background image

Recommandations relatives

aux critères de qualité des

huiles essentielles

Contribution pour l’évaluation de la sécurité
des produits cosmétiques contenant des
huiles essentielles

Mai 2008

Recommandations

Agence française de sécurité sanitaire 

des produits de santé 

143-147 boulevard Anatole France 

F - 93285 Saint-Denis Cedex

www.afssaps.sante.fr

background image

 

REPUBLIQUE FRANÇAISE

 

143/147, bd Anatole France - F-93285 Saint-Denis cedex - tél. +33 (0)1 55 87 30 00 - 

www.afssaps.sante.fr

 

 

 
 
 
 
 

            Mai 

2008 

 
 
 
 
 

Recommandations relatives aux critères  

de qualité des huiles essentielles 

 

 
 
 
 
 
 
 

 
 

Contribution pour l’évaluation de la sécurité des 
produits cosmétiques contenant des huiles essentielles

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Direction de l’Evaluation de la Publicité, des Produits Cosmétiques et Biocides - Catherine Desmares 
Département de l’évaluation des produits cosmétiques, biocides et de tatouage - Anne Laurent, Céline Delerme 

 

background image

 

2

SOMMAIRE 

 
 

INTRODUCTION ....................................................................................................................................................3 

 

I.

 

CONTEXTE REGLEMENTAIRE.....................................................................................................................4 

 

1.

 

Huiles essentielles et produits cosmétiques ...................................................................................4 

 

a.

 

Arrêté du 6 février 2001 modifié

....................................................................................................4

 

b.

 

Arrêté du 17 novembre 2004

.........................................................................................................4

 

c.

 

Recommandations du Conseil de l’Europe

...................................................................................5

 

d.

 

Recommandations de l’IFRA (International Fragrance Association)

............................................6 

 

2.

 

Huiles essentielles et pharmacie.......................................................................................................6 

 

a. Huiles 

essentielles et médicaments ..............................................................................................6 

b. Huiles 

essentielles 

et vente en l’état .............................................................................................6 

c. 

Directive 2004/24/CE du 31 mars 2004 modifiant la directive 2001/83/CE ..................................6 

d.  Recommandations du Conseil de l’Europe ...................................................................................7 

 

3.

 

Huiles essentielles et alimentation....................................................................................................7 

 

a. Directive 

88/388/CEE ....................................................................................................................7 

b. Règlement 2232/96/CE .................................................................................................................7 
c. 

Recommandations du Conseil de l’Europe ...................................................................................8 

 

II.

 

CRITERES DE QUALITE ............................................................................................................................9 

 

1.

 

Matières premières végétales ............................................................................................................9 

 

a. Dénomination botanique ...............................................................................................................9 
b.  Conditions de production de la plante........................................................................................ 10 
c. 

Partie de la plante utilisée .......................................................................................................... 10 

d. Précision 

du 

chimiotype (ou chémotype) ................................................................................... 11 

e. Identification ............................................................................................................................... 11 

 

2.

 

Huiles essentielles ........................................................................................................................... 11 

 

a.  Mode d’obtention de l’huile essentielle ...................................................................................... 11 
b. Caractères 

physico-chimiques ................................................................................................... 12 

c. Identification 

et 

analyses chromatographiques .......................................................................... 12 

d.  Conditions de conservation et de stockage ............................................................................... 13 

 

CONCLUSION..................................................................................................................................................... 14 

 

ABREVIATIONS.................................................................................................................................................. 15 

 

BIBLIOGRAPHIE ................................................................................................................................................ 16

 

 
 

background image

 

3

I

NTRODUCTION

 

 
 
Actuellement, les produits cosmétiques renfermant des huiles essentielles (HE) font l’objet d’un engouement de 
la part du public. Cependant la toxicité potentielle de certaines HE plaide en faveur d’un encadrement 
spécifique de l’utilisation de ces substances dans les produits cosmétiques. L’Afssaps a souhaité, 

via

 les avis 

de la commission de cosmétologie, élaborer un document visant à mieux encadrer leur utilisation. L’objectif de 
ce document est de souligner l’importance des critères de qualité des HE et des matières premières dont elles 
sont issues. Un document ultérieur sera élaboré en vue de contribuer à l’évaluation du risque éventuel pour la 
sécurité des consommateurs des produits cosmétiques contenant des HE. 
 
Ce document est destiné aux producteurs ou responsables de la mise sur le marché d’HE utilisées comme 
ingrédients. Il s’adresse également aux fabricants

1

 et aux responsables de la mise sur le marché

2

 de produits 

cosmétiques contenant des HE. Il présente certaines données adaptées à ce type de substances et 
complémentaires de celles proposées dans le document « Recommandations aux fabricants ou responsables 
de la mise sur le marché relatives à l’évaluation de la sécurité pour la santé humaine d’un ingrédient ou d’une 
combinaison d’ingrédients à usage cosmétique ». 
 
Avant d’aborder le sujet, il est souhaitable de rappeler ce que l’on entend par « huile essentielle ». La définition 
retenue, très proche de celle de la norme ISO 9235 [1], est celle adoptée par la Commission de la 
Pharmacopée Européenne [2] : 

 

« Produit odorant, généralement de composition complexe, obtenu à partir d’une matière première végétale 
botaniquement définie, soit par entraînement à la vapeur d’eau, soit par distillation sèche, soit par un procédé 
mécanique approprié sans chauffage. L’huile essentielle est le plus souvent séparée de la phase aqueuse par 
un procédé physique n’entraînant pas de changement significatif de sa composition ». 
 
Seules les HE répondant à cette définition, sont considérées dans ce document. Selon la monographie de la 
Pharmacopée européenne [2], la matière première végétale peut être fraîche, flétrie, sèche, entière, contusée 
ou pulvérisée, à l’exception des fruits du genre 

Citrus

 qui sont toujours traités à l’état frais. 

Les HE peuvent subir un traitement ultérieur approprié. Elles peuvent être commercialement dénommées 
comme étant déterpénée, désesquiterpénée, rectifiée ou privée de « x ». 
 
Une 

huile essentielle déterpénée

 est une huile essentielle privée, partiellement ou totalement, des 

hydrocarbures monoterpéniques. 
 
Une

 huile essentielle déterpénée et désesquiterpénée

 est une huile essentielle privée, partiellement ou 

totalement, des hydrocarbures mono- et sesquiterpéniques. 
 
Une

 huile essentielle rectifiée

 est une huile essentielle qui a subi une distillation fractionnée dans le but de 

supprimer certains constituants ou d’en modifier la teneur. 
 
Une

 huile essentielle privée de « x »

 est une huile essentielle qui a subi une séparation partielle ou complète 

d’un ou plusieurs constituants. 
 
 

                                                      

1

 Ou son représentant ou la personne pour le compte de laquelle les produits cosmétiques sont fabriqués. 

