background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

Projet de loi Â« CrĂ©ation et Internet Â» 

SĂ©nat â€“ 1

ère

 lecture 

Projet de loi Â« CrĂ©ation et Internet Â» 

SĂ©nat â€“ 1

ère

 lecture 

- 29 octobre 2008 - 

 

 

 

Monsieur le PrĂ©sident, 

Messieurs les rapporteurs, 

Mesdames et Messieurs les SĂ©nateurs, 

 

 

Le  projet  de  loi  que  j’ai  l’honneur  de  vous  soumettre 

aujourd’hui  vise  Ă   ce  que  la  France  saisisse  pleinement  la 

chance inĂ©dite que reprĂ©sente Internet pour la Culture, aussi 

bien pour sa dĂ©mocratisation que pour tirer parti du potentiel 

de dĂ©veloppement Ă©conomique qu’elle recèle.

 

 

Aujourd’hui,  plus  d’un  Français  sur  deux  dispose  d’un  accès  Ă  

Internet haut dĂ©bit, et 62% de ceux qui sont Ă˘gĂ©s de plus de 11 

ans  se  connectent  au  moins  une  fois  par  mois.  Dans  quelques 

annĂ©es,  chacun  devrait  pouvoir  accĂ©der  librement,  facilement  et 

rapidement  Ă   un  catalogue  presque  illimitĂ©  de  films,  de  titres  de 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

musique,  bientĂ´t  d’œuvres  littĂ©raires,  mais  aussi  d’expositions 

virtuelles, de captations de pièces de théâtre, d’opĂ©ras.  

 

Il est de notre responsabilitĂ© de faire en sorte que cette nouvelle 

offre se dĂ©veloppe dans sa richesse et sa diversitĂ©, 

au bĂ©nĂ©fice 

de l’ensemble de nos concitoyens

 : consommateurs, crĂ©ateurs, 

entreprises de toutes les filières des industries culturelles et des 

rĂ©seaux  de  communication.  Elle  ne  doit  donc, 

en  aucun  cas, 

aboutir Ă  exproprier

 de leurs droits certains acteurs au bĂ©nĂ©fice 

d’une frange peu scrupuleuse ou inconsciente des internautes. 

 

Des progrès remarquables ont Ă©tĂ© accomplis, au cours des deux 

dernières annĂ©es, par les opĂ©rateurs qui offrent lĂ©galement accès 

Ă  la musique et aux films sur Internet. 

 

Plus  de  3 200 films  et  plus  de  3 millions  de  morceaux  de 

musique

  sont  aujourd’hui  disponibles  auprès  des  plates-formes 

de  tĂ©lĂ©chargement,  des  chaĂ®nes  de  tĂ©lĂ©vision,  ou  encore  des 

fournisseurs  d’accès  Ă   Internet.  Certaines  de  ces  offres  sont 

gratuites, financĂ©es par la publicitĂ© ; d’autres sont payantes mais 

forfaitaires et permettent, notamment en matière de musique, de 

tĂ©lĂ©charger de façon permanente, pour quelques euros par mois, 

au sein de catalogues de plusieurs centaines de milliers de titres. 

 

Le  coĂ»t  de  cette  offre

  pour  le  consommateur  dĂ©croĂ®t  donc 

rapidement, y compris pour le cinĂ©ma puisqu’il est possible pour 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

un foyer de consulter un film pour moins de 5 euros, ou plusieurs 

dizaines de films pour moins de 10 euros par mois. 

 

 

 

 

Il ne sera toutefois possible de faire des rĂ©seaux numĂ©riques un 

outil  de  distribution  des  biens  culturels  qui  prĂ©sente  toutes  les 

qualitĂ©s en matière de sĂ»retĂ©, de richesse et de coĂ»t, que si les 

droits de propriĂ©tĂ© intellectuelle y sont respectĂ©s. 

 

Nous  devons  pour  cela  lever  le  principal  obstacle :  le 

piratage des Ĺ“uvres sur Internet

,

 

commis sur une très grande 

Ă©chelle  dans  notre  pays  qui  dĂ©tient  un  triste  record  mondial.  Un 

milliard de fichiers ont en effet Ă©tĂ© piratĂ©s en France en 2006, et il 

est probable qu’un internaute sur six environ se livre au piratage 

de façon rĂ©gulière dans le cadre des rĂ©seaux de pair-Ă -pair. 

 

Pendant  des  annĂ©es,  nous  nous  sommes  demandĂ©s  si  ce 

phĂ©nomène reprĂ©sentait une rĂ©elle menace pour les crĂ©ateurs et 

les  entreprises  qui  les  soutiennent.  Nous  avons  dĂ©passĂ© 

dĂ©sormais le stade de l’interrogation. Nous sommes Ă  l’heure du 

constat.  Et  il  est  accablant : 

c’est  Ă   un  vĂ©ritable  dĂ©sastre 

Ă©conomique  et  industriel  que  nous  sommes  en  train 

d’assister, dĂ©sastre qui se traduit Ă©galement sur le terrain du 

renouvellement et la diversitĂ© de la crĂ©ation

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

 

 

 

 

 

Le  marchĂ©  de  la  musique

  enregistrĂ©e  est  le  plus  atteint,  avec 

une  baisse  de  50%  en  valeur  au  cours  des  cinq  dernières 

annĂ©es, assortie d’

un fort impact sur l’emploi

 (30% des effectifs 

des  maisons  de  production) 

et  sur  la  crĂ©ation

 :  de  nombreux 

contrats  d’artistes  ont  dĂ»  ĂŞtre  rĂ©siliĂ©s  et  le  nombre  de  nouveaux 

artistes Â« signĂ©s Â» chaque annĂ©e a diminuĂ© de 40%. 

 

Le cinĂ©ma s’engage sur la mĂŞme pente

 : il y a dĂ©jĂ , Ă  l’heure 

actuelle, autant de tĂ©lĂ©chargements illĂ©gaux journaliers â€“ 450 000 

–  que  d’entrĂ©es  en  salles.  Et  le  marchĂ©  de  la  vidĂ©o  a  perdu  un 

quart de sa valeur, comparable Ă  celle de la musique enregistrĂ©e, 

au cours des quatre dernières annĂ©es â€“ alors mĂŞme que le prix 

moyen des nouveautĂ©s diminuait d’un tiers. 

 

L’ annĂ©e oĂą un film français a rencontrĂ© un succès historique en 

salles,  devrait  ĂŞtre  une  annĂ©e  de  forte  hausse  de  la 

frĂ©quentation :  or  ce  n’est  pas  le  cas.  Tous  les  exploitants  de 

salles  s’en  inquiètent  sĂ©rieusement,  car  ils  ont,  ces  dernières 

annĂ©es, 

Ă©normĂ©ment  investi

  pour  rĂ©nover  leurs  Ă©quipements, 

qu’il  s’agisse  de  multiplexes  ou  de  petites  salles  rurales.  Les 

producteurs,  en  particulier 

les  PME  de  la  production 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

indĂ©pendante dont l’économie repose en grande partie sur le 

crédit

, voient se renchĂ©rir les coĂ»ts des crĂ©dits bancaires. 

 

Et,  indĂ©pendamment  mĂŞme  du  contexte  de  crise  financière, 

certains s’inquiètent de leur capacitĂ© d’accès au crĂ©dit, parce que 

l’importance  des  actes  de  piratage  rend  la  valeur  des  actifs 

des  films  de  plus  en  plus  risquĂ©s  pour  les  Ă©tablissements 

bancaires

 

Quant au livre

, après avoir dĂ©couvert, Ă  la Foire de Francfort, les 

prouesses technologiques qui seront bientĂ´t proposĂ©es au public, 

mĂŞme la lectrice assidue, fervente partisane de l’objet livre que je 

suis a peine Ă  croire que ce secteur n’entrera pas Ă  son tour dans 

l’ère  numĂ©rique.  Il  serait  en  tout  cas  coupable  de  notre  part  de 

feindre  de  l’ignorer.  Et  il  est  de  notre  devoir  de 

prendre 

prĂ©ventivement  toutes  les  mesures  nĂ©cessaires

  pour  Ă©viter 

que  cette  filière,  Ă   son  tour,  pâtisse  des  effets  ravageurs  du 

piratage. 

 

La situation des crĂ©ateurs et des entreprises françaises ne serait 

pas  si  alarmante  si  l’effondrement  du  marchĂ©  des  biens 

« physiques Â», CD et DVD, Ă©tait compensĂ© par l’essor des ventes 

dĂ©matĂ©rialisĂ©es.  Mais,  Ă   l’heure  qu’il  est,  ce  naufrage  n’est 

absolument 

pas  rĂ©Ă©quilibrĂ©,  dans  aucun  secteur,  par  les 

ventes  numĂ©riques

.  En  effet,  alors  que  dans  la  plupart  des 

grands  pays  aux  habitudes  de  consommation  comparables  aux 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

nĂ´tres, ces ventes dĂ©collent â€“ elles dĂ©sormais dĂ©jĂ  plus de 25% 

du  marchĂ©  aux  Etats-Unis  â€“  le  taux  dĂ©passe  pĂ©niblement  7% 

dans notre pays.  

La  France,  qui  figure  dans  le  peloton  de  tĂŞte  des  nations  au 

palmarès du piratage, est donc parallèlement l’une des lanternes 

rouges des ventes numĂ©riques. 

 

Après un Oscar, une Palme d’or, un Pritzker Price et un Prix 

Nobel de littĂ©rature en 2008, la France aurait pu se passer de 

cette sinistre mĂ©daille. 

 

Situation d’autant plus 

paradoxale

 que les Français n’ont 

jamais 

autant  plĂ©biscitĂ©  la  crĂ©ation  nationale

,  comme  en  tĂ©moignent 

la  part  de  marchĂ©  du  cinĂ©ma  français  et  la  vitalitĂ©  de  la  jeune 

chanson française. 

 

Situation  d’autant  plus 

tragique

  lorsque  l’on  sait  que 

la  culture 

occupe, dans notre PIB et dans l’emploi salariĂ©, une part qui 

est presque sans Ă©quivalent dans le monde

 : près de 2,5% de 

la  richesse  nationale  et  près  de  500 000 emplois,  dont  plus  la 

moitiĂ©  dans  les  industries  culturelles  â€“  audiovisuel,  cinĂ©ma, 

disque, livre et mĂ©dias. 

 

Il y a donc urgence

 Ă  endiguer cette hĂ©morragie des Ĺ“uvres sur 

Internet  qui  laissera  bientĂ´t  exsangues  la  crĂ©ation  et  l’économie 

de  la  culture.  Urgence  pour  cela  Ă  

responsabiliser  davantage 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

l’internaute  et  Ă   extraire  celui  qui  pirate  de  la  sphère 

d’irrĂ©alitĂ©,  de  la  bulle  d’apesanteur

,  dans  laquelle  il  Ă©volue 

aujourd’hui. 

 

Le  dĂ©ni  de  la  rĂ©alitĂ©  auquel  se  livre,  volontairement  ou  non, 

le pirate, est double. 

 

Il  consiste  d’abord  Ă   mĂ©connaĂ®tre 

les  consĂ©quences  de  son 

comportement  pour  les  autres

  â€“  crĂ©ateurs  et  entreprises  des 

industries culturelles. 

 

En  effet, 

la  disparition  progressive  de  la  rĂ©munĂ©ration  du 

travail et des investissements

 indispensables Ă  la crĂ©ation et Ă  

la diffusion des Ĺ“uvres, ne peut rester sans consĂ©quences sur la 

situation des artistes et des salariĂ©s et, par voie de consĂ©quence, 

sur la diversitĂ© culturelle et en dĂ©finitive sur le richesse de l’offre 

dont disposera, Ă  terme, l’amateur de musique ou de films. 

 

Mais  cette  mise  Ă   l’écart  du  rĂ©el  porte  Ă©galement  sur 

les 

consĂ©quences du piratage pour sa propre personne

 

Il  convient  en  effet  de  rappeler  que  la  loi  pose  d’ores  et  dĂ©jĂ   le 

principe  de 

la  responsabilitĂ©  de  l’abonnĂ©  Ă   Internet

,  qui  est 

tenu  par  l’article  L.  335-12  du  code  de  la  propriĂ©tĂ©  intellectuelle 

de veiller Ă  ce que son accès au rĂ©seau ne fasse pas l’objet d’une 

utilisation  qui  mĂ©connaisse  les  droits  de  propriĂ©tĂ©  littĂ©raire  et 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

artistique. Certes, le manquement Ă  cette obligation n’est assorti 

d’aucune consĂ©quence pratique

 

 

Il  n’en  demeure  pas  moins  qu’elle  figure  dans  les  dispositions 

pĂ©nales du code, et qu’il n’est pas exclu qu’elle puisse servir de 

fondement  Ă   une  action  rĂ©pressive,  voire  Ă   une  demande  de 

rĂ©paration sous forme de dommages et intĂ©rĂŞts. 

 

Surtout, l’internaute qui pirate en mettant Ă  disposition ou en 

tĂ©lĂ©chargeant  des  Ĺ“uvres  protĂ©gĂ©es  se  rend  coupable  du 

dĂ©lit  de  contrefaçon.

  A  ce  titre,  il  tombe  sous  le  coup  de 

sanctions pouvant aller jusqu’à 3 ans de prison et 300 000 euros 

d’amende, sans prĂ©judice d’éventuels dommages et intĂ©rĂŞts. 

 

Un  internaute  qui  pirate  peut  donc,  en  principe,  se  trouver 

traduit  devant  le  tribunal  correctionnel

,  avec  tous  les 

dĂ©sagrĂ©ments  que  cela  comporte  pour  la  vie  privĂ©e :  visite 

domiciliaire,  saisie  du  matĂ©riel  informatique,  publicitĂ©  de  la 

procĂ©dure…  Mais  parce  que 

ces  sanctions  paraissent 

disproportionnĂ©es  et  inadaptĂ©es

  au  cas  du  piratage  dit 

« ordinaire Â», les ayants droit rĂ©pugnent aujourd’hui Ă  y recourir : 

les actions engagĂ©es se limitent Ă  quelques centaines Ă  ce jour. 

 

Pourront-ils  s’offrir  encore  longtemps  le  luxe  d’hĂ©siter

,  s’ils 

devaient constater que les pouvoirs publics renoncent Ă  mettre en 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

place  une  solution  alternative,  Ă   la  fois  mieux  proportionnĂ©e  Ă  

l’enjeu et plus efficace car praticable sur une grande Ă©chelle ? 

 

 

Cette solution, le principe en a Ă©tĂ© envisagĂ© en concertation avec 

les artistes et les industries culturelles dès l’élection du PrĂ©sident 

de  la  RĂ©publique,  ce  qui  a  eu  pour  effet  de  modĂ©rer  les 

contentieux jusqu’à ce jour. 

 

Nul doute que les procĂ©dures pĂ©nales se multiplieraient. C’est le 

cas  en 

Allemagne

,  oĂą  les  tribunaux  pĂ©naux  sont  saisis 

actuellement de plusieurs dizaines de milliers d’actions. 

 

Je  veux  mentionner,  enfin,  les  dangers  du  piratage  qui 

concernent 

plus  particulièrement  les  jeunes  ou  très  jeunes 

internautes

 

En  effet,  s’ils  manient  l’outil  numĂ©rique  avec  une  virtuositĂ© 

souvent  supĂ©rieure  Ă   celle  de  leurs  parents,  ils  n’en  demeurent 

pas  moins 

particulièrement  vulnĂ©rables  dans  leur  navigation 

sur  un  Internet  affranchi  de  toute  rĂ©gulation

.  Or,  on  constate 

sur les rĂ©seaux de pair-Ă -pair une offre illĂ©gale massive de films 

pornographiques  ou  violents  prĂ©sentĂ©s  sous  les  apparences  de 

films  grand  public.  Pour  se  limiter  Ă   un  seul  exemple,  celui  du 

rĂ©seau  E-donkey,  60%  des  fichiers  d’« AstĂ©rix  aux  Jeux 

olympiques Â»  et  du  Â« Renard  et  l’enfant Â»,  ou  encore  45%  des 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

10 

fichiers de Â« Bienvenus chez les Ch’tis Â», sont en rĂ©alitĂ© des films 

pornographiques. 

