Monde

Publié le 15/01/2009 à 22:36 - Modifié le 16/01/2009 à 11:38 Le Point.fr

Les miraculés de l'A320 abîmé dans l'Hudson à New York

lepoint.fr

Les miraculés de l'A320 abîmé dans l'Hudson à New York

Un avion Airbus A320 de la compagnie aérienne US Airways transportant une centaine de personnes s'est abîmé dans la rivière Hudson près de l'aéroport de New York LaGuardia. Photo Janis Krums © Janis Krums/AP/SIPA

Un Airbus A 320 de la compagnie aérienne américaine US Airways s'est abîmé jeudi dans les eaux glacées de l'Hudson à New York. Alors que l'appareil s'enfonçait peu à peu dans le fleuve, les 155 occupants ont pu être évacués. Sains et saufs. Les télévisions américaines ont diffusé des images spectaculaires de ces hommes et femmes attendant sur l'aile de l'appareil d'embarquer à bord de bateaux venus à leur secours. Le visage marqué, une femme munie d'un gilet de sauvetage jaune montait dans un des bateaux, cheveux et vêtements dégoulinant d'eau. Jeudi, la température de l'air était de -7 degrés et celle de l'eau de seulement 6 degrés.

L'accident s'est produit à 15 h 03 locales - 21 h 03, heure française -, peu après le décollage de l'avion de l'aéroport new-yorkais de LaGuardia. Les 150 passagers et 5 membres d'équipage qui se trouvaient à bord du vol 1549 ont tous survécu, a affirmé Doug Parker, le patron d'US Airways. "Aujourd'hui, il se passe un miracle à New York", a commenté un secouriste de Big Apple. "Nous ne pensons pas qu'il y ait de blessé grave. Quelques personnes ont été emmenées à l'hôpital. Elles sont dans un état stable", a précisé le maire de New York Michael Bloomberg.

À la tombée de la nuit, l'avion avait été remorqué jusqu'à un quai de l'Hudson et arrimé par des câbles. D'après l'Administration de l'avion civile américaine (FAA), l'accident a sans doute été provoqué par un vol d'oiseaux qui auraient bloqué deux réacteurs. Des enquêteurs doivent se rendre sur place pour tenter de comprendre le déroulement des faits. Une équipe de techniciens d'Airbus ainsi que des membres du Bureau d'enquête et analyses vont aussi être envoyés à New York, explique l'avionneur européen, qui se refuse toutefois pour l'instant à une "quelconque spéculation sur les causes de l'accident".

Les limiers tenteront d'expliquer comment le pilote a réussi à maîtriser l'A320 en détresse, parvenant à se frayer un chemin dans le ciel de New York, pour descendre jusqu'au fleuve et éviter une catastrophe en pleine ville. L'homme, Chesley Sullenberger, âgé de 57 ans, a été salué pour son héroïsme et son professionnalisme.

"Je me suis cru dans un film"

"On dirait que le pilote a effectué un coup de maître en posant l'avion sur le fleuve, et en s'assurant ensuite que tout le monde était sorti", a insisté le maire New York. George W. Bush a également rendu hommage à "l'adresse" et à "l'héroïsme" de l'équipage. Selon le New York Daily News , le pilote est un vétéran de l'US Air Force.

Un témoin de l'accident a raconté sur CNN que l'avion avait effectué une descente très progressive avant de toucher le fleuve, laissant penser que le pilote était effectivement parvenu à maîtriser l'appareil jusqu'au bout. "Je l'ai vu toucher l'eau." Et de préciser que la descente de l'avion avait été "très graduelle", s'est souvenu Ben Vonklemperer. Revenant sur le récit de l'accident, l'un des passagers, Alberto Panero, a déclaré sur la chaîne d'information en continu avoir entendu un bang juste après le décollage de l'appareil. "Soudain, le pilote a dit : Préparez-vous au choc, et c'est là que nous avons compris qu'on allait toucher l'eau", a-t-il indiqué.

Quelques instants plus tard, Troy Keitt, un technicien de 46 ans, constatait depuis les quais de New York : "J'étais sur l'embarcadère 84 en train de ramasser des ordures quand j'ai regardé l'eau et que j'ai vu l'avion flotter. Je me suis cru dans un film."

Regardez les premières images diffusées par WNBC :


Un A320 s'abîme en mer avec 150 passagers à bord
envoyé par lepoint.fr

Une fois encore, l'information a circulé à la vitesse de l'éclair sur le Web. Très vite, le site Twitter ( cliquez ici par exemple ) a permis de suivre la conversation et les échanges de messages-textes des témoins ou des curieux, avec pas moins de 100 minimessages à la minute, immédiatement après la chute de l'Airbus. Des correspondances à prendre cependant avec les plus grandes précautions, en raison de l'impossibilité, sur l'instant, d'en vérifier la véracité.

