background image

I I I

DE SENLIS A CHAMANT, BALAGNY-SUR-AUNETTE, 

VERBERIE, ETC.

AprĂšs  avoir  traversĂ©  dans  sa  longueur  le 

faubourg  de

 

CompiĂšgne,

  nous  saluons  Ă   notre  droite,  Notre-Dame  de 

Bon-Secours  dont  la  chapelle  renouvelĂ©e  termine  ce  chemin 

dĂ©foncĂ©  et  cahotteux,  image  trop  exacte  de  la  voie  du 

Paradis.

Bon-Secours

  est  le  centre  d’un  pĂšlerinage  qui,  Ă   la  fĂȘte  de 

la  Visitation,  rĂ©unit  de  nombreux  fidĂšles  de  la  ville  et  des 

environs.  Le  site,  qui  a  reçu  dans  les  vieux  titres  ces  dĂ©si- 

gnations,  la 

Coste  Henri, 

l'

Aulnoie,

  la 

Fontaine  du  Peuple

 

(peuplier),  fut  occupĂ©  quelque  temps  par  les  Capucins,  qui 

le  tenaient  (

I

606)  de  la  gĂ©nĂ©rositĂ©  de  l’avocat  Paul  de 

Cornouailles.

Voici  au  sommet  de  la  cĂŽte  le  lieu  dit  le 

Poteau,

  oĂč 

rayonnent les routes de Pont, de Verberie, de Balagny.

Chamant, Chamantum

 (

II

82) est un pittoresque et joyeux 

village dont les derniĂšres maisons se mirent dans l’Aunette.

L’église dresse au-dessus d’un avant-chƓur du XI

e

 ou

background image

203

XII

e

  siĂšcle,  un  clocher  de  la  premiĂšre  moitiĂ©  du  XII

e

  siĂšcle 

(

II

25  environ)  dont  l’ornementation  sĂ©vĂšre  n’exclut  pas  le 

charme poĂ©tique. L’on y soulignera des colonnettes Ă  pans,

des  chapiteaux  du  genre  que  l’on  appelle  Ă   tort  ou  Ă   raison, 

rhĂ©nans,  une  baie  en  mĂźtre,  les  jours  qui  sont  mĂ©nagĂ©s  entre 

les  Ă©cailles  des  assises,  l’antĂ©fixe  ou  croix  de  pignon  du 

XV

e

 siĂšcle.

background image

204

Mon  ami,  M.  Morris  dans  son  livre  savant 

Gothic  Archi-

 

tecture,

  cite  avec  insistance  ce  clocher  comme  l’un  des 

meilleurs  types  que  l’on  puisse  Ă©tudier  Â«  de  ces  clochers 

«  de  l’Ile-de-France  oĂč  la  vĂ©ritable  flĂšche  octogone,  sur- 

«  montant  la  tour  rectangulaire  avec  des  pinacles  qui 

«  occupent  les  angles  du  carrĂ©,  apparut  de  bonne  heure  au 

«  XII

e

  siĂšcle...  Le  clocher  de  Chamant  Â»,  ajoute  M.  Morris, 

« 

est 

particuliĂšrement 

intĂ©ressant 

pour 

ses 

caractĂšres 

«  extĂ©rieurs  lesquels  reçurent  plus  tard  un  dĂ©veloppement 

«  magnifique  dans  la  flĂšche  trĂšs  unique  de  la  cathĂ©drale  de 

«  Senlis.  Ces  caractĂšres  sont  les  lucarnes  aiguĂ«s  du  pignon 

«  avec  leurs  tympans  Ă©vidĂ©s  et  les  baies  ou  oculus  qui  sont 

«  mĂ©nagĂ©s  sur  les  faces  de  l’octogone...  Ce  genre  de  clocher 

«  offrait  des  difficultĂ©s  qui  n’étoient  point  minimes.  Passer 

«  du  plan  carrĂ©  de  la  base  Ă   la  forme  octogonale  de  la  pyra- 

«  mide,  en  conservant  la  stabilitĂ©  de  la  construction  et  la 

«  beautĂ©,  Ă©tait  un  problĂšme  ardu  pour  des  architectes  qui 

«  innovaient  Â».  Il  faut  leur  pardonner  si  Ă   Chamant  Â«  la 

«  transition  d’une  coupe  Ă   une  autre  manque  un  peu 

«  d’agrĂ©ment  Â»  et  tĂ©moigne  d’une  certaine  inexpĂ©rience 

sauvage.

Le reste de l’église accuse les XIV

e

 et XVI

e

 siĂšcles.

A  l’intĂ©rieur,  chapiteaux  trapus  du  XI

e

  siĂšcle,  chargĂ©s 

d’un  tailloir  Ă©pais  et  dĂ©corĂ©s  naĂŻvement  de  dessins  gĂ©omĂ©- 

triques,  de  torsades,  de  palmettes  ;  Vierge  en  pierre  du 

XV

e

  siĂšcle  avec  un  orant  et  le  chĂȘne  symbolique;  pierre 

tumulaire  qui  porte  :  Â«  Cy  gist  vĂ©nĂ©rable  et  discrette 

«  personne  Maistre  Jehan  Ponderon,  en  son  vivant  curĂ©  du 

«  Billy  en  Normandie  et  chappellain  et  aulmosnier  de  feu 

«  Monseigneur  le  Duc  de  Montmorency,  per  et  conestable 

«  de  France,  qui  decedda  le 

VIII

e

  jour  d’aoust 

I

572.  Priez 

« Dieu pour lui. »

background image

205

Ce 

monument, 

qui 

garde 

la 

mĂ©moire 

de 

Christine- 

ÉlĂ©onore  Boyer,  premiĂšre  femme  de  Lucien  Bonaparte,  a 

remplacĂ©  un  autre  monument,  en  marbre  blanc,  entourĂ© 

d’une  grille,  que  Lucien  avait  fait  Ă©lever  dans  le  parc  de  son 

chĂąteau 

du 

Plessis-Chamant, 

avec 

cette 

inscription, 

que 

l’histoire  dĂ©clare  mĂ©ritĂ©e  :  Â«  Amante,  Ă©pouse,  mĂšre  sans 

« reproche... 24 floréal an 8 » (

I

4 mai 

I

800).

C’est  aussi  au  Plessis,  quatre  ans  aprĂšs  la  mort  de 

Christine  Boyer,  que  Lucien  Ă©pousa  sans  avoir  pris  conseil 

des 

siens, 

Alexandrine  de 

Bleschamp, 

veuve  d’Hippolyte 

Jouberthon,  ce  qui  causa  au  premier  consul  l’une  de  ses 

plus  cĂ©lĂšbres  colĂšres.  Â«  Il  se  fit  apporter  Â»,  disent  les 

biographes,  Â«  les  registres  de  l’état  civil 

1

  de  la  commune 

«  de  Chamant  et  il  allait  en  arracher  la  page  oĂč  figurait  le 

«  malheureux  mariage  lorsqu’il  fut  arrĂȘtĂ©  par  le  grand  juge 

«  qui  lui  fit  comprendre  la  gravitĂ©  de  l’acte  auquel  il  se 

« laissait emporter. »

La  duchesse  d’AbrantĂšs,  dans  ses 

MĂ©moires,

  loue  sans 

rĂ©ticence 

Christine 

Boyer, 

« 

imagination 

mĂ©ridionale, 

«  amour  dĂ©licat  pour  son  mari,  justesse  de  raisonnement 

« et surtout bontĂ© exquise;  son mari » ajoute-t-elle « n’était

1

 Du 3 brumaire an 12 de la rĂ©publique française, 2 heures aprĂšs midi :

Acte 

de 

mariage 

du 

sĂ©nateur 

Lucien 

Bonaparte 

domiciliĂ© 

en 

cette 

commune, 

ĂągĂ© 

de 

28 

ans, 

nĂ© 

Ă  

Ajaccio, 

dĂ©partement 

du 

Liamone, 

le 

21 

mai 

1775, 

fils 

de 

feu 

Monsieur 

Charles 

Bonaparte 

et 

de 

Madame 

Letitia 

Ramolino 

sa 

veuve, 

veuf 

d’ÉlĂ©onore 

Christine 

Boyer, 

morte 

Ă  

Paris 

le 

24 

florĂ©al 

an 

Et 

de 

Madame 

Marie 

Laurence 

Charlotte 

Louise 

Alexandrine 

de 

Bleschamp 

agĂ©e  de  24  ans,  nĂ©e  Ă   Calais,  dĂ©partement  du  Pas  de  Calais,  le  23  fĂ©vrier  1778, 

fille 

de 

M. 

Charles 

Jacob 

de 

Bleschamp 

actuellement 

commissaire 

principal 

de 

marine 

Ă  

S. 

Malo 

et 

de 

Madame 

Philiberte 

Jeanne 

Louise 

Touret 

son 

Ă©pouse 

veuve 

de 

Monsieur 

Jean 

François 

Hippolyte 

Jouberton 

dĂ©cĂ©dĂ© 

au 

port 

au 

prince 

isle S. Domingue le 26 prairial an 10, domiciliée aussi dans cette commune.

Les 

dits 

Ă©poux 

ont 

l’instant 

dĂ©clarĂ© 

reconnaĂźtre 

pour 

leur 

lĂ©gitime 

fils 

Jules 

Laurent 

Lucien 

Bonaparte 

nĂ© 

Ă  

Paris 

le 

prairial 

an 

onze, 

inscrit 

sous 

la 

date 

du 

du 

meme 

mois 

dans 

les 

registres 

du 

10

e

 

arrondissement. 

En 

prĂ©sence 

de 

Jean Noiret sous inspecteur des forets nationales domicilié à Senlis.

background image

20 6

«  pas  Ă   beaucoup  prĂšs  aussi  Ă©gal  dans  son  humeur.  Cela 

«  n’empĂȘchait  pas  que  le  sĂ©jour  du  Plessis  ne  fĂ»t  trĂšs 

«  amusant  et  l’on  me  comprendra  si  je  dis  que  cette 

«  inĂ©galitĂ©  elle-mĂȘme  y  contribuait  un  peu.  Â»  La  duchesse 

mentionne  ensuite  parmi  les  habituĂ©s  du  chĂąteau  dont  le 

souvenir  lui  est  demeurĂ©  plus  vivant,  la  femme  du  gĂ©nĂ©ral 

de  FrĂ©cheville  et  un  M.  d’Offreville,  poĂšte  trĂšs  content  de  sa 

grotesque  personne,  auteur  d’une  tragĂ©die, 

Statira,

  qui  com- 

mençait par ce vers :

« Des vertus de son prince un peuple bien nourri. »

Ce 

Plessis,

  de 

Plexitium,  Plesseia,

  etc..,  lieu  fermĂ©  par  des 

haies,  ce  Plessis  s’appelait  autrefois 

Plessis  Choisel,

  puis 

Plessis  de  Rasse,

  parce  qu’il  appartint  dĂšs  le  XIII

e

  siĂšcle  Ă   la 

famille  considĂ©rable  des  Choisels, 

gruyers

  de  la  forĂȘt  de 

Halatte,  pour  Ă©cheoir  par  les  Pacy,  au  bailli  Gilles  de 

Rouvroy de Saint-Simon de Rasse et Ă  ses descendants 

1

.

«  En 

I

690,  Â»  dit  le  savant  Ă©diteur  des 

MĂ©moires  de  Saint-

 

Simon,

  Â«  le  duc  de  Saint-Simon  perdit  son  frĂšre  [Charles  du 

«  Plessis  de  Rasse]  et  hĂ©rita  de  son  gouvernement,  mais  non 

«  de  sa  fortune  personnelle,  car  sa  veuve,  selon  l’expression 

«  des  MĂ©moires,  sut  prendre  les  biens  et  laisser  les  dettes 

«  aux  hĂ©ritiers  naturels  de  son  mari.  Seule  la  terre  patri- 

«  moniale  du  Plessis  de  Rasse  revint  peut-ĂȘtre,  pendant 

«  quelque  temps,  au  Duc,  car 

le  Mercure

  et  Dangeau 

«  racontent  qu’un  mois  aprĂšs  la  mort  du  marquis,  le  Roi 

«  fit  Ă   son  frĂšre  l’honneur  de  dĂźner  au  Plessis  en  allant  Ă  

«  CompiĂšgne,  le  28  fĂ©vrier 

I

690,  puis  au  retour  passa  en 

«  revue  le  rĂ©giment  d’Asfeld  et  de  Königsmark  dans  la 

«  plaine qui faisait face au chĂąteau... »

1

  Voir  sur  cette  Gruerie  : 

La  ForĂȘt  d’Halatte  et  sa  Capitainerie,

  par  M. 

F

autrat

 

(Mémoires du Comité archéologique de Senlis).

background image

207

Maximilien  Titon,  entrepreneur  de  la  manufacture  d’armes 

du  faubourg  Saint-Antoine,  acheta,  le 

I

8  janvier 

I

69

I

,  le 

Plessis,  35.000  livres,  pour  l’un  de  ses  fils  cadets,  Jean- 

Jacques,  maĂźtre  ordinaire  en  la  Chambre  des  Comptes, 

mariĂ© 

Ă  

HĂ©lĂšne 

de 

Saint-Mesmin, 

fille 

d’un 

procureur 

d’OrlĂ©ans  et  frĂšre  du  littĂ©rateur  connu  Titon  du  Tillet.  Le 

musĂ©e  du  ComitĂ©  archĂ©ologique  de  Senlis  possĂšde  un  por- 

trait  de  Jean-Jacques  Titon  Â«  seigneur  du  Plessis  et  de 

« Chamant en partie ».

AprĂšs  la  RĂ©volution,  le  Plessis  fut  acquis  par  le  gĂ©nĂ©ral 

Leclerc,  puis  par  son  beau-frĂšre  Lucien  Bonaparte,  prince  de 

Canino, 

esprit 

Ă©minemment 

cultivĂ©, 

archĂ©ologue, 

ami 

convaincu de la liberté vraie.

Depuis,  le  chĂąteau  des  Choisel,  des  Saint-Simon...  ou 

plutĂŽt  la  nouvelle  habitation  bĂątie  sur  son  emplacement  est 

devenue  la  propriĂ©tĂ©  de  M.  Stanislas  Menier.  Les  haras,  qui 

en 

sont 

une 

dĂ©pendance, 

contiennent 

une 

centaine 

de 

chevaux  d’entraĂźnement,  et  les  routes  amĂ©nagĂ©es  Ă   grands 

frais pour ce service, sont regardées comme un modÚle.

L’on  a  dĂ©couvert,  en 

I

862,  dans  le  parc  de  Madame  de  La 

Vaulx,  un  dolmen  qui  a  fourni  autour  de  la  sĂ©pulture  tout 

un  mobilier  funĂ©raire  :  grattoirs,  haches,  dont  une  emman- 

chĂ©e  dans  un  bois  de  cerf,  polissoir,  flĂšche  Ă   aileron,  pointe 

en os façonné.

Le  lieu  dit 

Malgeneste,

  Ă   cause  des  genets  qui  lui  formaient 

un  maigre  rapport,  montrait,  il  y  a  un  siĂšcle,  un  chĂąteau 

avec  chapelle,  arriĂšre-fief  de  Jacques  de  Villers;  de  plus  d’un 

cadet  de  la  famille  des  La  Fontaine  d’Ognon  :  Nicolas, 

quatriĂšme  fils  de  Pierre  et  de  Jeanne  de  Bauldry  (-

I

558); 

Philippe,  fils  puinĂ©  de  Jean  et  de  Nicole  d’ArgilliĂšres, 

mariĂ©  Ă   Marie  de  Conty  (-

I

6

II

);  de  Lysander  de  Baradat,

background image

208

chevalier,  vicomte  de  Bonneuil,  capitaine  au  rĂ©giment  de 

Navarre 

1

, etc.

C’est  une  promenade  dĂ©licieuse  de  gagner  de  Chamant 

Balagny-sur-Aunette, 

Balagniacum

 

(II82), 

Balegny

 

(II90), 

en  suivant  la  voie  romaine  de  Senlis  Ă   Soissons  :  horizons 

de  bois;  puis  chemin  raide  dont  le  ruban  crayeux  aboutit  Ă  

des  prairies  et  falaises  roussĂątres  que  trouent  le  vent  et  le 

bec des pigeons.

Le  temps  et  les  rĂ©volutions  n’ont  laissĂ©  Ă   l’église  de  Sainte- 

Foy  qu’un  chƓur  du  XV

e

  siĂšcle,  une  chapelle  au  nord  et 

une  travĂ©e  de  sa  nef  oĂč  des  chapiteaux  sauvages  de  dessin 

et  d’exĂ©cution,  grotesques,  entrelacs,  pommes  de  pin  ou 

arum,  tailloirs  Ă   facettes  ou  Ă   listels  multipliĂ©s,  trahissent  au 

moins les premiÚres années du XII

e

 siĂšcle.

Le  sol  du  chƓur  est  dallĂ©  en  partie  de  pierres  tombales  que 

voici, rangées par ordre chronologique.

«  Cy  gisent  honestes  personnes  Jacques  Brennet  laboureur 

«  demeurant  Ă   Balagny  lequel  decedda  le  VII

e

  mars  I587  et 

«

 

Claudine  Corbel  sa  femme,  laquelle  decedda  le  X

no- 

«  vembre  I588;  le  dict  Brennet  a  donnĂ©  Ă   l’église  de  ceans 

«  ung  demi  arpent  de  terre  assiz  au  terrouer  de  Monlevesque 

«  a  la  charge  d’un  obict  et  deux  deniers  de  cens  au  dame 

«  de  monmartes.  Priez  Dieu  pour  leurs  ames  Â».  Armoiries 

usées. Dessin vulgaire.

«  Cy  gist  Nicolas  le  Normant  en  son  vivant  recepveur  de 

«  Monsieur  de  Balagny  lequel  trespassa  le  2

e

  jor  d’aoust 

«  mil  cinq  cens  quatre  vingt  et  sept.  Priez  Dieu  pour  son 

« ùme ».

« Claude de Franssure, escuier seigneur de Villers

1

 

« 

Saint-Simon 

», 

dit 

l’auteur 

de 

l

'Estat 

de 

la 

France,

 

1648-1649 

« 

Saint- 

«  Simon  aimĂ©  fort  longtemps  par  le  roi  aprĂšs  le  seigneur  de  Baradas.  Â»

background image

2 0 9

«  (

I

59

I

)  et  Marguerite  de  Brunet.  Â»  Claude  porte  de...  Ă   la 

fasce chargée de trois tourteaux ou besans.

«  Cy  gisent  les  corps  de  honorable  personne  Jacques 

«  Basse  laboureur  demeurant  a  Balagny  lequel  deceda  le... 

«  apvril...  et  Perette  BrullĂ©  sa  femme  laquelle  dĂ©cĂ©da  le 

«  (cette  date  est  restĂ©e  en  blanc).  Priez  Dieu  pour  leurs 

«  Ăąmes  Â».  Belle  reprĂ©sentation  :  la  tĂȘte  de  Perette  BrullĂ© 

est charmante.

«  Cy  gist  vĂ©nĂ©rable  et  discrĂšte  personne  messire  Simon 

«  Fouchart  lui  vivant  pb

re

  curĂ©  de  ceens  natif  [de]  Blacourt 

«  diocesse  de  Beauvais  aagĂ©  de  soixante  et  quinze  ans  lequel 

«  dĂ©cedda  le  onziĂšme  jour  d’avril 

I

625.  Priez  Dieu  pour 

«  son  Ăąme  lequel  a  fondĂ©  deux  obitz  Ă   l’église  de  cĂ©ans.  In 

«  te  domine  speravi.  Â»  Le  dĂ©funt  est  vĂȘtu  d’une  chasuble 

taillée à la façon ordinaire.

