Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Maïs OGM NK603 : Monsanto menace d'attaquer l'Efsa

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Selon l'AFP, le semencier américain Monsanto menacerait l'Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa/Aesa) d'une action en justice après la mise en ligne le 14 janvier dernier des études ayant justifié l'autorisation de mise sur le marché du maïs OGM NK603. Sa commercialisation avait été dénoncée par le chercheur Gilles-Eric Séralini et le Criigen, dans une étude pointant sa toxicité et celle de l'herbicide Round up, mais dont les conclusions avaient été jugées scientifiquement insuffisantes par l'agence en octobre 2012.

Dans le cadre d'une nouvelle initiative sur la transparence dans l'évaluation des risques liés aux OGM et ses processus décisionnels, l'Efsa avait publié les données techniques utilisées pour rendre un avis favorable à la commercialisation du NK603 (mais pas celles sur le Round up), contestées par le semencier dans un courrier adressé à l'agence.

"Nous comprenons qu'il puisse y avoir une opposition à notre initiative de la part de Monsanto", a indiqué l'Efsa à l'AFP vendredi 8 mars, sans toutefois préciser l'objet de la plainte du groupe.

Pour l'eurodéputée Corinne Lepage (Groupe Démocrates et Libéraux) et présidente d'honneur du Criigen : "En menaçant d'introduire un recours contre l'Efsa, Monsanto veut maintenir l'omerta sur les données brutes des OGM (…). Cette transparence sur les données brutes est non seulement légitime mais également tout à fait légale puisque la directive 2001/18 exclut de la confidentialité les études touchant à l'impact sur la santé et l'environnement des OGM (art 25)", a-t-elle déclaré dans un communiqué.

"Cette volonté de transparence de la part de l'Efsa va dans la bonne direction et j'encourage l'Efsa et l'Europe à exiger la mise à disposition du public de toutes les données et les études permettant la mise sur le marché des OGM", a-t-elle ajouté.

Réactions11 réactions à cet article

 

« Selon l'AFP » ?

L'AFP, ou ses agents, fait preuve – selon mon analyse – d'un extraordinaire préjugé qui lui fait privilégier le préjugé à l'information. Ou encore de complicité dans la manipulation médiatique.

L'information, c'est sur des faits !

« Monsanto a saisi la Justice » serait un fait.

« Monsanto menace – présent de l'indicatif – l'EFSA... » serait aussi un fait s'il y a une preuve tangible (même du style altercation avec Mme Geslain-Lanéelle dans une trattoria à Parme).

Mais « Monsanto menacerait... » – au conditionnel – qu'est-ce d'autre que la propagation d'une rumeur, d'un on-dit ?

Déjà la deuxième proposition est sujette à caution : pourquoi « menacer » quand l'acte qui déplait a été réalisé, quand le dommage susceptible de fonder la plainte (à considérer qu'il y ait effectivement un dommage) a été causé et qu'il est irréversible ?

J'ai beau avoir une piètre opinion des juristes de Monsanto et croire qu'ils sont capables d'énormes gaffes, tout cela a des relents de manipulation médiatique. Comme par hasard, Mme Lepage, l'eurodéputée qui se sert de cette fonction pour faire avancer ses intérêts personnels, s'est engouffrée dans la brèche ménagée par l'AFP pour produire une déclaration incendiaire.

Ce communiqué de l'AFP, c'est sur quel sujet au juste ? Monsanto qui a des aigreurs ou Mme Lepage qui fait sa nième crise d'urticaire ?

Wackes Seppi | 12 mars 2013 à 22h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Devant les pro et les anti OGM, il n'y a qu'une solution, l'affichage. Les gens choisiront alors s'ils veulent consommer des OGM ou non. Qu'en pense monsieur Seppi ? A l'entendre les autres manipulent. Mais lui que fait il, sinon s'en prendre aux autres de façon polémique ? Où sont ses intérêts personnels, à lui ? Ce commentaire de Mr Seppi, c'est sur quoi au juste, c'est sur quel sujet ? Un sujet d'aigreur où du lobbying urticant ?

Leon | 13 mars 2013 à 09h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Wackes Seppi: en effet, l'emploi du conditionnel met le doute mais je doute qu'ils écrivent cela pour rien, la source doit vouloir rester anonyme mais en tout cas, ce ne serait qu'une infime partie d'un lobbying en particulier mis à jour, ce qui est fort rare ...sauf si c'est une manipulation de stratégie politique d'une personne assez habile ou influente pour faire écrire cela à l'afp visant à désamorcer le dit lobbying...

Lionel | 13 mars 2013 à 10h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'espère que nos scientifiques ne céderont pas devant la menace d'un destructeur de la nature qui ne vise qu'à s'enrichir sur le dos de tout le monde en faisant croire qu'il va sauver l'humanité..... Pourrons-nous un jour voir certains arrêter de ne penser qu'à l'argent et leur nombril ?

Bochenerouge | 13 mars 2013 à 10h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M. Lionel,

Votre théorie est intéressante, mais l'anonymat de la source reste préservée avec l'emploi du présent de l'indicatif (que l'AFP a du reste utilisé).