L'une des premières photos de la scène en baie d'Hudson était visible sur le site d'échange et de partage-photos Flickr. L'oeuvre d'un certain Grégory L am.


Cliquez ici pour suivre en direct (avec CNN) la scène, baie d'Hudson, à New York


Credit Gregory Lam -- Flickr

20 COMMENTAIRE(S)

Irish

Les « facts » et le pilote

vendredi 16 janvier | 21:38

Le pilote ? M. Chesley Sullenberger ? a 57 ans. Oui, il vole depuis 40 ans. C?est parce qu?aux EU, on peut recevoir un permis de voler à l?âge de 16 ans. Il était déjà pilote même avant il est entré dans l?académie de la force aérienne américaine à l?âge de 18 ans. M. Sullenberger est aussi ancien chef de sécurité pour l?association des pilotes aux EU et conseiller à NASA et le département de transportation et sécurité aux E.U. Pour les gens qui disent que le pilote ne pensé qu?à sauver lui-même et pas les passagers ? vous avez vraiment tort. Cet ancien pilote de chasse savait bien avant hier qu?il est possible de perdre sa vie à tout moment, sans avis. M. Sullenberger a avertit un vraie catastrophe avec ses bonnes décisions, son sang-froid et plusieurs années d?expérience. En plus, il est pilote de « glide planes ». Sans cette compétence, qu?il a choisit apprendre en part pour améliorer ses capabilites, peut-être les résultats n?aurait pas si bons hier. Un homme comme lui, qui travaille si fort pour augmenter ses « skills » et garder la sécurité des passages, mérite bien le titre « héro ».

chesley2

L'age du pilote

vendredi 16 janvier | 20:17

Chesley Sullenberger a t-il pris 10 ans en traversant l'Atlantique et la Manche ? Question importante, puisque son âge à conduit à une récupération éhontée sur l'âge du départ en retraites ! seule les medias français lui donnent 67 alors qu'il a 57 ans wikipedia tout frais nous dit Chesley B. Sullenberger III was born in 1951 or 1952. Sullenberger a t-il pris 10 ans en traversant l'Atlantique et la Manche ? Question importante, puisque son âge à conduit à une récupération éhontée sur l'âge du départ en retraites ! seule les medias français lui donnent 67 alors qu'il a 57 ans wikipedia tout frais nous dit Chesley B. Sullenberger III was born in 1951 or 1952.

pomme

Contraste

vendredi 16 janvier | 12:44

"Breaking news", but fortunately intact plane.

pomme

@ Danil59

vendredi 16 janvier | 12:32

Vous avez raison. Un amerissage est beaucoup plus violent qu'un atterrissage. Il semble que l'avion soit remarquablement solide pour ne pas s'être détruit. Cela va être, c'est sûr, analysé par les constructeurs d'avions.

Alf007

57 pas 67

vendredi 16 janvier | 12:17

Faut se calmer les UMPistes, il "n'a" que 57 ans, pas mal quand même...

Iggy

Avion solide et pilote habile

vendredi 16 janvier | 11:23

Je pensais que l'amerrissage d'un avion non prévu pour cela aboutissait à la désintégration de l'appareil or celui-ci ne s'est pas disloqué et possède encore ses ailes.

Daniel59

Bravo

vendredi 16 janvier | 10:42

cela prouve que la technologie Française et Européenne est bonne, j'espère que cela remplira encore plus les carnets de commandes, et bravo au pilote à 67 ans cela prouve que la vieillesse est bien repoussée et que avec un peu d'entretien ça peut durer et avoir une activité débordante.

marine

Bravo au pilote...

vendredi 16 janvier | 10:27

... pour son sang-froid et sa conscience professionnelle ! L'avion aussi s'en est bien tiré !

marcel

Flottabilité

vendredi 16 janvier | 10:02

Comment fait un avion pour flotter avec les portes ouvertes, le plein de carburant, et les soutes pleines ?

Sorgel

67 ans le pilote ! Super

vendredi 16 janvier | 08:51

Bonjour, Et en France les conducteurs de TGV se déclarent inapte à 50 ans ! De qui se moquent-ils sur leurs rails ? Le privé a bon dos de payer pour les grèves et pour une retraite plus longue que leur temps de travail à 25 heures par semaine.

Votre commentaire

(obligatoire) 0 caractères sur 3000

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les internautes et ne sont pas rédigés par la rédaction du Point.

Il est interdit d'écrire des commentaires contraires aux lois françaises.

Le Point se réserve le droit de supprimer les commentaires ne respectant pas la charte éditoriale du Point.

Le commentaire une fois diffusé ne peut etre supprimé ou modifié qu'en envoyant un email.

[ Plus ]

Dossier Elections américaines