Statue  en  bois  de  la  Vierge,  travail  remarquable  du 

XVIII

e

 siĂšcle.

Parmi  les  seigneurs  de  Balagny,  nous  citerons  :  Guillaume 

de  GrandprĂ©  (avant 

I

340),  comte  de  Dampierre;  Charles  de 

Brouilly,  Ă©cuyer,  dans  lequel  la  Ligue  trouva  un  adversaire 

acharnĂ©  et  industrieux,  surtout  quand  il  eut  perdu  son  frĂšre, 

«  François  de  Broully,  Â»  Ă   la  bataille  de  Senlis,  le 

I

7  mai 

I

580.

C’est  Ă   Balagny  que  Hugues  Cornets  de  Grott,  plus  connu 

sous  le  nom  latinisĂ©  de  Grotius,  composa,  Ă   la  demande  de 

M.  de  Peiresc,  ce  traitĂ© 

du  droit  de  la  guerre  et  de  la  paix,

 

dont  Voltaire  a  dit  :  Â«  Grotius  m’a  souvent  ennuyĂ©,  mais  il 

«  est  trĂšs  savant  Â».  L’on  sait  comment  l’auteur  des 

MĂ©moires

 

pour  servir  Ă   l’Histoire  des  Hommes  illustres,

  aprĂšs  avoir  racontĂ© 

par 

quel 

stratagĂšme 

industrieux 

de 

sa 

femme, 

Grotius 

s’évada  de  la  prison  oĂč  l’avaient  confinĂ©  ses  adversaires 

politiques, l’amĂšne Ă  Balagny, oĂč il trouva une retraite

I

4

background image

2I0

agrĂ©able  chez  le  prĂ©sident  Jean-Jacques  de  Mesmes,  seigneur 

de Balagny et de Malassise.

Lorsque  plus  tard,  en  I6 3 5 ,   Grotius  Ă   l’apogĂ©e  de  sa 

gloire  revint  Ă   Senlis  avec  le  titre  d’ambassadeur  de  SuĂšde, 

l’aimable  accueil  qu’il  reçut  du  roi,  ne  lui  fit  pas  oublier  ses 

promenades  de  Balagny,  la  tour,  octogonale  au  bas,  arrondie 

aux  Ă©tages  supĂ©rieurs  (XIII

e

  siĂšcle),  qui  dessert  encore  un 

angle  de  la  ferme  de  M.  Stanislas  Moquet,  les  prairies 

toujours  fraĂźches  que  lĂšchent  les  eaux  transparentes  de 

l’Aunette et les masses boisĂ©es du Mont Pagnotte.

Ognon,  Oignon

  (I207), 

Ongnion

  est  tout  prĂšs.  Nous 

pouvons  cheminer  entre  les  champs  qui  s’étendent  Ă   notre 

droite  et  les  bosquets  qui  garnissent  la  vallĂ©e  Ă   notre  gauche. 

Le  silence  n’est  d’ordinaire  interrompu  que  par  le  choc  sec 

de  la  cognĂ©e  du  bĂ»cheron.  Â«  Solitude  Â»,  Ă©crivait  Ă   Verberie 

l’acadĂ©micien de Chabanon,

« Solitude, offre-moi des retraites paisibles,

« Aux  soins tumultueux, au bruit inaccessibles. »

Au  milieu  de  la  place  communale,  une  Ă©glise  sans 

caractĂšre,  du  XV

e

  ou  XVI

e

  siĂšcle,  montre  Ă   sa  façade  ces 

armoiries  Ă   demi  rompues  :  de...  au  chevron  accompagnĂ© 

de  trois  molettes  ou  Ă©toiles  Ă   six  rayz  de...  avec  cimier 

et  deux  lions  pour  support,  tandis  que  le  sol  a  gardĂ© 

quelques-unes 

des 

trĂšs 

belles 

pierres 

tombales 

qui 

lui 

formaient  jadis  un  tapis  mĂ©lancolique,  des  la  Fontaine, 

capitaines de Crépy, seigneur des Fontaines.

Voici,  rangĂ©s  par  dates,  ces  monuments  qui  mĂ©ritaient 

certes un sort meilleur et plus de respect !

Jehan  de  la  Fontaine  et  Jehanne  de  la  Remonde  ou 

Jemonde.  Â«  Cy  gist  Jehan  de  la  Fontaine,  escuier,  seigneur 

«  des  Fontaines,  en  son  vivant  pannetier  de  hault  et

background image

2II

«  puissant  prince  Monseigneur  le  duc  d’OrlĂ©ans  et  de 

«  Vallois,  capitaine  de  Crespi  en  Vallois  et  de  Lureu  en 

«  Combraisse 

1

,  qui  trespassa  le  xxv

e

  jour  de  Juillet  l’an  de 

«  Nostre  Seigneur  mil  IIII

c

 

lx

  et  (?) 

xvii

.  Priez  Dieu  pour 

«  luy.  Cy  gist  avec  lui  Jehanne  de  la  Jemonde 

2

  en  son 

«  vivant  femme  du  dict  Jehan  de  la  Fontaine  qui  trespassa 

« le IX

e

 jour de mai mil IIII

c

 3

 (?). Priez pour elle. »

Cette  dalle,  d’une  grande  beautĂ©  de  dessin  et  d’exĂ©cution, 

est  ornĂ©e  aux  coins  des  symboles  des  quatre  Ă‰vangĂ©listes. 

La  reprĂ©sentation  du  dĂ©funt  porte  sur  sa  cotte  les  armoiries 

des  la  Fontaine  :  d’azur  Ă   trois  bandes  Ă©chiquetĂ©es  de  gueule 
et d’or à trois traits.

Les  fonts  recouvrent  maladroitement  une  autre  pierre 

sur  laquelle  nous  avons  pu,  non  sans  peine,  dĂ©chiffrer  : 

«  Cy  gist  noble  homme...  Fontaine  en  son  vivant  escuier 

«  seigneur  de  Malgenestre,  des  Carneaux  et  de  Bertinval  en 

«

  partie  lequel  trespassa  le  VII

e

  d’octobre  I558.  Priez  Dieu 

«  pour  lui.  Â»  ReprĂ©sentation  lourde  :  le  dĂ©funt  est  en  culotte 

et manteau court. Est-ce Antoine, fils des précédents ?

Pourquoi  ce  chanoine  subit-il  en  son  effigie  une  sorte 

d'excommunication 

posthume, 

gisant 

d’une 

façon 

piteuse 

sous  les  douches  des  gouttiĂšres  et  fournissant  des  cupulles 

aux billes des enfants ?

«  Ci  gist  noble  [et  discr]ete  personne  messire  Jacques  de 

«  la  Fontaine,  en  son  vivant  chanoine  de  Nostre  Dame  de 

«  Senlis  et  curĂ©  de  Ver,  lequel  trespassa  le  xxv

e

  iour  d’aoust 

« mil... Priez Dieu pour lui ».

Une  belle  tombe, 

oĂč 

une  arcature 

et  des  colonnes 

cannelĂ©es et ornĂ©es de feuilles d’acanthe encadrent un

1

 Cateau en CambrĂ©sis.

2

 

Remonde, dame de Bertinval.

3

 I

497, 

 I498 ou I499 au plus tard.

background image

2I2

prĂȘtre en chasuble Ă  croix antĂ©rieure, laisse lire encore :

« Cy gist vénérable et discrette personne messire Jehan de...

« mil six cens et neuf, le samedi neufviÚme jour de may.

« Priez Dieu pour son ùme ».

Une autre porte : « ............... le corps 

de  deffunt   honorable

«  homme  Philippe  Lobligeois,  natif  du  plessis  Belleville 

«  en  son  vivant  receveur  admodiateur  de  la  terre  et 

« seigneurie 

doignon  lequel est dĂ©ceddĂ© le 

XII

e

  jour

« d’octobre I650. Priez Dieu pour son ame ».

Un  tableau,  reprĂ©sentant  saint  Martin,  est  signĂ©  :  Â«  I885 

« Arnaud Dorbec ».

Vous  trouverez  dans  les  Archives  dĂ©partementales,  Carlier 

et  Afforty,  la  noblesse  militaire  des  la  Fontaine  et  la  liste  des 

seigneurs d’Ognon.

Qui ne connaĂźt le dicton : «  Marcher en rang d’Ognon? »

Il 

a  pour  explication  Artus  de  la  Fontaine  Solaro,  baron 

d’Ognon et 

seigneur  de Vaumoise, lequel, tandis 

qu’il

exerçait  ses  fonctions  de  maĂźtre  des  cĂ©rĂ©monies,  sous  quatre 

rois  Ă   partir  d’Henri  II,  se  signala  par  la  conscience 

scrupuleuse  avec  laquelle  il  faisait  serrer  les  rangs  et 

respecter les préséances.

Ce  n’était  point  Ă   la  Cour  seulement  que  les  la  Fontaine 

tenaient  ainsi  Ă   la  prĂ©sĂ©ance.  Ils  apportaient  au  combat  les 

mĂȘmes  points  d’honneur.  Comme  au  siĂšge  de  I589,  dit 

l’abbĂ©  DuRĂŒel,  Â«  MM.  d’Ognon  et  d’ArmentiĂšres  disputoient 

«  a  qui  auroit  l’honneur  de  dĂ©fendre  la  brĂȘche  Â»,  il  fallut 

que  Â«  M.  de  ThorĂ©  rĂ©glat  que  M.  d’ArmentiĂšres  auroit 

«  la  brĂȘche  et  M.  d’Ognon  le  reste  :  en  quoi  ils  se  soumirent 

«  et  combattirent  pendant  les  trois  assauts  Ă   l’envi  l’un  de 

«  l’autre  sans  se  rafraĂźchir,  malgrĂ©  les  efforts  du  sieur  de 

«  Balagny  [sur  ThĂ©rain]  qui  poussoit  ses  troupes  a  l’assaut 

« a coups d’épĂ©e ».

background image

Le  curieux  regardait  jadis  derriĂšre  le  chevet  de  l’église  la 

façade  de  l’ancienne  maladrerie,  devenue  Ă©cole  :  porte  avec 

pieds-droits  dont  le  chanfrein  se  termine  par  un  congĂ©  Ă  

facettes gĂ©omĂ©triques; cintre ornĂ© d’une archivolte de dents

2I3

de  scie;  fenĂȘtre  gĂ©minĂ©e  qu’enserre  un  cordon  sĂ©vĂšre.  Ce 

petit  monument  du  XII

e

  siĂšcle  Ă©tait  une  raretĂ©  qu’il  fallait 

conserver  Ă   tout  prix,  Â«  comme  type  de  ces  hĂŽpitaux  civils 

«  que  nos  communes  Â»  et  nos  seigneurs  Â«  crĂ©Ăšrent  au 

« Moyen-Age » ; mais la pioche est sans pitié !

background image

Le  chĂąteau  qu’ont  habitĂ©  les  de  ChevignĂ©,  les  de  Caux, 

les Perrier, les de Caix, a été rebùti par M. Demachy.

Brasseuse,  Braisilva

  (II84),  de 

braia,

  terre  grasse,  et 

silva,

 

forĂȘt,  nous  entrons  dans  cette  partie  de  l’Ile-de-France  qui  a 

reçu de Vez la dénomination célÚbre de Valois.

La  seigneurie  de  Brasseuse  qui  Ă©tait  l’un  des  fiefs  les  plus 

importants de nos environs, a passé successivement entre

les  mains  des  Bouteillers, 

qui  portaient  sur  leur  Ă©cu, 

quelquefois 

cordiforme, 

tantĂŽt 

six 

(I248), 

tantĂŽt 

trois 

gerbes 

(I298); 

des 

CuigniĂšres;  des  Sermoise, 

qui 

la 

ramenĂšrent 

aux 

Bouteiller  par  le  mariage 

de 

Marie 

de 

Sermoise 

avec  l’illustre  sĂ©nĂ©chal  et 

«  gentil  chevalier  Â»  Guil- 

laume 

de 

Saint-Chartier; 

des  comtes  de  Dammartin; 

et  des  Desfriches  Doria, 

d’oĂč  elle  vint  par  alliance 

Ă  

Jean 

Augustin 

de 

Riencourt, marquis 

d’Orival, 

au 

marquis de VĂ©rac, ambas- 

sadeur en Espagne, 

d’une   famille  poitevine qui a fourni Ă 

la  France  des  diplomates  et  des  militaires  de  forte  race;  et 

au vicomte de Pons (I789).

«  L’église,  reconstruite  Â»,  dit  Graves,  Â«  en  I257,  prĂ©sente 

«  quelques  caractĂšres  de  l’époque  de  transition;  elle  est  en 

«  croix;  le  portail  est  une  ogive  (tiers-point)  romane  avec 

«  colonnettes  Ă   chapiteaux  de  feuillages.  On  voit  Ă   l’extĂ©-

2I4

background image

2I5

«  rieur  de  la  nef  les  restes  d’une  corniche  supportĂ©e  par 

«  des  corbeaux  simples  Â».  ChƓur  et  transsept  du  milieu  du 

XVI

e

 siĂšcle; bas-cĂŽtĂ©s de 1665 environ.

Raray,  Raretum

  (1106), 

Rareium

  (1182),  vient  de  restaurer 

sa  charmante  Ă©glise,  grĂące  Ă   la  libĂ©ralitĂ©  des  la  BĂ©doyĂšre. 

La  façade,  la  nef  et  le  chƓur  appartiennent  aux  XV

e

  et 

XVI

e

  siĂšcles.  Le  clocher  en  bĂątiĂšre  qui  monte  du  transsept 

du  midi,  indique  la  premiĂšre  moitiĂ©  du  XII

e

  siĂšcle;  trois 

fenĂȘtres  Ă©clairent  chaque  cĂŽtĂ©  de  son  Ă©tage  supĂ©rieur;  des 

modillons  et  un  cordon  de  dents  de  scie  partagent  sa 

hauteur.

Noter  Ă   l’intĂ©rieur  du  pieux  Ă©difice  les  fonts  du  XIII

e

  siĂšcle 

en  forme  de  ciboire;  des  pierres  tom­

bales  d’un  chevalier  de  la 

fin  du  XVI

e

  avec  ses  ar­

moiries; 

un 

tableau 

sur 

bois  reprĂ©sentant  l’Annon­

ciation  et  la  PrĂ©sentation, 

lequel  porte  les  armes  de 

Jean 

Muldrac, 

curĂ© 

de 

Raray, avec cette devise :

«  Amando  vinces  memi- 

«  nisse  laborum;  l’affec- 

«  tion  vous  fera  triompher  du  souvenir  de 

« vos labeurs ».

L’église  de  Raray  eut  pour  Â«  recteur  Â»  ou  curĂ©,  AloĂ©ric, 

fils  de  Roger  de  Verberie,  chevalier  et  frĂšre  de  Pierre  de 

Verberie.

La  chĂątellenie  de  Raray  et  le  fief  de  la  Borde  de  Fai 

ramĂšnent  entr’autres  noms  ceux-ci  :  Gui  de  Raray,  vidame 

de Senlis en 1106; Jean et Jean II, son fils, dits de Senlis,

background image

2I6

Ă©cuyers,  bienfaiteurs  de  l’abbaye  de  ChĂąalis  (I244)  :  l’écu  de 

Jean,  dit  Bourdiaus,  montrait  deux  fasces,  etc.  A  ces  gloires 

un  peu  noyĂ©es  dans  la  brume  du  passĂ©,  l’on  peut  ajouter 

les  de  Ligny,  dont  une  hĂ©ritiĂšre,  Anne,  Ă©pousa  Antoine  de 

Monchy,  les  d’Amy,  les  Lancy  et  Pierrecourt,  et  les  des 

Barres (I744).

Carlier  raconte  que,  comme  Nicolas  de  Lancy  Ă©tait  lent  et 

peu  disposĂ©  Ă   autoriser  les  dĂ©penses  royales,  Henri  IV  lui 

tirait  poil  Ă   poil  la  barbe  jusqu’à  ce  qu’il  rĂ©ussĂźt  enfin  Ă  

obtenir quelque concession.

Le  chĂąteau  de  Raray  a  Ă©tĂ©  rebĂąti,  dit  Graves,  vers  I750, 

«  Ă   la  place  d’un  ancien  manoir  flanquĂ©  de  tours  dont  il 

«  reste  encore  une  vieille  ferme  Ă   tourelle.  L’édifice  actuel 

«  est  composĂ©  d’un  corps  de  logis  et  de  deux  pavillons  Â» 

que  prĂ©cĂšdent,  vers  les  parterres,  deux  galeries  dont  les 

arcades,  du  style  pompeux  du  XVII

e

  siĂšcle,  supportent  les 

chiens,  le  cerf  et  le  sanglier  d’une  vaste  chasse  en  pierre, 

prĂ©face d’un beau parc.

Il 

appartient  aujourd’hui  Ă   la  famille  Huchet  de  la 

BĂ©doyĂšre,  d’une  vieille  noblesse  bretonne  de  robe  et  d’épĂ©e. 

Le  colonel  comte  Henri  Huchet  de  la  BĂ©doyĂšre  a  laissĂ©  une 

réputation bien méritée de bibliophile.

L’écart  de 

la  Borde

  Ă©tait  une  dĂ©pendance  de  la  villa  royale 

de Verberie, avant d’appartenir aux moines de Chñalis.

Voici  tout  prĂšs,  Ă   notre  gauche, 

Villeneuve-sur-Verberie,

 

Villeneuve-le-Roi, qu’Eudes, Ă©vĂȘque de Beauvais, et Hildebold, 

Ă©vĂȘque  de  Soissons,  se  disputĂšrent  avec  tant  d’ñpretĂ©,  que 

Charles-le-Chauve  dut  menacer  les  deux  prĂ©lats,  pour 

calmer leurs esprits, de renverser l’église d’alors.

Villeneuve-sur-Verberie

  est  une  premiĂšre  Ă©tape  dans  une 

rĂ©gion  favorisĂ©e,  trop  peu  connue,  qui  montre  toute  une

background image

2I7

sĂ©rie  de  monuments  typiques  d’un  intĂ©rĂȘt  considĂ©rable  oĂč 

tout  frappe,  le  plan,  la  forme  du  clocher,  l’ornementation 

Ă©trange  et  soignĂ©e,  l’archaĂŻsme,  le  site  mĂȘme.  L’église  de 

Villeneuve  appartient  Ă   l’époque  dite  de  transition  (II60). 

La  façade  s’ouvre  sur  un  portail  en  applique  d’un  beau  style 

oĂč  trois  paires  de  colonnes  placĂ©es  en  rentrants  supportent 

une 

triple 

archivolte. 

Autre 

portail 

au 

midi 

Ă©galemenr 

remarquable,  imitĂ©  de  Saint-Frambourg  de  Senlis.  Noter 

les  bagues  d’un  Ă©lĂ©gant  profil  qui  coupent  les  fĂ»ts,  les 

rinceaux  sculptĂ©s  qui  courent  dans  les  gorges,  les  arcs  Ă  

violettes. 

Nef 

de 

l’époque 

de 

transition, 

augmentĂ©e 

au 

XV

e

  siĂšcle  d’une  basse-nef  au  nord.  Chapelle  formant  bras 

de  croix  du  mĂȘme  cĂŽtĂ©,  des  dĂ©buts  du  XIII

e

  siĂšcle. 

