Analyses

Autolib’ Paris choisit Bolloré sans la BlueCar

bluecar

Un an après avoir lancé sa consultation, le syndicat AutolibParis a annoncé que le vainqueur est le groupe Bolloré. L’occasion de refaire un point sur ce service de voitures électriques en autopartage.

Autolib’ Paris et Bolloré

On vous en avait parlé, Bolloré était favori pour Autolib’, c’est désormais officiel. Je vous avais aussi fait part de mon scepticisme face à ce choix, mais visiblement le groupe avait des arguments : « L’offre du candidat BOLLORE s’est révélée être la plus solide et celle présentant les meilleures garanties pour la partie publique ». Vinci / RATP / SNCF / Avis et Veolia Transports sont les grands perdants.

Bolloré fournira donc 3 000 voitures, réparties dans 1000 stations, dont 700 seront à Paris. Ces stations seront financées par les villes participantes, sachant qu’elles coûtent 50 000 euros chacune. Le groupe Bolloré investira quant à lui 60 milions d’euros dans le projet, pour un contrat d’une durée de 12 ans. Les clients seront certainement au rendez-vous puisque 60% des parisiens n’ont pas de voiture.

Bolloré, mais pas de Bluecar ?

D’après ce que j’ai pu lire sur plusieurs sites, ce ne serait pas la BlueCar qui serait livrée pour Autolib’, mais une voiture développée pour l’occasion. On peut se poser légitimement la question de savoir si Bolloré va être capable de tenir les délais, sachant qu’il nous promet la BlueCar depuis des années et qu’Autolib doit entrer en service dans moins d’un an !

Toujours est-il que les voitures qui vont équiper Autolib’ seront munies d’un GPS et seront utilisées en « trace unique », ce qui veut dire qu’on pourra louer une voiture à une station et la déposer dans une autre, comme avec les Velib.

Les voitures que fournira Bolloré seront fabriquées en Italie à Turin, alors que leurs fameuses batteries lithium-métal-polymère seront fabriquées en Bretagne. Elles devraient garantir aux parisiens une autonomie maximale de 250 km.

Les tarifs d’Autolib’ Paris

Autolib’ Paris va proposer 3 formules, accessibles à tous les détenteurs d’un permis de conduire valide :

  1. Un abonnement annuel à 12€/mois, avec location de 5€ pour la première demie-heure, 4€ la seconde demie-heure et 6€ pour les suivantes.
  2. Un abonnement hebdomadaire à 15€/semaine, avec location de 7€ pour la première demie-heure, 6€ la seconde demie-heure et 8€ pour les suivantes.
  3. Un abonnement journalier à 10€/jour, avec location de 7€ pour la première demie-heure, 6€ la seconde demie-heure et 8€ pour les suivantes.

Autolib’ Paris indique aussi que les familles disposeront d’une réduction de 10% sur les abonnements proposés.

Fonctionnement d’Autolib’

Pour vous inscrire, il faudra vous rendre dans l’un des 75 Espace Autolib’ pour obtenir votre carte d’abonnement. Ensuite, la réservation de votre voiture pourra se faire sur Internet, par téléphone ou en station. Lorsque vous rendrez votre véhicule, il suffira de vous garer à la place que vous aurez réservé ou sur une place Autolib’ libre, de brancher la voiture et de clôturer la réservation.

Cette vidéo détaille le fonctionnement d’une réservation Autolib, alors que pour ma part il me tarde de voir une une voiture électrique Bolloré autre part qu’en vidéo ou sur un salon

Billet rédigé par
Yoann NUSSBAUMER
9 commentaires pour ce billet
Laisser un commentaire   Retour en haut de page
  1. Daniel écrivait le Jeudi 16, 2010

    Voilà, je pense, le principal débouché de la voiture électrique.
    La location de véhicule pour la ville intra-muros. Ce seront des petits véhicules, limités en vitesse de pointe, de manière à ne pas trop affecter l’autonomie, et ayant 300kg de batterie Li-Po (Bolloré) pour atteindre les 250km d’autonomie. Bien !

    Par contre, je ne comprends pas bien les offres de prix à la location. Cela me semble encore une fois trop cher. Par jour pour la troisième solution, pour une distance de 30km (donc 60km aller-retour) à 30km/h de moyenne en ville avec les bouchons, je garde la voiture 7h dans le parking souterrain de ma destination pour être sûr d’en avoir un pour le retour le soir (18 demi-heures en tout), cela fait-il bien : 10€ + (7€ + 6€ + 8€ x 16) = 151€ la journée ?

