Nouvelle influenza A (H1N1)

L’EFSA suit de près le foyer du nouveau virus de l’influenza de type A (initialement appelée « grippe porcine ») signalé pour la première fois chez des humains au Mexique et aux États-Unis et notifié à l’Organisation mondiale de la santé. En accord avec sa mission, l’EFSA surveille plus particulièrement les aspects de la situation qui concernent la santé animale et la sécurité des aliments.

Le virus en cause dans le foyer actuel de grippe humaine – et découvert aussi dans un élevage de porcs au Canada – est une nouvelle souche du virus de l’influenza H1N1. Elle contient des gènes des virus de la grippe porcine, aviaire et humaine, combinés sous une forme qui n’a jamais été observée auparavant. Ce nouveau virus est un réassortiment de virus qui ont circulé chez les porcs en Europe, en Asie et en Amérique depuis 1998.

Les virus de l’influenza de type A peuvent infecter les êtres humains (grippe humaine) et toute une série d’animaux dont les porcs (grippe porcine), les oiseaux et les volailles (grippe aviaire). Les virus de l’influenza affectent habituellement les voies respiratoires et se transmettent généralement par contact direct ou proximité étroite avec des personnes ou des animaux infectés.

L’EFSA ne dispose d’aucune preuve scientifique suggérant que les virus de l’influenza peuvent être transmis aux humains via la consommation de viande telle que la viande de porc et les produits à base de porc.

Rôle de l’EFSA

L’EFSA a pour rôle de fournir aux gestionnaires des risques européens des avis scientifiques objectifs sur les aspects relatifs à la santé et au bien-être des animaux, aux zoonoses et à la sécurité des aliments. L’EFSA est en contact étroit avec le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies et avec la Commission européenne et elle est prête à dispenser tout conseil scientifique complémentaire qui serait requis. 

L’EFSA apporte aussi son expertise dans le développement d’études expérimentales chez les porcs, afin d’étudier notamment si les porcs sont susceptibles d’être infectés par le nouveau virus H1N1 et le potentiel de diffusion du virus chez les porcs. Ces études sont actuellement réalisées par le laboratoire communautaire de référence grâce à des fonds de la DG Recherche de la Commission européenne et les centres de recherche nationaux de différents États membres.

Le 9 juin 2009, l’EFSA a pris part à une réunion de réflexion organisée par la Commission avec le soutien de l’ECDC et de l’EFSA regroupant des scientifiques, des évaluateurs de risques et des gestionnaires de risques sur la question de l’influenza A (H1N1). La réunion était centrée sur les risques potentiels posés par le virus du point de vue d’une transmission possible entre les humains et les animaux. Des scientifiques dans les domaines de la santé publique, de la santé animale et de la sécurité des aliments de l’Union européenne, des États-Unis, du Canada et de la Russie ont également participé à la réunion. Consulter les documents de réunion, notamment les présentations de l’EFSA et les conclusions du groupe de travail.

Ce nouveau virus de l’influenza de type A (H1N1) peut-il être transmis aux êtres humains via la consommation de porc et de produits à base de porc?

Le virus en cause dans le foyer actuel de grippe humaine est une nouvelle souche du virus de l’influenza H1N1. La transmission des virus de l’influenza se fait généralement par contact direct ou proximité étroite avec des personnes ou des animaux infectés. L’EFSA ne dispose d’aucune preuve scientifique suggérant que les virus de l’influenza peuvent être transmis aux humains via la consommation de viande telle que la viande de porc et les produits à base de porc.

Même si des porcs sont exposés à ce nouveau virus et qu’on puisse le retrouver dans la viande, une cuisson complète du porc (à une température interne de 70°C) aurait pour effet de tuer le virus, comme c’est le cas pour d’autres virus et bactéries. En ce qui concerne la manipulation et la préparation de la viande et des produits à base de viande, il n’est pas nécessaire de prendre d’autres précautions que les recommandations habituelles d’appliquer une bonne hygiène alimentaire

Quid des consommateurs de viande de porc crue?

L’EFSA ne dispose d’aucune preuve scientifique indiquant l’existence d’un risque lié aux virus de la grippe pour les consommateurs de viande porc, indépendamment du type de porc consommé. Néanmoins, même si certains consommateurs apprécient la viande crue, il est depuis longtemps recommandé d’en éviter la consommation, de manière à écarter d’éventuels risques de maladies d’origine alimentaire. Une cuisson adéquate de la viande permet de tuer les bactéries ou les virus éventuellement présents dans les denrées alimentaires. Il est toujours recommandé de pratiquer une hygiène alimentaire correcte dans les cuisines, de se laver les mains et de nettoyer toutes les surfaces et les ustensiles au savon après avoir manipulé de la viande crue.

Qu’est-ce que la grippe porcine?

La grippe porcine est une infection virale commune chez les porcs, causée par le virus de l’influenza de type A. Le taux de mortalité est faible et la guérison a généralement lieu dans un délai de 7 à 10 jours. La grippe porcine peut occasionnellement infecter les êtres humains par un contact ou une proximité étroite avec des porcs, mais elle n’entraîne habituellement pas de maladie grave. Généralement, on n’observe pas de transmission d’humain à humain, contrairement au nouveau virus de l’influenza de type A, H1N1.

Sources d’information sur le foyer de la nouvelle influenza de type A (H1N1):

Sources d’information sur la grippe porcine:

Dernière mise à jour: 17 mars 2011