ChƓur  carrĂ©  :  l’on  regardera  entre  autres  dĂ©tails  de  cette 

partie  de  l’édifice,  une  porte  au  nord,  la  coupe  des  arcs 

diagonaux,  les  chapiteaux  et  notamment  un  qui  reprĂ©sente 

sous  un  tailloir  ouvragĂ©  et  couvert  de  rinceaux  profon- 

dĂ©ment  fouillĂ©s,  la  Naissance  de  JĂ©sus  et  la  Fuite  en 

Egypte, 

sujets 

que 

les 

ornemanistes 

du 

Moyen-Age 

affectionnaient.  Clocher  de  la  mĂȘme  Ă©poque  et  du  mĂȘme 

faire  que  le  portail  :  au-dessus  d’un  bandeau  en  damier 

s’ouvrent  sur  chaque  pan,  deux  grandes  baies  en  tiers-points 

Ă   triple  archivolte,  semi-murĂ©es  par  une  cloison  Ă   oculus. 

L’architecte  de  ce  clocher  a  Ă©tĂ©  trop  ambitieux  :  la  masse 

excessive  pour  les  fondations  montre  plus  d’une  blessure. 

Au-dessus  du  pignon  oriental,  croix  antĂ©fixe,  aux  branches 

arrondies.

Un  tableau  Ă   rĂ©parer  est  une  copie  contemporaine  du 

Saint Bruno, de Soubeyras.

Une  plaque  commĂ©morative,  reprĂ©sente  un  squelette  qui 

semble  soutenir,  sur  un  Ă©criteau,  l’inscription  suivante  : 

«  Cy  gist  venerable  discrette  personne  M

e

  Anthoine  Mouton,

background image

«  en  son  vivant  prebstre,  curĂ©  de  Sainct  Martin  de  Boulliant, 

«  lequel  trespassa  le  xxv

e

  iour  d’aoust  mil 

v

c

lx

 

et  douze. 

« Priez Dieu pour luy ».

Le  long  de  la  grande  rue  de  Villeneuve,  trois  puits 

chantants.  Les  anciens  leur  donnaient  volontiers  la  dĂ©no- 

mination  de  Â«  portes  de  l’enfer  Â».  L’on  devine  la  raison  de 

ce  phĂ©nomĂšne  hygromĂ©trique  :  deux  Ă©tages  d’air  de  densitĂ©s 

différentes communiquant par un orifice étroit.

Quelques seigneurs de Villeneuve : Matthieu de............................. ,

chevalier;  GuĂ©rin  (II92);  Etienne  et  Jean,  frĂšres  (I209); 

Florent  et  Jean,  fils  d’Etienne  et  de  Makennie;Hugues(I2I5); 

Philippe, vidame de Senlis (I244), etc.

Plus  tard,  l’histoire  du  pays  fera  succĂ©der  Ă   ces  noms 

ceux  des  Hangest,  d’Arnaud  des  Friches,  des  Riancourt,  de 

MontdĂ©sir,  gouverneur  de  la  ville  et  citadelle  d’Arras;  de 

Charles 

Henri 

comte 

des 

FossĂ©s, 

lieutenant-colonel 

de 

dragons (I788).

DerriĂšre  Villeneuve  est 

Noël-Saint-Martin,

  dont  le  vĂ©ritable 

nom  est 

Noë-Saint-Martin,

  de 

Noa,  Noue,

  endroit  humide. 

Noa,  Noacum,

  fut  donnĂ©  en  I096  Ă   Saint-Martin-des-Champs, 

d’oĂč 

son  qualificatif  :  Sancti  Martini,  par  Hugues  de 

Pierrefonts.

NoĂ«l-Saint-Martin  a  campĂ©  sur  l’escarpement  d’un  ravin 

sauvage  que  lĂšche  le  ru  de  Rouanne,  le  type  parfait  d’une 

petite  Ă©glise  de  village  des  XI

e

  et  XII

e

  siĂšcles.  Atre  dallĂ©. 

Façade  trĂšs  simple  bĂątie  en  appareil  d’épi  (opus  spicatum), 

retouchĂ©e  malheureusement  au  XVI

e

  siĂšcle.  Porte  cernĂ©e 

de  quelques  archivoltes  dont  des  gorges  et  des  billettes 

forment  la  facile  et  naĂŻve  ornementation.  Au-dessus,  baie 

creusĂ©e  rigidement  dans  le  pignon.  Deux  contreforts  appli- 

qués aux angles.

2I8

background image

Mes  chers  lecteurs  me  pardonneront  d’abonder  peut-ĂȘtre 

dans  les  dĂ©tails  architecturaux.  Mais  le  moyen  de  comprendre 

ces  cantons  artistiques,  cette  Attique  de  la  vieille  France, 

sans 

analyser 

ces 

monuments 

que 

leur 

mĂ©diocritĂ© 

de 

dimensions fait nĂ©gliger Ă  tort dans l’étude du beau ?

Plan  en  forme  de  croix  latine  Â«  selon  une  idĂ©e  mystique, 

«  pour  signifier  que  nous  devons  ĂȘtre  crucifiĂ©s  au  monde 

«  et  suivre  le  Christ  Â».  Bras  de  croix  du  midi,  remaniĂ©  au 

XV

e

  siĂšcle,  supportant  le  clocher.  Nef  non  voĂ»tĂ©e,  Ă©clairĂ©e 

par  trois  petites  baies  haut  perchĂ©es  et  coiffĂ©es  de  sommiers 

Ă   claveaux 

simulés,

  dĂ©tails  que  j’ose  souligner  Ă   Cuise- 

la-Motte,  Ă   Frocourt,  Ă   Montataire,  etc.  Basse-nef  ou  couloir 

(jadis)  en  forme  d’appentis  au  nord.  Choeur  carrĂ©,  Ă©clairĂ© 

au  fond  par  trois  fenĂȘtres  plein-cintre 

oĂč 

l’architecte 

mĂ©nagĂ© 

habilement 

une feuillure pour recevoir des vitres.

D’aprĂšs 

M. 

Eug. 

LefĂšvre-Pontalis, 

dans  son  savant  ouvrage  : 

Etude  sur

 

les  Monuments  romans  de  l’ancien  DiocĂšse

 

de  Soissons,

  le  sanctuaire  primitif  Ă©tait 

fait  en  hĂ©micycle  et  fut  rebĂąti  au  XII

e

  siĂšcle  sur  un 

nouveau plan, vers II30.

Quoi  qu’il  en  soit,  l’église  de  NoĂ«l-Saint-Martin  mĂ©rite 

maintes  visites  et  Ă©tudes  de  longue  haleine  pour  la  coupe 

des  arcs  de  ses  voĂ»tes;  ses  colonnes  d’un  grand  caractĂšre, 

dont  les  fĂ»ts  sont  relevĂ©s  de  baguettes  et  les  chapiteaux 

ornĂ©s  de  figures  Ă©tranges  et  de  feuillages  d’un  archaĂŻsme 

puissant;  les  frises  Ă   rinceaux  d’acanthe  d’un  faire  franc, 

gras  et  Ă©minemment  dĂ©coratif  qui  couronnent  les  murs  de 

l’abside  et  cernent  les  baies;  ses  autels  primitifs  encore 

enveloppĂ©s  de  la  nuĂ©e  des  priĂšres  des  antiques  gĂ©nĂ©rations; 

les  vestiges  de  ses  anciennes  croix  de  consĂ©cration,  rouge

2I9

background image

220

sur  ocre  jaune;  sa  statue  de  la  Vierge  du  XIV

e

  siĂšcle;  les 

quatre  consoles  (EvangĂ©listes)  qui  soutiennent  les  retombĂ©es 

des  arcs  de  la  chapelle  du  croisillon  du  midi;  les  armoiries 

de  ses  litres  qui  sont  peut-ĂȘtre  des  Bouteiller;  ses  pierres 

tombales de bourgeois et de laboureurs du XVI

e

 siĂšcle,  du

Chaufour  et  Thirelet;  ses  fonts  de  la  Renaissance  rehaussĂ©s 

des sculptures du tétramorphe.

Le  clocher  de  NoĂ«l  appartient  Ă   cette  race  de  clochers  du 

XI

e

  siĂšcle  que  l’on  retrouve  Ă   Saint-Gervais  de  Pontpoint,  Ă  

Saint-Aignan  de  Senlis,  Ă   Morienval,  etc.  Un  coup  d’Ɠil 

permet  de  saisir  leurs  caractĂšres  typiques  :  masse  carrĂ©e, 

Ă©paulĂ©e  par  des  contreforts,  partagĂ©e  en  trois  Ă©tages,  ouverte

background image

22I

par  des  baies  en  plein  cintre  sans  moulures,  coupĂ©e  dans  sa 

hauteur  et  ornĂ©e  de  cordons  de  billettes,  montrant  aux 

angles,  des  colonnettes  et  coiffĂ©  primitivement  d’une  courte 

pyramide  en  pierre.  Cet  ensemble,  trĂšs  soignĂ©,  est  d’une 

beauté simple, harmonieuse et séduisante.

Plus  d’une  fois,  je  me  suis  complu  Ă   revoir  ces  morceaux 

Ă©minents  d’architecture  !  Le  silence  qui  m’entourait  n’était 

troublĂ©  que  par  les  cris  des  enfants  qui  jouaient  sur  la 

ChaussĂ©e  Brunehaut  ou  le  bruit  d’un  oiseau  qui  volait  Ă  

travers  les  vitres  rompues,  Ă   la  poursuite  de  quelque  insecte. 

Je  songeais  Ă   ces  Bouteiller  qui  avaient  un  chĂąteau  sur  les 

bords  du  ru  de  Rouanne;  Ă   ces  habiles  et  humbles  anonymes 

qui 

bĂątissaient 

en 

mĂȘme 

temps 

NoĂ«l, 

Villeneuve, 

Pontpoint,  etc.,  et  trouvaient  peut-ĂȘtre  en  ces  cantons  les 

ressources infinies de l’arc gothique.

HĂątez-vous  d’aller  Ă©tudier  ce  spĂ©cimen  parfait  de  notre  art 

roman  avant  qu’il  soit  devenu  une  ruine  irrĂ©parable  et 

seulement un souvenir.

Tout  prĂšs,  ferme  du 

Murger,  Murgier,  Murcens,  Murus

 

cinctus,

  empilement  de  pierres,  nom  qui  convient  Ă   ces 

chaussĂ©es  antiques,  semblables  par  leur  construction  Ă   de 

véritables murailles.

De  NoĂ«l-Saint-Martin  Ă  

Roberval,

  cette 

Noa  Sancti  Remigii,

 

ou  VallĂ©e  de  Robert,  que  Philippe-Auguste  acquit  par 

Ă©change  de  Richard  d’Angleterre  et  que  Guillaume  Calletot 

vendit  Ă   Saint-Denis  (I284),  la  route  est  courte,  si  vous 

avez le pied montagnard.

Descendez  par  ces  Ă©chelons  creusĂ©s  dans  le  tuf  jaune 

jusqu’à  la  noue  ou  lavoir  que  vous  apercevez  au  fond  du 

ravin.  Traversez  le  ru  de  Rouanne.  Suivez  Ă   droite  ce  sentier 

oĂč  des  noyers  secouent  leurs  fruits.  C’est  lĂ ,  au  rapport  des

background image

222

anciens,  que  les  sorciĂšres,  chevauchant  sur  leurs  ramons 

magiques,  tenaient  leurs  sabbats  nocturnes  et  prĂ©cipitaient 

le 

mouvement 

de 

leurs 

rondes 

infernales, 

autour 

des 

Mirmillots ou crapauds baptisés.

BientĂŽt,  au  milieu  des  arbres  fruitiers  et  des  sources,  vous 

apercevrez  le  toit  ardoisĂ©  de  l’église.  Cet  Ă©difice  offre  encore, 

nonobstant 

les 

remaniements 

qu’il 

subis, 

plus 

d’un 

morceau Ă  regarder.

Au  fond  d’un  porche,  portail  de  la  fin  du  XII

e

  siĂšcle, 

encadrĂ©  par  trois  paires  de  colonnes;  nef  de  la  mĂȘme 

Ă©poque.  Le  chƓur  pentagonal  et  les  bras  de  croix  appar- 

tiennent  au  XVI

e

  siĂšcle.  Restes  de  trĂšs  beaux  vitraux  de 

I

538  et  environ.  Une  fenĂȘtre  surtout,  laquelle  prĂ©sente,  au 

milieu  d’une  architecture  française,  une  composition  et  des 

figures  dans  le  goĂ»t  du  Milanais  Bernardino  di  Luini,  est 

une  Ć“uvre  exquise  qui  fait  ressortir  davantage  la  laideur 

de certains vitraux modernes.

Une  dalle,  usĂ©e  par  les  pieds  des  fidĂšles,  au  palier  de 

l’église,  porte  un  reste  d’inscription  en  gothiques  oĂč  je 

n’ose  qu’en  hĂ©sitant  dĂ©chiffrer  :  Â«  Cy  gist  Aloph  François 

«  en  son  vivant  cappitaine  des  canonniers  des  Roys  ...en 

«  la  bataille  de  Pavye,  siĂšge  de  Peronne,  le  Milanais  ...pour 

«  le  service  de  leur  MajestĂ©  lequel  trespassa  le  xv

e

  jour 

« d’octobre mil v

c

 

lx

. »

Roberval  a  eu,  entr’autres  seigneurs  :  Raoul,  vers 

II

7

I

  ; 

Eudes,  son  fils  ;  Raoul  et  Galerand  ;  Jean,  Guillaume  et 

Oudart,  dits  le  Gaigneur,  dont  le  nom  rappelle  l’établisse- 

ment  des  Carmes  Ă   Senlis;  les  Popincourt;  les  de  la  Rocque, 

par  le  mariage  de  Bernard  de  la  Rocque  avec  Alix  de 

Popincourt  ;  les  MagdalĂ©an  ou  Madaillan,  etc.  Jean-François 

de  la  Rocque,  d’une  grande  famille  du  Languedoc,  vice-roi 

du  Canada  et  ingĂ©nieur  militaire,  que  nos  Registres  senli-

background image

2 2 3

siens 

nous 

montrent, 

en 

I

344, 

lorsque 

Charles-Quint 

s’avançait  vers  le  Valois,  mettant  en  Ă©tat  nos  fortifications, 

est  une  figure  grande  et  originale  que  MM.  le  comte  de 

Marsy  et  l’abbĂ©  Morel  ont  mise  davantage  en  lumiĂšre.  Gilles 

Personne,  sieur  de  Roberval,  mathĂ©maticien  cĂ©lĂšbre,  fut  ami 

de  Gassendi  et  de  Jean  Marrin  (

I

60

I

-

I

675).  Le  prince  de 

Soubise  habita  Roberval  au  XVII

e

  siĂšcle  ;  puis  un  d’AvĂȘnes 

de  Fontaines  acheta,  en 

I

786,  les  fiefs  de  Roberval,  Rhuis, 

Noël-Saint-Martin en partie.

A  mesure  que  nous  avançons,  par  le  chemin  dit 

de  la

 

Chaussée,

  vers  le  chĂąteau,  le  paysage  devient  plus  charmant 

encore  avec  ses  fonds  de  forĂȘts.  Â«  Les  accidents  de  terrain  Â», 

dit  excellemment  Graves,  Â«  y  multiplient  les  sites  pitto- 

«  resques,  de  mĂȘme  que  l’exposition  diverse  du  sol  y  donne 

«  lieu  Ă   une  culture  trĂšs  variĂ©e  Â»  et  fait  de  cette  rĂ©gion  un 

véritable et délicieux jardin.

C’est  grand  dommage  que  ces  pays  sont  si  peu  distants 

de la capitale ! On les visiterait davantage................

Le 

Catillon...

  Si  vous  aviez  le  loisir  de  faire  l’ascension  de 

cette  butte  ou  motte  apportĂ©e,  d’aprĂšs  la  croyance  popu- 

laire,  dans  la  hotte  de  Gargantua,  vous  verriez,  de  son 

sommet, 

Pont-Sainte-Maxence, 

CompiĂšgne, 

Clermont, 

les 

premiers  arbres  de  la  forĂȘt  de  Villers-CotterĂȘts,  les  mĂ©andres 

capricieux de l’Oise Ă  travers la 

Vallée dorée.

Carlier,  parlant  de  ces  Ă©pĂ©es  longues  avec  lesquelles 

Godefroy  de  Bouillon  Â«  coupait  en  deux  la  tĂȘte  des 

«  combattants,  malgrĂ©  leur  casque  Â»,  dit  qu’on  en  a  trouvĂ© 

plusieurs dans des tombeaux, sur ce mont.

Voici 

Verberie,  Verembria  villa  super  Isara  fluvio

  (806), 

Vermbria, Vernbria, Verberiacum,

 cĂ©lĂšbre pour les sĂ©jours de

background image

2 2 4

Charles-Martel  qui  y  mourut  en  74

I

,  de  PĂ©pin,  de  Charle- 

magne,  etc.;  ses  conciles  ou  synodes  de  752,  853,  866  et 

869,  et  ses  capitulaires,  c’est-Ă -dire  ordonnances  semi-civiles, 

semi-ecclĂ©siastiques; 

les 

Ă©vĂ©nements 

qui 

s’y 

accomplirent, 

comme  le  mariage  d’EthĂ©lulf  et  de  Judith  (I

er

  octobre  856), 

dont  les 

Annales  des  Francs

  rapportent  que  Hincmar  la 

couronna 

reine, 

« 

cĂ©rĂ©monial 

jusqu’alors 

inconnu 

Ă  

la 

«  nation  anglaise,  et  dont  l’illustre  archevĂȘque  nous  a 

«  conservĂ©  les  oraisons  parmi  ses  Ć“uvres  Â».  Il  est  intĂ©- 

ressant  de  reconstituer  par  le  souvenir  ces  villa  ou  mĂ©tairies 

bĂąties  d’abord  en  bois  et  en  terre,  ce  mĂ©lange  de  la  rudesse 

barbare  et  de  l’imitation  maladroite  du  faste  des  cours 

orientales,  ces  chasses  ardentes  qui  Ă©taient  un  apprentissage 

de  la  guerre,  et  cette  recherche  des  objets,  broderies,  ivoires, 

etc., etc., importés de Bysance.

L’église,  ombragĂ©e  jadis  par  un  arbre  cĂ©lĂšbre,  Â«  l’Ormelet 

«  de  Verberie  Â»,  est  un  Ă©difice  assez  grand  et  mĂ©diocrement 

Ă©clairĂ©,  qui  a  beaucoup  souffert  des  siĂšges.  La  croisĂ©e  du 

midi  a  gardĂ©  quelques  fenĂȘtres  et  modillons  Ă   tĂȘtes  grima- 

çantes  de  la  fin  du  XII

e

  siĂšcle 

1

.  Le  reste  de  la  construction 

porte  l’empreinte  de  toutes  les  Ă©poques  qui  ont  suivi.  Au 

portail,  Vierge  du  XV

e

  siĂšcle.  Au  bras  de  croix,  la  grande 

fenĂȘtre  soutenait,  au  XVI

e

  siĂšcle,  des  Ă©chafauds  extĂ©rieurs 

sur  lesquels  des  confrĂšres  et  des  enfants  de  chƓur  jouaient 

des  mystĂšres  sacrĂ©s,  des  diableries,  des  moralitĂ©s  et  peut-ĂȘtre 

des  sotties.  Petit  reliquaire  en  cuivre  intĂ©ressant  :  c’est  un 

Ă©dicule  de  forme  rectangulaire,  surmontĂ©  d’un  clocher  Ă   six 

pans  et  reposant  sur  un  pied  arrondi  Ă   nƓud  (XVI

e

  siĂšcle). 

