background image

                                                                                                                     

 

 

 

 

 

LIGNES DIRECTRICES FRANÇAISES  

VISANT A RENFORCER LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION  

DANS LES TRANSACTIONS COMMERCIALES  

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

MARS 2015 

background image

 

 

 

 

 

 

A ce jour, il n’existe pas en France d’obligation lĂ©gale pour les entreprises, quelle que soit leur taille, 
de prendre des mesures internes pour prĂ©venir la corruption, contrairement Ă  ce qui existe dans de 
nombreux pays et, en France, dans d’autres secteurs tels que l’hygiĂšne et la sĂ©curitĂ© au travail, oĂč les 
entreprises sont tenues Ă  une obligation de moyens.  
 
Or,  l’adoption  par  un  nombre  croissant  d’Etats  d’une  rĂ©glementation  relative  Ă   la  lutte  contre  la 
corruption,  dont  certaines  de  portĂ©e  extraterritoriale,  leur  permet  aujourd’hui  de  poursuivre  des 
entreprises Ă©trangĂšres, dont les entreprises françaises, pour des faits de corruption commis n’importe 
oĂč dans le monde, et parfois de pĂ©naliser le simple dĂ©faut de prĂ©vention.  
 
Dans  le  mĂȘme  temps,  progressivement,  certaines  entreprises  françaises  mettent  en  place  des 
programmes d’éthique et de conformitĂ© pour amĂ©liorer la prĂ©vention du risque de corruption dans 
leurs  transactions  commerciales,  souvent  sur  la  base  de  principes  ou  prescriptions  Ă©manant  de 
structures internationales ou de lĂ©gislations Ă©trangĂšres.  
 
C’est pourquoi, dans le cadre de sa mission gĂ©nĂ©rale de prĂ©vention de la corruption, le Service Central 
de PrĂ©vention de la Corruption (SCPC) a souhaitĂ© mettre Ă  la disposition des entreprises, quelle que 
soit leur taille, un outil pour les aider Ă  mettre en place et dĂ©velopper des politiques efficaces pour 
prĂ©venir la corruption.  
 
Les  prĂ©sentes  lignes  directrices  de  prĂ©vention  de  la  corruption  ont  Ă©tĂ©  dĂ©finies  par  le  SCPC,  en 
concertation  avec  les  principaux  ministĂšres  intĂ©ressĂ©s  (de  la  justice,  des  affaires  Ă©trangĂšres  et  du 
dĂ©veloppement  international,  des  finances  et  des  comptes  publics)  et  aprĂšs  une  large  consultation 
avec les principaux acteurs du secteur (secteur privĂ© et autoritĂ©s publiques). Elles correspondent aux 
standards internationaux de prĂ©vention de la corruption les plus Ă©levĂ©s. Elles s’adressent, d’une part, 
aux entreprises françaises et Ă  toutes les organisations (GIE, autres groupements, etc.) rĂ©alisant des 
transactions  commerciales,  en  vue  d'Ă©tablir  et  de  veiller  Ă   l’efficacitĂ©  des  systĂšmes  de  conformitĂ© 
pour prĂ©venir la corruption dans leurs transactions commerciales, et, d’autre part, aux organisations 
professionnelles, qui aident les entreprises dans leurs efforts. 
 
Ces lignes directrices sont flexibles et peuvent ĂȘtre adaptĂ©es par les organisations, en particulier les 
petites  et  moyennes  entreprises  et  les  entreprises  de  taille  intermĂ©diaire,  en  fonction  des 
caractĂ©ristiques  propres  Ă   chacune  d'elles  (taille,  structure  juridique,  secteur  d’activitĂ©,  zones 
gĂ©ographiques, etc.). 
 
Les  lignes  directrices  ont  pour  objet  de  proposer  des  recommandations,  juridiquement  non 
contraignantes,  aux  organisations  dans  l’élaboration  de  leurs  programmes  de  conformitĂ©  pour 
prĂ©venir et dĂ©tecter la corruption au niveau national comme transnational. Elles sont accompagnĂ©es 
de  cinq  annexes  prĂ©sentant  un  glossaire  des  termes  employĂ©s,  les  infractions  de  corruption,  des 
conseils pratiques, les principales rĂ©fĂ©rences normatives et la liste des organisations consultĂ©es. 
 
Les prĂ©sentes lignes directrices de prĂ©vention de la corruption sont disponibles gratuitement en ligne 
sur  le  site  Internet : 

http://www.justice.gouv.fr/le-ministere-de-la-justice-10017/service-central-de-

prevention-de-la-corruption-12312/

 

 

François Badie 

Chef du Service Central de PrĂ©vention de la Corruption 

 

Le 25 mars 2015 

background image

 

 

 

 

 

I-

 

POURQUOI CES LIGNES DIRECTRICES ?

 

 
1-

 

ConsidĂ©rant  que  la  corruption  dans  les  transactions  commerciales

1

  nationales  ou  

internationales  affecte  la  bonne  gestion  des  affaires  publiques  et  le  dĂ©veloppement 
Ă©conomique  durable  et  fausse  les  conditions  de  la  concurrence,  au-delĂ   des  graves 
prĂ©occupations morales et politiques qu’elle suscite ; 

 
2-

 

ConsidĂ©rant l’accroissement du risque juridique et financier rĂ©sultant du renforcement de la 
lĂ©gislation française ; 

 

3-

 

ConsidĂ©rant les conventions anticorruption ratifiĂ©es par la France ainsi que l'existence et le 
dĂ©veloppement de lois anticorruption Ă©trangĂšres de portĂ©e extraterritoriale ; 

 

4-

 

ConsidĂ©rant  que  les  banques  multilatĂ©rales  de  dĂ©veloppement  exigent  de  plus  en  plus  des 
candidats Ă  leur financement la dĂ©monstration prĂ©alable de leur conformitĂ© anticorruption, 
par l’existence de procĂ©dures spĂ©cifiques effectivement mises en Ć“uvre ; 

 

5-

 

 

ConsidĂ©rant  que  la  responsabilitĂ©  de  la  lutte  contre  la  corruption  dans  le  cadre  des 

transactions  commerciales  incombe  aux  Etats  qui  doivent,  chacun  en  ce  qui  les  concerne, 
mettre en application les conventions internationales de lutte contre la corruption qu’ils ont 
signĂ©es et leur transposition en droit interne ; 

 

6-

 

ConsidĂ©rant  les  efforts  dĂ©ployĂ©s  par  les  entreprises,  les  organisations  patronales  et 
syndicales  ainsi  que  par  les  organisations  non  gouvernementales  spĂ©cialisĂ©es  dans  la  lutte 
contre la corruption ; 

 

7-

 

 ConsidĂ©rant que tout progrĂšs dans ce domaine exige des efforts conjuguĂ©s et simultanĂ©s des 
pouvoirs publics et des acteurs Ă©conomiques notamment du secteur privĂ© ; 

 
Le  Service  Central  de  PrĂ©vention  de  la  Corruption  recommande  aux  organisations

2

,  quelle  que  soit 

leur taille, de se doter d’une politique effective de prĂ©vention de la corruption adaptĂ©e Ă  leurs risques 
propres.  Dans  cette  perspective,  elles  pourront  utilement  s’appuyer  sur  les  lignes  directrices 
dĂ©veloppĂ©es ci-aprĂšs. 

 

                                                           

1

 

Voir annexe 1 Glossaire.

 

2

 Idem. 

background image

 

 

 

 

 

II-

 

LES LIGNES DIRECTRICES  

 

Les lignes directrices françaises s’articulent autour des six principes suivants : 
 
 

1-

 

L’engagement des dirigeants au plus haut niveau 

 

L’engagement  des  dirigeants

3

  est  le  prĂ©alable  nĂ©cessaire  Ă   la  mise  en  place  des  autres  mesures  de 

prĂ©vention de la corruption ; il est donc essentiel que les dirigeants au plus haut niveau s’engagent Ă  
ne tolĂ©rer aucun acte de ce type (« tolĂ©rance zĂ©ro Â») et que cet engagement soit explicitement portĂ© 
par l'organisation et connu de l’ensemble du personnel

4

 

Cet  engagement  devrait  par  ailleurs  ĂȘtre  dĂ©clinĂ©  Ă   tous  les  niveaux  de  l’organisation  et  auprĂšs  des 
tierces parties

5

 
 

2-

 

L’évaluation des risques 

 

Une  cartographie

6

  et  une Ă©valuation  initiales  des  risques  de  corruption  auxquels  peut  ĂȘtre exposĂ©e 

l’organisation  au  travers  de  ses  activitĂ©s  ou,  le  cas  Ă©chĂ©ant,  de  celles  des  entitĂ©s  qui  la  composent 
(filiale,  bureau  de  reprĂ©sentation,  etc.)  devraient  ĂȘtre  effectuĂ©es  afin  que  les  procĂ©dures  de 
conformitĂ© Ă  mettre en place soient adaptĂ©es et proportionnĂ©es aux risques identifiĂ©s. 
 
Pour cela, il convient que les dirigeants disposent d’informations suffisantes sur les diffĂ©rents risques 
encourus pour  dĂ©finir  et  valider  de  façon  pertinente  la  politique  de  prĂ©vention  de  la  corruption  de 
l’organisation

7

 
L’évaluation du risque devrait ĂȘtre documentĂ©e, pĂ©riodiquement renouvelĂ©e, et se traduire par une 
allocation  suffisante  des  ressources  financiĂšres  et  humaines  de  l’organisation,  destinĂ©es  Ă   la  lutte 
contre la corruption en fonction des risques identifiĂ©s. 
 
 

3-

 

La mise en place d’un programme de conformitĂ© anticorruption 

 

L’engagement des dirigeants devrait se traduire concrĂštement au sein de l’organisation par la mise en 
place  d’un  programme  de  conformitĂ©  anticorruption  comportant  notamment  un  document  de 
rĂ©fĂ©rence, l’identification d’un rĂ©fĂ©rent

8

 et des procĂ©dures appliquĂ©es Ă  toutes les fonctions exposĂ©es 

et/ou concernĂ©es de l'organisation (telles qu’identifiĂ©es par l’évaluation des risques), ainsi que la mise 
en Ć“uvre d’un dispositif d’alerte interne.  
 
Ce  programme  sera  complĂ©tĂ©  par  une  politique  de  sanctions  et  de  formation  adĂ©quate  des 
personnels.  

 

                                                           

3

 

Voir annexe 1 Glossaire.

 

4

 Voir annexe 3 Conseils pratiques. 

5

 

Voir annexe 1 Glossaire.

 

6

 

Idem.

 

7

 

Voir annexe 3 Conseils pratiques.

 

8

 

Voir annexe 1 Glossaire.

 

background image

 

 

 

 

 

 

a)

 

L’établissement d’un document de rĂ©fĂ©rence  

 
Ce  document  de  rĂ©fĂ©rence  (code  de  conduite,  guide  dĂ©ontologique,  charte  Ă©thique,  ou  tout  autre 
document interne appropriĂ©) constitue le socle commun des valeurs auxquelles l’organisation adhĂšre 
et doit souligner 

l’importance attachĂ©e Ă  la prĂ©vention de la corruption

9

.

 Il permet la diffusion d’une 

culture  d’intĂ©gritĂ©.  Sa  dĂ©clinaison  opĂ©rationnelle  s’inscrit  dans  le  cadre  d’un  programme  de 
conformitĂ© anticorruption applicable et opposable

10

, en interne, Ă  tous les niveaux et, en externe, Ă  

toutes les entitĂ©s sur lesquelles l’organisation exerce un contrĂŽle effectif

11

.  

 

b)

 

La dĂ©signation d’un rĂ©fĂ©rent 

 
Le  rĂ©fĂ©rent,  une  personne physique  ou,  le  cas  Ă©chĂ©ant  en  fonction  de  la  taille  de  l’organisation,  un 
dĂ©partement  Â« conformitĂ© Â»,  a  pour  rĂŽle  de  s’assurer  de  la  mise  en  Ć“uvre  du  programme  de 
conformitĂ©  de  l'organisation  et  de  rĂ©pondre  aux  interrogations  des  personnels  sur  des  situations 
potentielles ou rĂ©elles en lien avec la corruption, tant en prĂ©vention qu’en rĂ©action.  
 
Le  rĂ©fĂ©rent  en  charge  de  la  conformitĂ©  devrait  avoir  un  niveau  Ă©levĂ©  dans  la  hiĂ©rarchie  de 
l’organisation,  et  disposer  de  l’indĂ©pendance  propre,  des  moyens  et  des  relais  en  interne

12

 

nĂ©cessaires pour remplir sa mission en toute impartialitĂ©. Il rapporte au plus haut niveau

13

 
Le rĂ©fĂ©rent est notamment chargĂ© de :  

-

 

concevoir  et  dĂ©finir  les  modalitĂ©s  de  mise  en  Ć“uvre  de  la  politique  de  prĂ©vention  et  de 

lutte contre la corruption ; 

-

 

s’assurer  du  dĂ©ploiement  des  procĂ©dures  de  prĂ©vention,  de  la  vĂ©rification  de  leur 

respect ; 

-

 

organiser Ă©ventuellement les procĂ©dures d’investigation en cas de soupçon. 

 
Il est responsable du compte-rendu de la mise en Ć“uvre de cette politique. Il 

fournit des conseils 

opĂ©rationnels  aux  directeurs,  cadres  et  employĂ©s  concernant  les  modalitĂ©s  d’application  du 
programme  de  conformitĂ©  de  l’organisation.  Il  peut  Ă©galement  ĂȘtre  le  point  de  contact  des 
partenaires commerciaux sur ces problĂ©matiques. 

 

c)

 

Les procĂ©dures 

 

α/. L’intĂ©gration dans les contrats commerciaux d’une clause anti-corruption 

 
Quelle  que  soit  la  taille  de  l’organisation,  l'objectif  gĂ©nĂ©ral  de  l’intĂ©gration  d’une  clause  anti-
corruption  dans  les  contrats  commerciaux  est  de  fournir  aux  parties  une  disposition  contractuelle 
matĂ©rialisant  une  obligation  de  moyens  de  prĂ©vention  de  tout  acte  de  corruption  dans  toutes  les 
phases de rĂ©alisation du contrat

14

                                                           

9

 Voir annexe 3 Conseils pratiques. 

10

 Idem. 

11

 Voir annexe 1 Glossaire. 

12

  Dans  les  organisations  de  taille  importante,  un  rĂ©fĂ©rent  local  ou  sectoriel  devrait  ĂȘtre  dĂ©signĂ©  dans  chaque  entitĂ© 

opĂ©rationnelle. Le rĂ©fĂ©rent du groupe s’appuiera sur ce rĂ©seau. 

13

 Selon la taille de l’organisation, le rĂ©fĂ©rent rapportera au responsable pĂ©nal ou Ă  son dĂ©lĂ©guĂ©, ou Ă  une instance collĂ©giale 

dĂ©diĂ©e dont le rĂŽle et le lien hiĂ©rarchique avec le rĂ©fĂ©rent auront Ă©tĂ© prĂ©alablement dĂ©finis. 

 

14

 

Voir annexe 3 Conseils pratiques.

 

background image

 

 

 

 

 

 
Le  non-respect  de  cette  clause  pourrait  ĂȘtre  invoquĂ©  comme  moyen  de  dĂ©fense  par  l’organisation 
dans l’hypothĂšse de sa mise en cause par une autoritĂ© ou mĂȘme, lorsqu’aucune mesure correctrice 
n’est possible, comme motif de suspension ou de rĂ©siliation du contrat.  

 

ÎČ/. La dĂ©finition de procĂ©dures adaptĂ©es aux risques identifiĂ©s 

 

Des  mesures  opĂ©rationnelles  dĂ©finies,  tant  en  termes  d’organisation  que  de  fonctionnement, 
permettent de prĂ©venir ou corriger les risques qui auront Ă©tĂ© prĂ©alablement identifiĂ©s

15

.  

 

Îł/. La vigilance vis-Ă -vis des tierces parties  

 
Afin  d’éviter  d’entrer  en  relation  d’affaires  avec  des  tierces  parties

16

  susceptibles  de  recourir  Ă   la 

corruption

17

, l’organisation prend des mesures prĂ©ventives appropriĂ©es.  

 
L’objectif est de connaĂźtre prĂ©cisĂ©ment la tierce partie. L’organisation modulera les diffĂ©rents degrĂ©s 
et formes de vigilance possibles en fonction de l’évaluation du risque posĂ© par chaque tierce partie. 
 

d)

 

La mise en place d’un dispositif d’alerte interne 

 
Ce  dispositif

18

,  adaptĂ©  Ă   la  taille  de  l’organisation,  vise  Ă   recueillir  les  Ă©ventuels  signalements  et  Ă  

garantir  une  protection  adĂ©quate  aux  employĂ©s  signalant  les  conduites  ou  situations  illicites  ou  Ă  
risque.  
 
Il est construit en conformitĂ© avec le droit du travail, le cas Ă©chĂ©ant avec les obligations de dĂ©claration 
auprĂšs de la CNIL

19

 et, Ă  l’étranger, avec la rĂ©glementation locale en vigueur. 