 

 

L’existence d’une offre pirate porte donc une atteinte grave, pour 

laquelle il n’existe pas de parade technique, Ă  

la protection des 

mineurs, que seule l’offre lĂ©gale est susceptible de garantir

 

Il  y  a  donc  urgence  Ă   sortir  de  cette  situation,  aussi 

dangereuse  pour  les  internautes  que  dramatique  pour  les 

crĂ©ateurs et les industries culturelles françaises

 : 

 

-  D’une  part,  dans 

l’intĂ©rĂŞt  des  internautes

,  qui  risquent 

des  poursuites  pĂ©nales  et  sapent  la  diversitĂ©  et  le 

renouvellement d’une offre culturelle dont ils sont pourtant 

de plus en plus avides ; 

 

-  D’autre  part,  pour 

rĂ©tablir  l’équilibre

,  aujourd’hui  rompu 

dans les faits, 

entre deux droits fondamentaux

 : le droit 

au respect de la vie privĂ©e des internautes, d’une part, et 

le droit de propriĂ©tĂ© et le droit moral des crĂ©ateurs et des 

entreprises sur les Ĺ“uvres culturelles, d’autre part. 

 

La  mĂ©thode  suivie  par  le  Gouvernement

  pour  rĂ©pondre  Ă   ce 

double  objectif  repose  sur  la  conviction  que,  pour  ĂŞtre  efficaces, 

les solutions mises en Ĺ“uvre doivent faire l’objet d’un 

très large 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

11 

consensus  prĂ©alable

  entre  les  acteurs  de  la  Culture  et  de 

l’Internet. 

 

 

C’est le sens de la mission que j’ai confiĂ©e le 5 septembre 2007 Ă  

Denis  Olivennes,  alors  PrĂ©sident-directeur  gĂ©nĂ©ral  de  la  FNAC, 

une mission destinĂ©e Ă  favoriser la conclusion d’un accord entre 

les  professionnels  de  la  musique,  du  cinĂ©ma,  de  l’audiovisuel  et 

les fournisseurs d’accès Ă  Internet. 

 

Le  rĂ©sultat,  vous  le  connaissez,  c’est 

l’accord  historique

  signĂ© 

au Palais de l’ÉlysĂ©e, le 23 novembre 2007, par 42 entreprises ou 

organisations  reprĂ©sentatives  de  la  Culture  et  de  l’Internet.  Cet 

accord s’est encore renforcĂ© depuis avec 5 nouveaux signataires. 

Ce sont donc près de 50 acteurs de la culture et de l’Internet qui 

se sont rassemblĂ©s autour d’un plan d’action, en deux volets.

 

 

 

Rendre  l’offre  lĂ©gale

  facilement  accessible,  plus  riche, 

plus souple : 

 

D’abord,  les  maisons  de  production  de  disques  se  sont 

engagĂ©es  Ă  

retirer  les  mesures  techniques  de 

protection  Â« bloquantes Â»

  -  les  fameux  Â« DRM Â»  -  des 

Ĺ“uvres  françaises.  Ces  dispositifs  empĂŞchent  par 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

12 

exemple  de  consulter  un  mĂŞme  titre  sur  plusieurs 

lecteurs : l’ordinateur, le baladeur, l’auto-radio, etc. 

 

 

Les  DRM  devaient  disparaĂ®tre,  aux  termes  des  accords 

de  l’ElysĂ©e, 

un  an  après  la  mise  en  Ĺ“uvre

  du  prĂ©sent 

projet de loi, pour laisser Ă  celui-ci le soin de produire ses 

effets.  Toutefois,  Ă   l’issue  d’un  dialogue  particulièrement 

constructif  avec  les  pouvoirs  publics,  les  maisons  de 

disques  â€“  et  notamment  la  première  d’entre  elles, 

UNIVERSAL  â€“  viennent  de  dĂ©cider 

d’anticiper  de  plus 

d’un  an  la  concrĂ©tisation  de  leur  engagement :  elle 

sera effective immĂ©diatement, la semaine prochaine. 

 

C’est 

un  geste  très  significatif

  en  direction  des 

consommateurs,  que 

je  tiens  Ă   saluer  comme  il  le 

mérite

.  Il  dĂ©montre  la  pleine  prise  de  conscience,  de  la 

part  des  industries  de  la  musique,  du  lien  entre  piratage 

et  offre  lĂ©gale.  Cette  prise  de  conscience,  il  faut 

dĂ©sormais la faire partager aux pirates. 

 

Ensuite,  le 

dĂ©lai  d’accès  aux  films

  par  les  services  de 

“ vidĂ©o  Ă   la  demande â€ť  (VOD)  sera  ramenĂ©, 

dès 

l’application  de  la  prĂ©sente  loi

,  au  mĂŞme  niveau  que 

celui du DVD, c'est-Ă -dire

 

Ă 

 

6 mois après la sortie du film 

en  salle.  Puis,  les  discussions  interprofessionnelles 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

13 

devront aboutir, 

dans un dĂ©lai maximum d’un an

, Ă  un 

raccourcissement encore plus consĂ©quent de l’ensemble 

des  Â« fenĂŞtres Â»,  qui  tiendra  compte  de  ce  qui  peut  ĂŞtre 

observĂ© dans les autres pays europĂ©ens. 

 

 

Je souhaite, bien entendu, 

que ces engagements soient 

mis  en  Ĺ“uvre  le  plus  tĂ´t  possible

 :  pourquoi  pas, 

d’ailleurs,  de  façon  anticipĂ©e  par  rapport  au  calendrier 

prĂ©vu par les accords de l’ElysĂ©e. J’ai nouĂ© un dialogue Ă  

cette fin avec les filières du cinĂ©ma. 

 

Je 

salue  Ă   cet  Ă©gard  les  amendements  adoptĂ©s  par 

votre commission des affaires culturelles

. Ils visent Ă  

donner aux engagements de la filière cinĂ©matographique 

dans le domaine de la chronologie des mĂ©dias, et Ă  leur 

mise  en  Ĺ“uvre,  un  cadre  juridique  plus  prĂ©cis  et  une 

visibilitĂ© 

plus 

importante, 

notamment 

pour 

les 

consommateurs,  tout  en  respectant  l’autonomie  des 

acteurs Ă©conomiques. 

 

En  effet,  il  est 

fondamental  Ă   mes  yeux  que  les 

internautes  puissent  percevoir,  sans  tarder,  la 

contrepartie  tangible

  de  l’approche  plus  responsable 

d’Internet  que  nous  voulons  promouvoir  Ă   travers  le 

prĂ©sent  projet  de  loi,  approche  que  le  PrĂ©sident  de  la 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

14 

RĂ©publique a rĂ©sumĂ© d’une formule dans laquelle chacun 

peut se reconnaĂ®tre : « un Internet civilisĂ© Â». 

 

 

 

 

Le second volet des accords de l’ElysĂ©e porte sur la 

lutte contre le piratage de masse

 : celle-ci doit changer 

entièrement  de  logique.  La  nouvelle  approche  que  vous 

propose  le  Gouvernement  dans  le  prĂ©sent  projet  de  loi 

est,  d’une  part, 

préventive

  et 

graduée

,  puisqu’aucune 

sanction ne pourra intervenir au premier acte de piratage. 

Elle  vise,  d’autre  part,  Ă  

décriminaliser

  le  piratage, 

puisqu’une  Ă©ventuelle  sanction  ne  passera  plus 

nĂ©cessairement  par  le  juge  â€“  mĂŞme  si  elle  demeurera, 

bien entendu, placĂ©e sous son plein contrĂ´le. 

 

 

Quel  est,  sur  ce  second  point  des  accords  de  l’ElysĂ©e,  le 

dispositif du projet de loi Â« CrĂ©ation et Internet Â» 

 

 

La  base  juridique

  sur  laquelle  il  repose  existe  dĂ©jĂ ,  je  l’ai 

mentionnĂ©e : il s’agit de 

l’obligation de surveillance de l’accès 

Internet

,  mise  Ă   la  charge  de  l’abonnĂ©.  Le  projet  du 

Gouvernement  vise  en  fait  Ă   prĂ©ciser  le  contenu  de  cette 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

15 

obligation,  et  Ă   mettre  en  place  un  mĂ©canisme  de 

rĂ©ponse  dite 

« graduĂ©e Â» en cas de manquement

 de la part de l’abonnĂ©. 

 

 

Je  m’attarde  un  instant  sur  cette  question.  C’est  bien  de  la 

responsabilitĂ©  de  l’abonnĂ©  dont  il  s’agit,  et  non  de  celle  du 

pirate

,  qui  peut  ĂŞtre  notamment  un  autre  membre  du  foyer 

familial. Ainsi les parents, titulaires de l’abonnement, pourront se 

voir  avertis  des  consĂ©quences  d’actes  de  piratage  commis  par 

leurs enfants.  

 

J’insiste,  d’abord,  sur  le  fait  qu’un  tel  dispositif  connaĂ®t  de 

nombreux  prĂ©cĂ©dents  dans  notre  droit

.  C’est  par  exemple  le 

cas  en  matière  d’infractions  routières : 

le  titulaire  du  certificat 

d’immatriculation  est  redevable  de  l'amende

,  mĂŞme  s’il  n’est 

pas lui-mĂŞme l’auteur d’un excès de vitesse, dans la mesure oĂą il 

commet  au  moins  un 

« dĂ©faut  de  surveillance Â»  de  son 

véhicule

 ou de l’usage qui en est fait. 

 

Je  crois,  ensuite,  qu’il  est  Ă   la  fois 

naturel  et  efficace  qu’il 

incombe  aux  parents

  de  relayer,  au  sein  du  foyer  familial,  en 

direction de leurs enfants, la pĂ©dagogie exercĂ©e Ă  leur Ă©gard par 

les pouvoirs publics, dans le cadre de la Â« rĂ©ponse graduĂ©e Â». 

 

Cette  rĂ©ponse  prendra  une  forme  qui,  dans  un  premier  temps, 

sera 

purement  prĂ©ventive

  puis,  dans  un  second  temps, 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

16 

transactionnelle

 et, enfin, pourra Ă©ventuellement dĂ©boucher sur 

une 

sanction  de  nature  administrative

,  prononcĂ©e  par  une 

autoritĂ© indĂ©pendante chargĂ©e de la gestion du mĂ©canisme mais 

placĂ©e sous le contrĂ´le du juge judiciaire. 

 

 

Que se passera-t-il pour l’abonnĂ©, très concrètement, en cas 

de piratage d’une Ĺ“uvre Ă  partir de son accès Ă  Internet ?  

 

La  première  phase,  celle  de  la 

constatation  des  faits

,  ne 

connaĂ®tra 

aucun changement

 par rapport Ă  la situation actuelle. 

 

Aujourd’hui

  en  effet,  il  appartient 

aux  ayants  droit  de  repĂ©rer

 

les actes de piratage sur Internet â€“ par l’intermĂ©diaire des agents 

assermentĂ©s  des  sociĂ©tĂ©s  de  perception  et  de  rĂ©partition  de 

droits (SPRD) et de leurs organisations professionnelles. 

 

Pour  ce  faire,  ces  structures  utilisent  des 

traitements 

automatisĂ©s  qui  collectent  les  Â« adresses  IP Â»

,  sortes  de 

« plaques  d’immatriculation Â»,  permanentes  ou  provisoires,  des 

ordinateurs. 

 

Ces  traitements  automatisĂ©s,  je  tiens  Ă   le  souligner,  font 

l’objet d’une autorisation dĂ©livrĂ©e par la CNIL

, dans un cadre 

juridique  qui  a  Ă©tĂ©  prĂ©cisĂ©  par  une  dĂ©cision 

SACEM

  du  Conseil 

d’Etat, intervenue au printemps 2007. 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

17 

 

Sur  la  base  des  constats  dressĂ©s  par  les  agents  assermentĂ©s, 

les ayants droit saisissent le juge

 

 

 

Celui-ci  adresse  alors  une  injonction  au  fournisseur  d'accès 

Internet, afin que celui-ci Ă©tablisse la correspondance entre, d’une 

part,  l’adresse  IP  dont  il  a  Ă©tĂ©  saisi  et,  d’autre  part,  le  nom  de 

l’abonnĂ©  prĂ©sumĂ©  auteur  de  la  contrefaçon.  Puis  se  dĂ©roule  la 

procĂ©dure judiciaire.  

 

Si le projet de loi est adoptĂ©, les ayants droit se verront offrir 

une 

alternative

 : 

 

-  soit 

saisir  le  juge  pĂ©nal

  sur  le  fondement  du  dĂ©lit  de 

contrefaçon, Ă  l’encontre des pirates les plus endurcis ; 

 

-  soit 

saisir une autoritĂ© administrative

 indĂ©pendante sur 

le  fondement  du  manquement  de  l’abonnĂ©  Ă   son 

obligation  de  surveillance,  Ă   l’encontre  des  pirates 

« ordinaires Â». 

 

L’objectif  du  Gouvernement  est  que 

l’efficacitĂ©  du  mĂ©canisme

 

pĂ©dagogique  et  graduĂ©  gĂ©rĂ©  par  l’autoritĂ©  administrative, 

dissuade les ayants droit de recourir Ă  la voie pĂ©nale

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

18 

 

Je tiens Ă  souligner ce point : 

la voie administrative n’entraĂ®ne 

pas la disparition de la voie pĂ©nale, mais vient la complĂ©ter

 

 

 

Il n’est en effet pas 

envisageable de priver les ayants droit

, par 

principe, 

du recours direct au juge

, dans la mesure notamment 

oĂą  certains  actes  de  piratage,  par  leur  ampleur,  les  moyens 

employĂ©s,  ou  encore  le  but  poursuivi,  ne  pourraient  recevoir  de 

rĂ©ponse adĂ©quate que sous la forme d’une sanction pĂ©nale ou de 

dommages  et  intĂ©rĂŞts.  Il  appartiendra  donc  aux  ayants  droit  de 

choisir la modalitĂ© la plus adaptĂ©e. 

 

La procĂ©dure administrative, Ă  la fois rapide et peu coĂ»teuse, 

s’imposera  naturellemen

t  dans  les  cas  de  piratage 

« ordinaire Â», ludique, qui constituent l’immense majoritĂ© des cas. 

 

Qu’en  sera-t-il  alors,  de  ce  que  certains  qualifient  de 

double 

peine

,  c'est-Ă -dire  du  risque  de  voir  une  mĂŞme  personne 

sanctionnĂ©e Ă  la fois par le juge pĂ©nal sur le fondement du dĂ©lit 

de  contrefaçon,  et  par  l’autoritĂ©  administrative  dans  le  cadre  du 

manquement Ă  l’obligation de surveillance ? 

 

A  titre  prĂ©liminaire,  je  tiens  Ă   souligner  que 

la  difficultĂ©  ainsi 

soulignĂ©e  n’est  pas  de  nature  juridique

.  La  jurisprudence 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

19 

constitutionnelle  admet  qu’un  mĂŞme  fait  soit  passible  de 

sanctions administratives et de sanctions pĂ©nales. 

 

 

 

 

C’est 

notamment  le  cas

  pour  les  sanctions  prononcĂ©es  en 

matière 

d’infractions bancaires ou boursières

, dont la lourdeur 

est sans commune mesure avec ce que prĂ©voit le prĂ©sent projet 

de loi pour les pirates de l’Internet. 

 

C’est 

aussi  le  cas

,  bien  entendu,  des 

sanctions  disciplinaires

 

prononcĂ©es  Ă   l’égard  d’agents  publics,  dès  lors  que  le 

comportement  condamnable  tombe  Ă©galement  sous  le  coup 

d’incriminations pĂ©nales. 

 

Le  gouvernement  estime  toutefois 

qu’un  cumul  de  sanctions

pĂ©nale et administrative, sur la tĂŞte d’une mĂŞme personne 

n’est 

pas  souhaitable  et  doit  ĂŞtre  Ă©vitĂ©

,  car  il  n’est  pas  compatible 

avec le souci de prĂ©vention et de dĂ©criminalisation qui sous-tend 

le projet Â« CrĂ©ation et Internet Â». 