Boiseries du buffet d’orgues.

1  Â«  C’est  Â»,  dit 

G

raves

«  la  seule  partie  de  l’église  qu’on  puisse  rapporter  au 

« temps de Charlemagne, si toutefois elle n’est pas postĂ©rieure. 

»

background image

225

Parmi  les  curĂ©s  de  Verberie,  l’on  pourrait  citer  Nicolas 

(I238)  dont  le  sceau  Ă©tait  chargĂ©  de  trois  coquilles  posĂ©es 

en  pal;  Albert  Picart,  auteur  des 

Entretiens  spirituels  de  l’Ame

 

dévote,

  etc.,  nĂ©  Ă   CompiĂšgne;  HourdĂ©  de  Soissons,  victime 

de la RĂ©volution.

Verberie  est  la  patrie  du  cordelier  Pierre  Oriole,  qui 

mĂ©rita  le  surnom  de  Â«  Docteur  Ă©loquent  Â»;  d’un  autre  Pierre, 

dit  Coquerel,  secrĂ©taire  du  Roy  (-I307);  et  d’un  troisiĂšme 

Pierre  de  Verberie  qui,  aprĂšs  avoir  Ă©tudiĂ©  Ă   Royallieu,  devint 

prieur  de  Troyes  et  alla  mourir  bientĂŽt  au  monastĂšre  de  la 

Couture Sainte-Catherine, Ă  Paris, vers I350.

L’on  sait  les  Â«  chevaucheurs  d’escouvelles  Â»,  qui  Ă©taient 

une  des  spĂ©cialitĂ©s  du  pays;  la  cĂ©lĂšbre  empoisonneuse  Jeanne 

Harvilliers; 

et 

l’origine 

du 

dicton 

les 

« 

Sautriaux 

de 

«  Verberie  Â».  Â«  L’adresse  du  Sautriau  Â»,  dit  Carlier, 

«  consiste  Ă   entrelasser  tellement  sa  tĂȘte,  ses  bras  et  ses 

« jambes que son corps prenne la forme d’une boule... »

L’abbĂ©  Varnaut,  recommandant  les 

ƒuvres  de  ThĂ©Ăątre  et

 

autres  PoĂ©sies

  de  M.  de  Chabanon,  de  l’AcadĂ©mie  française,  etc., 

porte  sur  lui  ce  jugement,  c’était  en  I788  :  Â«  M.  de  Chabanon 

«  s’est  formĂ©  une  retraite  agrĂ©able  Ă   Verberie;  c’est  lĂ   qu’il 

«  cultive  pendant  une  grande  partie  de  l’annĂ©e  les  talents 

« réunis de la musique et de la poésie. »

Le  chĂąteau  d

’Aramont,

  qui  fut  restaurĂ©  jadis  par  Nicolas 

de  Lancy,  appartient  aujourd’hui  Ă   M.  LĂ©on-Joseph  de 

Maindreville.

Aujourd’hui,  Verberie  n’est  guĂšre  connu  que  pour  ses 

fabriques  d’alun  et  de  couperose,  ses  tuileries,  ses  fĂ©culeries 

et papeterie.

Saintines

  Ă©tage  ses  maisons  sur  le  penchant  d’une  colline 

que baigne l’Automne et couronne une agrĂ©able verdure.

I

5

background image

226

Ce  pays  est  cĂ©lĂšbre  surtout  par  le  culte  particulier  que  l’on  y 

rend Ă  saint Jean-Baptiste.

L’église  porte  le  cachet  de  deux  Ă©poques  distinctes.  L’arc 

triomphal,  avec  ses  bĂątons  rompus  et  ses  besants,  la  nef  du 

midi  et  le  clocher  appartiennent  Ă   la  premiĂšre  moitiĂ©  du 

XII

e

  siĂšcle.  Le  clocher  surtout  offre  plusieurs  dĂ©tails  Ă  

souligner  :  Â«  les  grandes  arcades  en  tiers-point  encadrent 

«  deux  petits  cintres  Â»  ;  la  tour  carrĂ©e  est  surmontĂ©e  comme 

Ă   Saint-Pierre  de  Pontpoint  et  Ă   Saint-Vaast-de-Longmont, 

d’une 

flĂšche 

octogonale 

qu’accompagnent, 

aux 

angles 

demeurĂ©s  vides,  quatre  dĂ©s  massifs;  la  frise  qui  dĂ©core 

la  rencontre  de  ces  deux  formes,  est  composĂ©e  de  feuilles 

d’acanthes  d’un  caractĂšre  trĂšs  archaĂŻque,  que  sĂ©parent  Ă§a  et 

lĂ  des tĂȘtes grimaçantes.

Le  reste  de  l’édifice,  la  façade  surtout,  qui  est  d’une  belle 

ordonnance, 

est 

marquĂ© 

du 

goĂ»t 

connu 

des 

XV

e

 

et 

XVI

e

 siĂšcles.

L’intĂ©rieur  de  l’église  montre  plus  d’une  curiositĂ©  :  Croix 

processionnelle  en  cuivre  estampĂ©,  du  XV

e

  siĂšcle.  Restes 

de  vitraux  du  XVI

e

.  Statues  de  la  Vierge  (XVI

e

  siĂšcle)  et  de 

saint  Jean-Baptiste.  Retable  et  volets  peints  oĂč  naissance 

du  PrĂ©curseur,  prĂ©dication  au  dĂ©sert,  indication  de  l’Agneau 

de Dieu, baptĂȘme du Christ, dĂ©capitation.

Pierres  tombales  de  la  famille  de  Vieuxpont  et  de  Marie 

Ruffin.

Tout  prĂšs,  fontaine  qui  Ă©tait  l’objet  d’un  des  pĂšlerinages 

du  Valois,  ainsi  que  le  rapporte  Carlier,  lequel  dĂ©crit  les 

dĂ©tails  de  ce  pĂšlerinage  :  bains  Ă   la  fontaine,  messe  Ă   minuit, 

images  du  saint,  fĂȘtes  dramatiques  et  tumultueuses  du  feu 

de la Saint-Jean, reliques de saint Jean, etc.

Quand  vous  irez  Ă   Sens  visiter  la  trĂšs  noble  cathĂ©drale 

qui 

est 

dĂ©diĂ©e 

Ă  

Notre-Dame, 

vous 

serez 

peut-ĂȘtre

background image

227

dĂ©rangĂ© 

dans 

votre 

contemplation 

par 

quelque 

passant 

qui vous demandera « la tĂȘte Ă  Cugniau ». A Notre-Dame

de  Paris,  une  caricature  appelĂ©e  Pierre  de  Coignet  servait 

d’éteignoir.  C’est  une  moquerie  d’un  goĂ»t  douteux,  dirigĂ©e

* v

background image

228

contre  le  cĂ©lĂšbre  Pierre  de  CugniĂšres,  seigneur  de  Saintines 

par sa femme Jeanne de NĂ©ry.

Le  chĂąteau,  dont  le  parc  est  traversĂ©  par  l’Automne,  s’élĂšve 

Ă   la  place  d’une  ancienne  forteresse  dont  il  n’est  demeurĂ© 

que  le  donjon  carrĂ©,  d’une  belle  et  robuste  architecture, 

rebĂąti  au  commencement  du  XIV

e

  siĂšcle  par  Pierre  de 

CugniĂšres.

Vous trouverez en Carlier,

DuRĂŒel,  Graves,  etc.,  une  liste 

des  seigneurs  de  Saintines; 

le  nom  de 

champ  dolent

  donnĂ© 

Ă   un  champ  voisin;  ce  joli 

trait  d’esprit  d’Henri  IV  : 

«  Sur  ce  vieux  pont  je  suis 

« solide. »

De  Verberie  Ă  

Saint-Vaast-

 

de-Longmont,

  la  distance  est 

trĂšs courte.

Saint-Vaast,  bĂąti  sur  le  ver- 

sant  d’une  colline,  est  un  Ă©di- 

fice  d’un  intĂ©rĂȘt  exceptionnel. 

Son  portail  du  XII

e

  siĂšcle 

(II25  environ)  est  ornĂ©  d’un 

encadrement  massif  :  la  lu- 

miĂšre 

qui 

glisse 

sous 

le 

porche,  forme,  en  frappant 

ces  bossettes 

1

,  des  opposi- 

tions  de  clartĂ©  et  d’ombre 

d’un  grand  effet.  Le  chƓur 

semi-circulaire,  qui  me  paraĂźt 

Pontpoint, est d’une grande

1

 Voir Feigneux et Trumilly.

background image

2 2 9

puretĂ©  de  formes;  il  est  partagĂ©,  avec  quelque  gaucherie  qui 

sent  un  procĂ©dĂ©  encore  nouveau,  en  trois  segments  par 

quatre  colonnettes  et  autant  d’arcs  entre  lesquels  s’ouvrent 

trois  baies  en  plein-cintre.  A  gauche  de  l’avant-chƓur  est 

une 

Chapelle  des  Champs

  qui  me  semble  un  peu  moins 

ancienne  que  le  reste  de  l’édifice,  Ă   voir  ses  modillons  en 

arcatures  jumelles  et  les  cordons  qui  encadrent  les  fenĂȘtres. 

Le  clocher  est  l’un  des  plus  remarquables  de  la  rĂ©gion  avec 

ses  colonnes  solitaires  centrales,  ses  colonnettes  chargĂ©es  de 

sculptures 

gravĂ©es, 

de 

zigzags, 

de 

chevrons, 

etc., 

ses 

chapiteaux  puissants,  sa  pyramide  hexagonale  escortĂ©e  de 

pyramidions ou clochetons.

ChĂąteau  de 

Cappy

  Ă   mi-cĂŽte,  au  milieu  des  arbres,  autrefois 

à la famille des Fossés.

Ivillers,  Aoitvillare

  (

II

29)  Ă©tait  une  Â«  chapelle  du  roi  Â» 

ou  prieurĂ©  donnĂ©  Ă   l’abbaye  de  Saint-Vincent  de  Senlis  par 

Anne  de  Russie.  Notre  Afforty  a  dressĂ©  une  liste  des  curĂ©s- 

prieurs depuis 

I

360.

VoilĂ   Ă   droite  le 

Mont  Pagnotte,  Mont  Paillon

  (

I

339), 

dont  le  nom  a  fourni  le  thĂšme  de  plus  d’une  remarque 

curieuse.

«  A  la  mort  de  l’empereur  Charles  VI,  en 

I

740,  Â»  dit  le 

journal  de  l’avocat  Barbier,  Â«  deux  concurrents  se  dispu- 

«  taient  l’empire  d’Allemagne,  le  duc  François  de  Lorraine, 

«  Ă©poux  de  Marie-ThĂ©rĂšse,  et  l’électeur  de  BaviĂšre.  Louis  XV 

«  affectait  l’indiffĂ©rence  Ă   l’égard  des  deux  concurrents. 

«  â€”  Qui  faites-vous  empereur,  SouvrĂ©?  demanda-t-il  un 

«  jour  Ă   l’un  de  ses  courtisans.  â€”  Ma  foi,  Sire,  je  m’en 

«  embarrasse  peu.  Mais  si  Votre  MajestĂ©  voulait,  elle  pourrait 

«  nous  en  dire  des  nouvelles.  â€”  Non,  dit  le  roi,  je  ne  m’en

background image

2 3 0

«  mĂȘlerai  pas.  Je  regarderai  cela  du  Mont  Pagnotte.  â€”  Ah! 

«  Sire,  Votre  MajestĂ©  y  aura  bien  froid  et  y  sera  bien  mal 

«  logĂ©e.  â€”  Pourquoi?  â€”  C’est  que  vos  ancĂȘtres  n’y  ont 

« jamais fait bùtir de maison. »

C’est  au  pied  du  Mont  Pagnotte,  que 

Villers-Saint-Frambourg

 

Ă©tale,  d’une  façon  pittoresque,  les  silhouettes  de  ses  maisons 

au milieu du calme d’une riche campagne,

L’église,  sous  le  vocable  de  Saint-MĂ©dard,  ne  manque 

point 

d’intĂ©rĂȘt. 

Clocher 

d’une 

architecture 

soignĂ©e 

et

background image

2 3 1

Ă©lĂ©gante,  dressĂ©  sur  le  transsept  de  droite,  au-dessus  d’une 

voĂ»te  en  berceau,  fin  du  XII

e

  siĂšcle;  chƓur  pentagonal 

et  chapelles  terminales  qui  l’escortent,  fin  du  XIII

e

  et  XIV

e

  ; 

nefs  des  XVI

e

  et  XVII

e

,  dont  les  clefs  de  voĂ»te  portent 

des armoiries de... à trois bandes échiquetées de trois traits.

Les fonts rappelaient ceux de Saint-Gervais de Pontpoint.

Dans  la  forĂȘt  d’Halatte,  MM.  Fautrat,  alors  inspecteur- 

gĂ©nĂ©ral  des  forĂȘts,  et  de  Caix  de  Saint-Aymour  ont  dĂ©couvert 

les  restes  d’un  temple  paĂŻen  et  plus  de  deux  cents  statuettes 

ou  ex-voto,  ouvriers,  animaux  domestiques,  etc.,  dont  le 

travail  divers,  sculpture  ou  gravure  au  trait,  et  inĂ©gal,  fournit 

plus  d’un  sujet  d’études  comparatives  entre  certaines  imita­

tions  de  l’art  gallo-romain  et  les  inspirations  d’un  art  gauche 

et  enfantin.  M.  de  Caix  de  Saint-Aymour  a  dĂ©crit  ce  temple, 

qui lui paraĂźt dater de Vespasien.

Sur  ces  dĂ©bris  du  passĂ©  qui  s’effritent  Ă   la  pluie  ou  aux 

gelĂ©es  de  l’hiver,  la  nature  qui  ne  chĂŽme  pas,  jette  son 

joyeux  et  changeant  tapis  de  fleurs.  La  forĂȘt  d’Halatte 

produit,  au  premier  renouveau  du  printemps,  sa  moisson 

de  narcisses  gracieuses,  ses  anĂ©mones  et  les  clochettes 

odorantes de son muguet.

background image

I V

DE SENLIS A PONT-SAINTE-MAXENCE, 

PONTPOINT, ETC.

Nous  pouvons,  au  lieu  de  sortir  de  la  ville  par  le  faubourg 

de  CompiĂšgne,  traverser 

Villevert.

  Les  routes  Ă   gauche 

mĂšnent au Tomberet, Ă  des bois charmants et Ă  Aumont.

Le 

Tomberet,

  de 

tumularium,  tumulus,

  tertre  sĂ©pulcral,  est 

une  station  prĂ©historique  oĂč  l’on  trouve  parfois  encore 

quelques  instruments  de  silex.  CarriĂšres  de  sables  coquilliers. 

Jadis temple huguenot.

Le  village 

d'Aumont,  Altus  mons

  (

II

82),  qui  prolonge  sa 

rue  joyeuse  au  milieu  des  replis  de  la  forĂȘt,  aux  pieds  d’une 

butte  de  sable,  a  une  cĂ©lĂ©britĂ©  antique.  Il  Ă©tait,  dĂšs 

I

258,  le 

chef-lieu  de  divertissements  dont  l’origine  premiĂšre  Ă©tait 

peut-ĂȘtre  paĂŻenne.  Qui  ne  sait  le  culte  que  l’idolĂątrie  aimait 

Ă   rendre  aux  hauts  lieux?  Le  dimanche  des  Brandons  ou 

des  feux,  qui  Ă©tait  le  premier  dimanche  de  CarĂȘme,  la  foule 

s’y  prĂ©cipitait  de  partout  pour  manger,  boire  et  danser  Â«  au 

«  point  Â»,  dit  un  naĂŻf  historien,  Â«  de  s’en  rĂ©jouir  deux  mois 

« avant. »

background image

Église  des  XV

e

  et  XVI

e

  siĂšcles,  sous  le  vocable  des  saints 

Gervais et Protais.

En face, chùteau habité par M. le comte de Gontaut-Biron.

Les  bois  environnants  sont 

encore  partagĂ©s  par  des  bornes 

«  corniĂšres  Â»  oĂč  sont  gravĂ©es 

les  effigies  des  saints  Gervais 

et  Protais,  ou  les  armes  de 

l’ÉvĂȘchĂ©,  des  Montmorency  et 

de Saint-Jean de JĂ©rusalem.

Mais  suivons  la  route  de 

Villevert.  Au  fond  de  cet  Ă©troit 

cul-de-sac,  Ă   gauche, 

Fontaine

 

Sainte-Protaise  :

  l’on  y  voit  en- 

core  une  statue  de  la  bienheu- 

reuse,  tenant  entre  ses  mains  sa  tĂȘte  dĂ©tachĂ©e  du  tronc. 

Vous  connaissez  l’histoire  de  cette  martyre  senlisienne  du 

III

e

 siĂšcle.

Cinquante  mĂštres  plus  loin,  Â«  au  Vivier  du  Bouteiller  Â», 

est  la  cĂ©lĂšbre 

Fontaine Saint-Rieul.

  J’ai  racontĂ©  dĂ©jĂ   la  lĂ©gende 

dĂ©licieuse  et  poĂ©tique  de  la  naissance  de  cette  source  :  elle 

est  nĂ©e  des  larmes  compatissantes  de  notre  premier  et  doux 

ApĂŽtre.

Encore  une  fontaine  lĂ ,  Ă   gauche  :  c’est  la 

Fontaine

  dite 

aux  Malades,

  dont  les  eaux  ont  une  rĂ©putation  de  lĂ©gĂšretĂ© 

salutaire à l’estomac.

La  route  de  Pont  serait  charmante  sans  ce  pavĂ©...  Enfin 

nous  atteignons 

Fleurines,  Florina

  (I06I),  beau  village  qui 

doit  sa  prospĂ©ritĂ©  au  cercle  de  forĂȘts  qui  l’encadre  et  aux

2 3 3

background image

sables  que  l’on  extrait  tout  proche  pour  les  glaceries  de 

Saint-Gobain.

L’église  est  sans  intĂ©rĂȘt  architectural  :  portail  maltraitĂ©  du 

XV

e

  siĂšcle  ;  nef  double  ;  clocher  sur  le  transsept  du  midi,  de 

styles mélangés.

Tous  les  ans,  Ă   la  Saint-Hubert,  une  fĂȘte  pimpante  et 

gardant  au  milieu  des  grimaces  du  modernisme  sa  naĂŻvetĂ© 

du  bon  vieux  temps,  amĂšne  Ă   Fleurines  une  vĂ©ritable 

invasion : c’est la bĂ©nĂ©diction des chiens.

Cette 

forĂȘt  d’Halatte,

  de 

Haya  lata,

  disent  certains  Ă©tymo- 

logistes,  mĂ©rite  que  Pierre-le-Grand  l’ait  appelĂ©e  le  Â«  Jardin 

«  de  la  France  Â»  et  que  Saint-Simon  l’ait  contemplĂ©e  avec 

une  envie  non  dissimulĂ©e.  La  forĂȘt  d’Halatte  recouvre, 

entre Senlis, Creil et Pont, une Ă©tendue de 4.267 hectares.

Cet  Ă©difice  d’un  grand  air  qui  couronne  trĂšs  noblement  la 

colline  Ă   droite,  mĂ©rite  une  visite  attentive  :  c’est  l’ancien 

prieurĂ©  clunisien  de 

Saint-Christophe-en-Halatte,

  fondĂ©  en 

mai  I06I  au  lieu  dit 

Hermenc,

  par  Waleran,  camĂ©rier  de 

France.

