Samedi 27 nov. 2004
Liberté Politique Le site de la Fondation de service politique Diffusion des dépêches d'actualité de l'Agence de presse et d'analyse catholique Décryptage
Evangile du jourL'Évangile du jour
Site de la revue d'idées catholique Liberté politique, éditée par la Fondation de service politique  
Initiatives
Pétition Oui au respect de l'identité européenne,
Non à la Turquie en Europe

Soutenez et signez ! Lettre ouverte à Jacques Chirac
Soutenez et signez !
Argumentaire
 
Déjà 24516 signatures
Colloque au Sénat Colloque

Quelles suites pour la loi de réforme de l'assurance-maladie du 30 juillet ?
Colloque à Nantes Table ronde

Eglise, conscience politique, conscience européenne
Nantes, 3 juin 2004
Etudes & Analyses
La newsletter Décryptage La newsletter Décryptage
Chaque semaine, recevez les communiqués de notre newsletter hebdomadaire
La revue Liberté politique La revue Liberté politique
La revue Liberté politiqueRevue trimestrielle, N°26 :
Eté 2004
LES DEUX EUROPE, frontières et dépendances
La Passion, une grande oeuvre théologique et spirituelle
Dossiers Dossiers
Bientôt en ligne !
Archives Archives
Toutes les archives de Décryptage, la revue politique, les colloques ...
Espace librairie Espace librairie
Notre sélection du mois 
Notre sélection du mois
Charles Gave,
Des lions menés par des ânes,
Laffont, 2003, 200 p., 18 €

Drogue-Danger-Débat Drogue-Danger-Débat
Le site le plus documenté sur le sujet !
Décryptage
19 nov. Politique
Nicolas Sarkozy devant les Cercles libéraux: Nicolas Sarkozy devant les Cercles libéraux: "Justice sociale et libéralisme"
Catherine Rouvier

"On fait des idées libérales un problème, alors qu'elles sont une solution !" Telle est l'"accroche" forte lancée par Alain Madelin à la " soirée des libéraux " de l'UMP, mardi 9 novembre à la Mutualité, juste avant l'arrivée de l'invité d'honneur, Nicolas Sarkozy.

Très en forme, souriant, le député du Morbihan rappelle tout d'abord qu'il aime être dans ce lieu : la Mutualité, qu'il a connu en d'autres temps. S'agit-il de sa folle jeunesse, de mai 68 et de ces débats houleux à la " mutu ", fief alors de la CGT où Madelin et ses amis portaient le fer dans les rangs communistes ? Mais non ! Il ne s'agit que du lancement ici même de l'UEM, l'Union en Mouvement, qui avait précédé l'UMP, il y a trois ans.

Puis il développe : les libéraux sont des amoureux de la liberté — de la liberté du choix de l'école, de l'âge de la retraite, de la protection sociale, du temps de travail, la liberté d'être propriétaire de son logement, liberté de s'assurer une retraite à son gré. Pour parer à l'avance toute critique sur son supposé "ultra-libéralisme" il nuance : Chez nous pas d'idolâtrie du marché, mais la force tranquille de certains principes et certaines valeurs forgées par le temps. " Certes, il faut tenir un discours différent du "discours de culture administrative" de la gauche, mais on peut être libéral et social. La preuve : il veut intégrer cette partie de la jeunesse de nos quartiers qui fait "France à part". En effet, "il faut des communautés, mais pas des communautarismes" qui sont des communautés qui s'enferment dans des revendications de privilèges. C'est pourquoi, à la discrimination positive, il préfère l'égalité des chances.

À cette nuance près, justement, de la discrimination positive, qu'il va justifier en disant que "si l'enfant de Nicolas et Cécilia n'a pas de problème pour intégrer un jour l'ENA, d'autres n'ont aucune chance d'y arriver". Sarkozy, l'invité d'honneur de la soirée, est sur la même longueur d'ondes que son "ami" Alain.

