background image

4/

IGN MAGAZINE 

- septembre/octobre 2004

Le port de Marseille. Le département

des Bouches-du-RhĂŽne a largement

contribué au financement du projet.

reportage

reportage

Reportage Crig Paca/CA  6/09/2004  16:09  Page 4

background image

Le rĂŽle que joue la gĂ©omatique dans l’amĂ©nagement des 

territoires ne cesse de croĂźtre et se dĂ©veloppe aujourd’hui 

Ă  tous les Ă©chelons de la prise de dĂ©cision, de l’État Ă  la 

commune. Ainsi le protocole d’accord, signĂ© dans le cadre 

du Contrat de plan État-RĂ©gion 2000-2006 entre l’État, le

Conseil rĂ©gional et l’IGN, et auquel se sont joints ensuite les

Conseils gĂ©nĂ©raux de la RĂ©gion Paca, est-il exemplaire et 

fondateur d’un principe appelĂ© Ă  se gĂ©nĂ©raliser.

L

e Centre rĂ©gional de l’information gĂ©ographique

de la RĂ©gion Provence-Alpes-CĂŽte d’Azur (Crige-
Paca) est une association régie par la loi de 1901.
FondĂ©e par l’État et la RĂ©gion, elle est financĂ©e dans
le cadre du volet « Technologies de l’information et
de la communication Â» inclus dans le Contrat de plan.
Elle a pour mission de dĂ©velopper et d’organiser la
production et l’utilisation de l’information gĂ©ogra-
phique numĂ©rique sur l’ensemble de la RĂ©gion Paca.

Ses actions sont conduites en par-
tenariat avec les organismes et les
structures concernés, et tout parti-
culiùrement les services de l’État,
les collectivitĂ©s territoriales,
et leurs Ă©tablissements publics. Il

s’agit donc d’un organe fĂ©dĂ©rateur dont la constitu-
tion fut, dĂšs le dĂ©part, encouragĂ©e par l’IGN. 
Son rĂŽle consiste Ă  mettre Ă  la portĂ©e de tous – et gra-
tuitement pour une durĂ©e de six ans â€“ un maximum
d’outils gĂ©orĂ©fĂ©rencĂ©s d’aide au dĂ©veloppement, grĂące
Ă  une mutualisation de leur financement. À l’origine,
la démarche était suffisamment ambitieuse et nova-
trice pour que son aboutissement s’étende sur plu-
sieurs années, mais sa réussite ouvre des perspectives
d’une ampleur considĂ©rable pour l’ensemble du 
territoire national. 

Une « Plate-forme Â» ouverte Ă  tous,
et, Ă  terme, enrichie par tous 

C’est le 30 janvier 1995 qu’est signĂ© le premier pro-
tocole entre les utilisateurs initiaux de la RĂ©gion,
regroupĂ©s dans le « Tour de table Paca Â», et l’IGN. Il
ne concerne Ă  l’époque que la BD CARTO

Âź

, qui

« Le 3

e

millĂ©naire 

sera gĂ©ographique.* Â»

septembre/octobre 2004 - 

IGN MAGAZINE

/5

>>

La RĂ©gion Provence-Alpes-CĂŽte d’Azur

Une

longueur

d’avance

Une

longueur

d’avance

* Aphorisme utilisé par la société Esri.

Reportage Crig Paca/CA  6/09/2004  16:09  Page 5

background image

reposé sur une exceptionnelle écoute des
attentes de chacun. Le fait de travailler en syner-
gie a convaincu l’ensemble des participants
qu’il fallait que tout le monde bĂ©nĂ©ficie des
mĂȘmes produits. Il en a dĂ©coulĂ© une volontĂ©
gĂ©nĂ©rale de production, d’enrichissement et
d’échanges : le partenariat idĂ©al ! Â»

En novembre 2002 se tient l’assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale consti-
tutive du Crige-Paca, qui devient une entitĂ© juridique.
L’association est opĂ©rationnelle dĂšs septembre 2003.