L’église  du  XII

e

  siĂšcle,  dont  il  est  encore  aisĂ©  de  recons- 

tituer  le  plan,  comprenait  un  chƓur  carrĂ©  avec  un  avant- 

chƓur,  deux  petits  bras  de  croix,  autant  de  petites  chapelles 

aux  aisselles,  et  une  grande  nef  de  trois  ou  quatre  travĂ©es 

escortĂ©e  de  basses-nefs  voĂ»tĂ©es  en  bois  Ă   une  mĂ©diocre 

hauteur 

1

.

L’on  remarquera  entr’autres  la  façade  orientale  avec  son 

mur  plein  que  dĂ©corent  trĂšs  haut  six  arcades  aveugles  et 

au-dessous deux baies romanes avec billettes; la façade du

1

 

Ce 

mur 

en 

pierres 

d’appareil 

qui 

semble 

terminer 

l’édifice 

Ă  

la 

naissance 

des 

nefs, 

et 

le 

peu 

d’importance 

relative 

que 

l’architecte 

donnĂ©e 

Ă  

ces 

nefs, 

sont 

des singularités à noter.

2 3 4

background image

2 3 5

midi  oĂč  trois  baies  montrent  une  ornementation  de  tores  en 

zigzags  et  de  violettes;  les  modillons  en  tĂȘtes  grimaçantes 

et 

les 

cordons 

en 

billettes 

de 

la 

chapelle 

avoisinante 

laquelle trahit, ce semble, dans ses caractĂšres un plus grand

archaĂŻsme;  des  palmettes  romanes  superbes;  des  chapiteaux 

lourdement  copiĂ©s  sur  des  types  de  Notre-Dame  de  Senlis  et 

des  fĂ»ts  de  colonnettes  terminĂ©s  au  bas  en  culot  ou  toupie, 

Ă   la  façon  bourguignonne;  des  traces  de  peinture  super-

background image

2 3 6

posées du XIII

e

 siĂšcle, jaune chamois avec traits blancs, et du

fixion;  des  dĂ©bris  de  pierres  tombales  du  XIV

e

  siĂšcle  et 

du  XVI

e

,  notamment  de  Dom  Anthoine  Parent  (23  dĂ©cembre 

I

504).

C’est Ă  Saint-Christophe que Jean-le-Bon Ă©tablit ou restaura

Ce  prieurĂ©,  qui  eut  pour  dernier  commendataire  François 

de  Pierre  de  Bernis,  archevĂȘque  de  Damas,  et  coadjuteur 

d’Albi,  est  devenu,  aprĂšs  plus  d’une  vicissitude  des  choses, 

la propriĂ©tĂ© de M. Franck Chauveau, sĂ©nateur de l’Oise.

M.  Stanislas  Meunier,  dans  ses 

Excursions  gĂ©ologiques

 

Ă   travers  la  France,

  s’arrĂȘtant  longtemps  au  sable  moyen  de 

Saint-Christophe,  dĂ©crit  avec  complaisance  Â«  la  tour  ou 

«  colonne  naturelle  de  Fleurines  Â»  au  lieu  dit  les  FriĂšges,

XIV

e

,  jaune  avec  lignes  rouges;  des  croix 

de consĂ©cra- 

n

tion, ce mot

et 

des 

armoiries, 

un 

Ă©cu 

Ă©cartelĂ© 

1

 ; une belle statue de

saint  Christophe  du  XVI

e

  siĂšcle, 

reprĂ©sentation 

mystique 

dans 

laquelle  nos  pĂšres  du  XIV

e

  siĂšcle 

surtout  et  des  siĂšcles  suivants 

aimaient  Ă   rĂ©sumer  le  rĂŽle  du 

Chrétien :

« Christophorum videns, postea

tutus eris » ;

un  reste  de  peinture  de  la  mĂȘme 

époque, représentant la Cruci-

l’ordre, peu viable, de 

l’Étoile

 ou de la 

Noble Maison.

1

 

Cette 

armoirie, 

que 

l’on 

retrouve 

Ă  

NoĂ«l-Saint-Martin, 

n’est-elle 

point 

l’écu 

d’une des branches de la famille des Bouteiller?

background image

2 3 7

analyse  sa  composition  et  explique  sa  formation  par  le 

remplissage d’un puits naturel.

Les  promeneurs  de  Senlis  et  des  environs  connaissent  le 

« 

Pas  de  Saint  Rieul,

 

sur  le  bord  d’une  route  menant  de 

« 

Saint-Christophe 

Ă  

Villers-Saint-Frambourg, 

Ă  

quelque 

«  cent  mĂštres  du  carrefour  de  la  Croix-Saint-Rieul  Â»  :  l’on  sait 

comme nombre de grÚs ont reçu des appellations de ce genre.

Enfin, 

nous 

descendons 

brusquement 

vers 

Pont. 

La 

fontaine  qui  abrite  ses  eaux  au  fond  de  la  vallĂ©e,  Ă   droite, 

sous  un  Ă©dicule  Ă   la  toiture  suraiguĂ«  et  Ă   la  porte  moulurĂ©e 

du  XIII

e

  siĂšcle,  est  la 

Fontaine  des  Dames  du  Moncel.

 

DerriĂšre, 

la  colline  semi-aride,  que  surmontent  une  tourelle,  reste 

d’un  moulin  Ă   vent,  et  une  chapelle  pittoresque,  est  le  mont 

du 

Calvaire

 

(I694)  ou 

Calipet,

 

lequel  ramĂšne  un  souvenir  de 

la  vie  Ă©rĂ©mitique.  A  gauche,  dans  ces  jardins,  l’ancienne 

Fontaine Sainte-Maxence

 

semble plus que négligée.

Voici  le  bourg  de 

Pont-Sainte-Maxence,  locus  qui  dicitur

 

ad  sanctam  Maxentiam

  (779), 

Pons  ad  Sanctam  Maxentiam

 

(I0I6), 

dĂ©nomination 

qui 

indique 

la 

situation 

topogra- 

phique  du  pays  et  la  gĂ©nĂ©reuse  martyre  qui,  vers  la  fin  du 

VI

e

  siĂšcle,  teignit  de  son  sang  les  premiers  feuillets  de  son 

histoire.  Graves  a  relatĂ©  la  naĂŻve  et  pieuse  lĂ©gende  des  trois 

pierres  que  sainte  Maxence  jeta  dans  l’Oise  pour  passer  sur 

l’autre bord.

L’église  offre  un  vaisseau  vaste  et  Ă©levĂ©  des  XVI

e

  et 

XVII

e

  siĂšcles,  avec  nefs  latĂ©rales,  dĂ©ambulatoire  et  chapelles 

absidales  circulaires.

 

La  façade  de  la  fin  du  XVI

e

,  qui  sert  de 

base  au  clocher 

(I577), 

s’est  Ă©largie  au  dĂ©triment  d’une 

façade  du  XV

e

  siĂšcle,  dont  il  est  demeurĂ©  quelques  linĂ©a- 

ments  et  les  armoiries  des  L’OrfĂšvre,  architecture  qui  a 

appliqué ses détails fins et délicats sur une masse lourde.

background image

2 3 8

La  chapelle  des  fonts  porte  Ă   sa  clef  de  voĂ»te  les  armes  des 

Lameth.

Quelques  restes  de  pierres  tombales  amĂšnent  des  noms 

ou des dates qu’on dĂ©chiffrera aisĂ©ment.

Pont  remarquable  dĂ»  Ă   Perronnet  (

I

773-

I

785),  qui 

«  construisit  aussi  les  ponts  de  Louis  XVI  Ă   Paris  et  de 

« Neuilly-sur-Seine. »

Lors  des  rĂ©cents  travaux  de  navigation  qui  furent  exĂ©cutĂ©s 

Ă   l’Oise,  des  ouvriers  pĂȘchĂšrent  prĂšs  de  l’üle  qui  fut  sup- 

primĂ©e,  une  statuette  en  bronze  Â«  du  style  dĂ©jĂ   ramolli  qui 

«  rĂ©gnait  sous  Adrien  Â»,  que  M.  le  marquis  de  LuppĂ©  a 

heureusement  acquise.  C’est  l’une  de  ces  divinitĂ©s  herma- 

phrodites que quelque paĂŻen converti aura peut-ĂȘtre brisĂ©e.

L’histoire  de  Pont,  gloires  et  revers,  se  confond  essen- 

tiellement  avec  l’histoire  de  la  nation,  depuis  le  massacre 

que  l’armĂ©e  d’EbroĂŻn  fit  en  673  des  gardes  dormeurs  du  roi 

Theodorik  et  de  son  digne  maire  Leudefroy,  jusqu’à  Louis  XI 

et notre Ă©poque.

Parmi  les  anciens  seigneurs  ou  chĂątelains  de  Pont,  nous 

citerons  seulement  :  les  Percebot  (

II

40);  Hugues  IV  Can- 

davĂšne  (

II

94);  Gauthier  III  de  Chatillon,  Â«  l’un  des  plus 

«  vaillants  hommes  de  son  temps  Â»  (

I

22

I

);  Nicolas  de 

Soisy  et  AgnĂšs  de  Pont,  sa  femme,  qui  obtiennent  le  privi- 

lĂšge  d’avoir  une  chapelle  en  leur  chĂąteau  de  Pont  (

I

240); 

Jean  de  Pont,  chevalier,  lequel  portait  sur  son  sceau  :  de... 

chargé de trois jumelles avec cette légende :

«  de  Ponte,  militis  Â»  (

I

257-

I

278);  Gilles  Mallet,  valet  de 

chambre du roi, seigneur de Villepescle, de Soisy-sous-Etiolles 

et  de  Rethel,  mariĂ©  Ă   Nicole  de  Chambly  (-

I

379).  C’est  Ă   cet 

illustre  personnage  que  l’on  doit  le  premier  catalogue  des 

manuscrits  qui  composaient  la  bibliothĂšque  fondĂ©e  dans  la 

tour du Louvre par Charles V.

background image

23 9

Aux  Mallet  succĂ©dĂšrent  les  L’OrfĂšvre,  les  du  FaĂż,  les 

Madaillan, les Saint-Simon, etc., etc.

Graves,  Petit,  etc.,  indiquent  Ă   Pont  quelques  vestiges  ou 

restes de monuments dignes encore d’un regard.

Les  armes  de  Pont  sont  Â«  un  pont  surmontĂ©  d’une  fleur 

cc 

de  lys  (1388)  Â»  ou  plus  rĂ©cemment  Â«  un  pont  de  sable 

«  chargĂ©  d’une  tour  de  mĂȘme,  au  chef  d’azur  et  la  sala- 

«  mandre  d’argent  sur  des  flammes  de  gueules  Â»  qui 

rappellent François I

er

.

Pont  est  la  patrie,  au  dire  de  plusieurs  historiens,  du 

chancelier  GuĂ©rin;  de  Garnier,  qui  a  composĂ©  en  vers  une 

Vie  de  Saint  Thomas  le  Martyr;

  de  la  famille  de  Jeanne  LaisnĂ© 

ou Hachette, l’hĂ©roĂŻne du siĂšge de Beauvais.

Non  loin  de  Pont,  entre  la  riviĂšre  d’Oise  et  les  premiĂšres 

rampes  de  la  forĂȘt,  est 

Beaurepaire,

  dont  l’église  et  le  chĂąteau 

Ă©mergent du milieu des eaux.

L’église,  bĂątie  en  1 5 1 0   par  un  maçon  de  Saint-Christophe, 

Guillaume  LiĂ©nard,  aux  frais  d’Adrien  de  HĂ©nencourt, 

doyen de la cathĂ©drale d’Amiens et archidiacre de Noyon,

est  dĂ©diĂ©e  Ă   saint  Hubert  et  Ă©tait 

autrefois  trĂšs  visitĂ©e  par  les  gens 

atteints  de  la  rage.  L’on  y  voit  les 

pierres tombales de Pierre, Charles 

et  Augustin  de  Lameth  et  de  leurs 

femmes,  et  de  Louis  de  Lameth, 

abbé de Valsery.

Le  chĂąteau  actuel,  entourĂ©  de 

douves,  appartient  aux  XV

e

  et 

XVI

e

  siĂšcles.  Il  rappelle  toute  une  liste  de  seigneurs,  que 

le  marquis  de  LuppĂ©,  son  propriĂ©taire  actuel,  mettra  en 

lumiĂšre complĂšte.

background image

240

Continuons  notre  pĂšlerinage  archĂ©ologique  vers 

Pontpoint,

 

le 

Levandriac

  carlovingien  de  842  :  Â«  Vicus  Levandriacum  Â», 

dit Frédégaire, « alio nomine Pomponnus ».

Les  deux  portes  Ă   gauche  nous  introduisent  dans  la  cour 

de  l’abbaye  des  Clarisses  du 

Moncel.

  C’est  Philippe-le-Bel 

qui la fonda, en 

I

309, à cÎté de sa maison royale de Fécamp,

laissant  Ă   Philippe  de  Valois  le  soin  de  l’embellir  considĂ©- 

rablement.  Il  n’est  restĂ©  des  bĂątiments  claustraux  que  la 

chaire  du  rĂ©fectoire,  Ă   laquelle  on  accĂšde  par  un  couloir 

intérieur, et des caves à double nef.

L’on  sait  que  la  chapelle  du  Moncel  avait  reçu  les 

dĂ©pouilles  mortelles  du  comte  de  Boulogne,  troisiĂšme  fils 

de  Jean,  duc  de  Bourgogne,  et  les  entrailles  de  Jeanne  de 

Bourgogne 

(

I

3 4 9

)  

dont  le  caveau  prĂ©cieux  Ă©tait  protĂ©gĂ©  par 

« une longue tombe de bois avec un drap d’or ».

Le PĂšre Goussencour CĂ©lestin et notre trĂšs patient Afforty

background image

2

4I

nous  ont  conservĂ©  ces  indications  :  la  liste  des  abbesses; 

PĂ©tronille  de  Troyes  (I344)  que  l’Église  vĂ©nĂšre,  au  milieu 

de  ses  saints,  Ă   la  date  du  2  mars;  Marie  de  Praelles,  qui  a 

laissĂ©  Â«  un  diamant  et  un  anel  d’or  a  un  rubis  Â»  ;  Philippotte 

de  PellevĂ©,  etc.;  des  Inventaires  de  reliquaires,  de  livres  et  de 

joyaux  de  I37I  et  de  I424;  un  Ă©tat  des  propriĂ©tĂ©s,  la  Borde 

et le Grand Blaincourt; les privilĂšges et concessions.

La  maison  ou  plutĂŽt  les  deux  tours  que  l’on  voit  sur  la 

route,  furent  abandonnĂ©es  aux  religieuses  du  Moncel  par 

Louis  XIV.  Graves  estime  que  ces  tours  doivent  ĂȘtre  attri- 

buĂ©es  au  milieu  du  XIV

e

  siĂšcle  (I334  environ)  et  indique 

la  suite  des  ordonnances  royales  qui  datent  de  ce  sĂ©jour. 

L’on  sait  que  c’est  Philippe  de  Remi,  de  Remin  ou  de 

Beaumanoir  qui  cĂ©da  Ă   Philippe-le-Bel  ce  manoir  et  sa 

chapelle.

Cette  habitation, dĂ©pourvue  aujourd’hui de style,  Ă  gauche, 

est le prieurĂ© de 

Saint-Paterne, Sanctus Patellus,

 qui appartenait 

Ă   Saint-Symphorien  de  Beauvais  et  eut  huit  ans  pour 

titulaire  le  satirique  Boileau,  avant  que  les  conseils  de  M.  de 

Lamoignon,  dit-on,  et  du  chanoine  Hermant  l’eussent  dĂ©cidĂ© 

par  conscience  Ă   y  renoncer  et  Ă   doter  Mademoiselle  de 

Bertouville qui entrait alors en religion.

La  route  est  merveilleuse.  Outre  qu’elle  ouvre  par  delĂ   le 

cours sinueux de l’Oise des horizons variĂ©s et fins, elle fournit 

Ă   chaque  pas  la  surprise  de  quelque  Ă©difice  vĂ©ritablement 

aristocratique et parfait.

Cette  petite  chapelle  que  Philippe  Poulet,  seigneur  du 

Port,  restaura  en  I660,  s’appelait  Notre-Dame  de 

Praesles,

 

de 

la Paix

 ou de 

Saint-Symphorien.

Au-delĂ   un  Ă©difice,  aujourd’hui  ferme,  Ă©lĂšve  deux  vastes 

corps de bùtiments de la plus élégante et noble architecture

I

6

background image

242

des  XIII

e

  et  XIV

e

  siĂšcles,  qui  semblent  avoir  appartenu  aux 

chevaliers  de  Saint-Jean  de  JĂ©rusalem.  Que  l’on  analyse  avec 

attention  ces  deux  belles  portes  avec  la  moulure  dĂ©licate 

et  soignĂ©e  qui  les  encadre  pour  se  prolonger  sur  le  nu  du 

mur; la composition harmonieuse de la façade à trois étages

qui  se  dresse  Ă   l’angle,  fenĂȘtres  semi-aveugles  se  contrariant, 

baies  supĂ©rieures  Ă   meneaux  et  Ă   compartiments  trĂ©flĂ©es  que 

couronne  une  cheminĂ©e;  les  bancs  en  pierre  mĂ©nagĂ©s  dans 

les  combles,  de  chaque  cĂŽtĂ©  de  la  fenĂȘtre,  et  les  trous 

disposĂ©s  dans  le  montant  du  milieu  pour  recevoir  le  verrou 

des volets.

background image

243

En  face,  vue  dĂ©licieuse  par  dessus  les  champs,  les  jardins 

et  les  mĂ©andres  de  l’Oise  ;  montagnes  bleues  de  l’horizon 

que la brume estompe; clocher de Grand-Fresnoy.

Saint-Gervais

  est  un  Ă©difice  des  XI

e

  et  XII

e

  siĂšcles  surtout 

qui offre des morceaux d’architecture d’une rare beautĂ© 

1

.

Porche  de  la  fin  du  XII

e

  siĂšcle.  Portail  principal  de  la  mĂȘme 

Ă©poque,  selon  le  modĂšle  que  nous  avons  dĂ©jĂ   rencontrĂ©  Ă  

Villeneuve,  avec  un  tympan  ornĂ©  de  branches  de  chĂȘne  et 

des voussures à violettes diamantées. Nef à cinq travées

1

 

Voir 

Notice 

archĂ©ologique 

sur 

l’Église 

Saint-Gervais 

de 

Pontpoint,

 

par 

M. 

Eug. 

L

efĂšvre

-P

ontalis

.

background image

244

dont  les  fenĂȘtres,  petites  et  cintrĂ©es,  du  milieu  du  XII

e

  siĂšcle, 

chevauchent  les  colonnes,  comme  on  le  voit  encore  Ă  

BĂ©thisy-Saint-Martin,  Ă   Champlieu,  Ă   Orrouy,  Ă   Plailly,  Ă  

Fosse  (Seine-et-Oise),  selon  un  systĂšme  qui  est  l’une  des 

notes  du  style  transitionnel.  Choeur  polygonal  d’un  style 

exquis,  ouvert  par  trois  fenĂȘtres  plein-cintre,  partagĂ©  par 

quatre  colonnettes  qui  vont  soutenir  les  formerets  et  les 

arcs-ogifs  de  la  voĂ»te,  et  inclinĂ©  vers  le  midi  considĂ©rable- 

ment (0,80 m.).

