies. 

 

4

 

M

ETHODOLOGIE 

 

4.1  De la problématique aux hypothèses 

 

Ce  premier  point  vise  à  montrer  comment  trois  hypothèses  permettent  d’organiser  notre 

réflexion pour appréhender la problématique générale de ce travail. 

 

Les 

comportements

  sont  définis  comme  des  manières  d’agir.  Les  actions  sont  réalisées  par 

des  individus  sociaux  isolés  ou  organisés  en  groupes  humains.  Les  interactions  entre  les 

acteurs sont la partie visible, observable de l’iceberg. Elles se traduisent par un ensemble de 

pratiques  développées  dans  le  cadre  de  situations  données.  La  partie  cachée  de  l’iceberg  est 

composée  des  différents  éléments  qui  participent  à  l’élaboration  de  ces  manières  d’agir.  Le 

pendant  cognitif  des  comportements  peut  être  décrit,  dans  un  contexte  donné,  par  l’analyse 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 2 : …à la construction d’une méthodologie d’analyse basée sur complementarité entre ludique et réel 

 

 

96 

des  perceptions,  des  représentations  sociales  que  les  acteurs  ont  du  système  irrigué  et  des 

modèles proposés : jeu de rôles et SMA. 

 

Nous  avons  supposé  précédemment  (cf.  2.3)  que  la  légitimité  de  la  représentation  proposée 

par le simulacre était une condition 

sine qua non

 pour envisager une quelconque relation entre 

les  comportements  des  acteurs  dans  le  jeu  de  rôles  et  dans  la  réalité.  Pour  M.  Weber,  la 

légitimité  d’un  ordre  peut  être  garantie  soit  de  façon  purement  intime  de  manière  affective, 

rationnelle en valeur (c’est-à-dire par la foi en sa validité absolue en tant qu’il est l’expression 

de  valeurs  ultimes  obligatoires  par  exemple  d’ordre  éthique  ou  religieuse),  soit  de  façon 

extérieure  par  les  conséquences  attendues  si  cet  ordre  n’est  pas  respecté  (réprobation  du 

groupe social, contraintes physiques ou psychiques) (M. Weber, 1995). Dans son acception, la 

légitimité  oriente  les  activités  sociales  parce  que  les  individus  qui  y  participent  considèrent 

l’ordre  légitime  comme 

valide

.  Cette  validité  est  essentielle  pour  la  stabilité  de  l’ordre 

légitime. En sociologie ou en philosophie politique

28

, la légitimité est généralement associée 

aux  notions  de  pouvoir,  d’autorité,  de  domination.  Le  plus  souvent,  elle  sert  à  les  qualifier, 

mais la légitimité n’est pas définie pour elle-même, au mieux, comme l’a fait M. Weber, on 

en donne les principales caractéristiques.  

 

Contentons  nous  de  cet  état  de  fait  et  précisons  ce  que  nous  entendons  par  légitimité  du 

simulacre.  Pour  nous,  le  simulacre  est  dit 

légitime

 

s’il  est  accepté,  validé  par  ceux  qui  en 

suivent  les  règles  et  en  subissent  les  conséquences.

  L’élément  que  nous  retiendrons  dans 

notre  propos  est  son  caractère  « accepté »  par  le  groupe.  Notre  réflexion  cherchera  donc  à 

éclairer  la  question  de 

l’acceptation  du  simulacre  par  les  joueurs

.  Aussi  la  notion  de 

pouvoir, toujours rattachée à celle de la légitimité, doit-elle être prise en compte même dans le 

cadre  du  simulacre.  En  effet,  les  modalités  de  l’introduction  de  ces  outils  dans  les  sociétés 

locales ne sont pas neutres et peuvent influencer directement l’acceptabilité du simulacre par 

les acteurs.  

 

La question de la légitimité du simulacre se pose parce que nous considérons ici

 

des jeux 

qui  tentent  de  représenter  le  monde  réel  dans  lequel  les  joueurs  vivent

.  C’est  là  une 

question centrale dans la démarche ayant menée à la construction du jeu 

Njoobaari ilnoowo

Dans  ce  cas,  il  ne  s’agit  pas  de  jeux  purement  ludiques,  décrivant  des  mondes  totalement 
                                                 

28

  Cf.  par  exemple  la  définition  donnée  en  sociologie  des  organisations  par  M.  Crozier  et  E.  Friedberg  (M. 

