background image

13 juin 1993 - 



 Les frĂšres

 Benjamin et JĂ©rĂŽme SANSON 

 (Document fourni par TriathlĂšte n°80)

 

13 juin 1993 - 



 

Yves CORDIER 

 (Document fourni par TriathlĂšte n°80)

 

Triathlon de Nice 

1993

 

 

13  juin  1993

Simon  LESSING

  affronte 

Mark  ALLEN

.  L’amĂ©ricain 

connaĂźt  peu  l’anglais.  Ils  se  sont  rencontrĂ©s  quatre  mois  plus  tĂŽt,  le 

20 

fĂ©vrier 1993

 au cours de la finale homme de l’indoor de Bordeaux. 

Simon 

LESSING

  y  a  devancĂ© 

Mark  ALLEN

  de  quatre  dixiĂšme  de  seconde

1

  au 

sprint.

 

Sur  Â« le Â»  terrain  de  jeu  niçois  de  l’amĂ©ricain  et  sur  Longue  Distance,  les 

conditions  sont  toutes  autres,  et  l’épisode  de  Bordeaux  pourrait  bien  devenir  une 
« simple  anecdote Â».  Curieusement,  ce  combat  Ă   distance  entre  les  deux  hommes 
semble d’emblĂ©e Ă©liminer les 

Yves CORDIER

Rob BAREL

Olivier BERNHARD

 ou 

Nick CROFT

 

Mark  ALLEN

  a  une  alliĂ©e  de 

circonstance  ce  matin-lĂ  :  la  mer.  Elle 
est extrĂȘmement agitĂ©e. La houle y est 
trĂšs  forte  avec  beaucoup  de  creux,  de 
vagues,  de  remous  et  de  courants.  En 
plus, elle est froide, trĂšs froide (16°c au 
bord).  Si  bien  qu’au  terme  des  quatre 
kilomĂštres  de  natation, 

Benjamin 

SANSON

sorti 

immĂ©diatement 

derriĂšre  son  frĂšre 

JĂ©rĂŽme  SANSON

abandonne. Il dit plus tard   

« ... ne pas 

avoir  nagĂ©  mais  s’ĂȘtre  battu  contre  l’eau, 
les remous, les creux et le froid Â»

 
Toutes  et  tous  affrontent  les  mĂȘmes  Ă©lĂ©ments.  Et 
Ă©videmment, les Ă©carts sont bien moins  importants que 
prĂ©vus.  Les  Â« 

SANSON’S  brothers

 Â»  n’ont  que  6’’ 

d’avance sur 

Wolfgang DITTRICH

Nick CROFT

Yves 

CORDIER

  et 

Simon  LESSING

  mais  surtout  Ă   peine  1’ 

sur 

Mark ALLEN

Rob BAREL

 et 

Olivier BERNHARD

 

sont un peu plus loin. 
 

 
Durant  les  120  kilomĂštres  de  vĂ©lo, 

Yves  CORDIER

  fait 

son  numĂ©ro  habituel.  Il  est  suivi  par 

Robin  BREW

 

« sorti  de  nulle  part Â».

 

Les  deux  hommes  sont  en  tĂȘte 

                                                 

1

 

Simon LESSING

 et 

Mark ALLEN

 ont respectivement terminĂ© 2

Ăšme

 et 3

Ăšme

. La course a Ă©tĂ© remportĂ©e 

par l’australien 

Brad BEVEN

Rob BAREL

 termine 4

Ăšme

background image

13 juin 1993 - 



 

Rob BAREL 

 (Document fourni par TriathlĂšte n°80)

 

13 juin 1993 - 



 

Simon LESSING

 et 

Mark ALLEN 

 (Document fourni par TriathlĂšte n°80)

 

aprĂšs la seconde transition, mais usĂ©s par les efforts consentis, ils abandonnent avant 
la mi-parcours de la course Ă  pied. DerriĂšre 

Simon LESSING

 s’échine Ă  augmenter 

l’écart  avec 

Mark  ALLEN

.  Il  atteint  pĂ©niblement  1’30’’,  voire  2’.  Mais  rien  n’y  fait. 

L’amĂ©ricain  contrĂŽle  et  laisse  l’anglais  s’épuiser,  s’user.  Pire,  Ă   vingt  kilomĂštres  du 
parc Ă  vĂ©lo, une seule petite minute les sĂ©pare. Et l’anglais est dĂ©jĂ  anĂ©anti. D’ailleurs 
il n’a que 30’’ d’avance aprĂšs la seconde transition. 
 
Plus en arriĂšre, le hollandais 

Rob BAREL

 et le suisse 

Olivier BERNHARD

 font aussi 

leur numĂ©ro. 
 

Le hollandais rĂȘve de battre l’amĂ©ricain Ă  la rĂ©guliĂšre. 
Il  s’y  atĂšle  sur  son  vĂ©lo,  rĂ©duisant  l’écart,  mais  une 
crevaison dans les derniers kilomĂštres du parcours lui 
font  perdre  toutes  chances  de  transformer  le  duo,  en 
trio pour la gagne. Il a 3’ de retard sur 

Mark ALLEN

 

aprĂšs la seconde transition. 
 
La course Ă  pied ne change rien. Il termine 3

Ăšme

 Ă  6’27’’ 

du vainqueur. 
 
Quant  au  suisse,  il  comble  le  retard  accumulĂ©  en 
natation sur un vĂ©lo oĂč il est plus confortable. C’est en 
course Ă  pied qu’il est le plus Ă  l’aise, oĂč il construit sa 

4

Ăšme

  place,  doublant  sur  le  retour 

Nick  CROFT

,  qui 

terminera finalement en 5

Ăšme

 position. 

 
Mais  revenons  aux  avant  postes !  Au  bout  d’un 
kilomĂštre de course Ă  pied, 

Mark ALLEN

 a dĂ©jĂ  

rejoint 

Simon LESSING

. Ce cĂŽte Ă  cĂŽte dure sur 

28  kilomĂštres.  Vingt  huit  kilomĂštres  oĂč 

Mark 

ALLEN

  continue  son  travail  de  sape.  Vingt  huit 

kilomĂštres  oĂč 

Simon  LESSING

  lutte  contre  la 

douleur  pour  tenir  et  garder  l’espoir  d’un 
effondrement  de  son  compĂšre  de  circonstance. 
Pour  rester  vingt  huit  kilomĂštres  Ă   cĂŽtĂ©  de 
quelqu’un  que  l’on  sait  plus  fort,  que  l’on  sait 
meilleur,  que  l’on  sait  vainqueur  et  garder  un 
espoir, il faut avoir une force morale hors norme ! 

