Accueil Institut Catholique Toulouse





Recensions OCTOBRE - DECEMBRE 2005



R. E. BROWN, La Mort du Messie. Encyclopédie de la passion du Christ.



J.-Paul MEIER, Un certain juif Jésus, Les données de l’histoire : Tome 1-3.



A. DETTWILLER, J.-D. KAESTLI et D. MARGUERAT (dir.), Paul, une théologie en construction.



Les Actes des Apôtres. Histoire, récit et théologie.



Camille FOCANT, L’Évangile selon Marc.



R. LUNEAU, L’Enfant prodigue.



Alain MARCHADOUR, Lazare.



Paul BEAUCHAMP, Pages exégétiques.



Alain MARCHADOUR, Les Personnages dans l’Évangile de Jean.



Paul BONY, La Première Épître de Pierre.



Jan JOOSTEN et Philippe LE MOIGNE (dir.), L’Apport de la Septante aux études de l’Antiquité.



André PAUL, La Bible avant la Bible.



Dan JAFFE, Le Judaïsme et l’avènement du christianisme.



Evaristo E. DE MIRANDA, José M. SCHORR MALCA, Sages Pharisiens.



La Bible sans avoir peur, Collectif sous la direction de Jean-François Bouthors.



J.-N. ALETTI, M. GILBERT, J.-L. SKA ; S. de VULPILLIERES, Vocabulaire raisonné de l’exégèse biblique.



Guide des nouvelles lectures de la Bible, sous la direction de A. Lucocque.



Mgr J. PERRIER, L’Art de la prière : Notre Père.



Albert VANHOYE, Le Don du Christ.




Accueil
- Recensions - Recensions OCTOBRE - DECEMBRE 2005
-
André PAUL, La Bible avant la Bible.

“Mon propos est ici de construire un pont entre les doctes spécialistes des écrits de la mer Morte et la gent combien protégée des exégètes ou biblistes” (p. 8). Voilà qui donne le ton d’un ouvrage dont on regrettera parfois le caractère polémique, mais dont on doit reconnaître la qualité littéraire et scientifique.
Explorant et analysant les manuscrits de la mer Morte identifiés comme “bibliques” – non sans élargir cette étude à d’autres textes retrouvés dans d’autres sites situés à l’ouest de la mer Morte –, André Paul situe sa réflexion dans le cadre de ceux qui reconnaissent l’existence à Qumrân de trois grandes traditions du texte de la Bible : le texte massorétique, la traduction grecque des Septante et un texte samaritain. Mais il va plus loin, notamment en montrant qu’il n’y a pas à Qumrân de sélection littéraire composée de livres présents dans nos Bibles. Preuve en est, par exemple, le Livre des Jubilés qui appartient à la loi ou Loi de Moïse et que personne alors ne considère comme dérivé ou secondaire. Mais on pourrait aussi évoquer ici une version aménagée de la Loi, nommée par André Paul Loi enrichie, qui a pu servir de source au fameux Rouleau du Temple ou 11QT.
S’agissant des Prophètes, il y a certes les œuvres attribuées aux Prophètes qu’on dit littéraires (Isaïe, Jérémie, Ézéchiel, etc.), mais c’est pour noter qu’”à d’autres figures bibliques sont rattachées aussi des pièces prophétiques dont nos Bibles n’ont gardé la moindre trace”. C’est le cas d’Élie, d’Élisée, de Moïse ou de David. Même les Psaumes sont considérés comme de la prophétie. Enfin, une “signature” unique (terme préférable à celui d’”auteur” : cf. p. 107, 111, 115, 125, 222-224) peut couvrir plusieurs livres, comme l’écrit intitulé Second Ézéchiel, “qui est un livre prophétique à part entière, au même titre que celui qui figurera seul dans le corpus biblique”.
Considérant qu’”en ces temps antiques les notions de vrai et de faux n’avaient pas cours”, que la “relecture” (cf. p. 65) – qui débouchera plus tard sur ce qu’on appellera la “haggadah” ou la “halakah” – y était essentielle, et qu’aucune règle ne concernait l’unification et la fixation, la reproduction et la protection d’un document littéraire, “tout acte de production, de transmission et de diffusion représentant une ekdosis ou une editio différente” (p. 227), on comprend qu’André Paul milite pour un accès à l’Écriture qui passe d’abord par l’écriture.
S’il est difficile de le suivre dans son souhait de voir un jour se réaliser une Bible “tricanonique” qui, outre les “deutérocanoniques”, intégrerait certains ouvrages comme le Livre des Jubilés ou le Rouleau du Temple, on doit reconnaître, après avoir lu cette étude, qu’on ne peut plus considérer le seul Ancien Testament, dans sa sélection canonique, comme “la” source globale du Nouveau. Elle est à chercher dans un champ littéraire plus large, et dans un processus de production particulier.
L’étude d’André Paul en est une très belle démonstration, en même temps qu’elle confirme l’intérêt tout à fait unique des manuscrits de la mer Morte pour une bonne compréhension de la manière dont la Bible s’est constituée.

P. DEBERGE





Actuellement à la une du site central ICT :

L'édito du recteur : Lien site central ICT

L'ICT recherche des donateurs et des mécènes : legs et donations Lien site central ICT

L'IERP, former des chrétiens responsables et actifs Lien site central ICT

DA VINCI CODE Lien site central ICT

UNE PREMIERE EN FRANCE ! LICENCE DE COMMUNICATION EUROPEENE. Lien site central ICT

Nouvelles Brèves Mars 2006 ''ICT sans hésiter !'' Lien site central ICT

Le nouveau Midi Catho Infos Lien site central ICT





ICT, Institut Catholique Toulouse
Etablissement privé d'enseignement supérieur et de recherche reconnu d'utilité publique
31 rue de la Fonderie - B.P. 7012 | 31068 Toulouse Cedex 7
Téléphone : (33) (0)5.61.36.81.00 | Fax : (33) (0)5.61.36.81.08 Mail : Nous contacter

(c) 2005 ICT et ISCAM-production
Ce site utilise la plate-forme de gestion de contenu Web en ligne de l'ISCAM


Identifiez-vous