Votre Quotidien du ...
Mardi 30 Novembre 2010    Mercredi 1erDécembre 2010    Jeudi 2 Décembre 2010    Vendredi 3 Décembre 2010    Mardi 7 Décembre 2010
Sommaire
Bilan
Des exposants satisfaits malgré un visitorat en baisse

Emploi & formation
Pollutec. Un Espace emploi très fréquenté
L'écho des conférences
• Recherche. Des filtres plantés efficaces contre les organochlorés
 Bilan
Des exposants satisfaits malgré un visitorat en baisse

Pour sa 24e édition, Pollutec a affronté des conditions climatiques défavorables qui ont découragé beaucoup de visiteurs. Ce salon, qui connaît une tendance générale à la hausse depuis plusieurs années, a vu en 2010 le nombre total de visiteurs chuter de 31 % par rapport à 2008, atteignant 50 380 personnes. La baisse du nombre de visiteurs internationaux a été moins marquée, avec 6 811 entrées soit 22 % de moins qu’en 2008. L’attrait du salon pour les professionnels étrangers était d’ailleurs palpable, et beaucoup d’exposants internationaux ont exprimé leur satisfaction quant aux contacts pris sur le salon. Car au-delà des chiffres, la qualité était au rendez-vous. Un fabriquant de canalisations se réjouissait d’ailleurs du bon niveau des visiteurs cette année. Après un passage à vide le mercredi matin, les exposants ont senti une nette reprise de l’activité dès jeudi, et vendredi soir les couloirs étaient encore fréquentés.

Au-delà des intempéries, cette édition du salon restera dans les esprits pour son premier village « Recherche, innovation, financement », illustrant le rôle d’un salon comme Pollutec pour mettre en contact les acteurs. Les pôles de compétitivité ont d’ailleurs profité de l’événement pour signer plusieurs conventions. L’une a créé le réseau Ecotech, comprenant 13 pôles liés aux écotechnologies. Une autre rassemblera les trois pôles du secteur de l’eau. Des initiatives qui permettront aux pôles français de faire émerger des projets transverses, mais aussi de donner plus de poids à l’innovation française à l’international.

 

derniÈre minute
Hommage
Jean-Claude Oppeneau nous a quittés
Jeudi 2 décembre, Jean-Claude Oppenau est décédé brutalement à Lyon. Une mort sur scène aurait-on pu titrer. Ingénieur chimiste de formation, il participa en 1971 à la création du ministère de l’Environnement. En 1998, il occupa le poste de directeur des relations internationales à l’Ademe. Retraité, il était toujours conseiller auprès de Pollutec et l’Ademe. Un hommage lui a été rendu sur le plateau TV le dernier jour du salon. Bernard Léon, ancien commissaire général de Pollutec a dit de lui : « Nous perdons le meilleur ambassadeur des PME françaises à l’étranger ».

 

Dossier thematique
Mobilité
La longue route vers les transports verts

Le Grenelle prône le verdissement des transports, même si la réduction des émissions de CO2 d’ici à 2020 semble compromise, sur fond d’abandon de la taxe carbone. Le ferroviaire reste peu performant et le transport maritime peine à se faire une place. Seul point encourageant, le transport collectif devrait bénéficier de 18 milliards d’euros en quinze ans, même si pour l’heure, les deux appels d’offres lancés atteignent péniblement entre 1,1 et 1,3 milliard.

 

Sur le salon Buy&Care, la mobilité durable occupait pourtant une place de choix. Au sein du village « Mobilité électrique », la région Poitou Charente mettait en avant son offre de véhicules urbains. D’autres stands comme Goupil Industrie exposaient leurs solutions de transport d’utilitaires : la gamme G5, un véhicule biénergie électrique-hybride réservé aux usages urbains et suburbains. Après le Cyclotaxi, Cyclopolitain présentait le Cyclocargo, un triporteur utilitaire multi-fonctions destiné à la fois au transport/livraison de marchandises, aux activités de propreté et à la vente ambulante. Enfin, Evolutis était là pour expliquer aux visiteurs son offre de solutions de covoiturage. Car il est bon de rappeler que la voiture reste le mode de transport le plus onéreux. Son utilisation quotidienne coûte en moyenne 6000 euros par an pour un particulier, soit 20 fois plus que les transports en commun et 60 fois plus que le vélo !