Simon  LESSING

  montre  ce  jour-lĂ   que  cette 

force, il la possĂšde. 
 

background image

13 juin 1993 - 



 Isabelle MOUTHON 

c’est la premiĂšre europĂ©enne Ă  l’emporter 

 (Document fourni par TriathlĂšte n° 80)

 

13 juin 1993 - 



 

Mark ALLEN

 

et

 Simon LESSING 

... aprĂšs course dĂ©tendue. 

 (Document fourni par TriathlĂšte n°80)

 

Les  trois  derniers  kilomĂštres 
ne  sont  qu’une  formalitĂ©  pour 

Mark  ALLEN

  qui  remporte 

ainsi 

sa 

dixiĂšme 

victoire 

niçoise. 

Simon  LESSING

,  2

Ăšme

 

Ă   prĂšs  de  5’,  reviendra  et  tous 
les  spectateurs  sont  persuadĂ©s 
qu’il gagnera. 
 

 
Malheureusement,  il  aurait  voulu  le  faire  contre  le  Â« roi  amĂ©ricain Â».  Mais  Â« The 
Grip Â» est indĂ©trĂŽnable ! D’ailleurs, il a pris sa dĂ©cision, il ne reviendra jamais courir 
Ă  Nice

1

. Ainsi 

Mark ALLEN

 restera invaincu sur cette course pour toujours. 

 
CĂŽtĂ© français, aprĂšs l’abandon d’

Yves CORDIER

, on salue la 10

Ăšme

 place de 

JĂ©rĂŽme 

SANSON

. Ă€ 21 ans, il termine 1

er

 tricolore et se dĂ©couvre un talent prometteur pour 

le long. Mais c’est chez les fĂ©minines que l’exploit est Ă  souligner. 

 

Isabelle  MOUTHON

  est  dans  une  forme 

exceptionnelle.  Quelques  mois  en  arriĂšre,  elle  a 
fait une prĂ©paration hivernale, en Australie,  et a 
amĂ©liorĂ©  ses  chronomĂštres  en  natation  et  vĂ©lo. 
Elle  vient  de  revĂȘtir  sa  3

Ăšme

  casaque  de 

Championne  de  France.  Son  moral  est  bon  et  le 
parcours de Nice lui convient. Un dĂ©but vĂ©lo plat 
pour  se  mettre  en  rythme,  puis  des  bosses  mais 
pas  trop  dures,  des  descentes  techniques  et  une 
fin  plate  aussi  bien  en  vĂ©lo  qu’en  course  Ă   pied, 
c’est  l’idĂ©al.  Cerise  sur  le  gĂąteau : 

«  J’aime 

beaucoup  nager  en  mer,  et  plus  c’est  dur,  mieux 
c’est ! Â» 

 
 

 

                                                 

1

 Ce n’est pas pour autant que 

Mark ALLEN

 arrĂȘte sa carriĂšre. Fin 

1993

, l’amĂ©ricain 10 fois vainqueur 

de Nice et 5 fois d’HawaĂŻ (en continu de 

1989 Ă  1993

), le gagnera Ă  nouveau en 

1995

. Il dĂ©tiendra ainsi 

le record du nombre de victoires Ă  Kona : 6 fois... Ă  Ă©galitĂ© avec son grand Â« ennemi Â» : 

Dave SCOTT

background image

Et cela se voit de suite. Sortie 29

Ăšme

 de l’eau au scratch en 54’56’’, elle ne met que cinq 

kilomĂštres  pour rejoindre 

Wendy  INGRAHAM

.  Ă€  partir  de  lĂ   les  autres  n’existent 

plus. Les Ă©carts se creusent progressivement, personne ne pourra la rejoindre. Seule 

Sue  LATSHAW

,  dont  cette  course  est  l’objectif  majeur  de  la  saison,  fait  une  petite 

impression sur le vĂ©lo. Mais, sur cette partie du triptyque, 

Isabelle MOUTHON

 lui 

met nĂ©anmoins 4’. 

Julieanne WHITE

 est trĂšs loin et 

Paula NEWBY-FRASER

, encore 

blessĂ©e, sombre. 
 
Pour 

Isabelle MOUTHON

, la course Ă  pied est une promenade de santĂ© simplement 

interrompue  par  l’annonce  que  sa  sƓur 

BĂ©atrice

  fait  un  retour  fantastique  Ă   la  3

Ăšme

 

place. AprĂšs l’arrivĂ©e de 

Sue LATSHAW

 (2

Ăšme

 Ă  10’35’’), elle va chercher sa jumelle 

pour franchir la ligne d’arrivĂ©e la main dans la main. 
 

Isabelle MOUTHON

, avec ce succĂšs, devient la premiĂšre europĂ©enne Ă  vaincre sur 

le  triathlon  de  Nice.  Elle  met  ainsi  fin  Ă   l’hĂ©gĂ©monie  des  triathlĂštes  du  nouveau 
monde. Et ce n’est qu’un dĂ©but
 
 

 

Podium Individuel Homme 

 

Podium Individuel Femme 

1  Mark ALLEN 

6:05:59 

Isabelle MOUTHON 

6:44:36 

2  Simon LESSING 

6:10:55 

Sue LATSHAW 

6:55:11 

3  Rob BAREL 

6:12:26 

BĂ©atrice MOUTHON 

7:06:08 

 

background image

prĂšs 11 ans de collaboration et l’organisation de 12 Ă©ditions d’un Triathlon 
de  Nice  connu  du  monde  entier,  les  relations  entre  la  mairie  et 

IMG

  sont 

tendues. Au cƓur du problĂšme, la subvention octroyĂ©e par la municipalitĂ© 
Ă   la  sociĂ©tĂ©.  Si  la  mairie  invoque  officiellement  la  difficultĂ©  pour  une 

collectivitĂ©, Ă  soutenir une structure privĂ©e, c’est surtout le montant trĂšs Ă©levĂ© de la 
contribution  qui  freine  les  discussions  !  La  mairie  a  une  arme :  l’attribution  d’une 
dĂ©lĂ©gation d’organisation. 

Jacques LAPARADE

, le PrĂ©sident de la F.F.TRI.,  connaĂźt 

la  situation,  et  bien  que  la  fĂ©dĂ©ration  soit  en  dĂ©ficit  financier,  il  cherche  une 
manifestation  qui  puisse  Ă   la  fois  augmenter  la  communication  de  ce  sport  et 
participer au renflouement de l’instance qui le dirige. 
 