2

 Vise les responsables de la mise sur le marché d’un produit cosmétique importé pour la première fois d’un Etat non membre de la 

Communauté européenne ou non partie à l’accord sur l’Espace économique européen 
 

background image

 

4

 

I. C

ONTEXTE REGLEMENTAIRE

 

 
 
Puisque la réglementation des HE dans le domaine cosmétique est relativement succincte, le groupe de travail 
« Huiles essentielles » a jugé utile de rappeler également la réglementation des HE dans les domaines 
pharmaceutique et alimentaire qui est susceptible d’apporter des points d’information complémentaires sur ces 
substances. 

 
 

1.  Huiles essentielles et produits cosmétiques 

 
Il n’existe pas de réglementation française concernant spécifiquement l’emploi des HE dans les produits 
cosmétiques. Les dispositions suivantes régissent l’emploi de certaines plantes et/ou de leurs extraits dans les 
produits cosmétiques à la date de la parution des présentes recommandations : 
 
 

a.  Arrêté du 6 février 2001

3

 modifié 

 
Parmi les listes de substances interdites dans les produits cosmétiques, il faut citer :   

-

  d’une part les plantes dont l’usage est prohibé, quelle que soit leur fonction. 

-

  d’autre part les plantes et leurs composés d’origine naturelle dont l’usage est prohibé pour une fonction 

donnée comme pour les ingrédients de parfum  notamment 

 

aux numéros d’ordre 423 à 451, et 1133 à 

1136

4 et 5

 
Ainsi, et par exemple, le méthyleugénol (n° CAS 93-15-2), est interdit dans les produits cosmétiques sauf s’il 
s’agit de méthyleugénol naturellement présent dans les extraits et les HE et sous réserve que sa concentration 
n’excède pas : 

-

  0,01 % dans les parfums fins ; 

-

  0,004 % dans les eaux de toilette ; 

-

  0,002 % dans les crèmes parfumées ; 

-

  0,001 % dans les produits rincés ; 

-

  0,0002 % dans les autres produits non rincés et les produits d’hygiène buccale. 

 
 

b.  Arrêté du 17 novembre 2004

6

 

 

En vertu des dispositions de l’article R.5131-4 9° du code de la santé publique le récipient et l’emballage de 
chaque unité de produits cosmétiques doivent mentionner la liste des ingrédients dans l’ordre décroissant de 
leur importance pondérale au moment de leur incorporation, précédé du mot « ingrédient ». Les parfums et les 
compositions parfumantes et aromatiques et leurs matières premières sont mentionnées par le mot « parfum » 
ou « aroma ». 
 
Par ailleurs, ce même article précise que les ingrédients mentionnés au 8° doivent être déclarés sous leur 
dénomination commune établie par les instances de la Commission européenne ou, à défaut, leur 
dénomination chimique, leur dénomination CTFA, leur dénomination figurant dans la Pharmacopée 
européenne, leur dénomination commune internationale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), leurs 
numéros Einecs, IUPAC, CAS et colour index. 
 
Les dispositions de la directive 2003/15/CE

7

, pour ce qui concerne la modification de l’annexe III de la directive 

76/768/CEE, ont été transposées en droit interne par l’arrêté du 17 novembre 2004 précité. Cet arrêté prévoit, 
qu’à partir du 11 mars 2005, la présence de certaines substances doit être indiquée dans la liste des 
ingrédients mentionnés au 8° de l’article R.5131-4 du code de la santé publique lorsque leur concentration 
dépasse un certain seuil. Ces substances font partie d’une liste de 26 substances, identifiées comme 
susceptibles d’entraîner des réactions allergiques de contact chez des personnes sensibilisées.  
 

                                                      

3

 fixant la liste des substances qui ne peuvent entrer dans la composition des produits cosmétiques. Référence NOR : MESP0120406A. 

4

 Arrêté du 22 janvier 2003 modifiant l’arrêté du 6 février 2001. Référence NOR : SANP0320204A 

5

 Arrêté du 28 novembre 2005 modifiant l’arrêté du 6 février 2001. Référence NOR : SANP0524379A. 

6

 modifiant l’arrêté du 6 février 2001 fixant la liste des substances qui ne peuvent être utilisées dans les produits cosmétiques en dehors 

des restrictions et conditions fixées par cette liste. Référence NOR : SANP0423900A. 

7

 du parlement Européen et du Conseil du 27 février 2003 modifiant la directive 76/768/CE du Conseil concernant le rapprochement des 

législations des Etats membres relatives aux produits cosmétiques. 
* substance présente dans les huiles essentielles 

background image

 

5

Cette obligation est une mesure de santé publique, qui ne vise pas à interdire ces substances mais à informer 
le consommateur de leur présence dans le produit. Cette mesure aidera, d’une part les praticiens en facilitant 
le diagnostic des allergies de contact et, d’autre part, les consommateurs en permettant à ceux qui se savent 
allergiques à certaines de ces substances d’en identifier la présence dans le produit et éviter ainsi son 
utilisation. 
 
Les 26 substances sont les suivantes (cf. en annexe la correspondance des dénominations INCI) : 

 

1. 

2-benzylidène-heptanal (n° CAS 122-40-7). 

2. 

Alcool benzylique (n° CAS 100-51-6)*. 

3. 

Alcool cinnamique (n° CAS 104-54-1)*. 

4. 

Citral (n° CAS 5392-40-5)*. 

5. 

Eugénol (n° CAS 97-53-0)*. 

6. 

7-hydroxycitronellal (n° CAS 107-75-5). 

7. 

Isoeugénol (n° CAS 97-54-1)*. 

8. 

2-pentyl-3-phénylprop-2-ène -1-ol (n° CAS 101-85-9). 

9. 

Salicylate de benzyle (n° CAS 118-58-1)*. 

10.  Cinnamaldéhyde (n° CAS 104-55-2)*. 
11.  Coumarine (n° CAS 91-64-5)*. 
12.  Géraniol (n° CAS 106-24-1)*. 
13.  4-(4-hydroxy-4-méthylpentyl) cyclohex-3-ènecarbaldéhyde (n° CAS 31906-04-4). 
14.  Alcool 4-méthoxybenzylique (n° CAS105-13-5)*. 
15.  Cinnamate de benzyle (n° CAS 103-41-3)*. 
16.  Farnésol (n° CAS 4602-84-0)*. 
17.  2- (4 -tert-butylbenzyl) propionaldéhyde (n° CAS 80-54-6). 
18.  Linalol (n° CAS 78-70-6)*. 
19.  Benzoate de benzyle (n° CAS 120-51-4)*. 
20.  Citronellol (n° CAS 106-22-9)*. 
21.  a-hexylcinnamaldéhyde (n° CAS 101-86-0). 
22.  (R)-p-mentha-1,8-diène (n° CAS 5989-27-5)*. 
23.  Oct-2-ynoate de méthyle (n° CAS 111-12-6). 
24. 3-méthyl-4-(2,6,6-triméthyl-2-cyclohexène-1-yl)-3-butène- 2-one (n° CAS 127-51-5). 
25. 

Evernia prunastri, 

extraits (n° CAS 90028-68-5). 

26. 

Evernia furfuracea, 

extraits (n° CAS 90028-67-4). 

