background image

]

[

En 1999, Ă  la demande du Premier ministre, le dĂ©putĂ© Guy Lengagne analyse la
pertinence d’un rĂ©fĂ©rentiel national et prĂ©sente un rapport traçant les perspectives
d’évolution de l’information gĂ©ographique. Le dĂ©putĂ© prĂ©conise notamment de constituer
un rĂ©fĂ©rentiel public, Ă  grande Ă©chelle, cohĂ©rent et insiste sur la nĂ©cessitĂ© de disposer
de celui-ci au plus vite.
Le 19 fĂ©vrier 2001, les pouvoirs publics demandent Ă  l’Institut GĂ©ographique National
d’élaborer un rĂ©fĂ©rentiel gĂ©ographique de contenu simple, d’accĂšs aisĂ©, couvrant la
totalitĂ© du territoire français Ă  Ă©chĂ©ance 2006 -2007. L’entretien de ce rĂ©fĂ©rentiel est Ă 
assurer Ă  un rythme au moins annuel. 
L’IGN se voit confier un rĂŽle d’intĂ©grateur des donnĂ©es gĂ©ographiques de rĂ©fĂ©rence,
quel qu’en soit le producteur, pourvu que ces donnĂ©es servent l’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral.

le  RĂ©fĂ©rentiel  GĂ©ographique
Ă   Grande  Echelle

le  RGE

R Ă‰ F Ă‰ R E N T I E L   Ă€   G R A N D E   Ă‰ C H E L L E

background image

De nombreux domaines nĂ©cessite la reprĂ©sentation de phĂ©nomĂšnes Ă©tudiĂ©s,  sur
un fond de plan ou de carte : aménagement du territoire, application du droit des
sols, prĂ©vention des risques naturels ou industriels, transports terrestres, urbanis-
me, tourisme,

Aujourd’hui, l’informatique graphique est devenue accessible Ă  tout utilisateur d’un
ordinateur, l’information gĂ©ographique est disponible sous forme numĂ©rique et
on peut visualiser Ă  l’écran la zone et le phĂ©nomĂšne Ă  Ă©tudier, Ă  l’échelle voulue et
selon la reprĂ©sentation souhaitĂ©e. Cependant, l’affichage Ă  l’écran d’objets gĂ©o-
graphiques, relevant de thĂšmes diffĂ©rents, nĂ©cessite une prĂ©cision homogĂšne : cela
est indispensable pour conserver leur position relative rĂ©elle.
C’est tout l’intĂ©rĂȘt d’un rĂ©fĂ©rentiel gĂ©ographique gĂ©nĂ©ral. Tous les objets gĂ©ogra-
phiques du RGE sont localisĂ©s avec une prĂ©cision mĂ©trique. 

Ainsi, pour constituer des objets relatifs Ă  un mĂ©tier particulier (par exemple pour
dĂ©finir l’assiette d’une servitude d’utilitĂ© publique), un utilisateur pourra, soit reprendre
tout ou partie de la gĂ©omĂ©trie d’un objet du RGE (limite de parcelle, pylĂŽne Ă©lec-
trique), soit s’appuyer sur cette gĂ©omĂ©trie (distance, alignement,
). Les donnĂ©es
mĂ©tier sont ainsi localisĂ©es avec le mĂȘme niveau de prĂ©cision que le rĂ©fĂ©rentiel gĂ©nĂ©-
ral. De cette façon, toutes les donnĂ©es mĂ©tier sont superposables Ă  celle du rĂ©fĂ©-
rentiel gĂ©nĂ©ral et donc superposables entre elles. On dit qu’elles sont interopĂ©rables.
Le RGE permet :
— une Ă©conomie de moyen pour la constitution de donnĂ©es mĂ©tier,
— un croisement rendu possible entre des informations produites par des orga-
nismes ou des services diffĂ©rents. 

Les acteurs

Le RGE est une construction commune portĂ©e par la collectivitĂ© nationale. Des don-
nĂ©es sont disponibles au niveau des collectivitĂ©s locales, des services de l’État ou
d’acteurs nationaux. Des partenariats se mettent en place pour constituer et entre-
tenir le RGE. L’objectif visĂ© est la rĂ©duction des dĂ©lais et l’optimisation des deniers
publics. Dans ce cadre, le ministÚre des Finances (Direction Générale des ImpÎts)
et l’Institut GĂ©ographique National ont signĂ© une convention de coopĂ©ration per-
mettant la rĂ©alisation du RGE, en particulier la composante parcellaire. Un proto-
cole a Ă©tĂ© Ă©tabli entre l’AssemblĂ©e des DĂ©partements de France (ADF) et l’IGN et des
conventions particuliÚres, relevant de ce protocole, sont signées avec les Conseils
gĂ©nĂ©raux (Calvados, Haute Savoie,
). La mĂȘme dĂ©marche a Ă©tĂ© entreprise avec des
villes ou des établissements publics de coopération intercommunale (communau-
tĂ© urbaine de Bordeaux,
), avec certains acteurs nationaux (RĂ©seau de Transport
d’électricitĂ©,
). De nombreux autres contacts ont Ă©tĂ© pris, les nĂ©gociations sont
en cours.