L’on  admirera,  parmi  les  additions  qui  ont  Ă©tĂ©  faites  au 

XIV

e

  siĂšcle,  le  bras  de  croix  mĂ©ridional.  A  la  chapelle  nord 

du  XVI

e

  siĂšcle,  piscine  avec  cette  armoirie  peinte  :  parti  Ă  

dextre  d’azur  Ă   deux  barres  de  sable  accompagnĂ©es  de  deux 

merlettes  de  mĂȘme,  l’une  dans  le  champ,  l’autre  en  pointe, 

au  chef  coupĂ©  de  gueules,  chargĂ©  de  trois  (?)  flammes  d’or 

et  de  sable  ;  Ă   senestre,  d’azur  Ă   l’agneau  paschal  de  sable 

au  chef  de  mĂȘme.  Statues  de  la  Vierge  du  XVI

e

  siĂšcle,  de 

sainte Catherine et de sainte Claire.

Fonts  monolithes  du  XII

e

  siĂšcle  en  forme  de  cuve  octo- 

gonale, 

garnie 

d’arca- 

tures  et  de  perles.  L’on 

en 

trouvera 

de 

sem- 

blables 

Ă  

l’église 

de 

Rocquemont.

Les  pierres  tombales 

du  XIV

e

  siĂšcle  qui,  au 

nombre  de  cinq,  servent 

de  pavĂ©  trĂšs  aristocra- 

tique  au  chƓur,  sont  des 

monuments  d’un  art  et 

d’une 

facture 

vĂ©ritablement 

exquis 

qui 

mĂ©ritent 

d’ĂȘtre 

protégés contre tout élément de destruction.

background image

245

«  qui  trespassa  en  l’an 

«  de  grace  mil.  ccc. 

lxvi

«  au  mois  de  septembre. 

«  Priez  que  Diex  bonne 

« merci li fasse. Amen. »

A  cĂŽtĂ©,  une  dalle  pres- 

que  usĂ©e  laisse  voir  encore 

une  femme  dont  la  tĂȘte  est 

accostĂ©e  de  deux  Ă©cussons  : 

«  Ci  gist...  fame  iadis  (?) 

«  Jehan...  trespassa  l’an  de 

« 

grace 

m

.

ccc

 

et  xxv  le 

« iour de [J]uing ».

Au-delĂ ,  pierre  d’Oudart 

DuCreus 

(

I

3 2 9 ) .  

Deux 

Ă©cussons  placĂ©s  aussi  de 

chaque  cĂŽtĂ©  de  la  tĂȘte; 

celui 

de 

droite...; 

celui 

de 

gauche, 

de... 

Ă  

une 

bande... 

l’entour, 

ce 

texte  :  Â«  Chi  gist  Oudart 

«  Du  Creus,  iadis  Mestre  (?) 

«  et  Enquesteur  des  eaues 

«  [et]  des  [fo]res  [n

re

]  S.  le 

« roy, qui trespassa l’an

« 

m

.

ccc

.

xxix

le  ieudi  aprĂšs  la  Tifaine.  [Pr]iez  que  Diex  aie 

« [merci de] s ame ».

Plus  au-delĂ   :  Â«  Ici  gist  Ysabiau,  fame  Odart  Ducreus, 

«  la[quelle  tre]spassa  l’an 

M

.

CCC

  et  XVI,  le  iour  [de  la]  nativitĂ© 

«  [Nostre]  Seigneiur.  Priez  que  Deix  bone  [merci  li  face]. 

« Amen ». Surcot long à capuchon; lit ou champ garni de

Au pied de l’autel : « Ici gist Jean le Vennier, clerc

background image

rinceaux  de  chĂȘne;  sous  les  pieds,  un  chien;  de  chaque  cĂŽtĂ© 

de  la  tĂȘte,  en  dehors  de  l’archi­

tecture,  anges  agitant  des  en­

censoirs.

Enfin,  la  cinquiĂšme  dalle 

porte  :  Â«  [Ci]  gist  Iehanne 

«  Doucrues  fame  Oudart  Dou- 

«  crus  Maistre  et  Enquesteur 

«  des  eaues  et  des  forest  n

re

 

«  sire  le  roy  qui  trespassa  le 

«  mardi  de  septembre  l’an 

mccc

 

« et xxvi priez Dieu po... »

Cette  derniĂšre  effigie  est  en­

cadrĂ©e  aussi  avec  agrĂ©ment  par 

une  guirlande  de  branches  de 

chĂȘne.

Le  clocher  surtout  est  Ă©mi­

nemment remarquable. Il monte 

au-dessus  d’une  voĂ»te  en  ber­

ceau,  Ă   l’extrĂ©mitĂ©  de  la  nef 

mĂ©ridionale,  par  un  triple  Ă©tage 

de baies accouplĂ©es 

deux par

deux ou trois par 

trois, que

couronne  une  pyramide  cour­

taude en pierre, Ă  la 

façon des clochers du XI

e

 siĂšcle.

Le fief de 

Rouffiac

 

dresse Ă  droite de la route, 

entre deux

chemins  escarpĂ©s,  un  reste  trĂšs  intĂ©ressant  de  chapelle 

du  XI

e

  siĂšcle.  Cet  Ă©difice  est  formĂ©  d’une  grand  nef  que 

termine  un  chƓur  carrĂ©,  selon  la  disposition  qu’affectaient 

souvent les Ă©glises rurales de cette Ă©poque.

L’archĂ©ologue notera les cordons qui contournent les

246

background image

247

contreforts,  plate-bande  supportĂ©e  par  une  sĂ©rie  de  modil- 

lons  en  quart  de  rond;  les  larmiers,  dĂ©corĂ©s  d’une  façon 

rudimentaire,  de  chevrons  en  zigzags  ou  de  figures  gravĂ©es  ; 

une  fenĂȘtre  du  XIV

e

  siĂšcle,  des  restes  de  peinture  et  un 

autel, tĂ©moin muet des priĂšres des ancĂȘtres.

Une  autre  partie  de  cet  ancien  manoir  montre,  entre 

autres  curiositĂ©s,  une  cave  du  XIII

e

  siĂšcle  oĂč  le  dernier  de 

nos  Rouffiac,  d’une  noblesse  du  Languedoc,  aimait,  s’il  faut 

en croire la tradition, à s’emmurer loin du monde.

Ce  hameau,  qui  dort  dĂ©licieusement  au  creux  de  ce 

vallon,  Ă   l’abri  des  grands  arbres,  est 

Saint-Pierre.

  De  l’église, 

il  n’est  demeurĂ©  que  le  transsept  et  la  base  du  clocher;  il  les 

faut  visiter.  Le  chƓur  est  formĂ©  d’une  triple  chapelle  carrĂ©e, 

dont  la  centrale  est  Ă©clairĂ©e  par  deux  baies  en  arc  brisĂ©,  que 

surmonte un oculus.

Le  clocher  s’élĂšve  ou  plutĂŽt  s’élevait  au-dessus  des  bras  de 

croix  du  nord  :  il  n’en  reste  plus  que  la  base  laquelle  est 

voĂ»tĂ©e  en  berceau,  et  le  premier  Ă©tage  :  il  s’ouvre  sur  chacune 

de  ses  deux  faces  par  une  double  baie  plein-cintre  soutenue 

et  ornĂ©e  par  des  colonnes  et  des  arcs  Ă   dessins  gĂ©omĂ©triques. 

L’étage  supĂ©rieur  rappelait  le  style  composĂ©  de  Saint-Vaast- 

de-Longmont  oĂč  la  pyramide  Ă   base  carrĂ©e  a  cĂ©dĂ©  la  place  Ă  

la 

pyramide 

octogonale, 

plus 

montante, 

cantonnĂ©e 

aux 

angles  vides  de  la  tour  par  quatre  dez.  Graves  a  dĂ©crit  cet 

Ă©difice,  ses  Ă©croulements,  et  louĂ©  l’élĂ©gance  noble  de  ses 

formes.  Un  Ă©cusson  Ă   la  voĂ»te  de  l’intertranssept  porte  les 

armoiries des Chatelain et Popincourt.

Moru,

  oĂč  le  lit  jadis  plus  Ă©talĂ©  de  l’Oise  a  dĂ©posĂ©  plusieurs 

mĂštres  d’épaisseur  de  sable  et  de  galets,  Ă©tait,  Ă   des  Ă©poques 

dont  il  est  difficile  d’apprĂ©cier  la  trĂšs  haute  antiquitĂ©,  la 

station  d’une  de  ces  peuplades  mystĂ©rieuses  qui  vivaient  lĂ ,

background image

248

Ă   cĂŽtĂ©  du  mammouth,  de  la  pĂȘche  et  de  la  chasse.  Ma 

modeste  collection  renferme,  provenant  de  cet  endroit,  avec 

des 

molaires 

d

’elephas 

primigenius,

 

des 

silex 

travaillĂ©s, 

haches, 

coups 

de 

poing, 

grattoirs, 

perçoirs, 

bĂ©lemnites 

Ă©tirĂ©es  et  infusoires  percĂ©s  en  grains,  qui  servaient  peut-ĂȘtre 

Ă   maintenir  les  filets  au  fond  de  l’eau,  planches  durcies  ou 

quasi pétrifiées.

Rhuis

  a  dĂ©fendu  contre  les  injures  des  siĂšcles  plus  que  des 

hommes  une  Ă©glise  d’un  sĂ©vĂšre  archaĂŻsme.  Le  portail,  petit, 

doit  une  vĂ©ritable  beautĂ©  Ă   la  sagesse  de  ses  proportions  et 

Ă   la  dignitĂ©  de  ses  lignes.  Il  est  formĂ©  d’une  applique  que 

couronne  un  fronton  triangulaire.  Ce  systĂšme  de  saillies  qui 

contribue  Ă   la  soliditĂ©  du  mur  de  la  façade,  en  mĂȘme  temps 

qu’il  permet  une  sĂ©rie  de  rentrants  ornementĂ©s,  est  un  des 

caractĂšres  de  beaucoup  de  nos  Ă©glises  romanes  et  du  style 

appelĂ©  de  transition.  Il  semble  que  le  portail  ait  Ă©tĂ©  bĂąti  en 

prĂ©vision d’un porche.

L’archĂ©ologue  demeure  ici  longtemps  pour  Ă©tudier  l’har- 

monie  des  proportions  et  les  rapports  quasi  mathĂ©matiques 

des  mesures  :  le  plan  et  les  formes  basilicales  ;  ce  choeur  en 

cul-de-four,  dont  deux  pilastres  peu  saillants  soutiennent 

l’arc  triomphal  ;  ce  contrefort  adossĂ©  Ă   la  partie  mĂ©diane  de 

l’hĂ©micycle 

terminal 

la 

nef 

privĂ©e 

originairement 

de 

voĂ»tage;  ces  piliers  rectangulaires  dont  les  corniches  sont 

couvertes  de  hachures  entrecroisĂ©es  et  de  dessins  gĂ©omĂ©- 

triques;  ces  baies  supĂ©rieures  ouvertes  dans  l’axe  des  arcades 

maĂźtresses  ;  cet  autel  primitif,  tout  enveloppĂ©  encore  de  la 

nuĂ©e  des  supplications  des  ancĂȘtres  ;  ces  larmiers  et  modillons 

en  torsades  ou  cĂąbles  :  le  clocher  surtout,  du  XI

e

  siĂšcle,  qui 

dresse  Ă   l’extrĂ©mitĂ©  de  la  nef  du  nord  son  triple  Ă©tage,  et 

semble à M. Eug. LefÚvre-Pontalis « le prototype des clochers

«

background image

«  de  Morienval,  de  Saint-Gervais  de  Pontpoint  et  de  NoĂ«l- 

« Saint-Martin ».

Entre  Rhuis  et  Verberie,  restes  de  menhirs  appelĂ©s 

Pierres

 

ou 

Demoiselles de Rhuys.

249

background image

V

DE SENLIS A CREIL, MONTATAIRE, 

VILLERS-SAINT-PAUL, ETC.

AprĂšs  avoir  laissĂ©  Ă   notre  droite  les  restes  grisĂątres  des 

bĂątiments  de  la 

Santé

  oĂč  logeaient  jadis,  sĂ©parĂ©s  de  la  sociĂ©tĂ©, 

les  gens  atteints  de  maladies  contagieuses,  nous  traversons 

l’Aunette  au  lieu  dit  le 

GuĂ©  de  Creil,

  puis  la  ligne  de  Chantilly 

à Crépy.

Voici  les  vieux  chemins  des 

Poissonniers,

  ou  plutĂŽt  des 

Paissonniers,

  que  suivaient  les  troupeaux  de  porcs  pour  aller 

Ă   la  glandĂ©e  ;  le 

Tomberet;

  les 

bois  d’Halatte

  et,  derriĂšre  ce 

mur blanc, le parc d’Apremont.

L’église  d

’Apremont

  n’a  conservĂ©  de  sa  construction  origi- 

nelle  du  XII

e

  siĂšcle  que  des  contreforts  et  quelques  modillons 

Ă   l’angle  est,  ayant  Ă©tĂ©  reconstruite  aux  XV

e

,  XVI

e

  et  XVIII

e

 

siĂšcles (

I

760).

Apremont  peut  compter  parmi  ses  seigneurs  :  Jean  de 

Belloy,  Raoul  de  Fayel  (

I

35

I

),  Jean  du  Courroy  ou  du 

Couldray,  dit  Cornu,  Ă©cuyer  (

I

384),  Gilles  le  Fruitier  (

I

463), 

les du Crocq...

background image

2 5 I

Malassise,  Malasita,

  dont  nous  apercevons  le  petit  fief  Ă  

droite,  eut  entr’autres  seigneurs,  une  illustre  famille,  les  de 

Mesmes,  Jacques,  Henri,  Jacques,  Claude.  C’est  Henri  de 

Mesmes  et  de  Biron  qui  conclurent  Ă   Saint-Germain-en-Laye 

la  paix  dite  Â«  Boiteuse  et  Malassise  Â».  Le 

NĂ©crologe

  de  nos 

Cordeliers  de  Senlis  et  nos 

Archives  dĂ©partementales

  citent 

«  Isabiau  de  Malassise  Â»,  damoiselle  Giron,  dame  de  Malas- 

sise (I49I) 

1

.

BientĂŽt  la  route,  laissant  Ă   notre  gauche  les  futaies 

giboyeuses 

du 

Plessis-Pommeraie,

 

que 

« 

noble 

homme 

«  Salomon  de  Brosse  Â«  acquit  de  la  marquise  de  Verneuil, 

descend  par  une  pente  raide  entre  les  tufs  roussĂątres  percĂ©s 

de  boves  ou  creuttes,  vers  Creil  qui  Ă©tale  confusĂ©ment  ses 

rues et ses impasses sur les deux rives de l’Oise.

Creil,  Criolum

  (636), 

Cretelium,  Credullium

  (vers  I025),  etc., 

offre  Ă   la  curiositĂ©  des  archĂ©ologues  son  Ă©glise  de  Saint- 

MĂ©dard,  les  restes  de  Saint-Evremond  et  quelques  morceaux 

délabrés de son chùteau royal.

1

 Voir 

B

oursier

Histoire de Creil,

 

page 48 et suivantes.

background image

252

L’église  paroissiale  ou  Saint-MĂ©dard  a  subi  tant  de  rema- 

niements,  Ă   cause  des  dĂ©sastres  des  guerres,  qu’il  est  malaisĂ© 

de reconstituer son plan initial. Certains de ses détails,

comme  un  angle  au  sud-est,  sont  du  milieu  du  XII

e

  siĂšcle. 

Le  XIII

e

  siĂšcle  apparaĂźt  au  portail,  rappelant,  comme  Nogent, 

et  le  clocher  de  Villers-Saint-Paul,  le  passage  et  les  gĂ©nĂ©rositĂ©s

background image

253

de  saint  Louis.  Le  XV

e

  siĂšcle  et  le  XVI

e

  ont  exhaussĂ©  les 

piliers,  refait  les  voĂ»tes,  Ă©levĂ©  le  clocher  (

I

500),  Ć“uvre  de 

maĂźtre Michault de Bray.

Nous  signalerons  la  chapelle  des  fonts  avec  ses  consoles 

qui  reprĂ©sentent  les  EvangĂ©listes,  et  sa  cheminĂ©e  aujourd’hui 

disparue;  le  chapiteau  Ă   lĂ©gendes  qui  porte,  gravĂ©  sur  un 

phylactĂšre,  le  mot  mystĂ©rieux  :  Â«  EspĂ©rance  Â»  ;  une  clef  de 

voĂ»te 

qui 

rappelle 

la 

corporation 

des 

marĂ©chaux-ferrants;  quelques  pierres  tom- 

bales  ou  monuments  de  Jean  de  la  Haye 

(

I

547),  d’Alexandre  de  MontdĂ©sir,  seigneur 

du 

Plessis-Pommeraie 

(

I

667), 

du 

domi- 

nicain 

Vincent 

Contenson 

(

I

674); 

un 

beau  tableau  de  L.  de  la  Hire  :  la  NativitĂ© 

de  Notre-Seigneur;  un  vitrail  trĂšs  soignĂ©  de  Roussel  : 

l’ArrivĂ©e des reliques de saint Évremond Ă  Creil.

Dans  l’üle  que  forment  les  deux  bras  de  l’Oise,  le  touriste 

s’arrĂȘte  devant  les  dĂ©bris  trĂšs  remarquables  de  la  collĂ©giale 

de  Saint-Évremond.  EugĂšne  Woillez,  et  Ă   sa  suite,  le  docteur 

Boursier 

ont 

dĂ©crit 

cette 

Ă©glise, 

indiquĂ© 

ses 

richesses, 

nommĂ©  les  morts  plus  illustres  qui  reçurent  la  sĂ©pulture  Ă  

l’abri  de  ses  arceaux,  et  racontĂ©  les  sorts  quelquefois  odieux 

qu’elle  a  subis.  Sa  construction  doit  ĂȘtre  reportĂ©e  au  milieu 

du XII

e

 siĂšcle.

L’archĂ©ologue  et  l’artiste  y  noteront  les  contreforts  avec 

les  colonnes  engagĂ©es  aux  angles,  et  les  imbrications  qui 

couvrent  leurs  ressauts;  les  palmettes  empruntĂ©es  avec  un 

goĂ»t  dĂ©licat  Ă   la  flore  locale  qui  galonnent  les  parements; 

les  corniches  Ă   petites  arcatures;  les  chapiteaux  avec  entre- 

lacs  de  plantes  semi-conventionnelles  que  retiennent  des 

nƓuds  en  forme  de  mĂźtre,  tel  qu’on  les  retrouvera  Ă   Saint- 

Leu-d’Esserent  et  Ă   Senlis;  les  tribunes  qui  sont  entre-

background image

coupĂ©es  par  les  arcs-boutants  et  mĂ©nagĂ©es  d’une  façon 

encore  hĂ©sitante  et  maladroite  dans  les  combles 

1

  ;  leurs 

travĂ©es  ouvertes  par  les  cintres  gĂ©minĂ©s  que  rassemble  une 

arcade  en  arcs  brisĂ©s.  Le  clocher  qui  s’élevait  sur  le  croisillon 

du transsept, a été détruit avec trois travées, en I788.