Crozier et E. Friedberg, 1977) 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 2 : …à la construction d’une méthodologie d’analyse basée sur complementarité entre ludique et réel 

 

 

97 

oniriques ou guerriers volontairement déconnectés de la réalité, que des joueurs valideraient 

simplement  parce  qu’ils  acceptent  les  interactions,  les  règles  proposées.  Ici,  la  légitimité  du 

simulacre se pose non seulement au regard du contenu de la représentation du réel proposé, 

mais  également  dans  la  fonctionnalité  de  ce  type  d’outil  notamment  quant  à  la  gestion  du 

système irrigué. 

 

 

 

 

Cas 1

 : indépendance entre     

Cas 2

 : correspondance entre jeu et réalité 

jeu et réalité   

 

 

partielle 

ou 

totale 

Figure 12 : 

Figuration des relations entre jeu et réalité

 

 

Repartons maintenant de la formulation initiale de notre problématique : comportements des 

acteurs dans le jeu ou la réalité : indépendance ou correspondance ? Deux cas de figure nous 

semblent  envisageables  (figure  12).  Considérons  le  premier  cas  et  supposons  qu’il  y  ait 

indépendance  entre  ce  qui  se  passe  dans  le  simulacre  et  la  réalité.  La  réalité  ici  prise  en 

compte  considère  les  processus  de  décision  sur  l’agriculture  irriguée.  Elle  serait  observée 

comme  une  sorte  de  hors-jeu.  Cela  signifierait  donc  que  la  réalité  n’apparaîtrait  pas  dans  le 

jeu  (sous  quelques  formes  que  ce  soit)  ou  qu’elle  écraserait  les  contraintes  du  jeu.  Les 

comportements  des  acteurs  dans  le  jeu  de  rôles  seraient  sans  aucun  lien  avec  des 

comportements  réels,  sans  aucun  lien  avec  les  éléments  guidant  leurs  interactions  dans  la 

réalité.  Alors  se  pose  la  question  de  ce  qui  guiderait  les  comportements  des  participants  du 

jeu ?  Une  première  réponse  pourrait  être  donnée  par  les  règles  du  jeu.  Ce  sont  elles  qui 

formellement déterminent les rôles des joueurs et leurs interactions, mais en partie seulement. 

Si les joueurs se soumettaient totalement et pleinement aux déterminants du jeu, sans aucune 

relation avec un « hors jeu » alors les individus seraient en quelque sorte réduits à de simples 

automates, venus au jeu sans aucune caractéristique propre. Dans ce cas, le SMA serait alors 

fort  utile  car  les  multiples  simulations  effectuées  pourraient  permettre  de  reproduire 

intégralement  le  déroulement  des  séances  de  jeu  avec  les  acteurs.  Il  y  aurait  au  cours  de  la 

modélisation une perte évidente de la complexité du système irrigué réel. Une telle hypothèse 

renvoie le simulacre de jeu au simple statut de simulation 

sensu stricto

.  

 

Jeu 

 

Jeu 

Réalité 

 

Réalité 

 

Réalité 

 

Jeu 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 2 : …à la construction d’une méthodologie d’analyse basée sur complementarité entre ludique et réel 

 

 

98 

Maintenant, considérons le cas de figure inverse, c’est-à-dire qu’il existe une correspondance 

entre le simulacre et la réalité. C’est alors un type de simulacre “métaphorique” qui emprunte 

des  caractéristiques  pratiques  du  modèle  de  départ.  Jeu  et  “réalité”  représentent  deux 

ensembles  d’activités  pratiques  avec  des  caractéristiques  communes  et  des  contraintes 

partiellement  différentes.  La  correspondance  entre  le  jeu  et  la  réalité  peut  être  partielle,  les 

joueurs utilisant les règles du jeu et des paramètres réels pour interagir dans le simulacre, ou 

totale, les joueurs ne suivant alors que leur propre réalité pour se mouvoir dans le jeu. C’est ce 

dernier type de relations qui se trouve dans les travaux de P. d’Aquino (P. Aquino (d')

 et al.

