ISO/CÉI JTC1/SC18/WG9 N1522F

Méthodes de saisie de caractères du répertoire de l'ISO/CÉI 10646 à l'aide d'un clavier ou d'autres unités d'entrée

[Second CD - ISO/IEC CD2 14755 - Input methods to enter characters from the repertoire of ISO/IEC 10646 with a keyboard or other input devices]


Ce document a été rédigé par Alain LaBonté (<ALB@SCT.Gouv.Qc.Ca>), et placé ici par Philippe Deschamp en vue d'aider à la circulation de cette information. Merci de bien vouloir faire parvenir vos commentaires à votre organisme de normalisation national, et de suivre le cheminement de ce document jusqu'à son adoption en tant que norme internationale.

[This document has been written by Alain LaBonté (<ALB@SCT.Gouv.Qc.Ca>), and has been put here by Philippe Deschamp to help circulate this information. Please direct any comment to your national normalisation body, and check the evolution of this document until its becoming a de jure international standard.]


Vous pouvez également vous reporter à une version anglaise de ce document, ainsi qu'à une version antérieure.

[A previous version of this document is also available, for reference, as is available an English version.]


Projet
18.57.00.00.00.00

Statut
Deuxième vote CD

Date
1995-10-16

Source
Alain LaBonté, rédacteur
Gouvernement du Québec
Secrétariat du Conseil du trésor
Service de la prospective et de la francisation
Édifice H
875, Grande-Allée Est, 4e étage
Québec, QC G1R 5R8
Canada

Internet
ALB@SCT.GOUV.QC.CA

NORME                                                            ISO/CÉI 14755
INTERNATIONALE                                                       Second CD

Technologies de l'information - Méthodes de saisie de caractères du répertoire de l'ISO/CÉI 10646 à l'aide d'un clavier ou d'autres unités d'entrée

Information Technology - Input methods to enter characters from the repertoire of ISO/IEC 10646 with a keyboard or other input devices

Avant-propos

L'ISO (Organisation internationale de normalisation) et la CÉI (Commission électrotechnique internationale) forment ensemble un système consacré à la normalisation internationale considérée comme un tout. Les organismes nationaux membres de l'ISO ou de la CÉI participent au développement de Normes internationales par l'intermédiaire des comités techniques créés par l'organisation concernée afin de s'occuper des différents domaines particuliers de l'activité technique. Les comités techniques de l'ISO et de la CÉI collaborent dans des domaines d'intérêt commun. D'autres organisations internationales, gouvernementales ou non gouvernementales, en liaison avec l'ISO et la CÉI participent également aux travaux.

Dans le domaine des technologies de l'information, l'ISO et la CÉI ont créé un comité technique mixte, l'ISO/CÉI JTC 1. Les projets de Normes internationales adoptés par le comité technique mixte sont soumis aux organismes nationaux pour approbation, avant leur acceptation comme Normes internationales. Les Normes internationales sont approuvées conformément aux procédures qui requièrent l'approbation de 75% au moins des organismes nationaux votants.

La Norme internationale ISO/CÉI 14755 a été élaborée par le comité technique mixte ISO/CÉI JTC 1, Technologies de l'information.

Introduction

Aujourd'hui, il existe une méthode bien connue permettant de saisir des caractères étrangers à un clavier donné sur les ordinateurs personnels. Toutefois cette méthode dépend du code sous-jacent et est limitée aux jeux de caractères à 8 éléments. Le besoin se fait sentir de normaliser une méthode analogue de manière indépendante de tout code et ce, même pour des jeux de caractères limités.

Il existe aussi une Norme internationale, l'ISO/CÉI 9995-3, permettant de saisir, sur un clavier normalisé à 48 touches alphanumériques, l'ensemble des caractères appartenant aux langues européennes qui s'écrivent avec l'alphabet latin. Mais cette norme est limitée à l'écriture latine, même si elle ouvre la porte à la définition de groupes supplémentaires pour d'autres systèmes d'écriture. Entre-temps, jusqu'à ce que d'autres groupes soient bien définis et documentés, il y a lieu de disposer de moyens normalisés pour saisir les caractères non-latins indépendamment de tout code. Ceci évitera la multiplicité de telles méthodes, une situation qui n'est jamais désirable pour les utilisateurs.