2 5 4

C’est  lĂ   que  des  lettres-patentes  du  Roy  (I762)  permirent  Ă  

Claude  Baudoux,  de  Creil,  d’établir  une  manufacture  de 

glaces  de  Saint-Gobain,  Ă   laquelle  succĂ©da,  vers  I800,  grĂące 

Ă   M.  de  Saint-Cricq,  la  manufacture  de  faĂŻence,  aujourd’hui 

transportée totalement à Montereau,

A  cĂŽtĂ©  de  Saint-Évremont,  une  grosse  tour  carrĂ©e,  garnie 

de  machicoulis,  et  des  courtines  disjointes  suffisent  Ă   donner 

une  idĂ©e  de  l’importance  qu’avait  le  chĂąteau,  oeuvre  de 

Charles  V  (I370)  et  du  XV

e

  siĂšcle.  Que  d’évĂ©nements  tristes 

se passĂšrent dans ces murailles, surtout Ă  cette Ă©poque

1

 

Saint-Évremond, 

le 

triforium, 

s’il 

est 

permis 

de 

nommer 

ainsi 

le 

couloir 

qui 

rampe 

sous 

les 

arcs-boutants, 

est 

un 

essai. 

Saint-Leu-d’Esserent, 

le 

triforium, 

commencĂ© 

selon 

le 

mĂȘme 

systĂšme, 

devient 

bientĂŽt, 

grĂące 

Ă  

des 

arcs 

de 

dĂ©charge, 

une 

galerie 

qui 

reçoit 

directement 

la 

lumiĂšre 

du 

dehors. 

Senlis, 

le tùtonnement a cessé.

background image

2

5 5

d’humiliations  nationales  oĂč  Charles  VI,  amenĂ©  du  Mans  Ă  

Creil,  c’était  en  aoĂ»t  I392,  promenait  ses  yeux  inquiets  sur 

les  flots  jaunĂątres  de  l’Oise.  Â«  Pierre  de  Bourbon  Â»,  dit 

Damien  de  Templeux,  Â«  et  sa  femme  Anne  Â»,  fille  de 

Louis  XI,  Â«  sont  dĂ©peints  dans  la  chapelle  du  chĂąteau, 

«  en  posture  de  suppliant,  et  devant  eux,  un  cerf-volant  et 

«  une  couronne  de  lys,  avec  ce  mot  Â»  puissant  et  magique  : 

«  EspĂ©rance  Â».  L’on  trouvera  dans  les 

Descriptions  des

 

ChĂąteaux

 de du Cerceau dessins et explication.

Je  vous  renvoye  Ă  

l’Histoire  de  Creil

  pour  la  ChĂątellenie, 

fiefs  et  arriĂšre-fiefs;  les  Ă©vĂ©nements  souvent  tragiques  de  la 

place  forte;  les  personnages  qui  ont  portĂ©  ou  illustrĂ©  le  nom 

de  Creil;  le  sceau;  les  chĂątelains  depuis  Bernard  le 

Danois, etc.

Le  pavillon  Ă   droite,  dans  l’eau,  a  appartenu  entr’autres 

au pùre de l’illustre compositeur Auber.

Ce  pont  plus  pratique  que  pittoresque  a  Ă©tĂ©  posĂ©  en  I89I  : 

sa  construction  fait  honneur  Ă   la 

SociĂ©tĂ©  anonyme  du  Nord

 

de  la  France,

  mais  ajoute  peu,  il  faut  l’avouer,  Ă   la  poĂ©sie 

du site.

Voyez-vous  cette  croix  qui  est  Ă©rigĂ©e  Ă   l’extrĂ©mitĂ©  du 

pont  ?  Le  nom  qu’elle  a  gardĂ©  de 

Croix  du  Grand  Marais,

 

rappelle  la  donation  que  BĂ©atrix  de  Bourbon,  femme  de 

l’hĂ©roĂŻque  Jean  de  Luxembourg,  dit  l’Aveugle,  a  faite,  en 

I

340,  d’une  partie  des  marais  qui  avoisinaient  jadis.  C’était 

l’usage  que  les  processions  de  Creil,  de  Montataire  et  de 

Nogent  s’y  rencontrassent  en  un  pieux  rendez-vous?  Pour- 

quoi  mĂ©priser  ces  traditions,  qui  sont  comme  une  chaĂźne 

d’or  entre  les  ancĂȘtres  et  l’avenir  :  Â«  Patres  nostri  annun- 

«  tiaverunt  nobis  Â»,  et  un  avertissement  Â«  monumenta  Â» 

du  crĂ©dit  que  le  passĂ©  doit  garder  dans  la  reconnaissance 

des Ăąges ?

background image

256

La  gare  de  Creil,  inaugurĂ©e  en 

I

846  pour  la  ligne  de 

Paris  Ă   Lille,  a  pris  depuis  cette  Ă©poque  une  extension  tous 

les jours croissante.

L’on  trouvera  dans  la 

Monographie  sociale  d’un  Canton

 

industriel  du  Nord  de  la  France,

  de  M.  William  Bertheault, 

ancien  directeur  des  Forges  de  Montataire,  un  Ă©tat  clair  et 

impartial,  au  point  de  vue  matĂ©riel  et  moral,  des  ateliers, 

fabriques,  usines,  etc.,  qui  font  de  Creil  un  centre  d’une 

activitĂ©  intense  :  ateliers  de  constructions  et  d’appareils  de 

matĂ©riel  militaire;  forges;  fonderies  de  fonte  et  de  bronze; 

fabriques  de  clous  et  de  ronces  artificielles;  scieries  mĂ©ca- 

niques; verreries; usine de couleur d’aniline, etc.

«  Tout  le  monde  Â»  a  Ă©crit  M.  Stanislas  Meunier,  Â«  connaĂźt 

«  Creil  pour  y  avoir  passĂ©  en  chemin  de  fer;  mais  tout  le 

«  monde  n’y  a  pas  fait  d’excursion  gĂ©ologique.  A  ce  point 

«  de  vue,  c’est  un  centre  des  plus  fructueux  Â»;  mais  il  me 

faut vous renvoyer au savant géologue.

Tout  prĂšs  de  Creil,  entre  un  rĂ©seau  de  chemins  antiques 

qui  mĂšnent  Ă   Verneuil,  et  l’endroit  oĂč  le  lit  canalisĂ©  de 

l’Oise  reçoit  la  riviĂšre  de  BrĂȘche,  le  lieu  dit 

Canneville

  est 

digne  d’une  excursion  Ă   plus  d’un  titre.  Le  nom  de  Canneville 

Canaanvilla,

  apparaĂźt  dans  l’histoire  de  saint  Rieul.  Il  y  est 

rapportĂ©  que  ce  premier  apĂŽtre  du  Senlisois,  Â«  s’estant  mis 

«  en  chemin...  avec  quelques  siens  clercs,  rencontra  en  la 

«  ville  de  Chanaan,  bastie  sur  la  riviĂšre  d’Oyse  le  messager 

«  de  Beauvais  Â»  lequel  lui  venait  apprendre  Â«  que  Saint- 

«  Lucian...  avoit  souffert  la  mort  pour  ses  ouailles  Â». 

Canaanvilla  est  une  station  prĂ©historique  oĂč  MM.  Louchet, 

Martin, 

etc., 

ont 

recueilli 

de 

nombreux 

spĂ©cimens 

de 

ces  instruments  et  armes  en  silex,  grattoirs,  percuteurs, 

pointes  de  flĂšches,  qui  aidĂšrent  la  population  primitive  de

background image

2 5 7

ce  confluent,  Ă   triompher  par  l’industrie  et  la  ruse,  d’une 

nature marñtre et d’une faune farouche.

En  face  des  marais  oĂč  le  ThĂ©rain  se  perd  dans  la  riviĂšre 

d’Oise,  les  rampes  abruptes  et  rocheuses  de  la  montagne 

sont  couvertes  d’un  enchevĂȘtrement  pittoresque  de  maisons 

et  de  jardins  que  dominent  un  chĂąteau  Ă   tourelles  et  une 

Ă©glise  Ă   clocher  tronquĂ©  :  c’est 

Montataire,  Mons  ad  Tharam

 

ou 

ad Theram

 (1217).

Le  chĂąteau,  que  Hugues  de  Clermont  construisit  au  dĂ©but 

du  XII

e

  siĂšcle,  et  que  Renaud  II  fortifia  davantage  en  appli­

quant  contre  les  courtines  du  donjon  carrĂ©  des  Â«  tours 

«  massives  et  sĂ©vĂšres,  rĂ©unies  l’une  Ă   l’autre  par  des  arcades 

«  de  dĂ©charge  Ă   plein-cintre  Â»  telles  qu’on  les  voit  encore 

au  milieu  des  rĂ©parations  du  XV

e

  siĂšcle,  a  Ă©tĂ©  restaurĂ©  avec 

un  goĂ»t  dĂ©licat  par  son  trĂšs  regrettĂ©  possesseur  et  historien, 

le baron de Condé.

Plus  d’une  fois  j’ai  trouvĂ©  un  plaisir  extrĂȘme  Ă   revoir 

«  les  chapiteaux  romans  Â»  de  la  salle  basse,  avec  leurs 

tailloirs  massifs  et  leurs  corbeilles  Ă   palmettes  et  Ă   figures 

sauvages;  la  salle  d’armes  oĂč  un  tableau  mythologique  du 

flamand 

BarthĂ©lemy 

Spranger 

domine 

une 

cheminĂ©e 

de 

Jean  Barbet  ;  la  chambre  dite 

du  roy

  avec  ses  boiseries  Ă  

refouillements  Ă©pais  d’oĂč  semblent  s’avancer  les  portraits 

raides  et  gourmĂ©s  d’Henri  III,  de  sa  femme  Louise  de 

Vaudemont, 

de 

Marguerite 

de 

Savoie 

et 

d’Henri 

IV; 

l’oratoire  oĂč  Massillon  mĂ©dita  son 

Petit  CarĂȘme;

  la  biblio­

thĂšque;  les  grottes  Ă   rocailles,  le  parterre  Ă   arabesques  et 

les  terrasses  bordĂ©es  de  balustrades  que  Louis  de  Madaillan 

commanda selon les 

théories

 de Bernard Palissy.

Le  baron  de  CondĂ©  a  donnĂ©  la  suite  des  populations  qui 

se sont succĂ©dĂ© sur ce plateau, Celtes, Gaulois... et les

1 7

background image

258

monuments  de  leur  passage;  l’AssemblĂ©e  de  879,  oĂč  fut 

discutĂ©e  la  succession  de  Louis-le-BĂšgue  ;  la  liste  des  seigneurs 

qui  ont  occupĂ©  ce  chĂąteau  depuis  Hugues  de  Clermont 

jusqu’aux  Madaillan  et  aux  Lorbehaye;  les  prieurĂ©s  de  Saint- 

LĂ©onard  et  de  Royaumont;  la  demeure  Â«  sous  abri  Â»  de 

Pierre 

l’Hermite; 

les 

Ă©vĂ©nements 

de 

toutes 

dimensions, 

tristes  ou  gais,  qui  constituent  la  vie  intime  d’une  habitation 

seigneuriale.  A  nous  de  complĂ©ter  ce  rĂ©cit  en  rappelant  la 

haute  religion  du  baron  de  CondĂ©  et  de  sa  femme,  leur 

passion  incorrigible  du  bien  public  et  leurs  charitĂ©s  prin- 

ciĂšres.

Le  sentier  escarpĂ©  et  tournant  qui  conduit  du  chĂąteau  Ă  

l’église,  laisse  Ă©merger  Ă§a  et  lĂ   du  sol  rocailleux  et  des 

ronces pendantes, des tombes en auge gallo-romaines.

L’église de Montataire, qui est l’ancienne collĂ©giale,

a  reçu  de  plusieurs 

Ă©poques 

leur 

cachet 

distinct.  Aux  dĂ©buts 

du  XII

e

  siĂšcle  appar- 

tient  la  construction 

de  la  nef  avec  ses 

fenĂȘtres 

(aujourd’hui 

aveuglĂ©es) 

aux 

cla- 

veaux 

artificiels

  et  ses 

modillons 

barbares 

dont  l’un  reprĂ©sente  peut-ĂȘtre  le  fondateur,  Hugues  de 

Clermont,  dans  ce  cavalier  armĂ©  en  guerre.  La  fin  du 

XII

e

  siĂšcle  ou  le  XIII

e

  siĂšcle  commence  Ă   introduire  ses 

robustes  caractĂšres  architecturaux  Ă   l’intĂ©rieur  de  la  nef 

dont 

certains  chapiteaux, 

chute 

originelle, dragons, etc.,

sont 

d’un  faire  merveilleux, 

et aux 

portails. Le chƓur,

Ɠuvre  de  la  noble  famille  de  la  Tournelle  et  peut-ĂȘtre

background image

259

de  nos  rois,  trĂšs  ajourĂ©,  avec  les  deux  chapelles  qui 

l’escortent, 

et 

les 

arcatures 

trilobĂ©es 

qui 

garnissent 

les 

murailles,  trahit  le  XIII

e

  siĂšcle  arrivĂ©  en  son  milieu  ou 

finissant.  Le  transsept  est  de  la  mĂȘme  Ă©poque  avec  des 

retouches  ou  des  liaisons  du  XIV

e

  siĂšcle.  Le  tympan  du 

portail  du  midi,  lequel  reprĂ©sente  l’Annonciation,  est  un 

ouvrage vulgaire du XV

e

.

L’on  voyait  dans  la  nef,  comme  Ă   Creil,  Ă   Nogent  et  Ă  

Cires-les-Mello, une cheminĂ©e Ă  l’usage du baptĂȘme.

Étudier  aussi  le  clocher  qui  a  peut-ĂȘtre  servi  de  dĂ©fense, 

comme  le  clocher  de  Hainvillers  et  maints  autres  de  partout; 

les  toits  en  pierre  Ă   inclinaisons  raides  qui  couvrent  les 

basses-nefs;  une  statue  de  la  Vierge  du  XVI

e

  siĂšcle  dont 

l’Enfant-Dieu  tient  en  main  le  globe  du  monde;  un  reste 

de  pierre  tombale  de  Â«  Jehan  Boucher...  prĂ©vost  et  garde  de 

«  la  justice  de  Montataire  Â»  (9  mai 

I

540);  la  dalle  tumulaire 

d’un Madaillan (

I

739).

background image

26

o

A  cĂŽtĂ©  de  l’église  et  du  presbytĂšre,  restes  des  granges  de 

la collégiale (XIII

e

 siĂšcle).

Au-dessous,  quelle  fumĂ©e  !  quel  vacarme!  quelle  agitation! 

Ce sont   la 

SociĂ©tĂ© des Ponts 

et   Travaux en fer

 et surtout les

Forges

 dont l’origine modeste 

est, 

dit 

M. Bertheault,

«  un  petit  laminoir  Ă   fer  Ă©tabli,  en 

I

807,  sur  une  belle  chute 

« d’eau 

formĂ©e  par la  riviĂšre 

du  ThĂ©rain,  prĂšs de son

« confluent avec l’Oise. »

Au pied de Montataire, cette Ă©glise des XII

e

, XIII

e

 et

XIV

e

  siĂšcles  qui 

est  campĂ©e  con- 

tre  une  colline 

pittoresque, 

est 

Thiverny.

 

Vous 

remarquerez, 

Ă  

son  portail  en 

applique 

d’un 

beau  style,  les 

chapiteaux 

oĂč 

des  figures  gros- 

sement 

traitĂ©es 

portent  de  lon- 

gues  nattes,  des 

moustaches  torses  et  des  cheveux  en  mĂšches  spiroĂŻdes  ;  les 

chevrons  brisĂ©s  des  archivoltes  ;  le  cordon  de  plantes  Â«  d’une 

« grande finesse et habileté » qui les cerne.

Cette 

Ă©glise 

conservĂ© 

un 

vitrail 

fort 

intĂ©ressant 

(XIII

e

 

siĂšcle) 

de 

son 

patron, 

saint 

Leufroi. 

Pourquoi 

l’église  de  Thiverny  est-elle  sous  le  vocable  du  saint  ermite 

et 

apĂŽtre 

des 

idolĂątres 

du 

pays 

de 

Louviers 

et 

de 

Caillon?

background image

Nous  savons  que  la  terre  de  Thiverny  fut  donnĂ©e  par 

Charles-le-Simple à Saint-Germain-des-Prés.

26I

Nogent-les-Vierges,

 

dont 

FrĂ©dĂ©gaire 

rapporte 

que 

le 

roi 

ThĂ©odorik  et  le  maire  LeudĂšs,  s’y  Ă©taient  rĂ©fugiĂ©s  Â«  in 

«  Novienti  villa  Â»,  pour  Ă©chapper  au  gĂ©nie  cruel  d’EbroĂŻn, 

en  673,  doit  son  surnom  au  souvenir  et  aux  reliques 

des  saintes  martyres  Ă©cossaises,  Maure  et  Brigide.  C’est  lĂ 

background image

262

en  effet  que  leurs  fiertes  prĂ©cieuses  s’arrĂȘtĂšrent  en  660,  et 

«  y  furent  dĂ©laisseez,  sainte  Batilde,  royne  de  France,  ne 

«  les  ayant  peu  transporter  en  son  abbaĂŻe  de  Celles 

« [Chelles].»

Ce  chĂąteau  que  nous  rencontrons  d’abord,  Ă   notre  gauche, 

au  milieu  de  pelouses  charmantes  et  de  frais  ombrages, 

appartient à M. Hubert, l’un des bienfaiteurs du pays.

Ce  chĂąteau  s’est  embelli,  entr’autres  dĂ©tails,  d’une  galerie 

sculptĂ©e 

que 

M. 

Houbigant 

em- 

pruntĂ©e  Ă   l’habitation  seigneuriale  de 

Sarcus.  Faut-il,  avec  ce  savant,  saluer 

François  I

er

  et  ses  trois  fils,  Â«  aprĂšs  la 

«  blessure  de  Romorantin  Â»,  dans  les 

quatre  mĂ©daillons  qui  dĂ©corent  ce  reste 

de  façade?  Nous  avons,  de  M.  Houbigant, 

un 

Recueil  des  AntiquitĂ©s  bellovaques

  con- 

servĂ©es  dans  son  cabinet  de  Nogent-les- 

Vierges.

Une  premiĂšre  croix,  que  l’on  rencontre  sur  la  place  de 

l’Église,  est  un  spĂ©cimen  simple  et  dĂ©licat  du  milieu  du 

XIII

e

  siĂšcle.  Plus  loin,  fontaine  (supprimĂ©e)  des  saintes 

Maure et Brigide.

La  croix  qui  l’avoisine  avec  autel  de  station,  est  soutenue 

par  une  colonne  et  un  couronnement  de  la  fin  du  XII

e

  siĂšcle, 

qui  montre,  dans  une  arcade  trilobĂ©e,  une  femme  coiffĂ©e 

d’un  voile  et  tenant  d’une  main  une  crosse  d’abbesse,  et  de 

l’autre un livre.

L’église  est  un  Ă©difice  de  deux  styles  Ă©galement  remar- 

quables  :  l’époque  romane  revendique  avec  orgueil,  outre  la 

nef  austĂšre,  deux  bras  de  croix,  dont  la  voĂ»te  en  berceau 

Ă©paule  le  clocher,  et  ce  clocher  central  en  bĂątiĂšre,  l’un  des

background image

263

plus  importants  de  nos  pays  par  ses  dimensions  et  son 

originalité.

Saint 

Louis, 

lequel 

fit 

transfĂ©rer 

solennellement 

les 

reliques  dans  des  chĂąsses  de  grand  prix,  agrandit  le  choeur 

selon le style magnifique que l’on sait.