 

Pour autant, je l’ai dit, il n’est pas envisageable â€“ notamment du 

point  de  vue  constitutionnel  â€“  de  priver  les  crĂ©ateurs  et  les 

entreprises  de  l’accès  au  juge,  s’ils  souhaitent  recourir  Ă   cette 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

20 

voie. 

Les  solutions  adoptĂ©es  devront  donc  ĂŞtre  de  nature 

essentiellement pratique

 

 

 

 

 

D’abord, Ă  l’occasion de la demande formulĂ©e auprès de la CNIL 

pour  autoriser  les  traitements  automatisĂ©s  leur  permettant  de 

repĂ©rer  les  infractions,  les  ayants  droit  s’engageront  Ă  

n’utiliser 

les  constats  ainsi  dressĂ©s  que  dans  le  cadre  de  l’une  ou 

l’autre voie

 â€“ pĂ©nale ou administrative : ils organiseront ainsi un 

« aiguillage Ă  la source Â» entre les deux procĂ©dures. 

 

Ensuite,  il  convient  d’insister  sur  le  fait  que  les  ayants  droit,  qui 

saisiront  l’autoritĂ©  administrative  Ă   partir  de  l’adresse  IP  d’un 

ordinateur, 

ne connaĂ®tront jamais l’identitĂ© de l’abonnĂ© mis en 

cause

.  La  loi  ne  prĂ©voit  en  effet  aucun  retour  d’information,  en 

directions  des  auteurs  de  la  saisine,  de  la  part  de  la  Haute 

AutoritĂ© compĂ©tente pour la traiter. 

 

Celle-ci  demeurera,  pour  les  ayants  droit, 

une  Â« chambre 

noire Â»,  un  Â« Ă©cran Â»

  qui  viendra  s’interposer  entre  eux-mĂŞmes 

et l’identitĂ© de l’abonnĂ© â€“ ce qui, je tiens Ă  le souligner, n’est pas 

le cas avec le tribunal correctionnel. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

21 

Quel  sera  le  rĂ´le  de  l’autoritĂ©  administrative,  Ă   laquelle  sera 

confiĂ©e  le  traitement  des  constats  dressĂ©s  par  les  agents 

assermentĂ©s ? 

 

 

Cette  autoritĂ©  administrative  indĂ©pendante  sera  l’AutoritĂ©  de 

rĂ©gulation des mesures techniques (ARMT), crĂ©Ă©e Ă  l’initiative de 

votre Haute AssemblĂ©e en 2006 afin de veiller Ă  l’interopĂ©rabilitĂ© 

des  mesures  techniques  de  protection  et  au  respect  de 

l’exception  pour  copie  privĂ©e.  Elle  est  actuellement  prĂ©sidĂ©e  par 

Jean MUSITELLI, conseiller d’Etat. Pour mieux reflĂ©ter l’étendue 

de  ses  nouvelles  compĂ©tences,  elle  sera 

rebaptisĂ©e  Haute 

AutoritĂ©  pour  la  diffusion  des  Ĺ“uvres  et  la  protection  des 

droits sur Internet

 

La Haute AutoritĂ© ne pourra agir qu’à partir des constats dressĂ©s 

par  les  reprĂ©sentants  des  ayants  droit.  Elle  ne  disposera  donc 

d’aucune  facultĂ©  d’auto-saisine

  ni  a  fortiori  d’aucune 

compĂ©tence  de  surveillance  des  rĂ©seaux  de  communication 

Ă©lectronique. 

 

La  Haute  AutoritĂ©  enverra  d’abord  aux  pirates  des 

messages 

d’avertissement 

pédagogiques

 

– 

dĂ©nommĂ©s 

recommandations. 

Ces  messages  ne  font  pas  grief

  et 

s’analysent comme de simples rappels Ă  la loi. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

22 

Le formalisme de ces messages sera Ă©galement graduĂ©. En effet, 

après le courrier Ă©lectronique

, la Haute AutoritĂ© fera usage de 

la 

lettre  remise  contre  signature

,  de  façon  Ă   s’assurer  que 

l’abonnĂ©  a  bien  pris  connaissance  du  comportement  qui  lui  est 

reprochĂ©. 

 

Ce  point  est  important :  les  parents  seront  ainsi  nĂ©cessairement 

avertis  des  actes  de  piratage  qui  pourraient  ĂŞtre  commis  Ă   leur 

insu  par  leurs  enfants,  ou  les  entreprises  des  agissements  de 

leurs collaborateurs. 

 

Une 

phase  prĂ©ventive

  -  que  le  droit  ne  permet  pas  jusqu’à 

prĂ©sent  -  prĂ©cĂ©dera  donc  une  Ă©ventuelle  sanction,  et  elle  la 

prĂ©cèdera 

nécessairement

 :  en  effet,  l’infraction  ne  sera 

constituĂ©e  qu’après  renouvellement  du  manquement  dans 

l’annĂ©e qui suit la rĂ©ception de l’avertissement. 

 

Or, 

la visĂ©e pĂ©dagogique et prĂ©ventive de ce mĂ©canisme est 

essentielle

 et constitue le cĹ“ur du projet du Gouvernement. Une 

rĂ©cente  Ă©tude  rĂ©alisĂ©e  en 

Grande-Bretagne

  et  publiĂ©e  en  mars 

2008,  fait  ressortir  que  70%  des  internautes  cesseraient  de 

tĂ©lĂ©charger dès le premier message d’avertissement et 

90% dès 

le second

 

Ces estimations sont cohĂ©rentes avec les taux relevĂ©s 

aux Etats-

Unis

, oĂą une solution du mĂŞme ordre a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© mise en Ĺ“uvre Ă  

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

23 

la  suite  d’accords  passĂ©s  entre  ayants  droit  et  certains 

fournisseurs d'accès Internet sur les rĂ©seaux câblĂ©s. 

 

 

 

 

 

Un  bilan  de  cette  expĂ©rience  a  permis  de  constater  que  70  % 

d'internautes  renoncent  au  tĂ©lĂ©chargement  dès  le  premier 

message d’avertissement, 

85 Ă  90 % avec le deuxième

 et 

97 % 

Ă   rĂ©ception  du  troisième

  avertissement  qui  peut  prendre  la 

forme  â€“  au  choix  du  fournisseur  d'accès  â€“  d'une  lettre 

recommandĂ©e ou d'un appel tĂ©lĂ©phonique. 

 

La Haute AutoritĂ© pourra ensuite, en cas de 

manquement rĂ©pĂ©tĂ©

 

de l’abonnĂ©, prendre Ă  son encontre une sanction administrative 

qui consistera en une 

suspension de l’accès Internet

 

La  suspension  de  l’abonnement  sera  assortie  de 

l’impossibilitĂ© 

de  souscrire

  pendant  la  mĂŞme  pĂ©riode  un  autre  contrat  auprès 

de tout opĂ©rateur, de façon Ă  Ă©viter la Â« migration Â» des abonnĂ©s 

d’un fournisseur Ă  un autre. 

 

Ce point est essentiel

 car les opĂ©rateurs de communication qui 

feront  diligence  pour  mettre  en  Ĺ“uvre  les  dĂ©cisions  de  la  Haute 

AutoritĂ© ne doivent pas ĂŞtre pĂ©nalisĂ©s par rapport Ă  ceux qui se 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

24 

montreraient  mois  coopĂ©ratif  dans  le  but  de  capter  de  façon 

dĂ©loyale la clientèle de leurs concurrents. 

 

 

 

 

 

En  principe,  la  suspension  de  l’abonnement  est  d’une  durĂ©e  de 

trois  mois  Ă   un  an.  Mais  la  Haute  AutoritĂ©  pourra  proposer  Ă  

l’abonnĂ© 

une  transaction

 :  en  s’engageant  Ă   ne  pas  renouveler 

son  comportement,  il  pourra  ramener  la  durĂ©e  de  la  suspension 

entre un et trois mois

 

Cette  phase  transactionnelle,  qui  instaure 

un  dialogue

  entre  la 

Haute  AutoritĂ©  et  l’abonnĂ©,  accentue  encore  l’aspect 

pĂ©dagogique du mĂ©canisme. 

 

Nous sommes bien entendu conscients des difficultĂ©s spĂ©cifiques 

que  pourrait  poser  ce  dispositif  aux 

entreprises  ou  Ă   d’autres 

personnes  morales,  notamment  publiques,  comme  les 

universités

. Le projet de loi prĂ©voit donc, lorsque la suspension 

de l’accès pourrait avoir des effets disproportionnĂ©s, que la Haute 

AutoritĂ©  pourra  recourir  Ă  

des  mesures  alternatives  Ă   la 

suspension

.  L’employeur  pourra  ainsi  ĂŞtre  invitĂ©  par  la  Haute 

AutoritĂ© Ă  prendre des mesures de type Â« pare-feux Â» pour Ă©viter 

le piratage par les salariĂ©s Ă  partir des postes de l’entreprise. 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

25 

 

De telles techniques sont d’ailleurs, d’ores et dĂ©jĂ , très largement 

mises  en  place  dans  les  collectivitĂ©s  privĂ©es  ou  publique  d’une 

certaine taille. 

 

 

L’injonction

  de  prendre  de  telles  mesures  pourrait 

Ă©galement 

ĂŞtre  utilisĂ©e

  par  la  Haute  AutoritĂ©  dans  les  cas  â€“ 

a  priori

  très 

rares  ou  inexistants  â€“  oĂą  il  pourrait  s’avĂ©rer  techniquement 

impossible  ou  particulièrement  complexe  et  coĂ»teux  de 

suspendre  l’accès  Ă   Internet  sans  suspendre  Ă©galement  les 

services de tĂ©lĂ©phonie et de tĂ©lĂ©vision. 

 

Afin  de  garantir  le  respect  des  mesures  de  suspension,  les 

fournisseurs  d'accès  Internet 

seront  tenus  de  vĂ©rifier

,  Ă  

l’occasion  de  la  conclusion  de  tout  nouveau  contrat,  que  leur 

cocontractant  ne  figure  pas  sur  le 

rĂ©pertoire  des  personnes

 

dont l’abonnement a Ă©tĂ© suspendu. 

 

La  Haute  AutoritĂ©  pourra  dĂ©cider  de  prendre  des 

sanctions 

pécuniaires

  d’un  montant  maximal  de  5 000 euros  Ă   l’encontre 

des  fournisseurs  d'accès  qui  s’abstiendraient  de  procĂ©der  Ă   ces 

vĂ©rifications, ou qui ne mettraient pas en Ĺ“uvre les mesures de 

suspension qu’elle dĂ©cide. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

26 

Bien  entendu  toutes  les  sanctions  â€“  la  suspension  de 

l’abonnement  Internet,  les  mesures  alternatives  Ă   cette 

suspension,  aussi  bien  que  les  sanctions  pĂ©cuniaires  â€“  sont 

susceptibles de 

recours devant le juge judiciaire.

 

 

 

 

Enfin, le texte prĂ©cise les conditions, classiques, dans lesquelles 

le  titulaire  de  l’accès  Ă   Internet  pourra 

s’exonĂ©rer  de  sa 

responsabilitĂ© 

:  force  majeure,  ou  dĂ©tournement  frauduleux  de 

son  accès  par  un  tiers.  Il  encourage  Ă©galement  les  abonnĂ©s  Ă  

prendre des mesures de sĂ©curisation de leur poste, sur le modèle 

de ce qui existe dĂ©jĂ  en matière de Â« contrĂ´le parental Â». En effet, 

la  mise  en  Ĺ“uvre  d’un  tel  dispositif

  figurant  sur  une  liste  de 

moyens  efficaces  dressĂ©e  par  la  Haute  AutoritĂ©,  vaudra 

exonĂ©ration de responsabilitĂ©

 

Telle  est  donc  l’économie  gĂ©nĂ©rale  du  mĂ©canisme  pĂ©dagogique 

et  graduĂ©  envisagĂ©  par  les  accords  de  l’ElysĂ©e,  qu’il  vous  est 

proposĂ© de traduire dans la loi. 

 

Un dĂ©bat assez vif s’est engagĂ©

 devant les mĂ©dias et l’opinion 

publique sur ce projet. Il y a des revendications lĂ©gitimes de part 

et  d’autre  et  nous  devons  les  prendre  en  compte.  Plusieurs 

arguments,  en  revanche,  que  j’ai  entendus,  me  semblent 

parfaitement caricaturaux et d’autres franchement inquiĂ©tants. 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

27 

 

Je m’attarderai donc successivement, pour conclure mon propos, 

sur 

trois  questions  ou  objections

  soulevĂ©es  au  sujet  de  ce 

projet de loi. 

 

 

 

Je  veux  Ă©voquer, 

en  premier  lieu

,  cette  question  ayant  Ă©tĂ© 

particulièrement  discutĂ©e, 

le  choix  comme  Â« mesure  ultime Â» 

de la suspension de l’abonnement Internet

 de prĂ©fĂ©rence, par 

exemple, Ă  une amende. 

 

D’abord,  cette  solution  a  Ă©tĂ©  choisie  pour  manifester  très 

clairement  la  volontĂ©  du  gouvernement  de 

dĂ©criminaliser  le 

piratage  ordinaire

,  et  d’instaurer  Ă   cet  effet  une 

procĂ©dure 

totalement  diffĂ©rente

  de  celle  qui  est  suivie  devant  le  juge 

correctionnel.  Une  sanction  de  nature  pĂ©cuniaire,  Ă©galement 

prononcĂ©e par le juge, aurait brouillĂ© ce message. 

 

Ensuite,  le 

rapport  direct

  entre  le  comportement  en  cause  â€“  Ă  

savoir,  l’utilisation  inappropriĂ©e  de  l’accès  Internet  â€“  et  la  nature 

de  la  sanction  est  de  nature  Ă   renforcer  encore  l’efficacitĂ© 

pĂ©dagogique de celle-ci. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

28 

En  outre,  le  caractère  non  pĂ©cuniaire  de  la  sanction  permet 

d’éviter  de  crĂ©er  une  inĂ©galitĂ©  devant  le  piratage

  entre  les 

abonnĂ©s  qui  seraient  en  mesure  d’acquitter  facilement  leurs 

amendes et ceux qui se trouveraient dans une situation matĂ©rielle 

plus difficile. 

 

 

 

 

Enfin,  je  tiens  Ă   rĂ©pondre  Ă   ceux  qui  voient  dans  la 

suspension  de  l’abonnement  Ă   Internet  une  atteinte  aux 

droits  de  l’homme,  et  plus  prĂ©cisĂ©ment  Ă   la  libertĂ©  de 

communication,  dont  seul  le  juge  pourrait  prendre  la 

responsabilité

 

Ma première remarque Ă  cet Ă©gard sera très simple : la rĂ©siliation 

de  l’abonnement  Internet  est 

dĂ©jĂ   prĂ©vue  â€“  et  qui  s’en 

Ă©tonnerait  â€“  dans  les  contrats  passĂ©s  par  les  fournisseurs 

d’accès

  avec  leurs  abonnĂ©s,  pour  les  cas  oĂą  ceux-ci  ne 

s’acquittent  pas  de  leurs  factures  ou  bien  se  livrent  Ă   un  usage 

inappropriĂ©. Il n’est besoin, pour mettre en Ĺ“uvre cette rĂ©siliation, 

ni du juge, ni de l’autoritĂ© administrative, mais simplement d’une 

mise en demeure adressĂ©e par le prestataire lui-mĂŞme. 

 

Ainsi  donc, 

le  prĂ©judice  Ă©conomique  infligĂ©  aux  fournisseurs 

d’accès par les mauvais payeurs pourrait, sans l’ombre d’un 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

29 

doute, justifier la rĂ©siliation

 unilatĂ©rale de l’abonnement, tandis 

qu’une  suspension  du  mĂŞme  abonnement,  prononcĂ©e  dans  le 

cadre  d’une  procĂ©dure  contradictoire,  par  une  autoritĂ© 

administrative  indĂ©pendante,  pour 

sanctionner  le  prĂ©judice 

portĂ©  aux  industries  culturelles,  violerait  gravement  les 

droits de l’homme

 ! On croit rĂŞver ! 