2002b).  Dans  ces  deux  situations,  le  simulacre  ne  pourrait  alors  plus  être  réduit  à  la  simple 

simulation  par  le  SMA.  Il  faudrait  alors  essayer  de  comprendre  pourquoi  le  simulacre  ne 

correspond  pas  aux  attentes  du  chercheur,  attentes  résultant  de  la  combinaison  entre  les 

différents paramètres du jeu. Cela pourrait être lié aux déterminants du jeu, par exemple si les 

règles ne sont pas considérées comme valides par les joueurs. A ce type de questions, seule 

une  analyse  de  la  situation  peut  apporter  des  réponses.  Il  serait  alors  nécessaire  d’expliquer 

pourquoi  un  joueur  ne  se  conduit  pas  comme  attendu  dans  le  jeu,  puis  voir  en  quoi  le 

comportement  du  joueur  tendrait  à  se  rapprocher  ou  au  contraire  à  s’éloigner  de 

comportements observés dans la réalité.  

 

Dans  le  simulacre,  les  comportements  sont 

a  priori

  liés  aux  interactions  entre  les  rôles,  les 

règles du jeu, et le meneur du jeu. Dans la réalité, nous avons précédemment évoqué toute la 

difficulté  qu’il  y  a  à  saisir  les  paramètres  cognitifs  -  représentations,  règles,  valeurs  - 

permettant  d’expliquer  les  comportements.  L’analyse  des  interactions  à  partir  de  celle  des 

pratiques  des  acteurs  dans  une  situation  donnée  apparaît  comme  un  des  moyens 

d’appréhender plus facilement la nature des relations entre le jeu de rôles et la réalité sociale. 

Il s’agit au travers des pratiques d’accéder à ce qui compose les représentations sociales d’un 

individu, son histoire, ses valeurs, éléments que chacun partage (en partie ou en totalité) avec 

les  autres  membres  de  son  groupe  social.  Nous  retrouvons  ici  certains  éléments  de  la 

sociologie  bourdieusienne  de  la  pratique :  l’

habitus

  et  le 

champ

  (P.  Bourdieu,  1980).  Initiée 

par la question de l’acceptation de la représentation proposée, notre réflexion se poursuivra en 

s’interrogeant  sur  la 

relation  entre  d’une  part,  l’

habitus

  et  le  champ  des  acteurs  et, 

d’autre part, les rôles des joueurs

 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 2 : …à la construction d’une méthodologie d’analyse basée sur complementarité entre ludique et réel 

 

 

99 

Poussons  encore  un  peu  plus  loin  notre  réflexion.  Supposons  que  (i)  la  représentation 

proposée par le modélisateur soit légitime aux yeux des acteurs, et (ii) que l’

habitus

 et/ou le 

champ  des  acteurs  interfèrent  avec  leurs  rôles  dans  le  jeu.  Si  ces  deux  hypothèses  étaient 

vérifiées  alors  nous  pourrions  conjecturer  que  les  joueurs  vont  se  comporter  au  moins  en 

partie comme ils le font dans le système irrigué réel (cf. cas 2, figure 12). Les individus réunis 

pour  l’occasion  du  jeu  constituent  un  groupe  restreint,  une  organisation  transitoire  et 

situationnelle  construite  pour  répondre  à  une  situation  donnée :  celle  proposée  par  le 

simulacre.  Ils  vont  s’y  mouvoir  et  interagir  en  fonction  de  la  légitimité  qu’ils  octroient  au 

simulacre. Or dans ce groupe restreint, les conditions de jeu (temps et espace réduits, activité 

agricole  simulée  centrale  dans  les  relations  entre  les  villageois)  sont  telles  que  le  groupe 

pourrait  être  soumis  à  certaines  tensions.  La  proximité  du  jeu  avec  la  réalité  pourrait 

constituer une autre source de tension pour chaque acteur, tension provoquée par la proximité 

entre son rôle joué et son rôle réel.  

 

Aussi,  imaginons-nous  qu’au  sein  du  jeu  de  rôles,  un  autre  type  de  jeu,  plus  social,  serait 

susceptible de se mettre en place dans lequel les interactions entre les joueurs mis sous tension 

pourraient  révéler  des  relations,  des  règles  d’action,  des  comportements  valables  dans  le 

système irrigué réel. Le simulacre deviendrait alors une autre situation d’action partiellement 

ou totalement incluse dans la réalité. Dans ce cas, la question est alors de voir si le jeu de rôles 

ne pourrait pas être un 

moyen de révéler au sociologue qui a un point de vue exogène les 

relations sociales endogènes entre les joueurs-acteurs

.  

