En 1865 écalât une révolte, c'est la deuxieme aprés celle de 1839 lors de l'occupation de Jijel,elle touche toute la région de Djidjelli, nous avons rassemblé quelques documents provenant des archives françaises d'outre mer.
ici une sélection de divers articles, il s'agit de correspondances entre le chef du bureau arabe de la région et le préfet de Constantine de l'époque:
Correspendance du 28 Mars 1865

Les rebelles après avoir razzié les B Foughal et entraîné la défection de la majeur partie des fraction de cette tribu, ainsi que eu l'honneur de vous en rendre compte dans ma dépêche du 25 du courant n° 69(aff arabes). Les renseignements qui me proviennent de tous cotés soit par des espions, soit par nos caids, représentent l'insurrection comme ayant gagné complètement toutes les tribus de caidat de Tababort : B-zoudai, B-Bezzez, Tababort et Ziama, les B-Khzeur, les Khracha et O mhammed d'el-aouana. Les révoltés s'organisent en véritable république, ils nomment les Kebirs, punissent tous ceux qui voulaient rester neutre Le cheikh des Beni Khzer a El Aouana Merzak ben ahmed a conduit lui même les contingents de sa tribu au combat et a eu une large part dans la razzia du 20 contres les Beni f.
Correspendance du 8 Avril 1865

Cependant j'ai sù de source certaine par des espions que les Beni Khzeur de El aouana les quels s’étaient réunis depuis le 1er avril les dissidents du cercle dont le but était d'envahir les Beni F, En réponse a votre dépêche du 31 Mars dernier n° 64 (affaires arabes), j'ai l'honneur de vous rendre compte qu'avec les éléments que nous possédons dans le cercle, je ne vois pas la possibilité d’exécuter avec grande chance de succès un coups de mains contre les tribus rebelles voisine du bivouac d'El-Aouana où est campé la colonne d'observation. Le chiffre des contingents que j'ai pu réunir est d'environ 500, il pourra être porté à 900 lorsque les fractions de El aouana rentrées dans l'ordre
Correspendance à El-Aouana le 18 avril 1865

Les 3 compagnies du 20eme de ligne embarqués sur le météore viennent de débarques, j’espère que le renfort va relever le moral de nos chefs indigènes et des tribus voisines de la ville ; mais pour empêcher que le mouvement insurrectionnel, je vois qu'il serait urgent de former un camps de 8 à 1200 hommes dans la plaine de El agadi de El aouana. Par mesure de prudence j'ai fait rentrer Mr le Noble que j'avais envoyé à l'oued Bourchaid pour bien se rendre compte de la situation, il a vu lui même la physionomie des gens que les caids engageaient Le caid prés du quel se trouve son frere, est,,,,,,,, contre les beni amrane Djebalah, et l'autre contre les Ouled Boubker d'El aouana, et les tribus de Dar el Batah, J'ai sù que quelques uns des principaux meneur parmi eux :
Braham Boussoufa d'El Aouana
Ben ceridi Messaoud des Beni Ouarzeddine
Boudjemaa ali Khoja Adel de Tababort
M Ben yazid chiekh des Ait Achour,

et plusieurs autres moins importants s’étaient rendus il y a 5 jours chez les dissidents de takitount et du Babor, pour les décider a marcher avec eux.

Djidjelli le 15Avril 1865 le chef du bureau arabe M Noble

Textes et documents originaux : ICI






Page suivante L'insurrection de 1871