Le ComitĂ© technique consultatif :
la force de propositions du Crige

L’État et la RĂ©gion, membres fondateurs du Crige, sont
représentés à parité au sein de son Conseil de sur-
veillance, et un Directoire en assure la gestion cou-
rante. Toutefois, c’est le ComitĂ© technique consultatif,
prĂ©sidĂ© par Alain Chartier, chef de service Analyse spa-
tiale de la RĂ©gion Provence-Alpes-CĂŽte d’Azur, qui
relaye les attentes des utilisateurs et participe Ă  l’éla-
boration du plan de travail annuel de l’association. 
Ce comitĂ© regroupe l’ensemble des techniciens et 
des praticiens utilisateurs et producteurs d’informa-
tion géographique à partir de référentiels. Ce sont des
responsables appartenant à des administrations décon-
centrĂ©es de l’État, la Diren, les DDA, les DDE
 plus
les collectivitĂ©s territoriales, puisqu’une place a Ă©tĂ©
faite aux villes (Nice, Toulon
). Une assemblĂ©e plei-
niĂšre peut rĂ©unir jusqu’à soixante-dix personnes. Son
rÎle est de débattre des problÚmes à régler, des acqui-
sitions de nouvelles données et des expertises qui en
dĂ©coulent. Alain Chartier :

« Tous les participants sont des opĂ©rationnels.  
Ils se rĂ©unissent pour dĂ©terminer des prioritĂ©s :
la mutualisation et l’acquisition rĂ©cente de
l’Inventaire forestier national, par exemple, ou
la nécessité de procéder à une nouvelle occu-
pation du sol, ou encore la mesure de l’évolu-
tion du « trait de cĂŽte Â» en ce qui concerne le
littoral et ce qu’il y a lieu de faire pour limiter

sera d’ailleurs

restructurĂ©e par 
les acteurs locaux

d a n s u n f o r m a t  
« utilisateur Â» jugĂ©

plus opérationnel. Le Centre

d’études de l’équipement (Cete

Méditerranée) joue alors un rÎle

essentiel de pivot entre le groupe utili-
sateurs et l’IGN. Entre 1995 et 1997,

un certain nombre de conventions viennent

complĂ©ter l’accord. Elles concernent d’autres

bases de donnĂ©es, dont le SCAN 25

Âź

. C’est en

1997 que l’IGN propose une « Plate-forme d’ani-

mation rĂ©gionale Â», sorte de socle commun Ă  toutes
les applications qui seront développées par la suite.
C’est à partir de celle-ci que chacun sera en mesure
d’analyser ses territoires, grñce à des outils multi-
couches et multicritĂšres, puis de produire ses propres
donnĂ©es et d’en enrichir, Ă  son tour, la plate-forme. 
La mĂȘme annĂ©e, les premiĂšres rĂ©flexions sont enga-
gĂ©es pour crĂ©er un « ComitĂ© rĂ©gional de l’information
gĂ©ographique Â» qui puisse prendre la suite du Cete
MĂ©diterranĂ©e et devenir, fait sans prĂ©cĂ©dent,  l’« opĂ©-
rateur technique unique Â» vis-Ă -vis de l’IGN. Christine
Archias, directrice du Crige, rĂ©sume :

« Au cours des nĂ©gociations relatives aux
conventions, l’IGN avait demandĂ© que soit
constituĂ© un organisme reprĂ©sentatif de l’en-
semble de ses interlocuteurs. Cette notion d’in-
terlocuteur technique unique a pesé trÚs lourd
en regard de la permanence et de l’efficacitĂ© du
montage. Le comité regroupait des gens qui
possédaient la compétence technique, la volonté
d’aller de l’avant et le sens de la discussion.
C’est pourquoi nous avons rĂ©ussi. Â»

Le 15 mai 2000, le Premier ministre paraphe le nou-
veau Contrat de plan contenant les mesures consacrées
Ă  l’information gĂ©ographique. Les protocoles com-
plémentaires sont signés un an plus tard. Désormais,
la plate-forme comporte l’ensemble des bases de don-
nĂ©es de l’IGN (Ă  l’exception de la BD TOPO

Âź

, qui ne

couvrait pas, Ă  l’époque, la totalitĂ© de la RĂ©gion).
Le coĂ»t total de la convention s’élĂšve Ă  4,37 millions
d’euros, dont 1,52 est pris en charge par l’État, 1,52
par la Région et 1,33 par les Conseils généraux, au
prorata de la population de leurs dĂ©partements. Yves
Lassaigne, directeur adjoint pour l’Équipement au sein
de la RĂ©gion, fut l’un des promoteurs de l’opĂ©ration.
Il en dĂ©finit les objectifs et l’esprit qui prĂ©sida Ă 
sa concrĂ©tisation :

« La RĂ©gion a Ă©tĂ© un Ă©lĂ©ment dĂ©terminant par
son implication financiĂšre, politique et technique.
On est dans un projet d’utilisation de la gĂ©o-
matique au service du développement général
de l’ensemble du territoire. C’est-à-dire que les
payeurs ne payent pas que pour eux-mĂȘmes
mais Ă©galement pour des « ayants droit Â», qui
sont définis dans le protocole et dans ses
annexes. La rĂ©ussite de l’opĂ©ration a largement

6/

IGN MAGAZINE 

- septembre/octobre 2004

1993 :

mise en place du « Tour de table Â»

BD CARTO

Âź

régional.