 
Cette obligation d’étiquetage, concerne les produits cosmétiques qui contiennent plus de : 

-

  10 ppm de l’une quelconque de ces 26 substances pour les produits non rincés, 

-

  100 ppm de l’une quelconque de ces 26 substances pour les produits rincés. 

 
Les substances concernées sont des substances qui peuvent exister à l’état naturel mais qui peuvent être 
obtenues également par synthèse. Ainsi 16 substances parmi les 26 identifiées peuvent être présentes à l’état 
naturel (par exemple l’huile essentielle de rose contient dans sa composition 6 de ces allergènes : citral, 
citronellol, eugénol, farnésol, géraniol, linalol). 
 
Cette démarche de protection de la santé s’inscrit dans une stratégie de prévention puisque les 26 substances 
identifiées englobent des substances considérées comme faiblement sensibilisantes. 
 
 

c.  Recommandations du Conseil de l’Europe  

 
Un nombre de plus en plus important de produits cosmétiques à base de préparations de plantes est proposé 
au consommateur, c’est pourquoi le Conseil de l’Europe a publié trois volumes de recommandations relatifs à 
l’utilisation de plantes et préparations à base de plantes utilisées en tant qu’ingrédients dans les produits 
cosmétiques [3,4,5]. 
 
Bien que les matières premières naturelles (telles que les plantes et les préparations de plantes) soient 
utilisées dans les produits cosmétiques depuis très longtemps et qu’elles soient rarement associées à des 
effets indésirables pour le consommateur, le Comité d’experts des produits cosmétiques du comité de santé 
publique du Conseil de l’Europe tient à attirer l’attention sur le fait que la nature fournit des substances douées 
d’une grande activité, et qui par conséquent peuvent aussi présenter une certaine nocivité. Il est donc 
nécessaire de prendre en considération les risques que ces substances peuvent faire courir à la santé des 
consommateurs en fonction des connaissances actuelles de ces risques. 
 
 

background image

 

6

d.  Recommandations de l’IFRA (International Fragrance Association) 

 
Il faut noter enfin qu’il existe un certain nombre de recommandations concernant les substances naturelles par 
exemple celles de l’IFRA. Des HE et certains de leurs constituants font l’objet de restrictions quantitatives 
exprimées en % dans le produit cosmétique. Les adhérents de l’IFRA s’engagent à respecter le code de bons 
usages de l’IFRA (accessible à http://www.ifraorg.org), qui contient toutes ces interdictions, restrictions ou 
spécifications. 
 
 

2.  Huiles essentielles et pharmacie 

 
 

a.  Huiles essentielles et médicaments 

 
Il n’existe pas de réglementation spécifique aux HE en ce qui concerne leur utilisation dans les médicaments.  
Les spécialités pharmaceutiques à base d’HE répondent à la définition du médicament à base de plantes : 
« Les médicaments à base de plantes sont des médicaments dont les principes actifs sont exclusivement des 
drogues végétales et/ou des préparations à base de drogue(s) végétale(s) ». 
 
Par conséquent les médicaments à base d’HE doivent être conformes à la réglementation régissant ces 
médicaments. En particulier, s’ils satisfont aux critères définis par l’ordonnance n° 2007-613 du 26 avril 2007 
(Chapitre 1

er

, article 2), ils doivent faire l’objet d’un enregistrement de médicament traditionnel à base de 

plantes. 
 
 

b. Huiles 

essentielles 

et vente en l’état 

 

Certaines HE font l’objet de restrictions de délivrance et autorisation de vente. 
Le Code de la Santé Publique précise dans l’article L.4211-1 6° que 

« la vente au détail et toute dispensation 

au public des huiles essentielles dont la liste est fixée par décret, ainsi que leurs dilutions et préparations ne 
constituant ni des produits cosmétiques, ni des produits à usage ménager, ni des denrées ou boissons 
alimentaires appartiennent au monopole pharmaceutique ». 
 

Le décret N°2007-1221 du 3 août 2007 relatif à ce monopole (art. D.4211-13 du Code de la Santé Publique) 
énumère une quinzaine d’HE dont il précise les noms vernaculaires et les dénominations botaniques des 
plantes : 

-

  grande absinthe (Artemisia absinthium L.) ; 

-

  petite absinthe (Artemisia pontica L.) ; 

-

  armoise commune (Artemisia vulgaris L.) ; 

-

  armoise blanche (Artemisia herba alba Asso) ; 

-

  armoise arborescente (Artemisia arborescens L.) ; 

-

  chénopode vermifuge (Chenopodium ambrosioides L. et Chenopodium anthelminticum L.) ; 

-

  hysope (Hyssopus officinalis L.) ; 

-

  moutarde jonciforme (Brassica juncea [L.] Czernj. et Cosson). 

-

  rue (Ruta graveolens L.) ; 

-

  sabine (Juniperus sabina L.) ; 

-

  sassafras (Sassafras albidum [Nutt.] Nees) ; 

-

  sauge officinale (Salvia officinalis L.) ; 

-

  tanaisie (Tanacetum vulgare L.) ; 

-

  thuya (Thuya plicata Donn ex D. Don.) ; 

-

  thuya du Canada ou cèdre blanc (Thuya occidentalis L.) et cèdre de Corée (Thuya Koraenensis 

Nakai), dits “cèdre feuille”. 

 
 

c.  Directive 2004/24/CE du 31 mars 2004 modifiant la directive 2001/83/CE  

 
Cette directive concerne les médicaments traditionnels à base de plantes. Elle couvre les produits (avec le 
statut de médicaments ou non) présents sur le marché, à des fins médicales, dans un pays de l’union 
européenne depuis au moins 30 ans (ou depuis au moins 30 ans sur le marché d’un pays tiers et depuis 15 
ans sur le marché d’un pays de l’union européenne). Ces produits doivent avoir démontré leur innocuité et 
avoir une efficacité plausible du fait de leur usage et leur longue expérience. 
Les produits à base d’huiles essentielles répondant à ces critères entrent dans le champ de cette directive. 
 

background image

 

7

Le comité sur les médicaments à base de plantes (HMPC) créé au sien de l’Agence européenne du 
médicament (EMEA) depuis novembre 2004 établit des monographies et une liste communautaire de plantes 
ou préparations à base de plantes permettant la délivrance d’enregistrement des médicaments traditionnels à 
base de plantes sur la base de la procédure européenne de reconnaissance mutuelle. De plus, lorsqu’une 
plante ou préparation à base de plantes est inscrite sur la liste communautaire, les mentions accompagnant 
cette inscription s’imposent aux Etats-membres sans qu’aucun complément relatif aux dossiers clinique et 
préclinique puisse être exigé. 
 
 

d.  Recommandations du Conseil de l’Europe 

 
D’après l’introduction du volume I sur les plantes dans les produits cosmétiques du Conseil de l’Europe, il 
ressort notamment au sujet des HE que certains pays membres considèrent les HE comme relevant du 
domaine pharmaceutique. Pour d’autres, elles peuvent aussi bien être utilisées dans des médicaments, des 
produits cosmétiques, des produits alimentaires, des produits biocides ainsi que dans d’autres produits de 
consommation courante, ou même en tant que parfums d’ambiance. 
 