Votre théorie a aussi un concurrent sérieux : le lobbying – dans ce cas précis anti-OGM – qui se sert d'une manipulation médiatique, avec le concours d'un correspondant de l'AFP. C'est du billard à trois bandes, certes, mais pas à neuf bandes comme votre théorie.

Ce n'est pas la première fois que l'AFP se met au service de la cause pseudo-écolo. Un exemple récent de dérapage est la désinformation qui a entouré les avis de l'EFSA sur les néonicotinoïdes (le porte-parole du Commissaire Tonio Borg y avait du reste contribué).

Contrairement à ce que beaucoup pensent, les lobbies pseudo-ONG sont bien plus roués – on peut lire : malhonnêtes – que les représentants d'intérêts économiques dans la manipulation médiatique.

Il y a quelque part « une personne assez habile ou influente pour faire écrire [...] à l'afp » de quoi maintenir la pression anti-OGM et anti-Monsanto.

La meilleure preuve en est que la pseudo information n'a été – sauf erreur de ma part – reprise par aucune autre agence de presse.

Wackes Seppi | 14 mars 2013 à 14h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Wackes Seppi : il ne faut pas non-plus s'emballer comme ça ; j'émet deux hypothèse, vous foncez sur l'une des deux. Et oui, avec la puissance du lobbying des grands groupes, les ONG dont vous parlez probablement (qui militent pour la préservation de la nature et la santé humaine, ne l'oublions pas...) ont due s'adapter et mettre en place leur propre lobbying (qu'ils préfèrent pour la plupart nommer plaidoyer) mais cela s'est fait très tardivement et avec des moyens minimes comparés à ceux des grands groupes qui payent certains cabinets lobbyistes plusieurs milliers d'euros de l'heure.

Lionel | 14 mars 2013 à 17h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Désolé, M. Lionel,

J'ai vu les uns et les autres à l'oeuvre dans ma vie professionnelle.

Wackes Seppi | 14 mars 2013 à 18h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Wackes Seppi: A refuser de prendre en compte qu’il y a le lobbying pot de terre et le lobbying pot de fer, votre propos n’est pas crédible.. Dans les premiers les ONG. Dans le second les grands groupes, de la chimie, des semences, des insecticides, etc. Un déséquilibre évident.
Ainsi, Il a fallu attendre l’année dernière pour que se mette en place à Bruxelles Finance-Watch, un lobbying ONG destiné à lutter contre le lobbying des banques et de la finance, qui malgré 2008 se sont débrouillées pour devenir encore plus fortes : « Too big to fail » et désormais « Too big to jail ».
Il en est de même sur les OGM. Minorer l’importance du lobbying des industriels du type Monsanto, pour mieux laisser croire que les ONG sont à puissance égale, il faut le faire !

Leon | 14 mars 2013 à 19h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Wackes Seppi: "J'ai vu les uns et les autres à l'oeuvre dans ma vie professionnelle."

---> et...?

Lionel | 15 mars 2013 à 10h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M. Léon,

Merci de m'avoir interpellé, cette fois-ci, sans m'invectiver.

Vous prétendez me répondre, mais c'est sur des propos que je n'ai pas tenus. Le classique sophisme de l'homme de paille... outil classique des « ONG ».

Vous déroulez le bréviaire « ONG » des gentilles, pauvres et dévouées contre les méchants, riches et cyniques ; le sophisme de l'appel à la pitié. Outil également classique.

Mon propos n'est évidemment pas crédible auprès de gens qui ont pris le parti d'adhérer à la thèse de la malignité de l'industrie et du bénévolat des « ONG ». Et le parti d'ignorer qu'un gros mensonge, une contrevérité ou une demie vérité diffusés avec peu de moyens peuvent être bien plus efficaces qu'une vérité dont la diffusion exige de gros moyens.

Il a fallu attendre... pour Finance Watch ? Vous faites un sophisme de la diversion. Outil...

En plus, c'est une organisation qui rassemble des organisations, une pièce de plus dans l'extraordinaire nébuleuse des « ONG » ; une pièce de plus qui permet à certaines organisations de faire entendre une voix de plus dans le concert... C'est, ça aussi, un aspect du « pot de terre ».

C'est aussi une organisation qui a ses bureaux dans un immeuble très luxueux (et très cher...) à un endroit stratégique de Bruxelles. C'est, ça aussi, dans certains cas, le « pot de terre ».

Wackes Seppi | 15 mars 2013 à 12h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En attendant, les actualités sur Monsanto et l'EFSA sont désespérément vides sur la toile. La dépêche de l'AFP n'a été reprise que par le Monde (classique...) et par quelques boutiques.

Symptômes forts d'une tentative de manipulation médiatique... une stratégie des pseudo- « pots de terre ».

Parce qu'il ne faut pas se leurrer. Quand Mme Lepage s'exprime sur ce genre de sujet, sa fonction de membre du Parlement européen n'est que le faux-nez.

Wackes Seppi | 15 mars 2013 à 13h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

XPERT : analyseur RoHS pour le contrôle des produits de consommation Olympus France