1995 :

signature de la premiĂšre convention

d’acquisition « mutualisĂ©e Â» d’une base de
donnĂ©es gĂ©ographique (BD CARTO

Âź

) entre

le « groupement des utilisateurs Â» de la RĂ©gion
Paca et l’IGN.

1995 :

mise en place d’un ComitĂ© technique

géomatique régional.

1996 :

organisation de la premiÚre journée

technique du tour de table, consacrĂ©e 
à la télédétection dans les SIG.

1997 :

rĂ©flexions sur la crĂ©ation d’un ComitĂ©

rĂ©gional de l’information gĂ©ographique.

2000 :

signature du Contrat de plan 

État-RĂ©gion 2000-2006.

2001 :

ouverture du site Internet 

www.crige-paca.org

2002 :

AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale constitutive 

de l’association Centre rĂ©gional 
de l’information gĂ©ographique.

2003 :

démarrage opérationnel du Crige.

Chronologie 
de la fondation 
du Crige-Paca

La RĂ©gion Paca comprend 6 dĂ©partements :

les Bouches-du RhĂŽne (13) ;

les Alpes-Maritimes (06) ;

le Var (83) ;

le Vaucluse (84) ;

les Alpes-de-Haute-Provence (04) ;

les Hautes-Alpes (05).

reportage

>>

05

06

83

04

84

13

©I

nventair

e for

estier national

Reportage Crig Paca/CA  6/09/2004  16:09  Page 6

background image

son Ă©rosion
 Leur objectif est d’analyser les
donnĂ©es disponibles – ou manquantes â€“ en
regard d’un problĂšme spĂ©cifique. Ensuite, des
regroupements s’effectuent autour de per-
sonnes concernĂ©es par les mĂȘmes prĂ©occu-
pations sur des thématiques précises (DFCI*,
agriculture et autres
). C’est le rîle de ce que
nous appelons les “pĂŽles mĂ©tiers”. Â»

Les pÎles métiers

Au-delĂ  de l’acquisition et de la diffusion de donnĂ©es
de rĂ©fĂ©rence, le dĂ©veloppement de l’information 
géographique de la Région passe par la production
coordonnĂ©e de donnĂ©es thĂ©matiques. Afin de fĂ©dĂ©rer
les énergies à des niveaux opérationnels concrets, le
Crige a encouragé la constitution de pÎles métiers répar-
tis par domaines de compétence. Huit existent déjà
autour de thĂšmes, dont les deux premiers furent la forĂȘt
et le littoral, Ă  partir d’une demande de l’Ifremer. Les
autres se regroupent autour de l’agriculture, des « risques

La RĂ©gion Provence-Alpes-CĂŽte d’Azur

– Mettre Ă  la disposition

des

décideurs publics des bases
de données géographiques et
des outils cartographiques
d’analyse et de reprĂ©sentation
des territoires ;

– favoriser

l’exercice de 

la citoyennetĂ© par la mise 
à disposition des données
d’information gĂ©ographique 
Ă  caractĂšre public, en
privilĂ©giant l’utilisation des
technologies de l’information
et de la communication ;

– favoriser

la mutualisation

des acquisitions et la mise 
en commun des données
produites.

‱ Objectifs opĂ©rationnels :

– diffuser

les données de

l’IGN aux « ayants droit Â» en
accord avec les différents
partenaires signataires des
conventions avec l’Institut ;

– mettre Ă  disposition

les données thématiques
publiques et favoriser leur
utilisation grĂące Ă  la
cartographie interactive ;

– proposer, animer et
coordonner

la production et 

la diffusion de données par le
dĂ©veloppement et l’animation
des « pĂŽles mĂ©tiers Â» ;

– proposer et organiser

la

cohérence de la production de
données aux grandes échelles
et en prioritĂ© celle d’un
référentiel cadastral couvrant
la totalitĂ© de la rĂ©gion ;

– dĂ©velopper

l’information et

la formation des utilisateurs ;

– accompagner

le développement des
entreprises Ɠuvrant dans le
domaine de la gĂ©omatique ;

– assurer

une veille

technologique.