Si le PrĂ©sident de l’

ITU

Les MAC DONALD

, a rĂ©glĂ© le problĂšme du Courte Distance 

avec  la  crĂ©ation  du  Championnat  du  Monde  depuis 

1989

  et  effectue  un  lobbying 

important  pour  prĂ©parer  l’entrĂ©e  de  la  discipline  aux  Jeux  Olympiques,  il  a 
conscience  des  difficultĂ©s  de  l’instance  internationale  sur  le  Longue  Distance  car  la 
sociĂ©tĂ© 

Ironman

  est  hĂ©gĂ©monique  sur  ce  plan.  Pour  rĂ©tablir  l’équilibre,  Ă   l’instar  de 

l’

ETU

 qui a crĂ©Ă© un Championnat d’Europe de triathlon Longue Distance, il cherche 

donc Ă  crĂ©er un Championnat du Monde de triathlon Longue Distance. 
 
Suite  Ă   l’organisation  des  Championnats  d’Europe  de  triathlon  Longue  Distance  en 

1993

,  Embrun  tient  la  corde  pour  organiser  ce  premier  Championnat  du  Monde. 

Officiellement le manque de logistique structurelle serait la cause d’un dĂ©placement 
vers Nice. Plus rationnellement, c’est un rĂšglement retardĂ© de 150.000 francs et une 
lutte  acharnĂ©e  entre  la  fĂ©dĂ©ration  et 

GĂ©rald  IACONO

  (il  fait  l’objet  d’une 

Commission  disciplinaire)  qui  le  disgracient.  Cette  annĂ©e-lĂ ,  Embrun  faillit  mĂȘme 
disparaĂźtre  du  calendrier.  L’argument  Â« 1

er

  Championnat  du  Monde  de  triathlon 

Longue  Distance Â»  a  trĂšs  certainement  jouĂ©  dans  la  dĂ©termination  de  la  mairie 
d’attribuer cette dĂ©lĂ©gation Ă  la F.F.TRI. 
 
Quoiqu’il en soit, le triathlon de Nice du 

26 juin 1994

 est un tournant pour celle-ci. 

C’est  sa  premiĂšre  organisation  en  solo,  le  triathlon  de  Paris  et  les  indoors  de 
Bordeaux  et  Bercy  ayant  Ă©tĂ©  organisĂ©s  en  collaboration  avec  des  sociĂ©tĂ©s.  AprĂšs 
Avignon  en 

1989

  et  le  premier  Championnat  du  Monde  de  Triathlon  Courte 

Distance, la France rĂ©cidive avec Nice en 

1994

 et le premier Championnat du Monde 

de Triathlon Longue Distance. 
 
Triathlon International de Nice 

1994

 

 

ark  ALLEN

  n’est  plus  lĂ .  Il  a  raccrochĂ©  son  vĂ©lo.  La  succession  est 

ouverte. Le plateau est exceptionnel puisque tous les spĂ©cialistes du long 
sont  prĂ©sents  pour  graver  leur  nom  dans  le  livre  d’or  et  l’histoire  de  la 
discipline. Mais la vĂ©ritable vedette est ailleurs
 

 

background image

26 juin 1994 - 



 Une mer dĂ©chaĂźnĂ©e... 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 90)

 

1994 - 



 Affiche 

(Document fourni par la F.F.TRI.)

 

Il  pleut  sur  Nice  depuis  une  semaine,  et  le  plan 
ORSEC,  si  mal  nommĂ©,  est  dĂ©clenchĂ©  sur  les 
communes  voisines  de  la  capitale  azurĂ©enne. 
AprĂšs coup, la presse s’en donne Ă  cƓur joie : 

« Ces 

conditions  climatiques  ont  forcĂ©  l’organisation  Ă   parer 
au plus pressĂ©. Mais le propre d’une organisation n’est-
il pas de prĂ©voir le pire et de s’autoriser une capacitĂ© de 
rĂ©action  plus  rapide ? Â»

 Certes  tout  dĂ©pend  du  sens 

que  l’on  donne  au  mot  Â« pire Â»,  mais  il  faut 
convenir que ce jour-lĂ , c’est pire que le pire. 
 
Tout  commence  dans  la  nuit  lorsqu’une  mini-
tornade provoque un dĂ©sastre dans le parc Ă  vĂ©los. 
Mille  huit  cents  vĂ©los  sont  Ă   terre  et  toute 
l’organisation  se  mobilise  au  plus  vite  pour  les 
relever.  On  rĂ©veille  en  pleine  nuit 

Franck 

CASTELLAN

,  un  marchand  de  cycles  (le  plus 

jeune  partant  de  l’édition  de 

1988

),  pour  lui  faire 

rĂ©parer  quatre  vĂ©los.  Au  petit  matin,  les  concurrents  ne  se  doutent  de  rien.  Si  cela 
n’est pas de la capacitĂ© de rĂ©action rapide
 
 
Il  pleut  Ă   seaux.  Les  routes  n’ont  pas  Ă©tĂ©  Ă©pargnĂ©es  par  le  dĂ©luge  nocturne.  Des 
parties  entiĂšres  de  parois  rocheuses  sont  tombĂ©es  sur  la  chaussĂ©e.  Impossible  de 
balayer cent vingt kilomĂštres de route. Un camion nettoyeur passe pourtant, mais les 
graviers  retombent  derriĂšre  lui.  On  ne  fait  que  le  plus  gros
  mais  on  fait.  Si  cela 
n’est pas de la capacitĂ© de rĂ©action rapide
 
 
La  mer  n’est  pas  dĂ©montĂ©e,  mais  une 
houle  impressionnante  s’est  formĂ©e 
(deux Ă  trois mĂštres). 
 
 

 
Les  vagues  Â« Ă‰lite Â»  sont  dĂ©jĂ   parties. 
CĂ©dant  Ă   la  panique,  le  capitaine  des 
pompiers  pose  son  veto  au  dĂ©part  des  900  concurrents  de  la  vague  Open. 

Didier 

LEHÉNAFF

 prend ses responsabilitĂ©s, et des risques personnels Ă©normes, en passant 

outre l’interdit. Si cela n’est pas de la capacitĂ© de rĂ©action rapide
 En remerciement, 
il reçoit un galet sur la tĂȘte.  
 

background image

26 juin 1994 - 



 Isabelle MOUTHON 

Championne du Monde 

 (Document fourni par TriathlĂšte n° 173)

 

Bien sĂ»r, rien n’a pu ĂȘtre fait pour remettre en place les bouĂ©es qui se sont perdues 
dans la tempĂȘte, le kilomĂ©trage n’est pas inscrit sur le sol du  circuit pĂ©destre car la 
peinture  ne  tient  pas. 

BĂ©atrice  MOUTHON

  poireaute  5h30’  avant  qu’on  ne  la 

rapatrie
  pour  apprendre  la  victoire  de  sa  sƓur. 