 

En  second  lieu,  Ă   supposer  que  la  disposition  permanente,  Ă  

domicile, d’un accès Ă  Internet puisse ĂŞtre regardĂ©e comme une 

libertĂ©  fondamentale,  comment  mĂ©connaĂ®tre  le  fait 

qu’aucun 

droit  n’est  inconditionnel

 :  il  doit  ĂŞtre  conciliĂ©  avec  les  autres 

libertĂ©s et ne saurait ĂŞtre invoquĂ© pour les violer impunĂ©ment.

 

 

La 

Cour  de  justice  des  communautĂ©s  europĂ©ennes

  a  ainsi 

soulignĂ©, tout rĂ©cemment, la nĂ©cessitĂ© de concilier les droits des 

artistes  et  des  industries  culturelles  avec  la  libertĂ©  de 

communication  sur  les  rĂ©seaux  numĂ©riques.  Et  la 

Cour  de 

cassation

 a jugĂ© que le respect du droit des auteurs ne constitue 

pas  une  entrave  Ă   la  libertĂ©  de  communication,  Ă   la  libertĂ© 

d’expression ou Ă  celle du commerce et de l'industrie. 

 

Concilier le droit de propriĂ©tĂ© et le droit moral des crĂ©ateurs avec 

la  libertĂ©  de  communication  n’est  pas  porter  atteinte  Ă   celle-ci, 

c’est au contraire lui donner toute sa portĂ©e. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

30 

Il  n’y  a  rien  lĂ   de  très  original.  La  nĂ©cessitĂ©  d'assurer  en 

permanence  un  Ă©quilibre  entre  des  droits  et  libertĂ©s  par  nature 

antagonistes est 

dĂ©jĂ  au cĹ“ur de la DĂ©claration des droits de 

l’homme  de  1789

,  et  notamment  de  son  article  4  :  Â« La  libertĂ© 

consiste  Ă   pouvoir  faire  tout  ce  qui  ne  nuit  pas  Ă   autrui  :  ainsi, 

l'exercice  des  droits  naturels  de  chaque  homme  n'a  de  bornes 

que  celles  qui  assurent  aux  autres  Membres  de  la  SociĂ©tĂ©  la 

jouissance de ces mĂŞmes droits Â». 

 

Mais il est, manifestement, 

nĂ©cessaire de rappeler aujourd’hui 

que l’environnement numĂ©rique n’abolit pas les principes les 

plus  Ă©lĂ©mentaires  qui  gouvernent  la  vie  en  sociĂ©tĂ©  et  l’Etat 

de droit depuis maintenant plusieurs siècles

 

En  rĂ©alitĂ©,  poser  comme  principe  qu’aucune  action  efficace  ne 

peut ĂŞtre entreprise contre le piratage en dehors du juge, est Ă  la 

fois 

absurde,  rĂ©trograde  et  contradictoire

.  Cette  thèse  aboutit 

en  effet  Ă  

livrer  l'internaute  au  juge  pĂ©nal

,  dès  le  premier 

tĂ©lĂ©chargement  illĂ©gal  et  sans  aucune  possibilitĂ©  de  lui  adresser 

des avertissements. 

 

Surtout,  cette  conception  archaĂŻque  et  rĂ©pressive  de  la  lutte 

contre  le  piratage  a  pour 

rĂ©sultat  pratique  de  la  rendre 

impossible

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

31 

C’est un combat d’arrière-garde

, livrĂ© au dĂ©triment des artistes 

et des industries culturelles. Il est d’autant plus condamnable qu’il 

a  rĂ©cemment  empruntĂ©  le  dĂ©tour,  Ă   Bruxelles,  d’un 

dĂ©bat 

ésotérique

  portant  sur  des  directives  techniques  relatives  aux 

tĂ©lĂ©communications, 

dont 

l’instrumentalisation 

et 

la 

déformation

  permet  Ă   ses  auteurs  d’entretenir  une  confusion 

prĂ©judiciable au bon dĂ©roulement du dĂ©bat dĂ©mocratique que les 

Français attendent â€“ et dont vous ĂŞtes, mesdames et messieurs 

les sĂ©nateurs, les acteurs et les garants. 

J’en  viens  Ă   prĂ©sent  Ă  

la  deuxième  objection

  la  plus 

frĂ©quemment soulevĂ©e : la Haute AutoritĂ© 

violerait la vie privĂ©e

elle  serait  prĂ©posĂ©e  au 

fichage

  des  internautes  et  Ă   la 

surveillance 

gĂ©nĂ©ralisĂ©e des rĂ©seaux.  

 

Quel  paradoxe !

  En  effet  dans  les  autres  pays  qui  pratiquent 

l’envoi  de  messages  d’avertissement  aux  internautes  voire  la 

suspension de l’accès Ă  Internet â€“ Etats-Unis, Norvège, Nouvelle-

ZĂ©lande,  Royaume-Uni  depuis  quelques  semaines  â€“  cette 

politique 

se passe entièrement de l’intervention publique

 

Elle  est 

purement  contractuelle

  et  rĂ©sulte  d’accords  entre  les 

fournisseurs d’accès et les ayants droit. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

32 

La  particularitĂ©  de  Â« l’approche  française Â»,  c’est  justement 

d’interposer

  entre  les  parties  en  prĂ©sence  â€“  ayants  droits, 

fournisseurs  d'accès  et  internautes  â€“  une  autoritĂ©  indĂ©pendante, 

qui assure la prĂ©vention du piratage tout en 

protĂ©geant le secret 

de la vie privĂ©e

 

Ainsi  que  je  l’ai  dĂ©jĂ   indiquĂ©,  la  Haute  AutoritĂ©  sera  seule  Ă  

pouvoir se procurer sur l’abonnĂ© les donnĂ©es personnelles â€“ nom 

et  coordonnĂ©es  postales  et  Ă©lectroniques  â€“  strictement 

nĂ©cessaires Ă  l’envoi des messages d’avertissement. 

 

L’identitĂ©  du  pirate  demeurera  donc  cachĂ©e  aux  ayants  droit.  A 

cet  Ă©gard, 

la  procĂ©dure  devant  la  Haute  AutoritĂ©  sera  donc 

plus  protectrice  du  secret  de  la  vie  privĂ©e  que  celle  qui  se 

dĂ©roule dans le prĂ©toire du juge

 

Au  sein  de  la  Haute  AutoritĂ©,  la  commission  qui  traitera  les 

dossiers  prĂ©sentera 

toutes  les  garanties  d’impartialitĂ©  et 

d’indépendance

  :  elle  sera  exclusivement  composĂ©e  de 

magistrats  et  disposera  d’agents  publics  dont  l’absence  de  liens 

avec les intĂ©rĂŞts Ă©conomiques en cause aura Ă©tĂ© vĂ©rifiĂ©e par des 

enquĂŞtes prĂ©alables. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

33 

La  procĂ©dure  suivie  devant  la  Haute  AutoritĂ©

,  qui  sera 

dĂ©taillĂ©e dans un dĂ©cret en Conseil d’Etat, rĂ©pondra Ă  

toutes les 

exigences  du  Â« procès  Ă©quitable Â»

  au  sens  de  l’article  6  de  la 

Convention  europĂ©enne  des  droits  de  l’homme  et  des  libertĂ©s 

fondamentales. Quant aux 

donnĂ©es nĂ©cessaires

 pour mettre en 

mouvement le mĂ©canisme de prĂ©vention, ce sont celles qui sont 

d’ores  et  dĂ©jĂ   collectĂ©es  par  les  crĂ©ateurs  et  les  entreprises 

culturelles  pour  mener  leurs  actions  judiciaires,  Ă   savoir  les 

adresses  IP. 

Aucune  donnĂ©e  nouvelle

,  je  le  rĂ©pète,  ne  sera 

relevĂ©e  par  les  agents  assermentĂ©s  pour  dresser  les  constats 

nĂ©cessaires Ă  la mise en Ĺ“uvre de la Â« rĂ©ponse graduĂ©e Â». 

 

J’en viens Ă  prĂ©sent Ă  une troisième et dernière objection : cette 

loi serait dictĂ©e par les Â« majors Â»

, accrochĂ©es Ă  la dĂ©fense de 

« privilèges Â» obsolètes. 

 

Ceux  qui  prĂ©tendent  cela  n’ont  pas  dĂ»  discuter  avec  beaucoup 

d’artistes ! Le projet de loi dont vous dĂ©battrez a reçu le 

soutien 

massif  des  crĂ©ateur

s  et  des  entreprises  du  cinĂ©ma,  de  la 

musique  et  de  l’Internet.  Et  tout  particulièrement  des 

petites  et 

moyennes  entreprises  de  la  culture

,  de  ces  entreprises 

indĂ©pendantes  qui  sont  les 

premières  victimes

  du  piratage 

parce  que  ce  sont  elles  qui  prennent  le  plus  de  risques,  en 

soutenant de jeunes talents. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

34 

Ces  PME  qui  reprĂ©sentent,  dans  l’industrie  musicale  par 

exemple, 

99%  des  entreprises,  67%  de  l’emploi  et  44%  du 

chiffres d’affaires

 

Ces 

structures indĂ©pendantes

, qui sont au cĹ“ur du dynamisme 

et  de  la  diversitĂ©  de  notre  scène  artistique  et  de  la  scène 

europĂ©enne,  se  sont  rĂ©unies  jeudi  et  vendredi  dernier,  au 

MusĂ©um  d’histoire  naturelle,  pour  dresser  leurs  perspectives 

d’avenir  dans  le  cadre  des  premières  Â« Arènes  europĂ©ennes  de 

l’IndĂ©pendance Â». 

 

Toutes  ont  conclu  que  cet  avenir  resterait  bouchĂ©  tant  qu’elles 

seraient expropriĂ©es de leurs droits sur Internet. Elles ont apportĂ© 

un 

soutien  massif  au  projet  de  loi  qui  vous  est  prĂ©sentĂ© 

aujourd’hui

 

 

Cette loi n’est donc pas la Â« loi des majors Â», c’est la 

loi de tous 

les  crĂ©ateurs  et  de  toutes  les  industries  culturelles

,  qui  sont 

dans leur immense majoritĂ© des PME. 

 

Ce  n’est  pas  la  loi  des  artistes  les  plus  rĂ©putĂ©s,  mais 

celle  des 

jeunes talents

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

35 

Ce n’est 

pas une loi pour les PDG des multinationales, mais 

pour  les  centaines  de  milliers  d’acteurs

  des  filières 

Ă©conomiques concernĂ©es, du technicien Ă  l’artiste, de l’auteur au 

producteur en passant par le rĂ©alisateur et le diffuseur. 

 

Mesdames  et  Messieurs  les  SĂ©nateurs,  ce  qui  se  joue  Ă  

travers  ce  projet  de  loi,  au-delĂ   des  enjeux  de  diversitĂ© 

culturelle  et  d’emploi,  c’est  la  place  que  nous  entendons 

rĂ©server aux artistes au sein de notre sociĂ©tĂ©.

 

 

 

Les  crĂ©ateurs  ont-ils,  comme  tous  nos  concitoyens,  le  droit  de 

vivre  de  leur  travail ?  Lorsque  les  ComĂ©diens  du  Français  se 

mirent  Ă   oublier  l’obligation  qui  leur  Ă©tait  faite  de  verser  aux 

auteurs  un  neuvième  des  recettes  de  leurs  spectacles, 

Beaumarchais  eut  ce  mot :  Â« On  dit  aux  foyers  des 

spectacles qu’il n’est pas noble aux auteurs de plaider pour 

le vil intĂ©rĂŞt, eux qui se piquent de prĂ©tendre Ă  la gloire. On a 

raison : la gloire est attrayante; mais on oublie que, pour en 

jouir seulement une annĂ©e, la nature nous condamne Ă  dĂ®ner 

trois cent soixante-cinq fois Â»

. ElĂ©gante façon de rappeler que 

mĂŞme les purs esprits ont des besoins tout Ă  fait triviaux. 

 

Car  Beaumarchais,  père  de  la  première  sociĂ©tĂ©  de  dĂ©fense  des 

auteurs, avait bien compris que 

c’était par le droit de propriĂ©tĂ© 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

36 

et  le  droit  moral  sur  ses  Ĺ“uvres  que  l’artiste  pourrait  enfin 

s’affranchir  de  sa  condition  de  laquais  ou  de  courtisan

.  Et 

c’est  effectivement  ainsi  qu’il  a  acquis  son  indĂ©pendance 

Ă©conomique et, par lĂ -mĂŞme, sa libertĂ© de crĂ©er. 

 

Le  droit  d’auteur  a  eu  depuis  â€“  je  ne  vous  apprends  rien  â€“  des 

porte-parole  aussi  prestigieux  qu’Hugo  ou  encore  Vigny.  Et  la 

France  n’a  jamais  cessĂ©  de  le  dĂ©fendre,  chaque  fois  qu’il  Ă©tait 

menacĂ©.  Lorsque  les  appareils  de  reproduction  mĂ©canique  ont 

fait  leur  apparition,  nous  avons  inventĂ©  la  rĂ©munĂ©ration  pour 

copie privĂ©e et le droit de reprographie. 

Lorsque  l’explosion  des  radios  libres  a  fait  de  la  diffusion 

radiophonique le vecteur essentiel d’accès Ă  la musique pour les 

jeunes, nous avons inventĂ© la Â« rĂ©munĂ©ration Ă©quitable Â».  

 

Souhaitons-nous  abdiquer,  sur  Internet,  les  droits  que  nous 

dĂ©fendons ardemment, depuis des siècles, dans le Â« monde 

rĂ©el Â» ?

  Souhaitons-nous  les  voir  s’évanouir  Ă   la  mĂŞme  vitesse 

que progressent les technologies ? Quel est le prochain droit dont 

Internet  ne  souhaitera  pas  s’embarrasser ?  Pourquoi  pas,  par 

exemple,  le  droit  au  respect  de  la  vie  privĂ©e ?  La  libertĂ© 

d’expression  et  de  communication,  si  elle  Ă©tait  absolue  sur  les 

rĂ©seaux numĂ©riques â€“ et au nom de quoi ? â€“ ne nous donnerait-

elle  pas  la  possibilitĂ©  de  nous  y  livrer,  sans  contrainte,  Ă   la 

diffamation ?  

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

37 

 

En deux mots : est-ce aux technologies de nous dicter leurs 

règles,  ou  bien  est-ce  Ă   nous  de  leur  imposer  celles  que 

notre sociĂ©tĂ© a choisi de se donner Ă  elle-mĂŞme ? 

 

Ce  que  vous  soumet  ce  projet  de  loi  n’est  donc  rien  moins 

qu’un choix de sociĂ©tĂ©.  

 

Un  choix  soutenu  par  les  Français  dans  leur  immense  majoritĂ© : 

un sondage IPSOS rĂ©alisĂ© au printemps dĂ©montrait que 

74% de 

nos  concitoyens

  approuvaient  le  mĂ©canisme  envisagĂ©  et  que 

90% des pirates Ă©taient prĂŞts Ă  modifier leur comportement. 

 

 

Un choix qui fait Ă©cole

, puisqu’au Royaume-Uni ont Ă©tĂ© signĂ©s 

le  24  juillet  dernier  des  accords  inspirĂ©s  de  ceux  de  l’ElysĂ©e  et 

que  la  Â« rĂ©ponse  graduĂ©e Â»  y  est  dĂ©jĂ   entrĂ©e  dans  les  faits.  Et 

nombreux sont les autres pays europĂ©ens Ă  avoir manifestĂ© leur 

intĂ©rĂŞt pour les expĂ©riences française et britannique. 

 

Ce choix que je vous propose, quel est-il ? 

C’est le choix d’une 

sociĂ©tĂ©  qui  ne  sacrifie  pas  la  protection  qu’elle  doit  Ă   ses 

artistes  â€“  comme  Ă   tous  ses  membres  â€“  sur  l’autel  d’une 

licence mal comprise

 ; une sociĂ©tĂ© fidèle aux combats qu’elle a 

portĂ©s pendant des siècles et qui ont fait d’elle un Etat de droit ; 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

38 

une  sociĂ©tĂ©  qui  n’a  pas  peur  de  l’internationalisation  et  de  la 

numĂ©risation des Ă©changes, parce que le jour n’est pas venu oĂą 

elle renoncera Ă  ce qu’elle est. 