 

Ce dispositif, dont le pĂ©rimĂštre doit ĂȘtre prĂ©cisĂ©ment circonscrit, permet : 
 

-

 

le signalement confidentiel ;  

-

 

la  protection  des  directeurs,  cadres,  employĂ©s  et,  en  tant  que  de  besoin,  des  partenaires 
commerciaux : 

‱

 

qui ne veulent pas commettre une infraction Ă  la dĂ©ontologie et aux normes professionnelles 
sur les instructions ou sous la pression de leurs supĂ©rieurs hiĂ©rarchiques ; 

 

‱

 

qui  souhaitent  signaler  de  bonne  foi  et  sur  la  base  de  soupçons  raisonnables  des 
manquements Ă  la loi, Ă  la dĂ©ontologie ou aux normes professionnelles se produisant au sein 
de l’organisation ; 

 

-

 

de prendre les mesures appropriĂ©es sur la base de tels signalements.

 

 
Le  dispositif  d’alerte  interne  peut,  en  tant  que  de  besoin,  ĂȘtre  ouvert  aux  tierces  parties.  En  effet, 
celles-ci ne bĂ©nĂ©ficiant pas, Ă  la diffĂ©rence des employĂ©s, de la protection lĂ©gale des lanceurs d’alerte, 
l’organisation peut prĂ©voir la protection de la tierce partie dans un cadre contractuel. 
 
 

                                                           

15

 Voir annexe 3 Conseils pratiques. 

16

 Voir annexe 1 Glossaire. 

17

 Voir annexe 3 Conseils pratiques. 

18

 

Voir annexe 1 Glossaire. 

19

 Voir annexe 3 Conseils pratiques. 

background image

 

 

 

 

 

4-

 

Le dispositif de contrĂŽle 

 

Une fois crĂ©Ă© le dispositif de prĂ©vention de la corruption, il convient de s’assurer de sa mise en Ć“uvre 
effective,  en  fonction  de  la  taille  de  l’organisation.  Le  contrĂŽle  interne

20

  et/ou  externe  permet  une 

vĂ©rification pĂ©riodique de son efficacitĂ©. 
 
Un systĂšme adĂ©quat de procĂ©dures financiĂšres et comptables, notamment des contrĂŽles comptables 
internes,  doit  garantir  la  tenue  de  livres,  registres  et  comptes  sincĂšres  et  vĂ©ritables,  afin  qu'ils  ne 
puissent ĂȘtre utilisĂ©s Ă  des fins de corruption ou pour masquer cette corruption.  
 
Le compte-rendu de ces vĂ©rifications doit ĂȘtre portĂ© Ă  l’attention des instances dirigeantes. 
 
L’audit de conformitĂ©

21

 peut utilement complĂ©ter le contrĂŽle interne en offrant un diagnostic objectif 

sur  les  dĂ©faillances  potentielles  de  la  procĂ©dure mise  en  place  et  en  fournissant  des  conseils  sur  la 
façon de l’amĂ©liorer. 
 
 

5-

 

La communication, la formation et le suivi du programme de conformitĂ© anticorruption 

 

L’engagement  des  dirigeants

22

  et  le  programme  de  conformitĂ©  anticorruption  de  l’organisation 

doivent ĂȘtre connus et appliquĂ©s Ă  tous les niveaux et fonctions exposĂ©es et/ou concernĂ©es : Ă©quipe 
de direction, forces de vente, achats, comptabilitĂ©/finances, ressources humaines, etc. 
 
La  formation  initiale  et  continue  des  employĂ©s  et  un  examen  pĂ©riodique  du  programme 
anticorruption sont nĂ©cessaires pour garantir la bonne comprĂ©hension et l’application du message et 
s’assurer que le programme demeure dynamique et en constante Ă©volution

23

 
Un  programme  de  formation  adaptĂ©  est  dĂ©terminant  pour  confĂ©rer  au  dispositif  Ă©laborĂ©  toute  son 
efficience et, partant, sa crĂ©dibilitĂ©. 
 
Il  s’agit  de  traduire  en  actions  l’engagement  de  la  direction,  notamment  par  la  mise  en  place  d’un 
programme  de  formation  pertinent  tant  par  ses  modalitĂ©s

24

  que  par  la  supervision  et  l’évaluation 

pĂ©riodique dont il fait l’objet. 
 
En  cohĂ©rence  avec  les  risques  identifiĂ©s  dans  la  cartographie,  diffĂ©rents  types  de  formation 
pourraient ĂȘtre distinguĂ©s : 

-

 

la formation des dirigeants ainsi que des cadres et personnels exposĂ©s ; 

-

 

la sensibilisation gĂ©nĂ©rale des employĂ©s aux valeurs d’intĂ©gritĂ© de l’entreprise ; 

-

 

le cas Ă©chĂ©ant, la sensibilisation de certaines tierces parties. 

 
L’organisation  devrait  prendre  les  mesures  nĂ©cessaires  pour  que  le  dispositif  de  prĂ©vention  de  la 
corruption  s’adapte  aux  Ă©volutions  du  contexte  (par  exemple,  nouveaux  risques  identifiĂ©s  et/ou 
rĂ©alisĂ©s,  nouvelles  normes,  mesures  correctrices  dans  le  cadre  du  suivi)  et  fasse  l’objet  d’une 
communication externe rĂ©guliĂšrement actualisĂ©e.  

                                                           

20

 

Voir annexe 1 Glossaire.

 

21

 Voir annexe 1 Glossaire. 

22

 

Voir Â§ 1 

supra

.

 

23

 Voir annexe 3 Conseils pratiques. 

24

 Idem. 

background image

 

 

 

 

 

6-

 

La mise en place d’une politique de sanctions 

 

Sans  prĂ©judice  de  la  facultĂ©  de  signaler  aux  services  de  police  ou  au  procureur  de  la  RĂ©publique 
territorialement  ou  nationalement  compĂ©tent  les  faits  susceptibles  de  constituer  une  infraction, 
l’organisation  devrait  mettre  en  place  une  politique  de  sanctions  internes  par  des  procĂ©dures 
disciplinaires  appropriĂ©es  Ă   l’encontre  de  tous  les  personnels,  des  employĂ©s  aux  cadres  dirigeants, 
lorsqu’il  a  Ă©tĂ©  dĂ©montrĂ©  qu’ils  ont  commis  des  actes  en  violations  des  politiques  et  procĂ©dures 
internes anticorruption

.

 

 
La communication sur ces possibles sanctions devrait accompagner celle qui concerne le programme 
de conformitĂ© anticorruption. L'organisation  peut dĂ©cider, selon les circonstances, s’il y a  lieu 
de communiquer sur les dĂ©cisions de sanctions mises en Ć“uvre. 
 
L’analyse  des  causes  qui  ont  rendu  possible  le  fait  Ă   l’origine  des  sanctions  pourrait  utilement 
complĂ©ter  la  politique  de  sanctions  en  apportant  une  rĂ©flexion  sur  les  moyens  Ă   mettre  en  Ć“uvre  
pour Ă©viter son renouvellement.  
 

 
III. LES ACTIONS DES ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES 
 

 

Les organisations professionnelles pourraient utilement participer Ă  la mise en Ć“uvre du programme 
de conformitĂ© anticorruption Ă  travers, par exemple : 
 

-

 

la veille lĂ©gislative et parlementaire ; 

-

 

la  diffusion  et  l’actualisation d'informations  sur  les  questions  de  corruption  nationale  et 
transnationale ; 

-

 

des actions de sensibilisation et d’incitation auprĂšs des organisations. 
 

 
 

 

background image

 

 

 

 

 

 

CONCLUSION  

 

Le  prĂ©sent    document  a  pour  but  d’accompagner  les  organisations  dans  leur  dĂ©marche  de  mise  en 
place  d’un  programme  de  conformitĂ©  efficace  visant  Ă   lutter  contre  la  corruption  dans  les 
transactions commerciales en mettant Ă  leur disposition des lignes de conduite adaptĂ©es.  
 
Dans cette optique, les organisations devraient au minimum construire leur dispositif en s’appuyant 
sur les 6 principes suivants :  
 

1. L’engagement des dirigeants au plus haut niveau

 

 
2. L’évaluation des risques

 

 
3. La mise en place d’un programme de conformitĂ© anticorruption

 

Etablissement d’un document de rĂ©fĂ©rence 
DĂ©signation d’un rĂ©fĂ©rent 
DĂ©finition de procĂ©dures 

IntĂ©gration dans les contrats commerciaux d’une clause anti-corruption 
DĂ©finition des procĂ©dures adaptĂ©es aux risques identifiĂ©s 
Vigilance vis-Ă -vis des tierces parties 
Mise en place d’un dispositif d’alerte interne 
 

4. Le dispositif de contrĂŽle

 
5. La communication, la formation et le suivi du programme de conformitĂ© anticorruption

 
6. La mise en place d’une politique de sanctions

 
L’efficacitĂ© du dispositif de prĂ©vention de la corruption ne rĂ©sulte pas du nombre de mesures prises, 
mais de la rĂ©alitĂ© de leur mise en Ć“uvre.

 

 

 

*           * 

 
 

background image

 

 

 

 

10 

 

ANNEXE 1 â€“ GLOSSAIRE DES TERMES EMPLOYES 

 
 

Alerte interne en matiĂšre de corruption 

 

Il  n’existe  pas  Ă   ce  jour,  en  droit  français,  de  dĂ©finition  lĂ©gale  ou  rĂ©glementaire  gĂ©nĂ©rale  de  l’alerte 
professionnelle.  
 
L’alerte est le fait pour un employĂ©

25

, ou le cas Ă©chĂ©ant une tierce partie

26

, de dĂ©noncer, de bonne foi 

et  sur  la  base  de  soupçons  raisonnables,  des  faits  de  corruption  dont  il  a  eu  connaissance  dans 
l’exercice de ses fonctions ou dans le cadre de relations contractuelles.   
 
Les personnes destinataires de ces signalements varient en fonction des organisations, par exemple : 
supĂ©rieurs de rang Ă©levĂ©, rĂ©fĂ©rent dĂ©ontologie

27

, reprĂ©sentants du personnel.  

 
L’alerte  interne  peut  emprunter  diffĂ©rents  canaux,  par  exemple :  dĂ©claration  verbale,  courrier, 
courriel, fax.  
 
Dans  le  cas  oĂč  l’organisation  opte  pour  la  mise  en  place  d’un  Â« dispositif  d’alerte  professionnelle Â» 
nĂ©cessitant la crĂ©ation de fichiers nominatifs, celui-ci doit ĂȘtre compatible avec les prescriptions de la 
loi  n° 78-17  du  6  janvier  1978  sur  l’informatique  et  les  libertĂ©s,  dont  le  respect  est  assurĂ©  par    la 
Commission nationale de l’informatique et des libertĂ©s (CNIL)

28

 
 

Audit de conformitĂ© 

 

L’audit  de  conformitĂ©  interne  ou  externe  est  un  outil  d’évaluation  autonome  et  objective  de  la 
conformitĂ© des activitĂ©s ou opĂ©rations par rapport aux exigences (normes lĂ©gales et rĂ©glementaires, 
standards  internationaux,  normes  issues  du  rĂšglement  intĂ©rieur)  applicables  en  matiĂšre  de 
prĂ©vention et de lutte contre la corruption. Il permet Ă  l’organisation d’apprĂ©cier le degrĂ© de maĂźtrise 
de  ses  opĂ©rations,  d’identifier  d’éventuelles  non-conformitĂ©s  et  de  proposer  des  pistes 
d’amĂ©lioration, sous la forme d’un  Â« 

programme de mise en conformitĂ©

 Â».

 

 

 

Cartographie des risques 

 
La  cartographie  des  risques  de  corruption  permet  d’identifier,  d'analyser  et  de  hiĂ©rarchiser  les 
diffĂ©rents risques, internes Ă  l’organisation ou externes. 
 
Elle  consiste  en  une  description  objective  et  structurĂ©e  des  risques  existants,  Ă   travers  leur 
occurrence, leurs consĂ©quences et leur prise en charge. 

                                                           

25

 La loi n° 2007-1598 du 13 novembre 2007 relative Ă  la lutte contre la corruption a introduit dans le Code du travail l’article 

L.  1161-1  a  instaurĂ©  une  protection  juridique  du  salariĂ©  lanceur  d’alerte.  Cette  protection  a  Ă©tĂ©  prĂ©cisĂ©e  et  Ă©tendue  par 
l’article 35 de la loi n° 2013-1117 du 6 dĂ©cembre 2013 relative Ă  la lutte contre la fraude fiscale et la grande dĂ©linquance 
Ă©conomique et financiĂšre, dont est issu l’article L1132-3-3 nouveau du code du travail. 

26

 L’organisation a la possibilitĂ© d’aller au-delĂ  du cadre lĂ©gal  protĂ©geant le lanceur d’alerte employĂ©. Elle pourrait prĂ©voir 

des mesures permettant au lanceur d’alerte extĂ©rieur Ă  l’organisation (tierce partie) de ne pas ĂȘtre sanctionnĂ© Ă  ce titre (par 
exemple par un dĂ©rĂ©fĂ©rencement abusif d’un fournisseur). 

27

 Voir dĂ©finition 

infra

28

 Voir annexe 4 RĂ©fĂ©rences normatives. 

background image

 

 

 

 

11 

 

 
La cartographie met en relief les risques liĂ©s, par exemple : 

-

 

Ă  la sensibilitĂ© du secteur d’activitĂ© ;  

-

 

Ă  la zone gĂ©ographique (notamment le systĂšme politique et administratif local) ; 

-

 

Ă  la sensibilitĂ© des fonctions au sein de l’organisation ; 

-

 

aux bĂ©nĂ©ficiaires effectifs des paiements ; 

-

 

aux relations avec les tierces parties (en particulier le recours Ă  des intermĂ©diaires). 

 
 

ContrĂŽle interne 

 
Le contrĂŽle interne est un dispositif conçu et mis en Ć“uvre par l’organisation, instituant un ensemble 
adaptĂ© de moyens, de procĂ©dures et d’actions et ayant pour objectif d'assurer la bonne maĂźtrise de 
ses activitĂ©s, l’efficacitĂ© de ses opĂ©rations et le respect des consignes formulĂ©es.  
 
Dispositif  global  propre  Ă   l’organisation,  le  contrĂŽle  interne  ne  se  limite  pas  aux  seuls  processus 
comptables mais vise plus largement Ă  dĂ©tecter les erreurs ou les fraudes, financiĂšres comme extra-
financiĂšres (opĂ©rationnelles, de conformitĂ©, etc.). 
 
 

Dirigeants d’entreprises 

 
Les  dirigeants  d’entreprises  sont  les  personnes  physiques  ou  morales  qui  dirigent,  gĂšrent  et 
reprĂ©sentent une sociĂ©tĂ© commerciale.  
 
La catĂ©gorie des dirigeants d’entreprises recouvre les organes de gestion et les reprĂ©sentants lĂ©gaux 
d’une entreprise : 

-

 

prĂ©sident du conseil d’administration et  conseil d’administration dans les sociĂ©tĂ©s anonymes 
(SA) ; 

-

 

 prĂ©sident  du  directoire  et  directoire  dans  les  S.A.  constituĂ©es,  selon  le  modĂšle  allemand, 
sous forme de directoire et conseil de surveillance ; 

-

 

prĂ©sident dans les sociĂ©tĂ©s par actions simplifiĂ©es (SAS) ; 

-

 

gĂ©rants dans les sociĂ©tĂ©s en nom collectif (SNC), les sociĂ©tĂ©s en commandite simple (SCS),  les 
sociĂ©tĂ©s  en  commandite  par  action  (SCA),  les  sociĂ©tĂ©s  anonymes  Ă   responsabilitĂ©  limitĂ©e 
(SARL), directeurs gĂ©nĂ©raux, ...). 

 
Le conseil de surveillance ne peut ĂȘtre considĂ©rĂ© comme un organe de direction. 
 
Les dirigeants, Ă  l’exception des directeurs gĂ©nĂ©raux, sont des mandataires sociaux dont le statut est 
inassimilable  Ă   celui  d’un  salariĂ©  (ils  ne  bĂ©nĂ©ficient  pas  de  la  protection  du  code  du  travail, 
notamment en matiĂšre de rĂ©munĂ©ration ou de licenciement). 
 
A l’égard des tiers, ils ont le pouvoir d’engager la sociĂ©tĂ©, en principe dans la limite de l’objet social. 
 
Ils peuvent ĂȘtre responsables pĂ©nalement de leurs infractions personnelles (corruption, abus de biens 
sociaux,  fraude  fiscale,  etc.)  ou  des  infractions  commises  par  des  prĂ©posĂ©s  (responsabilitĂ©  du  chef 
d’entreprise).  De  mĂȘme,  ils  peuvent  voir  leur  responsabilitĂ©  engagĂ©e  au  titre  du  passif  social 
(comblement de passif) ou fiscal (voir responsabilitĂ© fiscale des dirigeants) de la sociĂ©tĂ©. 