Jacques  LE  PEN

  reste  six  heures 

dans une R12. Il y aura quatre cents abandons ce jour-lĂ , les sacs des concurrents sont 
humides  et  un  peu  dispersĂ©s,  le  repas  de  clĂŽture  est  transfĂ©rĂ©  au  palais  Acropolis 
(2.500 personnes prĂ©vues) car le site initial (les jardins de Cimiez) est inondĂ©,
 Une 
foule de dĂ©tails pourtant justifiĂ©s, donne l’impression d’une absence d’organisation.  

Didier  LEHÉNAFF

  conclut  en  affirmant : 

« On  pouvait  difficilement  faire  mieux,  sauf 

pour le chronomĂ©trage
 Â»

 

 
Ces  messieurs  les  journalistes  n’ont  pas  eu  leurs  rĂ©sultats !  L’informatique  est 
installĂ©e dans une tente. Elle s’envole
 et voilĂ  l’eau dans les ordinateurs. Mauvais 
mariage, tout explose. Effectivement c’est une faute d’organisation. C’est peut-ĂȘtre la 
seule.  Pour  le  reste,  dans  999  cas  sur  1.000,  l’informatique  n’aurait  eu  aucune 
importance. La course aurait Ă©tĂ© annulĂ©e. 
 
Mais  elle  a  lieu  et  envoie  au  panthĂ©on  du  triathlon  un  Â« vieux Â»  de  36  ans  dont  la 
gentillesse  est  Ă   l’égal  de  son  fantastique  palmarĂšs : 

Rob  BAREL

.  Et  pourtant  il  est 

tombĂ© en vĂ©lo. Bien sĂ»r, on regrette le coup de pied que reçoit 

Philippe MÉTHION

 

au dĂ©part. Avec deux cĂŽtes cassĂ©es

1

, il abandonne... aprĂšs 100 kilomĂštres Ă  vĂ©lo. On 

regrette  aussi  la  crevaison  de 

Simon  LESSING

  qui,  incapable  de  rĂ©parer 

correctement  son  boyau  sans  perdre  vingt  minutes  dans  l’opĂ©ration,  doit  aussi 
abandonner.  On  apprĂ©cie  la  mĂ©daille  d’argent  de 

Lothar LEDER

 et celle en bronze d’

Yves CORDIER

On  comprend  aussi  la  peur  de 

Pierre  HOUSEAUX

 

(7

Ăšme

)  qui  pense  Ă   sa  femme  et  Ă   son  enfant  durant 

tout le vĂ©lo, tellement c’est dangereux,
 avant d’ĂȘtre 
euphorique Ă  pied. Les triathlĂštes sont humains, pas 
surhumains. 

 
Chez  les  fĂ©minines,  il  n’y  a  qu’elle. 

Isabelle 

MOUTHON

,  survoltĂ©e,  corrige 

Karen  SMYERS

  de 

seize minutes et apporte Ă  la France son premier titre 
mondial. Mention spĂ©ciale pour 

Lydie REUZÉ

 (3

Ăšme

qui  tombe  au  dĂ©but  du  vĂ©lo,  se  reprend,  retombe 
dans  la  descente  et  se  met  Ă   pleurer  de  douleur  (les 

                                                 

1

 Il l’avait dĂ©jĂ  fait en 

1990

. Une mauvaise manie... 

background image

contusions partent de  la hanche et se terminent au coude) et de dĂ©sespoir
 quand 
elle crĂšve. Elle termine Ă  seulement quatre minutes de l’amĂ©ricaine. 
 

 

Podium Individuel Homme 

 

Podium Individuel Femme 

1  Rob BAREL 

5:59:47 

Isabelle MOUTHON 

6:41:50 

2  Lothar LEDER 

6:00:18 

Karen SMYERS 

6:57:21 

3  Yves CORDIER 

6:01:09 

Lydie REUZÉ 

7:01:17 

 

background image

1

er

 octobre 1995 - 



 Un dĂ©part mouvementĂ© 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 103)

 

Triathlon International 

ARENA

 de Nice 

1995

 

 

1

er

  octobre  1995

,  Nice  accueille  pour  la  deuxiĂšme  fois  consĂ©cutive,  le 

Championnat du Monde de Triathlon Longue Distance. Cette date le situe 
une petite semaine avant HawaĂŻ. Aussi le plateau est-t-il bien moins relevĂ© 
qu’en 

1994

Rob BAREL

, le champion du monde en titre, n’est pas prĂ©sent. 

Simon LESSING

 est lĂ  et veut prendre sa revanche sur le sort

1

. Par contre, 

Isabelle 

MOUTHON

 est Ă  HawaĂŻ comme bon nombre de possibles prĂ©tendants. 

 
MĂȘme s’il est peut-ĂȘtre peu remarquĂ©, 

ARENA

 est partenaire de la F.F.TRI. pour cette 

Ă©preuve,  et  l’accompagnera  jusqu’en 

2000

,  lui  permettant  ainsi  d’optimiser  les 

conditions d’organisation de la manifestation. 
 
Contrairement  Ă   l’annĂ©e  passĂ©e,  le  ciel  est  au  beau  fixe,  la  mer  est  calme  et  chaude 
(20°c) et il n’y a pas un souffle de vent. 
 

Ils sont 1.700 Ă  prendre le dĂ©part. L’allemand 

Michael  PRUFERT

  sort  en  tĂȘte  de  la 

MĂ©diterranĂ©e  avec  une  avance  confortable 
(1’20’’)  sur 

Yves  CORDIER

  et 

Simon 

LESSING

.  DerriĂšre,  Ă   2’20’’  sortent  en  file 

indienne, 

Philippe  MÉTHION

Luc  VAN 

LIERDE

Éric  LACAZE

Robert  CRAIG 

WATSON

Danny 

SIMONS

Vassilis 

KROMMIDAS

Olaf  RENNICKE

Didier 

VOLKAERT

Pierre  HOUSEAUX

Peter 

REID

,  ...  etc.  Un  seul  manque  Ă   l’appel,  le 

suisse 

Christophe MAUCH

 qui est Ă  4’50’’. 

