Institut Catholique Toulouse logo
Institut Catholique Toulouse logo

Institut Catholique Toulouse logo
BLE
Bulletin de Littérature Ecclésiastique
Les articles Archive recensions Vous abonner Se procurer un numéro du BLE


Accueil
- Archive recensions - Histoire des doctrines
-
Freddy LEBRUN
Nicétas le Paphlagonien, sept homélies inédites

Freddy LEBRUN, Nicétas le Paphlagonien, sept homélies inédites, Leuven, Peeters, 1997, 388 p.

On reste perplexe devant les avertissements de l'auteur insistant sur le “caractère inachevé” de cet ouvrage, présenté comme “matériaux destinés à être dépassés” (p. VIII), lorsqu'on constate l'énorme investigation critique dont il est le fruit. La seule présentation des manuscrits étudiés (environ quatre-vingt provenant des bibliothèques les plus diverses, de l'Athos à Rome et de Patmos à Moscou) s'étend sur près de deux cents pages, schémas et tableaux attestant un scrupuleux travail comparatif et garantissant le sérieux du résultat. Il est vrai que l'auteur, récemment devenu trappiste, a désormais renoncé non seulement aux recherches futures, mais aux éloges sur son travail passé ! Attribuant donc de tels avertissements à sa modestie, nous insisterons au contraire sur le caractère hautement scientifique de l'ouvrage.
Né vers 880, Nicétas était le neveu d'un important personnage du patriarcat
de Constantinople. Il fut disciple d'Aréthas de Sarras, qui lui-même avait été disciple de Photius ; il en reçut une solide formation classique et le goût des Pères de l'Église. Il est un des représentants de ce “premier humanisme byzantin” des IXe et Xe siècles, qui s'épanouira aux XIIIe et XVIe siècles. On sait peu de chose de sa vie, sinon ses démêlés avec l'empereur Léon VI, dont il condamna le quatrième mariage. Arrêté, séquestré, il ne devra son salut qu'aux instances de son oncle, et finira sa vie en solitaire, sans doute dans un monastère du Bosphore.
De son œuvre abondante, une grande partie est encore inédite. Poétique, stylée, voire raffinée, son écriture témoigne d'une rhétorique brillante. Longues périodes oratoires, superlatifs, apostrophes, anacoluthes (son maître Aréthas lui reprochera parfois d'en abuser), toutes les figures de style lui sont familières. Mais derrière le rhéteur se devine le chrétien formé à la lecture de l'Écriture, des apocryphes (qu'il affectionne) et des Pères, surtout les Cappadociens. On a vu en lui “l'un des plus féconds et des plus éloquents, si pas le plus fécond et le plus éloquent des hagiographes byzantins” (cf. p. 33), avant Syméon Métaphraste, que Nicétas a sans doute influencé.
Les homélies ici éditées et traduites ont été composées en l'honneur de saints personnages du Nouveau Testament (Jacques, Luc, Timothée, “Denys” l'Aréopagite…) et de l'histoire byzantine (notamment Jean Climaque). Ne cachons pas que le style de ces textes, auquel la traduction veut être d'une rigoureuse fidélité, est assez chargé. L'avant-propos déclare avoir “refusé la voie d'une traduction en français élégant”, au profit d'un “texte fidèle, plutôt littéral et par là proche de la pensée de l'auteur” (p. VII). On y entendra, non sans quelque dépaysement, un écho de ces longues prédications solennelles que l'Église byzantine affectionnait. On se souviendra aussi qu'elles furent prononcées en un temps où l'Orient était encore en communion avec Rome. F. Lebrun a même remarqué chez Nicétas, dans les déboires que connurent à cette époque les relations entre Rome et Constantinople, “un souci très vif d'œcuménisme” (p. 36), ce qui le rend pour nous plus actuel que son style, et nous aidera à découvrir en lui un témoin de l'Église indivise.

D. VIGNE




Page suivante ... Michel LEMOINE - Théologie et platonisme au XIIe siècle


Plan du site

Recherche sur le site

Contact




Histoire des doctrines



ORIGÈNE, Les Écritures, océan de mystères - I. La Genèse



CYRILLE D'ALEXANDRIE, Lettres festales XII-XVII



Foi chrétienne et culture classique - Des Oracles sibyllins à Charlemagne



Sous la direction de Bernard Pouderon et Joseph Doré - Les Apologistes chrétiens et la culture grecque



Dieu et le mal : Basile de Césarée, Grégoire de Nysse, Jean Chrysostome



Goulven MADEC - Le Dieu d'Augustin



Freddy LEBRUN - Nicétas le Paphlagonien, sept homélies inédites



Michel LEMOINE - Théologie et platonisme au XIIe siècle



Dominique POIREL - Hugues de Saint-Victor



Olivier BOULNOIS - Duns Scot, la rigueur de la charité



MAXIME LE CONFESSEUR - Lettres et Opuscules théologiques et polémiques



THOMAS D'AQUIN - Les Raisons de la foi, Les Articles de la foi et les sacrements de l'Église



THOMAS D'AQUIN - Commentaire de l'Épître aux Romains, suivi de Lettre à Bernard Ayglier, abbé du Mont-Cassin



Albert PATFOORT - La Somme de saint Thomas et la logique du dessein de Dieu, Préface de G. Cottier



Joël BIARD - Guillaume d'Ockham et la théologie



Alain de LIBERA - Maître Eckhart et la mystique rhénane



sous la direction de Bernard Pouderon et Yves-Marie Duval - L’Historiographie de l’Église des premiers siècles,



M. ROUGÉ Doctrine et expérience de l’eucharistie chez Guillaume de Saint-Thierry



Jean-Pierre TORRELL Recherches thomasiennes



Suzanne ECK Jetez-vous en Dieu, Initiation à Maître Eckhart





Espace réservé rédacteurs023/_04031000000000000000/anon
Identifiez-vous