 
 

background image

 

 

 

 

12 

 

Due diligence 

 
La 

due  diligence

  ou  diligence  raisonnable  est  l'ensemble  des  vĂ©rifications  qu'une  organisation,  une 

acquĂ©reur  ou  un  investisseur  Ă©ventuels, va  rĂ©aliser  avant  une  transaction,  afin  de  se  faire  une  idĂ©e 
prĂ©cise  de  la  situation  de  l’entreprise  et  de  celles  des  personnes  avec  lesquelles  il  envisage  de 
traiter

29

 
De maniĂšre plus gĂ©nĂ©rale, la diligence raisonnable est le degrĂ© de jugement, de soin, de prudence, de 
fermetĂ©  et  d'action  auquel  on  peut  s'attendre  d'une  personne  raisonnable,  dans  les  circonstances 
considĂ©rĂ©es. 
 
En matiĂšre de diligence raisonnable anticorruption, il n’existe pas de modĂšle unique. DĂšs lors, chaque 
organisation doit prendre des mesures de 

due diligence

 adaptĂ©es : 

-

 

aux circonstances, par exemple : taille, structure juridique (maison-mĂšre, filiale, sous-traitant, 
etc.), ressources disponibles, profil de risque ; 

-

 

aux risques propres Ă  la relation d’affaires en cause, par exemple : identitĂ© et rĂ©putation de la 
tierce partie, nature et Ă©tendue des services attendus

30

 
 

Instances de gouvernance 

 
Les instances de gouvernance dĂ©signent : 
 

-

 

Le conseil d’administration des sociĂ©tĂ©s anonymes (SA) ; 

 
-

 

Le directoire des sociĂ©tĂ©s anonymes Ă  directoire et conseil de surveillance ; 

 

-

 

Les comitĂ©s Ă©manant du conseil d’administration ou du directoire 

 
 Ces  comitĂ©s  spĂ©cialisĂ©s  composĂ©s  d’administrateurs  ou  de  membres  du  directoire  nommĂ©s  par  le 
conseil  ou  par  le  directoire,  pour  la  durĂ©e  de  leur  mandat  d’administrateur  ou  de  membre  du 
directoire, prĂ©parent les travaux et dĂ©libĂ©rations du conseil d’administration ou du directoire, dans 
certains domaines et instruisent les affaires entrant dans leurs attributions, ou le cas Ă©chĂ©ant, celles 
qui  leur  sont  confiĂ©es  par  le  PrĂ©sident-directeur  gĂ©nĂ©ral  ou  le  prĂ©sident.  Ils  rendent  compte 
rĂ©guliĂšrement au conseil ou au directoire de leurs travaux et lui soumettent leurs observations, avis, 
propositions ou recommandations. Par exemple : 
‱ Le comitĂ© d’audit, notamment chargĂ© d'assurer le suivi du processus d'Ă©laboration des comptes et 
de l'efficacitĂ© des systĂšmes de contrĂŽle interne et de gestion des risques. Ce comitĂ© a un rĂŽle Ă  jouer 
en matiĂšre de prĂ©vention et de lutte contre la corruption, en liaison avec le comitĂ© de responsabilitĂ© 
sociale ; 
‱  Le  comitĂ©  de  responsabilitĂ©  sociale  veille  Ă   l’examen  des  politiques  sociales,  au  reporting  et  au 
pilotage sociĂ©tal, environnemental et Ă©thique de l’entreprise ;  

                                                           

29

  Il  existe  plusieurs  types  de 

due  diligence

,  par  exemple :  stratĂ©gique,  environnementale,  informatique,  fiscale,  sociale, 

comptable et financiĂšre, anticorruption. 

30

 Pour la mise en Ć“uvre, les entreprises pourront se reporter, par exemple, aux â€œ

Good practices Guidelines on Conducting 

Third Party Due-Diligence

”, publiĂ©es par le World Economic Forum (Forum Ă©conomique mondial. Y sont notamment traitĂ©es 

les  questions  relatives  Ă   l’évaluation  du  risque  de  corruption  chez  les  tierces  parties,  Ă   la  collecte,  Ă   la  vĂ©rification  et  Ă   la 
validation  des  donnĂ©es  recueillies,  Ă   la  mise  en  place  de  procĂ©dures  de  contrĂŽle  des  risques  et  Ă   leur  mise  en  Ć“uvre 
effective.  Des prestataires privĂ©s sont Ă©galement susceptibles de les aider Ă  exercer des mesures de 

due dilgience

.

 

background image

 

 

 

 

13 

 

‱    Le  comitĂ©  de  nomination  et  de  rĂ©munĂ©ration,  qui  a  pour  principales  missions  de  dĂ©finir  et 
conduire les procĂ©dures de nomination des membres du Conseil d’Administration et la rĂ©munĂ©ration 
des  mandataires  sociaux.  Il  Ă©value  Ă©galement  le  fonctionnement  des  comitĂ©s  de  ResponsabilitĂ© 
Sociale, d’Audit et du Conseil d’Administration ; 

 

-

 

Le comitĂ© exĂ©cutif ou comitĂ© de direction 

 

Ce  comitĂ©  est  responsable  de  la  dĂ©finition  de  la  stratĂ©gie,  de  l'organisation  et  des  politiques  de 
l’organisation, de la fixation des objectifs opĂ©rationnels, notamment dans les domaines budgĂ©taire et 
financier, de la dĂ©finition des actions nĂ©cessaires Ă  la mise en Ć“uvre de la stratĂ©gie, de la dĂ©finition 
des axes de dĂ©veloppement prioritaires des ressources humaines, et, en particulier de la politique de 
gestion des carriĂšres, de la validation des plans de succession et de la dĂ©termination des orientations 
de la politique salariale. 
 

 

Organisation(s) 

On entend par Â« organisation Â» toute structure susceptible de rĂ©aliser des transactions commerciales, 
per exemple : 
 

-

 

les entreprises privĂ©es, ou leurs groupements, quelle qu’en soit la forme juridique ; 

-

 

les entreprises publiques nationales et locales, quelle qu’en soit la forme juridique ; 

-

 

les Ă©tablissements publics nationaux et locaux ; 

-

 

les associations. 

 
 

Personnes politiquement exposĂ©es (PPE) 

Il  n’existe  pas  de  dĂ©finition  gĂ©nĂ©rale  de  la  notion  de  Personnes  politiquement  exposĂ©es,  mais 
plusieurs approches telles que celles proposĂ©es par : 
 
Le code monĂ©taire et financier

31

, pour lequel les PPE sont des personnes : 

-

 

dont la rĂ©sidence est situĂ©e dans un Ă‰tat Ă©tranger ; 

-

 

et  qui  sont  exposĂ©es  Ă   des  risques  particuliers  en  raison  des  fonctions  politiques, 
juridictionnelles  ou  administratives  qu’elles  exercent  ou  ont  exercĂ©es  pour  le  compte  d’un 
État Ă©tranger ou d’une institution internationale publique crĂ©Ă©e par un traitĂ©, ou qu’exercent 
ou ont exercĂ©es des membres directs de leur famille ou des personnes connues pour leur ĂȘtre 
Ă©troitement associĂ©es. 

 

Le Groupe d’action financiĂšre (GAFI)

 32

, qui distingue trois catĂ©gories de PPE : 

 

-

 

les  PPE  Ă©trangĂšres,  c’est-Ă -dire  les  personnes  qui  exercent  ou  ont  exercĂ©  d'importantes 
fonctions publiques dans un pays Ă©tranger, par exemple, les chefs d'État et de gouvernement, 

                                                           

31

 La notion de PPE  a Ă©tĂ© introduite en droit français (article R. 561-18 du Code MonĂ©taire et Financier)  Ă  l’occasion de la 

transposition  de la troisiĂšme directive europĂ©enne 2005/60 du 26 octobre 2005 relative Ă  la prĂ©vention  de l'utilisation du 
systĂšme financier aux fins du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme. 

32

  Organisme  intergouvernemental  crĂ©Ă©  en  1989,  dont  le  secrĂ©tariat  est  assurĂ©  par  l’OCDE  et  dont  les  objectifs  sont 

l’élaboration des normes et la promotion de l’efficace application de mesures lĂ©gislatives, rĂ©glementaires et opĂ©rationnelles 
en  matiĂšre  de  lutte  contre  le  blanchiment  de  capitaux,  le  financement  du  terrorisme  et  les  autres  menaces  liĂ©es  pour 
l’intĂ©gritĂ© du systĂšme financier international. 

background image

 

 

 

 

14 

 

les  politiciens  de  haut  rang,  les  hauts  responsables  au  sein  des  pouvoirs  publics,  les 
magistrats  et  militaires  de  haut  rang,  les  dirigeants  d'entreprise  publique  et  les  hauts 
responsables de partis politiques ; 

 
-

 

les  PPE  nationales,  c’est-Ă -dire  les  personnes  physiques  qui  exercent  ou  ont  exercĂ© 
d'importantes  fonctions  publiques  dans  le  pays,  par  exemple,  les  chefs  d'État  et  de 
gouvernement,  les  politiciens  de  haut  rang,  les  hauts  responsables  au  sein  des  pouvoirs 
publics,  les  magistrats  et  militaires  de  haut  rang,  les  dirigeants  d'entreprise  publique  et  les 
hauts responsables de partis politiques ; 

 
-

 

les  personnes  qui  exercent  ou  ont  exercĂ©  d’importantes  fonctions  au  sein  de  ou  pour  le 
compte d’une organisation internationale dĂ©signe les membres de la haute direction, c’est-Ă  
dire  les  directeurs,  les  directeurs  adjoints  et  les  membres  du  conseil  d’administration  et 
toutes les personnes exerçant des fonctions Ă©quivalentes. La notion de PPE ne couvre pas les 
personnes de rang moyen ou infĂ©rieur. 

 
 

Tierces parties 

 

Le terme de Â« tierces parties Â» dĂ©signe : 
 

-

 

les agents, les courtiers, et autres intermĂ©diaires commerciaux

33

 ; 

-

 

les associĂ©s au sein d’une co-entreprise ou d’un groupement d’intĂ©rĂȘts Ă©conomique ; 

-

 

les clients ; 

-

 

les cocontractants et les sous-traitants ; 

-

 

les conseils

34

 ; 

-

 

les distributeurs ; 

-

 

les fournisseurs ; 

-

 

les lobbyistes ; 

-

 

les autres prestataires de service

35

 

 
 

Transactions commerciales 

 
Le  terme  Â« transactions  commerciales Â»  dĂ©signe   tout  accord  ou  convention  entre  deux  parties 
portant sur un acte commercial

36

.  

 
Dans  le  cadre  des  prĂ©sentes  lignes  directrices,  les  marchĂ©s  publics  entrent  dans  le  champ  des 
transactions commerciales. 
 

 

                                                           

33

 Personne physique ou morale titulaire d’un mandat aux termes duquel elle est habilitĂ©e Ă  agir pour le compte et Ă  la place 

de, ou Ă  reprĂ©senter les intĂ©rĂȘts Ă©conomiques d’une autre organisation (agent commercial, reprĂ©sentant, etc.). 

34

 Avocats et conseils juridiques, conseillers fiscaux, conseillers financiers, consultants, etc. 

35

 Recrutement  de cadres, communication et publicitĂ©, plateformes de tĂ©lĂ©marketing, logistique, stockage, traitement des 

dĂ©chets industriels, etc. 

36

 Un acte de commerce est un acte ou un fait juridique soumis aux rĂšgles du droit commercial en raison de sa nature, de sa 

forme ou de la qualitĂ© de commerçant de son auteur.  

 

background image

 

 

 

 

15 

 

ANNEXE 2 â€“ LES INFRACTIONS DE CORRUPTION ET ASSIMILEES : DEFINITIONS ET SANCTIONS 

 
Sous  le  terme  gĂ©nĂ©rique  de  Â« corruption Â»,  les  prĂ©sentes  lignes  directrices  visent  non  seulement  la 
corruption  proprement  dite,  mais  aussi  le  trafic  d’influence  et  les  dĂ©lits  d’entrave  au  cours  de  la 
justice, française ou internationale. 
 
La corruption active et la corruption passive sont deux infractions complĂ©mentaires mais autonomes. 
Les agissements du corrupteur et ceux du corrompu peuvent ĂȘtre poursuivis et jugĂ©s sĂ©parĂ©ment et 
la rĂ©pression de l'un n'est nullement subordonnĂ©e Ă  la sanction de l'autre. Il en va de mĂȘme du trafic 
d’influence actif et du trafic d’influence passif. 
 
La  loi  n°2013-1117  du  6  dĂ©cembre  2013  relative  Ă   la  lutte  contre  la  fraude  fiscale  et  la  grande 
dĂ©linquance Ă©conomique et financiĂšre a renforcĂ© trĂšs substantiellement les peines encourues pour la 
corruption et les autres atteintes Ă  la probitĂ©, tant par les personnes physiques que par les personnes 
morales : 
 

-

 

S’agissant  des  personnes  physiques :  les  dĂ©lits  punis  jusqu’alors  de  75 000  euros  d’amende 
(notamment  le  trafic  d’influence  visant  Ă   entraver  le  cours  de  la  justice  nationale  ou 
internationale et la corruption privĂ©e) sont dĂ©sormais punis d’une amende de 500 000 euros, 
ou, alternativement, d’un montant double de celui du produit du dĂ©lit. 

 

-

 

S’agissant  des  personnes  morales :  l’augmentation  du  quantum  encouru  par  les  personnes 
physiques pour corruption d’agent public Ă©tranger, combinĂ©e Ă  l’article 131-41 du code pĂ©nal 
qui  prĂ©voit  que  les  peines  d’amendes  des  personnes  morales  peuvent  ĂȘtre  portĂ©es  au 
quintuple

37

,  a  eu  pour  effet  de  porter  l’amende  maximale  encourue  par  les  personnes 

morales de 750.000€ (5 X 150.000 â‚Ź) Ă  5 millions â‚Ź (5 X 1 M â‚Ź). Toutefois, la loi du 6 dĂ©cembre 
2013  prĂ©voit  que  le  montant  de  l’amende  encourue  par  une  personne  physique  peut  ĂȘtre 
portĂ©e au double du produit tirĂ© de l’infraction, ce qui implique, en application de la rĂšgle du 
quintuple, que ce montant peut ĂȘtre portĂ© au dĂ©cuple du produit tirĂ© de l’infraction pour les 
personnes morales.  

 

1. Corruption d’agents publics français : 

 

(Article 433-1 du code pĂ©nal) 

 

Il  est  interdit  Ă   quiconque,  de  proposer,  sans  droit,  Ă   tout  moment,  directement  ou  indirectement, 
des  offres,  des  promesses,  des  dons,  des  prĂ©sents  ou  des  avantages  quelconques  Ă   une  personne 
dĂ©positaire de l'autoritĂ© publique, chargĂ©e d'une mission de service public ou investie d'un mandat 
Ă©lectif public, pour elle-mĂȘme ou pour autrui, afin qu'elle accomplisse ou s'abstienne d'accomplir un 
acte de sa fonction, de sa mission ou de son mandat, ou facilitĂ© par sa fonction, sa mission ou son 
mandat. 
 
Il est interdit de cĂ©der Ă  une personne dĂ©positaire de l'autoritĂ© publique, chargĂ©e d'une mission de 
service  public  ou  investie  d'un  mandat  Ă©lectif  public  qui  sollicite,  sans  droit,  Ă   tout  moment, 
directement ou  indirectement,  des  offres,  des  promesses,  des  dons,  des  prĂ©sents  ou  des  avantages 
quelconques, pour elle-mĂȘme ou pour autrui, afin d'accomplir ou de s'abstenir d'accomplir un acte. 
 

                                                           

37

 Â« 

Le taux maximum de l'amende applicable aux personnes morales est Ă©gal au quintuple de celui prĂ©vu pour les personnes 

physiques par le rĂšglement qui rĂ©prime l'infraction 

». 

background image

 

 

 

 

16 

 

La transgression de l’une ou l’autre de ces interdictions est punie de dix ans d'emprisonnement et de 
1 000 000 â‚Ź d'amende. 
 

2. Corruption d’agent public Ă©tranger ou d’agent d’une organisation internationale publique

38

 :  

(Article 435-3 du code pĂ©nal) 
 
Il est interdit Ă  quiconque, de proposer, sans droit, Ă  tout moment, directement ou indirectement, Ă  
une personne dĂ©positaire de l'autoritĂ© publique, chargĂ©e d'une mission de service public ou investie 
d'un  mandat  Ă©lectif  public  dans  un  Etat  Ă©tranger  ou  au  sein  d'une  organisation  internationale 
publique, des offres, des promesses, des dons, des prĂ©sents ou des avantages quelconques, pour elle-
mĂȘme  ou  pour  autrui,  afin  d'obtenir  qu'elle  accomplisse  ou  s'abstienne  d'accomplir  un  acte  de  sa 
fonction, de sa mission ou de son mandat, ou facilitĂ© par sa fonction, sa mission ou son mandat. 
 
Il est interdit Ă  quiconque, de cĂ©der Ă  une personne dĂ©positaire de l'autoritĂ© publique, chargĂ©e d'une 
mission  de  service  public  ou  investie  d'un  mandat  Ă©lectif  public  dans  un  Etat  Ă©tranger  ou  au  sein 
d'une organisation internationale publique, qui sollicite, sans droit, Ă  tout moment, directement ou 
indirectement, des offres, des promesses, des dons, des prĂ©sents ou des avantages quelconques, pour 
elle-mĂȘme ou pour autrui, afin d'accomplir ou de s'abstenir d'accomplir un acte de sa fonction, de sa 
mission ou de son mandat, ou facilitĂ© par sa fonction, sa mission ou son mandat. 
 