 
CĂŽtĂ© fĂ©minin, c’est 

Lydie REUZÉ

 qui sort en 

tĂȘte,  avec  1’45’’  sur  la  nĂ©o-zĂ©landaise 

Jenny 

ROSE

2’10’’ 

sur 

l’australienne 

Gail 

WATSON

 

et 

l’amĂ©ricaine 

Nancy 

VALLANCE

3’50’’ 

sur 

Lauren 

ALEXANDER

 et 

InĂšs ESTEDT

, 5’ sur 

Anne-

Marie  ROUCHON

  et 

Ute  SCHAEFER

,  6’30 

sur 

Katinka WILTENBURG

 et 8’ sur 

HĂ©lĂšne 

SALOMON

 
Pour un journaliste spĂ©cialisĂ©, rendre compte d’un Ă©vĂšnement sportif, c’est pouvoir 
le suivre au plus prĂšs. Sur le triathlon de Nice, il est aisĂ© de relater la natation, mĂȘme

 

                                                 

1

 En 

1994

, il a mis 20 minutes Ă  changer un boyau. 

background image

en l’absence de bateau, une paire de jumelles peut remplacer la  navigation. Et  puis 
au  pire,  un  clichĂ©  au  dĂ©part,  des  images  de  groupes  dĂ©tachĂ©s  Ă   mi  parcours  et  de 
belles photos de la sortie peuvent nourrir le premier passage d’un bel article. Mais il 
ne peut en ĂȘtre de mĂȘme pour les deux autres parties de la compĂ©tition, oĂč la moto, Ă  
minima, s’avĂšre indispensable. 
 
Depuis de nombreuses annĂ©es, les journalistes subissent les contraintes sĂ©curitaires, 
et  intĂšgrent,  tant  bien  que  mal,  Ă   leur  reportage  le  noir  absolu  entre  Bouyon-
Roquesteron et Gilette-Carros, soit prĂšs de 60 kilomĂštres. Pour cette Ă©dition de 

1995

il est Ă  se demander s’il y a une rĂ©elle volontĂ© Ă  communiquer ! 
 
Jamais les conditions de retranscriptions du vĂ©lo n’ont Ă©tĂ© aussi exĂ©crables ! La faute 
Ă   qui ?  La  mĂ©tĂ©o  calamiteuse  de  1994 ?  Une  restriction  des  motards ?  Des  relations 
difficiles entre les journalistes et la F.F.TRI. ? ou l’ITU ? Nous ne le saurons jamais
 
 
Toujours est-il que sur 154 kilomĂštres de course, seuls les 4 premiers sont racontĂ©s de 
visu  (et  encore  de  loin  et  sans  jumelles).  Une  aire  de  transition  hermĂ©tiquement 
fermĂ©e, mĂȘme aux dits journalistes, vient complĂ©ter un tableau dĂ©jĂ  bien morose, ce 
qui fait Ă©crire Ă  

Thierry NOIR

, l’envoyĂ© de 

TriathlĂšte

 : 

« Le triathlon, c’est passionnant, 

mais il faut encore pouvoir le voir ! Â»

 
Que  c’est-il  donc  passĂ©  en  vĂ©lo ? 

Simon  LESSING

  et 

Yves  CORDIER

  prennent 

rapidement  la  tĂȘte  tandis  qu’un  gros  groupe  de  chasse  se  constitue  2’  derriĂšre. 
L’avance du duo de tĂȘte diminue rapidement et on assiste Ă  un regroupement avec : 

Simon LESSING

Yves CORDIER

Philippe MÉTHION

Luc VAN LIERDE

Peter 

REID

Éric LACAZE

Olaf RENNICKE

Didier VOLKAERT

 et 

Pierre HOUSEAUX

 
Vers  le  kilomĂštre  40,  dans  la  cĂŽte  de  Carros, 

Philippe  MÉTHION

  est  devant,...  se 

retourne,...  voit  tout  le  monde  Ă   50  mĂštres,...  et,  lĂ ,  accĂ©lĂšre.  Dans  une  interview 
d’aprĂšs-course,  il  affirmera  avoir  terminĂ©  cette  cĂŽte  Ă   42  km/h.  Comme  il  est  bon 
technicien  et  formidable  rouleur,  l’écart  ne  fait  que  grandir.  La  prĂ©sence  des  trois 
français dans le groupe de chasse des huit, y est pour quelque chose

1

. Aussi, plus rien 

ne se passe jusqu’au retour dans le parc Ă  vĂ©lo. 
 
AprĂšs  la  seconde  transition, 

Philippe  MÉTHION

  possĂšde  3’16’’  d’avance  sur 

Éric 

LACAZE

. Suivent en 30’’ 

Pierre HOUSEAUX

Yves CORDIER

Luc VAN LIERDE

Peter  REID

Olaf  RENNICKE

Didier  VOLKAERT

  et 

Simon  LESSING

.  Le  suisse 

Peter  ALDER

  est  seul  Ă   5’41’’,  et  prĂ©cĂšde  ses  deux  compatriotes, 

Christophe 

MAUCH

  (Ă   7’22’’)  et 

Olivier  BERNHARD

  (Ă   9’43’’)  entre  lesquels  le  nĂ©erlandais 

Einert VENDERBOSCH

 est intercalĂ© (Ă  7’44’’). 

 

                                                 

1

 E

1995

 un titre mondial par Ă©quipe est Ă©galement attribuĂ©.

 

background image

1

er

 octobre 1995 - 



 Philippe MÉTHION 



 

Simon LESSING 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 103)

 

DĂšs le dĂ©but de la course Ă  pied 

Philippe 

MÉTHION

 ressent des tiraillements dans 

les  jambes.  Il  paye  les  efforts  fournis  en 
vĂ©lo,  mais  avec  son  expĂ©rience  il  rĂ©duit 
son train de course. 

Simon LESSING

, de 

son  cĂŽtĂ©,  dĂ©passe  tous  les  coureurs  sortis 
juste avant lui de la seconde transition. Il 
est  suivi  par 

Luc  VAN  LIERDE

  qui 

prĂ©cĂšde  de  quelques  dizaines  de  mĂštres 

Peter  REID

Éric  LACAZE

  et 

Yves 

CORDIER

  sont  dans  leur  rythme, 

Olaf 

RENNICKE

  et 

Didier  VOLKAERT

  sont 

un  peu  Ă   la  peine  et 

Pierre  HOUSEAUX

 

s’effondre

1

 

 
 
 

Au  kilomĂštre  7, 

Simon  LESSING

  dĂ©passe  le 

français,  puis  c’est  le  tour  de 

Luc  VAN 

LIERDE

,  puis  de 

Peter  REID

.  GrĂące  Ă   la 

gestion  physique  que 

Philippe  MÉTHION

 

s’emploie Ă  pousser Ă  son paroxysme, personne 
d’autre  ne  le  dĂ©passera.  Il  n’y  a  que  18’’  Ă  
l’arrivĂ©e  entre  le  français  et 

Christophe 

MAUCH

  qui  arrache  au  sprint  la  5

Ăšme

  place  Ă  

Éric LACAZE

, 6

Ăšme

 pour 10 petites secondes. 

