background image

VI

DE SENLIS A COURTEUIL, SAINT-FIRMIN, 

CHANTILLY, ETC.

A  gauche  les 

ArĂšnes,

  que  nous  avons  dĂ©jĂ   visitĂ©es.  C’est 

sur  l’éminence  qui  les  encadre,  que  les  Ligueurs  placĂšrent 

en 

I

588,  leurs  couleuvrines,  pour  battre  nos  remparts  du 

cÎté du Montauban.

Ce  moulin  a  retenu  son  ancien  nom  de 

Moulin  du  roy.

 

ChĂąteaux  de 

Marozeaux

  et  de 

Belle-Fontaine,

  appartenant 

autrefois  Ă   Jacques  Drouyn  de  Vendeuil,  premier  prĂ©sident 

du parlement de Toulouse, aujourd’hui Ă  M. AndrĂ© de Waru.

Nous  traversons  l’Aunette  Ă   l’endroit  dit  la 

GatelliĂšre,

 

maison du gué.

Saint-Nicolas-d’Acy,  Aciacus,

  montre  bientĂŽt  Ă   gauche,  le 

grand  mur  du  prieurĂ©  qu’avait  fondĂ©  en 

I

098,  Robert,  vidame 

de  Senlis,  baron  de  Survilliers  et  seigneur  d’Acy.  L’effigie 

sĂ©pulcrale  du  Â«  trĂšs  insigne  Gui  de  la  Tour  Â»,  qui  fut 

comme  le  restaurateur  de  ce  prieurĂ©,  aprĂšs  avoir  servi  trop 

longtemps  de  cible  aux  enfants,  a  trouvĂ©  un  abri  dans  un

background image

2 7 3

coin  de  l’église  de  Courteuil.  Â«  Ici,  Â»  disait  son  Ă©pitaphe  en 

vers  lĂ©onins,  Â«  ici  git  l’illustre  Gui,  surnommĂ©  de  la  Tour; 

« qu’il trouve pitiĂ© auprĂšs du Christ, nĂ© de la Vierge ».

« Hic jacet egregius Guido de turre vocatus,

« Cui sit propitius Christus de Virgine natus ».

DuRĂŒel  nous  a  conservĂ©  une  liste  des  prieurs  que  l’abbĂ© 

Vattier a éclairée par des notes.

De  l’église  que  Nicolas  Sanguin  avait  dĂ©diĂ©e  en  1626,  il 

ne reste pas une pierre.

Dom  Grenier  mentionne  que  Â«  dans  la  nef  prĂšs  le  portail 

«  Ă   gauche  en  entrant,  il  a  lu  une  inscription  latine  dont 

«  voici  la  traduction  :  Ici  gĂźt  D.  Antoine  PrĂ©vost,  prĂȘtre  de 

«  l’ordre  majeur  de  Saint-Benoit,  moine  profĂšs,  connu  pour 

«  les  trĂšs  nombreux  ouvrages  qu’il  a  mis  au  jour.  Il  mourut 

«  le  25  novembre  1763.  Qu’il  repose  en  paix!  Â»  Il  avait  peu 

connu cette paix jusqu’alors.

Pourquoi  le  vocable  de  Saint-Nicolas  Ă   ce  hameau  frais  et 

agrĂ©ablement  accidentĂ©  ?  Vous  trouverez  parmi  les  procĂšs 

cĂ©lĂšbres  que  la  justice  d’autrefois  a  faits  Ă   des  animaux,  celui 

que  le  bailli  de  Saint-Nicolas  intenta,  c’était  le  27  mars  1567, 

contre une truie homicide.

Le  limousin 

Saint  LĂ©onard,

  que  l’on  vĂ©nĂšre  le  6  novembre, 

a donnĂ© lui son  nom, j’ignore le motif, au village qui Ă©tale ses 

maisons  le  long  de  cette  route  montante  et  sinueuse.  L’église 

rebĂątie  presque  entiĂšrement  en  1600,  n’a  conservĂ©  de  son 

architecture  primitive  du  XIII

e

  siĂšcle  que  son  chƓur  carrĂ© 

avec  triplet,  c’est-Ă -dire  triple  baie  Ă   l’est.  Vous  y  noterez une 

statue  de  la  Vierge  du  XV

e

  siĂšcle  et  quelques  belles  stalles  de 

la  mĂȘme  Ă©poque;  une  pierre  commĂ©morative  oĂč  le  lapicide 

a gravé la messe et les sept oraisons de saint Grégoire;

1 8

background image

quelques  tableaux  et  quelques  pierres  tombales  de  Â«  Jean 

« 

Chérault, natif de la FerriÚre, diocÚse de Sées, curé de

«  Saint  -  LĂ©onard  Â» 

(1662);  de  Gilles  de 

la 

Rue, 

du 

dio­

cĂšse  de  Lisieux,  son 

successeur 

(1694), 

et 

de 

Guillaume 

Floubigand,  ce  qui  a 

«  Ă©tabli  la  blanchis- 

« serie.... »

Nos  annales  font  mention  de 

Courteuil,  Curtesolium

  (1060), 

CurtoĂŻlum

  (1138), 

Curteolum

  (1168),  petit  courtil,  dĂšs  860, 

Ă©poque  oĂč  Charles-le-Chauve  donne  Ă   l’abbaye  de  Saint- 

Denis cc la villa du Cortilion, villa Cortilionis ».

L’église est digne d’une visite raisonnĂ©e. ChƓur et avant-

chƓur 

des 

dĂ©buts 

du 

XIII

e

  siĂšcle.  Additions  du 

XV

e

  siĂšcle  et  des  siĂšcles 

suivants.  Fonts  des  XIII

e

 

et XIV

e

 siĂšcles. Belle statue 

de  la  Vierge  du  XIV

e

soutenant 

d’une 

main 

l’Enfant-Dieu 

qui 

serre 

une 

pomme 

entre 

ses 

doigts,  et  prĂ©sentant  de 

l’autre  un  livre  ouvert  : 

pourquoi 

a-t-on 

badi­

geonnĂ©  ce  groupe  Ă©lĂ©gant 

et  fin  d’une  couleur  blanc  cru?  Monuments  et  dalles 

funéraires curieux.

274

background image

2 7 5

La dalle devant le chƓur porte cette lĂ©gende en vers :

« Cy gist un gentil escuyer 

« Qu’on nomait François Waroquier 

« Qui de lartois province hautaine 

« Issoit de moult noble origenne 

« Et fut dartillerie et guerre 

« Pour le Roy loial commissaire 

« Et lee servant en ceste guise 

« Acquit grand los par sa franchise », etc.

François de Waroquier, seigneur de Mercourt en Artois, 

commissaire des guerres et de l’artillerie (1554)) Ă©tait fils de

background image

276

Wast  de  Waroquier  et  d’Anne  du  Moulinet,  et  avait  Ă©pousĂ© 

Anne  Thibault,  de  la  famille  des  Thibault,  seigneurs  de 

NĂ©ry.  Les  armoiries  qui  dĂ©corent  les  angles  de  cette  dalle 

sont,  en  bas  Ă   gauche  de  [azur]  Ă   une  main  [d’argent] 

qui  est  de  Waroquier;  Ă   droite,  parti 

Ă   dextre  d’une  main 

1

  appaumĂ©e,  Ă  

gauche  de...  Ă  une  fasce de...  chargĂ©e de 

trois  merlettes  qui  est  de  Thibault;  en 

haut  Ă   gauche,  Ă©cartelĂ©  aux  I  et  4

e

  de 

Waroquier,  au  2

e

  et  3

e

  de...  Ă   trois 

fleurs de lys posĂ©es deux et un qui est...; 

enfin  Ă   l’autre  et  dernier  angle,  parti  Ă  

dextre  de  Waroquier,  a  senestre  de  Moulinet  qui  est  de... 

Ă  trois anilles ou fers de moulin.

Autre  monument  de  frĂšre  Jean  Mathon,  reprĂ©sentant  en 

demi-bosse  un  gisant  et  deux  religieux  qui  prient  pour  son 

Ăąme. 

mcccciiii

XX

...

La  croix  toute  simple,  au  bord  de  la  grande  route,  rappelle 

la  mort,  le  25  novembre  I763,  de  l’abbĂ©  PrĂ©vost,  l’auteur 

dĂ©sabusĂ© et repentant de 

Manon Lescaut.

«

  L’abbĂ©  PrĂ©vost,  Â»  dit  la  marquise  de  CrĂ©quy,  Â«  que  j’ai 

«  rencontrĂ©  deux  ou  trois  fois  dans  ma  vie,  Ă©tait  un  gros 

«  homme  Ă   figure  sombre,  avec  une  voix  lugubre  ;  il  Ă©tait 

«  assez  bien  vĂȘtu  pour  un  auteur  de  son  temps.  On  racon- 

«  tait  de  lui  des  choses  Ă©tranges...  Tout  ce  que  je  sais  de  plus 

«  calamiteux  sur  l’abbĂ©  PrĂ©vost,  c’est  qu’il  est  mort  d’une 

«  horrible  maniĂšre.  Il  avait  Ă©tĂ©  saisi  d’apoplexie  dans  le 

«  bourg  de  Royaumont,  non  loin  de  Chantilly  ;  il  fut  trans- 

«  portĂ©  chez  le  curĂ©  du  village,  oĂč  le  bailli  des  moines  arriva 

« pour instrumenter de sa profession, et d’oĂč ce justicier de

1

 

D’oĂč 

le 

proverbe 

« 

Je 

te 

donneray 

les 

armoiries 

de 

Varoquier 

», 

c’est-Ă - 

dire une main appliquée sur la joue.

background image

2 7 7

«  malheur  envoya  requĂ©rir  le  chirurgien  de  l’abbaye  pour 

«  venir  procĂ©der  Ă   l’ouverture  du  corps,  afin  qu’il  ne  manquĂąt 

« rien à la perfection de ce procÚs-verbal... »

La  vĂ©ritĂ©  historique  exige  que  l’on  n’accorde  au  rĂ©cit 

satirique  et  macabre  de  la  marquise  de  CrĂ©quy  qu’un  crĂ©dit 

relatif.  Les 

Affiches  du  Beauvaisis,

  Ă   la  date  du 

I

2  mars 

I

787, 

protestent  avec  une  belle  indignation  contre  le  trait  final. 

«  Le  sieur  abbĂ©  PrĂ©vost  Â»,  dit  le  rĂ©dacteur  de  ces 

Affiches,

 

«  fut  frappĂ©  d’une  apoplexie  qui  le  renversa  sans  vie  sur  la 

«  route  de  Saint-Firmin  Ă   Senlis,  vis-Ă -vis  la  croix  de  la 

«  paroisse  de  Courteuil,  et  non  au  pied  d’un  arbre  dans  la 

«  forĂȘt  de  Chantilly.  M.  de  Saint-Leu,  curĂ©  de  la  dite  paroisse, 

«  fit  porter  dans  son  presbytĂšre  le  corps,  qu’on  essaya  de 

«  rappeler  Ă   la  vie  par  tous  les  moyens  et  secours  usitĂ©s  en 

«  pareil  cas.  C’est  le  lendemain  qu’on  procĂ©da  Ă   l’ouverture 

«  du cadavre. »

Christian,  qui,  selon  l’adage  des  anciens  et  de  Santeuil, 

«  a  chĂątiĂ©  de  son  rire  les  mƓurs  Â»  de  l’époque,  habitait  ce 

petit  chĂąteau  et  cette  tourelle  dentelĂ©e  de  crĂ©neaux  inof- 

fensifs.

Courteuil  a  eu  pour  seigneurs  :  Jean  de  Tournebus  (

I

279), 

Guillaume de Chantilly (

I

346), etc.

Avilly,  villa  de  Avilliaco

  (

II

06),  possĂšde  des  bueries  ou 

blanchisseries  cĂ©lĂšbres  dont  un  capucin,  le  PĂšre  SĂ©bastien 

Truchet,  dit  de  Senlis,  a  Ă©tĂ©  l’initiateur.  Ce  religieux  n’était 

point  seulement,  comme  on  le  voit,  l’écrivain  ascĂ©tique 

auquel  on  doit 

le  Flambeau  du  Juste...  dĂ©diĂ©  au  Roy

  (

I

642); 

c’était  un  savant,  comme  le  tĂ©moigne  encore  ce  trait  de 

Saint-Simon  :  Â«  Le  samedi  22  mai 

I

7

I

7,  il  [Pierre-le-Grand] 

«  fut  Ă   Bercy,  chez  Pajot  d’Ons-en-Bray,  principal  directeur 

«  de  la  poste,  dont  la  maison  est  pleine  de  toutes  sortes  de

background image

«  raretĂ©s  et  de  curiositĂ©s,  tant  naturelles  que  mĂ©caniques. 

«  Le  cĂ©lĂšbre  P.  SĂ©bastien,  carme,  y  Ă©toit.  Il  s’y  amusa  tout 

« le jour, et y admira plusieurs belles machines ».

Au haut de la cĂŽte, 

Saint-Firmin,

 appelĂ© autrefois 

Fontaine

 

de Saint-Firmin

 (II06).

L’église n’a gardĂ© du XIII

e

 siĂšcle qu’un souvenir Ă  quelques

contreforts.  Par  contre, 

elle  attire  les  curieux 

et  les  artistes  par  ses 

vitraux  de  la  Renais- 

sance,  dons  des  Mont- 

morency.  Les  armoiries 

sont 

celles 

de 

cette 

trĂšs  illustre  famille  qui 

s’intitulait  les  premiers 

barons 

de 

France 

et 

inscrivait 

avec 

une 

lĂ©gitime 

fiertĂ© 

cette 

devise  qui  n’est  plus  Ă  

la mode :

errer;

  d’Anne  de  la  Tour  ; 

de 

Gouffier-Montmo- 

rency;  et  du  cardinal 

Adrien 

Gouffier. 

Les 

sujets  des  verriĂšres  sont, 

derriĂšre  l’autel  :  sainte 

Anne, 

sainte 

Marie- 

Madeleine,  saint  Jacques  et  saint  François  d’Assise  et  la 

Crucifixion;  â€”  saint  Nicolas,  sainte  Anne,  saint  SĂ©bastien, 

saint  LĂ©ger,  avec  un  donateur  en  surplis  de  religieux,  la 

Vierge Mùre, saint Louis et l’agonie au Jardin des Olives

278

background image

279

(1548);  â€”  saint  François  d’Assise,  saint  Christophe,  Notre- 

Dame de Pitié, saint Nicolas, saint Martin, la Crucifixion

avec  cette  lĂ©gende  :  Â«  Mess’ 

« 

de 

Saint-Nicolas 

ont 

«  donĂ©  ceste  verriĂšre  Â»  et 

cette  date  15  43,  et  le  Christ 

dĂ©tachĂ©  de  la  croix;  â€”  la 

Vierge  MĂšre,  un  Ă©vĂȘque 

cĂ©phalophore  (saint  Denis 

ou 

saint 

Firmin?), 

saint 

Pierre, 

saint 

Etienne 

et 

l’aigle  de  saint  Jean;  â€”  et 

enfin  le  sujet  frĂ©quent  Ă  

cette  Ă©poque  de  l’arbre  de 

Jessé.