La transgression de l’une ou l’autre de ces interdictions est punie de dix ans d'emprisonnement et de 
1 000 000 â‚Ź d'amende. 
 

3. Corruption visant Ă  entraver le cours de la justice française : 

(Article 434-9 du code pĂ©nal) 

 

Il est interdit de cĂ©der aux sollicitations d'un magistrat, d’un jurĂ© ou de toute autre personne siĂ©geant 
dans  une  formation  juridictionnelle  ;  d’un  fonctionnaire  au  greffe  d'une  juridiction  ;  d’un  expert 
nommĂ©, soit par une juridiction, soit par les parties ; d’une personne chargĂ©e par l'autoritĂ© judiciaire 
ou  par  une  juridiction  administrative  d'une  mission  de  conciliation  ou  de  mĂ©diation  ;  d’un  arbitre 
exerçant sa mission sous l'empire du droit national sur l'arbitrage,  ou de proposer Ă  l’une ou l’autre 
de  ces  personnes,  sans  droit,  Ă   tout  moment,  directement  ou  indirectement,  des  offres,  des 
promesses,  des  dons,  des prĂ©sents  ou  des  avantages  quelconques,  pour  elle-mĂȘme  ou  pour  autrui, 
afin d'obtenir d'une de ces personnes l'accomplissement ou l'abstention d'un acte de sa fonction ou 
facilitĂ© par sa fonction est puni des mĂȘmes peines. 
 
La  transgression  de  cette  interdiction  est  punie  de  dix  ans  d'emprisonnement  et  de  1 000 000  â‚Ź 
d'amende. 
 

4. Corruption visant Ă  entraver le cours de la justice internationale 

(Article 435-9 du code pĂ©nal) 
 
Il est interdit Ă  quiconque, de proposer, sans droit, Ă  tout moment, directement ou indirectement, Ă  : 
1° Toute personne exerçant des fonctions juridictionnelles dans un Etat Ă©tranger ou au sein ou auprĂšs 
d'une cour internationale ; 
2° Tout fonctionnaire au greffe d'une juridiction Ă©trangĂšre ou d'une cour internationale ; 
3° Tout expert nommĂ© par une telle juridiction ou une telle cour ou par les parties ; 

                                                           

38

  CatĂ©gorie  incluant  tous  les  organismes  crĂ©Ă©s  en  application  du  traitĂ©  sur  l'Union  europĂ©enne  (Article  435-5  du  code 

pĂ©nal). 

background image

 

 

 

 

17 

 

4° Toute personne chargĂ©e d'une mission de conciliation ou de mĂ©diation par une telle 
juridiction ou une telle cour ; 
5° Tout arbitre exerçant sa mission sous l'empire du droit d'un Etat Ă©tranger sur l'arbitrage, pour lui-
mĂȘme  ou  pour  autrui,  des  offres,  des  promesses,  des  dons,  des  prĂ©sents  ou  des  avantages 
quelconques pour obtenir l'accomplissement ou l'abstention d'un acte de sa fonction ou facilitĂ© par 
sa fonction. 
 
Il est interdit Ă  quiconque, de cĂ©der Ă  : 
1° Toute personne exerçant des fonctions juridictionnelles dans un Etat Ă©tranger ou au sein ou auprĂšs 
d'une cour internationale ; 
2° Tout fonctionnaire au greffe d'une juridiction Ă©trangĂšre ou d'une cour internationale ; 
3° Tout expert nommĂ© par une telle juridiction ou une telle cour ou par les parties ; 
4° Toute personne chargĂ©e d'une mission de conciliation ou de mĂ©diation par une telle juridiction ou 
une telle cour ; 
5°  Tout  arbitre  exerçant  sa  mission  sous  l'empire  du  droit  d'un  Etat  Ă©tranger  sur  l'arbitrage,  qui 
sollicite,  sans  droit,  Ă   tout  moment,  directement  ou  indirectement,  des  offres,  des  promesses,  des 
dons,  des  prĂ©sents  ou  des  avantages  quelconques,  pour  elle-mĂȘme  ou  pour  autrui,  en  vue  de 
l'accomplissement ou de l'abstention d'un acte de sa fonction. 
 
La transgression de l’une ou l’autre de ces interdictions est punie de dix ans d'emprisonnement et de 
1 000 000 â‚Ź d'amende. 
 
Les personnes physiques et morales qui se rendent coupable de corruption active visant Ă  entraver le 
cours de la justice française ou internationale encourent, au-delĂ  de l’amende (et, pour les personnes 
physiques, de la peine de prison), des peines complĂ©mentaires : 
 
- Pour les personnes physiques :

  

(Article 434-44 et 435-14 du code pĂ©nal) 

 

a)   l'interdiction des droits civiques, civils et de famille ; 
b)

 

l'affichage ou la diffusion de la dĂ©cision prononcĂ©e ; 

c)

 

la  peine  complĂ©mentaire  d'interdiction,  soit  d'exercer  une  fonction  publique  ou  d'exercer 
l'activitĂ©  professionnelle  ou  sociale  dans  l'exercice  ou  Ă   l'occasion  de  l'exercice  de  laquelle 
l'infraction  a  Ă©tĂ©  commise,  soit  d'exercer  une  profession  commerciale  ou  industrielle,  de 
diriger,  d'administrer,  de  gĂ©rer  ou  de  contrĂŽler  Ă   un  titre  quelconque,  directement  ou 
indirectement,  pour  leur  propre  compte  ou  pour  le  compte  d'autrui,  une  entreprise 
commerciale ou industrielle ou une sociĂ©tĂ© commerciale ; 

d)

 

la confiscation de la chose qui a servi ou Ă©tait destinĂ©e Ă  commettre l'infraction, Ă  l'exception 
des objets susceptibles de restitution ; 

e)

 

pour les Ă©trangers, l'interdiction du territoire français soit Ă  titre dĂ©finitif, soit pour une durĂ©e 
de dix ans au plus (Article 434-46 et 435-14 du code pĂ©nal). 

 

- Pour les personnes morales : 
(Article 434-47 et 435-15  du code pĂ©nal) 
 

a)

 

pour une durĂ©e de cinq ans au plus : 

-

 

interdiction d’exercer certaines activitĂ©s, 

-

 

placement sous surveillance judiciaire, 

-

 

fermeture d’un ou plusieurs Ă©tablissements, 

-

 

exclusion des marchĂ©s publics, 

background image

 

 

 

 

18 

 

-

 

interdiction  de  proposer  au  public  ou  de  faire  admettre  des  titres  financiers  aux 
nĂ©gociations sur un marchĂ© rĂ©glementĂ©, 

-

 

interdiction partielle d’émettre des chĂšques. 

b)

 

la confiscation ; 

c)

 

l'affichage ou la diffusion de la dĂ©cision. 

 
5. Corruption Â« privĂ©e Â» : 

 
Par exemple : 

-

 

la  corruption  d’un  acheteur  d’une  entreprise  A  par  un  commercial    d’une  entreprise  B, 
cherchant Ă  placer sa marchandise ; 

-

 

la  corruption  d’un  informaticien  par  une  personne  extĂ©rieure  Ă   l’entreprise  cherchant  Ă  
bĂ©nĂ©ficier irrĂ©guliĂšrement de droits d’accĂšs au systĂšme informatique de cette entreprise ; 

-

 

la corruption d’un agent de gardiennage par une personne extĂ©rieure Ă  l’entreprise cherchant 
Ă  pĂ©nĂ©trer irrĂ©guliĂšrement sur le site ou dans un local d’un Ă©tablissement industriel ; 

-

 

la  corruption  d’un  comptable  de  l’entreprise  par  un  autre  salariĂ©  cherchant  Ă   altĂ©rer 
l’enregistrement de certaines opĂ©rations, etc. 

 

α) Corruption active des personnes n'exerçant pas une fonction publique 

(Article 445-1 du code pĂ©nal) 
 
Il est interdit Ă  quiconque, de proposer, sans droit, Ă  tout moment, directement ou indirectement, Ă  
une  personne  qui, sans ĂȘtre  dĂ©positaire  de  l'autoritĂ© publique,  ni  chargĂ©e  d'une  mission  de  service 
public, ni investie d'un mandat Ă©lectif public exerce, dans le cadre d'une activitĂ© professionnelle ou 
sociale, une fonction de direction ou un travail pour une personne physique ou morale ou pour un 
organisme  quelconque,  des  offres,  des  promesses,  des  dons,  des  prĂ©sents  ou  des  avantages 
quelconques, pour elle-mĂȘme ou pour autrui, pour qu'elle accomplisse ou s'abstienne d'accomplir, ou 
parce qu'elle a accompli ou s'est abstenue d'accomplir un acte de son activitĂ© ou de sa fonction ou 
facilitĂ©  par  son  activitĂ©  ou  sa  fonction,  en  violation  de  ses  obligations  lĂ©gales,  contractuelles  ou 
professionnelles. 

 

Il est interdit Ă  quiconque, de cĂ©der Ă  une personne qui, sans ĂȘtre dĂ©positaire de l'autoritĂ© publique, 
ni chargĂ©e d'une mission de service public, ni investie d'un mandat Ă©lectif public exerce, dans le cadre 
d'une activitĂ© professionnelle ou sociale, une fonction de direction ou un travail pour une personne 
physique  ou  morale  ou  pour  un  organisme  quelconque,    sollicite,  sans  droit,  Ă   tout  moment, 
directement ou  indirectement,  des  offres,  des  promesses,  des  dons,  des  prĂ©sents  ou  des  avantages 
quelconques, pour elle-mĂȘme ou pour autrui, pour accomplir ou avoir accompli, pour s'abstenir ou 
s'ĂȘtre  abstenue  d'accomplir  un  acte  visĂ©  audit  alinĂ©a,  en  violation  de  ses  obligations  lĂ©gales, 
contractuelles ou professionnelles. 
 
La transgression de l’une ou l’autre de ces interdictions est  punie de cinq ans d'emprisonnement et 
de 500 000 â‚Ź d'amende. 
 

ÎČ) Corruption passive des personnes n'exerçant pas une fonction publique 

(Article 445-2 du code pĂ©nal) 

 

Il  est  interdit  Ă   toute  personne  qui,  sans  ĂȘtre  dĂ©positaire  de  l'autoritĂ©  publique,  ni  chargĂ©e  d'une 
mission de service public, ni investie d'un mandat Ă©lectif public exerce, dans le cadre d'une activitĂ© 
professionnelle  ou  sociale,  une  fonction  de  direction  ou  un  travail  pour  une  personne  physique  ou 
morale  ou  pour  un  organisme  quelconque,  de  solliciter  ou  d'agrĂ©er,  sans  droit,  Ă   tout  moment, 

background image

 

 

 

 

19 

 

directement ou  indirectement,  des  offres,  des  promesses,  des  dons,  des  prĂ©sents  ou  des  avantages 
quelconques, pour elle-mĂȘme ou pour autrui, pour accomplir ou avoir accompli, pour s'abstenir ou 
s'ĂȘtre abstenue d'accomplir un acte de son activitĂ© ou de sa fonction ou facilitĂ© par son activitĂ© ou sa 
fonction, en violation de ses obligations lĂ©gales, contractuelles ou professionnelles. 
 
La transgression de cette interdiction est  punie de 500 000 â‚Ź d'amende. 
 
Les personnes physiques et morales qui se rendent coupable de corruption privĂ©e encourent, au-delĂ  
de l’amende (et, pour les personnes physiques, de la peine de prison), des peines complĂ©mentaires : 
 
- Pour les personnes physiques : 
(Article 445-3 du code pĂ©nal)  
 

a)

 

l'interdiction des droits civiques, civils et de famille ; 

b)

 

l'interdiction,  soit  d'exercer  une  fonction  publique  ou  d'exercer  l'activitĂ©  professionnelle  ou 
sociale dans l'exercice ou Ă  l'occasion de l'exercice de laquelle l'infraction a Ă©tĂ© commise, soit 
d'exercer une profession commerciale ou industrielle, de diriger, d'administrer, de gĂ©rer ou de 
contrĂŽler Ă  un titre quelconque, directement ou indirectement, pour son propre compte ou 
pour  le  compte  d'autrui,  une  entreprise  commerciale  ou  industrielle  ou  une  sociĂ©tĂ© 
commerciale ; 

c)

 

la  confiscation  de  la  chose  qui  a  servi  ou  Ă©tait  destinĂ©e  Ă   commettre  l'infraction  ou  de  la 
chose qui en est le produit, Ă  l'exception des objets susceptibles de restitution ; 

d)

 

l'affichage ou la diffusion de la dĂ©cision prononcĂ©e.  

 
- Pour les personnes morales : 
(Article 445-4 du code pĂ©nal) 
 

a)

 

pour une durĂ©e de cinq ans au plus : 

-

 

interdiction d’exercer certaines activitĂ©s, 

-

 

placement sous surveillance judiciaire, 

-

 

fermeture d’un ou plusieurs Ă©tablissements, 

-

 

exclusion des marchĂ©s publics, 

-

 

interdiction  de  proposer  au  public  ou  de  faire  admettre  des  titres  financiers  aux 
nĂ©gociations sur un marchĂ© rĂ©glementĂ©, 

-

 

interdiction partielle d’émettre des chĂšques. 

b)

 

la  confiscation  de  la  chose  qui  a  servi  ou  Ă©tait  destinĂ©e  Ă   commettre  l'infraction  ou  de  la 
chose qui en est le produit, Ă  l'exception des objets susceptibles de restitution ;

 

c)

 

l'affichage ou la diffusion de la dĂ©cision prononcĂ©e.

 

 
6. Trafic d’influence : 
 
α) Trafic d’influence actif d’agent public français 

(Article 433-1 du code pĂ©nal) 
 
Il  est  interdit  Ă   quiconque,  de  proposer,  sans  droit,  Ă   tout  moment,  directement  ou  indirectement, 
des  offres,  des  promesses,  des  dons,  des  prĂ©sents  ou  des  avantages  quelconques  Ă   une  personne 
dĂ©positaire de l'autoritĂ© publique, chargĂ©e d'une mission de service public ou investie d'un mandat 
Ă©lectif public, pour elle-mĂȘme ou pour autrui, afin qu'elle abuse de son influence rĂ©elle ou supposĂ©e 
en vue de faire obtenir d'une autoritĂ© ou d'une administration publique des distinctions, des emplois, 
des marchĂ©s ou toute autre dĂ©cision favorable. 

background image

 

 

 

 

20 

 

 
Il est interdit Ă  quiconque de cĂ©der Ă  une personne dĂ©positaire de l'autoritĂ© publique, chargĂ©e d'une 
mission  de  service  public  ou  investie  d'un  mandat  Ă©lectif  public  qui  sollicite,  sans  droit,  Ă   tout 
moment,  directement  ou  indirectement,  des  offres,  des  promesses,  des  dons,  des  prĂ©sents  ou  des 
avantages  quelconques,  pour  elle-mĂȘme  ou  pour  autrui,  afin  d'abuser  de  son  influence  rĂ©elle  ou 
supposĂ©e  en  vue  de  faire  obtenir  d'une  autoritĂ©  ou  d'une  administration  publique  des  distinctions, 
des emplois, des marchĂ©s ou toute autre dĂ©cision favorable. 
 
La transgression de l’une ou l’autre de ces interdictions est punie de dix ans d'emprisonnement et de 
1 000 000 â‚Ź d'amende. 
 

ÎČ)  Trafic  d’influence  en  vue  d’orienter  l’action  d’un  agent  d’une  organisation  internationale 
publique 

(Article 435-4 du code pĂ©nal)  

 

Il  est  interdit  Ă   quiconque,  de  proposer,  sans  droit,  Ă   tout  moment,  directement  ou  indirectement, 
des  offres,  des  promesses,  des  dons,  des  prĂ©sents  ou  des  avantages  quelconques  Ă   une  personne, 
pour  elle-mĂȘme  ou  pour  autrui,  afin  qu'elle  abuse  de  son  influence  rĂ©elle  ou  supposĂ©e  en  vue  de 
faire  obtenir  des  distinctions,  des  emplois,  des  marchĂ©s  ou  toute  autre  dĂ©cision  favorable  d'une 
personne dĂ©positaire de l'autoritĂ© publique, chargĂ©e d'une mission de service public ou investie d'un 
mandat Ă©lectif public au sein d'une organisation internationale publique

39

 
Il  est  interdit  Ă   quiconque,  de  cĂ©der  Ă   toute  personne  qui  sollicite,  Ă  tout moment,  directement  ou 
indirectement, des offres, des promesses, des dons, des prĂ©sents ou des avantages quelconques, pour 
elle-mĂȘme ou pour autrui, afin d'abuser de son influence rĂ©elle ou supposĂ©e en vue de faire obtenir 
des  distinctions,  des  emplois,  des  marchĂ©s  ou  toute  autre  dĂ©cision  favorable  d'une  personne 
dĂ©positaire de l'autoritĂ© publique, chargĂ©e d'une mission de service public ou investie d'un mandat 
Ă©lectif public au sein d'une organisation internationale publique

40

 

La transgression de l’une ou l’autre de ces interdictions est punie de cinq ans d'emprisonnement et de 
500 000 â‚Ź d'amende. 