L’IGN, au delĂ  de son activitĂ© de producteur, joue un rĂŽle de coordinateur et d’in-
tĂ©grateur. La rĂ©alisation du RGE est sa prioritĂ©. Celui-ci mobilise ses capacitĂ©s en
terme de moyens de production, de recherche, de dĂ©veloppement et de formation.
Il s’appuie aussi sur les savoir-faire externes des acteurs privĂ©s par un recours Ă  la
sous-traitance (de l’ordre de 15% pour la composante orthophotographique, 20%
pour la composante topographique et 75% pour la composante parcellaire).

LE RÉFÉRENTIEL GÉOGRAPHIQUE
À GRANDE ECHELLE

- LE RGE

L’outil du XXI

Ăšme

siĂšcle facilitant la gestion des territoires

Dans le cadre du contrat d’objectifs
et de moyens pour les annĂ©es 2003 
Ă  2006,
l’État a demandĂ© Ă  l’IGN 
de s’organiser pour une disponibilitĂ©
du RGE :
– de la premiĂšre couverture 

de la composante
orthophotographique fin 2003,

– l’achĂšvement de la saisie de 

la composante topographique fin
2006,

– fin 2006, une couverture de  60%

du territoire national pour la
composante parcellaire et 70 %
pour la composante adresse.

Le contrat d’objectifs et de moyens
prĂ©voit une nouvelle couverture de
la composante orthophotographique
tous les 5 ans, une actualisation 
de la composante parcellaire 
au rythme des mises Ă  jour 
et des fournitures de la DGI 
et une mise Ă  jour en continu 
des composantes topographique 
et adresse.

L’IGN s’engage Ă  mener une politique
partenariale vis Ă  vis des
collectivitĂ©s locales, des services 
de l’Etat et des acteurs nationaux
disposant des donnĂ©es existantes
susceptibles d’ĂȘtre intĂ©grĂ©es dans 
le RGE pour sa constitution et sa
mise Ă  jour.

LES OBJECTIFS 
ET LES MOYENS

background image

Contenu du RGE

Le RGE est un ensemble organisĂ© de donnĂ©es gĂ©ographiques de rĂ©fĂ©rence, dis-
ponible et continu sur l’ensemble du territoire national Ă©mergĂ©.

Il couvrira l’en-

semble des dĂ©partements mĂ©tropolitains, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane
(bande cĂŽtiĂšre), la RĂ©union et Mayotte. La prĂ©cision gĂ©omĂ©trique de l’ensemble
des donnĂ©es est mĂ©trique.

Le CNIG (Conseil National de l’Information GĂ©ographique), assemblĂ©e des pro-
ducteurs et utilisateurs de l’information gĂ©ographique, a Ă©mis un avis favorable
sur les spĂ©cifications des composantes du RGE. Ă€ la demande des utilisateurs des
Ă©volutions pourront intervenir.

Le RGE est un ensemble structurĂ© de donnĂ©es gĂ©ographiques numĂ©riques, de prĂ©-
cision géométrique homogÚne, sémantiquement complémentaires, appartenant à
quatre composantes : orthophotographique, topographique, parcellaire et adresse.

COMPOSANTE ORTHOPHOTOGRAPHIQUE

Etablie, en mode image, Ă  partir de prises de vues aĂ©riennes, celle-ci s’appuie
sur une orthophotographie, en couleur, au pas 50 cm couvrant tout le territoire
français. Elle est renouvelĂ©e tous les 5 ans.