J’invite  mes  chers  lecteurs  Ă   comparer  les 

deux  motifs  d’orne­

ments  de  cette  page, 

et  Ă   noter  que  l’un 

est  encore  en  place 

dans  la  verriĂšre  de 

Saint-Firmin  et  que 

l’autre  provient  d’une 

fenĂȘtre 

de 

Senlis, 

oeuvre de jean Souldoier ou Soudier

(1522).

A  regarder  deux  statues  de  saint  Jacques 

et  de  Marie-Madeleine;  des  pierres  tombales 

de  Guillaume  Siby  et  d’Elisabeth  le  Roy 

(1613), et de Louis de Butor : « Cy gistLoys

« de Butor escuyer de son vivant.............. du Roy

« et valet de chambre de M. le connetable

background image

28

o

« qui trespassa le lundi XII

e

 jour de septembre l’an mil V

c

l

II. 

« Priez Dieu pour son ame. »

Vineuil

  semble  un  faubourg  de  Chantilly.  Ce  village 

comprend  tous  les  systĂšmes  d’habitation,  depuis  les 

demeures souterraines des troglodytes jusqu’aux chñteaux.

É

glise  improvisĂ©e  sur  le  bord  de  la  route,  au  milieu  des 

fleurs.

LĂ ,  a  sĂ©journĂ©,  tout  prĂšs  de  son  ancien  chef  le  duc 

d’Aumale,  dont  il  n’était  sĂ©parĂ©  que  par  la  Nonette,  le 

gĂ©nĂ©ral  et  historien  comte  Pajol,  qui  a  pu  rĂ©sumer  sa  vie 

par  ces  mots  :  Â«  J’ai  servi  le  pays  pendant  une  longue 

«  carriĂšre;  je  l’ai  servi  avec  passion,  lui  consacrant  toutes 

« mes forces, tout mon dévouement ».

BientĂŽt  le  mur  du  parc  largement  ouvert  laisse  voir,  par 

dessus  un  saut  de  loup,  les  pelouses  toujours  vertes  piquĂ©es 

de  statues,  une  succession  de  bassins  qui  scintillent  aux 

feux  du  soleil,  les  avenues  de  platanes,  et,  par  delĂ   le  grand 

escalier, les prolongements infinis de la forĂȘt.

AprĂšs  avoir  fait  un  coude  qui  laisse  Ă   droite  les  chemins 

de  Saint-Maximin  et  de  Saint-Leu,  nous  traversons  le  large 

canal  que  le  Grand  CondĂ©  fit  creuser  et  remplit  des  eaux 

de la Nonette.

Voici  la  grande  rue  de 

Chantilly,  Cantiliacus,  Cantilli

  (II6I), 

Escantilli

  (I259),  etc. 

1

,  avec  sa 

porte  Saint-Denis,

  laquelle  est 

demeurée inachevée.

L’église,

  qui  date  de  l’érection  de  la  paroisse,  et  est  due  au 

prince Henri-Jules (I692) et au duc Louis-Henri de Bourbon.

1

 

Voir 

pour 

l’histoire 

de 

Chantilly 

et 

du 

ChĂąteau, 

et 

leur 

description 

G

raves

R

ousseau

-L

eroy

 

H. 

L

ecerf

et 

surtout 

l'

Itinéraire

 

que 

le 

Prince 

offert, 

le 

26 octobre 1895, aux membres de l’Institut.

background image

28I

Adoration  des  Mages,  de  Houasse;  petits  panneaux  de 

retable de...; monument des cƓurs des CondĂ©.

A l’autre extrĂ©mitĂ© de la Grande-Rue, 

Hospice Condé.

Les 

Grandes  Ă‰curies,

  que  l’architecte  Jean  Aubert  a  bĂąties, 

de  I7I9  Ă   I7 3 5 ,   et  Jean  Bridault,  dĂ©corĂ©es  de  sculptures, 

sont  les  plus  merveilleuses  que  l’on  puisse  voir  nulle  part. 

«  Tout,  dans  cette  construction  Â»,  dit  M.  Gonse,  Â«  donne 

«  la  sensation  de  quelque  chose  d’énorme,  d’insolite, 

«  de  Babylonien.  Les  proportions  en  restent  cependant 

«  admirables;  la  dĂ©coration,  bien  Ă   l’échelle,  est  du  plus 

«  large  et  du  plus  vigoureux  caractĂšre.  La  rotonde  centrale 

«

  et  le  manĂšge  extĂ©rieur  sont  des  merveilles  d’invention 

«

  libre  et  originale.  Â»  C’est  dans  cette  rotonde  que  Â«  le 

«  prince  de  CondĂ©  donna  Ă   souper  Ă   l’empereur  Paul  en 

« I782. »

Au-delĂ   de ces  fossĂ©s  oĂč  s’ébattent  les  cygnes  et  les vieilles 

carpes,  sont  Ă   gauche,  le 

Petit  ChĂąteau

  ou 

Capitainerie

  et  le 

ChĂąteau  neuf.

  Le  petit  chĂąteau  fut  bĂąti  vers  I560,  par 

Jean  Bullant,  le  plus  illustre  architecte  de  cette  Ă©poque,  pour 

ajouter,  en  dehors  du  promontoire  rocheux  oĂč  s’élevait  le 

manoir  antique  des  Bouteillers,  les  constructions  nouvelles 

que  nĂ©cessitaient  le  train  princier  et  les  goĂ»ts  artistiques 

du  connĂ©table  Anne  de  Montmorency.  Le 

Petit  ChĂąteau,

  dit 

M.  Gonse  avec  sa  haute  compĂ©tence,  Â«  est  un  type  excellent 

«   d’habitation privĂ©e, heureusement entendu dans des

«

   distributions intĂ©rieures....... L’Ɠuvre de Bullant nous

«

  paraĂźt  pleine  d’ingĂ©niositĂ©,  d’élĂ©gance  et  d’animation;  les 

«  dĂ©tails  de  l’ornementation  sont  d’une  rare  finesse  et  du 

«  goĂ»t  le  plus  pur;  les  profils,  d’une  extrĂȘme  originalitĂ©, 

«  revĂšlent,  dĂšs  le  premier  regard,  l’invention  d’un 

«  maĂźtre. »

background image

282

Quant au 

ChĂąteau,

 aprĂšs 

que 

la RĂ©volution 

et la 

bande noire 

eurent promenĂ© 

sur les illustres 

souvenirs 

des Bouteillers, 

des

Montmorency, 

des CondĂ©, 

leur fureur de 

destruction, 

M. Daumet fut 

chargĂ©, 

c’était en 1876, 

de ressusciter 

l’ancienne 

splendeur des 

choses.

L’on voit si la 

pensĂ©e du duc 

d’Aumale 

a trouvĂ© dans 

l’architecte 

un traducteur 

fidĂšle.

Un dessin de la 

chapelle

donnera quelque idée de cette merveilleuse restauration.

background image

283

Mais,  pĂ©nĂ©trons  dans  ce  musĂ©e  incomparable  d’antiques  : 

terres  cuites,  mosaĂŻques;  de  raretĂ©s  bibliographiques:  chartes, 

manuscrits  du  XI

e

,  XIII

e

,  etc.,  siĂšcles,  autographes,  livres; 

de  peintures,  dessins,  miniatures,  Ă©maux,  vitraux;  de  marbres 

et  de  bronzes;  de  meubles;  d’étoffes  anciennes,  de  tapis- 

series, de faïences, d’armes.

Mon  cher  lecteur  me  permettra  de  le  renvoyer  pour 

l’ordre  de  la  visite  et  l’indication  des  objets,  aux  pages  de 

l’itinĂ©raire  princier,  et  pour  les  jugements  savants  qui  ont 

Ă©tĂ©  formulĂ©s  sur  ces  merveilles,  aux  Ă©tudes  de  MM.  Gonse, 

Gruyer, Magne, Palustre.

Du  haut  du 

Grand  DegrĂ©,

  que  domine  la  fiĂšre  et  grave 

statue  du  connĂ©table,  la  vue  erre  sans  fatigue  sur  un  paysage 

que  la  nature  et  le  gĂ©nie  des  Le  NĂŽtre  ont  composĂ©  de 

verdure,  d’eau  et  de  lumiĂšre.  Il  semble,  dans  ces  jardins 

fĂ©eriques,  Â«  au  bruit  de  ces  eaux  jaillissantes  qui  ne  se 

«  taisaient  ni  jour  ni  nuit  Â»,  rencontrer  les  grandes  ombres 

des  Bossuet,  des  La  BruyĂšre,  des  Racine,  des  MoliĂšre,  des 

Luxembourg.  A  droite,  c’est  le  Hameau  avec  son  dĂ©cor 

d’un  paysanesque  Ă   la  Wateau  oĂč  l’on  jouait  Ă   la  bergerie  Ă  

la  veille  de  la  guillotine;  les  bosquets  de  Sylvie  encore 

remplis  du  souvenir  dĂ©licieux  et  chaste  de  l’infortunĂ©e 

Marie-FĂ©licie des Ursins.

Chantilly  possĂšde  encore  deux  autres  attractions  moins 

artistiques,  mais  considĂ©rables  :  ce  sont  les  courses  qui  ont 

Ă©tĂ©  inaugurĂ©es  en  I833  par  la  SociĂ©tĂ©  d’Encouragement,  et 

les  chasses,  dont  Â«  l’honneste  passe-temps  Â»,  comme  l’appelle 

Duchesne  dans  sa 

Description,

  n’a  pas  vu  diminuer,  Ă   travers 

les révolutions sociales, le nombre de ses fidÚles.

Chantilly  s’est  fait  connaĂźtre  autrefois  par  plusieurs  belles

background image

industries  :  les  dentelles,  les  faĂŻences  et  porcelaines  tendre, 

puis dure, et les toiles peintes.

«  Face  Diex,  biau  paĂŻs  ou  oncques  moi  aussy  ai  receu 

«  l’heur  de  naistre,  que  ton  chietif  enfant  te  laisse  de  li  bon 

« renom et souvenir. »

284

background image

VII

DE SENLIS A GOUVIEUX,  SAINT-LEU-D’ESSERENT, 

SAINT-MAXIMIN, ETC.

Chantilly  offre  Ă   l’admiration  tant  de  merveilles  de  toutes 

sortes,  que  j’ai  cru  devoir  faire  de  Gouvieux,  Saint-Leu, 

Villers-sous-Saint-Leu  et  Saint-Maximin,  le  but  particulier 

d’une excursion.

Gouvieux.

  Voici  le  programme  que  je  tracerais  volontiers 

aux  amateurs  de  l’antiquitĂ©  et  de  l’architecture  du  Moyen- 

Age  :  s’arrĂȘter  Ă  

Vineuil

  et  franchir,  en  laissant  Ă   gauche  le 

lieu  dit  le 

Coq  chantant,

  les  deux  ponts  qui  sont  jetĂ©s  sur  les 

lignes  de  Senlis  et  de  Paris;  on  est  dĂ©jĂ   sur  la  voie  antique  de 

la  ChaussĂ©e,  de  calceia.

  Le  chemin  vert  qui  trempe  les  pieds  de 

la rosée de son plantain, mÚne en ligne droite au camp.

La  charrue  rejette  encore  hors  du  sol  des  dĂ©bris  de  silex 

taillĂ©s,  percuteurs,  grattoirs,  couteaux,  flĂšches,  qui  attestent 

sur  ce  promontoire  admirable  et  aisĂ©ment  dĂ©fensif,  le  sĂ©jour 

de  peuples  primitifs.  Les  Romains  ont,  Ă   leur  tour,  trouvĂ© 

cette  assiette  favorable  pour  fixer  l’établissement  de  l’un  de 

ces camps par lesquels ils surveillaient leurs conquĂȘtes et

background image

2 8 6

rĂ©alisaient  leur  fier  programme  :  Â«  Parcere  subjectis  et  debel- 

« lare superbos ».

L’on  retrouve  encore  le  talus  et  le  fossĂ©  qui,  sĂ©parant  de 

la  plaine  la  pointe  du  triangle,  contribuaient  avec  l’Oise  et 

les  marais  de  la  Nonette  Ă   enclore  solidement  la  station. 

«  Ce  camp  Â»,  Ă©crivait  dĂ©jĂ   en 

I

737,  l’abbĂ©  de  Fontenu, 

«  est  beaucoup  plus  digne  d’attention  qu’aucun  de  ceux  qui 

«  environnent».  Â«  Sa  longueur,  Â»  ajoute  M.  Vatin,  Â«  est  de 

«  sept  cents  mĂštres.  Au  centre  de  l’épaulement  est  une 

«  ouverture  large  de  quinze  mĂštres,  que  l’on  suppose  avoir 

«  Ă©tĂ©  la  porte 

prétorienne...

  A  cent  cinquante  mĂštres  de  cette 

«  entrĂ©e  principale,  vers  la  gauche,  on  rencontre  une 

«  deuxiĂšme  ouverture,  large  de  quinze  mĂštres  Ă©galement... 

«  L’étendue  du  camp,  depuis  la  porte  prĂ©torienne  jusqu’à 

«  la  partie  opposĂ©e,  est  de  dix-sept  cents  mĂštres  ;  sa  largeur 

« moyenne est de cinq cents mÚtres. Puits ».

Par-dessus  la  sente  raide  et  les  eaux  jaunĂątres  de  l’Oise, 

un  majestueux  panorama  se  dĂ©roule  :  Ă   gauche  PrĂ©cy,  avec 

son  Ă©glise  Ă©lĂ©gante  des  XII

e

  et  XIII

e

  siĂšcles;  Toutevoie,  prĂšs 

de  l’embouchure  de  la  Nonette;  devant,  Saint-Leu,  avec  son 

abside  fiĂšre  et  son  clocher  d’un  caractĂšre  Ă©trange;  Ă   droite, 

les  fumĂ©es  de  Montataire  que  dominent  de  leur  sĂ©jour  de 

paix, le chĂąteau et l’église; derriĂšre nous, Gouvieux...

Si  vous  voulez  continuer  cette  course  Ă   pied,  nous 

descendrons  par 

Chaumont.

  Que  de  points  de  vue  charmants 

les  peintres  pourront  dĂ©couvrir  :  c’est  le  reste  de  ce  qu’AndrĂ© 

Duchesne,  dans  ses 

AntiquitĂ©s  des  Villes  et  Chasteaux,

  qualifiait 

«  l’un  des  plus  beaux  estangs  de  France  Â»  ;  c’est  la  rue  trĂšs 

pittoresque  dite  des 

CarriĂšres,

  avec  cette  lumiĂšre  mystĂ©rieuse 

qui glisse d’en haut entre ses demeures semi-troglodytiques.