Les missions
du Crige-Paca

» (un thÚme nécessairement transversal), des activités
économiques, de la formation-emploi, de la défense
de la forĂȘt contre l’incendie (dont les prĂ©occupations
recoupent souvent celles du premier pĂŽle) et de 
l’environnement. Une rĂ©flexion est engagĂ©e pour en
crĂ©er d’autres Ă  propos, par exemple, des routes, de
l’urbanisme
 
Un certain nombre de sujets ont déjà été abordés, qui
ont abouti Ă  des actions telles que :
– l’acquisition mutualisĂ©e et la diffusion des donnĂ©es
de l’Inventaire forestier national ;
– le zonage de la RĂ©gion en gĂ©oPays et gĂ©oTerroirs
pour l’exploitation du recensement agricole 2000 ;
– le dĂ©veloppement de donnĂ©es cartographiques cen-
trĂ©es autour de la thĂ©matique « risques Â» ;
– le dĂ©veloppement de l’information gĂ©ographique au
sein des Ă©tablissements d’enseignement secondaire,
une des missions essentielles du Crige étant de déve-
lopper un partenariat avec le monde de l’enseigne-
ment et de la recherche.

www.crige-paca.org
Une explosion de la demande

PrĂšs de quatre ans aprĂšs la signature du protocole, la
demande de diffusion d’information gĂ©ographique
explose sur le site du Crige-Paca et les bénéficiaires
de la mutualisation des données sont de plus en plus
nombreux et de plus en plus diversifiĂ©s 

(voir page 10).

Vincent Lasbatre, un des responsables SIG du Conseil
gĂ©nĂ©ral du Var, explique :

« Le fait de financer l’acquisition de ces bases
mutualisées nous permet de satisfaire nos
besoins mais, surtout, de les mettre Ă  disposi-
tion de tous nos ayants droit. C’est le rîle d’un
département, en tant que service public, de par-
ticiper Ă  ce type d’opĂ©ration. Le protocole d’ac-
cord permet à toute commune d’obtenir les
données relatives à son territoire et de les mettre
Ă  disposition d’un prestataire privĂ© de maniĂšre
ponctuelle afin qu’il puisse mettre en Ɠuvre tel

ou tel projet d’intĂ©rĂȘt public. Cela
permet d’aller trùs loin dans l’utili-
sation des donnĂ©es. Â»

Et en effet, si les services « experts Â»
ont été les premiers à récupérer les
données mises en ligne, ce sont
aujourd’hui des utilisateurs plus
rĂ©cemment initiĂ©s Ă  l’information
gĂ©ographique qui constituent l’es-
sentiel des clients de la rubrique
« DonnĂ©es IGN Â». Le systĂšme fonc-
tionne d’autant mieux que l’Institut
a immĂ©diatement acceptĂ© d’inclure
dans le protocole une notion de
« licence Ă©tendue Â» ne limitant plus
le nombre de postes autorisés

>>

septembre/octobre 2004 - 

IGN MAGAZINE

/7

Le Crige-Paca mutualise l’acquisition et la diffusion de donnĂ©es
issues de nombreux partenaires rĂ©fĂ©rents : IGN, IFN, Shom, Insee,
BRGM
 Ci-contre, une carte des gorges du Verdon de l’Inventaire
forestier national.

Sour

c

es

: IGN, ONF

, DDE.

Conseil gĂ©nĂ©ral du Var : cartographie des
zones incendiées en juillet et août 2003.

* DĂ©fense de la forĂȘt contre l’incendie.

Reportage Crig Paca/CA  6/09/2004  16:09  Page 7

background image

8/

IGN MAGAZINE 

- septembre/octobre 2004

Ă  exploiter les donnĂ©es, ce que Christine Archias

dĂ©finit comme ayant Ă©tĂ© un critĂšre « fondamental Â»
pour la rĂ©ussite de l’opĂ©ration. 