 

4.2  La construction de trois hypothèses  

Les  réflexions  précédentes  permettent  de  cerner  un  peu  mieux  notre  problématique  et  de  la 

décomposer en trois questions :  

 

Le simulacre est-il accepté par les joueurs ? 

 

Existe-t-il une relation entre l’

habitus

 et le champ des acteurs et les rôles des joueurs ? 

 

Le jeu de rôles est-il un révélateur des relations sociales entre les joueurs-acteurs ? 

Organisons  notre  réflexion  et  construisons  notre  méthodologie  de  façon  à  tester  les 

hypothèses suivantes construites à partir de ces trois questions : 

Hypothèse 1 : la représentation schématique du système irrigué est acceptée par les joueurs 

Hypothèse 2 : l’

habitus

 et le champ des acteurs interfèrent avec les rôles des joueurs. 

Hypothèse 3 : Le jeu est un outil heuristique qui révèle les relations sociales entre les acteurs. 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 2 : …à la construction d’une méthodologie d’analyse basée sur complementarité entre ludique et réel 

 

 

100 

 

Il s’agit maintenant de décortiquer ces différentes hypothèses. Par cette déconstruction, nous 

cherchons  à  mettre  en  évidence  les  éléments  qui  la  composent  afin  d’élaborer  une 

méthodologie pour collecter et traiter des informations pour tester ces hypothèses.  

 

4.2.1  Hypothèse 1 : la représentation schématique du système irrigué est acceptée 

par les joueurs 

Au paragraphe 2.3, il a été précisé que la cohérence du simulacre était un paramètre essentiel 

à  prendre  en  compte  pour  que  les  acteurs  puissent  interagir  et  s’y  mouvoir.  Sans  cette 

caractéristique  du  simulacre,  les  joueurs  risqueraient  de  ne  considérer  le  jeu  de  rôles  que 

comme un simple divertissement ludique. Indépendant de la réalité, son usage dans une arène 

de  concertation  pour  participer  à  la  gestion  du  système  irrigué  ne  serait  sans  doute  pas 

pertinent. Car, il est ici postulé que si le simulacre n’est pas validé par les acteurs locaux, les 

résultats des séances de jeu ne pourront être utilisés dans le domaine réel. Par conséquent, il 

ne pourrait pas servir de support de discussions autour de la gestion réelle de l’irrigation. 

 

Il  apparaît  donc  important  de  voir  si  cet  outil  est  considéré  comme  légitime  par  les  acteurs 

locaux  pour  envisager  de  l’utiliser  dans  une  arène  de  concertation.  Vu  la  définition  de  la 

légitimité  que  nous  avons  précédemment  adoptée,  le  jeu  devrait  être  validé,  accepté  par  les 

joueurs.  Ainsi  la  question  de  l’usage  du  jeu  de  rôles  aboutit  à  la  construction  de  cette 

hypothèse relative à 

l’acceptation  de  la  représentation  proposée  par  le modélisateur

.  De 

plus,  travailler  sur  l’acceptation  de  cette  représentation  par  les  acteurs  c’est  aller  encore  un 

peu plus loin dans la validation du modèle.  

 

 

Le  problème  de  la  validation  des  modèles  est  un  problème  crucial  chez  les  modélisateurs. 

Puisque la modélisation permet de rendre le monde intelligible, le modélisateur va chercher à 

s’assurer  que  l’ensemble  construit  représente  bien  le  monde  réel  (G.  Marsily  (de),  1997).  Il 

faut distinguer (i) la validation du modèle que le modélisateur cherche à établir en confrontant 

les résultats des simulations avec la réalité, (ii) de la validation du modèle par les acteurs eux-

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 2 : …à la construction d’une méthodologie d’analyse basée sur complementarité entre ludique et réel 

 

 

101 

mêmes  que  le  chercheur  voulant  utiliser  le  modèle  dans  une  arène  de  concertation  tente 

d’analyser. C’est ce dernier type de validation que nous cherchons ici à éclairer

29

.  

La construction du jeu de rôles 

Njoobaari ilnoowo

 traduit cette volonté de rendre le contenu 

du  modèle  intelligible  pour  les  acteurs  locaux  et  leur  permettre  de  valider  et  de  discuter  les 

processus  implémentés.  S’inscrivant  dans  la  perspective  de  cette  double  validation,  O. 