 
Îł) Trafic d’influence des particuliers 

(Article 433-2 du code pĂ©nal) 
 
Il  est  interdit  Ă   quiconque,  de  solliciter ou  d'agrĂ©er, Ă   tout moment,  directement  ou  indirectement, 
des offres, des promesses, des dons, des prĂ©sents ou des avantages quelconques, pour lui-mĂȘme ou 
pour autrui, afin d'abuser de son influence rĂ©elle ou supposĂ©e en vue de faire obtenir d'une autoritĂ© 
ou d'une administration publique des distinctions, des emplois, des marchĂ©s ou toute autre dĂ©cision 
favorable.  
 
Il est interdit Ă  quiconque de cĂ©der aux sollicitations prĂ©vues au premier alinĂ©a ou de proposer, sans 
droit,  Ă   tout  moment,  directement  ou  indirectement,  des  offres,  des  promesses,  des  dons,  des 
prĂ©sents ou des avantages quelconques Ă  une personne, pour elle-mĂȘme ou pour autrui, afin qu'elle 
abuse  de  son  influence  rĂ©elle  ou  supposĂ©e  en  vue  de  faire  obtenir  d'une  autoritĂ©  ou  d'une 
administration publique des distinctions, des emplois, des marchĂ©s ou toute autre dĂ©cision favorable.  

                                                           

39

  CatĂ©gorie  incluant  tous  les  organismes  crĂ©Ă©s  en  application  du  traitĂ©  sur  l'Union  europĂ©enne  (Article  435-5  du  code 

pĂ©nal). 

40

Idem

background image

 

 

 

 

21 

 

 
La transgression de l’une ou l’autre de ces interdictions est punie de cinq ans d'emprisonnement et de 
500 000 â‚Ź d'amende. 

 
ÎŽ) Trafic d’influence en vue d’entraver le cours de la justice française 

(Article 434-9-1 du code pĂ©nal) 
 
Il est interdit Ă  quiconque de solliciter ou d'agrĂ©er, Ă  tout moment, directement ou indirectement, des 
offres, des promesses, des dons, des prĂ©sents ou des avantages quelconques, pour lui-mĂȘme ou pour 
autrui, afin d'abuser de son influence rĂ©elle ou supposĂ©e en vue de faire obtenir toute dĂ©cision ou 
tout avis favorable d'un magistrat, d’un jurĂ© ou de toute autre personne siĂ©geant dans une formation 
juridictionnelle  ;  d’un  fonctionnaire  au  greffe  d'une  juridiction  ;  d’un  expert  nommĂ©,  soit  par  une 
juridiction, soit par les parties ; d’une personne chargĂ©e par l'autoritĂ© judiciaire ou par une juridiction 
administrative d'une mission de conciliation ou de mĂ©diation ; d’un arbitre exerçant sa mission sous 
l'empire du droit national sur l'arbitrage. 
 
Il  est  interdit  Ă   quiconque,  Ă   tout  moment,  de  cĂ©der  aux  sollicitations  ou  de  proposer,  sans  droit, 
directement ou  indirectement,  des  offres,  des  promesses,  des  dons,  des  prĂ©sents  ou  des  avantages 
quelconques  Ă   une  personne,  pour  elle-mĂȘme  ou  pour  autrui,  afin  qu'elle  abuse  de  son  influence 
rĂ©elle ou supposĂ©e en vue de faire obtenir une dĂ©cision ou un avis favorable d'un magistrat, d’un jurĂ© 
ou  de  toute  autre  personne  siĂ©geant  dans  une  formation  juridictionnelle  ;  d’un  fonctionnaire  au 
greffe  d'une  juridiction  ;  d’un  expert  nommĂ©,  soit  par  une  juridiction,  soit  par  les  parties  ;  d’une 
personne  chargĂ©e  par  l'autoritĂ©  judiciaire  ou  par  une  juridiction  administrative  d'une  mission  de 
conciliation  ou  de  mĂ©diation  ;  d’un  arbitre  exerçant  sa  mission  sous  l'empire  du  droit  national  sur 
l'arbitrage. 
 
La transgression de l’une ou l’autre de ces interdictions est punie de cinq ans d'emprisonnement et de 
500 000 â‚Ź d'amende. 
 

Δ) Trafic d’influence  en vue d’entraver le cours de la justice internationale 

(Articles 435-8 et 435-10 du code pĂ©nal) 
 
Il  est  interdit  Ă   quiconque,  de  solliciter ou  d'agrĂ©er, Ă   tout moment,  directement  ou  indirectement, 
des offres, des promesses, des dons, des prĂ©sents ou des avantages quelconques, pour lui-mĂȘme ou 
pour autrui, afin d'abuser de son influence rĂ©elle ou supposĂ©e en vue de faire obtenir toute dĂ©cision 
ou tout avis favorable : 

-

 

de toute personne exerçant des fonctions juridictionnelles dans un Etat Ă©tranger ou au sein 
ou auprĂšs d'une cour internationale ; 

-

 

 de tout fonctionnaire au greffe d'une juridiction Ă©trangĂšre ou d'une cour internationale ;  

-

 

de  tout expert nommĂ© par une telle juridiction ou une telle cour ou par les parties ; 

-

 

de toute personne chargĂ©e d'une mission de conciliation ou de mĂ©diation par une telle 

               juridiction ou par une telle cour ; 
        -      de tout arbitre exerçant sa mission sous l'empire du droit d'un Etat Ă©tranger sur l'arbitrage, 
lorsque  cette  personne  exerce  ses  fonctions  au  sein  ou  auprĂšs  d'une  cour  internationale  ou 
lorsqu'elle est nommĂ©e par une telle cour. 

 

Il  est  interdit  Ă   quiconque,  de  proposer,  sans  droit,  Ă   tout  moment,  directement  ou  indirectement, 
des  offres,  des  promesses,  des  dons,  des  prĂ©sents  ou  des  avantages  quelconques  Ă   une  personne, 
pour  elle-mĂȘme  ou  pour  autrui,  afin  qu'elle  abuse  de  son  influence  rĂ©elle  ou  supposĂ©e  en  vue  de 
faire obtenir toute dĂ©cision ou avis favorable : 

background image

 

 

 

 

22 

 

-

 

de toute personne exerçant des fonctions juridictionnelles dans un Etat Ă©tranger ou au sein 
ou auprĂšs d'une cour internationale ; 

-

 

 de tout fonctionnaire au greffe d'une juridiction Ă©trangĂšre ou d'une cour internationale ;  

-

 

de  tout expert nommĂ© par une telle juridiction ou une telle cour ou par les parties ; 

-

 

de  toute  personne  chargĂ©e  d'une  mission  de  conciliation  ou  de  mĂ©diation  par  une  telle 
juridiction ou par une telle cour ; 

-

 

de tout arbitre exerçant sa mission sous l'empire du droit d'un Etat Ă©tranger sur l'arbitrage, 

lorsque  cette  personne  exerce  ses  fonctions  au  sein  ou  auprĂšs  d'une  cour  internationale  ou 
lorsqu'elle est nommĂ©e par une telle cour. 
 
Il  est  interdit  Ă   quiconque,  de  cĂ©der  Ă   toute  personne  qui  sollicite,  Ă  tout moment,  directement  ou 
indirectement, des offres, des promesses, des dons ou des prĂ©sents ou des avantages quelconques, 
pour  elle-mĂȘme  ou  pour  autrui,  afin  d'abuser  de  son  influence  rĂ©elle  ou  supposĂ©e  en  vue  de  faire 
obtenir  toute dĂ©cision ou tout avis favorable 

-

 

de toute personne exerçant des fonctions juridictionnelles dans un Etat Ă©tranger ou au sein 
ou auprĂšs d'une cour internationale ; 

-

 

 de tout fonctionnaire au greffe d'une juridiction Ă©trangĂšre ou d'une cour internationale ;  

-

 

de  tout expert nommĂ© par une telle juridiction ou une telle cour ou par les parties ; 

-

 

de  toute  personne  chargĂ©e  d'une  mission  de  conciliation  ou  de  mĂ©diation  par  une  telle 
juridiction ou par une telle cour ; 

-

 

de tout arbitre exerçant sa mission sous l'empire du droit d'un Etat Ă©tranger sur l'arbitrage, 

lorsque  cette  personne  exerce  ses  fonctions  au  sein  ou  auprĂšs  d'une  cour  internationale  ou 
lorsqu'elle est nommĂ©e par une telle cour. 
 
La transgression de l’une ou l’autre de ces interdictions est punie de cinq ans d'emprisonnement et de 
500 000 â‚Ź d'amende. 
 
Les personnes physiques et morales qui se rendent coupable de trafic d’influence ou de manƓuvres 
visant Ă  entraver le cours de la justice française ou internationale encourent, au-delĂ  de l’amende (et, 
pour les personnes physiques, de la peine de prison), des peines complĂ©mentaires : 

 

- Pour les personnes physiques : 
(Article 434-44 et 435-14 du code pĂ©nal) 

 

a)

 

l'interdiction des droits civiques, civils et de famille ; 

b)

 

l'affichage ou la diffusion de la dĂ©cision prononcĂ©e ; 

c)

 

la  peine  complĂ©mentaire  d'interdiction,  soit  d'exercer  une  fonction  publique  ou  d'exercer 
l'activitĂ©  professionnelle  ou  sociale  dans  l'exercice  ou  Ă   l'occasion  de  l'exercice  de  laquelle 
l'infraction  a  Ă©tĂ©  commise,  soit  d'exercer  une  profession  commerciale  ou  industrielle,  de 
diriger,  d'administrer,  de  gĂ©rer  ou  de  contrĂŽler  Ă   un  titre  quelconque,  directement  ou 
indirectement,  pour  leur  propre  compte  ou  pour  le  compte  d'autrui,  une  entreprise 
commerciale ou industrielle ou une sociĂ©tĂ© commerciale ; 

d)

 

la confiscation de la chose qui a servi ou Ă©tait destinĂ©e Ă  commettre l'infraction, Ă  l'exception 
des objets susceptibles de restitution. 

e)

 

pour les Ă©trangers, l'interdiction du territoire français soit Ă  titre dĂ©finitif, soit pour une durĂ©e 
de dix ans au plus (Article 434-46 et 435-14 du code pĂ©nal). 

 
 
 
 

background image

 

 

 

 

23 

 

- Pour les personnes morales : 
(Article 434-47 et 435-15 du code pĂ©nal) 
 

a)

 

pour une durĂ©e de cinq ans au plus : 

-

 

interdiction d’exercer certaines activitĂ©s, 

-

 

placement sous surveillance judiciaire, 

-

 

fermeture d’un ou plusieurs Ă©tablissements, 

-

 

exclusion des marchĂ©s publics, 

-

 

interdiction  de  proposer  au  public  ou  de  faire  admettre  des  titres  financiers  aux 
nĂ©gociations sur un marchĂ© rĂ©glementĂ©, 

-

 

interdiction partielle d’émettre des chĂšques. 

b)

 

la confiscation ; 

c)

 

l'affichage ou la diffusion de la dĂ©cision. 

 
 

background image

 

 

 

 

24 

 

Tableaux rĂ©capitulatifs

 

 

CORRUPTION DANS LE CADRE NATIONAL : Corruption dans le secteur public

 

Cadre gĂ©nĂ©ral

 

Corruption dans le cadre du 

fonctionnement de la justice

 

Corruption active par un particulier sur 
un agent public national 
 
ET 
 
CĂ©der Ă  une corruption passive d’un 
agent public national qui sollicite un 
don

 

Corruption passive par un agent public 
national qui sollicite ou agrĂ©e un don

 

Corruption active d’un magistrat, jurĂ©, 
expert, arbitre, etc. 
 
ET 
 
CĂ©der Ă  une corruption passive d’un 
magistrat, jurĂ©, expert, arbitre, etc. qui 
sollicite un don 
 
ET 
 
Corruption passive d’un magistrat, 
jurĂ©, expert, arbitre, etc. qui sollicite 
ou agrĂ©e un don

 

Personne physique : 

10 ans, 

1million â‚Ź, jusqu’au double du produit 
de l’infraction (Article 433-1 Code 
pĂ©nal). 

 
Personne morale

 : quintuple de 

l’amende (Article 433-25 Code pĂ©na)  

 
Peines complĂ©mentaires personne 
physique

 : Articles 433-22 et 433-23 

Code pĂ©nal  

 
Peines complĂ©mentaires personne 
morale

 : Article 433-25 Code pĂ©nal  

Personne physique

 : 10 ans, 1 

million â‚Ź, jusqu’au double du produit 
de l’infraction (Article 432.11 Code 
pĂ©nal). 

 
Peines complĂ©mentaires personne 
physique

 : Article 432-17 Code pĂ©nal.

 

Personne physique

 : 10 ans, 

1 million â‚Ź, jusqu’au double du produit 
de l’infraction (Article 434-9 Code 
pĂ©nal) 

 
Personne morale

 : quintuple de 

l’amende (Article 434-47 Code pĂ©nal)  
 

Peines complĂ©mentaires personne 
physique

 : Article 434-44 Code pĂ©nal  

 

Peines complĂ©mentaires personne 
morale

 : Article 434-47 Code pĂ©nal 

(pour corruption active exclusivement)

 

 
 

CORRUPTION DANS LE CADRE NATIONAL : Corruption dans le secteur privĂ©

 

Corruption active par un particulier sur une personne 
exerçant dans le cadre d’une activitĂ© professionnelle ou 
sociale.  
 
ET  
 
CĂ©der Ă  une corruption passive d’une personne exerçant 
dans le cadre d’une activitĂ© professionnelle ou sociale. 

Corruption passive d’une personne exerçant dans le cadre 
d’une activitĂ© professionnelle ou sociale qui sollicite ou 
agrĂ©e. 

Personne physique

 : 5 ans, 500.000 â‚Ź, jusqu’au double du 

produit de l’infraction (Article 445-1 Code pĂ©nal)  
 

Personne morale

 : quintuple de l’amende (Article 445-4 

Code pĂ©nal)  
 

Peines complĂ©mentaires personne physique

 : Articles 445-

3 du Code pĂ©nal  
 

Peines complĂ©mentaires personne morale

 : Article 445-4 

du Code pĂ©nal 

Personne physique

 : 5 ans, 500.000 â‚Ź, jusqu’au double du 

produit de l’infraction (Article 445-2 Code pĂ©nal)  
 

Personne morale

 : quintuple de l’amende (Article 445-4 

Code pĂ©nal)  
 

Peines complĂ©mentaires personne physique

 : Articles 445-

3 du Code pĂ©nal  
 

Peines complĂ©mentaires personne morale

 : Article 445-4 

du Code pĂ©nal 

 
 
 
 

background image

 

 

 

 

25 

 

 

CORRUPTION DANS LE CADRE INTERNATIONAL

 

Corruption d’un agent public Ă©tranger ou international

 

Corruption active de personnel judiciaire international

 

Corruption active  
 
ET  
 
CĂ©der Ă  une corruption 
passive

 

Corruption passive

 

Corruption active  
 
ET  
 
CĂ©der Ă  une corruption 
passive

 

Corruption passive

 

Personne physique

 : 10 ans, 

1 million â‚Ź, jusqu’au double 
du produit de l’infraction  
(Article 435-3 Code pĂ©nal)  
 

Personne morale

 : 

quintuple de l’amende 
(Article 435-15 Code pĂ©nal)  
 

Peines complĂ©mentaires 
personne physique : 

Article 

435-14 du Code pĂ©nal 

 

 

Peines complĂ©mentaires 
personne morale :

 Article 

435-15 du Code pĂ©nal

 

Personne physique

 : 10 ans, 

1million â‚Ź, jusqu’au double 
du produit de l’infraction 
(Article 435-1 du Code 
pénal)

 

 

Peines complĂ©mentaires 
personne physique

 Article 

435-14 du Code pĂ©nal

 

Personne physique

 : 10 ans, 

1million â‚Ź, jusqu’au double 
du produit de l’infraction 
(Article 435-9 Code pĂ©nal)  
 

Personne morale

 : 

quintuple de l’amende 
(Article 435-15 Code pĂ©nal)  
 

Peines complĂ©mentaires 
personne physique 

: Article 

435-14 du Code pĂ©nal  
 

Peines complĂ©mentaires 
personne morale 

: Article 

435-15 du Code pĂ©nal

 

Personne physique

 : 10 ans, 

1million â‚Ź, jusqu’au double 
du produit de l’infraction 
(Article 435-7 du Code 
pĂ©nal) 
 

Peines complĂ©mentaires 
personne physique 

:Article 

435-14 du Code pĂ©nal

 

 
 

TRAFIC D’INFLUENCE DANS LE CADRE NATIONAL : Trafic d’influence actif

 

L’ Â« intermĂ©diaire Â» particulier

 

L’ Â« intermĂ©diaire Â» dĂ©positaire de 

l’autoritĂ© publique, chargĂ© d’une 

mission de service public, investi d’un 

mandat Ă©lectif

 