Du cĂŽtĂ© des ayants droit :
l’application pratique

Il est trÚs instructif de vérifier le vécu des utilisateurs
en situation de production : ceux qui mettent concrĂš-
tement en Ɠuvre le systĂšme pour rĂ©aliser un POS*, un
PLU**, un Scot***, un plan d’éclairage public ou pour
appliquer une directive Natura 2000. Alain Chartier
fonde de grands espoirs sur les secrĂ©taires de mairie :

« Lorsque le maire d’une petite commune pos-
sĂšde un plan cadastral informatisĂ© et l’ortho-
photo, il peut constituer une sorte d’observa-
toire de son territoire à partir d’un systùme
d’information gĂ©ographique “presse-bouton”.
Il n’a pas de dĂ©veloppement Ă  faire, les modules
existent sur GĂ©oConcept ou MapInfo. Il faut
simplement mettre les secrétaires de mairie
devant des applications concrÚtes, référentiels
et applicatifs ; et les former, ce que l’on ne fait
pas encore assez, mais d’énormes progrĂšs ont
dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©s. Â»

Au sein des communautés territoriales, les positions
diffĂšrent Ă  partir de nombreux critĂšres : connaissance

reportage

plus ou moins précise de la nature de la proposition,
possibilitĂ©s d’investissement en matĂ©riel, formation
du personnel ou, plus profondément, poids des habi-
tudes, comme le regrette ce maire d’une commune de
3 000 habitants des environs de Nice :

« Je suis d’autant plus intĂ©ressĂ© que la com-
mune est souvent confrontée à des risques
d’éboulement et que nous travaillons Ă  l’éta-
blissement des Scots et du PLU, dans le cadre
de la CommunautĂ© de communes. D’autre part,
il me semble inadmissible de ne pas profiter d’un
projet que les contribuables ont financé. Mais il
est souvent difficile de sortir de la routine. Â»

AndrĂ© Laurenti, responsable de la gestion des 
données techniques à la mairie de Cagnes-sur-Mer,
expose le problĂšme majeur auquel il est confrontĂ© :
un complĂ©ment d’investissement. 

« Nous avons pu inscrire le tracĂ© de la future
ligne de tramway Nice-Cannes-Antibes sur la
BD ORTHO

Âź

, nous sommes en mesure de la

visualiser, ce qui est déjà bien, mais on ne peut
pas le sortir parce que notre traceur Autocad
n’est pas assez puissant. Nous avons Ă©gale-
ment travaillé sur le cadastre informatisé et
nous allons dĂ©velopper le systĂšme vers l’urba-
nisme et le foncier. Nous pouvons superposer
les couches, mais nous ne pouvons pas, pour
la mĂȘme raison, l’exploiter totalement. Nous ne
manquons ni de volonté ni de dynamisme, il
nous reste Ă  inscrire nos besoins logistiques au
budget de l’annĂ©e prochaine. Â»

Ce qui a déjà été réalisé à Draguignan. Jennifer Fugier,
responsable du service SIG auprÚs de la Communauté
d’agglomĂ©rations dracĂ©noise, exprime ouvertement
sa satisfaction devant les réalisations du Crige.

« La BD CARTO

Âź

est un outil d’analyse particu-

liÚrement adapté aux études de représentation
spatiales, car elle offre une excellente 
synthĂšse de l’ensemble des informations nĂ©-
cessaires afin de déterminer les identités, les
propriétés et les axes de réflexion. Nous venons
de mettre le SIG en place et les données four-
nies Ă  travers le Plan État-RĂ©gion nous ont Ă©tĂ©
extrĂȘmement utiles. En premier lieu, cela rĂ©duit
les coĂ»ts en termes d’investissement. Ensuite,
nous sommes en train de mettre en place le
Scot au niveau de la CommunautĂ© d’agglomĂ©-
rations et, surtout, d’établir la mĂ©thodologie de
sa mise en Ɠuvre, et d’analyser l’évolution de
l’occupation des sols en regard des flux de
population, grĂące aux donnĂ©es de l’Insee que
nous avons intégrées. Nous attendons désor-
mais avec impatience la mise à jour de l’ortho-
photographie, afin que nous puissions l’utiliser
comme une donnée et non plus seulement pour
l’habillage des cartes. Â»

Le protocole inclut la fourniture
des mises à jour de l’ensemble
des produits de l’IGN pour 
la durée du Contrat de plan,
soit jusqu’en 2006.
La BD ORTHO

Âź

fait exception

Ă  la rĂšgle. Afin de satisfaire 
les demandes pressantes
d’actualisation des utilisateurs,
l’IGN a acceptĂ© de rĂ©duire ses
délais de production qui, à
l’origine, n’étaient pas
compatibles avec la durĂ©e 
du Contrat de plan. 
Une nouvelle couverture
photographique de la RĂ©gion
sera disponible pour 2006. 
Un avenant au protocole a
donc Ă©tĂ© signĂ©, intĂ©grant 
cette nouvelle acquisition
mutualisée.
Les fichiers départementaux
seront livrĂ©s sur la base 
de l’échĂ©ancier suivant :
– Bouches-du-RhĂŽne, Var et

Hautes-Alpes en 2004 ; 

– Alpes-de-Haute-Provence et

Alpes-Maritimes en 2005 ;

– Vaucluse en 2006.

