background image

Reportage

Reportage

D

ANS LES

A

LPES

TOUS LES RANDONNEURS ONT PU CONSTATER

AVEC UNE CARTE

EN MAIN

QUE LA REPRÉSENTATION CARTOGRAPHIQUE Ă‰TAIT

JUSQU

’

À PRÉSENT

,

TRÈS INSUFFISANTE SUR CERTAINES ZONES

. L

E NIVEAU DE DÉTAIL NE PERMETTAIT

PAS DE S

’

ORIENTER CORRECTEMENT EN TERRAIN ACCIDENTÉ

. D’

OÙ L

’

IDÉE DU

C

LUB

ALPIN FRANÇAIS ET DU

C

LUB ALPINO ITALIANO DE S

’

ASSOCIER DANS UN VASTE

PROJET EUROPÉEN DE CARTOGRAPHIE TRANSFRONTALIÈRE

: « A

LPES SANS FRONTIÈRES

».

Les montagnes
ne sĂ©parent plus 
les hommes

«ALPES

S A N S F R O N T I Ăˆ R E S

»

«ALPES

S A N S F R O N T I Ăˆ R E S

»

Les montagnes
ne sĂ©parent plus 
les hommes

6

background image

objectif du projet est de mettre au point
20 cartes au 1 : 25 000 de type TOP 25
sur les frontiĂšres franco-italienne et franco-
suisse, de la mer Méditerranée au lac
LĂ©man, afin d’harmoniser les reprĂ©senta-
tions cartographiques. L’IGN intervient en

tant que prestataire et la production est confiée aux
Centres interrĂ©gionaux (CIR) de Lyon et d’Aix-en-Provence.
Les cartes sont accompagnĂ©es d’un topo-guide en
4 langues rĂ©alisĂ© par l’Institut gĂ©ographique militaire
(IGM) de Florence.

L

E PROCESSUS TECHNIQUE

La premiĂšre tĂąche de l’équipe de production, constituĂ©e
de 4 personnes, a Ă©tĂ© de choisir un processus permet-
tant d’exploiter et d’assembler facilement les fonds de
carte des TOP 25 françaises, les donnĂ©es vectorielles
issues d’une base de donnĂ©es cartographiques italienne
proche de la BD TOPO

Âź

, et ultérieurement les cartes

suisses scannĂ©es. Le cahier des charges europĂ©en  impose
Ă©galement d’utiliser le systĂšme gĂ©odĂ©sique international
WGS84 et la projection UTM, compatible avec les récep-
teurs GPS. Ces diffĂ©rentes contraintes ont orientĂ© l’IGN
vers le logiciel Dry, Ă©ditĂ© par la sociĂ©tĂ© française Lorik.
Il permet d’assembler les planches-mĂšres des TOP 25
scannées à haute résolution avec les données vectorielles
italiennes dans un environnement gĂ©orĂ©fĂ©rencĂ©. L’ensemble
des données du projet représentera à terme 20 Go, qui
sont partageables simultanément par les différents postes
de travail. Les outils cartographiques du logiciel offrent
la possibilité de retoucher le fond scanné par couleurs
séparées et de modifier les données vectorielles. Les
recouvrements entre les cartes ne sont traitĂ©s qu’une seule
fois. La charte graphique, qui est trĂšs proche de celle

des TOP 25, est standardisĂ©e pour l’ensemble du pro-
jet.
La principale difficultĂ©, en l’occurrence, est Ă©videmment
celle qui a trait au raccordement des zones frontiĂšres.
Malgré la mise en projection UTM et différentes cor-
rections géométriques, il subsiste quelques parcelles de
terrain qui ne sont revendiquées par aucun pays ou, au
contraire, des zones de recouvrement. Tout l’art du car-
tographe a consistĂ© Ă  combler ces lacunes en s’appuyant
sur la ligne de partage des eaux, qui constitue la fron-
tiĂšre naturelle entre les pays. Pour harmoniser la topo-
nymie, les désignations (cime, col, pointe, lac
) ont été
remplacées par leurs abréviations qui, par chance, sont
identiques dans chaque langue. Les noms propres sont
indiqués alternativement en français et en italien pour
respecter l’équilibre. La diffĂ©rence d’altitude entre les
marĂ©graphes de Marseille et de GĂȘnes, qui a Ă©tĂ© contrĂŽ-
lĂ©e Ă  travers les tunnels alpins, n’est que de 11 cm. Il
aura nĂ©anmoins fallu toute l’habiletĂ© des cartographes
pour réussir à raccorder les courbes de niveau sur la
crĂȘte. AprĂšs Ă©limination de quelques altitudes incohĂ©-
rentes supĂ©rieures Ă  5 000 m, l’estompage du relief a
Ă©tĂ© recalculĂ© Ă  partir d’un MNT (ModĂšle numĂ©rique de
terrain) issu des bases de données altimétriques de
chaque pays. En revanche, le figurĂ© rocheux n’a pas pu
ĂȘtre harmonisĂ© car les donnĂ©es italiennes ne compor-
tent que le contour des zones rocheuses, qui sont alors
représentées par des courbes de niveau grises. Il est
envisagé de réaliser une photo-interprétation de certains
massifs rocheux pour amĂ©liorer le rendu. 

