Navigation







THOMAS DE COLMAR Charles Xavier Thomas dit, (1785-1870)

39( ?)division
samedi 14 janvier 2006.
 

Un homme d’affaire avisé

Charles-Xavier Thomas est né en 1785 à Colmar. Il devient célèbre sous le nom de Thomas de Colmar. C’est un homme d’affaire alsacien doué d’un grand sens pratique et d’une intelligence rare. Pendant les campagnes napoléoniennes, il est officier d’administration dans l’armée. Il est chargé d’assurer la subsistance de tout un corps d’armée, sous le commandement de Soult, en Espagne. Il réussit sa mission au-delà de toute espérance. Alors que dans tous les corps d’armée le dénuement est total, Thomas réussit à approvisionner parfaitement ses troupes. Ensuite, il part en Angleterre pour se former aux techniques des assurances. De retour en France, il fonde sa propre compagnie d’assurance à Paris, Le Soleil, qui est devenu de nos jours le GAN. Sous le Second Empire, il est le premier assureur de France. Thomas de Colmar est le premier à fabriquer une machine arithmétique à de nombreux exemplaires qui sera reconnue et utilisée dans toute l’Europe. Le premier modèle est fabriqué à partir de 1820 et est achevé en 1822. Alors, il n’y a pas d’artisan spécialisé dans la confection de ces pièces. Deux cent ans après Pascal, Thomas éprouve les mêmes difficultés pratiques que ses prédécesseurs. Dénommé Machine de 1820, ce premier modèle n’est qu’un prototype, mais il fonctionne parfaitement. Il comporte déjà les principales pièces des futurs Arithmomètres bientôt produits en grande série. Le brevet est déposé en 1820. La machine se sera reconnue par l’Académie des Sciences que tardivement, en 1854. La production des Arithmomètres est surveillée et contrôlée par Thomas de Colmar lui-même, puis par son fils et ensuite par ses petits-fils, La production se situe entre 1823 et 1878. Plus de mille cinq cent modèles sont construits pendants ses cinquante cinq années. Seule 40% de la production est destinée à la France, le reste est destiné à l’exportation. Ces machines sont utilisées par les banques, les assurances, les grands magasins, les compagnies de chemin de fer, les aciéries, l’Observatoire de Paris, l’école Polytechnique, les Ponts et chaussées etc... D’autres modèles similaires sont fabriqués sous licence en Allemagne et en Angleterre. Certains modèles sont destinés aux Etats Unis d’Amérique. C’est le premier calculateur mécanique à connaître un réel succès commercial, il est produit à des milliers d’exemplaires qui assurent une fortune immense à leur inventeur. En 1851, il achète aux héritiers de Jacques Laffitte, le château de Maisons, ancienne demeure du maréchal Lannes, ainsi que le petit parc. Il fait restaurer l’ensemble, y habite avec sa famille et y donne des fêtes somptueuses. En 1860, l’Empereur Napoléon III est son invité ainsi que l’Impératrice Eugénie. Bienfaiteur de la paroisse de Maisons, il est le mécène permettant la construction de l’église Saint Nicolas. Il décède à Maisons en 1870, quelques mois avant la déclaration de la guerre Franco-prussienne. Il est inhumé au Père-Lachaise. Michel Arnold, membre du cercle historique de Maisons-Laffitte a consacré une conférence le 8 janvier dernier à ce personnage méconnu.