Cadre gĂ©nĂ©ral

 

Trafic d’influence Ă  l’occasion du 

fonctionnement de la justice

 

Personne physique

 : 10 ans, 

1million â‚Ź, jusqu’au double du produit 
de l’infraction (Article 433- 1 Code 
pĂ©nal)  
 

Personne morale

 : quintuple de 

l’amende (Article 433-25 Code pĂ©nal)  
 

Peines complĂ©mentaires personne 
physique

 : Articles 433-22 et 433-23 

du Code pĂ©nal  
 

Peines complĂ©mentaires personne 
morale

 : Article 433-25 du Code pĂ©nal

 

Personne physique

 : 5 ans, 500.000 â‚Ź, 

jusqu’au double du produit de 
l’infraction (Article 433-2 du Code 
pĂ©nal)  
 

Personne morale

 : quintuple de 

l’amende (Article 433 - 25 Code pĂ©nal)  
 

Peines complĂ©mentaires personne 
physique

 : Articles 433-22 et 433-23 

du Code pĂ©nal  
 

Peines complĂ©mentaires personne 
morale

 : Article 433-25 du Code pĂ©nal

 

Personne physique

 : 5 ans, 500.000 â‚Ź, 

jusqu’au double du produit de 
l’infraction (Article 434-9-1 alinĂ©a 2 du 
Code pĂ©nal)  
 

Personne morale

 : quintuple de 

l’amende (Article 434-47 Code pĂ©nal)  
 

Peines complĂ©mentaires personne 
physique

 : Article 434-44 du Code 

pĂ©nal  
 

Peines complĂ©mentaires personne 
morale

 : Article 434-47 du Code pĂ©nal

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

background image

 

 

 

 

26 

 

TRAFIC D’INFLUENCE DANS LE CADRE NATIONAL : Trafic d’influence passif

 

L’ Â« intermĂ©diaire Â» particulier

 

L’ Â« intermĂ©diaire Â» dĂ©positaire de 

l’autoritĂ© publique, chargĂ© d’une 

mission de service public, investi d’un 

mandat Ă©lectif

 

Cadre gĂ©nĂ©ral 

Trafic d’influence Ă  l’occasion du 

fonctionnement de la justice 

Personne physique

 : 10 ans, 

1million â‚Ź, jusqu’au double du produit 
de l’infraction (Article 432-11 du Code 
pĂ©nal)  
 

Peines complĂ©mentaires personne 
physique

 : Article 432-17 du Code 

pĂ©nal 

Personne physique

 : 5 ans, 500.000 â‚Ź, 

jusqu’au double du produit de 
l’infraction (Article 433-2 du Code 
pĂ©nal)  
 

Personne morale

 : quintuple de 

l’amende (Article 433-25 Code pĂ©nal)  
 

Peines complĂ©mentaires personne 
physique

 : Articles 433-22 et 433-23 

du Code pĂ©nal  
 

Peines complĂ©mentaires personne 
morale

 : 

Article 433- 25 du Code pĂ©nal 

Personne physique

 : 5 ans, 500.000 â‚Ź, 

jusqu’au double du produit de 
l’infraction (Article 434-9-1 alinĂ©a 1 du 
Code pĂ©nal)  
 

Peines complĂ©mentaires personne 
physique

 : 

Article 434-44 du Code 

pĂ©nal 

 
 

TRAFIC D’INFLUENCE DANS LE CADRE INTERNATIONAL 

Trafic d’influence en direction d’une personne 

dĂ©positaire de l’autoritĂ© publique/chargĂ©e d’une mission 

de SP/ investie d’un mandat Ă©lectif public au sein d’une 

organisation internationale 

Trafic d’influence en direction 

du personnel judiciaire Â« international Â» 

Trafic d’influence actif  
 
ET  
 
CĂ©der Ă  un trafic d’influence 
passif  
 

Trafic d’influence passif 

Trafic d’influence actif  
 
ET  
 
CĂ©der Ă  un trafic d’influence 
passif  
 

Trafic d’influence passif 

Personne physique

 : 5 ans, 

500.000 â‚Ź, jusqu’au double 
du produit de l’infraction 
(Article 435-4 du Code 
pĂ©nal)  
 

Personne morale

 : 

quintuple de l’amende 
(Article 435-15 Code pĂ©nal)  
 

Peines complĂ©mentaires 
personne physique

: Article 

435-14 du Code pĂ©nal  
 

Peines 

complĂ©mentaires 

personne  morale :

  Article 

435-15 du Code pĂ©nal 

Personne physique

 : 5 ans, 

500.000 â‚Ź, jusqu’au double 
du produit de l’infraction 
(Article 435-2 du Code 
pĂ©nal) 
 

Peines 

complĂ©mentaires 

personne  physique

  :  Article 

435-14 du Code pĂ©nal 

Personne physique

 : 5 ans, 

500.000 â‚Ź, jusqu’au double 
du produit de l’infraction 
(Article 435- 10 du Code 
pĂ©nal) 
 

Personne morale

 : 

quintuple de l’amende 
(Article 435-15 Code pĂ©nal)  
 

Peines complĂ©mentaires 
personne physique

 : Article 

435-14 du Code pĂ©nal  
 

Peines 

complĂ©mentaires 

personne  morale

  :  Article 

435-15 du Code pĂ©nal 

Personne physique

 : 5 ans, 

500.000 â‚Ź, jusqu’au double 
du produit de l’infraction 
(Article 435-8 du Code 
pĂ©nal) 
 

Peines 

complĂ©mentaires 

personne  physique

  :  Article 

435-14 du Code pĂ©nal 

 
 
 

background image

 

 

 

 

27 

 

ANNEXE 3 â€“ CONSEILS PRATIQUES 

 
 

Des lignes directrices juridiquement non contraignantes :  

 
Relevant  du  droit  souple,  les  prĂ©sentes  lignes  directrices  constituent,  selon  la  dĂ©finition  du  Conseil 
d’Etat

41

,  des  Â« 

instruments  ayant  pour  objet  de  modifier  ou  d’orienter  les  comportements  de  leurs 

destinataires en suscitant, dans la mesure du possible, leur adhĂ©sion ; ne crĂ©ant pas par eux-mĂȘmes 
de  droits  ou  d’obligations  pour  leurs  destinataires  et  prĂ©sentant  par  leur  contenu  et  leur  mode 
d’élaboration, un degrĂ© de formalisation et de structuration qui s’apparente aux rĂšgles de droit

 Â».  

 

II.1/ L’engagement des dirigeants au plus haut niveau :

 

 
Afin de rendre explicite le refus de toute corruption dans l’organisation, un engagement pourrait ĂȘtre 
signĂ©  par  le(s)  dirigeant(s)  et  communiquĂ©  Ă   l’ensemble  des  salariĂ©s  ainsi  qu’aux  partenaires 
commerciaux.  
 
L’engagement pourrait Ă©galement ĂȘtre rendu public (site internet, rapport extra-financier, etc.).  
 
L’engagement pourrait utilement figurer en introduction des documents contractuels. 
 

II.2/ L’évaluation des risques : 

 
L'Ă©valuation  des  risques  peut  utilement  ĂȘtre  dĂ©clinĂ©e  au  niveau  opĂ©rationnel,  afin  d’intĂ©grer 
notamment les enjeux liĂ©s aux relations commerciales avec de nouveaux partenaires, aux fusions et 
acquisitions, aux consortiums et joint-ventures, aux changements majeurs chez les clients, etc.  
 
La  cartographie  devrait  pouvoir  Ă©voluer  rĂ©guliĂšrement  en  fonction  des  nouveaux  projets  de 
l’organisation.  Afin  d’assurer  la  pertinence  de  la  cartographie  des  risques  dans  le  temps,  il  pourrait 
ĂȘtre envisagĂ© de dĂ©signer un responsable exĂ©cutif de cette Ă©valuation (« risk manager Â»), et de faire 
procĂ©der Ă  un examen rĂ©gulier de l’évaluation par les instances de gouvernance. 
 

II.3.a/ L’établissement d’un document de rĂ©fĂ©rence : 

 
En  fonction  de  leur  taille  et  structure,  certaines  organisations  pourraient  souhaiter  articuler  leur 
politique de conformitĂ© anticorruption autour de deux types de rĂ©fĂ©rentiels : d’une part, une charte 
Ă©thique  portant  les  valeurs  transversales  de  l’organisation  (traitant  de  la  responsabilitĂ©  sociĂ©tale 
globale : fraude, pratiques anticoncurrentielles, donnĂ©es privĂ©es, etc.) et ayant vocation Ă  ĂȘtre diffusĂ© 
largement en interne, voire en externe. D’autre part, un code de conduite interne relatif Ă  l’intĂ©gritĂ© 
des pratiques, dĂ©clinant les principes de la charte en matiĂšre de prĂ©vention de la corruption Ă  travers 
une prĂ©sentation des risques et des procĂ©dures applicables. 
 
Le  document  pourrait  utilement  ĂȘtre  traduit  en  plusieurs  langues  en  fonction  des  zones 
gĂ©ographiques d’activitĂ© de l’organisation.  
 
Afin  de  rendre  opposable  le  document  de  rĂ©fĂ©rence,  il  pourrait  ĂȘtre  envisagĂ©  de  l’insĂ©rer  dans  le 
rĂšglement  intĂ©rieur,  aprĂšs  avoir  Ă©tĂ©  prĂ©alablement  soumis  pour  avis  aux  diverses  instances  de 

                                                           

41

 

Etude du Conseil d’Etat sur le droit souple publiĂ©e le 2 octobre 2013.

 

background image

 

 

 

 

28 

 

reprĂ©sentation  du  personnel  Ă   savoir,  le  cas  Ă©chĂ©ant,  le  comitĂ©  d'entreprise,  les  dĂ©lĂ©guĂ©s  du 
personnel et le CHSCT. Il pourrait Ă©galement ĂȘtre prĂ©vu que le document soit signĂ© par les employĂ©s 
concernĂ©s et/ou exposĂ©s, voire par certaines tierces parties, en fonction des risques identifiĂ©s. 
 

II.3.c.α/ L’intĂ©gration dans les contrats commerciaux d’une clause anti-corruption : 

 
L’organisation peut par exemple s’appuyer sur  la clause-type Ă©laborĂ©e par la Chambre de Commerce 
Internationale  (ISBN 978-92-842-0175-4). 
 

II.3.c.ÎČ/ La dĂ©finition des procĂ©dures adaptĂ©es aux risques identifiĂ©s : 

 
L’organisation  pourrait  utilement  envisager  de  concevoir  et  diffuser  en  interne  des  fiches  pratiques 
thĂ©matiques,  prĂ©sentant  les  diffĂ©rentes  situations  auxquelles  les  personnels  de  l’organisation 
pourraient se trouver confrontĂ©s en fonction des risques identifiĂ©s. 
 
Pourraient par exemple ĂȘtre abordĂ©s :  

 
-

 

la conduite des relations avec les consultants, commerciaux, intermĂ©diaires, agents, partenaires 
industriels ; 

-

 

les cadeaux ;  

-

 

les frais d’hĂ©bergement, de divertissement et autres dĂ©penses, les voyages des clients ; 

-

 

les dons et parrainages Ă  des associations et autres organismes non gouvernementaux ; 

-

 

l’interdiction des paiements de facilitation et les rĂ©ponses Ă  donner aux sollicitations ; 

-

 

l

es contrats d’offsets ;

 

-

 

prĂ©vention des conflits d’intĂ©rĂȘts ; 

-

 

la rotation du personnel dans certains postes. 

 

II.3.c.Îł/ La vigilance vis-Ă -vis des tierces parties : 

  
L’organisation devrait mettre en place les moyens adaptĂ©s pour dĂ©tecter si la tierce partie envisagĂ©e 
prĂ©sente des risques de corruption.  
 
Les  recherches  (au  moyen  de  questionnaires,  de  recherches  internet,  d’utilisation  de  bases  de 
donnĂ©es, d’enquĂȘtes par des prestataires spĂ©cialisĂ©s, etc.) peuvent notamment concerner : 
 

-

 

le pays d’enregistrement du partenaire, ses Ă©ventuelles activitĂ©s (usines, filiales, reprĂ©sentation, 
etc.) dans des pays Â« Ă  risques Â», son recours Ă©ventuel Ă  un ou des sous-traitants ; 

-

 

l’historique commercial du partenaire ;  

-

 

l’honorabilitĂ© du partenaire (Ă©ventuelles condamnations passĂ©es ou contentieux en cours) ; 

-

 

l’éventuelle  politique  de  conformitĂ©  anticorruption  mise  en  place  par  le  partenaire,  et  son 
Ă©ventuelle certification externe ; 

-

 

les liens Ă©ventuels du partenaire avec des personnes politiquement exposĂ©es ; 

-

 

la capacitĂ© pour l’organisation Ă  identifier et Ă  suivre les bĂ©nĂ©ficiaires ultimes de l’entitĂ© lĂ©gale 
(actionnaires personnes physiques dĂ©tenteurs des parts sociales) ;  

-

 

la confirmation que le compte bancaire sur lequel les sommes vont ĂȘtre versĂ©es est bien celui 
du partenaire et que ce compte est dĂ©tenu dans le pays d’enregistrement du partenaire. 

 
Plus spĂ©cifiquement, lorsque l’organisation cherche Ă  acquĂ©rir des actifs ou des parts sociales d’une 
entreprise,  elle  gagnerait  Ă   identifier  prĂ©alablement  les  risques  potentiels  ou  avĂ©rĂ©s  de  corruption 
afin de les prendre en compte dans sa stratĂ©gie d’acquisition. A dĂ©faut, et selon la lĂ©gislation locale 

background image

 

 

 

 

29 

 

applicable,  l’organisation  pourrait  se  trouver  en  position  d’avoir  Ă   rĂ©pondre  de  faits  de  corruptions 
antĂ©rieurs  Ă   l’acquisition.  Il  s’agira  donc  notamment  de  vĂ©rifier  que  l’entreprise  cible  est  dotĂ©e  de 
dispositifs de lutte contre la corruption de qualitĂ© au moins Ă©quivalents aux dispositifs qui existent au 
sein de l’acquĂ©reur. Les rĂ©sultats de cette analyse de risque peuvent conclure Ă  l’absence de risques, Ă  
l’existence de risques limitĂ©s auxquels il peut ĂȘtre remĂ©diĂ© en instituant des mesures d’adaptation, ou 
Ă  l’existence de risques majeurs qui appellera Ă  s’interroger sur le projet d’acquisition. 
 

II.3.4/ La mise en place d’un dispositif d’alerte interne : 

 
La  conception  et  l’institution  du  dispositif  devrait  pouvoir  donner  lieu  Ă   une  large  consultation 
interne prĂ©alable (en concertation notamment avec les partenaires sociaux). 

Le recours au dispositif d’alerte est facultatif et complĂ©mentaire aux autres canaux d’alerte existants : 
hiĂ©rarchie, commissaires aux comptes, autoritĂ©s publiques. La loi amĂ©ricaine Dodd-Frank du 21 juillet 
2010 en particulier a contribuĂ© Ă  la multiplication des dispositifs d’alerte Ă©thique dans les entreprises 
cotĂ©es et/ou intervenant sur les marchĂ©s financiers.

42

 

 
La procĂ©dure de mise en Ć“uvre du dispositif d’alerte professionnelle a Ă©tĂ© prĂ©cisĂ©e par une circulaire 
du ministĂšre du Travail du 19 novembre 2008

43

. Celle-ci rappelle que l’alerte professionnelle peut ĂȘtre 

mise en place par dĂ©cision unilatĂ©rale de l’employeur ou par voie nĂ©gociĂ©e (au niveau de la branche, 
du groupe, de l’entreprise ou de l’établissement). 
 
Le  dispositif  doit  faire  aussi  l’objet  d’une  consultation  du  comitĂ©  d’entreprise  au  titre  de  l’article 
L. 1222-4 du code du travail et Ă©ventuellement d’une consultation du comitĂ© d’hygiĂšne, de sĂ©curitĂ© et 
des conditions de travail (CHSCT). 
 
Les  salariĂ©s  doivent  enfin  ĂȘtre  informĂ©s  individuellement  de  la  mise  en  place  du  dispositif,  de  ses 
caractĂ©ristiques  (champ  d’application,  identitĂ©  du  responsable,  protection  du  lanceur  d’alerte, 
confidentialitĂ© du traitement, cas des alertes anonymes
) conformĂ©ment aux dispositions de l’article 
L. 1222-4 du code du travail. 
 
Une organisation spĂ©cifique doit ĂȘtre mise en place au sein de l’entreprise pour traiter ces questions, 
notamment  en  limitant  autant  que  possible  la  circulation  des  informations.  La personne  concernĂ©e 
doit ĂȘtre informĂ©e, dĂšs que les preuves ont Ă©tĂ© prĂ©servĂ©es, afin qu’elle puisse demander Ă  exercer ses 
droits d’opposition, d’accĂšs et de rectification.  
 
L’information des personnes impliquĂ©es par ce dispositif ainsi que les mesures de sĂ©curitĂ© mises en 
Ɠuvre sont dĂ©finies de maniĂšre prĂ©cise. 
 