COMPOSANTE TOPOGRAPHIQUE

Elle comprend les voies de communication routiĂšre, les voies ferrĂ©es, les lignes
Ă©lectriques de haute tension, l’hydrographie, des Ă©quipements publics, le bĂąti, la
vĂ©gĂ©tation, le relief et le dĂ©coupage administratif. Toutes les donnĂ©es sont en mode
vecteur, gĂ©nĂ©ralement en 3D.
Les unitĂ©s rĂ©gionales dĂ©concentrĂ©es de l’IGN ont entrepris l’actualisation annuel-
le des principaux thĂšmes (rĂ©seaux routier, ferrĂ©, hydrographique, Ă©lectrique), sur
la base des informations fournies par les partenaires. Le bĂąti sera actualisĂ©, Ă  par-
tir des Ă©volutions du plan cadastral transmises par les services de la DGI, de maniĂš-
re Ă  obtenir, Ă  terme, la cohĂ©rence de ce thĂšme.

COMPOSANTE PARCELLAIRE

ConformĂ©ment Ă  la convention de coopĂ©ration entre la DGI et l’IGN, celle-ci est 
rĂ©alisĂ©e par l’IGN Ă  partir des donnĂ©es actualisĂ©es transmises annuellement par
la DGI. 
Pour les plans cadastraux numĂ©risĂ©s en mode vecteur, la DGI prend en charge 
la mise Ă  jour des donnĂ©es â€œvecteur” constituĂ©es. Les limites de sections, de 
parcelles et le bĂąti seront utilisĂ©s pour constituer cette composante.
Dans les autres cas, la DGI transmet Ă  l’IGN les planches cadastrales scannĂ©es. 
La composante parcellaire est Ă©tablie en mode raster, mais complĂ©tĂ©e, en mode
vecteur, des limites de section et des localisants parcellaires. Le raccordement des
sections cadastrales permet d’obtenir le continuum sur la France entiĂšre. 

COMPOSANTE ADRESSE

Celle-ci comprend la description schĂ©matique de la voirie routiĂšre, le nom des rues
et la numĂ©rotation associĂ©e, ainsi que les noms de lieux-dits.
Elle s’appuiera dans un premier temps sur le filaire routier de la composante topo-
graphique. Dans un deuxiÚme temps, elle sera établie à partir des données de la
composante parcellaire et du fichier des propriĂ©tĂ©s bĂąties en attente de la dispo-
nibilitĂ© d’un le fichier national des points gĂ©ographiques d’adresse.
La pertinence et l’actualitĂ© des informations dĂ©pend de la qualitĂ© du partenariat
dĂ©veloppĂ© entre les collectivitĂ©s locales, les autres acteurs concernĂ©s et l’IGN.

Composante orthophotographique

Composante topographique

Composante parcellaire

background image

www.ign.fr

Direction de la Communication 

‱

136 bis rue de Grenelle, 75700 PARIS 07 SP

TĂ©l : 01 43 98 83 06 

‱

TĂ©lĂ©copie : 01 43 98 82 83 

‱

Mel : dircom@ign.fr

CALENDRIER
DE RÉALISATION

COMPOSANTE IMAGE

La premiĂšre couverture est
disponible. La deuxiĂšme couverture,
en cours d’établissement,
sera complĂšte en 2008.
Chaque dĂ©partement sera ainsi repris
surun rythme quinquennal.

COMPOSANTE TOPOGRAPHIQUE

La programmation est Ă©tablie par
dĂ©partement. En 2007, la totalitĂ© du
territoire sera couvert. DĂ©but 2005,
49 dĂ©partements seront disponibles.

COMPOSANTE PARCELLAIRE 

Elle s’étendra progressivement sur
l’ensemble du territoire français pour
s’achever en 2007. Sa mise Ă  jour
s’effectuera sur un rythme annuel 
Ă  partir des donnĂ©es transmises par 
la DGI.

COMPOSANTE ADRESSE

Elle sera disponible, dans une
premiĂšre version, en 2005, sur 
le quart des dĂ©partements.
La version complĂšte couvrira
l’ensemble du territoire fin 2007.

Guadeloupe

Martinique

RĂ©union

Mayotte

G

Guadeloupe

Martinique

RĂ©union

Mayotte

Guyane

DisponibilitĂ© de la composante topographique 
(hors vĂ©gĂ©tation)

DisponibilitĂ© de la composante parcellaire seule 

DisponibilitĂ© de la composante topographique et
parcellaire 

La prĂ©sence du numĂ©ro de dĂ©partement 
indique la disponibilitĂ© de la compasante adresse

DISPONIBILITÉ FIN 2004

DISPONIBILITÉ FIN 2005

DISPONIBILITÉ FIN 2006

DISPONIBILITÉ COMPLÈTE DE

TOUTES LES COMPOSANTES FIN 2007

Guadeloupe

Martinique

RĂ©union

Mayotte

Guyane