Voici le village, 

Convicinum

 en 863, d’aprĂšs Dom Grenier,

background image

287

Gulvil  in  suburbio  Silvanectensi

  (1141), 

Gouvix

  (1167), 

Govix

 

(1182),  que  Guillaume  Calletot,  chĂątelain  de  MontmĂ©lian, 

donna  en  1284  Ă   l’abbaye  de  Saint-Denis,  avec  MontmĂ©lian, 

Auvers,  Plailly  et  Roberval,  en  Ă©change  de  terres  du  Vexin 

normand.

L’église 

retenu, 

au 

milieu 

de 

reconstructions 

du 

XVIII

e

  siĂšcle,  quelques  baies  et  piliers  du  XIII

e

.  Fonts 

pĂ©didulĂ©s  avec  vasque  carĂ©noĂŻdale  du  XIV

e

  siĂšcle;  Vierge 

remarquable du XV

e

 siĂšcle.

Les  anciens  titres  mentionnent  un  Eudes  de  Gouvieux, 

lequel  fut  abbĂ©  de  Saint-Lucien,  prĂšs  Beauvais  (1318);  une 

chapelle  de  Sainte-Catherine  ou  de  la  ChaussĂ©e  ;  des  lieux 

dits intĂ©ressants, comme le 

PrĂ© Ă  l’Ogre

.............

A  Gouvieux, 

chĂąteau

  et  parc 

des  Fontaines,

  oĂč  M

me

  la 

baronne 

James 

de 

Rothschild 

continue 

de 

former 

une 

bibliothĂšque  importante  et  une  collection  trĂšs  remarquable 

de  raretĂ©s  artistiques; 

HĂŽpital

  dont  le  nom  indique  la  pensĂ©e 

religieuse  qui  a  inspirĂ©  la  fondatrice.  Il  est  desservi  par  des 

sƓurs de la Sagesse de Saint-Laurent-sur-SĂšvre.

Saint-Leu-d’Esserent,  de  Hescerento

  (1081), 

de  Ascerento

 

(1106), 

de  Esserens

  (1117),  etc.,  est  formĂ©  de  la  rĂ©union 

d’une  agglomĂ©ration  de  maisons  qui  s’appelait  Esserent,  et 

des  dĂ©pendances  de  l’ancien  PrieurĂ©.  Le  bourg  Ă©tale  agrĂ©a­

blement  sur  la  falaise  de  l’un  des  bords  de  l’Oise,  ses  rues  et 

ses  jardins.  Que  de  fois  dĂ©jĂ   dans  cette  demi-solitude  calme 

d’oĂč  l’on  regarde  aisĂ©ment,  d’en  haut,  les  politiques  sacrĂ©es 

et  profanes,  j’ai  contemplĂ©  ce  dĂ©cor  que  domine  la  silhouette 

grise et pittoresque de la merveilleuse Ă©glise !

Vous  visiterez,  Ă   Saint-Leu,  l’église,  les  entrĂ©es  et  le  cloĂźtre 

du  PrieurĂ©  et  quelques  maisons  qui  ont  conservĂ©  un  certain 

caractĂšre aristocratique.

background image

288

L’église  attend  encore  sa  monographie  et  exige  une  halte 

longue,  de  qui  veut  analyser  les  trois  Ă©poques  diffĂ©rentes 

qui  l’ont  marquĂ©e;  les  caractĂšres  trĂšs  personnels  de  son 

porche  et  de  la  salle  qui  le  surmonte;  la  beautĂ©  Ă©minente 

de  son  architecture  Ă   la  fois  simple  et  noble;  le  greffage 

d’un  style  nouveau  sur  les  formes  plus  archaĂŻques  du  roman, 

et maint détail de chapiteaux, de statues, etc.

L’on  distingue  aisĂ©ment  le  plan  :  porche  ou  narthex  fermĂ© 

avec  clochers;  trois  nefs,  divisĂ©es  en  neuf  travĂ©es;  chevet 

circulaire;  dĂ©ambulatoire;  cinq  chapelles  absidales  en  hĂ©mi- 

cycle.  La  longueur  de  l’édifice  est  de  7

I

  mĂštres,  non  compris 

le  porche  de  6  mĂštres  de  profondeur;  sa  largeur,  de  2

I  ;

  et 

sa  hauteur,  sous  voĂ»te,  de  27.  L’édifice  dĂ©vie  vers  l’est. 

Quelles  sont  les  Ă©poques  principales  de  la  construction  ? 

Les  deux  piliers,  Ă   l’entrĂ©e,  que  couronnent  des  chapiteaux 

oĂč  l’on  retrouve,  comme  Ă   Rieux,  Ă   Cambronne,  Ă   Breuil-le- 

Vert,  un  cheval,  des  monstres  s’entredĂ©vorant,  des  palmettes 

en  chevrons,  ont  une  tournure  d’archaĂŻsme  qui  pousserait 

Ă   les  dater  de  la  fin  du  XI

e

  siĂšcle  et  Ă   les  tenir  pour  un 

reste  de  l’édifice  bĂąti  vers 

I

08

I

,  par  Hugues  de  Dammartin. 

Ce  seigneur,  reconnaissant  Ă   l’égard  de  Dieu  et  des  Saints 

qui  l’avaient  ramenĂ©  des  prisons  de  la  Palestine,  aprĂšs  avoir 

remis  la  terre  de  Bulles,  Ă   l’abbaye  de  Saint-Lucien,  avait 

donnĂ©  sans  rĂ©serve  tout  ce  qu’il  possĂ©dait  Ă   Esserent,  Ă©glise, 

terres,  bois,  prĂ©s,  vignes,  serfs...  Ă   l’abbaye  de  Cluny.  C’était 

en 

I

08

I

.

Le  porche  fermĂ©  qui  occupe,  selon  un  systĂšme  presque 

unique  dans  nos  rĂ©gions,  toute  la  largeur  de  l’édifice 

primitif;  la  salle  ou  tribune  qui  s’étend  au-dessus  de  ce 

porche,  avec  ses  dix  fenĂȘtres  romanes,  ses  cordons  de 

palmettes,  ses  arcs  diagonaux  d’un  caractĂšre  fort  et  sauvage, 

dont  le  tore  Ă©pais  se  continue  entre  des  lignes  de  bĂątons

background image

289

rompus  et  ses  chapiteaux  oĂč  des  tĂȘtes  Ă©tranges  ont  des  cailloux 

pour 

prunelles, 

rappelant 

Bury, 

Cambronne, 

Foulangues, 

Villers-Saint-Paul;  le  clocher  antĂ©rieur 

1

  avec  ses  arĂȘtiers  ou 

Ă©trĂ©sillons  rigides  qui  sont  retenus  par  des  bagues;  cet 

ensemble  paraĂźt  dater  du  premier  quart  ou  du  milieu  du 

XII

e

 siĂšcle.

Le  plan  gĂ©nĂ©ral  de  l’édifice  actuel,  triple  nef,  cinq  chapelles 

absidales,  clochers  escortant  le  choeur,  selon  la  tradition 

romane,  et  dressĂ©s  chacun  sur  une  travĂ©e  du  dĂ©ambulatoire; 

la  composition  architecturale  et  la  sculpture  des  chapelles 

absidales;  la  disposition  originelle  de  la  galerie  ou  triforium, 

lequel  s’ouvrait  d’abord  dans  les  combles  comme  Ă   Saint- 

Evremond, 

Ă  

Cambronne, 

etc., 

appartiennent 

au 

dernier 

quart  du  XII

e

  siĂšcle  (

II

80  environ).  C’est  une  Ă©poque  trĂšs 

considĂ©rable  de  l’architecture  de  nos  pays,  Ă   cause  des  essais 

hardis  que  la  passion  du  beau  multipliait,  et  du  soin 

extrĂȘme

 

que  l’ouvrier  apportait  Ă   l’appareil  et  Ă   la  sculpture.  Il  sera 

facile 

de 

le 

constater 

dans 

ce 

merveilleux 

monument. 

Certains  chapiteaux  des  chapelles  sont  de  vĂ©ritables  chefs- 

d’Ɠuvre de goĂ»t, d’élĂ©gance, d’imagination.

Les  six  arcs-boutants  de  l’abside,  dit  M.  LefĂšvre-Pontalis, 

«  doivent  avoir  Ă©tĂ©  rapportĂ©s  aprĂšs  coup  dans  les  derniĂšres 

«  annĂ©es  du  XII

e

  siĂšcle,  en  mĂȘme  temps  que  la  chapelle  des 

«  tribunes  et  la  partie  droite  du  sanctuaire  Â».  Les  tours, 

ajoute  le  mĂȘme  savant,  Â«  ont  Ă©tĂ©  Ă©levĂ©es  aussi  vers  la  fin 

«  du  XII

e

  siĂšcle.  Â»  La  derniĂšre  fenĂȘtre,  au  midi,  au-delĂ  

du  clocher  latĂ©ral,  indique,  avec  une  sorte  d’insistance, 

l’apparition  d’une  main  nouvelle  (

I

205  environ)  dans  les 

travaux.

1

  Â«  Au  XI

e

  et  XII

e

  siĂšcles,  Â»  dit  M. 

A

nthyme

 

S

aint

-P

aul

«  il 

avait 

quatre

 

« 

clochers 

aux 

Ă©glises 

de 

Saint-Leu-d’Esserent, 

cette 

derniĂšre 

simple 

prieurĂ©. 

» 

« Un seul clocher 

Ă  

flĂšche » a Ă©crit depuis M. 

G

onse

« a été construit.........................................................»

1 9

background image

Avec  cette  fin  du  XII

e

  siĂšcle  ou  les  dĂ©buts  du  suivant, 

l’Ile-de-France  surtout  est  parvenue  au  sentiment  complet 

et  Ă   la  possession  du  beau  :  le  roman  que  Saint-Evremond, 

Senlis,  Saint-Leu  avaient  Ă©purĂ©,  assagi,  cĂšde  la  place  (avant 

1225),  sans  heurt  ni  hiatus,  aux  formes  parfaites  que  l’on 

appelle, avec ou sans justesse d’expression, 

gothiques.

290

Les 

chapiteaux 

des 

colonnes 

monolithes 

surtout 

qui 

soutiennent 

le 

rond-point 

du 

chƓur, 

tĂ©moignent 

d’une 

verve,  d’une  Ă©lĂ©gance  et  d’un  faire  que  l’on  ne  peut  dĂ©passer, 

avec  leur  flore  copiĂ©e  avec  un  goĂ»t  exquis  sur  la  nature 

et  ces  tĂȘtes  d’une  vie  intense  qui  semblent  nous  regarder  ; 

des  arcs  de  dĂ©charge  ont  Ă©tĂ©  introduits  aux  galeries  pour 

leur donner dignitĂ© et lumiĂšre 

1

 ; le berceau de voĂ»te

1

 

« 

La 

disposition 

caractĂ©ristique 

des 

fenĂȘtres 

qui 

Ă©clairent 

le 

triforium 

de 

« 

Poissy, 

nous 

la 

retrouvons 

Ă  

Saint-Leu-d’Esserent, 

et 

on 

pouvait 

la 

remarquer 

« 

avant 

1830 

dans 

la 

chapelle 

du 

palais 

archiĂ©piscopal 

de 

Sens 

ces 

deux 

« 

Ă©difices 

ont 

Ă©tĂ© 

bĂątis 

dans 

la 

seconde 

moitiĂ© 

du 

XII

e

 

siĂšcle 

». 

A

nthyme

 

S

aint

-P

aul

 

Viollet-le-Duc et son SystĂšme,

 p. 145.

background image

2 9 1

partagĂ©  encore  une  fois  en  travĂ©es 

barlongues,

  est  d’une 

largeur  hardie  et  ornĂ©  de  deux  tĂȘtes  Ă   la  rencontre  des  arcs 

diagonaux, comme Ă  Saint-Etienne de Beauvais.

A  noter  encore  la  composition  des  fenĂȘtres  hautes  : 

cordons  Ă   dents  de  scie  ;  les  contreforts  avec  leur  corniche 

Ă   double  dentelure,  l’ouverture  Â«  en  fer  Ă   cheval  Â»  des 

arcades intérieures.

La  chapelle  des  fonts  avec  les  symboles  des  quatre 

Evangélistes, est marquée du style du XIV

e

 siĂšcle.

L’on  remarquera  encore,  dans  cette  Ă©glise,  un  dĂ©bris 

stupidement 

mutilĂ© 

du 

monument 

de 

Renaud 

de 

Dammartin;  une  statue  du  patron  saint  Leu  (XIII

e

  ou 

XIV

e

  siĂšcle),  laquelle  est  une  des  Ć“uvres  les  plus  remar­

quables  que  cette  Ă©poque  sans  rivale  nous  ait  lĂ©guĂ©es; 

un  banc-d’Ɠuvre  avec  panneaux  sculptĂ©s  oĂč  feuilles  de 

vignes, 

chardons, 

oiseaux 

(XVI

e

 

siĂšcle); 

les 

stalles 

de 

l’époque  de  Louis  XV;  l’autel  en  marbre  vert  d’Egypte  et 

en  brĂšche  rouge;  et  quelques  pierres  tombales  de  Jehan 

le  Maistre  (1555),  de  Thibault  Benard  (1573)  et  Blanche 

Guibillon,  sa  femme,  de  dom  Hugues  de  Resniel,  prestre 

religieux  de  l’abbaye  (1645),  de  Pierre  le  Picard  (1661),  de 

Balthazar  Lescalopier  et  Charlotte  Germain  (1668),  de  Marc 

Anthoine le Quien, chevalier, et Anne Galland (1671).

A  cĂŽtĂ©  de  l’église,  deux  portes  frappent  les  yeux  du 

touriste  :  l’une,  sur  la  place  du  Parvis,  montre  les  caractĂšres 

du  XII

e

  siĂšcle  :  archivoltes  Ă   bĂątons  rompus,  se  contrariant 

avec  Ă©toiles  ;  l’autre,  charretiĂšre,  avoisinĂ©e  par  une  poterne 

et  protĂ©gĂ©e  par  deux  Ă©chauguettes,  que  portent  deux  contre- 

forts,  et  par  une  suite  de  mĂąchicoulis  et  de  meurtriĂšres, 

systĂšme  de  dĂ©fense,  dit  Viollet-le-Duc,  Â«  peu  fort,  mais 

« 

habilement 

conçu 

et 

d’une 

heureuse 

proportion 

» 

(XIV

e

 siĂšcle).

background image

Du  cloĂźtre  deux  cĂŽtĂ©s  ont  survĂ©cu,  qui  indiquent  assez  le 

beau  style  du  commencement  du  XIII

e

  siĂšcle  :  arcades 

gĂ©minĂ©es  en  arcs  brisĂ©s  sur  bahut,  que  couronne  un  oculus  ; 

supports fleuris.