 

Je vous remercie de votre attention. 

- 29 octobre 2008 - 

 

 

 

Monsieur le PrĂ©sident, 

Messieurs les rapporteurs, 

Mesdames et Messieurs les SĂ©nateurs, 

 

 

Le  projet  de  loi  que  j’ai  l’honneur  de  vous  soumettre 

aujourd’hui  vise  Ă   ce  que  la  France  saisisse  pleinement  la 

chance inĂ©dite que reprĂ©sente Internet pour la Culture, aussi 

bien pour sa dĂ©mocratisation que pour tirer parti du potentiel 

de dĂ©veloppement Ă©conomique qu’elle recèle.

 

 

Aujourd’hui,  plus  d’un  Français  sur  deux  dispose  d’un  accès  Ă  

Internet haut dĂ©bit, et 62% de ceux qui sont Ă˘gĂ©s de plus de 11 

ans  se  connectent  au  moins  une  fois  par  mois.  Dans  quelques 

annĂ©es,  chacun  devrait  pouvoir  accĂ©der  librement,  facilement  et 

rapidement  Ă   un  catalogue  presque  illimitĂ©  de  films,  de  titres  de 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

39 

musique,  bientĂ´t  d’œuvres  littĂ©raires,  mais  aussi  d’expositions 

virtuelles, de captations de pièces de théâtre, d’opĂ©ras.  

 

Il est de notre responsabilitĂ© de faire en sorte que cette nouvelle 

offre se dĂ©veloppe dans sa richesse et sa diversitĂ©, 

au bĂ©nĂ©fice 

de l’ensemble de nos concitoyens

 : consommateurs, crĂ©ateurs, 

entreprises de toutes les filières des industries culturelles et des 

rĂ©seaux  de  communication.  Elle  ne  doit  donc, 

en  aucun  cas, 

aboutir Ă  exproprier

 de leurs droits certains acteurs au bĂ©nĂ©fice 

d’une frange peu scrupuleuse ou inconsciente des internautes. 

 

Des progrès remarquables ont Ă©tĂ© accomplis, au cours des deux 

dernières annĂ©es, par les opĂ©rateurs qui offrent lĂ©galement accès 

Ă  la musique et aux films sur Internet. 

 

Plus  de  3 200 films  et  plus  de  3 millions  de  morceaux  de 

musique

  sont  aujourd’hui  disponibles  auprès  des  plates-formes 

de  tĂ©lĂ©chargement,  des  chaĂ®nes  de  tĂ©lĂ©vision,  ou  encore  des 

fournisseurs  d’accès  Ă   Internet.  Certaines  de  ces  offres  sont 

gratuites, financĂ©es par la publicitĂ© ; d’autres sont payantes mais 

forfaitaires et permettent, notamment en matière de musique, de 

tĂ©lĂ©charger de façon permanente, pour quelques euros par mois, 

au sein de catalogues de plusieurs centaines de milliers de titres. 

 

Le  coĂ»t  de  cette  offre

  pour  le  consommateur  dĂ©croĂ®t  donc 

rapidement, y compris pour le cinĂ©ma puisqu’il est possible pour 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

40 

un foyer de consulter un film pour moins de 5 euros, ou plusieurs 

dizaines de films pour moins de 10 euros par mois. 

 

 

 

 

Il ne sera toutefois possible de faire des rĂ©seaux numĂ©riques un 

outil  de  distribution  des  biens  culturels  qui  prĂ©sente  toutes  les 

qualitĂ©s en matière de sĂ»retĂ©, de richesse et de coĂ»t, que si les 

droits de propriĂ©tĂ© intellectuelle y sont respectĂ©s. 

 

Nous  devons  pour  cela  lever  le  principal  obstacle :  le 

piratage des Ĺ“uvres sur Internet

,

 

commis sur une très grande 

Ă©chelle  dans  notre  pays  qui  dĂ©tient  un  triste  record  mondial.  Un 

milliard de fichiers ont en effet Ă©tĂ© piratĂ©s en France en 2006, et il 

est probable qu’un internaute sur six environ se livre au piratage 

de façon rĂ©gulière dans le cadre des rĂ©seaux de pair-Ă -pair. 

 

Pendant  des  annĂ©es,  nous  nous  sommes  demandĂ©s  si  ce 

phĂ©nomène reprĂ©sentait une rĂ©elle menace pour les crĂ©ateurs et 

les  entreprises  qui  les  soutiennent.  Nous  avons  dĂ©passĂ© 

dĂ©sormais le stade de l’interrogation. Nous sommes Ă  l’heure du 

constat.  Et  il  est  accablant : 

c’est  Ă   un  vĂ©ritable  dĂ©sastre 

Ă©conomique  et  industriel  que  nous  sommes  en  train 

d’assister, dĂ©sastre qui se traduit Ă©galement sur le terrain du 

renouvellement et la diversitĂ© de la crĂ©ation

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

41 

 

 

 

 

 

Le  marchĂ©  de  la  musique

  enregistrĂ©e  est  le  plus  atteint,  avec 

une  baisse  de  50%  en  valeur  au  cours  des  cinq  dernières 

annĂ©es, assortie d’

un fort impact sur l’emploi

 (30% des effectifs 

des  maisons  de  production) 

et  sur  la  crĂ©ation

 :  de  nombreux 

contrats  d’artistes  ont  dĂ»  ĂŞtre  rĂ©siliĂ©s  et  le  nombre  de  nouveaux 

artistes Â« signĂ©s Â» chaque annĂ©e a diminuĂ© de 40%. 

 

Le cinĂ©ma s’engage sur la mĂŞme pente

 : il y a dĂ©jĂ , Ă  l’heure 

actuelle, autant de tĂ©lĂ©chargements illĂ©gaux journaliers â€“ 450 000 

–  que  d’entrĂ©es  en  salles.  Et  le  marchĂ©  de  la  vidĂ©o  a  perdu  un 

quart de sa valeur, comparable Ă  celle de la musique enregistrĂ©e, 

au cours des quatre dernières annĂ©es â€“ alors mĂŞme que le prix 

moyen des nouveautĂ©s diminuait d’un tiers. 

 

L’ annĂ©e oĂą un film français a rencontrĂ© un succès historique en 

salles,  devrait  ĂŞtre  une  annĂ©e  de  forte  hausse  de  la 

frĂ©quentation :  or  ce  n’est  pas  le  cas.  Tous  les  exploitants  de 

salles  s’en  inquiètent  sĂ©rieusement,  car  ils  ont,  ces  dernières 

annĂ©es, 

Ă©normĂ©ment  investi

  pour  rĂ©nover  leurs  Ă©quipements, 

qu’il  s’agisse  de  multiplexes  ou  de  petites  salles  rurales.  Les 

producteurs,  en  particulier 

les  PME  de  la  production 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

42 

indĂ©pendante dont l’économie repose en grande partie sur le 

crédit

, voient se renchĂ©rir les coĂ»ts des crĂ©dits bancaires. 

 

Et,  indĂ©pendamment  mĂŞme  du  contexte  de  crise  financière, 

certains s’inquiètent de leur capacitĂ© d’accès au crĂ©dit, parce que 

l’importance  des  actes  de  piratage  rend  la  valeur  des  actifs 

des  films  de  plus  en  plus  risquĂ©s  pour  les  Ă©tablissements 

bancaires

 

Quant au livre

, après avoir dĂ©couvert, Ă  la Foire de Francfort, les 

prouesses technologiques qui seront bientĂ´t proposĂ©es au public, 

mĂŞme la lectrice assidue, fervente partisane de l’objet livre que je 

suis a peine Ă  croire que ce secteur n’entrera pas Ă  son tour dans 

l’ère  numĂ©rique.  Il  serait  en  tout  cas  coupable  de  notre  part  de 

feindre  de  l’ignorer.  Et  il  est  de  notre  devoir  de 

prendre 

prĂ©ventivement  toutes  les  mesures  nĂ©cessaires

  pour  Ă©viter 

que  cette  filière,  Ă   son  tour,  pâtisse  des  effets  ravageurs  du 

piratage. 

 

La situation des crĂ©ateurs et des entreprises françaises ne serait 

pas  si  alarmante  si  l’effondrement  du  marchĂ©  des  biens 

« physiques Â», CD et DVD, Ă©tait compensĂ© par l’essor des ventes 

dĂ©matĂ©rialisĂ©es.  Mais,  Ă   l’heure  qu’il  est,  ce  naufrage  n’est 

absolument 

pas  rĂ©Ă©quilibrĂ©,  dans  aucun  secteur,  par  les 

ventes  numĂ©riques

.  En  effet,  alors  que  dans  la  plupart  des 

grands  pays  aux  habitudes  de  consommation  comparables  aux 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

43 

nĂ´tres, ces ventes dĂ©collent â€“ elles dĂ©sormais dĂ©jĂ  plus de 25% 

du  marchĂ©  aux  Etats-Unis  â€“  le  taux  dĂ©passe  pĂ©niblement  7% 

dans notre pays.  

La  France,  qui  figure  dans  le  peloton  de  tĂŞte  des  nations  au 

palmarès du piratage, est donc parallèlement l’une des lanternes 

rouges des ventes numĂ©riques. 

 

Après un Oscar, une Palme d’or, un Pritzker Price et un Prix 

Nobel de littĂ©rature en 2008, la France aurait pu se passer de 

cette sinistre mĂ©daille. 

 

Situation d’autant plus 

paradoxale

 que les Français n’ont 

jamais 

autant  plĂ©biscitĂ©  la  crĂ©ation  nationale

,  comme  en  tĂ©moignent 

la  part  de  marchĂ©  du  cinĂ©ma  français  et  la  vitalitĂ©  de  la  jeune 

chanson française. 

 

Situation  d’autant  plus 

tragique

  lorsque  l’on  sait  que 

la  culture 

occupe, dans notre PIB et dans l’emploi salariĂ©, une part qui 

est presque sans Ă©quivalent dans le monde

 : près de 2,5% de 

la  richesse  nationale  et  près  de  500 000 emplois,  dont  plus  la 

moitiĂ©  dans  les  industries  culturelles  â€“  audiovisuel,  cinĂ©ma, 

disque, livre et mĂ©dias. 

 

Il y a donc urgence

 Ă  endiguer cette hĂ©morragie des Ĺ“uvres sur 

Internet  qui  laissera  bientĂ´t  exsangues  la  crĂ©ation  et  l’économie 

de  la  culture.  Urgence  pour  cela  Ă  

responsabiliser  davantage 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

44 

l’internaute  et  Ă   extraire  celui  qui  pirate  de  la  sphère 

d’irrĂ©alitĂ©,  de  la  bulle  d’apesanteur

,  dans  laquelle  il  Ă©volue 

aujourd’hui. 

 

Le  dĂ©ni  de  la  rĂ©alitĂ©  auquel  se  livre,  volontairement  ou  non, 

le pirate, est double. 

 

Il  consiste  d’abord  Ă   mĂ©connaĂ®tre 

les  consĂ©quences  de  son 

comportement  pour  les  autres

  â€“  crĂ©ateurs  et  entreprises  des 

industries culturelles. 

 

En  effet, 

la  disparition  progressive  de  la  rĂ©munĂ©ration  du 

travail et des investissements

 indispensables Ă  la crĂ©ation et Ă  

la diffusion des Ĺ“uvres, ne peut rester sans consĂ©quences sur la 

situation des artistes et des salariĂ©s et, par voie de consĂ©quence, 

sur la diversitĂ© culturelle et en dĂ©finitive sur le richesse de l’offre 

dont disposera, Ă  terme, l’amateur de musique ou de films. 

 

Mais  cette  mise  Ă   l’écart  du  rĂ©el  porte  Ă©galement  sur 

les 

consĂ©quences du piratage pour sa propre personne

 

Il  convient  en  effet  de  rappeler  que  la  loi  pose  d’ores  et  dĂ©jĂ   le 

principe  de 

la  responsabilitĂ©  de  l’abonnĂ©  Ă   Internet

,  qui  est 

tenu  par  l’article  L.  335-12  du  code  de  la  propriĂ©tĂ©  intellectuelle 

de veiller Ă  ce que son accès au rĂ©seau ne fasse pas l’objet d’une 

utilisation  qui  mĂ©connaisse  les  droits  de  propriĂ©tĂ©  littĂ©raire  et 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

45 

artistique. Certes, le manquement Ă  cette obligation n’est assorti 

d’aucune consĂ©quence pratique

 

 

Il  n’en  demeure  pas  moins  qu’elle  figure  dans  les  dispositions 

pĂ©nales du code, et qu’il n’est pas exclu qu’elle puisse servir de 

fondement  Ă   une  action  rĂ©pressive,  voire  Ă   une  demande  de 

rĂ©paration sous forme de dommages et intĂ©rĂŞts. 

 

Surtout, l’internaute qui pirate en mettant Ă  disposition ou en 

tĂ©lĂ©chargeant  des  Ĺ“uvres  protĂ©gĂ©es  se  rend  coupable  du 

dĂ©lit  de  contrefaçon.

  A  ce  titre,  il  tombe  sous  le  coup  de 

sanctions pouvant aller jusqu’à 3 ans de prison et 300 000 euros 

d’amende, sans prĂ©judice d’éventuels dommages et intĂ©rĂŞts. 

 

Un  internaute  qui  pirate  peut  donc,  en  principe,  se  trouver 

traduit  devant  le  tribunal  correctionnel

,  avec  tous  les 

dĂ©sagrĂ©ments  que  cela  comporte  pour  la  vie  privĂ©e :  visite 

domiciliaire,  saisie  du  matĂ©riel  informatique,  publicitĂ©  de  la 

procĂ©dure…  Mais  parce  que 

ces  sanctions  paraissent 

disproportionnĂ©es  et  inadaptĂ©es

  au  cas  du  piratage  dit 

« ordinaire Â», les ayants droit rĂ©pugnent aujourd’hui Ă  y recourir : 

les actions engagĂ©es se limitent Ă  quelques centaines Ă  ce jour. 

 

Pourront-ils  s’offrir  encore  longtemps  le  luxe  d’hĂ©siter

,  s’ils 

devaient constater que les pouvoirs publics renoncent Ă  mettre en 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

46 

place  une  solution  alternative,  Ă   la  fois  mieux  proportionnĂ©e  Ă  

l’enjeu et plus efficace car praticable sur une grande Ă©chelle ? 

 

 

Cette solution, le principe en a Ă©tĂ© envisagĂ© en concertation avec 

les artistes et les industries culturelles dès l’élection du PrĂ©sident 

de  la  RĂ©publique,  ce  qui  a  eu  pour  effet  de  modĂ©rer  les 

contentieux jusqu’à ce jour. 

 

Nul doute que les procĂ©dures pĂ©nales se multiplieraient. C’est le 

cas  en 

Allemagne

,  oĂą  les  tribunaux  pĂ©naux  sont  saisis 

actuellement de plusieurs dizaines de milliers d’actions. 

 

Je  veux  mentionner,  enfin,  les  dangers  du  piratage  qui 

concernent 

plus  particulièrement  les  jeunes  ou  très  jeunes 

internautes

 

En  effet,  s’ils  manient  l’outil  numĂ©rique  avec  une  virtuositĂ© 

souvent  supĂ©rieure  Ă   celle  de  leurs  parents,  ils  n’en  demeurent 

pas  moins 

particulièrement  vulnĂ©rables  dans  leur  navigation 

sur  un  Internet  affranchi  de  toute  rĂ©gulation

.  Or,  on  constate 

sur les rĂ©seaux de pair-Ă -pair une offre illĂ©gale massive de films 

pornographiques  ou  violents  prĂ©sentĂ©s  sous  les  apparences  de 

films  grand  public.  Pour  se  limiter  Ă   un  seul  exemple,  celui  du 

rĂ©seau  E-donkey,  60%  des  fichiers  d’« AstĂ©rix  aux  Jeux 

olympiques Â»  et  du  Â« Renard  et  l’enfant Â»,  ou  encore  45%  des 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

47 

fichiers de Â« Bienvenus chez les Ch’tis Â», sont en rĂ©alitĂ© des films 

pornographiques. 