Par ailleurs, le JTC1 de l'ISO/CÉI a publié récemment une norme, l'ISO/CÉI 10646, intitulée « Jeu universel de caractères codés sur plusieurs octets (JUC) », qui est un sur-ensemble des répertoires de tous les jeux de caractères normalisés et publiés jusqu'à maintenant par le JTC1. Pour ce jeu de caractères très volumineux, il n'existe à l'heure actuelle aucune méthode de saisie normalisée. Mais il y a un besoin croissant de disposer d'une telle méthode, qui réglerait en même temps le problème de la dépendance par rapport à la multitude de codes existants.

La version préliminaire de la présente Norme internationale décrivait des méthodes additionnelles de saisie qui n'étaient pas considérées comme suffisamment prêtes pour que leur normalisation soit proposée. La description de ces méthodes a été reportée dans le rapport technique sur les claviers de l'avenir, en préparation au moment de la publication de la présente Norme internationale.

1 Domaine d'application

La présente Norme internationale définit des méthodes qui permettent la saisie de caractères appartenant au répertoire de normes diverses, telles que l'ISO/CÉI 10646, de manière indépendante du code, à l'aide d'un clavier ou d'autres unités d'entrée-sortie. Il est aussi prévu que, pour les implantations de divers schèmes de codage de jeux de caractères, cette méthode soit utilisable, pourvu que les jeux de caractères ciblés aient des répertoires qui soient des sous-ensembles du jeu universel de caractères codés sur plusieurs octets (ISO/CÉI 10646) ou de tout autre jeu de caractères normalisé.

Plus précisément, la présente norme définit :

-une méthode de base pour la saisie d'un caractère qui implique l'utilisation de la représentation de sa valeur codée (sous sa forme canonique ou abrégée) dans l'ISO/CÉI 10646 comme s'il s'agissait d'un numéro de catalogue, quel que soit le code sous-jacent utilisé pour ce caractère;

-une méthode pour saisir les symboles normalisés représentant des fonctions sur un clavier (précédemment appelée méthode de méta-saisie dans les ébauches préliminaires de la présente Norme internationale); cette méthode a pour but de permettre la saisie de caractères correspondant à la représentation visuelle des symboles de fonctions utilisées sur un clavier (selon les symboles de l'ISO/CÉI 9995-7 qui sont aussi des caractères dans l'ISO/CÉI 10646), à l'aide des touches de fonction elles-mêmes;

-une méthode de saisie par sélection d'un caractère à l'écran;

-une méthode de rétroaction qui permet l'identification exacte d'un caractère affiché sur écran, pour permettre sa saisie subséquente de façon correcte.

La présente norme se veut un complément aux dispositions de claviers et aux méthodes de saisie nationales existantes optimisées pour leur utilisation dans chaque pays. Ainsi la présente norme ne remplace aucune prescription nationale de saisie au clavier mais doit être considérée comme un outil facilitant l'usage du répertoire complet de caractères de l'ISO/CÉI 10646 à l'aide des claviers nationaux déjà existants.

2 Références normatives

ISO/CÉI 9995 Technologies de l'information - Dispositions des claviers pour la bureautique - Partie 1 - Principes généraux pour la disposition des claviers

ISO/CÉI 9995 Technologies de l'information - Dispositions des claviers pour la bureautique - Partie 3 - Dispositions complémentaires de la zone alphanumérique du module alphanumérique

ISO/CÉI 9995 Technologies de l'information - Dispositions des claviers pour la bureautique - Partie 7 - Symboles employés pour la représentation de fonctions

ISO/CÉI 10646-1 Technologies de l'information - Jeu universel de caractères codés sur plusieurs octets

3 Définitions

composition de caractère
une fonction qui sélectionne un caractère graphique qui n'a pas été affecté à une touche en associant divers autres caractères disposés sur le clavier

forme canonique
la forme par laquelle les caractères du JUC sont décrits en utilisant quatre octets pour représenter chaque caractère.