U

NE COLLABORATION Ă‰TROITE DES DEUX

CLUBS ALPINS

Depuis trois ans, le Club alpin français (CAF), le Club
alpin italien (CAI), l’Istituto geografico militare et l’Institut
géographique national collaborent à la réalisation de
cette série de cartes et de guides transfrontaliers, qui sor-
tiront en deux éditions bilingues, français-italien et anglais-
allemand. Leur parution s’échelonnera jusqu’à la fin de
2001. Le premier carto-guide 

Argentera-Mercantour, dis-

ponible depuis le 1

er

juillet dernier, porte le numĂ©ro 05. Il

est centré sur la région du parc national du Mercantour
et du Parco naturale Alpi Marittime

, situĂ©s de part et d’autre

de la frontiĂšre franco-italienne.
Les renseignements touristiques sont collectés par les
équipes de bénévoles des deux clubs alpins, qui ne

>>

L

’

Il revient à l’Institut
géographique national
d’avoir su harmoniser
et raccorder les fonds
topographiques français
(cartes IGN TOP 25) et
les fonds 
de carte de Ligurie, 
du Piémont et du Val
d’Aoste, gracieusement
mis Ă  la disposition du
projet par les services
cartographiques régio-
naux italiens concernés.
La cartographie du
Piémont a été vérifiée
et actualisĂ©e sur 
le terrain par les béné-
voles du CAI. L’Institut
géographique militaire
de Florence a donné
l’imprimatur sur ces
fonds de carte italiens.
Le résultat est une carte
topographique Ă 
l’échelle 1 : 25 000, au
fond homogĂšne, sur
lequel ont été ajoutés
les lieux d’hĂ©berge-
ment, les points de vue,
les installations 
sportives, etc. décrites
dans le guide.  

■

U

NE CARTE

TOPOGRAPHIQUE
HOMOGÈNE DES
DEUX PAYS

Ce projet bénéficie du financement européen

Interreg II, des participations financiĂšres des

États français et italien, des RĂ©gions Paca et

RhÎne-Alpes et des départements frontaliers

français des Alpes-Maritimes, des Alpes-de-

Haute-Provence, des Hautes-Alpes, de la Savoie 

et de la Haute-Savoie.

Parcours dans le parc national du Mercantour avec la
nouvelle carte.

7

background image

POUR EN SAVOIR
PLUS

UN GUIDE

DÉTAILLÉ

Tout au long de ses
160 pages, ce guide
permet aux randon-
neurs de découvrir
les splendeurs du
paysage traversĂ©. 
Il comporte Ă©gale-
ment des indica-
tions techniques sur
les itinéraires et les
sentiers, des infor-
mations sur les vil-
lages, les biotopes,
les abris possibles
(refuges, cabanes 
ou simples abris 
sous roche) et des
conseils, sugges-
tions et recomman-
dations aux randon-
neurs.  

■

Ces carto-guides seront

diffusés en France par

le réseau de vente IGN

dans les maisons de

presse, les grandes sur-

faces et les librairies-

papeteries au prix uni-

taire de 125 francs

français. Les prochains

carto-guides Ă  paraĂźtre

sont 

La Vanoise-Gran

Paradiso,

n° 14, et

Briançon-Sestriere

n° 10.

ménagent pas leur peine pour parcourir le ter-

rain et vérifier les informations. Ils ont été formés, par
des techniciens de l’IGN, aux techniques de complùte-
ment pour renseigner les documents selon les spécifica-
tions de la TOP 25. Sur la partie française, le CAF met
Ă  jour les surcharges de la TOP 25 et complĂšte les iti-
néraires. Les bénévoles du CAI réalisent, quant à eux,
le complĂštement du fond de carte italien, qui est issu de
données photogrammétriques, et reportent les itinéraires
de randonnée. Les sentiers manquants sont levés, sur le
terrain, Ă  l’aide de rĂ©cepteurs GPS. Une fois validĂ©s, les
itinĂ©raires labellisĂ©s « Alpes sans frontiĂšres Â» sont dĂ©crits
dans le guide accompagnant la carte.