 

Lire aussi :
• Paris labellise sa conduite
• L'insoluble financement

• Ça roule pour Londres et Stockholm
• Recharge, mode d’emploi

L’actu des exposants
Bertin
Bertin scrute les nuages de gaz
Bertin technologies a conçu une caméra de surveillance capable de détecter les nuages de gaz dangereux, comme les hydrocarbures (butane, propane, méthane), l’ammoniac, le sulfure d’hydrogène (H2S) ou encore le dioxyde de soufre (SO2). En fait, tous les gaz à effet de serre, qui se caractérisent par une signature dans l’infrarouge. La caméra, baptisée Second Sight TC, est donc destinée à surveiller des raffineries ou des stockages de GPL, par exemple. Son champ de surveillance est de 24° sur 30°, avec une profondeur de 1 km. Son champ de surveillance est beaucoup plus large que les capteurs, qui ne détectent que des fuites localisées. En cas de nuage, une alarme se déclenche. La Second Sight TC est distribuée par le fournisseur d’équipements de sécurité General Monitor.
Revenir au sommaire
Bouteilles à la mer
Bouteilles à la mer recherche partenaires

L'association Bouteilles à la mer est venue à Pollutec avec la ferme intention de trouver des partenaires techniques et financiers. Son projet : une traversée de l'Atlantique en solitaire sur une embarcation à base de bouteilles en plastique. « La structure sera en tubes PVC et PE et l'habitacle constitué de conteneurs à déchets », explique Christophe Nodé-Langlois, président de l'association et futur navigateur. « Nous recherchons à la fois des collecteurs de bouteilles pour nous approvisionner en matériaux et des sponsors pour nous aider à financer les aspects logistiques », précise-t-il en présentant fièrement sur son stand un kayak réalisé par le lycée professionnel Adrienne Bolland de Poissy. L'opération poursuit avant tout un objectif de sensibilisation du grand public aux déchets plastiques et à leur impact sur l'environnement.

 


Degrémont
Le guide des innovations de Degrémont
Tous les ingénieurs du secteur de l’eau et de l’assainissement connaissent bien le Mémento technique de l’eau de Degrémont, véritable bible des procédés et techniques utilisés dans le traitement de l’eau. Cet imposant ouvrage en deux tomes a d’ailleurs été traduit dans une multitude de langues. Aujourd’hui, Degrémont lance son guide des innovations. Alors que le Mémento technique de l’eau évoquait toutes les techniques existantes, ce nouveau guide lancé à l’occasion du salon Pollutec présente les dernières solutions technologiques mises sur le marché par Degrémont. Elles sont réparties en six catégories : eau potable, dessalement, re-use, eaux résiduaires urbaines, biosolides et air. L’objectif du guide est de servir de référence commune aux 4 400 salariés de Degrémont – à qui le guide a été envoyé en septembre dernier –, mais aussi de permettre à ses clients et interlocuteurs de découvrir les toutes dernières innovations maison. Pour les mettre en scène, le choix s’est porté sur un format innovant basé sur le « Rich Media », un support qui intègre plusieurs media (fiches et présentations en PDF, photos et vidéos). Et pour rester innovant, il sera remis à jour tous les ans !