hexadécimal
la notation hexadécimale est un système de représentation numérique analogue au système décimal, mais elle utilise la base 16 au lieu de la base 10. En d'autres mots, au lieu de compter de 1 à 10 avant de changer de position décimale (une position décimale représente successivement, de la droite vers la gauche, les unités, les dizaines, les centaines et ainsi de suite), le compte s'effectue de 1 à 16 avant de changer de position (et ainsi les positions représentent successivement, de la droite vers la gauche, les puissances successives de 16 : 16, 256, 4096, et ainsi de suite). Comme il n'existe traditionnellement pas de chiffres au delà de 9, les six premières lettres de l'alphabet latin (ou de tout autre alphabet si l'écriture latine n'est pas utilisée) sont utilisés pour représenter les « chiffres » hexadécimaux additionnels 10 (A), 11 (B), 12 (C), 13 (D), 14 (E), 15 (F). Dans la présente Norme internationale, les nombres hexadécimaux sont utilisés comme références au JUC, dont le codage hexadécimal est considéré comme l'équivalent d'un système de numérotation par catalogue pour sélectionner des caractères. La notation hexadécimale existe comme raccourci pour représenter des groupes de 4 éléments ou bits (il y a 16 combinaisons possibles pour les permutations de 4 chiffres dont les seules valeurs possibles sont soit 0, soit 1); un nombre hexadécimal s'exprime avec moins de caractères qu'un nombre décimal.

JUC
le Jeu universel de caractères codés sur plusieurs octets connu comme l'ISO/CÉI 10646-1 et ses extensions à venir.

niveau
un état logique du clavier donnant accès à une collection de caractères graphiques ou d'éléments de caractères graphiques. Généralement les caractères graphiques ou éléments de caractères graphiques d'un même niveau font partie d'une même catégorie, telle que les formes majuscules des lettres. Dans certains cas le niveau choisi peut affecter les touches de fonctions.

Sélection du niveau 2
une fonction qui sélectionne l'ensemble de caractères ou de fonctions affecté au niveau 2 du clavier dans le groupe actif.

touche Contrôle
une touche représentant la fonction Contrôle telle que décrite dans l'ISO/CÉI 9995-7.

4 Symboles et abréviations

Dans la présente norme, l'identification d'un caractère précis du répertoire du JUC se fera au moyen d'une représentation symbolique de forme Uxxxxxxxx où les instances de xx qui suivent la lettre U représentent la forme canonique (ou sa forme abrégée, dans laquelle il est permis d'omettre les zéros non significatifs), en hexadécimal, d'un caractère tel que défini dans le JUC, ce qui constitue en pratique un moyen de ne pas être dépendant du code (la même forme, considérée comme numéro de catalogue, pouvant être utilisée même si le jeu de caractères codé en usage n'est pas le JUC) et au même moment de garder un lien direct avec le Jeu universel de caractères codés sur plusieurs octets, présumé contenir tous les caractères graphiques normalisés par l'ISO/CÉI. Lorsque cela est possible d'autres identificateurs mnémoniques seront utilisés en plus de la représentation des caractères eux-mêmes.

La lettre U se réfère à l'adjectif « universel » impliqué par le sigle JUC, qui signifie lui-même Jeu universel de caractères codés sur plusieurs octets.

Quand le nom d'un caractère est utilisé dans le texte de la présente norme (nom normalisé ou conventionnel), il est délimité respectivement à gauche et à droite par les symboles PLUS PETIT QUE et PLUS GRAND QUE, tel que, par exemple, dans la chaîne <ESPACE>, qui représente le caractère ESPACE.

5 Prescriptions

5.1 Méthode de base

5.1.1 Présomptions

Pour que la méthode de base puisse être utilisée, le clavier doit disposer d'un module alphanumérique. Ce module doit disposer d'une barre d'espacement (qui génère le caractère <ESPACE>), des dix chiffres décimaux et des 6 premières lettres de l'alphabet latin si l'alphabet latin est utilisé, ou de tout autre alphabet si un différent système d'écriture est utilisé. Ces éléments sont utilisés pour représenter des nombres hexadécimaux (voir la définition du mot hexadécimal), en quelque sorte les numéros de catalogue de tous les caractères du JUC. L'appareil auquel le clavier est relié doit être programmé de telle sorte que la séquence d'événements prescrite par certaines méthodes soit possible (notamment la méthode décrite en 5.2). Ainsi la présente norme ne s'applique généralement pas à une machine à écrire mécanique.