 

3.  Huiles essentielles et alimentation 

 
Les HE sont le plus souvent utilisées pour aromatiser les aliments. Les arômes destinés à être utilisés dans les 
denrées alimentaires sont réglementés par la directive 88/388/CEE du 22 juin 1988 relative au rapprochement 
des législations des Etats membres dans le domaine des arômes destinés à être employés dans les denrées 
alimentaires et des matériaux de base pour leur production. Les HE sont concernées par ce texte et, de ce fait, 
leur usage peut être limité dans les denrées alimentaires. 
 
 

a. Directive 

88/388/CEE 

 
La Directive du Conseil 88/388/CEE du 22 juin 1988, modifiée par le Règlement 1882/2003, définit : 

-

  les différentes catégories d'agents d'aromatisation : substances aromatisantes naturelles, identiques 

aux naturelles et artificielles, préparations aromatisantes, arômes de fumée, arômes de transformation 
(les HE sont des préparations aromatisantes). 

-

  les règles d'étiquetage des arômes et en particulier l'emploi du terme « naturel » pour la classification 

des substances aromatisantes et des préparations aromatisantes. 

-

  les critères généraux de pureté : article 4-a) : teneurs maximales en métaux lourds,  

ƒ

  annexe I : teneurs maximales en certaines substances indésirables présentes dans les 

denrées alimentaires consommées en l'état et dues à l'utilisation des arômes (3-4 
benzopyrène) 

ƒ

  annexe II : teneurs maximales en certaines substances provenant des arômes ou d'autres 

ingrédients alimentaires ayant des propriétés aromatisantes et présentes dans les 
denrées alimentaires telles qu'elles sont consommées et dans lesquelles des arômes ont 
été utilisés.  

 
Les annexes I et II sont des listes de substances interdites d'emploi direct mais dont la présence est tolérée 
avec limitation dans les denrées alimentaires aromatisées du fait de l'emploi d'aromatisants naturels tels que 
les HE. Cette liste comprend notamment des substances qui peuvent être présentes dans les HE : bêta 
asarone, coumarine, acide cyanhydrique, pulégone, safrole, alpha et bêta thuyones. 
 
Cette Directive a été transposée en droit interne par les textes suivants :  

-

  Décret 91-366 du 11 Avril 1991 relatif aux arômes destinés à être employés dans les denrées 

alimentaires. 

-

  Arrêté du 11 Juillet 1991 relatif à l'établissement de critères de qualité et de pureté pour les denrées 

alimentaires. 

 
 

b. Règlement 

2232/96/CE 

 
Le Règlement CE n°2232/96 du Parlement européen et du Conseil, du 28 Octobre 1996, fixant une procédure 
communautaire dans le domaine des substances aromatisantes utilisées ou destinées à être utilisées dans ou 
sur les denrées alimentaires définit les étapes qui conduiront à la publication d'une liste de substances 
aromatisantes autorisées à l'exclusion de toute autre. Ce règlement instaure toutefois, une clause de 
sauvegarde qui doit permettre à un Etat membre de prendre les mesures qui s’imposent lorsqu’une substance 
aromatisante est susceptible de présenter un danger pour la santé publique. 

background image

 

8

 
Une des premières étapes était la publication du Répertoire des substances aromatisantes utilisées dans la 
Communauté européenne. Il a été publié en 1999 : « Décision 1999/217/CE de la Commission du 23 février 
1999 modifiée portant adoption d'un répertoire des substances aromatisantes utilisées dans ou sur les denrées 
alimentaires, établie en application du règlement (CE) n°2232/96 du Parlement européen et du Conseil ». 
 
L’évaluation des substances n'est pas terminée mais certaines substances ne répondant pas aux critères 
généraux d’utilisation des substances aromatisantes fixés dans l’annexe du règlement (CE) n°2232/96 ont été 
supprimées de la liste, par exemple, les substances suivantes considérées dans les avis émis par le comité 
scientifique de l’alimentation humaine comme étant génotoxiques: le méthyleugénol et l'estragole (Décision 
2002/113/CE du 23 Janvier 2002). 
 
Elles ne sont donc plus utilisables en tant que telles dans les arômes et leur présence dans les denrées 
alimentaires du fait de l'emploi d'aromatisants naturels est limitée. 
 
 

c.  Recommandations du Conseil de l’Europe 

 
Le Conseil de l'Europe a émis des recommandations relatives à l'emploi de sources de matières aromatisantes 
naturelles. 
Le "Livre bleu" 3ème édition "Substances aromatisantes et substances aromatisantes d'origine naturelle » 
publié en 1981 comporte : 

-

  une liste de « principes actifs » à limiter dans les denrées alimentaires ; 

-

  une liste de sources de matières aromatisantes naturelles avec indication des principes actifs qu'elles 

contiennent ; 

-

  une liste de sources toxicologiquement inacceptables. 

 

Pour la 4

ème

 édition, volume II (matières aromatisantes naturelles), le Comité d'experts sur les matières 

aromatisantes a prévu l'examen de plus de 600 sources de matières aromatisantes. Un premier rapport 
portant sur 101 sources naturelles a été publié en 2000. Un second rapport relatif à 70 sources est paru en 
2000 et 2007 tandis qu'un rapport sur les « principes actifs » (« 

Active principles (constituents of toxicological 

concern) contained in natural sources of flavourings 

») est paru en 2006. 

background image

 

9

 

II. C

RITERES DE QUALITE 

 

 
 
La sécurité d’emploi des produits cosmétiques contenant des HE est en grande partie liée à la qualité des 
matières premières mises en œuvre et à la formulation du produit fini. 
 
Pour garantir leur qualité, les HE devront notamment être obtenues à partir de matières premières précisément 
identifiées, contrôlées selon des procédés définis, présenter des caractères physico-chimiques précis, être 
conservées de façon satisfaisante. 
 
Les caractéristiques physiques, organoleptiques, chimiques et chromatographiques des HE sont définies sur le 
plan français par des normes établies par l’AFNOR [6], élaborées par une commission spécifique (T 75 A). Ces 
normes sont établies en étroite collaboration avec les producteurs ainsi que les importateurs et sont le fruit d’un 
échange entre experts. 
 
La plupart de ces normes sont reprises sur le plan mondial pour devenir des normes ISO en prenant en 
considération les informations des experts mondiaux. Le groupe de travail responsable de ces normes est le 
groupe ISO TC 54. 
 
 

1.  Matières premières végétales 

 
Les matières premières végétales utilisées pour produire des HE sont en principe des plantes ou parties de 
plantes qui sont à divers états de siccité (forme sèche, flétrie, fraîche). 

 

 
 

a.  Dénomination botanique  

 
L’origine végétale du produit doit être définie avec précision par la dénomination scientifique botanique selon 
les règles linnéennes. 
 