Barreteau  a  proposé  dans  une  démarche  de  second  type,  de  faire  valider  le  modèle  par  les 

acteurs eux-mêmes. Il a cherché à voir si la représentation du modélisateur était acceptée par 

les  acteurs.  A  l’issue  de  la  présentation  de  sa  thèse  en  octobre  1999,  les  agriculteurs  ont  en 

partie reconnu que la représentation proposée par le modélisateur dans le cadre du jeu de rôles 

leur convenait (O. Barreteau

 et al.

, 2001).  

 

Une première validation de la représentation proposée a été formulée par les acteurs mais elle 

s’est limitée au simple discours des joueurs. Nous proposons de recourir à la triangulation des 

points de vue pour aller plus loin dans cette étape de validation de l’outil par les agriculteurs.  

 

L’objectif de cette première hypothèse est de permettre 

d’appréhender les comportements 

des  interactants  placés  dans  une  situation  d’action  en  analysant  non  seulement  leurs 

discours  mais  également  leurs  représentations  sociales  du  système  modélisé

.  Les 

négociations  dans  la  vie  réelle  ou  dans  le  jeu  sont  typiquement  des  situations  d’action  dans 

lesquels  les  protagonistes  sont  obligés  d’interagir  pour  atteindre  les  buts  individuels  ou 

collectifs  qu’ils se  sont fixés.  L’interaction  étant  dynamique,  la  méthodologie  mise  en  place 

doit être capable de saisir les règles, normes et valeurs qui organisent les comportements des 

joueurs/acteurs et qui qualifient la représentation acceptée. 

 

4.2.2  Hypothèse  2 :  l’habitus  et  le  champ  social  des  acteurs  interfèrent  avec  les 

rôles des joueurs. 

Ainsi  qu’il  a  été  présenté  en  2.2.2,  les  principaux  sociologues  s’étant  intéressés  à  l’activité 

ludique comme Huizinga et Caillois la considèrent comme étant en dehors de la réalité. Une 

                                                 

29

  Le  premier  type  de  validation  concerne  les  modélisateurs  (S.  Moss

  et  al.

,  1997;  V.  Peters

  et  al.

,  1998;  B. 

Walliser, 2001). Les résultats de la simulation traduisent les hypothèses et règles implémentées dans le modèle à 
un instant t. Ils permettent d’obtenir une photographie plus ou moins fidèle du système social à cet instant t. Mais 
comme le système social réel est doué d’une dynamique qui lui est propre, quand le modélisateur revient avec le 
modèle pour le valider, la situation peut avoir déjà changé. Comme l’a écrit J.-C. Passeron, la modélisation en 
sciences sociales ne peut se faire à « contexte invariant » (J.-C. Passeron, 1991). C’est là un trait fondamental de 
la relation entre modèle et actions humaines. 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 2 : …à la construction d’une méthodologie d’analyse basée sur complementarité entre ludique et réel 

 

 

102 

relation de type exclusive existerait ainsi entre les domaines ludique et réel. Au contraire, du 

point  de  vue  des  psychosociologues,  le  jeu  est  très  souvent  présenté  comme  participant  à  la 

construction de l’individu social (E. Berne, 1975; G.H. Mead, 1963) : c’est le second cas de la 

figure 12. En jouant, l’enfant construit son comportement en fonction des modèles en vigueur 

dans sa société. Il copie les attitudes d’autres membres du groupe social et s’approprie ainsi 

les comportements socialement autorisés. Chez l’enfant, la relation entre jeu et réalité est donc 

reconnue  par  les  psychosociologues.  Les  anthropologues  ont  également  montré,  notamment 

en  Afrique,  comment  les  jeux  des  enfants  pouvaient  participer  à  l’apprentissage  des  règles 

sociales (C. Béart, 1960; M. Griaule, 1938).  

 

Les  relations  entre  jeu  et  réalité  chez  les  adultes  demeurent  plus  difficiles  à  saisir.  Il  est 

pourtant nécessaire de mieux les appréhender quand le jeu est destiné à être utilisé avec des 

acteurs locaux pour travailler sur des problématiques visant à l’amélioration de la gestion des 

ressources  naturelles  et  renouvelables.  La  question  de  la  relation  entre  jeu  et  réalité  dans  le 

monde des adultes pourrait être abordée selon deux angles différents :  

 

D’un côté, le jeu peut-il influencer les comportements réels d’un acteur et du groupe 

social auquel il appartient ? Rappelons que les changements sociaux risquant de ne pas 

apparaître  au  cours  des  trois  années  de  thèse,  nous  avons  choisi  de  ne  pas  nous 

focaliser sur cet aspect de la question.  