Ce  n’est  point  l’occasion  de  narrer  l’histoire  du  prieurĂ©  et 

de son Ă©glise ; les noms de ses bienfaiteurs ; les illustres

292

personnages 

qui 

payaient 

la 

faveur 

d’ĂȘtre 

couverts 

du 

vĂȘtement  clunisien  avant  de  mourir  et  d’ĂȘtre  ensĂ©pulturĂ©s 

en  ce  lieu  de  priĂšres 

1

  ;  sa  fortune  et  les  rudes  dĂ©vastations 

des  guerres  ;  l’enseigne  du  pĂšlerinage  du  XIII

e

  siĂšcle  et  le 

sceau  du  monastĂšre  ;  Massillon  faisant  lĂ   une  confĂ©rence  sur 

la sainteté du chrétien.

1

  L’auteur  de  ce 

Senlis  et  les  Environs

  profite  des  loisirs  que  la  Providence  lui  a 

faits pour prĂ©parer le 

Cartulaire du Prieuré.

background image

En  face  du  prieurĂ©  et  en  d’autres  endroits  du  bourg, 

maisons en pierre du XVI

e

 siĂšcle, de la GuesdiĂšre, hĂŽpital...

Sucrerie  importante,  dirigĂ©e  par  M.  Eclancher,  maire  de 

l’endroit.  CarriĂšres  considĂ©rables  de  MM.  OuachĂ©e,  PĂ©rier- 

Borde.

Faut-il  rappeler  que  Saint-Leu  s’est  appelĂ© 

CĂŽte  de  la

 

LibertĂ©  sur  Oise.

  C’était  la  mode  de  donner  de  ces  noms  : 

Chantilly, 

Champ  libre;

  Ermenonville, 

Jean-Jacques  Rousseau;

 

Saint-Maximin, 

Maximum;

 

Vineuil, 

Les 

Sans-Culottes 

sur

 

Nonette,

 etc.

Villers-sous-Saint-Leu

 est tout prĂšs, touchant Ă  Boissy.

L’église primitive (XII

e

 siĂšcle) montrait une nef solitaire

assez  large,  un  avant-choeur  que 

domine  un  clocher  carrĂ©  Ă   flĂšche 

pyramidale  et  avec  dĂ©s  aux  angles 

vides  et  un  chƓur.  Le  dĂ©but  du 

XIII

e

  siĂšcle  ajouta  le  transsept  du 

nord;  le  mĂȘme  siĂšcle,  Ă   son  dĂ©clin, 

aprĂšs  avoir  voĂ»tĂ©  la  nef,  ajouta 

l’autre  transsept,  un  portail  au 

midi  et  une  tourelle.  Les  Ă©poques 

qui  suivirent  achevĂšrent  de  donner 

Ă   l’édifice  la  forme  de  T,  que 

nombre  de  nos  Ă©glises  ont  ainsi 

reçue. 

Noter 

certaines 

disposi­

tions  :  façade  Ă©clairĂ©e  haut  par  une 

rose  et  fermĂ©e  Ă   la  partie  infĂ©rieure 

Ă  cause de la route.

A  regarder  dans  l’ornementation 

et  le  mobilier  :  une  Vierge  en  bois 

tenant un cep de vigne et un oiseau que l’Enfant-Dieu

background image

294

veut  saisir  (XVI

e

  siĂšcle);  un  vitrail  reprĂ©sentant  le  sujet 

frĂ©quent  de  l’arbre  de  JessĂ©  avec  les  rois  et  ancĂȘtres 

du  Christ,  d’une  composition  pleine  de  verve  et  d’une 

chaude  coloration  (XVI

e

  siĂšcle);  un  reste  de  lutrin  de  la 

mĂȘme  Ă©poque,  qui  a  aussi  son  histoire;  une  Vierge  en 

marbre  blanc  du  XVII

e

  siĂšcle,  malheureusement  mutilĂ©e; 

un 

tableau 

remarquable, 

genre 

espagnol, 

reprĂ©sentant 

l’adoration  des  bergers,  datĂ©  de  1651  et  portant  pour 

armoiries,  de  gueules  Ă   trois  escargots  de  sable,  au  ehef 

d’azur  Ă   une  fleur  de  lys,  avec  une  sirĂšne  pour  cimier  au 

casque  et  cette  lĂ©gende  :  Â«  Sapiens  tacebit  usque  ad  mortem  Â», 

et cette signature sur une cruche SIMICN.

Ce  pays  a  eu  entr’autres  seigneurs  :  Raoul  de  Villers- 

sous-Saint-Leu,  seigneur  aussi  de  Verneuil  (1228),  lequel 

portait  un  Ă©cusson  Ă   un  sautoir  cantonnĂ©  de  quatre  fleurs 

de  lys,  et  Eudes  (1259);  Jean  de  Herlant,  Ă©cuyer  (1506- 

1539); les Mascranny, vers 1711.

Saint-Maximin

  est  cĂ©lĂšbre  pour  ses  carriĂšres  de  pierres, 

qu’exploitent 

MM. 

Civet, 

Leblanc, 

OuachĂ©e, 

PĂ©rier-Borde 

et la Compagnie du chemin de fer du Nord.

L’église  n’est  point  sans  intĂ©rĂȘt  ni  charme  poĂ©tique.  La 

façade,  qui  a  Ă©tĂ©  surhaussĂ©e,  est  ouverte  d’une  façon  austĂšre 

par  une  baie  cintrĂ©e  et,  au-dessous,  par  un  portail  ainsi 

composĂ©  :  piĂ©droits  en  recul  soutenant  un  linteau  en  forme  de 

mĂźtre  et  un  tympan  en  cintre,  cordon  dont  deux  lignes  de 

pointes  de  diamant  forment  le  relief.  Ce  systĂšme  d’ornemen­

tation  quelque  peu  rudimentaire  apparaĂźt  encore  aux  tailloirs 

de 

l’avant-chƓur, 

sur 

lesquels 

une 

alternance 

de 

trous 

triangulaires  accuse  le  XI

e

  siĂšcle.  C’est  aussi  Ă   la  mĂȘme  Ă©poque 

que  j’oserais  attribuer  la 

tour

  du  clocher  :  que  l’on  Ă©tudie 

plutÎt la baie inférieure que coiffe un sommier monolithe

background image

295

Ă   claveau

x  simulĂ©s,

  le  double 

Ă©tage  de  ces  ouĂŻes  percĂ©s 

deux  Ă   deux  sur  chaque 

face,  les  chapiteaux  Ă   tail­

loirs 

massifs, 

Ă  

volutes 

Ă©paisses,  Ă   gaines  de  feuilles 

Ă©troites,  et  ces  cordons  de 

billettes,  etc.  C’est  Ă   une 

seconde  main  du  milieu  du 

XII

e

  qu’il  convient  d’attri- 

buer  ces  piles  qui  sĂ©parent 

la  grande  nef  de  la  basse- 

nef  du  midi  ;  le  chƓur  carrĂ© 

avec  son  reste  de  larmier 

du  midi,  et  la  pyramide  du 

clocher  avec  les  dĂ©s  qui 

couvrent  les  angles  et  les 

boudins  qui,  aux  arĂȘtiers, 

donnent  de  la  fermetĂ©  Ă  

sa  silhouette.  Le  reste  de 

l’édifice 

appartient 

aux 

XIII', XV

e

 et XVI

e

 siĂšcles.

Une  clef  de  voĂ»te,  Ă  

la 

chapelle 

Sainte-Barbe, 

montre cet Ă©cusson :

La  dalle  funĂ©raire  adossĂ©e  au  mur 

de  la  mĂȘme  chapelle  a  Ă©tĂ©,  par  une 

dĂ©rision  du  sort,  Ă   peu  prĂšs  usĂ©e  par 

les  pieds  des  fidĂšles  et  la  pierre  ponce 

des  ouvriers.  On  y  lira  encore  en 

caractĂšres  gothiques  :  Â«  [Cy  gist  dame] 

« Claude de Villers, dame de haulte

background image

296

«  fontaine  en  son  vivant  femme  de  messire  Philippes  de 

«  Suze  chevalier  seigneur  de  Laversines  et  Coye  l’un  des 

«  cent  gentils  hommes  de  la  maison  du  Roy,  lieutenant 

«  du  gouverneur  de  l’Isle  de  France,  laquelle  trespassa  le 

«  premier  iour  de  Ianvier  l’an  mil  cinq  cens  quarante 

« deuz. »

Une  architecture  avec  colonnes,  arabesques,  vases,  etc., 

encadrait la représentation de la défunte.

C’est  pour  cette  comtesse  de  Suze,  on  le  sait,  que 

François  I

er

  avait  fait  disposer  le  chĂąteau  de 

Laversines.

  Mais 

«  tout  Ă   la  fin  suze  Â»,  comme  il  Ă©tait  Ă©crit  au-dessus  de 

l’entrĂ©e,  Â«  nous  et  nos  Ć“uvres  Â».  Le  chĂąteau  de  Laversines, 

rebĂąti  Ă   grands  frais  sur  un  autre  emplacement  par  M.  le  baron 

Gustave  de  Rothschild,  domine  le  cours  de  l’Oise.  LĂ , 

terrasse  d’un  grand  style,  carriĂšres  amĂ©nagĂ©es  en  ravins 

pittoresques,  tableaux  de  Holbein,  Murillo,  Guardi,  Watteau, 

Dupré, Bonnat.

background image

VIII

DE SENLIS A COYE, MORTEFONTAINE, 

PLAILLY, ETC.

DerriĂšre 

l’HĂŽpital  GĂ©nĂ©ral,

  la  route  de  CompiĂšgne  Ă   Paris 

domine 

une 

courte 

plaine 

oĂč 

une 

chaussĂ©e 

antique, 

chaussĂ©e  de 

Reims

  ou  du 

Sacre,

  large  encore  et  pittoresque, 

montre  Ă§a  et  lĂ   quelques  restes  de  ses  vigoureux  empierre- 

ments  (mĂ©ziĂšre,  maceria);  Ă   gauche  est  le  chemin  de 

la 

Muette.

Voici  bientĂŽt  l’un  des  cantons  survivants  de  cette  forĂȘt 

immense,  que  les  Gaulois  dĂ©signaient  sous  le  nom  de 

Coat,

 

Cot,

  laquelle  protĂ©geait  de  ses  ombres  redoutables  le  culte 

et  l’indĂ©pendance  de  maintes  tribus  des  Suessiones,  des 

Meldois  et  des  Sylvanectes,  depuis  les  frontiĂšres  des  Bello- 

vaques  jusqu’au  territoire  des  Parisii.  Vous  trouverez,  dans 

les  fossĂ©s  qui  la  limitent  ici,  quelques  bornes  de  ses  posses- 

seurs  d’autrefois  :  la  Vierge  du  Chapitre  de  Notre-Dame  de 

Senlis et l’écusson des Montmorency.

A  droite,  au  carrefour  Saint-Jean,  un  layon  conduit  au 

carrefour Notre-Dame, au poteau des BruyĂšres, au carrefour

background image

298

du  Mira,  Ă   la  Table,  et  aux  quatre  Ă©tangs  cĂ©lĂšbres,  que 

forment,  Ă   Comelle,  les  eaux  pures  de  la  ThĂšve.  Un  rendez- 

vous de chasse, appelĂ© 

ChĂąteau de la Reine Blanche,

 bĂąti en

1846,  marque,  dit-on,  l’emplacement  d’un  manoir  fĂ©odal 

trĂšs  ancien  des  Bouteillers.  Le  viaduc  du  chemin  de  fer  jette, 

Ă   39  mĂštres  de  hauteur,  la  hardiesse  de  ses  arches  par 

dessus le calme frais et poétique de la vallée.

background image

299

En  descendant  la  ThĂšve,  nous  atteignons  vite 

Coye,

  dont 

le  nom  original  et  moqueur  a  inspirĂ©  des  variations  Ă©tymo­

logiques d’une Ă©trangetĂ© excessive. Guillaume de Dormans,

archevĂȘque  de  Sens,  y  possĂ©dait,  en  1393,  un  hĂŽtel.  Le 

prĂ©sident  Rose,  Â«  secrĂ©taire  intime  du  Roy  Â»,  en  fut 

seigneur.

A Coye, Ă©glise neuve, centre d’une association de Notre-

background image

300

Dame  de  la  Jeunesse,  fondĂ©e  en 

I

866  par  un  saint  prĂȘtre, 

l’abbĂ© Delachapelle.

A  la  gauche  du  plateau  qui  s’étend  de  Comelle  vers 

Orry-la-Ville, 

le 

curieux 

visitera 

le 

prieurĂ©, 

aujourd’hui 

maison  de  garde,  dont  les  chartes  font  mention  dĂšs 

II

7

I

et  surtout  la 

Lanterne  des  Morts,

  monument  unique  dans  le 

nord  de  la  France.  Sur  un  soubassement  carrĂ©  oĂč  sept 

arcades  en  arc  brisĂ©  laissent  ramper  un  jour  mystĂ©rieux, 

s’élĂšve  une  pyramide  dont  le  sommet,  ouvert  par  deux  rangs 

de  baies  rectangulaires,  Ă©tait  couronnĂ©  probablement  d’une 

sorte  de  clocheton  ajourĂ©.  L’on  Ă©tudiera  de  ces  lanternes  Ă  

l’église  d’Ayen  (on  vient  de  la  dĂ©truire),  au  cimetiĂšre  de 

Fenioux,  XII

e

  siĂšcle  (Charente-InfĂ©rieure),  Ă   Montmorillon. 

La  forme  des  arcades  Ă   Comelle,  le  chanfrein  des  angles  et 

le  cordon  en  tĂȘtes  de  clous  conseillent  d’attribuer  cette 

lanterne  aux  dĂ©buts  du  XIII

e

  siĂšcle.  M.  J.  GĂ©rin  a  dĂ©crit  dans 

le 

Bulletin  du  ComitĂ©  archĂ©ologique

  les  carreaux  Ă©maillĂ©s 

et le sceau du 

lanternier :

 Â« S’ lanternarii », trouvĂ©s lĂ .

Le 

MusĂ©e 

du 

mĂȘme 

ComitĂ© 

possĂšde 

un 

reste 

de 

tombeau  gallo-romain  qui  provient  de  Comelle  et  montre 

deux paons, symboles de la résurrection, escortant le chrisma

Mais  revenons  Ă   notre  carrefour  Saint-Jean  et  suivons  la 

grand’route.  Le  calvaire  Ă©rigĂ©  Ă   gauche  qui  dessine  sa 

silhouette  suppliante  sur  un  fonds  d’arbres,  rappelle  un 

assassinat du 3 mars 

I

8

I

7.

Voici 

PontarmĂ©,  pont  d’Hermier,  pons  Hermeri,

  nom  qui 

Ă©voque  le  souvenir  de  quelque  chĂątelain  ou  seigneur  du 

Moyen-Age, 

Hermier 

de 

MontmĂ©lian 

peut-ĂȘtre 

(

II

40-

II

57). 