Pour ĂȘtre licite, le dispositif qui nĂ©cessite la crĂ©ation de fichiers nominatifs doit avoir fait l’objet d’une 
dĂ©claration  ou  d’une  autorisation  de  la  CNIL,  au  titre  de  l’article  25-I-4°  de  la  loi  du  6  janvier  1978 
modifiĂ©e.  
 
La  mise  en  place  de  dispositifs  d’alerte  est  acceptĂ©e  par  la  CNIL  quand  elle  rĂ©pond  soit  Ă   une 
obligation  lĂ©gislative  ou  rĂ©glementaire  de  droit  français  visant  Ă   l’établissement  de  procĂ©dures  de 

                                                           

42

 

Dodd–Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act

. Voir en particulier sa section 922 relative Ă  la protection des 

« 

whistleblowers

 Â» (ou lanceurs d’alerte). 

43

 Circulaire de la Direction gĂ©nĂ©rale du travail no 2008-22 du 19 novembre 2008, prĂ©citĂ©e.

 

background image

 

 

 

 

30 

 

contrĂŽle  interne  (domaine  bancaire  par  exemple),  soit  Ă   un  intĂ©rĂȘt  dont  la  lĂ©gitimitĂ©  est  bien 
Ă©tablie.

44

 

 
Sans exclure l’anonymat du lanceur d’alerte, la CNIL prĂ©conise l’identification de l’émetteur de l’alerte 
et  un  traitement  confidentiel  de  celle-ci.  En  cas  d’alertes  anonymes,  la  CNIL  prĂ©conise  que  le 
traitement fasse l’objet de Â« 

prĂ©cautions particuliĂšres

 Â». 

 
La  CNIL  a  adoptĂ©  une  autorisation  unique (AU-004)  le  8  dĂ©cembre  2005, modifiĂ©e  en  2010  puis en 
2014,  afin  d’encadrer  la  mise  en  place  d’un  dispositif  d’alerte  professionnelle  et  de  simplifier  les 
formalitĂ©s administratives. Celle-ci prĂ©voit que peuvent bĂ©nĂ©ficier d’un engagement de conformitĂ©, 
les  organismes  mettant  en  Ć“uvre  des  traitements  automatisĂ©s  de  donnĂ©es  Ă   caractĂšre  personnel 
ayant  pour  finalitĂ©  le  signalement  d’alertes  dans  les  domaines  suivants :  financier,  comptable, 
bancaire  et  lutte  contre  la  corruption ;  pratiques  anticoncurrentielles ;  lutte  contre  les 
discriminations  et  le  harcĂšlement  au  travail ;  santĂ©,  hygiĂšne  et  sĂ©curitĂ©  au  travail ;  protection  de 
l’environnement.  Les  entreprises  qui  respectent  le  cadre  dĂ©fini  dans  cette  autorisation  doivent 
adresser  Ă   la  CNIL  une  dĂ©claration  de  conformitĂ©  (disponible  sur  le  site  de  la  CNIL).  Lorsque  le 
dispositif d’alerte professionnelle envisagĂ© sort du cadre fixĂ© par l’AU-004, notamment au regard du 
fondement  juridique  et  du  champ  d’application,  l’entreprise  doit  adresser  Ă   la  CNIL  un  dossier 
complet de demande d’autorisation individuelle. 
 
La  durĂ©e  de  conservation  des  donnĂ©es  ne  doit  pas  excĂ©der  deux  mois  Ă   compter  de  la  clĂŽture  des 
opĂ©rations  de  vĂ©rification si  aucune  suite  n’est  donnĂ©e.  Si  une  procĂ©dure  est  engagĂ©e,  les  donnĂ©es 
sont conservĂ©es jusqu’à son terme.  
 
Au 31 dĂ©cembre 2014, le nombre de dispositifs d’alertes professionnelles autorisĂ©s par la CNIL s’élĂšve 
Ă  3888 (dont 3628 rĂ©sultent d’un engagement de conformitĂ© Ă  l’autorisation unique AU-004 et 260 
sont des demandes spĂ©cifiques). 
 
 

II.5/ La communication, la formation et le suivi du programme de conformitĂ© anticorruption : 

 
La communication peut prendre des formes diverses selon la taille et la structure de l’organisation : 
sur  le  site  internet,  Ă   l’occasion  de  conventions  internes,  lors  de  confĂ©rences  publiques,  etc.  Les 
actions  de  formations  peuvent,  elles,  ĂȘtre  effectuĂ©es  en  interne  ou  en  externe,  en  personne  ou  en 
ligne  (

e-learning

),  spĂ©cifiquement  sur  le  sujet  de  la  prĂ©vention  de  la  corruption  ou  intĂ©grĂ©es  Ă  

d’autres formations, Ă  travers des mises en situation, etc. 
 
S’agissant de la communication externe, le droit positif impose aux sociĂ©tĂ©s cotĂ©es et, sous certaines 
conditions, aux sociĂ©tĂ©s non cotĂ©es, d’inclure dans le rapport annuel du conseil d'administration ou 
du directoire des informations sociales, environnementales et sociĂ©tales au nombre desquelles figure 
explicitement les actions engagĂ©es pour prĂ©venir la corruption.  
 
Les dispositions relatives Ă  ces obligations d’information sont notamment dĂ©crites, pour les sociĂ©tĂ©s 
cotĂ©es,  par  l'AutoritĂ©  des  marchĂ©s  financiers  dans  son  rapport  sur  l'information  publiĂ©e  par  les 
sociĂ©tĂ©s  cotĂ©es  en  matiĂšre  de  responsabilitĂ©  sociale,  sociĂ©tale  et  environnementale Â»  (cf. 
recommandation DOC-2013-18 applicable au 5 novembre 2013).  

                                                           

44

 Dans un premier temps trois domaines seulement ont Ă©tĂ© couverts: le domaine comptable, le contrĂŽle des comptes et la 

lutte contre la corruption ; dans un second temps, le champ a Ă©tĂ© Ă©largi (dĂ©libĂ©ration CNIL n°2010-369 du 14 octobre 2010) 
aux atteintes au droit de la concurrence. Le champ a Ă©tĂ© encore Ă©largi en 2014 aux discriminations et au  harcĂšlement. 

background image

 

 

 

 

31 

 

 
Cette  obligation  a  Ă©tĂ©  Ă©tendue  Ă   certaines  sociĂ©tĂ©s  non  cotĂ©es  par  la  loi  du  12  juillet  2010  portant 
engagement  national  pour  l'environnement  (dite  Â« Grenelle  2 Â»),  les  seuils  Ă©tant  prĂ©cisĂ©s  par  le 
dĂ©cret du 24 avril 2012 relatif aux obligations de transparence des entreprises en matiĂšre sociale et 
environnementale (article premier). 
 
Au titre des informations devant ĂȘtre communiquĂ©es, l’article R. 225-105-1.-I du Code de commerce 
(3

Ăšme

  rubrique  Â« Informations  relatives  aux  engagements  sociĂ©taux  en  faveur  du  dĂ©veloppement 

durable Â»,  alinĂ©a  d  Â« LoyautĂ©  des  pratiques Â»)  dispose  que  le  rapport  doit  prĂ©senter  les  donnĂ©es 
observĂ©es au cours de l'exercice clos et, le cas Ă©chĂ©ant, au cours de l'exercice prĂ©cĂ©dent, de façon Ă  
permettre  une  comparaison  entre  ces  donnĂ©es.  Si,  eu  Ă©gard  Ă   la  nature  des  activitĂ©s  ou  Ă  
l'organisation  de  la  sociĂ©tĂ©,  ces  informations  ne  peuvent  ĂȘtre  produites  ou  ne  paraissent  pas 
pertinentes,  le  rapport  doit  fournir  toutes  explications  utiles.  Par  ailleurs,  le  dĂ©cret  (applicable  Ă  
compter de l'exercice clos au 31 dĂ©cembre 2016 pour les sociĂ©tĂ©s non cotĂ©es) prĂ©voit la vĂ©rification 
des  informations  fournies  par  un  organisme  tiers  indĂ©pendant  accrĂ©ditĂ©

45

.  Cette  vĂ©rification 

comporte  une  attestation  relative  Ă   la  prĂ©sence  dans  le  rapport  de  l’ensemble  des  informations 
prĂ©vues,  leur  sincĂ©ritĂ©,  et  les  explications  de  la  sociĂ©tĂ©  sur  l'absence  Ă©ventuelle  de  certaines 
informations.  
 
Les  entreprises  qui  ne  sont  pas  directement  visĂ©es  par  la  lĂ©gislation  sont  nĂ©anmoins  invitĂ©es  Ă  
dĂ©velopper,  dans  la  mesure  de  leurs  moyens,  une  communication  externe  relative  aux  actions 
engagĂ©es pour prĂ©venir la corruption. 
 

                                                           

45

  Par  le  ComitĂ©  français  d'accrĂ©ditation  (COFRAC)  ou  par  tout  autre  organisme  d'accrĂ©ditation  signataire  de  l'accord  de 

reconnaissance multilatĂ©ral Ă©tabli par la coordination europĂ©enne des organismes d'accrĂ©ditation.

 

background image

 

 

 

 

32 

 

ANNEXE 4 â€“ PRINCIPALES REFERENCES NORMATIVES NATIONALES ET INTERNATIONALES 

 

1-

 

Les conventions internationales ratifiĂ©es par la France

 

 

-

 

L’acte du Conseil de l’Union europĂ©enne du 26 mai 1997 Ă©tablissant la Convention relative Ă  la 
lutte  contre  la  corruption  impliquant  des  fonctionnaires  des  CommunautĂ©s  ou  des 
fonctionnaires des Etats-membres, entrĂ©e en vigueur le 28 septembre 2005 ; 

-

 

La  Convention  de  l’OCDE  sur  la  lutte  contre  la  corruption  d’agents  publics  Ă©trangers  dans  les 
transactions  commerciales  internationales  du  17  dĂ©cembre  1997,  entrĂ©e  en  vigueur  le  15 
fĂ©vrier 1999 ;  

-

 

La  Convention  pĂ©nale  du  Conseil  de  l’Europe  sur  la  corruption  du  27  janvier  1999,  entrĂ©e  en 
vigueur le 1

er

 juillet 2002 ; 

-

 

La Convention civile du Conseil de l’Europe sur la corruption du 4 novembre 1999, entrĂ©e en 
vigueur le 1

er

 novembre 2003 ; 

-

 

La  Convention  des  Nations-Unies  contre  la  corruption  (dite  Â« Convention  de  MĂ©rida Â»)  du  31 
octobre 2003, entrĂ©e en vigueur le 14 dĂ©cembre 2005 ; 

 

2-

 

Les principales rĂšgles mises en place par la France, l’Union EuropĂ©enne et les pays Ă©trangers

 

 
a-

 

Les rĂšgles mises en place par la France

 

 

-

 

La loi n° 2000-595 du 30 juin 2000 relative Ă  la lutte contre la corruption a redĂ©fini les Ă©lĂ©ments 
constitutifs du dĂ©lit de corruption et modifiĂ© le code pĂ©nal et le code de  procĂ©dure pĂ©nale (les 
articles  nouveaux 435-3  et  435-4  du  code  pĂ©nal, crĂ©Ă©s  par  l'article 2  de  la  loi, incriminent  les 
faits de corruption active d'un agent public Ă©tranger commis en vue d'obtenir ou conserver un 
marchĂ© ou un autre avantage indu dans le commerce international. En outre, la loi prĂ©voit la 
responsabilitĂ©  pĂ©nale  des  personnes  morales  pour  les  infractions  de  corruption  et  de  trafic 
d’influence prĂ©vues aux articles 435-2, 435-3, et 435-4 du code pĂ©nal). 

 
-

 

La  loi  n°2007-148  du  2  fĂ©vrier  2007  de  modernisation  de  la  fonction  publique  (prise  illĂ©gale 
d’intĂ©rĂȘts par un agent public -art 432-13 du Code PĂ©nal). 

 

-

 

La loi n°2007-1598 du 13 novembre 2007 relative Ă  la lutte contre la corruption  (corruption et 
trafic d’influence internationaux, art. 435-1 Ă  15 du Code PĂ©nal) 

 

-

 

La loi n° 2013-1117 du 6 dĂ©cembre 2013 relative Ă  la lutte contre la fraude fiscale et la grande 
dĂ©linquance Ă©conomique et financiĂšre qui a augmentĂ© significativement le quantum des peines 
d’amende encourues tant par les personnes physiques que par les personnes morales. 

 
-

 

La  loi  n° 78-17  du  6 janvier  1978  sur  l’informatique et  les  libertĂ©s,  et  les  dĂ©cisions  de  la  CNIL 
prĂ©cisant  les  conditions  que  doivent  remplir  les  dispositifs  d’alerte  professionnelle dĂšs  lors 
qu’ils  nĂ©cessitent  la  crĂ©ation  de  fichiers  nominatifs :  Â« document  d’orientation Â»  du  10 
novembre  2005,  dĂ©libĂ©ration  n° 2005-305  du  8  dĂ©cembre  2005

46

  (dĂ©cision  d’autorisation 

unique de traitement automatisĂ© de donnĂ©es Ă  caractĂšre personnel mis en Ć“uvre dans le cadre 
de dispositifs d’alerte professionnelle

47

). 

                                                           

46

 

PubliĂ©e au 

JO 

no 3 du 4 janvier 2006.

 

47

 L’autorisation unique n°4 concerne les dispositifs d’alerte professionnelle qui permettent aux employĂ©s de signaler Ă  leur 

employeur des comportements qui seraient contraires aux rĂšgles de droit français applicables dans les domaines financier, 

background image

 

 

 

 

33 

 

 
-

 

Les circulaires du MinistĂšre de la Justice : 

 

‱ du 3 juillet 2001 relative Ă  la prĂ©sentation des dispositions de la loi modifiant le code pĂ©nal 
et le code de procĂ©dure pĂ©nale et relative Ă  la corruption ; 
 
‱  du  9 janvier 2008  relative  Ă   la  prĂ©sentation  des dispositions  de  la  loi  n° 2007-1598  du  13 
novembre 2007 relative Ă  la lutte contre la corruption ; 
 
‱  du  9  fĂ©vrier  2012  relative  Ă   l’évaluation  de  la  France  par  l’OCDE  en  2012,  prĂ©sentant  de 
nouvelles  dispositions  pĂ©nales  en  matiĂšre  de  corruption  internationale,  et  rappelant  des 
orientations de politique pĂ©nale ;  
 
‱  du  23  janvier  2014,  de  prĂ©sentation  de  la  loi  n°2013-1117  en  date  du  6  dĂ©cembre  2013 
relative Ă  la lutte contre la fraude fiscale et la grande dĂ©linquance Ă©conomique et financiĂšre ; 
 
‱ du 31 janvier 2014 de politique pĂ©nale relative au Procureur financier. 

 

b-

 

Les rĂšgles mises en place par l’Union EuropĂ©enne 

 

Une communication de la Commission europĂ©enne en date du 28 mai 2003 a posĂ© les fondements 
d’une politique globale de l'Union europĂ©enne contre la corruption. 

 

Le  Conseil  a  adoptĂ©  le  22 juillet  2003  la  DĂ©cision-cadre  2003/568/JAI relative  Ă   la  lutte  contre  la 
corruption dans le secteur privĂ©, aux termes de laquelle la corruption active et passive dans le secteur 
privĂ©  doit  constituer  une  infraction  pĂ©nale  dans  tous  les  Ă‰tats  membres.  Les  personnes  morales 
peuvent ĂȘtre tenues pour responsables de ces infractions, si celles-ci sont commises Ă  leur bĂ©nĂ©fice 
par toute personne physique agissant soit individuellement, soit en tant que membre d'un organe de 
l'entreprise sur les bases suivantes : avoir un pouvoir de reprĂ©sentation de la personne morale, avoir 
une  autoritĂ©  pour  prendre  des  dĂ©cisions  au  nom  de  la  personne  morale,  avoir  une  autoritĂ©  pour 
exercer un contrĂŽle interne. 
 
Au-delĂ , ainsi qu’il ressort de trois directives du Parlement europĂ©en et du Conseil du 26 fĂ©vrier 2014, 
les institutions europĂ©ennes considĂšrent aujourd’hui la corruption comme un motif d’exclusion et/ou 
de rĂ©siliation des marchĂ©s publics : 

 

-

 

 D. 2014/23 /UE sur l’attribution de contrats de concession ;  

-

 

 D. 2014/24 /UE sur la passation de marchĂ©s Publics

48

 ; 

-

 

 D. 2014/25 /UE  relative  Ă   la  passation  de marchĂ©s  par  des  entitĂ©s opĂ©rant  dans  le  secteur  de 
l’eau, de l’énergie, des transports et des services postaux et abrogeant la directive 2004/17/CE. 

 
Enfin,  la  directive  sur  le  reporting  extra-financier

 

adoptĂ©e  le  29  septembre  2014  par  le  Conseil  de 

l’Union  EuropĂ©enne  rend  obligatoire  la  publication  annuelle  par  les  Â« entitĂ©s  d'intĂ©rĂȘt  public Â»

 

(catĂ©gorie incluant les entreprises cotĂ©es de plus de 500 salariĂ©s et de 20 millions d’euros de bilan, ou 

                                                                                                                                                                                     

comptable,  bancaire  et  de  la  lutte  contre  la  corruption  et  d’organiser  la  vĂ©rification  de  l’alerte  au  sein  de  l’organisme 
concernĂ©. 