 

 

L’existence d’une offre pirate porte donc une atteinte grave, pour 

laquelle il n’existe pas de parade technique, Ă  

la protection des 

mineurs, que seule l’offre lĂ©gale est susceptible de garantir

 

Il  y  a  donc  urgence  Ă   sortir  de  cette  situation,  aussi 

dangereuse  pour  les  internautes  que  dramatique  pour  les 

crĂ©ateurs et les industries culturelles françaises

 : 

 

-  D’une  part,  dans 

l’intĂ©rĂŞt  des  internautes

,  qui  risquent 

des  poursuites  pĂ©nales  et  sapent  la  diversitĂ©  et  le 

renouvellement d’une offre culturelle dont ils sont pourtant 

de plus en plus avides ; 

 

-  D’autre  part,  pour 

rĂ©tablir  l’équilibre

,  aujourd’hui  rompu 

dans les faits, 

entre deux droits fondamentaux

 : le droit 

au respect de la vie privĂ©e des internautes, d’une part, et 

le droit de propriĂ©tĂ© et le droit moral des crĂ©ateurs et des 

entreprises sur les Ĺ“uvres culturelles, d’autre part. 

 

La  mĂ©thode  suivie  par  le  Gouvernement

  pour  rĂ©pondre  Ă   ce 

double  objectif  repose  sur  la  conviction  que,  pour  ĂŞtre  efficaces, 

les solutions mises en Ĺ“uvre doivent faire l’objet d’un 

très large 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

48 

consensus  prĂ©alable

  entre  les  acteurs  de  la  Culture  et  de 

l’Internet. 

 

 

C’est le sens de la mission que j’ai confiĂ©e le 5 septembre 2007 Ă  

Denis  Olivennes,  alors  PrĂ©sident-directeur  gĂ©nĂ©ral  de  la  FNAC, 

une mission destinĂ©e Ă  favoriser la conclusion d’un accord entre 

les  professionnels  de  la  musique,  du  cinĂ©ma,  de  l’audiovisuel  et 

les fournisseurs d’accès Ă  Internet. 

 

Le  rĂ©sultat,  vous  le  connaissez,  c’est 

l’accord  historique

  signĂ© 

au Palais de l’ÉlysĂ©e, le 23 novembre 2007, par 42 entreprises ou 

organisations  reprĂ©sentatives  de  la  Culture  et  de  l’Internet.  Cet 

accord s’est encore renforcĂ© depuis avec 5 nouveaux signataires. 

Ce sont donc près de 50 acteurs de la culture et de l’Internet qui 

se sont rassemblĂ©s autour d’un plan d’action, en deux volets.

 

 

 

Rendre  l’offre  lĂ©gale

  facilement  accessible,  plus  riche, 

plus souple : 

 

D’abord,  les  maisons  de  production  de  disques  se  sont 

engagĂ©es  Ă  

retirer  les  mesures  techniques  de 

protection  Â« bloquantes Â»

  -  les  fameux  Â« DRM Â»  -  des 

Ĺ“uvres  françaises.  Ces  dispositifs  empĂŞchent  par 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

49 

exemple  de  consulter  un  mĂŞme  titre  sur  plusieurs 

lecteurs : l’ordinateur, le baladeur, l’auto-radio, etc. 

 

 

Les  DRM  devaient  disparaĂ®tre,  aux  termes  des  accords 

de  l’ElysĂ©e, 

un  an  après  la  mise  en  Ĺ“uvre

  du  prĂ©sent 

projet de loi, pour laisser Ă  celui-ci le soin de produire ses 

effets.  Toutefois,  Ă   l’issue  d’un  dialogue  particulièrement 

constructif  avec  les  pouvoirs  publics,  les  maisons  de 

disques  â€“  et  notamment  la  première  d’entre  elles, 

UNIVERSAL  â€“  viennent  de  dĂ©cider 

d’anticiper  de  plus 

d’un  an  la  concrĂ©tisation  de  leur  engagement :  elle 

sera effective immĂ©diatement, la semaine prochaine. 

 

C’est 

un  geste  très  significatif

  en  direction  des 

consommateurs,  que 

je  tiens  Ă   saluer  comme  il  le 

mérite

.  Il  dĂ©montre  la  pleine  prise  de  conscience,  de  la 

part  des  industries  de  la  musique,  du  lien  entre  piratage 

et  offre  lĂ©gale.  Cette  prise  de  conscience,  il  faut 

dĂ©sormais la faire partager aux pirates. 

 

Ensuite,  le 

dĂ©lai  d’accès  aux  films

  par  les  services  de 

“ vidĂ©o  Ă   la  demande â€ť  (VOD)  sera  ramenĂ©, 

dès 

l’application  de  la  prĂ©sente  loi

,  au  mĂŞme  niveau  que 

celui du DVD, c'est-Ă -dire

 

Ă 

 

6 mois après la sortie du film 

en  salle.  Puis,  les  discussions  interprofessionnelles 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

50 

devront aboutir, 

dans un dĂ©lai maximum d’un an

, Ă  un 

raccourcissement encore plus consĂ©quent de l’ensemble 

des  Â« fenĂŞtres Â»,  qui  tiendra  compte  de  ce  qui  peut  ĂŞtre 

observĂ© dans les autres pays europĂ©ens. 

 

 

Je souhaite, bien entendu, 

que ces engagements soient 

mis  en  Ĺ“uvre  le  plus  tĂ´t  possible

 :  pourquoi  pas, 

d’ailleurs,  de  façon  anticipĂ©e  par  rapport  au  calendrier 

prĂ©vu par les accords de l’ElysĂ©e. J’ai nouĂ© un dialogue Ă  

cette fin avec les filières du cinĂ©ma. 

 

Je 

salue  Ă   cet  Ă©gard  les  amendements  adoptĂ©s  par 

votre commission des affaires culturelles

. Ils visent Ă  

donner aux engagements de la filière cinĂ©matographique 

dans le domaine de la chronologie des mĂ©dias, et Ă  leur 

mise  en  Ĺ“uvre,  un  cadre  juridique  plus  prĂ©cis  et  une 

visibilitĂ© 

plus 

importante, 

notamment 

pour 

les 

consommateurs,  tout  en  respectant  l’autonomie  des 

acteurs Ă©conomiques. 

 

En  effet,  il  est 

fondamental  Ă   mes  yeux  que  les 

internautes  puissent  percevoir,  sans  tarder,  la 

contrepartie  tangible

  de  l’approche  plus  responsable 

d’Internet  que  nous  voulons  promouvoir  Ă   travers  le 

prĂ©sent  projet  de  loi,  approche  que  le  PrĂ©sident  de  la 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

51 

RĂ©publique a rĂ©sumĂ© d’une formule dans laquelle chacun 

peut se reconnaĂ®tre : « un Internet civilisĂ© Â». 

 

 

 

 

Le second volet des accords de l’ElysĂ©e porte sur la 

lutte contre le piratage de masse

 : celle-ci doit changer 

entièrement  de  logique.  La  nouvelle  approche  que  vous 

propose  le  Gouvernement  dans  le  prĂ©sent  projet  de  loi 

est,  d’une  part, 

préventive

  et 

graduée

,  puisqu’aucune 

sanction ne pourra intervenir au premier acte de piratage. 

Elle  vise,  d’autre  part,  Ă  

décriminaliser

  le  piratage, 

puisqu’une  Ă©ventuelle  sanction  ne  passera  plus 

nĂ©cessairement  par  le  juge  â€“  mĂŞme  si  elle  demeurera, 

bien entendu, placĂ©e sous son plein contrĂ´le. 

 

 

Quel  est,  sur  ce  second  point  des  accords  de  l’ElysĂ©e,  le 

dispositif du projet de loi Â« CrĂ©ation et Internet Â» 

 

 

La  base  juridique

  sur  laquelle  il  repose  existe  dĂ©jĂ ,  je  l’ai 

mentionnĂ©e : il s’agit de 

l’obligation de surveillance de l’accès 

Internet

,  mise  Ă   la  charge  de  l’abonnĂ©.  Le  projet  du 

Gouvernement  vise  en  fait  Ă   prĂ©ciser  le  contenu  de  cette 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

52 

obligation,  et  Ă   mettre  en  place  un  mĂ©canisme  de 

rĂ©ponse  dite 

« graduĂ©e Â» en cas de manquement

 de la part de l’abonnĂ©. 

 

 

Je  m’attarde  un  instant  sur  cette  question.  C’est  bien  de  la 

responsabilitĂ©  de  l’abonnĂ©  dont  il  s’agit,  et  non  de  celle  du 

pirate

,  qui  peut  ĂŞtre  notamment  un  autre  membre  du  foyer 

familial. Ainsi les parents, titulaires de l’abonnement, pourront se 

voir  avertis  des  consĂ©quences  d’actes  de  piratage  commis  par 

leurs enfants.  

 

J’insiste,  d’abord,  sur  le  fait  qu’un  tel  dispositif  connaĂ®t  de 

nombreux  prĂ©cĂ©dents  dans  notre  droit

.  C’est  par  exemple  le 

cas  en  matière  d’infractions  routières : 

le  titulaire  du  certificat 

d’immatriculation  est  redevable  de  l'amende

,  mĂŞme  s’il  n’est 

pas lui-mĂŞme l’auteur d’un excès de vitesse, dans la mesure oĂą il 

commet  au  moins  un 

« dĂ©faut  de  surveillance Â»  de  son 

véhicule

 ou de l’usage qui en est fait. 

 

Je  crois,  ensuite,  qu’il  est  Ă   la  fois 

naturel  et  efficace  qu’il 

incombe  aux  parents

  de  relayer,  au  sein  du  foyer  familial,  en 

direction de leurs enfants, la pĂ©dagogie exercĂ©e Ă  leur Ă©gard par 

les pouvoirs publics, dans le cadre de la Â« rĂ©ponse graduĂ©e Â». 

 

Cette  rĂ©ponse  prendra  une  forme  qui,  dans  un  premier  temps, 

sera 

purement  prĂ©ventive

  puis,  dans  un  second  temps, 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

53 

transactionnelle

 et, enfin, pourra Ă©ventuellement dĂ©boucher sur 

une 

sanction  de  nature  administrative

,  prononcĂ©e  par  une 

autoritĂ© indĂ©pendante chargĂ©e de la gestion du mĂ©canisme mais 

placĂ©e sous le contrĂ´le du juge judiciaire. 

 

 

Que se passera-t-il pour l’abonnĂ©, très concrètement, en cas 

de piratage d’une Ĺ“uvre Ă  partir de son accès Ă  Internet ?  

 

La  première  phase,  celle  de  la 

constatation  des  faits

,  ne 

connaĂ®tra 

aucun changement

 par rapport Ă  la situation actuelle. 

 

Aujourd’hui

  en  effet,  il  appartient 

aux  ayants  droit  de  repĂ©rer

 

les actes de piratage sur Internet â€“ par l’intermĂ©diaire des agents 

assermentĂ©s  des  sociĂ©tĂ©s  de  perception  et  de  rĂ©partition  de 

droits (SPRD) et de leurs organisations professionnelles. 

 

Pour  ce  faire,  ces  structures  utilisent  des 

traitements 

automatisĂ©s  qui  collectent  les  Â« adresses  IP Â»

,  sortes  de 

« plaques  d’immatriculation Â»,  permanentes  ou  provisoires,  des 

ordinateurs. 

 

Ces  traitements  automatisĂ©s,  je  tiens  Ă   le  souligner,  font 

l’objet d’une autorisation dĂ©livrĂ©e par la CNIL

, dans un cadre 

juridique  qui  a  Ă©tĂ©  prĂ©cisĂ©  par  une  dĂ©cision 

SACEM

  du  Conseil 

d’Etat, intervenue au printemps 2007. 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

54 

 

Sur  la  base  des  constats  dressĂ©s  par  les  agents  assermentĂ©s, 

les ayants droit saisissent le juge

 

 

 

Celui-ci  adresse  alors  une  injonction  au  fournisseur  d'accès 

Internet, afin que celui-ci Ă©tablisse la correspondance entre, d’une 

part,  l’adresse  IP  dont  il  a  Ă©tĂ©  saisi  et,  d’autre  part,  le  nom  de 

l’abonnĂ©  prĂ©sumĂ©  auteur  de  la  contrefaçon.  Puis  se  dĂ©roule  la 

procĂ©dure judiciaire.  

 

Si le projet de loi est adoptĂ©, les ayants droit se verront offrir 

une 

alternative

 : 

 

-  soit 

saisir  le  juge  pĂ©nal

  sur  le  fondement  du  dĂ©lit  de 

contrefaçon, Ă  l’encontre des pirates les plus endurcis ; 

 

-  soit 

saisir une autoritĂ© administrative

 indĂ©pendante sur 

le  fondement  du  manquement  de  l’abonnĂ©  Ă   son 

obligation  de  surveillance,  Ă   l’encontre  des  pirates 

« ordinaires Â». 

 

L’objectif  du  Gouvernement  est  que 

l’efficacitĂ©  du  mĂ©canisme

 

pĂ©dagogique  et  graduĂ©  gĂ©rĂ©  par  l’autoritĂ©  administrative, 

dissuade les ayants droit de recourir Ă  la voie pĂ©nale

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

55 

 

Je tiens Ă  souligner ce point : 

la voie administrative n’entraĂ®ne 

pas la disparition de la voie pĂ©nale, mais vient la complĂ©ter

 

 

 

Il n’est en effet pas 

envisageable de priver les ayants droit

, par 

principe, 

du recours direct au juge

, dans la mesure notamment 

oĂą  certains  actes  de  piratage,  par  leur  ampleur,  les  moyens 

employĂ©s,  ou  encore  le  but  poursuivi,  ne  pourraient  recevoir  de 

rĂ©ponse adĂ©quate que sous la forme d’une sanction pĂ©nale ou de 

dommages  et  intĂ©rĂŞts.  Il  appartiendra  donc  aux  ayants  droit  de 

choisir la modalitĂ© la plus adaptĂ©e. 

 

La procĂ©dure administrative, Ă  la fois rapide et peu coĂ»teuse, 

s’imposera  naturellemen

t  dans  les  cas  de  piratage 

« ordinaire Â», ludique, qui constituent l’immense majoritĂ© des cas. 

 

Qu’en  sera-t-il  alors,  de  ce  que  certains  qualifient  de 

double 

peine

,  c'est-Ă -dire  du  risque  de  voir  une  mĂŞme  personne 

sanctionnĂ©e Ă  la fois par le juge pĂ©nal sur le fondement du dĂ©lit 

de  contrefaçon,  et  par  l’autoritĂ©  administrative  dans  le  cadre  du 

manquement Ă  l’obligation de surveillance ? 

 

A  titre  prĂ©liminaire,  je  tiens  Ă   souligner  que 

la  difficultĂ©  ainsi 

soulignĂ©e  n’est  pas  de  nature  juridique

.  La  jurisprudence 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

56 

constitutionnelle  admet  qu’un  mĂŞme  fait  soit  passible  de 

sanctions administratives et de sanctions pĂ©nales. 

 

 

 

 

C’est 

notamment  le  cas

  pour  les  sanctions  prononcĂ©es  en 

matière 

d’infractions bancaires ou boursières

, dont la lourdeur 

est sans commune mesure avec ce que prĂ©voit le prĂ©sent projet 

de loi pour les pirates de l’Internet. 

 

C’est 

aussi  le  cas

,  bien  entendu,  des 

sanctions  disciplinaires

 

prononcĂ©es  Ă   l’égard  d’agents  publics,  dès  lors  que  le 

comportement  condamnable  tombe  Ă©galement  sous  le  coup 

d’incriminations pĂ©nales. 

 

Le  gouvernement  estime  toutefois 

qu’un  cumul  de  sanctions

pĂ©nale et administrative, sur la tĂŞte d’une mĂŞme personne 

n’est 

pas  souhaitable  et  doit  ĂŞtre  Ă©vitĂ©

,  car  il  n’est  pas  compatible 

avec le souci de prĂ©vention et de dĂ©criminalisation qui sous-tend 

le projet Â« CrĂ©ation et Internet Â». 

 

Pour autant, je l’ai dit, il n’est pas envisageable â€“ notamment du 

point  de  vue  constitutionnel  â€“  de  priver  les  crĂ©ateurs  et  les 

entreprises  de  l’accès  au  juge,  s’ils  souhaitent  recourir  Ă   cette 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

57 

voie. 

