accueil    Newsletter Les Echos
Par la rédaction des Echos lundi 29 novembre 2004 - 04:00
Rechercher  OK   
OK
Le journal  Edition du 29 novembre 2004 
 

 Chirac-Sarkozy : une nouvelle donne politique

· Le ministre de l'Economie démissionne aujourd'hui · Ovationné hier à la tête de l'UMP, il se présente comme l'homme du changement · Le chef de l'Etat opte pour un remaniement limité

On devrait savoir aujourd'hui qui va remplacer Nicolas Sarkozy à Bercy. Devenu hier président de l'UMP avec 85 % des suffrages des militants, le ministre des Finances doit remettre sa démission à Jacques Chirac. Le remaniement s'avère compliqué. Hier, l'Elysée semblait encore hésiter entre Thierry Breton, le PDG de France Télécom, Philippe Douste-Blazy, l'actuel ministre de la Santé, et Hervé Gaymard, le ministre de l'Agriculture. Quel que soit son profil, le nouvel arrivant n'aura pas la tâche facile, au moment où la droite est confrontée à une nouvelle donne : ovationné par plus de 30.000 militants, Nicolas Sarkozy affirme ses ambitions présidentielles en se posant comme l'homme du changement. Il prône une politique beaucoup plus libérale que celle du chef de l'Etat. Jacques Chirac fait le gros dos en attendant le référendum sur l'Europe, le grand rendez-vous politique de 2005. D'ici là, Jean-Pierre Raffarin tentera de retrouver de l'autorité sur ses ministres. Il détaillera le 9 décembre son programme de travail.

A la tête de l'UMP, Nicolas Sarkozy se pose comme « l'homme du changement »
Un congrès mis en scène comme une démonstration de force
A Bercy, jusqu'au dernier moment, une succession difficile à régler
Le déficit budgétaire revenu à 51 milliards d'euros fin octobre
Jean-Pierre Raffarin cherche à reprendre la main
Jacques Chirac remet les grandes manoeuvres à plus tard


 Le grand « big bang » du textile mondial
Cliquez ici
Le 1er janvier 2005 marquera la disparition définitive des quotas qui encadraient le commerce mondial des produits du textile et de l'habillement depuis trente ans. Malgré les dix années de transition prévues, c'est un véritable big bang qui se profile dans ce secteur qui emploie 40 millions de personnes, pour un commerce évalué à plus de 364 milliards de dollars par an. Avec l'Inde et le Pakistan, la Chine devrait être l'un des grands gagnants de cette révolution libérale. En revanche, dans l'Europe à 25, c'est 1 million d'emplois qui sont menacés, déclare dans une interview le président d'Euratex, Filiep J. Libeert. A partir d'aujourd'hui et jusqu'à jeudi, « Les Echos » enquêtent sur les perdants et les gagnants de ce grand chambardement, sur les espoirs de la Chine et de l'Inde, sur la riposte des industriels occidentaux et sur l'exemple français.
L'Arrangement multifibres va disparaître à la fin de l'année
La Chine, l'Inde et le Pakistan font de l'obstruction à l'OMC
Filiep J. Libeert : « Face à des pratiques inacceptables, l'Europe doit se doter de nouveaux outils de surveillance des importations »
Séisme imminent dans le textile mondial
Le Bangladesh tremble pour l'avenir de son industrie

Banque  Pierre Richard confirmé comme administrateur délégué
 Le conseil de Dexia met fin au projet de rapprochement avec Sanpaolo IMI
Cliquez ici
Les actionnaires du groupe bancaire franco-belge Dexia se sont prononcés hier contre le projet de rapprochement avec l'italien Sanpaolo IMI qui aurait donné naissance à la quatrième banque de la zone euro. Le conseil d'administration a constaté, à l'unanimité, que « les conditions ne sont plus réunies pour que l'étude de ce projet soit poursuivie de manière efficace et a décidé, dès lors, d'y mettre un terme ». Contrariés par l'annonce prématurée des négociations dans la presse, il y a dix jours, les actionnaires belges de Dexia, globalement sceptiques sur la rentabilité d'une telle opération, s'y étaient en effet rapidement opposés. Le conseil d'administration confirme en revanche, également à l'unanimité, sa confiance à l'administrateur délégué, Pierre Richard, ainsi qu'au comité de direction « dans son ensemble pour la politique de développement de Dexia ». Sanpaolo IMI tient aujourd'hui son conseil d'administration pour prendre acte de l'abandon des discussions.
Le conseil de Dexia enterre le projet de rapprochement avec l'italien Sanpaolo IMI
Sanpaolo IMI prend acte de l'abandon des discussions
L'urgence et le prétexte

Devises  L'euro dépasse 1,33 dollar
 La chute du dollar inquiète le Japon

La monnaie européenne a signé vendredi un quatrième record historique consécutif, atteignant 1,3329 dollar avant de revenir à 1,33 dollar en soirée suite à des rumeurs d'interventions de la Banque du Japon (BoJ). Des rumeurs probablement fausses, même si l'institut d'émission nippon ne commente jamais officiellement ses interventions. Cet incident témoigne d'un regain de nervosité sur les marchés de change. Les cambistes sont convaincus que la BCE ou la BoJ interviendront tôt ou tard pour mettre un terme à l'affaiblissement du dollar. D'autant que le billet vert est sous la menace d'une réaffectation des réserves de change des banques au profit de l'euro.