BD ORTHO

Âź

:

un avenant
pour sa mise
Ă  jour

« Lorsqu’un maire possĂšde un plan cadastral informatisĂ© et 
l’orthophoto,

il peut constituer une sorte d’observatoire de son territoire

Ă  partir d’un systĂšme d’information gĂ©ographique “presse-bouton”. Â»

>>

La CommunautĂ© d’agglomĂ©rations dracĂ©noise (Draguignan) Ă  partir
de la BD CARTO

Âź

. Il s’agit ici d’une simple reprĂ©sentation de

l’occupation des sols, avec les rĂ©seaux et les infrastructures, pour
permettre une comprĂ©hension globale de la rĂ©alitĂ© de l’espace
communautaire, conformĂ©ment Ă  la dynamique liĂ©e Ă  la politique 
de développement durable.

Christine Archias, directrice du
Crige-Paca. En mĂ©daillon : Ă 
gauche, Alain Chartier, chef 
de service Analyse spatiale 
du Conseil régional, et, à droite,
Yves Lassaigne, directeur
rĂ©gional adjoint 
de l’Équipement.

* POS : plan d’occupation des sols.
** PLU : plan local d’urbanisme.
*** Scot : schĂ©ma de cohĂ©rence territoriale.

©

CommunautĂ© d’agglomĂ©rations dracĂ©noise

Reportage Crig Paca/CA  6/09/2004  16:09  Page 8

background image

septembre/octobre 2004 - 

IGN MAGAZINE

/9

La RĂ©gion Provence-Alpes-CĂŽte d’Azur

Formation et information : 
une ligne de partage ténue

« Ce qui demeure encore insuffisant,

déplore Alain

Chartier, 

c’est le retour. Â» 

Pour qu’il devienne effec-

tif, pour que les notions d’échange et d’enrichisse-
ment se rĂ©pandent et que les utilisateurs soient Ă  mĂȘme
d’alimenter un systĂšme d’informations rĂ©gionales qui
soit le plus ouvert possible, il faut les former et les
informer en permanence, ce qui représente un gros
effort de communication. Christine Archias fait le
point sur cet aspect du problĂšme, qui constitue une
des missions de l’association : 

« Clairement, le Crige n’est pas prestataire en
cartographie, contrairement à l’image que l’on
s’en fait encore souvent. Nous ne voulons pas
intervenir dans le champ concurrentiel. Nous
avons une vocation d’information, et la limite
est souvent ténue entre information et forma-
tion. Nous recueillons les besoins des utilisa-
teurs auprùs d’organes tels que le Centre natio-
nal de la fonction publique (CNFPT), par exemple,
et nous les orientons vers des prestataires com-
pétents, dont nous avons dressé un annuaire.
Nous organisons des Journées de formation
aux données. Elles ont le mérite de faire colla-
borer des personnes dont les expériences dif-
fÚrent ou sont inégales. Nous nous déplaçons
Ă©galement vers les ayants droit. Enfin, nous
venons de prĂ©parer une plaquette intitulĂ©e 

Lettre

aux maires,

afin de leur expliquer de maniĂšre

simple et succincte ce que nous sommes en
mesure de mettre Ă  leur disposition. Â»

La mutualisation des gĂ©odonnĂ©es :
la logique de l’avenir

Ainsi que le souligne Alain Chartier, 

« convaincre les

responsables politiques que la logique de mutualisa-
tion est porteuse d’avenir est une entreprise de longue
haleine Â». 

Toutefois, la spectaculaire réussite qui vient

couronner l’expĂ©rience tentĂ©e en RĂ©gion Provence-
Alpes-Cîte d’Azur ne peut que les y pousser, ce n’est
qu’une question d’adaptation culturelle. L’information
géographique est désormais inscrite en tant que prio-
rité dans le développement des territoires et prend une
importance telle qu’un aphorisme est en train de se
rĂ©pandre : 

« Le 3

e

millĂ©naire sera gĂ©ographique Â».

Le développement durable, la maßtrise de la croissance
et la protection des citoyens en dĂ©pendent.  