Les  solutions  adoptĂ©es  devront  donc  ĂŞtre  de  nature 

essentiellement pratique

 

 

 

 

 

D’abord, Ă  l’occasion de la demande formulĂ©e auprès de la CNIL 

pour  autoriser  les  traitements  automatisĂ©s  leur  permettant  de 

repĂ©rer  les  infractions,  les  ayants  droit  s’engageront  Ă  

n’utiliser 

les  constats  ainsi  dressĂ©s  que  dans  le  cadre  de  l’une  ou 

l’autre voie

 â€“ pĂ©nale ou administrative : ils organiseront ainsi un 

« aiguillage Ă  la source Â» entre les deux procĂ©dures. 

 

Ensuite,  il  convient  d’insister  sur  le  fait  que  les  ayants  droit,  qui 

saisiront  l’autoritĂ©  administrative  Ă   partir  de  l’adresse  IP  d’un 

ordinateur, 

ne connaĂ®tront jamais l’identitĂ© de l’abonnĂ© mis en 

cause

.  La  loi  ne  prĂ©voit  en  effet  aucun  retour  d’information,  en 

directions  des  auteurs  de  la  saisine,  de  la  part  de  la  Haute 

AutoritĂ© compĂ©tente pour la traiter. 

 

Celle-ci  demeurera,  pour  les  ayants  droit, 

une  Â« chambre 

noire Â»,  un  Â« Ă©cran Â»

  qui  viendra  s’interposer  entre  eux-mĂŞmes 

et l’identitĂ© de l’abonnĂ© â€“ ce qui, je tiens Ă  le souligner, n’est pas 

le cas avec le tribunal correctionnel. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

58 

Quel  sera  le  rĂ´le  de  l’autoritĂ©  administrative,  Ă   laquelle  sera 

confiĂ©e  le  traitement  des  constats  dressĂ©s  par  les  agents 

assermentĂ©s ? 

 

 

Cette  autoritĂ©  administrative  indĂ©pendante  sera  l’AutoritĂ©  de 

rĂ©gulation des mesures techniques (ARMT), crĂ©Ă©e Ă  l’initiative de 

votre Haute AssemblĂ©e en 2006 afin de veiller Ă  l’interopĂ©rabilitĂ© 

des  mesures  techniques  de  protection  et  au  respect  de 

l’exception  pour  copie  privĂ©e.  Elle  est  actuellement  prĂ©sidĂ©e  par 

Jean MUSITELLI, conseiller d’Etat. Pour mieux reflĂ©ter l’étendue 

de  ses  nouvelles  compĂ©tences,  elle  sera 

rebaptisĂ©e  Haute 

AutoritĂ©  pour  la  diffusion  des  Ĺ“uvres  et  la  protection  des 

droits sur Internet

 

La Haute AutoritĂ© ne pourra agir qu’à partir des constats dressĂ©s 

par  les  reprĂ©sentants  des  ayants  droit.  Elle  ne  disposera  donc 

d’aucune  facultĂ©  d’auto-saisine

  ni  a  fortiori  d’aucune 

compĂ©tence  de  surveillance  des  rĂ©seaux  de  communication 

Ă©lectronique. 

 

La  Haute  AutoritĂ©  enverra  d’abord  aux  pirates  des 

messages 

d’avertissement 

pédagogiques

 

– 

dĂ©nommĂ©s 

recommandations. 

Ces  messages  ne  font  pas  grief

  et 

s’analysent comme de simples rappels Ă  la loi. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

59 

Le formalisme de ces messages sera Ă©galement graduĂ©. En effet, 

après le courrier Ă©lectronique

, la Haute AutoritĂ© fera usage de 

la 

lettre  remise  contre  signature

,  de  façon  Ă   s’assurer  que 

l’abonnĂ©  a  bien  pris  connaissance  du  comportement  qui  lui  est 

reprochĂ©. 

 

Ce  point  est  important :  les  parents  seront  ainsi  nĂ©cessairement 

avertis  des  actes  de  piratage  qui  pourraient  ĂŞtre  commis  Ă   leur 

insu  par  leurs  enfants,  ou  les  entreprises  des  agissements  de 

leurs collaborateurs. 

 

Une 

phase  prĂ©ventive

  -  que  le  droit  ne  permet  pas  jusqu’à 

prĂ©sent  -  prĂ©cĂ©dera  donc  une  Ă©ventuelle  sanction,  et  elle  la 

prĂ©cèdera 

nécessairement

 :  en  effet,  l’infraction  ne  sera 

constituĂ©e  qu’après  renouvellement  du  manquement  dans 

l’annĂ©e qui suit la rĂ©ception de l’avertissement. 

 

Or, 

la visĂ©e pĂ©dagogique et prĂ©ventive de ce mĂ©canisme est 

essentielle

 et constitue le cĹ“ur du projet du Gouvernement. Une 

rĂ©cente  Ă©tude  rĂ©alisĂ©e  en 

Grande-Bretagne

  et  publiĂ©e  en  mars 

2008,  fait  ressortir  que  70%  des  internautes  cesseraient  de 

tĂ©lĂ©charger dès le premier message d’avertissement et 

90% dès 

le second

 

Ces estimations sont cohĂ©rentes avec les taux relevĂ©s 

aux Etats-

Unis

, oĂą une solution du mĂŞme ordre a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© mise en Ĺ“uvre Ă  

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

60 

la  suite  d’accords  passĂ©s  entre  ayants  droit  et  certains 

fournisseurs d'accès Internet sur les rĂ©seaux câblĂ©s. 

 

 

 

 

 

Un  bilan  de  cette  expĂ©rience  a  permis  de  constater  que  70  % 

d'internautes  renoncent  au  tĂ©lĂ©chargement  dès  le  premier 

message d’avertissement, 

85 Ă  90 % avec le deuxième

 et 

97 % 

Ă   rĂ©ception  du  troisième

  avertissement  qui  peut  prendre  la 

forme  â€“  au  choix  du  fournisseur  d'accès  â€“  d'une  lettre 

recommandĂ©e ou d'un appel tĂ©lĂ©phonique. 

 

La Haute AutoritĂ© pourra ensuite, en cas de 

manquement rĂ©pĂ©tĂ©

 

de l’abonnĂ©, prendre Ă  son encontre une sanction administrative 

qui consistera en une 

suspension de l’accès Internet

 

La  suspension  de  l’abonnement  sera  assortie  de 

l’impossibilitĂ© 

de  souscrire

  pendant  la  mĂŞme  pĂ©riode  un  autre  contrat  auprès 

de tout opĂ©rateur, de façon Ă  Ă©viter la Â« migration Â» des abonnĂ©s 

d’un fournisseur Ă  un autre. 

 

Ce point est essentiel

 car les opĂ©rateurs de communication qui 

feront  diligence  pour  mettre  en  Ĺ“uvre  les  dĂ©cisions  de  la  Haute 

AutoritĂ© ne doivent pas ĂŞtre pĂ©nalisĂ©s par rapport Ă  ceux qui se 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

61 

montreraient  mois  coopĂ©ratif  dans  le  but  de  capter  de  façon 

dĂ©loyale la clientèle de leurs concurrents. 

 

 

 

 

 

En  principe,  la  suspension  de  l’abonnement  est  d’une  durĂ©e  de 

trois  mois  Ă   un  an.  Mais  la  Haute  AutoritĂ©  pourra  proposer  Ă  

l’abonnĂ© 

une  transaction

 :  en  s’engageant  Ă   ne  pas  renouveler 

son  comportement,  il  pourra  ramener  la  durĂ©e  de  la  suspension 

entre un et trois mois

 

Cette  phase  transactionnelle,  qui  instaure 

un  dialogue

  entre  la 

Haute  AutoritĂ©  et  l’abonnĂ©,  accentue  encore  l’aspect 

pĂ©dagogique du mĂ©canisme. 

 

Nous sommes bien entendu conscients des difficultĂ©s spĂ©cifiques 

que  pourrait  poser  ce  dispositif  aux 

entreprises  ou  Ă   d’autres 

personnes  morales,  notamment  publiques,  comme  les 

universités

. Le projet de loi prĂ©voit donc, lorsque la suspension 

de l’accès pourrait avoir des effets disproportionnĂ©s, que la Haute 

AutoritĂ©  pourra  recourir  Ă  

des  mesures  alternatives  Ă   la 

suspension

.  L’employeur  pourra  ainsi  ĂŞtre  invitĂ©  par  la  Haute 

AutoritĂ© Ă  prendre des mesures de type Â« pare-feux Â» pour Ă©viter 

le piratage par les salariĂ©s Ă  partir des postes de l’entreprise. 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

62 

 

De telles techniques sont d’ailleurs, d’ores et dĂ©jĂ , très largement 

mises  en  place  dans  les  collectivitĂ©s  privĂ©es  ou  publique  d’une 

certaine taille. 

 

 

L’injonction

  de  prendre  de  telles  mesures  pourrait 

Ă©galement 

ĂŞtre  utilisĂ©e

  par  la  Haute  AutoritĂ©  dans  les  cas  â€“ 

a  priori

  très 

rares  ou  inexistants  â€“  oĂą  il  pourrait  s’avĂ©rer  techniquement 

impossible  ou  particulièrement  complexe  et  coĂ»teux  de 

suspendre  l’accès  Ă   Internet  sans  suspendre  Ă©galement  les 

services de tĂ©lĂ©phonie et de tĂ©lĂ©vision. 

 

Afin  de  garantir  le  respect  des  mesures  de  suspension,  les 

fournisseurs  d'accès  Internet 

seront  tenus  de  vĂ©rifier

,  Ă  

l’occasion  de  la  conclusion  de  tout  nouveau  contrat,  que  leur 

cocontractant  ne  figure  pas  sur  le 

rĂ©pertoire  des  personnes

 

dont l’abonnement a Ă©tĂ© suspendu. 

 

La  Haute  AutoritĂ©  pourra  dĂ©cider  de  prendre  des 

sanctions 

pécuniaires

  d’un  montant  maximal  de  5 000 euros  Ă   l’encontre 

des  fournisseurs  d'accès  qui  s’abstiendraient  de  procĂ©der  Ă   ces 

vĂ©rifications, ou qui ne mettraient pas en Ĺ“uvre les mesures de 

suspension qu’elle dĂ©cide. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

63 

Bien  entendu  toutes  les  sanctions  â€“  la  suspension  de 

l’abonnement  Internet,  les  mesures  alternatives  Ă   cette 

suspension,  aussi  bien  que  les  sanctions  pĂ©cuniaires  â€“  sont 

susceptibles de 

recours devant le juge judiciaire.

 

 

 

 

Enfin, le texte prĂ©cise les conditions, classiques, dans lesquelles 

le  titulaire  de  l’accès  Ă   Internet  pourra 

s’exonĂ©rer  de  sa 

responsabilitĂ© 

:  force  majeure,  ou  dĂ©tournement  frauduleux  de 

son  accès  par  un  tiers.  Il  encourage  Ă©galement  les  abonnĂ©s  Ă  

prendre des mesures de sĂ©curisation de leur poste, sur le modèle 

de ce qui existe dĂ©jĂ  en matière de Â« contrĂ´le parental Â». En effet, 

la  mise  en  Ĺ“uvre  d’un  tel  dispositif

  figurant  sur  une  liste  de 

moyens  efficaces  dressĂ©e  par  la  Haute  AutoritĂ©,  vaudra 

exonĂ©ration de responsabilitĂ©

 

Telle  est  donc  l’économie  gĂ©nĂ©rale  du  mĂ©canisme  pĂ©dagogique 

et  graduĂ©  envisagĂ©  par  les  accords  de  l’ElysĂ©e,  qu’il  vous  est 

proposĂ© de traduire dans la loi. 

 

Un dĂ©bat assez vif s’est engagĂ©

 devant les mĂ©dias et l’opinion 

publique sur ce projet. Il y a des revendications lĂ©gitimes de part 

et  d’autre  et  nous  devons  les  prendre  en  compte.  Plusieurs 

arguments,  en  revanche,  que  j’ai  entendus,  me  semblent 

parfaitement caricaturaux et d’autres franchement inquiĂ©tants. 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

64 

 

Je m’attarderai donc successivement, pour conclure mon propos, 

sur 

trois  questions  ou  objections

  soulevĂ©es  au  sujet  de  ce 

projet de loi. 

 

 

 

Je  veux  Ă©voquer, 

en  premier  lieu

,  cette  question  ayant  Ă©tĂ© 

particulièrement  discutĂ©e, 

le  choix  comme  Â« mesure  ultime Â» 

de la suspension de l’abonnement Internet

 de prĂ©fĂ©rence, par 

exemple, Ă  une amende. 

 

D’abord,  cette  solution  a  Ă©tĂ©  choisie  pour  manifester  très 

clairement  la  volontĂ©  du  gouvernement  de 

dĂ©criminaliser  le 

piratage  ordinaire

,  et  d’instaurer  Ă   cet  effet  une 

procĂ©dure 

totalement  diffĂ©rente

  de  celle  qui  est  suivie  devant  le  juge 

correctionnel.  Une  sanction  de  nature  pĂ©cuniaire,  Ă©galement 

prononcĂ©e par le juge, aurait brouillĂ© ce message. 

 

Ensuite,  le 

rapport  direct

  entre  le  comportement  en  cause  â€“  Ă  

savoir,  l’utilisation  inappropriĂ©e  de  l’accès  Internet  â€“  et  la  nature 

de  la  sanction  est  de  nature  Ă   renforcer  encore  l’efficacitĂ© 

pĂ©dagogique de celle-ci. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

65 

En  outre,  le  caractère  non  pĂ©cuniaire  de  la  sanction  permet 

d’éviter  de  crĂ©er  une  inĂ©galitĂ©  devant  le  piratage

  entre  les 

abonnĂ©s  qui  seraient  en  mesure  d’acquitter  facilement  leurs 

amendes et ceux qui se trouveraient dans une situation matĂ©rielle 

plus difficile. 

 

 

 

 

Enfin,  je  tiens  Ă   rĂ©pondre  Ă   ceux  qui  voient  dans  la 

suspension  de  l’abonnement  Ă   Internet  une  atteinte  aux 

droits  de  l’homme,  et  plus  prĂ©cisĂ©ment  Ă   la  libertĂ©  de 

communication,  dont  seul  le  juge  pourrait  prendre  la 

responsabilité

 

Ma première remarque Ă  cet Ă©gard sera très simple : la rĂ©siliation 

de  l’abonnement  Internet  est 

dĂ©jĂ   prĂ©vue  â€“  et  qui  s’en 

Ă©tonnerait  â€“  dans  les  contrats  passĂ©s  par  les  fournisseurs 

d’accès

  avec  leurs  abonnĂ©s,  pour  les  cas  oĂą  ceux-ci  ne 

s’acquittent  pas  de  leurs  factures  ou  bien  se  livrent  Ă   un  usage 

inappropriĂ©. Il n’est besoin, pour mettre en Ĺ“uvre cette rĂ©siliation, 

ni du juge, ni de l’autoritĂ© administrative, mais simplement d’une 

mise en demeure adressĂ©e par le prestataire lui-mĂŞme. 

 

Ainsi  donc, 

le  prĂ©judice  Ă©conomique  infligĂ©  aux  fournisseurs 

d’accès par les mauvais payeurs pourrait, sans l’ombre d’un 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

66 

doute, justifier la rĂ©siliation

 unilatĂ©rale de l’abonnement, tandis 

qu’une  suspension  du  mĂŞme  abonnement,  prononcĂ©e  dans  le 

cadre  d’une  procĂ©dure  contradictoire,  par  une  autoritĂ© 

administrative  indĂ©pendante,  pour 

sanctionner  le  prĂ©judice 

portĂ©  aux  industries  culturelles,  violerait  gravement  les 

droits de l’homme

 ! On croit rĂŞver ! 