Après avoir évoqué avec humour sa candidature à la tête de l'UMP ("si la situation avait été moins difficile je n'aurais pas été candidat… si la situation avait été moins difficile… il y aurait eu plus de candidats !"), et son départ imminent du gouvernement (" je ne peux pas reprocher à celui qui m'a nommé de ne pas vouloir que je continue…"), il aborde lui aussi le problème de la justice sociale : "Qu'est ce qu'être juste, en 2004 ? C'est de rendre à la classe moyenne ce qu'elle a perdu : les avantages accordés aux pauvres, car elle est trop riche pour être pauvre et la richesse car elle est trop pauvre pour être riche. Pour cela il faut donner plus à ceux qui travaillent plus car c'est par le travail que la classe moyenne s'enrichit. Pour cela, il faut permettre aux parents de donner aux enfants un minimum sans être imposé, car voir ses enfants partir dans la vie de plus haut que soi est un des buts et une des joies de l'existence de tout homme."

Puis viennent les coups de griffe.

À la classe politique d'abord : "On a dit aux Français qu'on ne pouvait rien faire… et ils l'ont cru ! D'où leur désintérêt pour la politique. Mais la France ne craint pas le changement… elle l'attend ! Cette énergie qu'on sent partout dans le monde il faut la redonner en France ! "

À l'UMP ensuite : "L'UMP n'est pas une sorte d'administration avec tous ses défauts… et pas les qualités ! Actuellement à l'UMP on exige l'unité ; pour avoir l'unité on impose la discipline, pour imposer la discipline on force au silence. Mais le silence… c'est pour le cimetière ! Il faut parler au contraire. Si la minorité a pu s'exprimer, elle respecte la décision de la majorité ! "

Enfin vient la profession de foi. L'orateur et la salle vibrent d'une même émotion quand le candidat a la présidence de l'UMP crie presque : " Je veux faire de l'UMP un lieu de vie… Un mot a été perdu : la passion. Je veux redonner de la noblesse, de la force, et de la vie a la politique française !" Puis sur un mode mineur : "Je veux lui redonner un enjeu. " Le ton remonte lorsqu'il affirme et martèle : "Un mouvement populaire est un mouvement ou on comprend ce que dit le chef. Je vous le dis : j'ai besoin de chacun d'entre vous ! Que ceux qui ont envie de militer viennent, je les recevrai ! Que ceux qui ont été déçus reviennent ! Je les recevrai ! Je veux redonner à tous l'envie, la volonté, la passion de militer."

À la sortie, pour les libéraux, l'ambiance était au " rengageons-nous " dans une UMP ou peut-être, enfin, ils auront leur place.

Tous cependant ne voteront pas Sakozy dimanche au congres de l'UMP. Certains parce qu'ils récusent, comme Madelin lui-même, l'idée d'une discrimination positive, d'autres parce qu'ils refusent l'idée sarkozienne d'une réhabilitation de la religion fondée sur une égalité de traitement entre la religion catholique et la religion musulmane, ce qui signifie la construction et l'entretien de mosquées par les collectivités locales ; certains, enfin, parce qu'ils n'aiment pas la tolérance des libéraux envers le "mariage gay" ou l'avortement. Ceux là voteront, dimanche prochain, pour Christine Boutin ou l'autre "Nicolas" (Dupont-Aignan) afin que leurs voix soient entendues.



> D'accord, pas d'accord ? Envoyez votre avis à Décryptage

> Retour au sommaire


© [DECRYPTAGE ™] sur www.libertepolitique.com. Agence catholique de presse et d'analyse. Droits de reproduction totale ou partielle autorisés sous réserve de citer la source et le lien Internet. Fondation de Service Politique, 83 rue St-Dominique F75007 Paris. Contact : decryptage@libertepolitique.com
Décryptage



26 nov.
Paris, 5 décembre : manifestation contre l'adhésion turque

19 nov.
"Dieu marginalisé, on court vers la décadence"

19 nov.
Nicolas Sarkozy devant les Cercles libéraux: "Justice sociale et libéralisme"

19 nov.
Paris, 27 novembre, Communion et Libération célèbre ses cinquante ans

Soutenez nos actions !
Faites un don  Faites un don
Abonnez-vous !  Abonnez-vous !
Devenez Membre actif  Devenez Membre actif