Accueil Institut Catholique Toulouse





Recensions OCTOBRE - DECEMBRE 2005



R. E. BROWN, La Mort du Messie. Encyclopédie de la passion du Christ.



J.-Paul MEIER, Un certain juif Jésus, Les données de l’histoire : Tome 1-3.



A. DETTWILLER, J.-D. KAESTLI et D. MARGUERAT (dir.), Paul, une théologie en construction.



Les Actes des Apôtres. Histoire, récit et théologie.



Camille FOCANT, L’Évangile selon Marc.



R. LUNEAU, L’Enfant prodigue.



Alain MARCHADOUR, Lazare.



Paul BEAUCHAMP, Pages exégétiques.



Alain MARCHADOUR, Les Personnages dans l’Évangile de Jean.



Paul BONY, La Première Épître de Pierre.



Jan JOOSTEN et Philippe LE MOIGNE (dir.), L’Apport de la Septante aux études de l’Antiquité.



André PAUL, La Bible avant la Bible.



Dan JAFFE, Le Judaïsme et l’avènement du christianisme.



Evaristo E. DE MIRANDA, José M. SCHORR MALCA, Sages Pharisiens.



La Bible sans avoir peur, Collectif sous la direction de Jean-François Bouthors.



J.-N. ALETTI, M. GILBERT, J.-L. SKA ; S. de VULPILLIERES, Vocabulaire raisonné de l’exégèse biblique.



Guide des nouvelles lectures de la Bible, sous la direction de A. Lucocque.



Mgr J. PERRIER, L’Art de la prière : Notre Père.



Albert VANHOYE, Le Don du Christ.




Accueil
- Recensions - Recensions OCTOBRE - DECEMBRE 2005
-
Les Actes des Apôtres. Histoire, récit et théologie.

Du 25 au 29 août 2003, s’est déroulé à Angers le XXème Congrès de l’ACFEB (Association catholique française pour l’étude de la Bible). Son thème en était : “Les Actes des Apôtres : Histoire, récit, théologie”.
Ce volume présente, dans un ordre différent de celui où elles avaient été données, les principales interventions de ce Congrès, les autres étant accessibles dans d’autres revues. Dans l’avant-propos, M. Berder et G. Billon indiquent les raisons du choix de ce thème, en remarquant que “sans égal dans la littérature du Nouveau Testament, le livre des Actes des Apôtres, qui fait aujourd’hui l’objet de multiples débats […] n’avait jamais fait l’objet d’un travail systématique de l’ACFEB, même si un certain nombre de passages avaient été abordés, notamment lors du Congrès de Strasbourg en 1995”.
Le premier chapitre fait l’”État des recherches actuelles sur les Actes des Apôtres”. Outre l’évolution des approches historiques, Odile Flichy souligne l’importance pour une meilleure compréhension des Actes des Apôtres de l’analyse narrative et des lectures socio-historiques, notamment grâce aux études sur le judaïsme ancien. L’épineuse question de la double tradition textuelle des Actes est abordée ensuite par Roselyne Dupont-Roc, avec un constat : “Les Actes des Apôtres manifestent la réception dans les premiers siècles (et jusque très tard) de formes différentes d’un même texte […]. Et il est plus que probable que plusieurs versions des décrets du chapitre 15 circulaient au même moment”. Et si le textualiste ne peut résoudre la question de l’origine, qu’importe, car c’est justement “cette ‘hésitation herméneutique’ qui caractérise le texte des Actes des Apôtres jusque dans la littéralité de son expression” (p. 61).
Deux approches de type historique sont ensuite menées par Marie-Françoise Baslez et Jean-Pierre Lémonon. La première s’intéresse au “monde des Actes” en le situant dans la littérature et la culture d’alors. Une comparaison avec la littérature de l’époque fait apparaître qu’un public urbain cultivé était visé. Pour cela, l’auteur des Actes a eu le souci de mener des enquêtes et de recourir à des sources de première main, orales et livresques : “Il connaissait donc bien son métier, à la façon d’un historien local plutôt que d’un émule de Thucydide et de Polybe” (p. 84). J.-P. Lémonon focalise son attention, notamment à partir de Ac 18,18-19,7, sur les différents courants qui marquaient les communautés d’Éphèse au 1er siècle. Sachant que Paul n’y a pas été le premier proclamateur de l’Évangile, Luc le présente en train de tout faire pour rallier les différents groupes à sa pensée.
En examinant l’image de Paul, “figure identitaire” du christianisme des origines dessinée par Luc, Daniel Marguerat s’attache à montrer comment, à travers cette figure qu’il construit, Luc ne prétend pas à l’exactitude historique, mais il présente un christianisme universel, fondé sur la Parole, en continuité et en rupture avec le judaïsme. Ce christianisme a hérité et du meilleur de la tradition juive et de l’universalité romaine. Le Paul de Luc illustre ainsi ce qu’est la vocation chrétienne. Pour Marguerat, “Évaluer la réception ‘biographique’ de Paul requiert [donc] de prendre en compte son objectif spécifique : raconter la mission de Paul s’inscrit dans un déploiement de l’identité du christianisme. La figure de Paul a une fonction identitaire. Elle permet à l’auteur d’exposer le lien de continuité avec le judaïsme et les causes de la rupture, l’universalité de la foi nouvelle, le rôle fondateur de la Parole et l’inscription du christianisme dans le tissu social de l’Empire romain. Paul est ici emblématique du devenir chrétien” (p. 153).
Dans son analyse rhétorique, Michel Quesnel situe ensuite les discours d’apologie de Paul en Ac 22 et 26 aux confins des pratiques judiciaires et des prédications. Différemment, Rémi Gounelle aborde la question des divers Actes apocryphes des apôtres en posant la question de leur relation aux Actes canoniques. La réception du livre des Actes à notre époque fait enfin l’objet des contributions de Laurent Villemin et de Carlos Mesters. Le premier traite de l’influence de ce livre sur l’ecclésiologie de Vatican II. Le second rend compte de l’expérience de lecture des Actes dans les “Communautés ecclésiales de base” au Brésil.
Le volume se termine par un écho de la table ronde qui a conclu le Congrès, tant sur les chantiers exégétiques qui restent ouverts que sur les questions pastorales suscitées par la lecture des Actes des Apôtres aujourd’hui. On y retrouve à la fois la richesse des interventions indiquées ci-dessus – généralement très accessibles et susceptibles d’intéresser un large public – et l’actualité d’un livre encore trop méconnu.

P. DEBERGE





Actuellement à la une du site central ICT :

L'édito du recteur : Lien site central ICT

L'ICT recherche des donateurs et des mécènes : legs et donations Lien site central ICT

L'IERP, former des chrétiens responsables et actifs Lien site central ICT

DA VINCI CODE Lien site central ICT

UNE PREMIERE EN FRANCE ! LICENCE DE COMMUNICATION EUROPEENE. Lien site central ICT

Nouvelles Brèves Mars 2006 ''ICT sans hésiter !'' Lien site central ICT

Le nouveau Midi Catho Infos Lien site central ICT





ICT, Institut Catholique Toulouse
Etablissement privé d'enseignement supérieur et de recherche reconnu d'utilité publique
31 rue de la Fonderie - B.P. 7012 | 31068 Toulouse Cedex 7
Téléphone : (33) (0)5.61.36.81.00 | Fax : (33) (0)5.61.36.81.08 Mail : Nous contacter

(c) 2005 ICT et ISCAM-production
Ce site utilise la plate-forme de gestion de contenu Web en ligne de l'ISCAM


Identifiez-vous