    OUAHHH, Bolloré va bien se les amortir les 50000€ pièce, … s’il trouve client !
    A ce prix là, on prend deux taxis.
    §

    Répondre
  2. Yann écrivait le Jeudi 16, 2010

    Daniel, je ne pense pas que la philosophie du système soit de conserver 7h le véhicule dans un parking souterrain mais plutôt de permettre des déplacements courts intramuros et de faire tourner les véhicules entre les clients.

    Répondre
  3. JP Darwin écrivait le Jeudi 16, 2010

    La BlueCar aussi devait être construite en Italie. Je pense de plus en plus que Bollore va passer un accord avec un constructeur de voitures electriques existantes (un constructeur italien?) pour le service Autolib, en échange de pouvoir lui fournir les batteries Bolloré. Il est impossible de créer et d’industrialiser une nouvelle voiture électrique en moins d’un an!
    La seule raison pour laquelle Bolloré a remporté ce marché est que la firme met 60 millions d’euros de sa poche dans le projet.

    Répondre
  4. Edouard écrivait le Vendredi 17, 2010

    Je crains le pire pour l’image de la voiture électrique : un modèle encore inconnu à ce jour qui devrait circuler dans nos rues d’ici un an… ça va inévitablement être un clone de véhicule sans permis (type Th!nk).

    Répondre
  5. Yoann NUSSBAUMER, l'auteur du billet, écrivait le Vendredi 17, 2010

    J’espère que te trompes Edouard, ce serait vraiment dommageable à l’image que les gens se font des voitures électriques. Surtout que Autolib représente une formidable occasion de faire essayer au plus grand nombre le confort des VE, mais si la voiture est peu attrayante ça aura l’effet inverse de celui que j’attendais.

    Je vais essayer de ne pas juger trop vite et je vais laisser Bolloré essayer de me surprendre positivement sur ce coup là, mais j’avoue que j’ai du mal à les prendre au sérieux vu la façon dont ils gèrent l’épisode Bluecar (pour rappel, j’en ai pré-réservé une il y a plus de 18 mois, toujours aucune info sur sa commercialisation).

    Répondre
  6. pradel écrivait le Vendredi 17, 2010

    La Bluecar choisie a été homologuée en Nov 2007 (j’ai vu des photos avec immatriculation en « 29″)
    Il n’y en avait que 6 mais elles ont du rouler pas mal depuis.
    La batterie sèche LMP, plus sécuritaire, plus légére, moins chère, supplante la technique Li-ion en usage auto et de plus elle est assistée intelligemment par un super condensateur pour la récupèration d’énergie au freinage et la restitution au démarrage.
    Et elle est française, bretonne. Bravo Boloré et Delanöe. bret

    Répondre
    • Yoann NUSSBAUMER, l'auteur du billet, écrivait le Vendredi 17, 2010

      Effectivement, c’est une bonne nouvelle pour l’industrie française, en plus de toute la sympathie que j’ai pour les bretons :-)

      Il me tarde de pouvoir tester cette batterie annoncée comme révolutionnaire face aux désormais classiques lithium-ion. Et de savoir si cette autonomie de 250 km est bien réelle…

      Ce qui est sur, c’est qu’ici chez Automobile Propre on va suivre de près le déploiement d’Autolib Paris !

      Répondre
  7. Daniel écrivait le Vendredi 17, 2010

    Yoann, oui c’est vrai ! Normalement cela devrait être pour la philosophie de l’auto-partage.
    Mais à conditions que le nombre de véhicule dans les points de location soit suffisant, pour être sûr d’en trouver le soir en partant. Sinon, on connaît l’homme, les gens vont vouloir les garder.
    OK, c’est dissuasif. Les 7h de parking vont leur coûter cher s’ils ne veulent pas prendre de risque. Sinon, ils prendront le métro ou les bus, mais cela ne va pas dans le sens du développement de l’Autolib, surtout si les coûts sont démesurés. Mais bon, pourquoi-pas après-tout, voyons voir comment cela va-t-il se développer.
    §

    Répondre
    • Yoann NUSSBAUMER, l'auteur du billet, écrivait le Vendredi 17, 2010

      C’est sur qu’en y réfléchissant c’est un sacré pari et bien malin celui qui sait dire si ce service sera rentable (pour l’utilisateur comme pour Bolloré). Le courage de Bolloré sur ce coup là est quand même à saluer !

      Répondre
Et si vous laissiez un commentaire ?

'use strict';