5.1.2 Mode d'emploi

La méthode de base est activée de la manière suivante :

Tout en maintenant la touche Contrôle (telle que décrite dans l'ISO/CÉI 9995-7) et la touche Sélection du niveau 2 (telle que décrite dans la même norme) simultanément enfoncées [préférablement en appuyant d'abord sur la touche Sélection du niveau 2, ensuite sur la touche Contrôle], taper la forme canonique hexadécimale (ou son abréviation; voir Symboles et Abréviations) d'un caractère-cible; par la suite terminer ce « numéro de catalogue » en appuyant sur la barre d'espacement génèrera un caractère graphique équivalent à celui correspondant à ce « numéro de catalogue » dans le JUC. Si la touche Contrôle et la touche Sélection du niveau 2 sont relâchées, il n'est pas nécessaire d'appuyer sur la barre d'espacement pour générer un caractère. Quand la barre d'espacement est utilisée, la saisie d'une série de nombres hexadécimaux est possible, chacun représentant un caractère, sans que l'on ait à relâcher et à appuyer à nouveau sur les touches Contrôle et Sélection du niveau 2. Lorsque cela est possible, aucune distinction ne doit être faite entre une lettre majuscule et son équivalent minuscule (ou entre les diverses formes d'une lettre dans un système d'écriture donné) pour la saisie des 6 premières lettres de l'alphabet comme chiffres hexadécimaux.

Si l'appareil utilise un espace de codage dans lequel le caractère sélectionné n'existe pas, il est recommandé que l'interface-utilisateur donne au minimum un avertissement que ce caractère n'est pas disponible.

Exemple a. Saisie du caractère À

1. Appuyer sur la touche Sélection du niveau 2 et la maintenir enfoncée.

2. Appuyer sur la touche Contrôle et la maintenir enfoncée.

3. Taper la séquence 00C0.

4. Relâcher la touche Contrôle et la touche Sélection du niveau 2.

Résultat : Le caractère À sera généré, la séquence saisie représentant le numéro de catalogue de la lettre À dans le JUC, quel que soit le code utilisé par l'appareil, pourvu que le caractère soit disponible dans le jeu de caractères réellement utilisé.

Prière de noter que la forme canonique de ce caractère est 000000C0, mais que l'utilisateur a choisi ici de ne pas taper les quatre premiers zéros. Il aurait aussi été possible de ne taper aucun zéro initial (la séquence C0 aurait été valable elle aussi).

Si l'appareil utilise le code ISO/CÉI 8859-1, la combinaison d'éléments dont la notation est 12/00 dans cette norme correspondra au codage réel.

Si l'appareil utilise le code 850 des ordinateurs personnels, le caractère codé généré correspondra au nombre décimal 183 (hexadécimal B7 ou combinaison d'éléments 11/7).

Si l'appareil utilise le code EBCDIC 037 ou 500, utilisé sur les ordinateurs de grande puissance de différents constructeurs, le caractère codé généré correspondra à la valeur hexadécimale 64.

Si le caractère À n'est pas disponible sur l'appareil utilisé ou si le soutien intégral de ce caractère n'est offert d'aucune manière, l'appareil devrait produire un avertissement, par exemple à l'aide d'un bip indiquant que quelque chose d'anormal s'est produit.

Exemple b. Saisie du caractère chinois Shàn [Shàn] (Zen japonais, Seon coréen)

1. Appuyer sur la touche Sélection du niveau 2 et la maintenir enfoncée.

2. Appuyer sur la touche Contrôle et la maintenir enfoncée.

3. Taper la séquence 5584.

4. Relâcher la touche Contrôle et la touche Sélection du niveau 2.

Résultat : Le caractère dont la forme canonique est 00005584 sera généré, la séquence saisie représentant le numéro de catalogue JUC de ce caractère chinois dont la phonétique mandarine correspond à Shàn, dans le système « hanyu pinyin » de translittération en écriture latine, officiellement utilisé en Chine. Ce caractère est aussi connu au Japon et peut être translittéré, en Romanji japonais, comme Zen. Il est aussi utilisé en Corée et prononcé Seon. L'idéogramme signifie bonté en français.

Ce caractère sera généré, quel que soit le code utilisé par l'appareil, pourvu qu'il soit disponible dans le jeu de caractères réellement utilisé.

Prière de noter que la forme canonique de ce caractère est 00005584, mais que l'utilisateur a choisi ici de ne pas taper les quatre premiers zéros, ce qui constitue une pratique acceptable en vertu de la présente Norme internationale.

Si l'appareil utilise le codage GB 12345-1990, la valeur codée générée (en notation hexadécimale) sera 6143.

Si l'appareil utilise le codage JIS X 0208-1990, la valeur codée générée (en notation hexadécimale) sera 4131.

Si l'appareil utilise le codage KS C 5601-1987, la valeur codée générée (en notation hexadécimale) sera 603C.