Le chĂąteau-fort, qui commandait le passage de la route

background image

30

i

primitive,  a  Ă©tĂ©  dĂ©truit  Ă   la  premiĂšre  moitiĂ©  du  XV

e

  siĂšcle 

(1431),  comme  MontlĂ©vĂȘque,  la  tour  de  ChaĂąlis,  le  Plessis- 

Chamant.  Il  en  est  demeurĂ©,  comme  un  souvenir,  le  manoir 

carrĂ©  que  vous  apercevez  Ă   cinquante  mĂštres  Ă   votre  droite, 

entourĂ©  encore  de  ses  fossĂ©s  et  digne  d’une  halte  pour 

plusieurs de ses dĂ©tails, logettes de garde, cheminĂ©e...

Eglise  presque  entiĂšrement  moderne  et  dĂ©nuĂ©e  d’intĂ©rĂȘt. 

Tableau du Christ montrant son cƓur sacrĂ©, par Paul Leroy.

A  l’extrĂ©mitĂ©  du  village  on  voyait,  il  y  a  peu  d’annĂ©es,  les 

restes  d’une 

ministrerie

  ou  prieurĂ©  de  Trinitaires  dĂ©pendant 

de  l’abbaye  de  Cerfroid,  laquelle  avait  Ă©tĂ©  fondĂ©e  en  1216  par 

Geoffroy  l’Eschans,  seigneur  de  Survilliers,  et  enrichie  des 

libĂ©ralitĂ©s  de  Jeanne  de  Beaumont,  etc.  Afforty  a  consignĂ©  la 

liste  des  ministres  de  PontarmĂ©  et  le  sceau  de  Jacques  de 

Bar-sur-Seine  (1362);  mais  je  ne  puis  mieux  faire  que 

renvoyer  ici  mon  lecteur  Ă   la  monographie  de  mon  cher 

prĂ©sident,  M.  Ern.  Dupuis  :  Â« 

La  seigneurie  et  le  village  de

 

Pontarmé

  Â».  Il  me  permettra  de  le  saluer  en  passant,  comme 

l’un  de  ces  citoyens  qui  consacrent  leur  vie  Ă   poursuivre 

l’avantage  gĂ©nĂ©ral,  sans  faste  ni  recherche  d’une  popularitĂ© 

tapageuse.

GĂ©rard  de  Nerval  a  recueilli  ou  imaginĂ©  sur  PontarmĂ©  une 

lĂ©gende  :  Â«  La  fille  du  Sire  de  PontarmĂ©,  Ă©prise  du  beau 

«  Lautrec  et  enfermĂ©e  sept  ans  par  son  pĂšre,  aprĂšs  quoi  elle 

«  meurt  et  le  chevalier,  revenant  de  la  croisade,  fait 

«  dĂ©coudre,  avec  un  couteau  d’or  fin,  le  linceuil  de  fine 

« toile; elle ressuscite, mais ce n’est qu’une goule affamĂ©e

« de sang........  Â». Jeu Ă©trange et macabre d’une imagination

irritĂ©e et d’un cƓur sceptique.

Tournons  Ă   gauche,  en  longeant  la  ThĂšve;  les  belles 

ruines qui dressent, Ă  l’extrĂ©mitĂ© de cette place plantĂ©e

background image

Ă©vĂȘques  de  Beauvais,  grĂące  Ă   une  donation  de  Renaud  de 

Nanteuil, en

 I

279, ayant subi les dévastations des Jacques,

agrĂ©ablement. 

Au- 

tour,  la  ThĂšve  ali- 

mentait  des  fossĂ©s 

larges, 

au 

milieu 

d’un  paysage  plus 

propre  Ă   la  chasse 

qu’aux  revenus  de 

la culture.

Le 

chĂąteau, 

qui  appartint  aux 

Bouteillers, 

aux 

Beaumont,  Ă   Jean 

de Tilly, puis aux

302

d’ormes, leurs arceaux Ă  demi-rompus, leurs baies Ă©lĂ©gam-

ment  austĂšres  du  XIII

e

  siĂšcle, 

sont  un  reste  du  chĂąteau  de 

Thiers.

  Il  affectait  la  forme  d’un 

parallĂ©logramme 

irrĂ©gulier 

de 

70  mĂštres  environ  de  face;  neuf 

tours  robustes,  dont  deux  cam- 

pĂ©es  de  chaque  cĂŽtĂ©  de  la  porte, 

dĂ©fendaient 

les 

courtines 

et 

l’entrĂ©e  ;  la  construction,  en 

pierres  d’appareil,  dont  un  blo- 

cage  solide  remplissait  les  vides, 

reposait  sur  des  grĂšs.  La  tour 

du  sud-est,  oĂč  Ă©tait  logĂ©e  la 

chapelle, recevait la lumiĂšre du

dehors  par  une  baie  en  tiers-point  Ă   quadrilobe,  que  des 

colonnettes avec chapiteaux en volutes encadrent encore

background image

3 0 3

ne  fut  point  jugĂ©  d’une  importance  stratĂ©gique  assez  consi- 

dĂ©rable pour mĂ©riter d’ĂȘtre rĂ©parĂ©.

Il  existait  dĂ©jĂ   en 

I

200,  Ă   Thiers,  une  chapelle  Â«  de  buxo, 

«  du  buis  Â»  ou  de  Sainte-GeneviĂšve.  La  bienheureuse  a 

gardĂ©  son  culte  Ă   l’église  paroissiale,  qui  fut  reconstruite  en 

I

473,  sous  son  vocable  ancien  de  Saint-Martin,  le  grand 

thaumaturge des Gaules.

Le  paysage  qui  suit  offre  une  diversitĂ©  d’aspects  dont  il 

n’est  pas  besoin  d’indiquer  les  charmes  : 

Neufmoulin,

  avec 

ses  eaux  et  ses  ruines  dĂ©solĂ©es;  les  routes  sablonneuses, 

avec  les  vastes  grĂšs  qui  sont  Ă©pars  sous  les  futaies  de  chĂȘnes 

ou  de  bouleaux;  les  prairies,  avec  les  nombreux  troupeaux 

de 

bƓufs 

qui 

dorment 

nonchalamment 

dans 

l’herbe 

Ă©paisse.

Mortefontaine,

  de 

Mortuo  fonte

  (

I

230),  est  situĂ©  dans  la 

vallĂ©e  de  la  ThĂšve,  heureuse  riviĂšre  qui  prend  sa  source  Ă  

l’hermitage  de  Saint-Sulpice,  traverse  les  lacs  de  l’Epine, 

passe  Ă   Thiers  et  PontarmĂ©,  alimente  les  Ă©tangs  de  Comelle 

et,  aprĂšs  avoir  arrosĂ©  Coye,  va  se  jeter  dans  l’Oise,  Ă   l’ombre 

de l’abbaye cĂ©lĂšbre de Royaumont.

Depuis  l’époque  oĂč  le  couvent  voisin  de  ChaĂąlis  reçut  de 

la  libĂ©ralitĂ©  de  Louis  VII  la  propriĂ©tĂ©  de  Mortefontaine,  que 

de  noms  divers  et  contrastants  ont  Ă©tĂ©  associĂ©s  Ă   l’histoire 

de  ce  domaine  !  C’est  Raoul  dit  l’Anglois  (

I

205  environ); 

Guy  et  Reginald  le  Rigide,  chevalier  (

I

230);  GĂ©rard  (

I

242); 

Robert 

(

I

3

I

8), 

et  moins 

anciennement 

F. 

Pinon  (

I

539); 

Guillaume  Rebours  (

I

572)  ;  François  Hotman,  le  prĂ©sident 

Jacques le Coigneux, le Mairat de Verville, etc.

AprĂšs  eux,  c’est  Jacques  Le  Pelletier  qui  commença  Ă  

rehausser,  s’il  est  possible,  la  beautĂ©  du  site  par  le  gĂ©nie

background image

dĂ©coratif  des  dessinateurs  de  jardins,  obĂ©issant  volontiers  Ă  

son  goĂ»t  de  dĂ©penses  artistiques  et  aux  excitations  de  son 

ami  Buffon  ;  le  banquier  Durnay  qui  Â«  y  mĂȘla  Â»  dit 

M.  Occident  dans  son  style  ampoulĂ©,  Â«  les  eaux  de  son 

«  Pactole  Ă   celles  de  la  ThĂšve,  Â»  jusqu’à  ce  qu’il  allĂąt 

mourir  sur  l’échafaud  en 

I

794;  Joseph  Bonaparte,  le  futur 

roi  de  Naples,  lequel  y  consacra  une  partie  des  dĂ©pouilles 

de  l’Espagne,  et  a  laissĂ©,  dans  cette  retraite  qu’il  aimait  fort, 

la  rĂ©putation  d’un  prince  bon,  spirituel,  adonnĂ©  aux  labeurs 

de  l’esprit,  tandis  que  sa  femme,  M

me

  de  Survilliers,  Ă©tait 

«  un  ange  de  bontĂ© 

1

  Â»  ;  le  prince  de  CondĂ©,  la  baronne  de 

FeuchĂšre et M

me

 Corbin, nĂ©e Tanaron.

Aujourd’hui  cette  propriĂ©tĂ©  pittoresque  et  sĂ©duisante,  oĂč 

tant  de  poĂštes,  de  peintres,  de  politiques,  sont  venus 

soupirer, 

quĂȘter 

des 

inspirations 

et 

faire 

diversion 

aux 

remords  des  affaires,  est  partagĂ©e  en  deux  :  d’un  cĂŽtĂ©  Ă   l’est 

chĂąteau  et  parc  de  Mortefontaine  ;  de  l’autre,  le  chĂąteau 

neuf  et  parc  dit  de  ValliĂšre,  qui  appartient  au  duc  et  Ă   la 

duchesse de Grammont.

Le  chĂąteau  de 

Mortefontaine

  montrait  une  orangerie  oĂč 

Joseph 

Bonaparte 

servit, 

le 

octobre 

I

800, 

un 

repas 

somptueux  aux  envoyĂ©s  des  Etats-Unis,  parmi  lesquels  Ă©tait 

Franklin.

Pour  le  parc  de 

ValliĂšre,

  si  vous  obtenez  la  faveur  de 

parcourir 

ses 

sites 

incomparables, 

vous 

pourrez 

suivre 

l’itinĂ©raire  suivant  :  le 

pont  Colbert,

  d’oĂč  vous  apercevez  le 

rocher;

  la 

baraque  du  pĂȘcheur  ;

  le 

lac  de  ValliĂšre  ;

  la 

fontaine

 

Claudine;

  la 

tour  Duboscq,

  d’oĂč  l’on  jouit  d’un  horizon 

immense,  et  le 

pont  sec;

  le 

pavillon  ValliĂšre  :

  ce  pavillon, 

reconstruit  en 

I

803,  est  cĂ©lĂšbre  par  la  paix  d’Amiens,  dont

304

1

 Voir 

MĂ©moires de la duchesse d’AbrantĂšs.

background image

3 0 5

les  prĂ©liminaires  furent  arrĂȘtĂ©s  Ă   l’une  de  ses  fenĂȘtres  ;  le 

rocher qui porte ce vers de Delille :

« Sa masse indestructible a fatiguĂ© le temps » ; 

l’étang  de 

l’Epine

  avec  son 

Ăźle  d’Amour;

  la  grande  Ăźle 

Molton,

 

oĂč  certaines  ruines  paraissent  Ă   plus  d’un  les  souvenirs  d’un 

chĂąteau  de  Philippe-Auguste;  le  dĂ©sert  de 

Sainte-Marguerite

 

des  Grez;  Charlepont,

  oĂč  Charles  VI,  dit-on,  fit  bĂątir  un 

pavillon  de  chasse;  le  pont  de  la 

Ramée;

  la  route  de 

Neufmoulin,  tout  prĂšs  de  laquelle  se  dresse  la  tour  de  la 

Roche pauvre ;

 le lac de la 

Grange.

Il  ne  sera  pas  nĂ©cessaire  de  faire  une  tournĂ©e  aussi  consi- 

dĂ©rable  pour  apprĂ©cier  les  contrastes  que  prĂ©sentent  Ă   l’Ɠil 

ces  sites  dĂ©licieux,  ces  eaux  pures  oĂč  des  grĂšs  gigantesques 

Ă©talent  leurs  croupes,  ces  plateaux  abrupts  oĂč  des  arbres 

rĂ©sineux  dressent  leurs  troncs  rougeĂątres,  les  sommets  sacrĂ©s 

de  Sainte-Marguerite,  d’oĂč  l’Ɠil  des  pĂšlerins  bondit  Ă   l’aise 

de  sommets  en  sommets  jusqu’à  Saint-Christophe  et 

Aumont.  Bref,  l’art  n’a  pas  traitĂ©,  comme  Ă   Versailles,  avec 

une nature ingrate.

Le  naturaliste  trouvera  Ă   Ă©tudier  fougĂšres,  mousses, 

lichens...

On  voit  dans  le  pays  une  fontaine  que  Joseph  Bonaparte 

a fait construire avec des vers :

« Des bords fleuris oĂč j’aimais Ă  rĂ©pandre »,

que l’on dĂ©chiffrera aisĂ©ment.

Les  hĂŽtels  de  Mortefontaine  n’ont  pas  besoin  de  rĂ©clames 

et  sont  assez  connus  des  peintres,  qui  ont  laissĂ©  plus  d’une 

illustration  sur  les  murs  de  leurs  salles  Ă   manger,  des 

littérateurs, voire des gouvernants.

L’église  du  pays  dĂ©tonne,  hĂ©las!  par  sa  vulgaritĂ© 

architecturale dans ce milieu de poésie puissante et de

20

background image

3 0 6

constructions 

ruineuses. 

Mortefontaine 

Ă©tĂ© 

Ă©rigĂ©e 

en 

paroisse  en  I276.  D’oĂč  viennent  les  dĂ©bris  de  statues  qui 

se dissimulent sous le lierre Ă  la porte du pauvre Ă©difice ?

Au  cimetiĂšre,  le  tombeau  de  M.  Tanaron  reprĂ©sente  un 

cercueil  Â«  recouvert  d’un  suaire  en  marbre  blanc  dont  la 

«  draperie  et  la  plissure  Â»,  dit  un  excellent  homme  et  naĂŻf 

Ă©crivain, « est un chef-d’Ɠuvre ».

La  chapelle 

Sainte-Marguerite-des-GrĂšs,

  laquelle  se  dresse 

solitaire  au  milieu  d’une  nature  sauvage  et  pittoresque,  fut 

relevĂ©e  en  I853  par  M.  Corbin,  pour  accomplir  un  vƓu  de  sa 

femme.

La  tradition  rapporte  qu’un  certain  grĂšs,  creusĂ©  par  la 

dĂ©sagrĂ©gation  de  son  sable,  a  fourni  jadis  un  abri  et  une 

couche  assez  incommode,  du  reste,  Ă   une  vierge  qui  vivait 

en  cet  endroit.  Certaines  femmes  mĂȘme  emportent  du  sable 

de cet abri et l’avalent dans de l’eau en certaines occurrences.