Le Japon mise sur la consommation pour soutenir sa croissance
Les devises préoccupent les investisseurs
Taux-changes : nouveau record historique pour l'euro, à 1,3329 dollar
Mines d'or : Harmony privé de vote sur la création de Gold Fields International

Courrier  Création d'un échelon régional
 La Poste va réorganiser son réseau grand public

La Poste, qui veut devenir le premier réseau français de vente et de distribution de services de proximité aux particuliers, s'apprête, selon nos informations, à adopter une nouvelle organisation territoriale, avec l'ajout d'un échelon hiérarchique régional. Par ailleurs, direction et syndicats se sont mis d'accord sur les modalités d'accompagnement des personnels dans le cadre des futures zones de vie articulant la présence postale en bureaux de proximité, agences communales et points-poste.

La Poste veut recréer un échelon régional au sein du réseau grand public

Idées
 Irak : la démocratie de la canonnière ?

PAR RALF DAHRENDORF

Les armes ne sont jamais le meilleur moyen pour instaurer la démocratie. Fort de cette conviction inspirée de l'histoire, Ralf Dahrendorf, membre de la Chambre des lords et ancien directeur de la London School of Economics, s'interroge sur l'évolution de la situation en Irak. Dans la mesure où les Etats-Unis y sont assimilés au camp de la guerre, il regrette que l'Europe ne soit pas davantage présente et évoque à ce sujet un « désastre historique ». L'Union européenne pourrait y favoriser, selon lui, une transition démocratique.

La démocratie de la canonnière ?

  Les Echos
Tous les titres
Les Sociétés citées
Les Régions citées
La Une en pdf


 DOSSIER FINANCE
Tarifs bancaires : la concurrence va continuer à s'exacerber
Comment les banques tarifent leurs produits ?
Emmanuel Constans : « Pas encore assez de concurrence sur les commissions »
Bruxelles s'immisce de plus en plus dans la fixation des prix
Le taux de l'usure mis à l'index

FRANCE ET INTERNATIONAL

 Education

François Fillon a transmis aux syndicats l'avant-projet de loi sur l'avenir de l'école. La réforme du baccalauréat n'y figure pas. Le sujet, sensible, n'est pas encore totalement arbitré

Fillon dévoile sa loi sur l'école mais se réserve sur le baccalauréat


 France-Japon

Relance du Club d'affaires franco-japonais, visite de Clara Gaymard, la présidente de l'Afii, et rencontres Europlace à Tokyo : la France fait les yeux doux aux investisseurs nippons

La France fait les yeux doux aux investisseurs japonais
Les griefs des sociétés japonaises implantées en France


 Côte d'Ivoire

Alors que la France a reçu l'appui des chefs d'Etat africains réunis lors du 10e Sommet de la francophonie, la Côte d'Ivoire veut attaquer Paris devant la Cour internationale de justice

Les francophones soutiennent Paris dans la crise ivoirienne
La Côte d'Ivoire va déposer plainte contre la France

ENTREPRISES ET MARCHÉS

 « Libération »

Edouard de Rotshchild a proposé à la Société civile des personnels d'injecter entre 25 et 30 millions d'euros dans le journal, via une augmentation de capital

Edouard de Rotshchild, nouvel invité dans le dossier « Libération »


 Iter

Les Européens tentent une dernière fois de rallier le Japon sur le dossier du réacteur expérimental de fusion nucléaire, lequel serait en principe construit dans le sud de la France

Les Vingt-Cinq cherchent encore à rallier le Japon sur le dossier Iter


 Parmalat

Le numéro un mondial du lait UHT affiche une perte de 745 millions d'euros au premier semestre, près d'un an après la découverte d'un trou massif dans son bilan et l'arrestation de son fondateur

Parmalat affiche une perte nette massive au premier semestre


 Automobile

Dans sa dernière vague de « crash tests », Euro NCAP attribue la note maximale en matière de sécurité intérieure à des voitures petites ou moyennes, dont les nouvelles Renault Modus ou Citroën C4

Les petites voitures rattrapent leur retard en matière de sécurité


 Grande distribution

Pour la première fois depuis 1998, les prix dans les hyper et supermarchés ont décroché au cours des trois derniers mois, selon l'Insee

Grande distribution : les prix décrochent pour la première fois depuis 1998
Un indice ciblé


 Vinci

La signature d'un pacte d'actionnaires avec l'Etat sur Autoroutes du Sud de la France (ASF) va permettre à Vinci de mettre sa participation dans ASF en équivalence dans ses comptes

Le titre Vinci profite du pacte d'actionnaires conclu chez ASF
L'urgence et le prétexte


 Assurance

Les assureurs américains plaident en faveur d'une reconduction du programme fédéral de couverture des risques de terrorisme mis en place après les attentats du 11 septembre 2001 et qui expire fin 2005

Terrorisme : l'assurance américaine pour une reconduction du « Tria »
L'OCDE défend les partenariats public-privé


 Nestlé

Pénalisé par les interrogations du marché sur l'évolution de son chiffre d'affaires et de ses bénéfices, le leader de l'agroalimentaire a vu son titre reculer d'environ 25 % depuis mai 2002

L'empire Nestlé montre des signes de faiblesse
L'Oréal : interrogations sur la participation du groupe suisse
Une note « triple A » de longue date, mais pas définitivement acquise


  Pratique
Résilier ce service
Modifier mon E-mail

Légende  
    Graphique attaché à l'article   Information accessible à nos abonnés ou payante à l'acte