■

RĂ©cemment, les Orientations stratĂ©giques de l’équipement en RĂ©gions (OSER)
ont inscrit la dimension information géographique en tant que priorité pour le
dĂ©veloppement des RĂ©gions. Un certain nombre d’entre elles ont dĂ©jĂ  engagĂ© une
réflexion sur la possibilité de créer une structure de mutualisation des données
proche de celle du Crige-Paca. Le Languedoc-Roussillon, l’Alsace, le Poitou-
Charentes et le Nord-Pas-de-Calais en font partie. La Collectivité territoriale corse,
quant Ă  elle, a dĂ©jĂ  signĂ© une convention avec l’IGN. 

Autres RĂ©gions : entre
questions et adhésion

Corse :

« L’aide Ă  la dĂ©cision la plus pertinente possible Â»

Nord-Pas-de-Calais :

« Un rĂ©el besoin et une demande croissante Â»

Alain Pruvost, directeur de la
prospective Ă  la direction du Plan et 
de l’évaluation au Conseil rĂ©gional 
du Nord-Pas-de-Calais, confirme la
tendance : 

« C’est un dispositif

intéressant, auquel nous avons
souhaité adhérer dÚs la mise en place
de celui du Crige-Paca.
Malheureusement, du cĂŽtĂ© de l’État, 
Ă  l’époque, le processus n’avait pu
devenir effectif en dépit des
propositions de l’IGN. Depuis, la Diren
a repris le flambeau et nous sommes Ă 
nouveau en cours de rĂ©flexion sur 
le montage d’un tel principe de
fonctionnement. Il existe un réel
besoin et une demande croissante
avec la mise en place de différentes
structures tels les contrats d’agglomĂ©rations, les API
 Nombre d’intercommunalitĂ©s
s’équipent dĂ©sormais en SIG et s’adressent Ă  la RĂ©gion pour lui demander une subvention
pour les aider Ă  acquĂ©rir ces donnĂ©es. La mise en place d’une structure fĂ©dĂ©ratrice
permettrait de centraliser et de rationaliser les actions une bonne fois pour toutes. 
L’IGN nous a fait un certain nombre de propositions. L’hypothùse haute, qui est la plus
intéressante parce que la plus riche en données, nous intéresse particuliÚrement. Reste à
rĂ©soudre les contraintes budgĂ©taires, ce qui n’est guĂšre simple. Â»

Jean-Jacques AbraĂŻni, directeur de l’amĂ©na-
gement du territoire de la CollectivitĂ© 
territoriale  de Corse :

« Nous venons de

créer un centre de ressources pour lequel
nous cherchons la formule juridique adé-
quate. Les droits d’utilisation sont gratuits,
en contrepartie de quoi nous demandons
aux ayants droit de restituer les informa-
tions dont ils auront enrichi la base de 
donnĂ©es. Celles-ci pourront ĂȘtre lues par
tous les ayants droit de la plate-forme en
fonction de leurs besoins. C’est-à-dire que

nous mutualisons l’information gĂ©ogra-
phique produite par chaque utilisateur dans

les domaines de ses compĂ©tences. 
La diffusion est assurée par la Diren pour
les organismes qui relùvent de l’État.
L’Office de dĂ©veloppement agricole et rural
de la Corse (Odarc) diffuse l’information
vers les services de la CTC. En ce qui
concerne les autres ayants droit, 
communes, communautés de communes,
dĂ©partements, Sdiss, universitĂ©s, 
la diffusion est assurĂ©e par l’Observatoire
de l’environnement en Corse.
Les avantages sont multiples. En premier
lieu, je pense que cela réduira les coûts.
Ensuite, tout s’effectuera de maniĂšre 
beaucoup plus rapide et plus complĂšte
dans le cadre d’une aide Ă  la dĂ©cision 
la plus pertinente possible.
Et, surtout, ce dispositif Ă©vitera que soient
dupliqués des travaux qui existent déjà.
Nous sommes en train de créer également
un Groupement corse d’information gĂ©ogra-
phique (CigĂ©o) situĂ© entre l’État et la CTC,
qui reprĂ©sente l’équivalent du Crige. C’est
lui qui va organiser la mutualisation de 
l’information et qui apportera les solutions
techniques, administratives et financiĂšres
aux problĂšmes 
susceptibles d’apparaütre. Nous serons en
mesure de commencer Ă  fournir en 2005. Â»

Aujourd’hui, sur le Web, le programme Sigale met Ă  
disposition du public les données dont la Région Nord-Pas-
de-Calais est propriĂ©taire et qui ne relĂšvent pas d’une
convention d’utilisation avec un producteur (IGN, Diren
). 
C’est une premiĂšre Ă©tape.