Le nom international d’une plante, exprimé en latin, comprend le nom de genre, suivi du nom d’espèce, ainsi 
que de l’initiale ou de l’abréviation du botaniste qui, le premier, a décrit la plante en question. Eventuellement, il 
est complété par celui de la sous-espèce ou de la variété. La famille botanique est généralement précisée.  
 
La précision de cette dénomination est importante et des différences au niveau de la composition chimique 
peuvent apparaître en fonction de l’origine botanique [7] : 
 

¾

 

Au niveau du genre 

 
On peut citer par exemple le genre 

Lavandula

 ou 

Mentha

 

¾

 

Au niveau de l’espèce et des sous-espèces 

 
Deux espèces ou sous-espèces très voisines, appartenant au même genre, peuvent donner des HE de 
composition chimique différente.  
 
Exemple d’espèces : lavande vraie (

Lavandula

 

angustifolia

 Mill.) et lavande aspic (

Lavandula

 

latifolia

 Medik.).  

 
Exemple de sous-espèces : bergamote (

Citrus aurantium 

L. 

ssp

 

bergamia

 (Wight & Arnott) Engler) et orange 

amère (

Citrus aurantium

 

ssp

 

aurantium

 L.). 

 

Dans la majorité des cas, chaque espèce présente un profil chimique original mais il arrive aussi que deux 
espèces soient sources d‘HE de compositions très proches. 
Exemple : anis vert (

Pimpinella anisum

 L.) et badiane de chine (

Illicium verum

 L.).  

 

¾

 

Au niveau de la variété 

 
Au sein d’une même espèce, il peut exister des variétés donnant des HE de compositions différentes.  
Exemple : l’espèce basilic (

Ocimum basilicum

) est morphologiquement et chimiquement très hétérogène et se 

subdivise en de nombreuses variétés difficiles à différencier (

O. basilicum

 var. 

basilicum

O. basilicum

 var. 

difforme

 Benth., 

O. basilicum

 var 

glabratum

 Benth….)  

 

background image

 

10

Exemple de cette dénomination :  

 
Famille des Lamiacées – 

Lavandula angustifolia 

Mill

.

 

 
 
 
 
 
 
En raison des confusions possibles dues à l’existence et/ou l’usage courant de nombreux synonymes, il est 
nécessaire de se référer à la norme ISO 4720 [8] qui donne une liste de nomenclature botanique de plantes 
utilisées pour la production des HE, avec les noms communs des HE en anglais et en français. Cette norme 
comprend en outre un index alphabétique des noms communs des HE en anglais et en français. 
 
 

b.  Conditions de production de la plante 

 
Les matières premières végétales sont obtenues à partir de plantes de collecte ou de plantes cultivées, ces 
dernières pouvant être issues de semis ou de bouturage. 
 
Les conditions de culture, de récolte, de séchage, de fragmentation, de stockage ont une action déterminante 
sur la qualité des végétaux. Les matières premières végétales sont, dans la mesure du possible, exemptes 
d’impuretés telles que la terre, la poussière, les souillures, ainsi que les infections fongiques ou une 
contamination animale. Elles ne présentent pas de signe de pourriture ou d’endommagement. 
 
L’état sauvage ou les conditions de culture, ainsi que les facteurs environnementaux jouent un rôle non 
négligeable, à la fois sur les aspects qualitatifs mais aussi quantitatifs des constituants élaborés par la plante. 
 
Ainsi, faudra-t-il veiller à ce que le maximum de renseignements concernant l’origine géographique  et les 
conditions environnementales d’obtention et de production (utilisation de pesticides par exemple) soient 
disponibles. D’autres paramètres comme le lieu exact de la culture, l’altitude, la nature et le degré de 
fertilisation du sol, le caractère sauvage ou cultivé de la plante, son stade de végétation sont à prendre en 
compte. 
Les poussées de biosynthèse engendrent au cours du temps (saisons, mois, voire journées) une accumulation 
plus ou moins importante de certains métabolites. 
 
Ainsi, la notion de chronobiologie peut ici être appliquée à la plante et explique en partie les modalités 
traditionnelles en matière de cueillette liées à certaines époques, voire à certaines périodes du calendrier. Des 
études scientifiques ont permis de définir le moment optimal de la récolte. 
 
Pour assurer une bonne conservation, c’est-à-dire favoriser l’inhibition de toute activité enzymatique après la 
récolte, il faut éviter la dégradation de certains constituants ainsi que la prolifération microbienne, la distillation 
immédiate ou un séchage soigneux étant les deux procédés utilisés. 
 
Dans le cas où des traitements additionnels ont été utilisés, il est nécessaire de montrer qu’ils n’altèrent pas les 
constituants de la plante et qu’ils ne laissent pas de résidus nocifs. 
 
 

c.  Partie de la plante utilisée  

 
Les HE n’existent quasiment que chez les végétaux supérieurs. Les genres capables d’élaborer les 
constituants qui composent les HE sont répartis dans un nombre limité de familles. (ex : 

Apiaceae

Asteraceae

Cupressaceae

Lamiaceae

Lauraceae

Myrtaceae

Poaceae

Rutaceae

, etc.). 

 
Les HE peuvent être accumulées dans tous les types d’organes végétaux par exemple des fleurs (oranger, 
rose, lavande) mais aussi des feuilles (citronnelle, eucalyptus, laurier noble) et, bien que cela soit moins 
habituel, dans des écorces (cannelier), des bois (bois de rose, camphrier, santal), des racines (vétiver), des 
rhizomes (curcuma, gingembre), des fruits secs (anis, badiane, persil), des graines (muscade). 
 
Si tous les organes d’une même espèce peuvent renfermer une huile essentielle, la composition de cette 
dernière (qualitative et quantitative) peut varier selon sa localisation dans la plante. 
 

 genre  espèce  nom du botaniste descripteur 

background image

 

11

La biosynthèse et l’accumulation des molécules aromatiques sont généralement associées à la présence de 
structures histologiques spécialisées (cellules à essence, poches sécrétrices, canaux sécréteurs …), souvent 
localisées sur ou à proximité de la surface de la plante [9]. 
 
 

d.  Précision du chimiotype (ou chémotype) 

 
Pour une même espèce botanique, il peut exister  plusieurs races chimiques ou chimiotypes qui trouvent leur 
origine dans de légères différences des voies de biosynthèse, aboutissant à l’accumulation de métabolites 
secondaires différents.   
 
Ce phénomène a été bien étudié pour le thym, Thymus vulgaris L. pour lequel on distingue au moins 7 
chimiotypes différents en fonction du constituant principal de l’huile essentielle [10] : alpha-terpinéol, carvacrol, 
cinéole, géraniol, hydrate de sabinène, linalol, thymol… 
 
Il est donc indispensable, pour certaines HE, de bien préciser le chimiotype car il peut conditionner l’activité 
et/ou la toxicité.  
 