Revenir au sommaire

Ryb
Ryb présente la canalisation communicante
Sur le stand de Ryb, un produit qui ne sortira commercialement que mi-2011: une gamme de canalisations baptisée Eliot, communicantes grâce à une puce RFID intégrée. La puce est située sur la canalisation en PE (à partir du DN63), sous une peau de protection en polypropylène pelable pour permettre l'électrosoudage. Cette peau est colorée, selon le secteur d'activité (bleu pour l'eau potable, jaune pour le gaz...). La technologie RFID a été mise au point pour supporter un enfouissement jusqu'à 1,5 mètre de profondeur, dans des sols de qualité variable, en présence fréquente d'eau. La gamme est complétée par un lecteur pour repérer les tubes. Son écran indique les informations relatives à la canalisation (diamètre, pression, type...), sa profondeur mais aussi les derniers accès et d'éventuelles notes : la puce peut stocker les nouvelles informations qui lui sont envoyées par le lecteur.

 

 

Greenwatt
Greenwatt dope le rendement de méthanisation
La société belge Greenwatt ne va pas manquer de travail. Les rendez-vous se succèdent sur le stand pour ce procédé de méthanisation bi-étagé très courtisé. Les volumes de biogaz obtenus sur la première installation industrielle, en Belgique, dépassent toutes les espérances : « le rendement est de 130 %, donc supérieur aux résultats de référence obtenus en laboratoire, avec un test normé », explique Sylvain Panas qui exploite cette technologie en France. L'astuce réside dans la dissociation des deux réactions qui mènent à la fabrication de méthane dans deux réacteurs différents, avec un boucle de recirculation qui garantit que toute la matière organique est bien transformée en méthane. Ce procédé vise les biodéchets issus des industries agro-alimentaires, avec une capacité de traitement comprise entre 4 000 et 40 000 tonnes par an. La construction de la première unité française devrait débuter ce mois-ci en Gironde.
Interviews
Christopher Rochfort, directeur exécutif de E.C International
« L'Australie pourrait avoir un stand l'année prochaine »
L'Australie n'a pas de stand national sur Pollutec, mais cela pourrait changer...
Effectivement, cette année comme l'année dernière nous n'avions qu'un emplacement sur le stand du Canada. Mais deux représentants du gouvernement australien étaient sur le salon, notamment pour envisager de monter un stand australien l'année prochaine.

Quelles technologies présentez-vous ?
Nous représentons huit sociétés. Parmi elles, Star Water Solutions a mis au point Reactive Filter Media, des systèmes de filtration des eaux de pluie et des eaux industrielles. Biodetectors fabrique des systèmes portables de détection des polluants chimiques et biologiques présents dans les eaux, fonctionnant grâce à des nanomatériaux. Ausbiodiesel produit des carburants à partir d'algues. Il y a aussi Core qui développe des actions marketing pour des petits fabricants de produits organiques tels que le compost, afin qu'ils puissent vendre leurs productions. Quant au cabinet de conseil EC Sustainable, il propose notamment des analyses des flux de déchets pour définir des stratégies de recyclage. A ce jour, nous avons déjà eu des contacts pour toutes nos entreprises. Les demandes portent sur des transferts de technologie, des partenariats commerciaux, parfois des demandes de stage... Parmi nos interlocuteurs : des Réunionnais, des Belges, des Néerlandais, et bien sûr des Français. Notamment des représentants de la Nouvelle Calédonie, très proche de nous géographiquement.
Revenir au sommaire
Michel Trabuc, directeur général de Terra Nova
Terra Nova crée la « mine urbaine »
Comment fonctionnera l’unité de valorisation des cartes électroniques qui va démarrer début janvier ?
Il s’agit d’une première mondiale : un procédé de recyclage des cartes électroniques. Conformément à la directive sur les DEEE, ces cartes doivent toutes être extraites et recyclées. Actuellement, seules les fonderies de cuivre peuvent les traiter. Du fait de leurs composants plastiques, ces cartes ne peuvent représenter que 10 % de la charge des fonderies ; une bonne partie des cartes récupérées sont donc perdues. Notre procédé permettra d’augmenter le taux de recyclage : le fer et l’aluminium sont extraits mécaniquement, puis la résine epoxy est éliminée par pyrolyse. Les fonderies ne recevront plus qu’un agglomérat de cuivre et de métaux précieux, sans plastique. Dans un second temps, d’ici à fin 2011, nous installerons une unité qui permettra de traiter ces résidus métalliques nous-mêmes. A ce moment-là, nous serons capables de récupérer des métaux précieux, y compris ceux qui ne le sont pas par les fonderies, comme le tantale. Notre site deviendra une véritable mine urbaine, extrayant des DEEE les métaux introuvables dans notre sous-sol.