Quoi  qu’il  en  soit  de  ces  lĂ©gendes  et  de  ces  remĂšdes,  nous 

savons  que  dĂšs  l’annĂ©e  II46,  la  reine  AdĂ©laĂŻde  donnait  par 

une  charte  datĂ©e  de  Senlis,  la  chapelle  Sainte-Marguerite  et 

le lieu dit Charlepont à l’abbaye de Chañlis.

Oserai-je 

signaler 

aux 

amateurs 

de 

littĂ©rature 

naĂŻve, 

l'

  Ancien  Chant  populaire  en  l’honneur  de  Sainte  Marguerite-des-

 

GrĂšs :

« ... De la ville d’Antioche 
« Née native elle était, etc... »

Le  chĂąteau  ou  donjon  de 

Montmélian

  Ă©tait  merveilleuse- 

ment 

dressĂ© 

sur 

cette  montagne  de  gypse  qui  s’élĂšve 

«  Ă   6o  mĂštres  au-dessus  de  la  flĂšche  de  Senlis  Â».  De  son 

sommet  l’Ɠil  embrasse  un  panorama  infini,  des  bords  mon- 

tagneux  de  l’Oise  aux  rives  boisĂ©es  de  la  Marne,  des  collines 

qui ondulent derriĂšre Paris aux premiers plis de la forĂȘt de

background image

CompiĂšgne.  Du  chĂąteau,  il  ne  reste  aujourd’hui  que  les 

fossĂ©s,  Ă   demi  comblĂ©s  par  une  vĂ©gĂ©tation  capricieuse  de 

laquelle  l’imagination  aime  Ă   voir  surgir  les  fiĂšres  figures 

casquĂ©es des Calletot, des d’Orgemont.

Quelle  est  l’étymologie  de  l’appellation 

MontmĂ©lian  ?

 

MalgrĂ©  les  sĂ©ductions  de  cette  chasse  aux  mots,  nous 

ne  suivrons  pas  l’illustre  Suger  lorsqu’il  dit  :  MontmĂ©lian, 

«  quasi  mons  medii  Â»,  comme  un  mont  intermĂ©diaire, 

placĂ©  entre  les  Parisiens,  les  Sylvanectes  et  les  Meldois.  Il 

est  probable  que  les  peuples,  dits  prĂ©historiques,  et  les  races 

qui  suivirent,  eurent  soin  d’occuper  un  endroit  si  avan­

tageux pour la défense et la lutte : « Mons mesleiÊ ».

L’abbĂ©  Lebeuf  pense  que  les  Romains  y  avaient  bĂąti  un 

temple  en  l’honneur  de  Mercure,  lequel  aurait  Ă©tĂ©  honorĂ© 

chez  les  Bellovaques  sous  le  nom  de 

Milius

  ou 

MĂ©landus,

  et 

mĂȘme  que  c’était  lĂ   que  se  dressait,  dominant  le  pays,  l’idole 

dont  il  est  fait  mention  dans  les  actes  de  saint  Rieul,  d’oĂč 

Mons Meliani

 (1205), 

Mons Milianus

 (1242).

Quoi  qu’il  en  soit  de  cette  Ă©tymologie,  j’espĂšre  que  Dieu 

et  les  Ă©vĂ©nements  me  laisseront  assez  de  loisir  digne  pour 

traiter  plus  au  long  de  MontmĂ©lian  et  payer  ainsi  quelque 

peu  l’hospitalitĂ©  vĂ©ritablement  antique  que  le  chanoine 

Brettes m’a fait goĂ»ter dans son ermitage de paix et d’études.

MontmĂ©lian,  dont  le  moine  Aimoin  rapporte  que  Â«  le 

«  roi  Philippe,  fils  de  Robert,  en  fortifia  la  forteresse  contre 

«  Hugues,  comte  de  Dammartin  Â»,  aprĂšs  avoir  appartenu 

par  Ă©change  Ă   Richard  de  Vernon,  aux  Calletot  et  aux 

Bouteillers,  aux  moines  de  Saint-Denis,  d’Argenteuil  et  de 

ChaĂąlis,  suivit  le  sort  des  domaines  de  Mortefontaine  et 

de Plailly.

Le  curieux  qui  escalade  le  sentier  raide  et  tortueux  de  la 

butte, a l’Ɠil vite saisi par cet Ă©difice solitaire dont les pans

3 0 7

background image

308

de  murs  Ă©pais  continuent  d’enlever  sur  le  fond  du  ciel,  leur 

masse  et  leurs  baies  d  un  style  ferme  et  distinguĂ©.  Ce  reste 

du  prieurĂ©  du  XII

e

  ou  XIII

e

  siĂšcle  vaut  bien  une  visite. 

Façade  principale  de  vingt  mĂštres  environ;  tour  cylindrique 

Ă   1  angle  de  gauche,  abritant  un  escalier  intĂ©rieur;  triple 

etage  dont  les  voĂ»tes  effondrees  laissent  voir  librement  des 

cheminĂ©es,  des  baies  gĂ©minĂ©es  en  tiers-point  inscrites  dans 

un  plein-cintre,  avec  meneaux  Ă   renflement  et  orifice  pour 

verrous, des bancs en pierre de chaque cĂŽtĂ© des fenĂȘtres.

MontmĂ©lian  est  demeurĂ©  le  centre  d’un  pieux  pĂšlerinage. 

La  chapelle,  due  au  talent  d  un  maĂźtre,  a  remplacĂ©,  par 

les  lignes  sveltes  de  son  architecture,  charpente  Ă©lĂ©gante, 

sculpture  bien  traitĂ©e,  etc.,  la  forteresse  impĂ©rieuse  du 

castrum...  La  petite  place  aux  arbres  maigres,  qui  sert 

d’atrium  Ă   la  chapelle,  est  couverte,  Ă   la  fĂȘte  de  la 

NativitĂ©  delĂ   Vierge,  d’un  nombreux  concours. Je  me  rappelle 

encore 

1

  abbĂ©  Lecot,  maintenant  cardinal,  distribuant  Ă   cette 

foule  les  ardeurs  de  son  zĂšle,  et  se  reposant  ensuite  des 

fatigues  de  la  parole  en  collectionnant  les  espĂšces  variĂ©es 
des fougĂšres du pays.

Sur  le  versant  mĂ©ridional  de  la  butte  est  la  chapelle,  lieu 

de  pĂšlerinage  aussi,  de 

Saint-Vit

  (Seine-et-Oise).  Ce  petit 

Ă©difice  m  a  arrĂȘtĂ©  par  quelques  colonnes  Ă©tranges  du 

XII

e

 siĂšcle.

Plailly, Plaliacum

  (i  163),  n’est  guĂšre  distant  de  MontmĂ©lian 

que  d’une  demi-lieue  qui  est  abrĂ©gĂ©e  encore  par  le  charme 

poĂ©tique  du  paysage  et  les  sources  qui  sortent  de  partout  du 
milieu des bois et des fleurs.

L  Ă©glise  est  fort  remarquable.  Elle  appartient  Ă   plusieurs 

Ă©poques  distinctes.  La  façade,  qui  est  d’une  composition 

simple, d’une proportion parfaite, d’un appareil et d’une

background image

sculpture soignĂ©s, l’ensemble des cinq travĂ©es de la net avec

ses  piliers  monocylindriques  que 

couronnent des chapiteaux grasse­

ment  traitĂ©s  et  chargĂ©s  de  feuilles 

enroulĂ©es,  accusent  le  XII

e

  siĂšcle 

arrivĂ©  dĂ©jĂ   Ă   la  sagesse  de  son 

art  et  Ă©minemment  dĂ©coratif;  le 

transsept dilatĂ© en un chƓur triple 

a  Ă©tĂ©  bĂąti  en  un  style  trĂšs  Ă©lĂ©gant, 

au  dĂ©but  du  XIII

e

  siĂšcle,  et  subs­

tituĂ©  Ă   trois  absides  moins  impor­

tantes;  le  clocher  qui  part  du  bras 

de croix du midi porte les marques 

de  la  double  architecture  que  nous 

venons  d’indiquer  :  du  XII

e

  siĂšcle,  au  larmier  en  plate-bande 

interrompue par des modillons carrés, et du siÚcle suivant

Ă   la  pyramide,  laquelle  est  percĂ©e 

de  baies  allongĂ©es  Ă   crochets 

intĂ©rieurs  et  d’oculus  Ă   lobes,  et 

ornĂ©e,  Ă   ses  rampants, de rinceaux 

adossĂ©s.  Le  voĂ»tage  des  nefs  est 

dĂ»  aux  XV

e

  et  XVI

e

  siĂšcles 

surtout.

L’on  notera  en  dehors  de  l’édifice  la  belle  façade  de  l’est, 

certains  modillons  au  larmier  du  chƓur,  lesquels  trahissent 

une influence bourguignonne.

Au  dedans,  que  de  dĂ©tails  Ă   souligner  !  Une  belle  Ă©glise, 

c’est  un  livre  de  pierre  dont  les  feuillets  sont  chargĂ©s 

d’idĂ©es  et  d’énigmes  saintes.  Des  baies  en  plein-cintre, 

dont  l’imposte  reposait  sur  une  moulure  finement  tracĂ©e 

(plate-bande,  quart de rond et boudin), chevauchaient primi­

tivement, Ă  une assez grande hauteur, les piliers de la nef :

309

background image

3Io

un  cordon  ou  bandeau  d’un  beau  profil  se  continuait  le  long 

des  murs  supĂ©rieurs  pour  couper  la  monotonie  des  assises  ; 

la  voĂ»te  actuelle  de  la  grande  nef  est  une  addition  malheu- 

reuse  qui  a  surchargĂ©  et  rejetĂ©  dehors  les  piles  antiques, 

en  mĂȘme  temps  qu’elle  ĂŽtait  de  l’élĂ©vation  et  de  la  noblesse 

Ă   l’architecture;  toute  cette  surface  Ă©tait  couverte  de  deux 

couches diverses de badigeon, comme il est aisé de le voir

dans  les  combles  actuels  :  la  couche  la  plus  ancienne  Ă©tait 

jaune-biche  avec  lignes  d’appareil  blanc;  la  couche  super- 

posĂ©e  Ă©tait  blanc-jaune  avec  lignes  d’appareils  et  de  claveaux 

rouge-brique plus distancées.

Les  clefs  de  voĂ»te  des  basses-nefs,  lesquelles  Ă©taient 

voĂ»tĂ©es  en  bardeaux  primitivement,  portent  des  armoiries  : 

l’une  fascĂ©e  de  [or  et  de  sinople]  Ă   6  piĂšces,  qui  est  de 

Crussol;  l’autre  fascĂ©e  lozangĂ©e  de...  et  de...  Ă   6  piĂšces,  qui 

est...

background image

311

Des  croix  de  consĂ©cration  des  XV

e

  et  XVI

e

  siĂšcles,  oĂč  des 

apĂŽtres  d’un  dessin  et  d’un  faire  trĂšs  noble  et  religieux, 

barbe  pendante  et  yeux  doucement  ouverts,  soutiennent 

une  croix  simple,  rappellent  ce  passage  de  l’Apocalypse  : 

«  L’Eglise  repose  sur  les  douze  apĂŽtres  comme  sur  douze 

« fondements 

1

. »

Fonts du style de la Renaissance avec cartouches.

Quels  sont  les  grands  seigneurs  qui  ont  aidĂ©  Ă   l’Ɠuvre  de 

l’église?  Peut-ĂȘtre  Amaury  de  Plailly  (II96),  Jean  (I232)  et 

Guillaume de Vernon, son frĂšre, seigneurs de Plailly.

Le  chĂąteau  de 

Bertrandfosse,  Bertrandi  fossa,

  grand  Ă©difice 

rectangulaire,  flanquĂ©  de  quatre  tourelles  et  ornĂ©  de  hautes 

lucarnes  Ă   clochetons  du  XV

e

  ou  XVI

e

  siĂšcle,  est  regardĂ© 

comme  le  fief  principal  de  la  noble  famille  des  Plailly, 

laquelle  a  fourni,  entr’autres  personnages  de  marque  :  Gui 

de  Plailly,  chevalier,  auquel  on  doit  la  fondation  de  la 

paroisse  de  Mortefontaine  avant  I276;  Gui  IV  de  Plailly, 

Ă©vĂȘque  de  Senlis  (I308...)  et  Robert,  archidiacre,  son  frĂšre; 

Raoul,  aussi  Ă©vĂȘque  de  Senlis  (I343);  Richard  de  Lallier, 

Ă©cuyer,  capitaine  d’Ermenonville,  seigneur  de  Bertrandfosse, 

mariĂ©  Ă   AgnĂšs  de  Bertrandfosse,  dite  de  Plailly  (I428);  les 

le  Rebours,  qui  portaient  de  gueules  Ă  sept  losanges  d’argent, 

3,  3  et  I,  etc.  Ce  chĂąteau  est  habitĂ©  aujourd’hui  par  le  trĂšs 

hospitalier M. Paulmier.

L’histoire  des  arts  industriels  fournit  cette  indication  : 

HVGO  DE  PLALIACO  ME  FECIT  Â«  Hugues  de  Plailly 

«

  m’a  fait  Â»,  que  portent  les  tombes  de  mĂ©tal  du  XIII

e

  siĂšcle 

de  Isburge  ou  Isenburge  Ă   Corbeil,  et  de  BarthĂ©lemy  de  Roye, 

fondateur de l’abbaye de Joyenval.

1

 

Sic

 Ă  Thury-en-Valois, Ă  Champagne (Seine-et-Oise).

background image

Une  voiture  fait  le  service  de  Mortefontaine,  Plailly, 

Survilliers.  A 

Survilliers,

  qui  n’appartient  plus  Ă   notre 

dĂ©partement,  Ă©glise  des  XV

e

  et  XVI

e

  siĂšcles.'  Un  vitrail 

intĂ©ressant,  mais  incomplet  (XVI

e

  siĂšcle),  reprĂ©sente  la  scĂšne 

de  la  Transfiguration  :  le  peintre  verrier  a  traduit  par  une 

coloration  jaune  Ă©trange,  le  texte  :  Â«  Le  visage  Â»  du  Christ 

« devint brillant comme le soleil ».

Nous  avons  plus  d’une  fois  saluĂ©  le  nom  du  Seigneur  de 

Survilliers,  Â«  Renaud  Clugnet  li  Eschans,  chevalier  Â», 

lequel  portait  sur  son  Ă©cu  a  une  croix  cantonnĂ©e  de  douze 

« merlettes, trois à chaque canton », XIV

e

 siĂšcle.

Avant  d’atteindre  La  Chapelle,  nous  apercevons  sur  la 

gauche 

Orry,  Oiri

  (1097), 

Oiriacum

  (1126-1182), 

Oriacum

 

(1203), 

Ouri

  (1227),  Orry-la-Ville,  pour  distinguer  l’agglo­

mĂ©ration  des  maisons  du  village,  du  chĂąteau  qui  s’élevait 

prĂšs La Chapelle.

