Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /config/ecran_securite.php on line 283
Sondage : avec 42% d’intentions de vote, La Droite Forte de Guillaume (...) - La droite forte

Sondage : avec 42% d’intentions de vote, La Droite Forte de Guillaume Peltier en tête des motions UMP

SONDAGE ATLANTICO/OPINIONWAY - La motion la plus populaire auprès des sympathisants UMP est « La Droite Forte – Génération Sarkozy », avec 42%.

Avec 42% des intentions de vote, elle devance celle de Jean-Pierre Raffarin et Luc Chatel (21%) et celle de Laurent Wauquiez (18%).

Lors du Congrès de l’UMP à venir qui aura lieu le 18 novembre prochain, les adhérents de l’UMP voteront pour des "motions" politiques. Si vous pouviez voter, pour laquelle des motions suivantes voteriez-vous ?

PNG - 65.6 ko

Atlantico : La motion la plus populaire auprès des sympathisants UMP est « La Droite Forte – Génération Sarkozy » menée par Guillaume Peltier. Elle arrive en tête avec 42% loin devant la motion portée par Jean-Pierre Raffarin et Luc Chatel (21%) ou celle portée par Laurent Wauquiez (18%), Michèle Alliot-Marie (8%), Thierry Mariani (5%) ou Matthieu Schlesinger (1%). Comment interprétez-vous ce résultat ?

Bruno Jeanbart : Nous avons travaillé ici auprès des sympathisants et non des adhérents. Dans ce cas-là, les positionnements et le nom de la motion jouent plus que ceux qui la portent. Deux éléments sont favorables à cette motion : la référence à Nicolas Sarkozy donne très clairement un avantage à cette motion et la notion de « droite forte » est importante aujourd’hui pour des sympathisants UMP qui se positionnent assez à droite sur l’échiquier politique.

Les adhérents ont une meilleure connaissance de ce que proposent les différentes motions. En novembre, ils auront lu les motions et les positionnements. Tous ces éléments de fond joueront donc davantage dans le choix des adhérents. Le spectre de Nicolas Sarkozy ne devrait pas être aussi important lors du vote de ces derniers. En revanche, on sait qu’au lendemain d’une défaite les adhérents et militants d’un parti se raccrochent souvent à leur ancien leader. C’est pourquoi le spectre de l’ancien président sera tout de même présent lors du congrès du parti en novembre prochain.

Un sondage IFOP indiquait que "la Droite Forte" recueillait 24% en août dernier et 39% le 22 septembre dernier sous l’intitulé "La Droite forte - Génération Sarkozy". Comment expliquez-vous la montée dans les sondages de la motion de Guillaume Peltier et en quoi l’intitulé "Génération Sarkozy" joue-t-il ou non dans ce mouvement ?

Il est clair que cette hausse provient principalement du rajout de la mention « Génération Sarkozy ». Tant qu’il n’y a pas de personnalité imposée comme leader de l’UMP, le nom de Nicolas Sarkozy reste très fort dans l’imaginaire des électeurs de droite. Pour beaucoup de sympathisants UMP, il reste le leader naturel du parti.

Mais les sympathisants ne sont pas les adhérents. Le vote des adhérents sera bien plus réparti que ne l’est celui des sympathisants. Au fur et à mesure de la campagne, les scores vont bouger. Si une motion arrive à faire 40%, cela sera un très gros résultat.

Comment expliquer que la motion « La Droite Forte – Génération Sarkozy » obtienne le même niveau d’intentions de vote chez les CSP+ que chez les CSP- là où la motion portée par Jean-Pierre Raffarin et Luc Chatel obtient un score nettement meilleur chez les CSP- que les CSP+. Cela revient-il à dire que les catégories socio-professionnelles aisées assument davantage une certaine droitisation du parti que les classes plus populaires ?

Il est difficile de faire une telle déduction. La droitisation ne s’est pas forcément faite sur les mêmes choses pour les catégories populaires et pour les CSP+. Si l’opinion à droite peut être commune sur certains sujets comme l’immigration, il y aura en revanche plus de divergences sur les sujets socio-économiques. Par exemple, la notion de droitisation dans les catégories aisées peut vouloir dire « se battre plus fortement pour une réduction de la place de l’Etat dans l’économie ». Ce qui sera beaucoup moins apprécié chez les catégories populaires.

La droitisation peut prendre des formes différentes et ne pas fédérer de la même manière sur les différents sujets.

Méthodologie

- Étude réalisée auprès d’un échantillon de 412 sympathisants de l’UMP, extrait d’un échantillon de 2035 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon de départ a été assurée selon la méthode des quotas sur les critères de sexe, d’âge, de catégorie sociale, après stratification par région et taille de la commune d’habitation.
- Mode d’interrogation : L’échantillon a été interrogé en ligne sur système Cawi (Computer Assisted Web Interview).
- Dates de terrain : les interviews ont été réalisées du 25 au 27 septembre 2012.
- OpinionWay rappelle par ailleurs que les résultats de ce sondage doivent être lus en tenant compte des marges d’incertitude : 2 à 5 points au plus pour un échantillon de 400 répondants.
- OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252.
- OpinionWay rappelle que ces résultats ne sont en aucun cas une prédiction des scores des différentes motions. En effet, seuls les adhérents auront le droit de voter lors du scrutin et non les « sympathisants ».

SOURCE

Dans la même rubrique

C’est possible grâce au vote par procuration ! Si vous n’avez personne à qui donner votre procuration, nous pouvons vous aider car aucune voix ne (...) Lire

La Mayenne, nouvelle étape du tour de France de « la Droite forte » ! Guillaume Peltier était ce samedi à Laval, aux cotés de Samia Soultani et les (...) Lire

La Droite forte réunissait ce samedi à Paris plus de 500 cadres départementaux de l’UMP et militants autour de Guillaume Peltier et Geoffroy Didier. (...) Lire

SONDAGE ATLANTICO/OPINIONWAY - La motion la plus populaire auprès des sympathisants UMP est « La Droite Forte – Génération Sarkozy », avec 42%. Avec (...) Lire

Nous sommes fiers d’être Français. Nous sommes fiers d’être de droite. Nous sommes fiers d’être sarkozystes. Nous considérons que 3 défis majeurs se (...) Lire

Facebook

Twitter

Restez informé !