Le 17 juin dernier, sur le site de l’Arbois, Ă  Aix-en-Provence, le Crige
organisait une JournĂ©e de prĂ©sentation de la BD ORTHO

Âź

au

bĂ©nĂ©fice d’utilisateurs de terrain : maires, responsables SIG,
directeurs de services techniques, chargĂ©s de projets d’urbanisme,
d’amĂ©nagement, du droit des sols


Corte, siĂšge du centre de ressources de la CTC. 

Reportage Crig Paca/CA  6/09/2004  16:09  Page 9

background image

10/

IGN MAGAZINE 

- septembre/octobre 2004

La RĂ©gion Provence-Alpes-CĂŽte d’Azur

reportage

Contact

Centre rĂ©gional de l’information

géographique de la Région Provence-

Alpes-Cîte d’Azur

Domaine du Petit-Arbois,

avenue Louis-Philibert, BP 10019

13545 Aix-en-Provence Cedex 4

TĂ©l. : 04 42 90 71 22

www.crige-paca.org

Directrice du Crige-Paca :

Christine Archias

L

A PLATE

-

FORME D

’

ANIMATION RÉGIONALE

C

RIGE

-I

GN

UNE DYNAMIQUE GÉOMATIQUE SPECTACULAIRE

L

a frĂ©quentation du site Internet du Crige est en progression constante. La mise en

ligne d’une nouvelle version plus ergonomique, en mars 2004, a permis d’atteindre 
un pic de 7 000 visites par mois, soit une augmentation de 48 % en trois ans. 
La moyenne de connexions simultanĂ©es tourne autour de 50 Ă  70 %. 

■

L

a rĂ©partition des tĂ©lĂ©chargements met en Ă©vidence un fort intĂ©rĂȘt des services

publics pour les bases de données constitutives du référentiel régional à moyenne
Ă©chelle. Cette situation pourrait Ă©voluer rapidement avec la rĂ©alisation ou l’acquisition
d’un plan cadastral informatisĂ© venant complĂ©ter la BD ORTHO

Âź

pour la constitution

d’un rĂ©fĂ©rentiel rĂ©gional Ă  grande Ă©chelle.  

■

AccÚs aux données de la PFAR

De janvier 2002 Ă  juillet 2004

– 1 985

licences ont Ă©tĂ© Ă©mises ;

– 640

organismes sont inscrits ;

– 961

licences ont Ă©tĂ© accordĂ©es Ă  

185

organismes dĂ©partementaux ;

170

communes ;

50

structures intercommunales ;

235

organismes régionaux.

Utilisateurs par métiers

Diffusion par départements

Évolution de la frĂ©quentation du site 2002-2004

Les ayants droit

– Nombre d’ayants droit

(individus) : 

817

– Nombre d’organismes

640

Les onze données les plus demandées

Ayants droit par financeur

BD CARTO

Âź 

: 21,2 %

BD ORTHO

Âź 

: 10,7 %

SCAN 25

Âź 

: 13,6 %

GĂ©oFLA

Âź 

: 4,6 %

SCAN 250

Âź 

: 4,1 %

ROUTE 500

Âź 

: 3,7 %

SCAN 1000

Âź 

: 3,3 %

ROUTE 120

Âź 

: 2,7 %

SCAN 100

Âź 

: 10,8 %

BD ALTI

Âź 

courbes de niveaux : 13,4 %

BD ALTI

Âź 

MNT : 11,9 %

Population

Total : 540

13

06

83

84

05

04

Données

Associations loi de 1901

140

Chambres consulaires

19

Collectivités

8

Communes

170

EPCI

51

Autres Ă©tablissements publics 

65

Groupements de communes

49

Organismes de recherche et d’enseignement

65

Services de l’État 

73

Total 640

État

Équipement

Air

NTIC

Recherche

Énergie

Santé

Emploi-Travail

Transports

ForĂȘt

Culture

Administration

Eau

Sécurité du territoire et sécurité civile

DĂ©veloppement Ă©conomique-Commerce et industrie

Agriculture

Habitat-Aménagement du territoire-Urbanisme

Tourisme-Loisirs-Chasse-PĂȘche

Environnement

Enseignement

Collectivités territoriales

Conseil général 06

RĂ©gion Paca

Conseil général 83

Conseil général 13

Conseil général 04

Conseil général 05

Conseil général 84

144

88

103

85

81

55

39 

45

Total : 640

Reportage Crig Paca/CA  6/09/2004  16:09  Page 10