 

e. Identification 

 

 
L’identité de la matière première initiale (plante ou partie de plante) est indispensable pour assurer la 
traçabilité. 
Cette identité peut être assurée soit par des certificats ou des engagements du fournisseur soit au moyen de 
l’une ou plusieurs des techniques décrites ci-après : 
 

-

 

caractères botaniques macroscopiques avec une description permettant une identification rapide de la 
drogue végétale ; 

-

  caractères botaniques microscopiques : l’examen microscopique de la drogue végétale, permet de 

rechercher et d’identifier les caractères spécifiques ou dominants. Cet examen permet de repérer 
éventuellement la présence d’éléments étrangers. 

-

 

chromatographie sur couche mince ou chromatographie en phase gazeuse : le chromatogramme de la 
solution à examiner obtenue par extraction est comparé à celui d’une solution témoin comportant de 
préférence 2 substances de référence (CCM) ou à un profil chromatographique (CPG). La 
caractérisation du chémotype (par exemple pour le thym), se fera après identification du ou des 
constituants majoritaires dans les HE analysées. 

 

Eventuellement, une ou plusieurs réactions colorées caractéristiques pourront figurer parmi les essais 
d’identification. 
Les essais types figurant dans l’analyse des plantes peuvent comprendre la détermination des cendres totales, 
la perte à la dessiccation ou la teneur en eau (déterminée par entraînement) dans le cas des plantes riches en 
HE ou les métaux lourds. 
Les autres critères de qualité se rapportent aux résidus de pesticides et à la qualité microbiologique (nombre et 
types de microorganismes). 
 
 

2. Huiles 

essentielles 

 
 

a.  Mode d’obtention de l’huile essentielle 

 
Le choix de la technique dépend principalement de la matière première

  :

 son état originel et ses 

caractéristiques, sa nature proprement dite. Le rendement « HE/matière première végétale » peut être 
extrêmement variable selon les plantes : de 150 ppm

8

 à plus de 20%

9

.  

Ce choix conditionne les caractéristiques de l’HE,

 

en particulier :

 

viscosité, couleur, solubilité, volatilité, 

enrichissement ou appauvrissement en certains constituants et utilisations et applications. 
 
Entraînement à la vapeur d’eau 
L’entraînement à la vapeur d’eau correspond à la vaporisation en présence de vapeur d’eau d’une substance 
peu ou pas miscible à l’eau. La matière première est mise en présence d’eau portée à ébullition ou de vapeur 
d’eau dans un alambic. La vapeur d’eau entraîne la vapeur d’huile essentielle qui est condensée dans le 
                                                      

8

 ppm : partie par million. Par exemple, avec 10 kg de feuilles fraîches de mélisse, on obtient environ 1,5 g d’HE de mélisse ou avec 1 

tonne de feuilles fraîches, on obtient 150 g d’HE. 

9

 Par exemple, avec 10 kg de clous de girofle, on obtient 2,2 kg d’HE de clous de girofle. 

background image

 

12

réfrigérant pour être récupérée en phase liquide dans un vase florentin (ou essencier) où l’huile essentielle est 
séparée de l’eau par décantation. 
On appelle « eau aromatique » (à ne pas confondre avec eau aromatisée) ou « hydrolat » ou « eau distillée 
florale » le distillat aqueux qui subsiste après l’entraînement à la vapeur d’eau, une fois la séparation de l’huile 
essentielle effectuée.  
 
Distillation sèche 
L’huile essentielle est obtenue par distillation des bois, écorces ou racines, sans addition d’eau ou de vapeur 
d’eau.  
 
Expression à froid 
Ce mode d’obtention ne s’applique qu’aux fruits d’agrumes (

Citrus

 

spp.

) par des procédés mécaniques à 

température ambiante. 
Le principe de la méthode est le suivant : les « zestes » sont dilacérés et le contenu des poches sécrétrices qui 
ont été rompues est récupéré par un procédé physique. Le procédé classique consiste à exercer sous un 
courant d’eau une action abrasive sur toute la surface du fruit. Après élimination des déchets solides, l’huile 
essentielle est séparée de la phase aqueuse par centrifugation. 
La plupart des installations industrielles permettent en fait la récupération simultanée ou séquentielle des jus de 
fruits et de l’huile essentielle. 
 
 

b.  Caractères physico-chimiques  

 
Les HE sont habituellement liquides à température ambiante et volatiles, ce qui les différencie des huiles dites 
fixes. Elles sont plus ou moins colorées et leur densité est en général inférieure à celle de l’eau. Elles ont un 
indice de réfraction élevé et la plupart dévient la lumière polarisée. 
Elles sont liposolubles et solubles dans les solvants organiques usuels, entraînables à la vapeur d’eau, très 
peu solubles dans l’eau.  
Elles sont composées de molécules à squelette carboné, le nombre d’atomes de carbone étant compris entre 5 
et 22 (le plus souvent 10 ou 15).  
Les HE sont des mélanges complexes de constituants variés en concentration variable dans des limites 
définies. Ces constituants appartiennent principalement mais pas exclusivement à deux groupes caractérisés 
par des origines biogénétiques distinctes : les terpénoïdes et les substances biosynthétisées à partir de l’acide 
shikimique (donnant naissance aux dérivés du phénylpropane).  
 
 

c. Identification 

et 

analyses chromatographiques  

 
L’analyse des HE, l’identification des constituants, la recherche d’éventuelles falsification peuvent se faire à 
l’aide de techniques telles que la chromatographie en phase gazeuse sur phases stationnaires polaires, 
apolaires ou chirales, couplée avec une détection par spectrométrie de masse ou IRTF (Infrarouge à 
transformée de Fourier). L’analyse isotopique, par exemple la mesure des rapports 

13

C/

12

C, D/H

10

 ou 

18

O/

16

peut aussi contribuer à la recherche de fraudes. La bibliographie [11 à 20] illustre certaines des techniques les 
plus récentes, en particulier pour la recherche et le dosage des molécules réputées allergènes (annexe III de la 
directive 2003/15/CE sur les produits cosmétiques).  
 
Cependant, en routine et selon les référentiels classiques (Pharmacopée Européenne, ISO, AFNOR), 
l'évaluation de la qualité des HE est réalisée par la mesure d’un certain nombre d’indices et des analyses 
chromatographiques simples : 
 

- indices physiques : densité relative, indice de réfraction, angle de rotation optique, point de 

 

solidification, résidu d’évaporation, solubilité dans l’alcool … 

 

- indices chimiques : indice d’acide, indice d'esters, indice de peroxyde… 

 

- analyses chromatographiques : chromatographie sur couche mince, chromatographie en phase 

 

liquide à haute performance (CLHP) dans le cas des furocoumarines dans les HE de 

Citrus

 

chromatographie en phase gazeuse (Pharmacopée, ISO, AFNOR) : c’est la méthode de choix qui 

 

permet de réaliser le profil chromatographique de l’huile essentielle. 