Si ce caractère n'est pas disponible sur l'appareil utilisé ou si le soutien intégral de ce caractère n'est offert d'aucune manière, l'appareil devrait produire un avertissement, par exemple à l'aide d'un bip indiquant que quelque chose d'anormal s'est produit.

Exemple c. Saisie du caractère \

1. Appuyer sur la touche Sélection du niveau 2 et la maintenir enfoncée.

2. Appuyer sur la touche Contrôle et la maintenir enfoncée.

3. Taper la séquence 5C.

4. Relâcher la touche Contrôle et la touche Sélection du niveau 2.

Résultat : Le caractère \ sera généré, la séquence saisie représentant le numéro de catalogue de la lettre \ dans le JUC, quel que soit le code utilisé par l'appareil, pourvu que le caractère soit disponible dans le jeu de caractères réellement utilisé.

Prière de noter que la forme canonique de ce caractère est 0000005C, mais que l'utilisateur a choisi ici de ne pas taper les six premiers zéros.

Si l'appareil utilise le code ISO/CÉI 8859-1, la combinaison d'éléments dont la notation est 05/12 dans cette norme correspondra au codage réel (la notation 5/12 est utilisée dans le jeu de caractères ISO/CÉI 646 codé à 7 éléments).

Si l'appareil utilise le code EBCDIC 037 ou 500, utilisé sur les ordinateurs de grande puissance de différents constructeurs, le caractère codé généré correspondra à la valeur hexadécimale E0.

Si le caractère \ n'est pas disponible sur l'appareil utilisé ou si le soutien intégral de ce caractère n'est offert d'aucune manière, l'appareil devrait produire un avertissement, par exemple à l'aide d'un bip indiquant que quelque chose d'anormal s'est produit.

5.2 Méthode de saisie des symboles de claviers (ancien nom : méta-saisie)

Certaines touches de fonctions de claviers ont été associées à un symbole dans l'ISO/CÉI 9995-7. Pour ces symboles auxquels est aussi associé un caractère approprié dans le JUC, la saisie du caractère peut être effectuée en utilisant la touche de fonction elle-même. Cette méthode peut être utilisée comme suit, pour sélectionner un tel caractère (par exemple, pour rechercher ce caractère dans un document interactif, ou simplement pour la rédaction de la documentation relative à une application internationalisée).

Mode d'emploi :

Appuyer simultanément la touche Contrôle et la touche Sélection du niveau 2 (telles que décrites dans la même norme), puis les relâcher sans que l'on ait appuyé sur quelque autre touche que ce soit [préférablement en appuyant d'abord sur la touche Sélection du niveau 2, ensuite sur la touche Contrôle et par la suite en les relâchant toutes les deux]. Puis, appuyer sur une touche de fonction et la relâcher. Ceci doit générer le caractère du JUC qui représente le symbole de cette fonction dans l'ISO/CÉI 9995-7 (pourvu que le caractère existe dans le JUC). Comme quelques fonctions sont activées à l'aide d'une touche qualifiante telle que la touche Sélection du niveau 2, elle-même une touche de fonction, le caractère résultant doit être généré uniquement lorsque toutes les touches ont été relâchées par l'utilisateur.

Exemple a. Saisie de <FLÈCHE VERS LA DROITE JUSQU'À UN TAQUET>

1. Appuyer sur la touche Sélection du niveau 2 et la maintenir enfoncée.

2. Appuyer sur la touche Contrôle.

3. Relâcher la touche Contrôle et la touche Sélection du niveau 2.

À ce stade, le clavier est dans un état logique où le simple fait d'appuyer sur une combinaison de touches de fonctions générera potentiellement un caractère au lieu d'activer la fonction associée à cette combinaison.

4. Appuyer sur la touche Tabulation vers la droite.

5. Relâcher la touche Tabulation vers la droite.

Résultat : Le caractère <FLÈCHE VERS LA DROITE JUSQU'À UN TAQUET> sera généré, comme il représente le caractère du JUC dont la forme de présentation normale correspond au symbole de l'ISO/CÉI 9995-7 pour la fonction Tabulation vers la droite. La forme canonique de ce caractère est 000021E5 dans le JUC.

Si ce caractère n'est pas disponible sur l'appareil utilisé ou si le soutien intégral de ce caractère n'est offert d'aucune manière, l'appareil devrait produire un avertissement, par exemple à l'aide d'un bip indiquant que quelque chose d'anormal s'est produit.