Quelques  dĂ©tails  Ă   noter  :  façade  avec  croix  antĂ©fixe, 

comme  nos  pays  en  dressent  encore  Ă   Boran,  Ă   Duvy,  Ă  

Nointel, 

etc.; 

porche 

de 

I

22

I

 

environ; 

cheminĂ©e 

du 

XV

e

 

siĂšcle; 

aux 

piliers 

massifs 

du 

clocher, 

bas-reliefs 

incrustĂ©s,  dont  deux,  Naissance  et  Mort  de  la  Vierge, 

trahissent l’art du XV

e

 siĂšcle.

VerriĂšres du XIII

e

 siĂšcle reprĂ©sentant le Christ juge.

Pierre  tombale  trĂšs  usĂ©e  oĂč  j’ai  cru  lire  :  Â«  Cy  gist  Gilles 

«  Seigneur  (?)  doignies  et  de  Rosoy  en...  [lequel]  trespassa 

«  l’an  mil  CCCC  et  XIIII  le  XXI  de  may.  Pries  Dieu  p°  luy. 

«  Cy  gist  noble  dame  demoiselle  Iehanne  Duvis  (?)  fame 

«  du  dit  Gilles  laquelle  trespassa  l’an  mil  CCCC  et...  Â»,  avec 

ces  armoiries  du  mari  :  Ă   une  fasce  de  vair  accompagnĂ©e  en 

chef  d’un  chevron  et  en  pointe  de  mĂȘme;  de  la  femme  : 

parti Ă  dextre du mari et Ă  senestre de... Ă  un chevron.

Statue  en  marbre  de  Jehan  Bardeau,  seigneur  de  Morte- 

fontaine,  prĂšs  de  Villers-Saint-Paul,  secrĂ©taire  du  roi  Henri  III 

(-

I

632)  :  elle  est  signĂ©e  Michel  Bourdin,  sculpteur  OrlĂ©anais, 

auquel  on  doit  les  tombeaux  de  Louis  XI  Ă   ClĂ©ry  et  de 

Diane de Poitiers, un buste en cire d’Henri IV, etc.

Autres  Ă©pitaphes,  de 

I

535,  oĂč  un  gisant;  de 

I

568  :  Jean 

Dufour,  seigneur  de  Nogent  et  de  Villers-Saint-Paul;  de 

I

63

I

de 

I

77

I

 

Messire 

Hardy 

Duplessis, 

seigneur 

de 

Nogent-les-Vierges,  et  Marie-Bonne  de  Colabau,  sa  femme. 

Un  saint  SĂ©bastien  de  l’époque  de  la  Renaissance.  Deux 

chĂąsses style Louis XIV.

background image

264

La  marĂ©chale  GĂ©rard  a  fait  bĂątir  en  cette  Ă©glise  une 

chapelle  avec  caveau  pour  recevoir  les  restes  du  marĂ©chal 

GĂ©rard,  Â«  aussi  vertueux  et  affable  que  brave  Â»,  lequel 

habita le chĂąteau voisin de Villers-Saint-Paul.

L’archĂ©ologue  chercheur  remarquera  dans  les  murs  extĂ©- 

rieurs  du  chƓur  du  XIII

e

  siĂšcle,  des  motifs  romans  encastrĂ©s, 

restes peut-ĂȘtre du chƓur primitif.

Le  clocher  Ă   colonnes  d’angle,  Ă   colonnettes  gravĂ©es, 

torses,  Ă   dĂ©corations  de  dents  de  scie,  de  pointes  de  diamant, 

est,  je  le  rĂ©pĂšte,  l’un  des  spĂ©cimens  les  plus  notables  que 

l’art  roman  ait  Ă©levĂ©s  sur  les  bords  de  l’Oise.  Il  est  Ă   noter 

qu’il  se  termine  en  bĂątiĂšre,  selon  un  procĂ©dĂ©  de  construc- 

tion  plus  lĂ©ger  et  plus  Ă©conomique  que  ne  l’était  la  forme 

pyramidale de Saint-Pierre de Pontpoint, de Chamant, etc.

Tout  rĂ©cemment  l’abbĂ©  Boudin,  curĂ©  de  la  paroisse,  a 

exhumĂ©  de  la  poussiĂšre  des  greniers,  oĂč  elles  sommeillaient, 

deux  statuettes  charmantes  en  bois  peint  des  mĂȘmes  bien- 

heureuses (XIII

e

 ou XIV

e

 siĂšcle).

L’on  sait  que  la  fĂȘte  des  saintes  martyres  continue,  malgrĂ© 

l’indiffĂ©rence 

d’une 

Ă©poque 

trop 

souvent 

positiviste 

ou 

blasĂ©e, d’attirer de nombreux pĂšlerins.

A  mentionner  aussi  Ă   Nogent-les-Vierges,  les  dĂ©couvertes 

prĂ©historiques faites au Dolmen du 

Retiro.

Nogent  imite  Creil  en  son  activitĂ©  industrieuse  :  ateliers 

de  construction  de  M.  Burton,  papeterie,  fabrication  de  filets 

de pĂȘche.

De  Nogent  Ă  

Villers-Saint-Paul,  Villaris  super  Isaram

  (

I

005), 

le  chemin  est  comme  abrĂ©gĂ©  par  la  fraĂźcheur  des  bois  que 

lave la BrĂȘche, et la variĂ©tĂ© des sites.

L’église,  Ă©minemment  curieuse,  a  Ă©tĂ©  Ă©tudiĂ©e  avec  scrupule 

par Graves, Eug. Woillez, Viollet-le-Duc, Quicherat et

background image

265

M.  Eug.  LefĂšvre-Pontalis,  qui  en  a  fait  une  monographie 

dĂ©taillĂ©e  et  distribue  ainsi  les  Ăąges  de  l’édifice  :  au  premier 

quart  du  XII

e

  siĂšcle,  la  nef;  au  deuxiĂšme  quart  du  mĂȘme 

siĂšcle,  la  façade  ;  au  commencement  du  XIII

e

,  le  carrĂ©  du 

transsept,  les  croisillons,  le  chƓur  et  le  clocher,  tandis  que 

M.  Anthyme  Saint-Paul  estime  que  Â«  le  portail  et  la  nef 

« sont antérieurs au XII

e

 siĂšcle ».

Il  est  d’un  grand  profit  d’analyser  en  archĂ©ologue  et  en 

artiste,  Ă   la  suite  de  guides  si  compĂ©tents  :  la  façade,  avec 

son  oculus;  le  portail  en  retrait  ou  en  applique  Ă   dĂ©grada- 

tions,  l’un  des  plus  remarquables  du  roman  de  nos  pays, 

avec  ses  dix  paires  de  colonnes,  son  tympan  Ă   pierres 

savamment  appareillĂ©es,  ses  archivoltes,  son  tore  disposĂ©  en 

frĂȘte 

crĂ©nelĂ©e 

d’un 

caractĂšre 

trĂšs 

rare 

et 

Ă©minemment 

archaĂŻque,  et  le  David  ou  Samson  qui  le  couronne  ;  la 

grande  nef,  divisĂ©e  jadis  dans  sa  longueur  par  des  arcades 

ou  doubleaux  en  plein-cintre  Â«  dont  l’extrados  se  terminait 

«  par  un  pignon  engagĂ©  sous  le  comble  Â»  pour  partager  les 

charpentes  en  travĂ©es  indĂ©pendantes;  les  arcades  maĂźtresses 

de  la  nef,  tracĂ©es  en  arcs  brisĂ©s  (

II

00  environ)  et  supportĂ©es 

par  des  chapiteaux  couverts  de  dĂ©corations  gĂ©omĂ©triques,  de 

figures  sauvages  ou  de  feuilles  d’acanthe  d’un  grand  style; 

les  basses-nefs,  privĂ©es  de  voĂ»te  en  pierre  et  ornĂ©es  d’arca- 

tures  avec  bans  de  pierre;  la  large  niche  en  tiers-point  Â«  qui 

«  dessine  Ă   l’extĂ©rieur  Â»  du  mur  du  chevet  Â«  une  saillie 

«  terminĂ©e  par  un  gable  massif  Â»  ;  le  cordon,  au  dehors, 

qui  court  sur  les  murs  latĂ©raux  et  cerne  les  fenĂȘtres;  la 

corniche  formĂ©e  d’une  sĂ©rie  de  petits  arcs  gĂ©minĂ©s,  et 

surtout 

les 

grotesques, 

armĂ©s, 

musiciens, 

s’entredĂ©vorant, 

etc.,  etc.,  qui  se  succĂšdent  en  frise  Ă©trange  et  barbare  le  long 

du  larmier  supĂ©rieur;  le  clocher,  Ă©lĂ©gant  et  Â«  trĂšs  original  Â», 

avec toit en bĂątiĂšre et clochetons.

background image

266

A  mentionner  encore  un  vitrail  de  la  Vierge  du  XIII

e

  siĂšcle  ; 

des  dĂ©bris  de  pierres  tombales  des  XIV

e

  siĂšcle  et  suivants; 

des  peintures  murales  Ă   la  partie  de  l’église  qui  sert 

aujourd’hui  de  sacristie,  reprĂ©sentant  la  vie  de  saint  Jean- 

Baptiste  (XIV

e

  siĂšcle);  et  un  reste  malheureusement  mutilĂ© 

d’un 

monument 

funĂ©raire 

de 

Guillaume 

Brunel 

et 

de 

Jacqueline, sa femme.

J’ai  parlĂ©  ailleurs  des  peintures  murales  d’Angicourt,  de 

Cambronne,  prĂšs  Clermont,  de  Mogneville,  de  Rieux,  de 

Villers-Saint-Paul, etc.

Pour  les  pierres  tombales,  mon  savant  ami  l’abbĂ©  Morel 

me  fut  d’un  grand  secours  pour  y  dĂ©chiffrer  ces  restes  d’ins- 

criptions :

« Cy gist dame (?) Marie femme 

de  sire  Pierre 

Brunel

«  jadis bourgois de Senlis (?) ...oire 

le xv

e

  jour du 

mois de

«  dĂ©cembre  et  le  dit  feu  Pierre  qui  gist  en  l’église  Saint 

«  Rieule  de  Senlis  et  trespassa  en  l’an  de  grace  (?)...  mois  de 

« juing. Pries... pardon ».

«  Cy  gist  Guillaume  (?)  brunel  filz  de  deffunct  Pierre 

«  brunel  et  Marie  sa  femme  qui  fu  tresorier  de  monseigneur 

«  le  duc  d’Orliens  et  puis  secrĂ©taire  argentier  et  t...  mois 

«  de  may  l’an  de  grace  (?)  Mil 

CCCC

...  Pries  a  Dieu  pour  li 

« pour son pÚre, sa mÚre et pour ses amis ».

«  Cy  gist  Jaqueline  fille  de  feu  Sire  Pierre  Brunel  et 

«  sereur  de  Sire  (?)  Mahieu  Brunel,  fondeur 

1

  de  ceste 

«  chappelle  et  iadis  femme  de  deffuncts  Renoult  de  lourme, 

«  Pierre  le  Carrier  et  Jehan  Colart  laquelle  trespassa 

«  (XIV

e

 siĂšcle) ». Au mĂȘme endroit.

« Cy gist sire Florens Brunel, fil 

de  feu  Pierre 

Brunel

« qui trespassa l’an de grace mil 

CCC

... »

1

 Fondateur.

background image

267

«  Cy  gist  Aalis  (?)  Brunel  iadis  fille  de  sire  Guillaume 

« Brunel, conseillier du roy nostre sire et femme de

«  Johannin  de  Viarmes  (?)  bourgois  de  Paris  qui  tres- 

«  passa  au  mois  de  mars  l’an  de  grace  mil 

CCC

 

IIII

XX

  et 

XIII

« Pries Diex pour son ame ». Cette dalle porte deux écussons

background image

268

oĂč 

l’on 

distingue 

[d’argent] 

Ă  

une 

bande 

[de 

sable] 

chargĂ©e  de  trois  fleurs  [de  lys  d’or]  qui  est  de  Villers,  et  parti 

du mĂȘme et de... coupĂ© de..., qui est de la femme.

Pour  ce  qui  est  du  monument  funĂ©raire  de  Guillaume 

Brunel,  les  poses,  les  plis  des  vĂȘtements,  la  dĂ©licatesse  de  la 

sculpture sont d’un maütre.

Villers-Saint-Paul  a  Ă©tĂ©  le  berceau  ou  le  fief  principal 

d’une  famille  qui  paraĂźt  avoir  tenu  une  place  importante 

dans  la  noblesse  d’autrefois.  Nous  citerons  entr’autres  : 

II

65  :  AlbĂ©ric,  chambrier  de  France,  et  Raoul,  chevalier; 

II

90, 

I

227  :  Amaury  de  Villers-Saint-Paul,  chĂątellain  de  la 

Rochelle; 

I

474  :  Guillaume;  Florimond,  son  fils,  qui  meurt 

en  dĂ©fendant  l’abbaye  de  Saint-Lucien  dont  son  frĂšre  Ă©tait 

abbĂ©.  La  statue  couchĂ©e  de  Florimond  repose  dans  le  parc 

de Nogent.

Ces  noms  auxquels  l’archĂ©ologie  prĂȘte  ainsi  un  instant  de 

renouveau,  ont  fait  place  Ă   d’autres  gloires  :  de  Sartines 

(

I

777); 

Godard 

Ancourt 

de 

Saint-Just, 

qui 

fourni 

Ă  

BoiĂ«ldieu  plus  d’un  libretto  d’opĂ©ras-comiques;  le  marĂ©chal 

comte GĂ©rard; les d’Archiac.

Vous pourriez revenir de Creil par Vaux et Verneuil.

Vaux,

  dont  M.  Boursier  cite  plus  d’un  seigneur,  restes 

d’une  chapelle  de  la  Vierge  du  XIII

e

  siĂšcle.  Le  musĂ©e 

archĂ©ologique  de  Senlis  possĂšde  une  PiĂ©ta  en  pierre  peinte 

du XVI

e

 siĂšcle qui provient de cet Ă©difice.

Une  sente  abrĂ©gĂ©e  conduit  de  lĂ   Ă  

Verneuil

  par  les  bois  et 

des 

carriĂšres 

de 

sable. 

Le 

village 

dĂ©tache 

bientĂŽt 

ses 

maisons  et  le  clocher  de  son  Ă©glise  sur  un  horizon  de 

collines  entre  la  plaine  Ă   gauche  et  des  bouquets  de  sapins 

foncés.

background image

269

Verneuil,

  le 

Vernogilum

  (82I), 

VernoĂŻlum,

  des  Capitulaires 

selon plus d’un savant, est dĂ©chu de ses vieilles gloires.

Cette  ville,  c’était  la  qualification  officielle,  possĂ©dait  sur 

le  bord  giboyeux  de  la  forĂȘt  d’Halatte,  un  chĂąteau  Â«  dont  la 

«  dimension  colossale  ne  rachetait  pas  la  vulgaritĂ©  Â», 

commencĂ©  par  Philippe  de  Boulainvilliers,  comte  de  Dam- 

martin  et  parachevĂ©  par  Henri  IV  avec  l’aide  de  Baptiste 

Androuet  du  Cerceau,  au  profit  de  la  belle  et  malicieuse 

Catherine  de  Balzac  d’Entragues.  L’on  trouvera  dans  du 

Cerceau  et  dans  le 

ThĂ©Ăątre  d’Agriculture

  d’Olivier  de  Serres, 

une  description  de  ce  chĂąteau  et  des  jardins  Â«  disposĂ©s  avec 

« merveilleuse patience et industrie ».

La  seigneurie  ou  marquisat  de  Verneuil  fut  Ă©rigĂ©e  en 

duchĂ©-pairie  en  I652  en  faveur  de  Henri  de  Bourbon-CondĂ©, 

2

e

  fils  lĂ©gitimĂ©  d’Henri  IV  et  de  Catherine  de  Balzac,  lequel 

cumulait  selon  un  procĂ©dĂ©  peu  Ă©difiant,  les  emplois  sacrĂ©s 

et la vie séculiÚre.

L’église de Verneuil, sous le vocable de Saint-HonorĂ©, est

Porche  assez  joli  des  XV

e

  et  XVI

e

  siĂšcles.  Portail  simple, 

mais  d'un  bon  style.  Armoiries  peintes  de  Henri  de  Bourbon, 
comte de Verneuil.

Le sol a gardé quelques dalles tumulaires, parmi lesquelles

d’une  architecture 

mĂȘlĂ©e. 

Quelques 

souvenirs  du  com- 

mencement  du 

XII

e

 siĂšcle Ă  l’avant- 

chƓur,  et  carac- 

tĂšres  du  XIV

e

  et 

surtout  de  la  se- 

conde  moitiĂ©  du 

XVI

 Ă   l’intĂ©rieur

background image

270

je 

mentionnerai 

seulement 

celles 

d’Antoine-Raymond 

Hamelin,  Ă©cuyer,  seigneur  de  la  MarliĂšre,  ancien  capitaine  au 

rĂ©giment  de  Limousin,  chevalier  de  Saint-Louis  (juillet 

I

782);  et  de  Marie-Louise  Dufresne  Du  Cange,  Ă©pouse  de 

feu  messire  Paul-François-Ollin  de  Torcy,  lieutenant-gĂ©nĂ©ral 

des armées du Roy (juillet I783).

Les  anciens  registres  de  la  paroisse  de  Verneuil  renferment 

plus  d’un  document  intĂ©ressant  :  abjurations,  mariages, 

baptĂȘmes,  dĂ©cĂšs,  signatures  de  personnages  de  marque. 

Notons seulement :

«  Jehan  Brosse,  Â«  maistre  architecteur  Â»  (I568),  demeu- 

«  rant  Ă   Verneuil  Â».  C’est  le  pĂšre  de  Salomon  ou  Jacques  de 

Brosse.

I

6I7.  Salomon  de  Brosse  qui  est  qualifiĂ©  Â«  architecte 

« général des bùtiments du Roy et de la Royne, mÚre de

background image

27I

«  Sa  MajestĂ©,  seigneur  du  Plessis-Pommeraye  et  des  fiefs  de 

«  Saint-Quentin  (au  lieu  dit  Montlaville)  et  du  Coulom- 

« bier, etc. »

Paul  de  Brosse,  architecte  du  roi,  qui  Ă©pousa  Anne  BourrĂ©e 

avant l’annĂ©e I6I7.

Deux  Jacques  de  la  Brosse,  que  nous  amĂšnent  les 

dates  de  I669  et  de  I697,  sont  probablement  des  fils  et 

petit-fils de Paul de Brosse.

Fontaine  Sainte-GeneviĂšve

  oĂč  pĂšlerinage  trĂšs  ancien; 

tumulus  au  lieu  dit  les 

Platiaux;

  et  mamelon,  au 

Tremblay,

 

oĂč  l’on  a  dĂ©couvert  en  I866  Â«  des  squelettes  avec  des  vases 

« gallo-romains ».

Montlaville

  Â«  un  petit  manoir  Â»  en  pierre  qui  a  du 

«  style  Â»  Ă©tait  une  appartenance  et  probablement  une  oeuvre 

de  Â«  noble  homme  Salomon  de  Brosse  Â».  Il  est  nommĂ©, 

dans certains titres, 

le Fief

 ou 

la Tour Saint-Quentin.

«  Quand  Â«  dit  M.  Stanislas  Meunier,  Â«  on  va  de  Creil  Ă  

«  Fleurines,  aprĂšs  avoir  traversĂ©  le  gisement  de  glauconie 

«  moyen  des  bords  de  l’Oise,  on  arrive  du  cĂŽtĂ©  de  Verneuil 

« sur le calcaire grossier, inférieur et moyen, etc. ».

CarriÚre de sables riche en coquilles intéressantes.

Suite


Document Outline