48

 Voir notamment les articles 57 (Motifs d'exclusion) et 73 (RĂ©siliation de marchĂ©s).

 

background image

 

 

 

 

34 

 

40  millions  de  chiffre  d’affaire  net)

 

d’un  certain  nombre  d’informations  non-financiĂšres,  et  en 

particulier de celles  relatives Ă  la lutte contre la corruption.

49

 

 

 

c-

 

Les principales rĂšgles Ă©trangĂšres 

 

 

-

 

La lĂ©gislation des Etats-Unis d’AmĂ©rique 

 

Le  Foreign  Corrupt  Practices  Act  (FCPA),  entrĂ©  en  vigueur  le  19  dĂ©cembre  1977,  modifiĂ©  par 
l’International Anti-Bribery Act de 1988.

 

 

Cette loi s’applique : 

-

 

aux  personnes  physiques  ou  morales  Ă©trangĂšres,  se  trouvant  sur  le  sol  amĂ©ricain  ou,  depuis 
1998,  cotĂ©es  sur  un  marchĂ©  boursier  amĂ©ricain,  ainsi  que,  selon  la  jurisprudence,  aux  filiales 
Ă©trangĂšres de sociĂ©tĂ©s mĂšres, elles-mĂȘmes soumises au FCPA ; 

-

 

aux personnels de ces personnes physiques ou morales, amĂ©ricaines ou Ă©trangĂšres, oĂč qu'ils se 
trouvent dans le monde.  
 

Le  FCPA  s’applique  indirectement  aux  dirigeants,  administrateurs,  salariĂ©s,  agents  et  actionnaires 
agissant pour le compte des sociĂ©tĂ©s visĂ©es. 

 

Cette  loi  interdit  notamment  les  Â« pots-de-vin Â»,  impose  aux  entreprises  un  haut  niveau  de 
transparence  comptable  (pour  empĂȘcher  la  dissimulation  de  pots  de  vin).  Les  paiements  effectuĂ©s 
indirectement par le biais d’un consultant, d’un fournisseur, de distributeurs, de partenaires de joint-
venture  ou  de  tout  autre  intermĂ©diaire  sont  Ă©galement  interdits,  quel  que  soit  le  lieu  oĂč  ils  sont 
commis.  

 

Elle  prĂ©voit  de  lourdes  sanctions.  Toutefois,  la  mise  en  place  d’un  programme  de  conformitĂ©  sous 
rĂ©serve de son caractĂšre effectif  permet une modĂ©ration des charges potentielles. 

 

Par  ailleurs,  l’organisation  mise  en  cause  peut  solliciter  le  bĂ©nĂ©fice  d’un  accord  de  suspension  des 
poursuites (

« Deffered Prosecution Agreement Â»

- DPA) avec le DĂ©partement de la Justice (DoJ) et s’il y 

a lieu la Â« 

Securities and  Exchange Commission

 Â» (SEC). Dans ce cadre, les entreprises peuvent se voir 

imposer  la  nomination  d’un  moniteur  indĂ©pendant,  en  charge  de  contrĂŽler  la  mise  en  Ć“uvre  des 
obligations prĂ©vues dans le DPA et d’en faire rapport aux autoritĂ©s amĂ©ricaines.

 

 

L’organisation doit alors se soumettre Ă  un programme de rĂ©formes internes destinĂ© Ă  prĂ©venir tout 
risque d’agissements pouvant contrevenir aux dispositions lĂ©gislatives amĂ©ricaines ou internationales 
anticorruption  dans  les  transactions  commerciales  internationales.  Ce  processus  est  long  (en 
moyenne 3 ans) et trĂšs coĂ»teux.  

 

Outre le montant trĂšs  Ă©levĂ© des amendes

50

, il faut Ă©galement prendre en compte les coĂ»ts directs liĂ©s 

Ă   l’enquĂȘte (honoraires du moniteur, frais d’avocats, etc) et les coĂ»ts indirects induits par le prĂ©judice 
de notoriĂ©tĂ© et le cas Ă©chĂ©ant par l’exclusion des marchĂ©s publics (

debarmen

t).  

                                                           

49

 Les Ă‰tats membres disposeront d'un dĂ©lai de deux ans pour intĂ©grer les nouvelles dispositions dans leur droit national, 

lesquelles seront applicables en 2017. Le dĂ©cret du 24 avril 2012 sur la responsabilitĂ© sociĂ©tale des entreprises (RSE) devra 
ĂȘtre rĂ©visĂ©, pour tenir compte des nouvelles obligations crĂ©Ă©es par la directive.

 

 

 

50

  Les  10  plus  importants  accords  transactionnels  conclus  avec  les  autoritĂ©s  amĂ©ricaines (janvier  2015) :  1)  SIEMENS 

(Siemens AG + trois filiales), Allemagne (DĂ©cembre 2008), 800 millions US$ (s’ajoutant Ă  596 millions d’euros d’amende en 
Allemagne) ;  2)  ALSTOM,  France  (DĂ©cembre  2014),  772  millions  US$ ;  3)  KELLOGG,  BROWN  &  ROOT  LLC&  HALLIBURTON, 

background image

 

 

 

 

35 

 

 

-

 

La lĂ©gislation du Royaume-Uni  

 

Le United Kingdom Bribery Act (UKBA) du 8 avril 2010, entrĂ© en vigueur le 1

er

 juillet 2011

 

 

Le  UKBA

 

rĂ©prime  (sections  1,  2  et  6)  non  seulement  la  corruption  sous  toutes  ses  formes  mais 

Ă©galement  et  de  maniĂšre  autonome  (section  7),  l’absence  de  dispositif  efficace  (« procĂ©dures 
adĂ©quates Â») de prĂ©vention de la corruption au sein de l’organisation.  
 
Le  UKBA  incrimine  classiquement  la  corruption  active,  c’est-Ă -dire  le  fait  d’offrir,  de  promettre  ou 
d’accorder une contrepartie en vue d’obtenir un avantage indu, et la corruption passive, c’est-Ă -dire le 
fait  de  solliciter,  de  convenir,  de  recevoir ou  d’accepter  une  contrepartie en  Ă©change  d’un  avantage 
indu. 
 
La  loi  britannique  ne  prĂ©voit  pas  d’exception,  contrairement  au  Â« FCPA Â»,  pour  les  petits  paiements 
ayant pour but d’accĂ©lĂ©rer une procĂ©dure administrative ou une dĂ©cision dont le principe est acquis 
(« paiements  de  facilitation Â»).  Restent  nĂ©anmoins  autorisĂ©s  les  cadeaux  d’entreprise,  offerts  aux 
relations  d’affaires,  lorsqu’ils  sont  raisonnables  et  proportionnĂ©s  et  ont  pour  but  de  renforcer  ces 
relations ou de prĂ©senter les produits ou services de l’entreprise. 
 
Le UKBA introduit une infraction novatrice de Â« dĂ©faut de prĂ©vention de la corruption Â» : le UKBA est 
la  premiĂšre  loi  qui  insiste  sur  la  prĂ©vention  de  la  corruption  au  sein  des  entreprises  au  point  d’en 
sanctionner le dĂ©faut (

failure to prevent bribery)

 par l’engagement de la responsabilitĂ© pĂ©nale de la 

personne morale. Il en rĂ©sulte pour les personnes morales en lien avec le Royaume-Uni une obligation 
de mettre en Ć“uvre en leur sein, dans quelque lieu que ce soit, Ă  travers le monde, des Â« procĂ©dures 
adĂ©quates Â»  pour  prĂ©venir  la  corruption.  Ă€  dĂ©faut  de  prouver  l’existence  et  le  fonctionnement  de 
telles procĂ©dures adĂ©quates, l’entreprise engage sa responsabilitĂ© pĂ©nale et s’expose Ă  des amendes 
illimitĂ©es, si une personne qui lui est associĂ©e

51

 corrompt une autre personne. 

 
Le  UKBA  prĂ©voit  de  lourdes  sanctions :  amende  illimitĂ©e  pour  les  personnes  morales  ou  physiques 
responsables, et jusqu’à 10 ans d’emprisonnement pour les personnes physiques dĂ©clarĂ©es coupables 
de l’un des dĂ©lits visĂ©s par cette loi. 

 
-

 

La lĂ©gislation de l’Italie 

 

Le

 

dĂ©cret-loi italien 231-2001 du 8 juin 2001 relatif Ă  la responsabilitĂ© administrative des personnes 

morales, des sociĂ©tĂ©s et des associations mĂȘme sans statut lĂ©gal, pris en application de l’article 11 
de la loi n°300 du 29 septembre 2000. 

 
Ce texte revĂȘt un intĂ©rĂȘt tout particulier, compte tenu du fait qu’il prĂ©voit notamment : 

 

                                                                                                                                                                                     

Etats-Unis

  (

FĂ©vrier 2009), 579 millions US$ ; 4) BAE SYSTEMS PLC, Royaume-Uni,

 

(Mars 2010), 400 millions US$ ; 5) TOTAL 

SA,  France

,  (

Mai  2013),  398  millions  US$ ;  6)  ALCOA,  Etats-Unis  (Janvier  2014),  384  millions  US$ ;  7)  ENI  (+  filiale 

nĂ©erlandaise), Italie & Pays-Bas

 

(Juillet 2010), 365 millions US$ ; 8) TECHNIP (et associĂ©s au sein de joint-ventures), France 

(Juin 2010), 338 millions US$  + 917 millions US$ pour les associĂ©s ; 9) JGC Corporation, Japon

 

(Avril 2011), 218,8 millions 

US$ ; 10) DAIMLER (Daimler AG + 3 filiales), Allemagne

 

(Avril 2010), 185 millions US$.

 

51

 Le concept de personne associĂ©e (section 8 de la loi) vise toute personne physique ou morale  accomplissant un service 

pour, ou pour le compte de, la personne morale en cause. Ă€ titre d’exemple, la loi cite les employĂ©s, les filiales ou les agents. 

 

background image

 

 

 

 

36 

 

-

 

l’engagement des instances dirigeantes (art 6.1a),  

-

 

une organisation dĂ©diĂ©e (art 6.1b),  

-

 

une analyse des risques (art 6.2a),  

-

 

la mise en place de procĂ©dures adaptĂ©es (art 6.2b), 

-

 

 une formation adaptĂ©e (art 6.2b)  

-

 

et  la mise en place par l’organisation d’une politique de sanctions (art 6.2e). 

 

3-

 

Les principales lignes directrices mises en place par :

 

 

a-

 

Les Etats

 

 

‱

 

Les Etats-Unis 

 

- Les Federal Sentencing Guidelines for Organizations (1991) ; 
- Le guide de mise en Ć“uvre du FCPA (2012) 

Ă©tabli par le DĂ©partement de la Justice des Etats-Unis 

(DoJ) et la Division Â« Enforcement Â» de la  Securities and Exchange Commission (SEC) ; 

 

‱

 

Le Royaume-Uni 

 

Les  lignes  directrices

52

  ou  Â« Guidance  about  procedures  which  relevant  commercial  organisations 

can put into place to prevent persons associated with them from bribing Â»

 (section 9 du UKBA) ont 

Ă©tĂ© Ă©tablies en 2010 et publiĂ©es le 30 mars 2011  par le ministĂšre britannique de la Justice. 
 
Dans  ses  lignes  directrices,  le  MinistĂšre  de  la  Justice  britannique  (MoJ)  prĂ©cise  dans  quelles 
conditions  les  procĂ©dures  seraient  adĂ©quates :  ĂȘtre  proportionnĂ©es  aux  activitĂ©s  et  aux  risques  de 
l’organisation ; dĂ©couler d’une analyse des risques rĂ©guliĂšre et documentĂ©e ; ĂȘtre complĂ©tĂ©es par des 
audits et des vĂ©rifications concernant Â« les personnes associĂ©es Â» ; faire l’objet d’une communication 
interne  (formations)    et  externe  adĂ©quate ;  ĂȘtre  contrĂŽlĂ©es  et  rĂ©visĂ©es  de  maniĂšre  pĂ©riodique ; 
bĂ©nĂ©ficier du soutien visible et univoque des hauts dirigeants, qui doivent clairement interdire toute 
forme de corruption.

 

 

b-

 

Les organisations internationales 

 

 

‱

 

L’OCDE  

 

-

 

Les Principes directeurs Ă  l’intention des entreprises multinationales (2000) ; 

-

 

Les  typologies  sur  le  rĂŽle  des  intermĂ©diaires  dans  les  relations  commerciales  internationales 
(2009) ; 

-

 

La Recommandation de l'OCDE visant Ă  renforcer la lutte contre la corruption d’agents publics 
Ă©trangers  dans  les  transactions  commerciales  internationales,  incluant  le  Guide  de  bonnes 
pratiques pour les contrĂŽles internes, la dĂ©ontologie et la conformitĂ© (2009) 

53

 

 
 
 
 
 

                                                           

52

 Voir justice.gov.UK/guidance/docs/bribery-act-2010-guidances. 

53

 

« Les pays Membres devraient mener des actions de sensibilisation et produire des lignes directrices Ă©crites Ă  l'intention 

du public sur leurs lois de mise en Ć“uvre de la Convention anticorruption de l'OCDE Â».

 

background image

 

 

 

 

37 

 

‱

 

Le Groupe d’Action FinanciĂšre (GAFI)

54

 

 

Les  lignes  directrices  dites  Â« Meilleures  pratiques  pour  l’utilisation  des  Recommandations  du  GAFI 
pour la lutte contre la corruption Â» (octobre 2012)

55

 ; 

 

‱

 

Les Nations-Unies 

 

Le  programme  de  dĂ©ontologie  et  de  conformitĂ©  contre  la  corruption  pour  les  entreprises  -  Guide 
pratique de l’ONUDC (2013). 

 

c-

 

Les organisations non-gouvernementales 

 

 

‱

 

Transparency International  

 

Les principes de conduite des affaires pour contrer la corruption (2013) ; 

 

‱

 

L’International Standards Organization (ISO) 

 

Les lignes directrices  ISO 26000  pour la responsabilitĂ© sociale (2010) ; 

 

‱

 

La British Standard Institution (BSI) 

 

La norme BS 10500 Â« specification for anti-bribery management system Â» (2011)  

 

‱

 

L’Association Française pour la Normalisation (AFNOR) 

 

-

 

 La norme ISO/PC 271 Â« Compliance Management System Â» ; 

-

 

La  norme  ISO  37001  Â« Specification  for  an  anti  bribery  management  system Â»  (en  cours 
d’élaboration). 

 

4-

 

Les autres sources

 

 

-

 

Nations-Unies : le 

Global Compact

 (2004)

56

 ; 

-

 

Forum Economique Mondial : les  principes de lutte contre la corruption (2004) ; 

-

 

Chambre  de  Commerce  Internationale :  RĂšgles  de  l’ICC  pour  combattre  la  corruption  (2011) ; 
clause type anti-corruption (2012). 

 

                                                           

54

 

Le GAFI (

Financial Action Task Force

) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en juillet 1989 lors du Sommet du G7 de Paris pour examiner et Ă©laborer 

des mesures de lutte contre le blanchiment de capitaux.

 

55

 

“

Reference Guide and Information Note on the use of the FATF Recommendations to support the fight against Corruption

”.

 

56

 LancĂ© en juillet 2000, le 

Global Compact

 (Pacte Mondial) des Nations Unies est destinĂ© Ă  rassembler les entreprises, les 

organismes des Nations Unies, le monde du travail et la sociĂ©tĂ© civile autour de dix principes universels regroupĂ©s en quatre 
grands  domaines :  Droits  de  l'Homme,  Normes  internationales  du  travail,  Environnement,  Lutte  contre  la  corruption.  Le 

Global  Compact  France

 est le relais local du 

Global  Compact

. Il a Ă©tĂ© officiellement lancĂ© en 2003. En 2014, plus de 1000 

entreprises  et  organismes  français  ont  adhĂ©rĂ©  au 

Global  Compact

,  faisant  de  la  France  le  deuxiĂšme  pays  en  nombre  de 

participants dans le monde.

 

background image

 

 

 

 

38 

 

ANNEXE 5 â€“ LISTE DES ORGANISATIONS CONSULTEES 

 
 

Entreprises 

(45, dont celles du CAC 40) 

 
Associations

 (9, dont 3 relevant de la sphĂšre publique) 

 

AutoritĂ©s publiques indĂ©pendantes 

(AutoritĂ© de la Concurrence, AutoritĂ© de ContrĂŽle Prudentiel et 

de RĂ©solution 

ACPR

, AutoritĂ© des MarchĂ©s Financiers 

AMF

, Commission Nationale de l’Informatique 

et des LibertĂ©s 

CNIL

, Traitement du Renseignement et Action contre les Circuits Financiers clandestins 

Tracfin

 

Avocats et experts

 (10) 

 

Cabinets spĂ©cialisĂ©s dans la certification et le conseil anti-corruption

 (6) 

 

Organisations non gouvernementales

 (4) 

 

Organisations professionnelles et consulaires

 (16)