L’église  d’Orry,  du  mĂȘme  style  que  Fosses,  dresse  une 

façade  Ă©rasĂ©e  mais  d’une  trĂšs  agrĂ©able  composition  du 

milieu  du  XII

e

  siĂšcle;  une  nef  Ă   quatre  travĂ©es  avec  bras  de 

croix  dont  l’un  primitif;  un  choeur  en  hĂ©micycle  avec  trois 

baies  en  plein-cintre  et  voĂ»te  en  cul-de-four  que  soutiennent 

quatre  arcs  rayonnants  dont  le tore  repose sur des chapiteaux 

d’un beau style romano-fleuri.

A  noter  la  pile  massive  et  le  contrefort  qui  contrebutent 

la  poussĂ©e  des  voĂ»tes  du  chƓur,  systĂšme  archaĂŻque  et 

conseillĂ©  par  un  art  encore  inexpĂ©rimentĂ©  et  dĂ©fiant,  que  l’on 

retrouvera  Ă   Saint-LĂ©ger-aux-Bois  et  Ă   Saint-Pierre  de 

Rethondes.

L’on  n’oubliera  point  non  plus  de  regarder  un  autel  en 

pierre  du  XIII

e

  siĂšcle,  formĂ©  d’une  table  Ă   chanfrein  et  de 

deux piliers dont la coupe carrĂ©e passe Ă  l’octogone par des

312

background image

chanfreins  aigus;  une  Vierge  du  XIV

e

  siĂšcle,  assez  vulgaire 

de  physionomie  mais  bien  drapĂ©e,  laquelle  porte  sur  un 

bras  l’Enfant  maĂźtre  du  monde,  comme  le  tĂ©moigne  la  boule 

ou  sphĂšre  qu’il  soutient,  et  prĂ©sente  par  un  mouvement  de 

l’autre  bras  une  marguerite  ou  un  lys  dĂ©veloppĂ©;  un  petit 

rĂ©table  en  bois  style  Henri  IV,  oĂč  un  sculpteur  d’un  talent 

vulgaire  et  lourd  a  placĂ©  la  triple  scĂšne  de  la  Flagellation, 

de  la  Crucifixion  et  de  la  RĂ©surrection;  deux  pierres  tom- 

bales  qui  portent,  l’une  :  Â«  Charles  Lavier  menusier  ordi- 

«  naire  des  batiments  du  Roy  et  maistre  menusier  Ă   Paris, 

«  natif  de  ce  lieu  Â»,  et  l’autre  :  Â«  Jean  Baptiste  Mathas, 

«  greffier  et  tabellion  du  marquisat  de  MontmĂ©lian,  Plailly, 

«

 Mortefontaine et autres lieux, I6 aoĂ»t I669 ».

«

  Il  existe,  Â»  dit  Graves,  Â«  des  monnaies  frappĂ©es  Ă   Orry, 

«  mĂ©tairie  ou  villa  royale,  que  la  veuve  d’Henri  I

er

,  AdĂ©laĂŻde, 

«

  donna  Ă   l’abbaye  de  Saint-Remy  de  Senlis,  d’oĂč  elle  passa 

«

 au chapitre de Notre-Dame. »

La  Chapelle-en-Serval,  Capella

  (II82), 

Capella  in  Sylvanec-

 

tensi

  (I233),  rappelle  Â«  ce  pagus  ou  pays  appelĂ©  le  Servais  Â», 

dont  Survilliers  formait  comme  le  chef-lieu  Â«  entre  Saint- 

« Witz, Vémars, Fosse, Orry et la ThÚve. »

A  droite  de  la  rue  principale,  restes  de  la  grange  dĂźme- 

resse de Saint-Georges (XIII

e

 siĂšcle).

Eglise  des  XIV

e

,  XVI

e

  et  XVII

e

  siĂšcles  (I685),  d’un  intĂ©rĂȘt 

archĂ©ologique  ou  artistique  Ă   peu  prĂšs  nul.  L’on  y  remar- 

quera  la  litre  seigneuriale  ou  bande  funĂšbre  du  prĂ©sident  de 

Brion,  d’azur  Ă   deux  oiseaux  de  sable  perchĂ©s  sur  un 

croissant  surmontĂ©  de  trois  Ă©toiles  d’or  en  fasce,  avec  deux 

ours  pour  support;  une  plaque  en  marbre  noir  des  d’Outre- 

leau,  Â«  ultra  aquam  Â»,  avec  les  insignes  ou  emblĂȘmes 

hĂ©raldiques  des  maĂźtres  de  poste  :  une  botte  Ă©peronnĂ©e  et

3I3

background image

3I4

une  ancre,  le  tout  surmontĂ©  de  trois  Ă©toiles.  Pour  le  dire  en 

passant,  ce  nom 

ultra  aquam,

  que  nous  trouvons  dĂšs  le 

milieu  du  XIV

e

  siĂšcle,  Â«  Robertus  ultra  aquam  Â»  (I354), 

indique peut-ĂȘtre une origine lombarde ou sicilienne.

La Chapelle a eu entr’autres seigneurs : Gui III le 

Bouteiller, qui donna, vers II87, La Chapelle et Orry au

chapitre  de  Notre-Dame  de  Senlis,  Ă   la  condition  que  l’on  y 

ferait  l’anniversaire  funĂšbre  de  Pierre  l’Hermite,  son  frĂšre, 

archidiacre de Soissons, qui avait possĂ©dĂ© ces terres; François 

JuvĂ©nal  des  Ursins,  marquis  de  Trainel,  d’une  famille 

originaire  de  Troyes,  mariĂ©e  Ă   Anne  l’OrfĂšvre;  la  marquise 

de  Cotentin,  dame  d’Orry  et  de  La  Chapelle  (I722);  les 

Franclieu.

background image

Il  existait  tout  prĂšs,  dans  ces  terres  Ă   demi  boisĂ©es,  Ă  

gauche,  un  village  nommĂ© 

Geni

  (I253)  :  il  n’en  est  demeurĂ© 

qu’un vague souvenir.

La  Chapelle-en-Serval  a  fourni  aux  esprits  qui  sont  en 

peine  d’étudier  sur  le  vif  cette  chose  attristante  que  l’on 

dĂ©signe  du  nom  de  philosophie  de  l’histoire,  plus  d’un 

exemple  des  vicissitudes  humaines,  rĂ©ussites  inouĂŻes, 

chutes  semblables,  adulations  serviles  des  courtisans  de  la 

fortune, ingratitudes des obligĂ©s d’autrefois...

3I5

background image

T A B L E

D E S

PRINCIPAUX NOMS DE RUES, PLACES ET MONUMENTS

DE SENLIS,

DE PAYS, DE PERSONNAGES, ETC.,

QUI SONT INDIQUÉS DANS CE GUIDE.

(N

ota

‱— Les noms inscrits en majuscules dĂ©signent les monuments d’un intĂ©rĂȘt 

plus considĂ©rable. — L’astĂ©risque * renvoie aux Excursions.)

Afforty.....................................

AiguilliĂšre (Porte et Rue)
*  Apremont............................

A

rĂšnes

............................. 97

Armoiries et Couleurs de S.
Arquebusiers...........................
Artistes et Ouvriers plus

dignes  d’ĂȘtre  nommĂ©s  : 

Cambiche, 

Cave, 

Di- 

zieult,  Hazard,  le  Riche, 
Lescot,  MĂ©nard,  Nicole, 
Romain, 

les 

Souldoier, 

le  pĂšre  Ursin, 

I

5, 

I

6, 

I

8, 2

I

, 34

Auger-Saint-Vincent. 

Aulas de la BruyĂšre . . .

*  Aumont...............................

*  Avilly...................................

*  Balagny-sur-Aunette. .

7

88

250

272

6 7

I

00

73

I

85

65

232

277

208

*  Barbery................................

*  Baron...................................

Baumé, chimiste, né à

Senlis..................................

*  Beaurepaire.........................

Beauvais (Rue de). . . .

Beffroy.....................................

Bellon (Porte et Rue). 8

Bigude.....................................

Billon  (Attentat  de).  .  . 
Blache......................................

*  Boasne ................................

Bonaparte...............................
Bon-Secours............................

*  Borest..................................

Bouteiller (Les) de Senlis,

et 

passim

*  Brasseuse............................
*

  B

ray

 .............................................

I

7 7  

I

66

7 4

239

9 5

I

2

23

I

23

6 5

7

I

I

82

205

I

2 2

I

72

9 5

2

I

I

9 9

background image

3

i

8

Brosse (de).................................      270 

EvĂȘchĂ© et EvĂȘques (Voir

*  Canneville..............................      256 

Notre-Dame) 

. . . .  

22

Capucins....................................        

I

22 

Fausse Porte (Voir Chan-

Carmes.......................................       

I

06 

cellerie).

CathĂ©drale (Voir Notre- 

Flageard (Rue aux). 

50

Dame). 

Flament (HĂŽtel du). 

II

2

*  C

haalis

.................................          

I

38  * Fleurines...................................       233

*  Chamant................................        202  * Fontaine-l.-Corps-Nuds 

I

68

Chancelier GuĂ©rin. .                23 

26  Fontaines ...                         90, 

I

04 

233

Chancellerie. ... 

70 

9

I

  F

ortifications

...........................        

I

24

*  C

hantilly

.............................         280  * Fosses........................................      312

CharitĂ© (HĂŽpital de la). . 

II

4  * Fourcheret................................       

I

7

I

C

hateau

 royal de Senlis. 

82  Four-Saint-Aignan (Rue

ChĂątel (Rue du) 

. . . .  

69 

du)...........................................  

92

Chat-HĂ©ret (Rue du) . . 

8

I

  * Fresnoy-le-Luat. ... 

I

83

*  Chavercy................................         

I

92  Fromages (Rue aux). . . 

92

ChĂ©ron, curĂ© de Sainte- 

* G

ouvieux

.                                            285

GeneviĂšve, historien de 

Groote (de).                                            209

Senlis...................................... 5

I

 

99 

Guilleville (de).................. .......        

I

45

CimetiĂšre...................................  

89  * H

alatte

 (Temple d’) . 

23

I

C

ité

 (Murs de la). . . . 

2

I

  Halles au blĂ©, aux mer-

*  C

omelle

......................           27  298 

ciers, etc..................  

I

0

CompiĂšgne (Porte de)                   4  202 

Haubergier (HĂŽtel 

du).  . 

II

3

ConfrĂ©ries jouant des dra- 

Heaume (Rue du). . 

94 

I

08

mes sacrĂ©s............................  

96  HĂŽpital gĂ©nĂ©ral ou Saint-

Conon de BĂ©thune .. .                            

I

93        Lazare......................................        

I

02

Cordeliers..................................          

II

HĂŽtel-de-Ville.............................. 

67

*  C

ourteuil

.............................         274  H

ĂŽtel

-D

ieu

 

de

 G

allande

 

7

I

Couture (Maison de). .                           

I

3    HĂŽtel-Dieu des Marais. 

I

04

*  Coye.......................................       299 

* Huleu. . . . . . .  . .. . . .  . . . . .  .          

I

92

Creil (Place de)..........................  

96  Instruction 

Ă  Senlis. . . 

8

I

*  C

reil

 (Ville de) ... 

25

I

  * Ivillers.......................................      229

Deschamps (Eustache). . 

8  Jacques (Les) 

Ă  

Senlis . . 

I

08

Dubus-PrĂ©ville (Maison de) 

3  Jardiniers (Rue des). . . 

I

22

*  Ducy......................................         

I

82 

Jaulnay........................................  

77

*  E

rmenonville

 . .                  

I

38 

I

47  Jeux de boules, etc .                  

I

00 

I

24

Escalade (FĂȘte de 

1

’). .                  4 

6  Jolly (Jacques).............................        

II

4

*  Eve.........................................         

I

55  Juiverie........................................  

66

background image

3

I

9

Lavarande (Place de) . . 

9

I

*  La Chapelle-en-Serval . 

3

I

3

Licorne.....................................  

9

Lombards (Voir Saint-Hi- 

laire).

L’OrfĂšvre. ...               32, 7

I

 

I

48

*  Luat......................................      

I

84

*  Malassise.............................       

I

5

I

Marques de tĂącheron. . . 

5

I

Mauconseil (Carrefour) . 

79

Meaux (Rue et Porte de). 

II

8

Mesmes (de)...........................      25

I

*  Montagny-S

te

-FĂ©licitĂ© . 

I

59

*  M

ontataire

........................     257

Montauban (Bastion du) . 

98

*  Moncel (Abbaye du). . 

240

*  M

ontépilloy

......................       

I

79

*  MontlĂ©vĂȘque .        27, 

I

29

I

32 

I

36

*  Montlognon........................        

I

70

Montmarie (Quartier). . 

I

08

*  MontmĂ©lian........................      306

Montmorency (Les). 

 79 

III

*  M

ortefontaine

. ... 

303

Moru.........................................      247

Moulins............................    59 

74

Murat (Impasse et Famille) 

I

09

MusĂ©e du ComitĂ© archĂ©ol. 

27

MusĂ©e.......................................        

II

6

*  N

oël

-S

aint

-M

artin

. . 

2

I

8

*  N

ogent

-

les

-V

ierges

. . 

26

I

N

otre

-D

ame

 (CathĂ©drale) 

29

*  Ognon..................................       2

I

0

Ordener (Quartier). . . 

I

05

*  Ormoy-Villers . . . .  

I

87

*  Orry......................................       3

I

2

Otages (Rempart des). . 

I

0

I

Palais de Justice . . . .     

II

7

*  Parc-aux-Dames. ... 

I

83

Paris (Rues Neuve et Vieille

de)..............................        66 

I

06

Parvis-Notre-Dame (Place 

du) .

.

.

.

.

.

         37 

75

Peste Ă  Senlis. ... 

  44 

5

I

Petit-ChaĂąlis (Rue du). . 

63

Pierre de CugniĂšres ... 

98

Pierre d’Oriol............................ 

96

Pigeons-Blancs (Rue des) 

80

*  P

lailly

.................................    308

*  PontarmĂ©.............................    300

*  P

ontpoint

...........................     240

*  P

ont

-S

ainte

-M

axence

.       236

Porte-aux-Pains .         22, 66  68

Présentation (Couvent de

la).........................................       

II

8

Prisons.......................................  

73

Puits-Saint-Nicolas (Im- 

passe du)............................. 

63

Puits-Saint-Sanctin.        4, 7 

79

Puits-Tiphaine (Rue du). 

9

I

Raoul de Vermandois 

(HĂŽtel)................................. 

76

*  Raray....................................      2

I

5

RĂ©publique (Rue de la) 

7

*  R

huis

..........................             248

*  Roberval. . . 

I

2, 

I

24 

22

I

Rougemaille (Rue) ... 

I

0

*  R

ully

..........................              

I

93

Saint-Aignan (Eglise et

Rue) (Voir Beauvais) . 

93

*  Saint - Christophe - en -

Halatte.................................    234

Saint-Etienne................              

I

23

*  Saint-Firmin.............              278

S

aint

-F

rambourg

. . 

I

57

Saint-Hilaire ( R u e ) . . .  