Quelle est la taille du marché ?
Nous estimons le marché européen à 200 000 tonnes de cartes électroniques par an. Aujourd’hui, la capacité de traitement par les fonderies s’élève à 130 000 tonnes par an. Notre capacité propre sera initialement de 30 000 tonnes par an. Nous envisageons par la suite d’ouvrir de nouveaux centres de traitement pour répondre à la demande

Emploi & formation

 

Pollutec
Un Espace Emploi très fréquenté

Organisé depuis 2007 en partenariat avec Pollutec, l'Espace Emploi animé par Envirojob.fr, le site emploi d'Environnement Magazine, a enregistré cette année une plus forte fréquentation des exposants recruteurs. Des entreprises comme Sita France ou Antea ont déposé plus d'une dizaine d'offres d'emploi. Depuis trois ans, on voit apparaitre de nouvelles tendances au niveau des annonces : le boom des offres en énergies renouvelables se confirme, principalement dans le photovoltaïque, mais les PME-PMI d'équipements continuent de recruter des technico-commerciaux. La biodiversité n'est cependant pas oubliée : le bureau d'études Ecomed propose plusieurs postes de naturalistes. L'Espace Emploi était installé sur le stand du pôle Environnement Magazine. Tous les exposants pouvaient déposer leurs offres gratuitement sur le site internet www.envirojob.fr. « Cette offre se prolonge jusqu'au 31 décembre 2010. Ensuite, ils bénéficieront d'une offre spéciale RH pour 2011 », annonce Michaël Pronier, responsable du site internet.

 

Revenir au sommaire
L'echo des conferences
Recherche
Des filtres plantés efficaces contre les organochlorés

Phytorestore et Rhodia ont présenté les premiers résultats du projet de recherche partenariale Phyco, mené en collaboration avec le Leca, le CNRS et l'Université de Savoie. Conduit sur deux ans sur un pilote industriel, il a permis de valider une nouvelle solution de traitement par filtres plantés. Les eaux épandues sur le filtre venaient de nappes réelles contaminées par des composés organochlorés : série des chlorobenzènes (di, tri, tétra, penta, hexa) et hexachlorocyclohexanes dont le lindane. L'étude a prouvé que les composés organochlorés totaux sont éliminés avec un rendement approchant 99%. Le bilan sur les compartiments liquides, solides (supports, plantes) et gazeux démontre la prépondérance de la dégradation et indique que les parts respectives de la volatilisation et de l’adsorption sur support sont inférieures à 2% des polluants entrants après deux ans d’essai. L’accumulation dans les plantes est négligeable. Le procédé élimine aussi l’écotoxicité aiguë de l’effluent (résultats sur Daphnia magna et Vibrio fischeri). Ce procédé de phyto-restauration a été breveté.

 

Retour de conférence du 2 déc. sur la Valorisation du projet de R&D collaboratif "Valorsites"

 
Revenir au sommaire
 
Le chiffre
1400
C’est le nombre de rencontres d’investisseurs, organisées par B2Fair, qui se sont déroulées pendant Pollutec
Les innovations du jour
Emily
400 sacs à l’heure

 

Emily innove en créant pour les sites de tri des déchets le godet ouvreur de sacs. Lire la suite

W2V
Métaux de valeur

 

Le procédé Valmetais est un procédé hydrométallurgique pour récupérer le cuivre et le nickel, issu des procédés de galvanisation, dans les boues de traitement des eaux usées.