 

De l’autre côté, le groupe social et l’individu peuvent-il influencer les caractéristiques 

du  jeu  (c’est-à-dire  la  représentation  du  modélisateur),  par  exemple,  pour  se 

l’approprier ? Il s’agit là de mieux comprendre ce qui se passe au cours des séances de 

jeu. 

 

Comment la réalité sociale des acteurs peut-elle interférer avec les caractéristiques du jeu de 

rôles ?  Si  de  telles  interférences  sont  envisagées,  comment  en  rendre  compte  et  suivre  leurs 

effets  dans  le  jeu  de  rôles ?  Pour  pallier  la  difficulté  de  l’identification  des  représentations, 

valeurs et autres normes sociales, nous proposons de nous concentrer sur leur concrétisation 

dans  l’action,  leur  expression  dans  la  pratique.  Aborder  les  mécanismes  cognitifs  par  la 

pratique  renvoie  aux  travaux  en  sociologie  de  la  pratique  de  P.  Bourdieu,  et  à  ceux  de  sa 

filiation  critique  développée  notamment  par  L. Boltanski  et  L.  Thévenot  en  sociologie  des 

« régimes d’actions » (P. Corcuff, 1998). 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 2 : …à la construction d’une méthodologie d’analyse basée sur complementarité entre ludique et réel 

 

 

103 

 

Eléments d’une sociologie de la pratique. 

Précisons notre position par rapport aux éléments de la théorie bourdieusienne afin de montrer 

pourquoi nous l’avons préférée à celle des « Economies de la grandeur » de L. Boltanski et L. 

Thévenot, cette seconde ayant été utilisée de façon marginale.  

C’est  pour  se  démarquer  du  structuralisme  et  des  théoriciens  de  l’acteur  rationnel  que  P. 

Bourdieu a établi les principes de sa sociologie des pratiques. Il cherche ainsi à montrer que 

les  actions  humaines  ne  répondent  pas  à  des  déterminismes  mécaniques  renvoyant  à  une 

théorie  ou  une  représentation  consciente  du  monde  mais  à  un  « sens  de  la  pratique »  (P. 

Bourdieu,  1980).  Ce  sens  pratique  est  spontané  dans  le  sens  où  un  acteur  adopte  un 

comportement  dans  une  situation  donnée  sans  nécessairement  y  réfléchir.  Il  tente  le  plus 

souvent  d’adapter  son  comportement  aux  conditions  de  l’action.  Pour  le  sociologue,  les 

comportements des individus ne sont pas déterminés par des structures mais tout au plus ils 

sont guidés par une loi intime, 

lex insita

, qui leur est à la fois proche et est commune à leurs 

pairs. 

 

Confronté  à  un  événement  de  la  vie  quotidienne,  l’individu  va  puiser  dans  ses  « schèmes 

socialement  constitués  qui  organisent  sa  perception »  (P.  Bourdieu,  1980),  les  éléments  lui 

permettant  d’agir.  L’adaptation  de  ses  actions  est  le  résultat  d’un  processus  continu  de 

création,  d’invention  limité  par  les  conditions objectives  qu’il  perçoit.  Mais  cette  adaptation 

n’est  pas  nécessairement  consciente.  Ce  processus  constitue  un  « système  de  dispositions 

durables  et  transposables,  principes  générateurs  et  organisateurs  de  pratiques  et  de 

représentations » (P. Bourdieu, 1980). L’individu n’agit pas nécessairement de façon à suivre 

des  règles  clairement  établies,  pourtant  son  comportement  est  objectivement  régulier  et 

collectivement  orchestré.  C’est ce  système  de  dispositions  que  P.  Bourdieu  nomme 

habitus

.

 

Cet 

habitus

 est le produit d’une histoire individuelle mais aussi collective intériorisée lors du 

processus de socialisation.  