 
Pour  le  trio  de  tĂȘte, 

Simon  LESSING

,  auteur 

du meilleur temps course Ă  pied, ne sera jamais 
inquiĂ©tĂ© par 

Luc VAN LIERDE

, 2

Ăšme

, lui mĂȘme 

serein face Ă  

Peter REID

, 3

Ăšme

 
Chez les fĂ©minines, sur son vĂ©lo, la nĂ©o-zĂ©landaise 

Jenny ROSE

 ne fait pas dans le 

dĂ©tail. AprĂšs avoir dĂ©passĂ© 

Lydie REUZÉ

, l’écart avec ses poursuivantes ne fait que 

grandir. Ă€ la seconde transition, il atteint 5’53’’ sur l’allemande 

Ute SCHAEFER

, 8’ 

sur  l’amĂ©ricaine 

Laura  ALEXANDER

  et  10’  sur  l’autre  allemande 

InĂšs  ESTEDT

Autant dire que la course est jouĂ©e. Ceci d’autant plus que 

Jenny ROSE

 est la seule Ă  

boucler le parcours en moins de deux heures (1h59’08’’). Si 

Ute SCHAEFER

 garde sa 

deuxiĂšme  place, 

Laura  ALEXANDER

  perd  la  troisiĂšme  marche  du  podium, 

InĂšs 

ESTEDT

 la dĂ©passant Ă  mi-parcours. 

                                                 

1

 Ils terminent respectivement 6

Ăšme

, 7

Ăšme

, 10

Ăšme

, 12

Ăšme

 et 24

Ăšme

background image

1

er

 octobre 1995 - 



 Anne-Marie ROUCHON 

 (Document fourni par TriathlĂšte n° 103)

 

Les  françaises  sont  plus  loin.  La  plus  belle 
performance  est  rĂ©alisĂ©e  par 

Anne-Marie 

ROUCHON

 auteur d’un bon temps cycliste et du 

2

Ăšme

  temps  en  course  Ă   pied.  Elle  termine  5

Ăšme

... 

avant de devenir Directrice Technique Nationale 
Adjointe  Ă   la  F.F.TRI.  quelques  jours  plus  tard. 
MĂȘme 

bonne 

performance 

pour 

HĂ©lĂšne 

SALOMON

  dont  c’est  la  premiĂšre  expĂ©rience 

sur  un  format  Â« long Â».  Elle  termine  7

Ăšme

  juste 

devant 

Lydie  REUZÉ

.  Par  Ă©quipe,  les  françaises 

sont  vice-championne  du  monde  derriĂšre  les 
allemandes. 
 

 

 

Podium Individuel Homme 

 

Podium Individuel Femme 

1  Simon LESSING 

5:46:17 

Jenny ROSE 

6:28:08 

2  Luc VAN LIERDE 

5:48:26 

Ute SCHAEFER 

6:39:59 

3  Peter REID 

5:51:18 

InĂšs ESTEDT 

6:41:40 

 

background image

Triathlon International 

ARENA

 de Nice 

1996

 

 

lors  qu’il  a  Ă©tĂ©  support  du  Championnat  de  Monde  de  Triathlon  Longue 
Distance  les  deux  annĂ©es  prĂ©cĂ©dentes  et  qu’il  le  sera  Ă   nouveau  en 

1997

l’édition du Triathlon de Nice du 

28 septembre 1996

 devient, l’espace d’une 

saison, une Ă©preuve « ordinaire Â»

1

. Enfin, presque... 

 
Sans  ĂȘtre  exceptionnel,  le  plateau  est  toutefois  attrayant,  avec  des  habituĂ©s,  des 
favoris ou autres outsiders de taille. On retrouve ainsi 

Christophe MAUCH

Didier 

VOLCKAERT

Olaf  RENNICKE

Philippe  MÉTHION

Xavier  GALÉA

  ou 

l’inclassable 

Rob  BAREL

,  le  plus  habituĂ©  des  favoris.  Il  partage  ce  statut  avec 

Luc 

VAN  LIERDE

  qui  annonce  clairement  venir  repĂ©rer  la  course  en  prĂ©vision  des 

championnats  du  monde,  l’annĂ©e  suivante.  Parmi  les  outsiders,  il  y  a  de  jeunes 
français, engagĂ©s pour la premiĂšre fois. Au premier rang 

Olivier MARCEAU

 : 

« C’est 

plus le triathlon de Nice qui m’attire que le longue distance. Si Ă§a se passe bien, je  ferai une 
prĂ©paration  sĂ©rieuse  pour  le  championnat  du  monde  1997 Â».

  Puis  il  y  a  aussi 

Gilles 

REBOUL

Cyrille NEVEU

 et 

Yannick BOURSEAU

 
Le contexte est identique chez les fĂ©minines, avec la prĂ©sence de 

Jenny ROSE

InĂšs 

ESTEDT

  et  surtout  de 

Sophie  DELEMER

,  toute  aurĂ©olĂ©e  de  sa  seconde  place  au 

championnat du monde trois semaines plus tĂŽt. 
 
CĂŽtĂ©  rĂ©glementation,  la  fĂ©dĂ©ration  a  officialisĂ©  une  nouvelle  mĂ©thode  d’arbitrage. 

Pierre BRIGGEN

 a la lourde tĂąche de tester le carton noir

2

 
7h00,  dĂ©part  de  la  course. 

Luc  VAN  LIERDE

  affiche  son  ambition  dĂšs  la  sortie  de 

l’eau.  Il  est  2

Ăšme

  Ă   5’’  derriĂšre  le  français 

Marc  SIMONET

,  mais  43’’  devant 

Rob 

BAREL

  et  1’20’’  sur 

Olivier  MARCEAU

,  l’espagnol 

Francisco  Javier  MARCO 

AGUILAR

  et  le  norvĂ©gien 

Arild  TVEITEN

.  La  seconde  vague  sort  avec  3’  Ă   4’  de 

retard. Il y a lĂ  les belges 

Didier VOLCKAERT

 et 

Dirk VAN GOSSUM

, l’allemand 

Olaf  RENNICKE

,  l’anglais 

Richard  HOBSON

,  le  suisse 

Christophe  MAUCH

,  le 

grec 

Vassilis KROMMIDAS

, le hollandais 

Peter-Johan DILLO

 et la lĂ©gion française 

composĂ©e  de 

Xavier  GALÉA

Gilles  REBOUL

Yannick  BOURSEAU

Cyrille 

NEVEU

 et 

Philippe MÉTHION

 

                                                 

1

 Le Championnat du Monde de Triathlon Longue Distance s’est dĂ©roulĂ© trois semaines plus tĂŽt, le 

septembre 1996

, Ă  Muncie (USA). 