Lire la suite

 

Air Sûr
Dépollution multitechnologie


Fruit de la collaboration entre Air Sûr et Saint-Gobain Quartz, Airficiency est une technologie de dépollution de l’air intérieur qui intègre une filtration mécanique, la photocatalyse UV-c et une filtration chimique. Lire la suite
EMI Sepame
Potentiel solaire

 

Smartsol est une station de mesure permettant de vérifier le potentiel d’énergie solaire d’un site et de suivre le rendement des panneaux photovoltaïques installés.

Lire la suite

Kesaco
Broker
Négociant qui achète des marchandises d'occasion dans un pays développé, notamment des DEEE, les exporte vers un pays en développement. Les appareils y sont réparés en atelier avant revente. Le broking fait concurrence aux filières spécialisées du recyclage et de la récupération.

 

 

Vous, ici ?
Avec quels projets ?
Christophe Nave,
directeur général de Triologis

« Nous sommes présents pour la première fois à Pollutec sur le stand d'Axelera, car nous avons rejoint la liste des PME innovantes soutenues par le pôle de compétitivité de la région Rhône-Alpes. Notre particularité : proposer deux nouveaux systèmes de collecte des déchets ménagers, facilitant le tri en habitat vertical et/ou en apport volontaire ».
Hélène Le Du,
sous-directrice du Climat et de la Qualité de l'air à la direction générale du Climat et de l'Energie (DGEC)

« Je suis venue à Pollutec pour intervenir au cours d'une conférence sur le Management de l'énergie. L'objectif est notamment d'apporter le soutien des pouvoirs publics aux processus de normalisation en matière de maîtrise de la demande.  »

Jean-Marie Joussin,
directeur d'Hobas France

 

« En venant sur Pollutec, je peux garder contact avec nos clients, voir ce qui se fait dans nos métiers et présenter nos nouveaux produits comme notre gamme industrielle ou notre système de tuyaux autobutés. Nous sommes satisfaits de cette édition, même si les conditions météo ont un peu affecté le visitorat. »

Michel Crouzet,
directeur France de Peme Gourdin

« Cette année nous avons choisi de mettre en avant nos deux métiers. Nous sommes connus comme constructeurs de pompes, et nous voulons promouvoir notre deuxième métier de maintenance spécialisée en pompage, moteurs et machines tournantes. Le salon a notamment été l'occasion de revoir nos clients, dont une grosse part de nos clients algériens et marocains. »

 

Podium
L'Aquitaine remporte le trophée
du stand éco-conçu

 

Pour cette cinquième édition du prix de l'éco-conception de stand, neuf exposants ont répondu à l'appel. Le premier prix a été attribué à la région Aquitaine avec la très bonne note de 80,4 sur 100. Lire la suite

 

 
Le Quotidien Pollutec 2010 est une réalisation du Pôle "Environnement Magazine"
Contact : environnement@victoires-editions.fr

Rédaction. Rédactrice en chef : Dominique Bomstein • Journalistes chargées de projet : Sophie Besrest et Caroline Kim • Avec la participation des rédactions d' Environnement Magazine, de Recyclage Récupération et d'Hydroplus : Arnaud Garrigues, Martine Chartier, Albane Canto, Alexandra Delmolino, Catherine Moncel, Fabian Tubiana, Jeanne Cavelier, Clèment Cygler • Assistante stagiaire de la rédaction : Morgane Gaulon-Brain
Rédactrice graphiste : Laurence Touati (responsable du service) • Web designer : Jacques-Jean Bidot - Responsable du service web : Michaël Pronier • Responsable informatique : Abdallah Tout
Publicité. "Environnement & Energie" : Christophe Aufaure (responsable du service) • "Eau & instrumentation" : Georges-Henri Laureau • "Déchets & Recyclage" : Nicolas Leportier • Offres d'emploi : Appoline Chaminade

Directeur de publication : Charles-Henry Dubail • Directeur délégué (et partenariats) : Christoph Haushofer
--> 'use strict';