Exemple b. Saisie de <FLÈCHE BLANCHE VERS LE HAUT>

1. Appuyer sur la touche Sélection du niveau 2 et la maintenir enfoncée.

2. Appuyer sur la touche Contrôle.

3. Relâcher la touche Contrôle et la touche Sélection du niveau 2.

À ce stade, le clavier est dans un état logique où le simple fait d'appuyer sur une combinaison de touches de fonctions générera potentiellement un caractère au lieu d'activer la fonction associée à cette combinaison.

4. Appuyer sur la touche Sélection du niveau 2.

5. Relâcher la touche Sélection du niveau 2.

Résultat : Le caractère <FLÈCHE BLANCHE VERS LE HAUT> sera généré, comme il représente le caractère du JUC dont la forme de présentation normale correspond au symbole de l'ISO/CÉI 9995-7 pour la fonction Tabulation vers la droite. La forme canonique de ce caractère est 000021E7 dans le JUC.

Si ce caractère n'est pas disponible sur l'appareil utilisé ou si le soutien intégral de ce caractère n'est offert d'aucune manière, l'appareil devrait produire un avertissement, par exemple à l'aide d'un bip indiquant que quelque chose d'anormal s'est produit.

Exemple c. Saisie de <FLÈCHE VERS LA GAUCHE JUSQU'À UN TAQUET>

1. Appuyer sur la touche Sélection du niveau 2 et la maintenir enfoncée.

2. Appuyer sur la touche Contrôle.

3. Relâcher la touche Contrôle et la touche Sélection du niveau 2.

À ce stade, le clavier est dans un état logique où le simple fait d'appuyer sur une combinaison de touches de fonctions générera potentiellement un caractère au lieu d'activer la fonction associée à cette combinaison.

4. Appuyer sur la touche Sélection du niveau 2.

5. Appuyer sur la touche Tabulation vers la droite.

6. Relâcher toutes les touches.

Note : ce scénario n'est qu'un exemple et n'implique aucune obligation de disposer d'un clavier sur lequel la fonction Tabulation vers la gauche est disposée sur la même touche que la fonction Tabulation vers la droite ni que la fonction Tabulation vers la droite est attribuée à une touche dédiée exclusivement à cette fin. Ce scénario ne fait que refléter une pratique courante.

Résultat : Le caractère <FLÈCHE VERS LA GAUCHE JUSQU'À UN TAQUET> sera généré, comme il représente le caractère du JUC dont la forme de présentation normale correspond au symbole de l'ISO/CÉI 9995-7 pour la fonction Tabulation vers la gauche. La forme canonique de ce caractère est 000021E4 dans le JUC.

Si ce caractère n'est pas disponible sur l'appareil utilisé ou si le soutien intégral de ce caractère n'est offert d'aucune manière, l'appareil devrait produire un avertissement, par exemple à l'aide d'un bip indiquant que quelque chose d'anormal s'est produit.

5.3 Méthode de saisie par sélection sur écran

Avec cette méthode, l'utilisateur sélectionne un caractère affiché sur écran en utilisant un dispositif pointeur et un mécanisme de sélection (tel qu'un bouton de cliquage). Le système doit alors saisir le caractère codé représentée à l'écran par la forme sélectionnée. La méthode de rétroaction décrite à la clause 5.4 ci-après doit obligatoirement être activée pour indiquer à l'utilisateur quel est le codage précis du caractère saisi.

5.4 Méthode de rétroaction identifiant un caractère pour sa saisie éventuelle

En utilisant une dispositif pointeur, que la méthode de saisie par sélection sur écran ait été activée ou non par un mécanisme de sélection (tel qu'un bouton de cliquage), le fait de pointer un caractère à l'écran doit résulter en une indication à l'utilisateur (que ce soit par affichage à l'écran ou par sortie vocale, ou par d'autres moyens) de l'identification exacte du caractère représenté par la forme pointée. De sorte que cette information puisse être réutilisée pour saisie subséquente en utilisant au minimum la méthode de base décrite dans la clause 5.1, cette information doit être présentée sous la forme canonique du caractère JUC (forme xxxxxxxx, selon la convention décrite à la clause 4). Il est de plus recommandé que, si au autre code sous-jacent est utilisé de manière interne dans l'environnement d'exploitation, la valeur codée réelle du caractère soit aussi affichée comme information complémentaire, tout comme le nom du caractère dans la langue de l'utilisateur.