 
Le profil chromatographique d’une huile essentielle, réalisé dans des conditions précises (colonne capillaire, 
injection en mode split ou splitless, détecteur à ionisation de flamme, opération préalable de qualification de 
l’installation par un mélange test de 9 composés), permet d’obtenir une estimation reproductible des teneurs en 
différents composés caractéristiques de l’échantillon par la méthode de normalisation [2, 21]. Toutefois, cette 

                                                      

10

 D/H : Deutérieum/Hydrogène 

background image

 

13

estimation est basée sur les pourcentages relatifs des aires des pics des constituants (méthode de 
normalisation) et ne constitue donc pas un dosage au sens strict de chacun des constituants. 
 
Dans le cas d’un produit fini contenant une huile essentielle parmi d’autres composants, le dosage des 
constituants à prendre en compte repose sur la méthode d’étalonnage nécessitant l’injection d’une solution de 
référence contenant chacun de ces constituants à des concentrations connues.  
 
 

d.  Conditions de conservation et de stockage  

 
La relative instabilité des molécules constitutives des HE implique des précautions particulières pour leur 
conservation. En effet, les possibilités de dégradation sont nombreuses, facilement objectivées par la mesure 
d‘indices chimiques (indice de peroxyde, indice d’acide…), par la détermination de grandeurs physiques (indice 
de réfraction, pouvoir rotatoire, miscibilité à l’éthanol, densité…) et/ou par l’analyse chromatographique. Les 
conséquences sont multiples par exemple, photo-isomérisation, photocyclisation, coupure oxydative, 
peroxydation et décomposition en cétones et alcools, thermo-isomérisation, hydrolyse, transestérification.  
Ces dégradations pouvant modifier les propriétés et /ou mettre en cause l’innocuité de l’huile essentielle, il 
convient de les éviter : utilisation de flacons propres et secs en aluminium vernissé, en acier inoxydable ou en 
verre teinté anti-actinique, presque entièrement remplis et fermés de façon étanche (l’espace libre étant rempli 
d’azote ou d’un autre gaz inerte), stockage à l’abri de la chaleur et de la lumière.  
Dans certains cas, un antioxydant approprié peut être ajouté à l’huile essentielle. Dans ce cas, cet additif est à 
mentionner lors de la vente ou l’utilisation de l’huile essentielle.  
Par ailleurs, des incompatibilités sérieuses peuvent exister avec certains conditionnements en matières 
plastiques. 
Il existe des normes spécifiques sur l’emballage, le conditionnement et le stockage des HE (norme AFNOR NF 
T 75-001, 1996) ainsi que sur le marquage des récipients contenant des HE (norme NF 75-002, 1996). 
 
 

background image

 

14

C

ONCLUSION

 

 
 
 
Ces recommandations sont destinées à attirer l’attention des acteurs de la filière des HE (producteurs d’HE, 
fabricants de produits cosmétiques) sur le fait que les HE ne doivent pas être considérées comme des 
ingrédients courants mais comme des substances particulières non dénuées d’effets secondaires. 
 
Les HE utilisées depuis des siècles en cosmétique présentent souvent des propriétés biologiques 
intéressantes. Cependant, certaines d’entres elles peuvent révéler une toxicité qui peut être redoutable en 
raison de leur passage par voie transdermique et de leur impact sur certaines cibles de l’organisme. Les utiliser 
à bon escient est de règle, et la question de l’évaluation du risque lié à leur emploi se pose. Certes, le recul 
d’utilisation est un facteur sécurisant qui doit être pris en compte au même titre que les nombreuses 
publications scientifiques disponibles, mais celles-ci ne décrivent bien souvent que la toxicologie de l’un ou 
l’autre des constituants à l’état pur des HE. Peu de travaux toxico-cliniques de valeur ont été effectués avec 
des HE dont le profil chimique complexe avait été préalablement déterminé avec précision. 
 
Bien que les HE soient destinées à être utilisées sous forme diluée dans les produits cosmétiques [22], 
certaines, mises non diluées à la disposition du public, peuvent par mésusage être utilisées telles quelles et 
s’avérer toxiques en particulier chez l’enfant. Il est donc impératif d’attirer l’attention sur les effets résultant 
d’une utilisation incontrôlée. Les effets secondaires sont d’autant plus à prendre en compte qu’il existe un 
risque de banalisation de tels usages favorisé par la dénomination « produits naturels ». De plus, ces HE 
présentent des paramètres de variabilité majeurs fort nombreux et chacun d’entres eux peut modifier 
considérablement leurs profils chimiques et donc accroître le risque de toxicité. 
 
C’est la raison pour laquelle la notion d’HE a dû être préalablement clairement définie eu égard à leur mode 
d’obtention qui conditionne en premier lieu un profil chimique particulier. 
 
Les critères de qualité définis pour chaque HE sont eux aussi primordiaux et spécifiques à ce type 
d’ingrédients. De cette qualité dépend celle du produit fini et en particulier son innocuité. 
 
Enfin, il est rappelé que la présence d’HE dans un produit cosmétique ne doit pas atteindre des concentrations 
seuils qui confèreraient à ce produit la qualification de médicament au sens de la définition du Code de la 
Santé Publique (Article L.5111-1). 
 
Ces recommandations constituent un premier document qui sera ultérieurement complété par une opinion 
permettant de préciser d’autres concepts liés également à l’évaluation de la sécurité en proposant une 
approche d’évaluation toxicologique du risque. Ainsi, cette stratégie permettra d’accroître la sécurité et de 
concourir à une meilleure transparence d’utilisation à la fois pour le consommateur, l’industriel et les autorités 
de santé publique. 

background image

 

15

 

A

BREVIATIONS 

 

 

 
 
 

  AFNOR : Agence française de normalisation 

  AFSSAPS : Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé 

  AMM : Autorisation de mise sur le marché 

  CAS : Chemical Abstract Service. 

  EMEA : European Medicines Agency 

  CE : Communauté européenne 

  CTFA : Cosmetic, toiletry and fragrance association 

  EINECS : European Inventory of Existing Commercial Chemical Substances. 

  HE : Huile essentielle 

  HMPC : The Committee on Herbal Medicinal Products  

  IFRA : International Fragrance Association 

  INCI : International Nomenclature of Cosmetic Ingredients  

  ISO : Organisation internationale de normalisation 

  IUPAC : International Union of Pure and Applied Chemistry 

  OMS (WHO) : Organisation Mondiale de la Santé (World Health Organization) 

 

background image

 

16

 

B

IBLIOGRAPHIE

 

 
 
[1] Norme ISO 9235:1997, Matières premières d’origine naturelle - Vocabulaire. 

[2] Pharmacopée européenne : Huiles essentielles - Aetherolea (01/2008 :2098). 

[3] Conseil de l’Europe, Les plantes dans les cosmétiques : plantes et préparations à base de plantes utilisées 
en tant qu’ingrédients dans les produits cosmétiques – vol I, Patri F. et Silano V., 2002. 

[4] Conseil de l’Europe, Les plantes dans les cosmétiques plantes et préparations à base de plantes utilisées 
en tant qu’ingrédients dans les produits cosmétiques – vol II, Anton R., Patri F. et Silano V., 2001. 