2

 Tout concurrent pris en Ă©tat d’aspiration abri sur son vĂ©lo se voit prĂ©senter un carton noir. Celui-ci 

entraĂźne la rĂ©alisation d’une boucle de pĂ©nalitĂ© de 550 mĂštres situĂ©e sur le parcours course Ă  pied. Le 
coureur a la responsabilitĂ© de faire cette pĂ©nalitĂ© sous peine de disqualification. Chaque triathlĂšte peut 
recevoir 2 cartons noirs. Le troisiĂšme est automatiquement disqualificatif. Sur les 43 cartons noirs qui 
ont Ă©tĂ© distribuĂ©s sur la course, seulement 21 coureurs ont fait leur pĂ©nalitĂ©. 

background image

28 septembre 1996 - 



 Luc VAN LIERDE 

 (Documents fournis par TriathlĂšte n° 115)

 

28 septembre 1996 - 



 

Olivier MARCEAU

 en course Ă  pied 



 Rob BAREL 

proche de l’arrivĂ©e 

 (Document fourni par TriathlĂšte n° 115)

 

AprĂšs la premiĂšre transition, il y a trois stars. 

Olivier MARCEAU

 

crĂ©ditĂ© du meilleur temps (3h07’11’’), 

Luc VAN LIERDE

 auteur du 

deuxiĂšme  chrono  (3h08’49’’)  et...  les  gravillons  sur  les  routes 
causant  une  multitude  de  chutes.  C’est  Ă   cause  de  cela  qu’

Olivier 

MARCEAU 

a rattrapĂ© 

Luc VAN LIERDE

 Ă  mi-parcours, alors que 

le belge avait 2’50’’ d’avance sur le français. 

Rob BAREL

 aussi a Ă©tĂ© 

victime  d’une  chute  alors  qu’il  poursuivait 

Philippe  MÉTHION

Rejoignant le français quelques dizaines de kilomĂštres plus loin, le 
hollandais  entre  au  parc  Ă   vĂ©lo  en  compagnie  de  celui-ci

1

  et  du 

suisse 

Christophe  MAUCH

,  auteur  du  troisiĂšme  meilleur  chrono 

en  vĂ©lo.  Ils  ont  nĂ©anmoins  plus  de  8’  de  retard  sur  le  duo  franco-
belge. 

En  course  Ă   pied, 

Luc  VAN  LIERDE

  creuse  un  Ă©cart 

rĂ©gulier  et  franchit  la  ligne  d’arrivĂ©e  sans  avoir  trop 
puisĂ©  dans  ses  rĂ©serves.  Ce  n’est  pas  le  cas  d’

Olivier 

MARCEAU

.  Au  20

Ăšme

  kilomĂštre,  il  commence  Ă   faire 

des hypoglycĂ©mies. Il a encore plus de 5’ d’avance sur 

Rob BAREL

 qui tient 

Christophe MAUCH

 Ă  distance. 

Tous  les  spĂ©cialistes  pensent  que  le  français,  plus 
habituĂ© au format courte distance, va s’effondrer. Mais 
il  tient  et  franchit  la  ligne  d’arrivĂ©e  en  2

Ăšme

  position... 

NĂ©anmoins  il  faudra  l’aider  Ă   monter  et  surtout  Ă  
descendre du podium aprĂšs la cĂ©rĂ©monie protocolaire, 

tellement  ses  jambes 
flageolent : 

« C’est  un 

plaisir  formidable  de 
courir  Ă   Nice.  (...)  Avec 
une prĂ©paration sĂ©rieuse, 
je  pourrai  faire  mieux. Â»

 

Dans  l’immĂ©diat  il  ira 
chez  le  kinĂ©  plusieurs  fois. 

Rob  BAREL

  est  sur  la 

troisiĂšme  marche  du  podium.  C’est  son  neuviĂšme 
podium en onze participations

2

                                                 

1

 

Philippe MÉTHION

 abandonne en course Ă  pied aprĂšs le 20

Ăšme

 kilomĂštre. 

2

 

Rob BAREL 

a Ă©tĂ© 1

er

 en

 1988 

et

 1994 

- 2

Ăšme

 en

 1989 

et

 1991 

- 3

Ăšme

 en

 1985 

1990 

-

 1992 

-

 1993 

et

 1996

Par la suite, il sera 2

Ăšme

 en 

1997 

et remportera l’édition 

1998

... avant de partir Ă  la retraite. 

background image

28 septembre 1996 - 



 Yannick BOURSEAU 

Avec les stigmates de sa chute. 

 (Document fourni par TriathlĂšte n° 115)

 

28 septembre 1996 - 



 Kim CARTER 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 115)

 

À  noter  la  9

Ăšme

  place  de 

Xavier  GALÉA

,  la  10

Ăšme

  de 

Gilles  REBOUL

  et  surtout  la  11

Ăšme

  de 

Yannick 

BOURSEAU

  dont  c’est  la  premiĂšre  expĂ©rience  sur 

longue distance et qui a chutĂ© comme tant  d’autres 
sur  les  gravillons  de  ces  routes  de  l’arriĂšre-pays 
niçois

1

.  

 
 
 

 
Chez  les  fĂ©minines,  c’est  la  française 

SĂ©verine  CRON

  qui  sort  en  tĂȘte  de  la 

MĂ©diterranĂ©e,  immĂ©diatement  suivie  par  la  sud-africaine 

Kim  CARTER

  et 

l’allemande 

Birgit SHEITHAUER

. Suivent, la hollandaise 

Christine DE WIT

 Ă  1’43’’, 

l’autre hollandaise 

Marijke ZEEKANT

 et les allemandes 

Silke HAMACHER

 et 

InĂšs 

ESTEDT

  Ă   moins  de  3’.  Les  autres  favorites, 

Sophie  DELEMER

  et 

Jenny  ROSE

  ne 

sont pas loin. 
 
Tout  change  en  vĂ©lo. 

Sophie 

DELEMER

 et 

Jenny ROSE

 tentent 

de  revenir  sur  la  tĂȘte  de  course. 
Elles 

sont 

ensemble 

et 

appartiennent  au  mĂȘme  club

2

.  Ă€ 

cet 

instant, 

on 

reparle 

des 

gravillons  qui  ont  fait  tant  de 
dĂ©gĂąts  chez  les  hommes.  Dans  la 
descente  de  Bouyon,  alors  que 

Sophie DELEMER

 tente de revenir 

sur 

Kim  CARTER

,  elle  dĂ©rape, 

chute... et 

Jenny ROSE

 qui arrive Ă  

toute  allure  ne  peut  l’éviter.  La 
nĂ©o-zĂ©landaise  est  projetĂ©e  contre 

                                                 

1

 Les accidents en triathlon sont lĂ©gions. Tous sont dramatiques. Celui de 

Yannick BOURSEAU

, le 

20 

aoĂ»t  2004

  ne  l’est  pas  plus  que  les  autres,  mais  tĂ©moigne  du  fait  que  cela  n’épargne  personne.  Il  se 

produit dans la descente de l’Izoard lors d’une sortie d’entraĂźnement avec 

David HAUSS

 et 

Nicolas 

BECKER

. Victime d’une fracture du crĂąne, de l’omoplate et des vertĂšbres, il perd l’usage de son bras. 