 

Tirée de l’

hexis

 de la philosophie aristotélicienne (P. Bourdieu, 2002), la notion d’

habitus

 est 

ici réactivée. Elle est une traduction du latin 

habeo

 qui se réfère étymologiquement à ce qui a 

été incorporé. L’adhésion à la 

lex insita

 provient du processus d’apprentissage développé dès 

l’enfance. L’éducation de l’enfant permettant de lui faire acquérir non seulement des savoir-

faire  mais  également  des  savoir-être  nécessaires  à  sa  vie  en  société. 

L’habitus 

aide  ainsi 

l’enfant à adopter telle position dans telle situation et fournit les éléments pour lui permettre 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 2 : …à la construction d’une méthodologie d’analyse basée sur complementarité entre ludique et réel 

 

 

104 

de développer ses capacités de perception et de jugement. Mais cet apprentissage ne se limite 

pas  aux  premiers  âges,  elle  se  poursuit  pendant  toute  la  durée  de  vie  de  l’individu.  Les 

expériences de la vie quotidienne amènent l’individu à s’adapter aux nouvelles conditions de 

son  environnement  social.  Ce  processus  d’incorporation  est  souvent  proche  chez  des  agents 

occupant  des  positions  voisines  dans  l’espace  social.  Pour  P.  Bourdieu,  les  pratiques  des 

individus sont liées à leur classe sociale, à la position qu’ils y occupent et à la trajectoire qui 

les y a conduits (P. Bourdieu, 1979).  

 

Chez P. Bourdieu, l’

habitus

 est lié à la notion de 

champ

 dans lequel s’exerce la pratique. Il a 

mis  en  œuvre  sa  grille  de  lecture  pour  analyser  différents  champs  sociologiques :  les 

journalistes,  l’école,  le  monde  de  l’art,  etc.  Cette  seconde  notion  est  complémentaire  à  la 

première dans la sociologie de la pratique. Le concept de champ a été forgé par P. Bourdieu 

au  cours  de  son  analyse  de  la  division  du  travail,  thème  cher  aux  pères  de  la  sociologie,  E. 

Durkheim, M. Weber et N. Elias. Le concept de champ est cependant moins clairement défini 

que celui d’

habitus. 

B. Lahire a recensé les éléments fondamentaux qui composent le champ 

et qui apparaissent progressivement dans le discours du sociologue (B. Lahire, 1999) :  

 

« le champ est un microcosme dans l’espace social global ; 

 

chaque champ possède des règles du jeu et des enjeux spécifiques 

 

un champ est un espace ou un système structuré de position 

 

c’est un espace de luttes entre les différents agents occupant les diverses positions 

 

les luttes ont pour enjeu l’appropriation d’un capital spécifique au champ, inégalement 

distribué au sein du champ et qui déterminent des relations de dominants, dominés 

 

la distribution inégale du capital détermine la structure du champ qui est donc définie 

par  l’état  du  rapport  de  forces  historiques  entre  les  agents  et  institutions  en  présence 

dans le champ ; 

 

en  lutte  les  uns  contre  les  autres,  tous  les  agents  d’un  champ  ont  intérêt  à  ce  que  le 

champ existe. Les intérêts sociaux sont donc spécifiques à chaque champ. 

 

à chaque champ correspond un 

habitus

 propre au champ. Seuls ceux ayant incorporé 

l’

habitus

 propre au champ sont en situation de jouer le jeu et de croire en l’importance 

de ce jeu. 

 

chaque agent du champ est donc caractérisé par sa trajectoire sociale, son 

habitus 

 et 

sa position dans le champ » (B. Lahire, 1999). 

 

tel-00452429, version 1 - 2 Feb 2010

background image

Partie 2 : …à la construction d’une méthodologie d’analyse basée sur complementarité entre ludique et réel 

 

 

105 

La position de chaque individu dans le champ est déterminée par le capital dont il dispose. Il 

ne  s’agit  pas  ici  de  capital  économique  mais  d’un  capital  social,  symbolique.  P.  Bourdieu 

construit  cette  notion  à  partir  de  la  critique  de  l’économie  du  don  chez  Mauss.  Dans  son 

« Essai sur le don », M. Mauss montre que le don et le contre-don participent d’une logique 

d’échange  réciproque  se  distinguant  de  l’échange  économique  strict

30

  (M.  Mauss,  1924). 

L’anthropologue  montre  également  que  cet  échange,  par  les  trois  obligations  qui  le 

caractérisent  -  celles  de  donner,  de  recevoir  e