[5] Council of Europe, Plants in cosmetics-Potentially harmful components prepared by the Committee of 
experts on cosmetic products. Volume III, 2006. 

[6] AFNOR. Huiles essentielles. Echantillonnage et méthodes d’analyse (Tome 1) – Monographies relatives 
aux huiles essentielles (Tome 2. Volumes 1 et 2). Mars 2000.  

[7] TEUSCHER E., ANTON R., LOBSTEIN A. Plantes aromatiques : épices, aromates, condiments et huiles 
essentielles. Lavoisier Tec et Doc, Paris, 2005. 

[8] Norme ISO 4720 : 2002, Huiles essentielles-Nomenclature. 

[9] BRUNETON J., Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales, 3

ème

 édition, Lavoisier Tec et Doc, 

Paris, 1999. 

[10] WICHTL M. et ANTON R. Plantes thérapeutiques 2

ème

 Edition, Lavoisier Tec et Doc, Paris, 2003. 

[11] WAGNER H. and BLADT S. Plant drug analysis. A thin layer chromatography atlas. Seconde édition. 
Springer-Verlag, Berlin. 1996. 

[12] BASSEREAU M, CHAINTREAU A, DUPERREX S, JOULAIN D, LEIJS H, LOESING G, OWEN N, 
SHERLOCK A, SCHIPPA C, THOREL PJ, VEY M. GC-MS Quantification of suspected volatile allergens in 
fragrances. 2. Data treatment strategies and method performances. 

J Agric Food Chem

 2007; 55: 25-31. 

[13] CHAINTREAU A, JOULAIN D, MARIN C, SCHMIDT CO, VEY M. GC-MS quantitation of fragrance 
compounds suspected to cause skin reactions. 

J Agric Food Chem

 2003; 51: 6398-403. 

[14] SHELLIE R, MARRIOTT P, CHAINTREAU A. Quantitation of suspected allergens in fragrances (Part 1) : 
evaluation of comprehensive two-dimensional GC for quality control. 

Flavour Fragr J

 2004; 19: 91-8. 

[15] CORDERO C, BICCHI C, JOULAIN D, RUBIOLO P. Identification, quantitation and method validation for 
the analysis of suspected allergens in fragrances by comprehensive two-dimensional GC coupled with 
quadrupole MS and with FID. 

J Chromatogr A

 2007; 1150: 37-49. 

[16] DEBONNEVILLE C, CHAINTREAU A. Quantitation of suspected allergens in fragrances (Part 2) : 
evaluation of comprehensive GC- conventional MS. 

J Chromatogr A

 2004; 1027: 109-15. 

[17] NIEDERER M, BOLHADER R, HOHL C. Determination of fragrance allergens in cosmetics by size-
exclusion chromatography followed by GC/MS. 

J Chromatogr A

 2006; 1132: 109-116. 

[18] KALOUSTIAN J, MIKAIL C, EL-MOSELHY T, ABOU L, PORTUGAL H. GC-MS analysis of allergens in 
plant oils meant to cosmetics. 

Oléagineux, Corps gras, Lipides (OCL)

; 2007; 14: 110-115. 

[19] RASTOGI SC, JOHANSEN JD, FROSCH P, MENNE T, BRUZE M, LEPOITTEVIN JP, DREIER B, 
ANDERSEN KE, WHITE JR. Deodorants on the European market: quantitative chemical analysis of 21 
fragrances. 

Contact Dermatitis

 1998; 38: 29-35. 

[20] RASTOGI SC, LEPOITTEVIN JP, JOHANSEN JD, FROSCH PJ, MENNE T, BUZE M, DREIER B, 
ANDERSEN KE, WHITE IR. Fragrances and other materials in deodorants: search for potentially sensitising 
molecules using combined GC-MS and structure activity relationship (SAR) analysis. 

Contact Dermatitis

 

1998;39: 293-303. 

[21] Norme ISO 11024-1 & 2 :1998 : Huiles essentielles - Directives générales concernant les profils 
chromatographiques - Partie 1: Élaboration des profils chromatographiques pour la présentation dans les 
normes. Partie 2: Utilisation des profils chromatographiques des échantillons d'huiles essentielles. 

[22] ANTON J.C., WENIGER B., ANTON R. Huiles essentielles p 189-229 

in

 Actifs et additifs en cosmétologie 

3

ème

 édition, Lavoisier Tec et Doc, Paris, 2006. 

background image

 

17

A

NNEXE 

 

 

SUBSTANCE 

NOM INCI 

N° CAS 

N° EINECS 

2- benzylidèneheptanal 

Amyl cinnamal 

122-40-7 

204-541-5 

Alcool benzylique 

Benzyl alcohol 

100-51-6 

202-859-9 

Alcool cinnamylique 

Cinammyl alcohol 

104-54-1 

203-212-3 

Citral Citral 

5392-40-5 

226-394-6 

Eugénol Eugenol 

97-53-0 

202-589-1 

7-hydroxycitronellal Hydroxycitronellal 

107-75-5 

203-518-7 

Isoeugénol Isoeugenol 

97-54-1 

202-590-7 

2-pentyl-3-phénylprop-2-ène-1-ol Amylcinnamyl 

alcohol  101-85-9 

202-982-8 

Salicylate de benzyle 

Benzyl salicylate 

118-58-1 

204-262-9 

Cinnamaldéhyde Cinnamal 

104-55-2 

203-213-9 

Coumarine Coumarin 

91-64-5 

202-086-7 

Géraniol Geraniol 

106-24-1 

203-377-1 

4-(4-hydroxy-4-méthylpentyl)cyclohex_3- 
ènecarbaldéhyde 

Hydroxyisohexyl3-cyclohexene 
carboxaldehyde 

31906-04-4 250-863-4 

Alcool 4-méthoxybenzylique 

Anise alcohol 

105-13-5 

203-273-6 

Cinnamate de benzyle 

Benzyl cinnamate 

103-41-3 

203-109-3 

Farnésol Farnesol 

4602-84-0 

225-004-1 

2-(4-tert-butylbenzyl)propionaldéhyde Butylphenyl 

methylpropional  80-54-6 

201-289-8 

Linalol Linalool 

78-70-6 

201-134-4 

Benzoate de benzyle 

Benzyl benzoate 

120-51-4 

204-402-9 

Citronellol Citronellol 

106-22-9 

203-375-0 

α

-hexylcinnamaldéhyde Hexyl 

cinnamal 101-86-0 

202-983-3 

(R)-p-mentha-1,8-diène Limonene 

5989-27-5 

227-813-5 

Oct-2-ynoate de méthyle 

Methyl 2-octynoate 

111-12-6 

203-836-6 

3-méthyl-4-(2,6,6-triméthyl-2-cyclohexène-1-yl)-
3-butène-2-one 

Alpha isomethyl ionone 

127-51-5 

204-846-3 

E

vernia prunastri,extraits

 

E

vernia prunastri extracts

 90028-68-5 

289-861-3 

Evernia furfuracea

extraits 

Evernia furfuracea

 

extracts

 

90028-67-4 289-860-8 

 


Document Outline