Exemple de scénario

Présumons que la forme A est affichée sur un écran pour représenter la LETTRE MAJUSCULE LATINE A et que l'utilisateur est de langue française. Présumons aussi que la rétroaction est effectuée sur écran sous forme d'une règle virtuelle affichée aussi longtemps qu'un caractère est pointé par une souris, utilisée comme dispositif pointeur.

L'utilisateur pointe ce caractère avec la souris.

L'ordinateur affiche alors la forme canonique 00000041, quel que soit le codage interne utilisé par la machine. Selon la recommandation faite dans la présente Norme internationale, selon ce scénario, le codage réel utilisé par la machine est aussi affiché (présumons ici qu'il s'agit du code EBCDIC), dans le cas présent la valeur hexadécimale C1, de même que la chaîne LETTRE MAJUSCULE LATINE A, correspondant au nom du caractère dans la langue de l'utilisateur.

Cet exemple montre la nécessité, en plusieurs circonstances, de disposer d'une telle fonction. Le JUC est un très volumineux jeu de caractères, dans lequel plusieurs caractères peuvent être représentés par une même forme, ou par une même représentation externe, alors qu'ils représentent en réalité différents caractères conceptuels, ce qui se reflète dans un codage interne différent.

Dans cet exemple, la forme A est affichée à l'écran, et à cette forme correspond au moins trois caractères conceptuels : la lettre majuscule latine A, la lettre majuscule grecque alpha ou la lettre majuscule cyrillique A. Pour distinguer ces trois cas, le JUC prévoit trois formes canoniques pour ces trois différents caractères. Ainsi il est important pour un utilisateur de réellement savoir quel est le caractère réel impliqué si ce caractère doit être utilisé pour saisie et recherche subséquentes, même très longtemps après. La méthode de rétroaction identifie positivement le bon caractère, sans aucune ambiguïté, pour usage futur.

5.5 Conditions inattendues

Il est recommandé que, toutes les fois que le soutien d'un caractère saisi par l'intermédiaire d'une des méthodes précédentes n'est pas possible, dans l'environnement applicatif sous-jacent, un avertissement soit donné à l'utilisateur, soit par l'émission d'un son ou par une indication visuelle, ou par tout autre moyen susceptible d'attirer l'attention. Lorsque cela est possible, l'intégrité de l'information associée au caractère saisi devrait être préservée même s'il n'est pas possible d'afficher le caractère ou de le traiter intégralement avec un soutien applicatif adéquat. La préservation de l'intégrité de l'information devrait alors permettre la transmission du caractère à une autre application qui pourra mieux en mesure de traiter adéquatement le caractère en question. Cette recommandation pourrait être respectée d'une multitude de différentes façons par un producteur.

6. Conformité

Un environnement applicatif (une application [ou un système complet accomplissant des fonctions pour toutes les applications sous-jacentes] utilisée en conjonction avec un clavier) est conforme à la présente Norme internationale s'il respecte toutes les prescriptions obligatoires de la clause 5.


Il va de soi que ce document ne constitue qu'une ébauche, dont les droits de diffusion ne sont pas encore réservés par l'ISO à ce stade-ci. Nous invitons les lecteurs à suivre prudemment le cheminement officiel de ce projet par l'intermédiaire de leur organisme national de normalisation, accrédité auprès de l'ISO et de la CEI.

Alain LaBonté
Québec

Rédacteur, ISO/CÉI 14755
[Project Editor]


Information about the current status of any ISO document is available from ISO headquarters in Geneva.
email: <Central@ISOCS.ISO.CH>, phone: +41 22 7490111, fax: +41 22 7333430, WWW: <http://www.iso.ch/>

Responsable : Philippe Deschamp.
Adresse : <Philippe.Deschamp@INRIA.Fr> --- tout commentaire courtois bienvenu.
Date de création : 1996-02-06
Date de dernière modification : 1996-02-16
URL d'origine : http://www-rocq.inria.fr/qui/Philippe.Deschamp/divers/ALB-CDF.html HTML 3.0 (Beta) Checked!

Le contenu de ces pages relève de la seule responsabilité de leurs auteurs, et ne représente pas nécessairement le point de vue officiel de l'INRIA ni de toute autre partie. Les informations sont présentées de bonne foi, mais leur exactitude ne saurait être garantie.


Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique