De Charybde en Scylla.

Après ces années de malaise sportif les dirigeants du Cercle veulent coûte que coûte rejoindre l’élite dans les meilleurs délais. A cette fin, ils engagent l’entraîneur anglais Bill Kennedy en 1951. La saison précédente Kennedy a entraîné le Club de Bruges, sans succès d’ailleurs, car après une saison désastreuse, les voisins brugeois sont relégués en division II. La direction du Cercle fait tout de même confiance à Kennedy et espère qu’il se montrera capable de sortir le Cercle du pétrin. Or, la collaboration s’avère peu fructueuse.

En 1952, le Cercle doit une fois de plus digérer le décès d’une personnalité: l’ancien joueur Louis Saeys, un véritable héros présent dès la fondation du Cercle, meurt.
En 1952-1953, l’union belge de football décide de créer une nouvelle division (« division d’excellence ») entre la division I et la division d’honneur. Malheureusement, le Cercle doit rester en division I (ce qui correspondrait donc à l’actuelle division III).

A partir de la saison 1954-1955, le Cercle semble se ressaisir petit à petit. Un inconnu du nom de Guy Thys vient renforcer l’effectif et finira par devenir entraîneur du Cercle. L’Anversois jouera un rôle prépondérant dans la résurrection des vert et noir durant les années à venir. La saison suivante le Cercle se trouve de nouveau en division II – l’union belge adopte dorénavant une dénomination mathématique pour distinguer les différentes divisions – et grille de monter en division I. Entre-temps plusieurs Anversois se sont ajoutés au noyau: Frans Loos, Richard Van Gassen et Victor Derboven.

Signalons aussi l’émergence d’un phénomène social particulier: en 1954, le prédécesseur du futur « Cercle Pub » (1969) voit le jour. Le local s’appelle « Cerclehuis » et l’on y boit au prix de facture. Le Cercle, collaborant avec la brasserie « Het Sas », ne vise pas à gagner un sou par la vente de boissons et optimise ainsi la solidarité entre direction et supporters.
En 1957, l’installation d’éclairage du Stade Edgard De Smedt est mis en service. A cette occasion, les vert et noir disputent un match amical face à Reims. 10.000 spectateurs assistent au spectacle. Le Cercle s’incline sur le score de 1 à 4.

En 1959-1960, le Cercle faillit rejoindre l’élite. Il perd le barrage contre le Patro Eisden sur la pelouse du KV Mechelen par le plus petit écart (2-1) et doit patienter davantage.
En 1960-1961, les Brugeois, avec le gardien de but Willy Mortier et Eric Daels, atteignent enfin l’objectif et remontent en division I.

Au début des années 60 le Cercle engage plusieurs entraîneurs Français: Delfour, Bigot et Meuris. Il se maintient en division I sans grandes difficultés. Entre-temps l’entraîneur des jeunes Marcel Pertry revalorise la formation des jeunes. Non moins de sept talents du terroir s’ajoutent à l’équipe fanion et on ne s’étonne guère du fait que parmi ces talents l’on retrouve aussi une des personnalités de l’après-guerre, à savoir Julien Verriest.

Malheureusement, le Cercle subit de nouveau une succession de revers. En 1965-1966, il est relégué en division II. Par surcroît de malheur, l’association est impliquée injustement dans une affaire de corruption: un joueur du Lierse, Bogaert, accuse le vice-président du Cercle Paul Lantsoght de lui avoir offert de l’argent. L’union belge y croit et condamne le Cercle à participer au championnat en division III. Le Cercle porte plainte et est réhabilité. Malheureusement, le championnat a déjà commencé et le Cercle reste en division III pour des raisons pratiques.

Van de regen in de drup (1950-1966) - Copyright: Shot Magazine, Gepubliceerd door: - 20060720
Beaucoup des spectateurs au Edgard De Smedt stadion ...

Deze pagina afdrukken