Embassy of France
Nouveautés Contactez-nous Abonnez-vous A Propos English version Accueil

Relations Franco-US

Histoire
1524 - 1778
1778 - 1783
1783 - 1911
1914 - 1918
1939 - 1945


La vente de la Louisiane
1783 - 1911

20 décembre 1803. Le drapeau tricolore qui flottait sur la Nouvelle-Orléans cède la place à la bannière étoilée. La Louisiane, vendue aux Etats-Unis pour 80 millions de francs, ne sera plus jamais française.

En 1763, Louis XV avait abandonné à l'Espagne les vastes territoires du Mississippi dont Robert Cavelier de La Salle avait pris possession un siècle plus tôt au nom du Roi-Soleil. Signé en octobre 1800, le traité secret de San Ildefonso qui rend aux Français la Louisiane et la Floride alarme le président Jefferson: Bonaparte sur le Mississippi, c'est la menace d'un empire colonial français aux portes des Etats-Unis. Des voix s’élèvent pour réclamer l'annexion de ces territoires. Mais une guerre contre Paris nécessiterait une alliance avec Londres, difficile à imaginer alors, et Jefferson préfère la diplomatie. En mars 1803, il dépêche James Monroe comme négociateur à Paris. Celui-ci reçoit un accueil inespéré: le Premier consul sait que la guerre avec l'Angleterre va reprendre et il ne veut pas risquer d'ouvrir un nouveau front. Il ordonne donc à Talleyrand, ministre des Relations extérieures, qui connaît bien l’Amérique pour y avoir séjourné, de vendre la Floride et la Louisiane pour 100 millions de francs. Devinant ses interlocuteurs pressés, Monroe fait baisser les enchères. Le 2 mai 1803, on se met d'accord sur 80 millions. Cet accord sera ratifié le 20 octobre par le Congrès, malgré les réserves des Républicains, choqués que l'on n'ait pas sollicité leur accord préalable et inquiets de l'octroi automatique de la citoyenneté américaine aux résidents des nouveaux territoires. Avantageux pour l'Union, qui double d'un coup sa superficie, le traité satisfait aussi Napoléon, qui salue « cette cession qui (affermit) pour toujours la puissance des Etats-Unis » et donne « à l'Angleterre une rivale maritime qui, tôt ou tard, abaissera son orgueil... » Et M. de Laussat, préfet de la Louisiane, s'adressera ainsi à ses administrés: « Des vues de prudence et d’humanité, s'alliant à des vues d'une politique plus vaste, [...] ont donné une direction nouvelle aux intentions bienveillantes de la France sur la Louisiane: elle l'a cédée aux Etats-Unis d’Amérique; vous devenez ainsi, Louisianais, le gage chéri de l'amitié qui ne peut manquer d'aller se fortifiant de jour en jour entre les deux républiques... » La prise de possession a lieu le 20 décembre 1803. On amène le drapeau français pendant qu'est hissée en fanfare la bannière étoilée. Quatre toasts seront portés au cours du souper qui suit: avec du madère, aux Etats-Unis et à Jefferson; avec du malaga, à Charles IV d'Espagne; avec du champagne, à la République française et à Bonaparte. Quant au quatrième, il alla au bonheur éternel de la Louisiane.

Audubon et les oiseaux d'Amérique

La guerre de l’Indépendance achevée, I'exploration des vastes territoires vierges des Etats-Unis peut reprendre. Nul, sans doute, ne contribuera mieux à faire connaître la faune du Nouveau Monde que le naturaliste Jean-Jacques (John James) Audubon.
Né à Saint-Domingue le 26 avril 1785, Jean-Jacques Audubon est l'enfant naturel d'un planteur français fortuné, ancien officier de marine qui combattit à Yorktown, et d'une créole, une naissance qu'il cherchera toujours à dissimuler. Agé de quatre ans au retour de son père en métropole, l'enfant manifeste des talents artistiques qui lui valent d’être envoyé en apprentissage dans l'atelier du peintre et dessinateur Jacques Louis David. Parti en 1803 pour la Pennsylvanie, où son père possède des terres, il y découvre une faune et une flore somptueuses. Sa vie sera désormais dominée par trois passions: la chasse, la peinture et l'ornithologie. Marié en 1808 à une Américaine, il va consacrer près de quarante ans à explorer, bloc à dessin en main, les sites les plus sauvages de sa nouvelle patrie: vallées de ['Ohio et du Mississippi, Kentucky, Floride, Louisiane, Texas... En 1833, il visite les côtes du Labrador où abondent les oiseaux aquatiques. 1842 est l’année d'un vaste périple à travers le Canada. L’année suivante, il quitte Saint-Louis pour remonter le Missouri jusqu'au Montana, en compagnie d'un autre dessinateur, Isaac Spraague.. C'est à Londres que sont publiés, de 1827 à 1838, les quatre volumes de son chef-d’oeuvre Les Oiseaux d'Amérique, qui lui valent une renommée mondiale et une réception triomphale à l’Académie des sciences de Paris. Atteint par la cécité en 1846, le peintre s’éteint à New York en janvier 1851, à l'âge de soixante-six ans. La Société Audubon pour la protection de la nature rassemble aujourd'hui aux Etats-Unis des milliers de membres qui perpétuent la mémoire de cet artiste génial qui fut l'un des plus illustres Français d’Amérique.

Ambassade de France - 30 Janvier 2001


Rechercher

Cette section
Tout le site
  

Accès rapide