I

NAUGURATION DANS UNE AMBIANCE FESTIVE

Au dĂ©but de l’étĂ© sortait donc le premier carto-guide, cou-
vrant une partie du parc national du Mercantour et le mas-
sif du l’Argentera. Cette parution a Ă©tĂ© l’occasion d’inau-
gurer, le 24 juin, le projet « Alpes sans frontiĂšres Â» au
refuge de la Madone de Fenestre, dans la vallée de la
VĂ©subie. Une randonnĂ©e matinale, jusqu’à la cime ouest
de Fenestre, a permis d’apprĂ©cier l’utilisation de cette nou-
velle carte. AprÚs les discours officiels des présidents de
clubs et des Ă©lus locaux, tous les acteurs du projet ont par-
tagĂ© le pot de l’amitiĂ©. AndrĂ© Croibier, prĂ©sident du CAF,
rappela dans son discours les efforts des uns et des autres
pour arriver, aprĂšs trois ans de nĂ©gociation, Ă  ce rĂ©sultat
qui est l’aboutissement d’une volontĂ© de dĂ©veloppement
d’un tourisme pĂ©destre, 

«doux et durable Â». Paul OlliĂ©,

conseiller gĂ©nĂ©ral des Alpes-Maritimes, souligna l’effort
financier de la communauté européenne, du départe-

III

e

siĂšcle 

Table de Peutinger :

copie d’une carte
antique du monde
connu, avec description
des 4 principaux 
passages des Alpes, entre
le Grand-Saint-Bernard
et la Turbie.

1680

Carte de Borgonio ou 
de Madame Reale, au
1 : 190 000, rĂ©alisĂ©e en
15 feuilles.

1850-1875 

Carte d’état-major,
levĂ©e au 1 : 40 000 
et gravĂ©e sur cuivre 
au 1 : 80 000 en
267 feuilles au DĂ©pĂŽt
de la guerre. 

1973 

Carte touristique
grand format du Mont
Blanc au 1 : 25 000,
prototype de l’actuel-
le TOP 25, qui
couvre maintenant la
totalité des Alpes
françaises. 

1922-1947

Cartographie des
Alpes au 1 : 20 000
et au 1 : 50 000, par
le SGA puis l’IGN. 
En 1939, les Potez
540 de « l’escadrille

spĂ©cialisĂ©e Â» effec-
tuent les prises de vue
du Mont Blanc Ă 
7 500 m d’altitude.

ment et des communes intéressées. Il insista sur la déter-
mination de Michel Barnier, commissaire européen chargé
de la politique régionale, et de Romano Prodi, actuel
président de la Commission européenne, qui, quand il
entendit parler des Alpes sans frontiùres, ne put s’em-
pĂȘcher de s’écrier : 

«fabulous» ! et d’encourager la pour-

suite de cette cartographie. Antonio Bonavia, président
du CAI, rappela  les efforts faits du cotĂ© italien et conclut
en disant :

DorĂ©navant, les montagnes sĂ©pareront les

eaux mais pas les hommes.

Robert Gstalder, responsable du projet pour le CAF, fit
procĂ©der Ă  la traditionnelle photo de famille et  demanda
à chacun de se diriger vers des tables dressées pour
l’occasion et copieusement garnies d’une collation carac-
tĂ©ristique de la tradition franco-italienne. 
AprÚs les Pyrénées, qui vont prochainement voir se mettre
en place un projet « PyrĂ©nĂ©es sans frontiĂšres Â», c’est l’en-
semble des frontiĂšres alpines qui pourraient disparaĂźtre
des cartes. SĂ©duit par ce projet transfrontalier, Romano
Prodi a en effet donné pour mission aux différents clubs
alpins concernĂ©s de poursuivre l’Ɠuvre jusqu’en SlovĂ©nie. 
Les alpinistes passionnés pourront alors réaliser leur
grand rĂȘve : accomplir, Ă  pied ou Ă  ski, la traversĂ©e intĂ©-
grale de l’arc alpin. 

■

L

A PREUVE PAR

LA CARTE

Du Mont Blanc Ă  

la MĂ©diterranĂ©e, 

les marcheurs 

disposeront dĂ©sormais 

d’un outil europĂ©en

moderne, valorisant 

le patrimoine trans-

frontalier et favorisant 

les contacts trans-

alpins.  

■

Chronologie

Reportage

Chronologie

Reportage

De gauche Ă  droite : Robert Gstalder, du Club alpin
français, Paul OlliĂ©, AndrĂ© Croibier, Patrick LebƓuf (IGN
Aix), François Perrussel (IGN Lyon) et Antonio Bonavia,
du Club alpin italien. 

>>

8

“

“