 

En  second  lieu,  Ă   supposer  que  la  disposition  permanente,  Ă  

domicile, d’un accès Ă  Internet puisse ĂŞtre regardĂ©e comme une 

libertĂ©  fondamentale,  comment  mĂ©connaĂ®tre  le  fait 

qu’aucun 

droit  n’est  inconditionnel

 :  il  doit  ĂŞtre  conciliĂ©  avec  les  autres 

libertĂ©s et ne saurait ĂŞtre invoquĂ© pour les violer impunĂ©ment.

 

 

La 

Cour  de  justice  des  communautĂ©s  europĂ©ennes

  a  ainsi 

soulignĂ©, tout rĂ©cemment, la nĂ©cessitĂ© de concilier les droits des 

artistes  et  des  industries  culturelles  avec  la  libertĂ©  de 

communication  sur  les  rĂ©seaux  numĂ©riques.  Et  la 

Cour  de 

cassation

 a jugĂ© que le respect du droit des auteurs ne constitue 

pas  une  entrave  Ă   la  libertĂ©  de  communication,  Ă   la  libertĂ© 

d’expression ou Ă  celle du commerce et de l'industrie. 

 

Concilier le droit de propriĂ©tĂ© et le droit moral des crĂ©ateurs avec 

la  libertĂ©  de  communication  n’est  pas  porter  atteinte  Ă   celle-ci, 

c’est au contraire lui donner toute sa portĂ©e. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

67 

Il  n’y  a  rien  lĂ   de  très  original.  La  nĂ©cessitĂ©  d'assurer  en 

permanence  un  Ă©quilibre  entre  des  droits  et  libertĂ©s  par  nature 

antagonistes est 

dĂ©jĂ  au cĹ“ur de la DĂ©claration des droits de 

l’homme  de  1789

,  et  notamment  de  son  article  4  :  Â« La  libertĂ© 

consiste  Ă   pouvoir  faire  tout  ce  qui  ne  nuit  pas  Ă   autrui  :  ainsi, 

l'exercice  des  droits  naturels  de  chaque  homme  n'a  de  bornes 

que  celles  qui  assurent  aux  autres  Membres  de  la  SociĂ©tĂ©  la 

jouissance de ces mĂŞmes droits Â». 

 

Mais il est, manifestement, 

nĂ©cessaire de rappeler aujourd’hui 

que l’environnement numĂ©rique n’abolit pas les principes les 

plus  Ă©lĂ©mentaires  qui  gouvernent  la  vie  en  sociĂ©tĂ©  et  l’Etat 

de droit depuis maintenant plusieurs siècles

 

En  rĂ©alitĂ©,  poser  comme  principe  qu’aucune  action  efficace  ne 

peut ĂŞtre entreprise contre le piratage en dehors du juge, est Ă  la 

fois 

absurde,  rĂ©trograde  et  contradictoire

.  Cette  thèse  aboutit 

en  effet  Ă  

livrer  l'internaute  au  juge  pĂ©nal

,  dès  le  premier 

tĂ©lĂ©chargement  illĂ©gal  et  sans  aucune  possibilitĂ©  de  lui  adresser 

des avertissements. 

 

Surtout,  cette  conception  archaĂŻque  et  rĂ©pressive  de  la  lutte 

contre  le  piratage  a  pour 

rĂ©sultat  pratique  de  la  rendre 

impossible

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

68 

C’est un combat d’arrière-garde

, livrĂ© au dĂ©triment des artistes 

et des industries culturelles. Il est d’autant plus condamnable qu’il 

a  rĂ©cemment  empruntĂ©  le  dĂ©tour,  Ă   Bruxelles,  d’un 

dĂ©bat 

ésotérique

  portant  sur  des  directives  techniques  relatives  aux 

tĂ©lĂ©communications, 

dont 

l’instrumentalisation 

et 

la 

déformation

  permet  Ă   ses  auteurs  d’entretenir  une  confusion 

prĂ©judiciable au bon dĂ©roulement du dĂ©bat dĂ©mocratique que les 

Français attendent â€“ et dont vous ĂŞtes, mesdames et messieurs 

les sĂ©nateurs, les acteurs et les garants. 

J’en  viens  Ă   prĂ©sent  Ă  

la  deuxième  objection

  la  plus 

frĂ©quemment soulevĂ©e : la Haute AutoritĂ© 

violerait la vie privĂ©e

elle  serait  prĂ©posĂ©e  au 

fichage

  des  internautes  et  Ă   la 

surveillance 

gĂ©nĂ©ralisĂ©e des rĂ©seaux.  

 

Quel  paradoxe !

  En  effet  dans  les  autres  pays  qui  pratiquent 

l’envoi  de  messages  d’avertissement  aux  internautes  voire  la 

suspension de l’accès Ă  Internet â€“ Etats-Unis, Norvège, Nouvelle-

ZĂ©lande,  Royaume-Uni  depuis  quelques  semaines  â€“  cette 

politique 

se passe entièrement de l’intervention publique

 

Elle  est 

purement  contractuelle

  et  rĂ©sulte  d’accords  entre  les 

fournisseurs d’accès et les ayants droit. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

69 

La  particularitĂ©  de  Â« l’approche  française Â»,  c’est  justement 

d’interposer

  entre  les  parties  en  prĂ©sence  â€“  ayants  droits, 

fournisseurs  d'accès  et  internautes  â€“  une  autoritĂ©  indĂ©pendante, 

qui assure la prĂ©vention du piratage tout en 

protĂ©geant le secret 

de la vie privĂ©e

 

Ainsi  que  je  l’ai  dĂ©jĂ   indiquĂ©,  la  Haute  AutoritĂ©  sera  seule  Ă  

pouvoir se procurer sur l’abonnĂ© les donnĂ©es personnelles â€“ nom 

et  coordonnĂ©es  postales  et  Ă©lectroniques  â€“  strictement 

nĂ©cessaires Ă  l’envoi des messages d’avertissement. 

 

L’identitĂ©  du  pirate  demeurera  donc  cachĂ©e  aux  ayants  droit.  A 

cet  Ă©gard, 

la  procĂ©dure  devant  la  Haute  AutoritĂ©  sera  donc 

plus  protectrice  du  secret  de  la  vie  privĂ©e  que  celle  qui  se 

dĂ©roule dans le prĂ©toire du juge

 

Au  sein  de  la  Haute  AutoritĂ©,  la  commission  qui  traitera  les 

dossiers  prĂ©sentera 

toutes  les  garanties  d’impartialitĂ©  et 

d’indépendance

  :  elle  sera  exclusivement  composĂ©e  de 

magistrats  et  disposera  d’agents  publics  dont  l’absence  de  liens 

avec les intĂ©rĂŞts Ă©conomiques en cause aura Ă©tĂ© vĂ©rifiĂ©e par des 

enquĂŞtes prĂ©alables. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

70 

La  procĂ©dure  suivie  devant  la  Haute  AutoritĂ©

,  qui  sera 

dĂ©taillĂ©e dans un dĂ©cret en Conseil d’Etat, rĂ©pondra Ă  

toutes les 

exigences  du  Â« procès  Ă©quitable Â»

  au  sens  de  l’article  6  de  la 

Convention  europĂ©enne  des  droits  de  l’homme  et  des  libertĂ©s 

fondamentales. Quant aux 

donnĂ©es nĂ©cessaires

 pour mettre en 

mouvement le mĂ©canisme de prĂ©vention, ce sont celles qui sont 

d’ores  et  dĂ©jĂ   collectĂ©es  par  les  crĂ©ateurs  et  les  entreprises 

culturelles  pour  mener  leurs  actions  judiciaires,  Ă   savoir  les 

adresses  IP. 

Aucune  donnĂ©e  nouvelle

,  je  le  rĂ©pète,  ne  sera 

relevĂ©e  par  les  agents  assermentĂ©s  pour  dresser  les  constats 

nĂ©cessaires Ă  la mise en Ĺ“uvre de la Â« rĂ©ponse graduĂ©e Â». 

 

J’en viens Ă  prĂ©sent Ă  une troisième et dernière objection : cette 

loi serait dictĂ©e par les Â« majors Â»

, accrochĂ©es Ă  la dĂ©fense de 

« privilèges Â» obsolètes. 

 

Ceux  qui  prĂ©tendent  cela  n’ont  pas  dĂ»  discuter  avec  beaucoup 

d’artistes ! Le projet de loi dont vous dĂ©battrez a reçu le 

soutien 

massif  des  crĂ©ateur

s  et  des  entreprises  du  cinĂ©ma,  de  la 

musique  et  de  l’Internet.  Et  tout  particulièrement  des 

petites  et 

moyennes  entreprises  de  la  culture

,  de  ces  entreprises 

indĂ©pendantes  qui  sont  les 

premières  victimes

  du  piratage 

parce  que  ce  sont  elles  qui  prennent  le  plus  de  risques,  en 

soutenant de jeunes talents. 

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

71 

Ces  PME  qui  reprĂ©sentent,  dans  l’industrie  musicale  par 

exemple, 

99%  des  entreprises,  67%  de  l’emploi  et  44%  du 

chiffres d’affaires

 

Ces 

structures indĂ©pendantes

, qui sont au cĹ“ur du dynamisme 

et  de  la  diversitĂ©  de  notre  scène  artistique  et  de  la  scène 

europĂ©enne,  se  sont  rĂ©unies  jeudi  et  vendredi  dernier,  au 

MusĂ©um  d’histoire  naturelle,  pour  dresser  leurs  perspectives 

d’avenir  dans  le  cadre  des  premières  Â« Arènes  europĂ©ennes  de 

l’IndĂ©pendance Â». 

 

Toutes  ont  conclu  que  cet  avenir  resterait  bouchĂ©  tant  qu’elles 

seraient expropriĂ©es de leurs droits sur Internet. Elles ont apportĂ© 

un 

soutien  massif  au  projet  de  loi  qui  vous  est  prĂ©sentĂ© 

aujourd’hui

 

 

Cette loi n’est donc pas la Â« loi des majors Â», c’est la 

loi de tous 

les  crĂ©ateurs  et  de  toutes  les  industries  culturelles

,  qui  sont 

dans leur immense majoritĂ© des PME. 

 

Ce  n’est  pas  la  loi  des  artistes  les  plus  rĂ©putĂ©s,  mais 

celle  des 

jeunes talents

 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

72 

Ce n’est 

pas une loi pour les PDG des multinationales, mais 

pour  les  centaines  de  milliers  d’acteurs

  des  filières 

Ă©conomiques concernĂ©es, du technicien Ă  l’artiste, de l’auteur au 

producteur en passant par le rĂ©alisateur et le diffuseur. 

 

Mesdames  et  Messieurs  les  SĂ©nateurs,  ce  qui  se  joue  Ă  

travers  ce  projet  de  loi,  au-delĂ   des  enjeux  de  diversitĂ© 

culturelle  et  d’emploi,  c’est  la  place  que  nous  entendons 

rĂ©server aux artistes au sein de notre sociĂ©tĂ©.

 

 

 

Les  crĂ©ateurs  ont-ils,  comme  tous  nos  concitoyens,  le  droit  de 

vivre  de  leur  travail ?  Lorsque  les  ComĂ©diens  du  Français  se 

mirent  Ă   oublier  l’obligation  qui  leur  Ă©tait  faite  de  verser  aux 

auteurs  un  neuvième  des  recettes  de  leurs  spectacles, 

Beaumarchais  eut  ce  mot :  Â« On  dit  aux  foyers  des 

spectacles qu’il n’est pas noble aux auteurs de plaider pour 

le vil intĂ©rĂŞt, eux qui se piquent de prĂ©tendre Ă  la gloire. On a 

raison : la gloire est attrayante; mais on oublie que, pour en 

jouir seulement une annĂ©e, la nature nous condamne Ă  dĂ®ner 

trois cent soixante-cinq fois Â»

. ElĂ©gante façon de rappeler que 

mĂŞme les purs esprits ont des besoins tout Ă  fait triviaux. 

 

Car  Beaumarchais,  père  de  la  première  sociĂ©tĂ©  de  dĂ©fense  des 

auteurs, avait bien compris que 

c’était par le droit de propriĂ©tĂ© 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

73 

et  le  droit  moral  sur  ses  Ĺ“uvres  que  l’artiste  pourrait  enfin 

s’affranchir  de  sa  condition  de  laquais  ou  de  courtisan

.  Et 

c’est  effectivement  ainsi  qu’il  a  acquis  son  indĂ©pendance 

Ă©conomique et, par lĂ -mĂŞme, sa libertĂ© de crĂ©er. 

 

Le  droit  d’auteur  a  eu  depuis  â€“  je  ne  vous  apprends  rien  â€“  des 

porte-parole  aussi  prestigieux  qu’Hugo  ou  encore  Vigny.  Et  la 

France  n’a  jamais  cessĂ©  de  le  dĂ©fendre,  chaque  fois  qu’il  Ă©tait 

menacĂ©.  Lorsque  les  appareils  de  reproduction  mĂ©canique  ont 

fait  leur  apparition,  nous  avons  inventĂ©  la  rĂ©munĂ©ration  pour 

copie privĂ©e et le droit de reprographie. 

Lorsque  l’explosion  des  radios  libres  a  fait  de  la  diffusion 

radiophonique le vecteur essentiel d’accès Ă  la musique pour les 

jeunes, nous avons inventĂ© la Â« rĂ©munĂ©ration Ă©quitable Â».  

 

Souhaitons-nous  abdiquer,  sur  Internet,  les  droits  que  nous 

dĂ©fendons ardemment, depuis des siècles, dans le Â« monde 

rĂ©el Â» ?

  Souhaitons-nous  les  voir  s’évanouir  Ă   la  mĂŞme  vitesse 

que progressent les technologies ? Quel est le prochain droit dont 

Internet  ne  souhaitera  pas  s’embarrasser ?  Pourquoi  pas,  par 

exemple,  le  droit  au  respect  de  la  vie  privĂ©e ?  La  libertĂ© 

d’expression  et  de  communication,  si  elle  Ă©tait  absolue  sur  les 

rĂ©seaux numĂ©riques â€“ et au nom de quoi ? â€“ ne nous donnerait-

elle  pas  la  possibilitĂ©  de  nous  y  livrer,  sans  contrainte,  Ă   la 

diffamation ?  

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

74 

 

En deux mots : est-ce aux technologies de nous dicter leurs 

règles,  ou  bien  est-ce  Ă   nous  de  leur  imposer  celles  que 

notre sociĂ©tĂ© a choisi de se donner Ă  elle-mĂŞme ? 

 

Ce  que  vous  soumet  ce  projet  de  loi  n’est  donc  rien  moins 

qu’un choix de sociĂ©tĂ©.  

 

Un  choix  soutenu  par  les  Français  dans  leur  immense  majoritĂ© : 

un sondage IPSOS rĂ©alisĂ© au printemps dĂ©montrait que 

74% de 

nos  concitoyens

  approuvaient  le  mĂ©canisme  envisagĂ©  et  que 

90% des pirates Ă©taient prĂŞts Ă  modifier leur comportement. 

 

 

Un choix qui fait Ă©cole

, puisqu’au Royaume-Uni ont Ă©tĂ© signĂ©s 

le  24  juillet  dernier  des  accords  inspirĂ©s  de  ceux  de  l’ElysĂ©e  et 

que  la  Â« rĂ©ponse  graduĂ©e Â»  y  est  dĂ©jĂ   entrĂ©e  dans  les  faits.  Et 

nombreux sont les autres pays europĂ©ens Ă  avoir manifestĂ© leur 

intĂ©rĂŞt pour les expĂ©riences française et britannique. 

 

Ce choix que je vous propose, quel est-il ? 

C’est le choix d’une 

sociĂ©tĂ©  qui  ne  sacrifie  pas  la  protection  qu’elle  doit  Ă   ses 

artistes  â€“  comme  Ă   tous  ses  membres  â€“  sur  l’autel  d’une 

licence mal comprise

 ; une sociĂ©tĂ© fidèle aux combats qu’elle a 

portĂ©s pendant des siècles et qui ont fait d’elle un Etat de droit ; 

background image

VERSION FINALE â€“ 29/10/2008 03:35:33 

75 

une  sociĂ©tĂ©  qui  n’a  pas  peur  de  l’internationalisation  et  de  la 

numĂ©risation des Ă©changes, parce que le jour n’est pas venu oĂą 

elle renoncera Ă  ce qu’elle est. 

 

Je vous remercie de votre attention.