I

5

background image

Saint-Jean  (Rue)  .  .  .  . 

Saint-Joseph  (Rue  et  Pen­

sionnat)..............................

S

aint

-L

azare

....................................

*  Saint-LĂ©onard . . . .
*  Saint-Leu-d’Esserent. .
Saint-Louis  (Maison  de)  . 
Saint-Martin  (Rue  du  Fau­

bourg, etc.) ........................

Saint-Maurice ... 

84

*  Saint-Maximin . . . .

Saint-Nicolas-d’Acy  177 

Saint-Pierre 

(Eglise), 

au­

jourd’hui MarchĂ©. . .

Saint-Rieul . . . .  

77

Saint-Sanctin (Voir Puits). 

Saint-Simon (Famille des) 

8, 32, 44

*  Saint-Sulpice......................

S

aint

-V

aast

-

de

-L

ong

­

mont

 ............................................

Saint-Vincent 

(Ancienne 

Abbaye de), aujourd’hui
CollĂšge................................

Sainte-Bathilde 

(Chapelle) 

Sainte-GeneviĂšve (Rue) .

*  S

aintines

......................................

Saintisme-Alargent . . .

SĂ©guin........................ 5, 12
SiĂšges  de  Senlis  (1589)  98 
Singes (Carrefour des). .

*  Survilliers . . . .   7 1

11 

Temple (Rue du). 

... 

11

* Thiers.....................................302

88  *  Thiverny................................260

103 

Tisserans.117

273 

*

  Tomberet...............................232

287 

Tournebus (Fief de). . . 

98

119 

Tournelle-Saint-Vincent . 

118

Treille (Rue de la) ... 

70

103 

Trois-Pots (HĂŽtel des). . 

73

153 

Turlupins (Carrefour des) 

117

294  *  Trumilly................................ 189

272 

*  Valjenceuse.......................... 130

Vaultier, annaliste de

17 

Senlis...5, 9 137

90  *  Ver..........................................   153

* Verberie.................................223

* Verneuil.................................269

206  *  Versigny................................ 162

155 

Vic (de).149

*  V

ictoire

 (Abbaye de la) 

133

228 

Vignes (Clos de) .

.

.

.

 

10

VillemĂ©trie..............................  130

*  V

illeneuve

 -

sur

- V

er

-

120 

berie

.216

70 

Villers-Saint-Frambourg .  230

15  *  V

illers

-S

aint

-P

aul

 . . 

264

225 

*  Villers-sous-Saint-Leu . 

293

122  Villevert.................................. 76  232

143 

*

 Vineuil.279

272 Voies antiques : aux Che- 

vaux, des Poissonniers,

312 etc..............................................250  297

320

background image

T A B L E   D E S   D E S S I N S

Hors texte 

: Plan de Senlis..............................................M. 

Nouvian.

Id. 

CathĂ©drale de Senlis : Façade du midi. 

(Phototypie)

Id. Saint-Leu-d’Esserent : Façade du midi. ' 

■ »

Id. 

Senlis : Restes de l’Abbaye de La 

Vic­

toire  

M. 

Maillard.

Id. 

MontĂ©pilloy : Ruines de la Tour. 

. .  M. 

Nouvian.

Pages.

1.  Armoiries de la Ville de Senlis...................................... M. Nouvian.

2 .

  Le reclus Pierre Seguin, d’aprĂšs un portrait

original qui appartient Ă  M. le baron Ed. de

Pontalba.................................................................... M. Maillard.

8. 

Pilastre de l’HĂŽtel des Saint-Simon de Rasse 

»

9. 

Enseigne au Carrefour de la Licorne......................... 

»

11. 

Porte 

Ă  

l’HĂŽpital Saint-Jean......................................  

»

13. 

Pierrot au Tribunal de Senlis, par Couture. . 

»

14. 

Niche Ă  l’entrĂ©e de la Rue Saint-Jean . . . .  

»

17. 

Clocher de Saint-Pierre (XI

e

 et XV

e

 siĂšcles) . 

»

10. 

Faisceau de colonnes 

Ă  

Saint-Pierre (XV

e

 siĂšcle). 

»

21

background image

3 2 2

25 

.    Le Chancelier GuĂ©rin, d’aprĂšs un sceau pendant

(XIII

e

 siĂšcle)..............................................................         M.  Maillard.

28.  Composition  faite  de  morceaux  de  sculpture 

empruntĂ©s  au  MusĂ©e  archĂ©ologique  :  Buste 

de 

Vespasien; 

chapiteau 

romain; 

tombe 

provenant  de  Comelle  (IV

e

  siĂšcle)  ;  ex-voto 

du 

temple 

de 

Halatte; 

sainte 

Catherine 

(XV

e

 siĂšcle)................................................................  

»

30.     CathĂ©drale Notre-Dame : Petite porte Ă  la

grande façade................................................  

»

32.   Ibid. Armoiries de Pierre l’OrfĂšvre..............................         M.   Nouvian.

33. 

Ibid.  Armoiries de Gilles de Saint-Simon . . 

»

35. 

Ibid.  Fragment d’un vitrail de Jean Souldoier. 

»

39. 

Ibid. Bases de colonnes Ă  la porte principale . 

M.  Maillard.

4

I

Ibid.  MoitiĂ© du linteau du mĂȘme endroit :

Mort de la Vierge et Sacrifice d’Isaac . 

»

42. 

Ibid.  Piliers Ă  l'entrĂ©e de la basse-nef du midi. 

»

43. 

Ibid.  Ancienne porte latĂ©rale, aujourd’hui dans

la chapelle Saint-Joseph.................................  

»

45. 

Ibid.  Cul-de-lampe, dans la sacristie . . . .  

»

50. 

Ibid.  DĂ©veloppement d’un chapiteau de la

grande sacristie, reprĂ©sentant la 

Danse

 

de la Folie

......................................................... 

»

52. 

Armoiries de Guillaume Parvi, prĂȘtĂ© par                                M. C. Fichot.

53. 

Marques de tĂącheron....................................................         M.  Nouvian.

5 5.  Sceau de Notre-Dame (XII

e

-XIII

e

 siĂšcle) ... 

»

58,  59, 60, 6

I

. Coupes, colonnes, etc., de Saint-

Frambourg, d’aprĂšs M. J. Puissant . . . .  

M.  Maillard.

64. 

Tour d’escalier de la Maison du Petit-ChaĂąlis. 

»

70.   Cul-de-lampe provenant probablement de

Saint-Maurice, chez M. GĂ©rin..................................  

»

75. 

Bordures de vitraux de Notre-Dame (XVI

e

 siĂšcle) 

M.  Nouvian.

84. 

Baies au ChĂąteau (XIII

e

 siĂšcle).....................................        M.  Maillard.

background image

87.    DĂ©bris de pierre tumulaire reprĂ©sentant 

les

Trois Morts et les Trois Vis

.................................... ...      N.

89.    Fac-similĂ© d’une pierre encastrĂ©e dans le mur

du CimetiĂšre (XVI

e

 siĂšcle).................................       .       N.

93.    Clocher de Saint-Aignan (XI

e

 siĂšcle). . . 

M.  Maillard.

I

20.     Armoiries de l’Abbaye de Saint-Vincent. . 

M.  Nouvian.

I

2

I

Marque de Saint-Vincent............................................ 

»

I

23.     Colonnette, chez M. F. Tattegrain (XII

e

 siĂšcle) 

M.  Maillard.

I

25.     Vierge en marbre (XIII

e

 siĂšcle) trouvĂ©e auprĂšs

de La Victoire..........................................................  

»

I

29.     MontĂ©pilloy..................................................................  

»

I

32.     Silex taillĂ©s, etc., de VillemĂ©trie..................................          M.  Nouvian.

I

36.     Tombe Ă  Mont-l’ÉvĂȘque..............................................  

»

I

37.     Armoiries des Pontalba...............................................  

»

I

4

I

.      ChaĂąlis : Ruines de l’Abbaye.......................................  

»

I

43.      Ib. 

Ibid. 

..............................         M.  Maillard.

I

44,   

I

45. Carreaux vernissĂ©s provenant de Chaalis. 

M.  Nouvian.

I

5

I

.    Ermenonville : Signature du peintre Ludovicus

Finsonius................................................................. 

»

I

54.   Ver : Colonne et Colonnettes de la nef. . . 

»

I

56.   Eve : Colonne................................................................. 

»

I

66.   Baron : Boiseries reprĂ©sentant Saint Jean

l’ÉvangĂ©liste............................................................  

»

I

72.   Fourcheret : Façade de la Grange (XIII

e

 siĂšcle) 

»

I

73 .   Borest : Croix de CimetiĂšre (XIII

e

 siĂšcle) . 

M.  Maillard.

I

75 .        Ib. Gravures dans la pierre au Cachot du

PrieurĂ© 

 

M.  Nouvian.

I

76.    Poisson au linteau de la porte nord, Ă  la

grande façade de Notre-Dame de Senlis. 

M.  Maillard.

I

84.   Le Luat : Armoiries des Grouches.................................          M.  Nouvian.

I

87.    Ormoy : Armoiries.....................................                        . . . N.

3 2 3

background image

324

190.  Trumilly : Vierge assise du XIII

e

 siĂšcle ... M. Nouvian.

191. 

Ib. 

Fonts...................................................  

»

194. Rully : Façade et Clocher............................................... M. 

Maillard.

195. 

Ib. 

Larmier bourguignon.................................. M. 

Nouvian.

195. 

Ib. Porte bouchĂ©e au nord......................................  

»

196. 

Ib. 

TĂȘte de femme sur une pierre tombale 

N.

196. 

Ib. 

Pierre tombale du XIV

e

 siĂšcle . . 

M. Maillard.

197. 

Ib. 

Ibid. de Jacques Poitevin 

N.

201. 

Armoiries de Nicolas Sanguin................................. M. 

Nouvian.

203 .  Chamant : Clocher....................................................M. 

Nouvian.

213. 

Ognon 

: Maladrerie aujourd’hui disparue 

.  . 

M. Maillard.

214. 

Sceau des Bouteillers............................................... M. 

Nouvian.

215. 

Raray : Fonts et Sceaux..........................................  

»

219. 

NoĂ«l-Saint-Martin : Archivolte..............................  

»

220. 

Ibid. 

Clocher...............................M. Maillard.

227. 

Saintines : Donjon..................................................  

»

228. 

Croix trouvĂ©e Ă  Saint-Vaast-de-Longmont. 

M. Nouvian.

230. 

Villers-Saint-Frambourg : Clocher..........................M. 

Maillard.

231. 

Sceau des Fontaine...................................................M. 

Nouvian.

233. 

Aumont : Bornes du Chapitre................................  

»

235. 

Saint-Christophe : Plan..........................................  

»

236. 

Ibid. 

Dessins de peintures 

mu­

rales ..............................  

»

236. Ibid. 

Sceau du PrieurĂ© 

.  ... 

»

239. 

Armoiries des LuppĂ©-Broglie.................................  

»

240.  Pontpoint  : Abbaye du Moncel............................ 

»

242. 

Ibid. 

Restes de Commanderie 

... 

»

243 . 

Ibid. 

Baiser de paix trouvé à...............(XVI

e

siĂšcle)........................................... 

»

244. 

Ibid. 

Fonts baptismaux............................... 

»

245. 

Ibid. 

Pierre tombale de Jean le Vennier. N.

246. 

Ibid. 

Ibid. 

de Jeanne Ducreus. N.

249. Fonts sur chapiteau renversé (XIII

e

 siĂšcle). . M. Maillard.

background image

25

I

.   Creil : ChĂąteau et Pont.................................................. .        M. Nouvian.

252. 

Ib. 

Façade est de Saint-MĂ©dard..........................  

»

253. 

Ib. 

Armoiries des marĂ©chaux-ferrants . 

»

254. 

Ib. 

Chapiteaux de Saint-Evremond ... 

»

258.  Montataire : Larmier du XII

e

 siĂšcle 

. . . .  

»

259. 

Ibid.  

Chapiteau oĂč 

Chute  originelle

d’aprĂšs un dessin d’Eug. M. 

»

260.   Thiverny : Archivoltes du portail, d’aprĂšs un

dessin du mĂȘme..............................  

»

26

I

 Ibid. Vitrail de Saint-Leufroid, d’aprĂšs

un dessin du mĂȘme......................... 

»

262.  Nogent-les-Vierges : Sculptures en creux . .                                  »

267.  Villers-Saint-Paul : Tombeau de... de Villers,

d’aprĂšs le Portefeuille GaigniĂšres 

. . . .  

»

269.   Verneuil : Chapiteaux de l’avant-chƓur. 

.       M. Maillard.

270. 

Ibid. 

Fief de Saint-Quentin ou  de

Montlaville........................................  

»

27

I

.  TĂȘte grotesque provenant d’un larmier de

Montataire...............................................................        M. Nouvian.

274.  Saint-Nicolas : Stalles....................................................  

»

274.  Courteuil : Chapiteaux du XIII

e

 siĂšcle ...    

          M. Maillard.

275. 

Ibid.  

Fonts........................................................ 

»

276. 

Ibid. 

Armoiries des Varoquier. . 

M. Nouvian.

278, 

279. Saint-Firmin : Vitraux........................................ 

»

282.  Chantilly  :  Façade  de  la  Chapelle,  d’aprĂšs  un 

dessin  obligeamment  fourni  par 

la Direction de 

l’Illustration .

 . 

   

M. LepĂšre.

284.  PavĂ© au MusĂ©e de Senlis................................................        M. Nouvian.

290.  Saint-Leu-d’Esserent: Chapiteaux(1125  env.) 

»

292.                 Ibid.                  Porte fortifiĂ©e du XIV

e

siĂšcle.............................  

»

293.  Villers-sous-Saint-Leu : Vierge du XVI

siĂšcle. 

»

295.  Saint-Maximin : Clocher et Armoiries de ... 

»

3 2 5

background image

296. 

Senlis : Chapiteaux de Notre-Dame...........................M. 

Maillard.

298. 

Comelle : ChĂąteau de la Reine Blanche. . . M. 

Nouvian.

299. 

Ibid. 

Lanterne des Morts.......................... 

»

302. 

Thiers : Baies au ChĂąteau...........................................M. 

Maillard.

309. 

Plailly : 

Chapiteaux de la nef.......................... 

»

309. 

Ibid. Larmier au choeur............................................ M. Nouvian.

310. 

Ibid. 

Fonts.......................... 

»

3 1 4 .   La Chapelle-en-Serval : Armoiries des d’Ou-

treleau...................... M. 

Nouvian.

3 1 5 .   Villeneuve-sur-Verberie : 

Archivolte  du

portail.  .  . 

»

320. 

Carreau 

vernissĂ© provenant de  ChaĂąlis .  .  . 

»

326. Coquemar à deux anses trouvé à Avilly

(XIV

e

 

ou XV

e

 siĂšcle).......................... 

»

3 2 6

background image

Plan de Senlis

4e de couverture


Document Outline