Moralement,  le  triathlon  l’aidera.  Face  Ă   cette  Ă©preuve  il  n’a  de  cesse  de  remonter  la  pente  â€Š  et  de 
recourir en handisport oĂč il remporte de nombreux titres mondiaux. Le triathlon peut dĂ©truire  mais 
peut aussi aider Ă  reconstruire. 

2

  Cette  annĂ©e-lĂ ,  il  est  mis  en  place  un  Challenge  EuropĂ©en  des  clubs  attribuĂ©  sur  la  performance 

cumulĂ©e des trois premiĂšres (ou premiers) de chaque club. C’est une expĂ©rience qui ne dure que peu 
de temps. 

background image

28 septembre 1996 - 



 

Christine DE WIT 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 115)

 

un  muret  et  sĂ©rieusement  blessĂ©e : 

« C’était  l’horreur !  Je  croyais  qu’elle  Ă©tait  morte Â»

 

avoue la française. 

« Je suis restĂ©e Ă  cĂŽtĂ© d’elle en attendant les secours. Franchement, je ne 

pouvais pas repartir aprĂšs Ă§a. Â»

 

Siri LINDLEY

, la troisiĂšme du club

1

, arrivĂ©e peu aprĂšs, 

s’arrĂȘte aussi. 
 

PrivĂ©e  de  deux  des  prĂ©tendantes  Ă   la  victoire  la 
course continue malgrĂ© tout. 
 
AprĂšs la seconde transition 

Kim CARTER

  n’a que 

16’’  d’avance  sur 

InĂšs  ESTEDT

.  MalgrĂ©  une  nuit 

mouvementĂ©e  dans  son  mobil  home  sur  la 
Promenade  des  anglais  (!), 

InĂšs  ESTEDT

  rattrape 

rapidement  la  sud-africaine.  Elles  font  un  bout  de 
chemin  ensemble,  jusqu’à  ce  que 

Kim  CARTER

 

tente  l’intox.  Elle  accĂ©lĂšre  au  18

Ăšme

  kilomĂštre  avant 

de  s’effondrer  au  20

Ăšme

,  laissant  Ă  

InĂšs  ESTEDT

  la 

victoire.  Elle  ne  sera  mĂȘme  pas  2

Ăšme

  car  la 

hollandaise 

Christine  DE  WIT

  qui  a  dĂ©jĂ   dĂ©passĂ© 

Birgit  SHEITHAUER

,  la  double  trois  kilomĂštres 

avant l’arrivĂ©e. 
 
La  premiĂšre  française  est 

VĂ©ronique  CHASTEIL

 

(5

Ăšme

)  devant 

Blandine  LEFEBVRE

  (6

Ăšme

)  et 

SĂ©verine CRON

 (10

Ăšme

). 

 

 

Podium Individuel Homme 

 

Podium Individuel Femme 

1  Luc VAN LIERDE 

5:39:39 

InĂšs ESTEDT 

6:38:07 

2  Olivier MARCEAU 

5:51:10 

Christine DE WIT 

6:44:37 

3  Rob BAREL 

5:55:58 

Kim CARTER 

6:46:25 

 

                                                 

1

 Le Triathlon Club Boulogne-Billancourt - TCBB. 

background image

1997 - 



 Affiche Triathlon de Nice 

... datĂ©e du 1

er

 juin 

 (Document fourni par TriathlĂšte n° 119)

 

8 juin 1997 - 



 Luc VAN LIERDE avec sa famille 



 DĂ©part natation 

(Documents fournis par TriathlĂšte n° 123)

 

Triathlon International 

ARENA

 de Nice 

1997

 

 

nitialement  prĂ©vu  le  1

er

,  mais  dĂ©calĂ©  au 

8 juin  1997

  (difficile  de  rivaliser  avec 

Jacques  CHIRAC

  qui  a  choisi  la  mĂȘme 

date

 

pour  le  scrutin  lĂ©gislatif  suite  Ă   la 

dissolution  de  l'AssemblĂ©e  Nationale),  Nice 
accueille  son  troisiĂšme  Championnat  du 
Monde  de  Triathlon  Longue  Distance...  en 
quatre ans. 
 
Paradoxalement,  le  plateau  des  participants 
n’est  pas  trĂšs  Ă©toffĂ©.  En  dehors  de  la  cohorte 
française,  on  retrouve 

Stefan  HOLZNER

  et 

Peter SANDVANG

, respectivement 2

Ăšme

 et 3

Ăšme

 

de l’Ironman de Nouvelle-ZĂ©lande du mois de 
mars.  FidĂšles  Ă   cette 
course,

  Rob  BAREL

 

et 

Yves  CORDIER

 

sont prĂ©sents, mais ni 

Greg 

WELCH

ni 

JĂŒrgen

 

ZÄCK

,  ni 

Thomas

 

HELLRIEGEL

,  ni 

Lothar 

LEDER

  n’ont  fait  le  dĂ©placement.  D’ailleurs  il  n’y  a  que 

deux  allemands  et  un  belge  du  Top  20  d’HawaĂŻ 

1996

Certes, un seul belge, mais quel belge : 

Luc VAN LIERDE

le vainqueur du dernier HawaĂŻ. 
 

Avec  toute  la  pression 
du  favori  et  sa  volontĂ© 
de  montrer  au  monde 
du  triathlon  qu’il  n’est 
pas  un  feu  de  paille,  il 
est  psychologiquement 
affaibli. 

Didier  VOLCKAERT

,  son  entraĂźneur, 

tente de le soutenir : 

« Je savais que tout allait bien 

se  passer.  Mais  Luc  Ă©tait  tellement  nerveux  que  la 
veille  de  la  course  il  ne  savait  mĂȘme  plus  tenir  ses 
couverts Ă  table. Â»

 

À  7h00  les  76  triathlĂštes  de  la  vague  Ă©lite, 
reprĂ©sentant  24  nations,  se  jettent  Ă   l’eau. 

background image

Rapidement  un  groupe  de  quatre  hommes  se  dĂ©tache,  emmenĂ©,  comme  Ă  
l’accoutumĂ©e, par 

Yves CORDIER

. Il y a l’allemand 

Andreas NIEDRIG

, l’espagnol 

Francisco MARCO

 et... 

Luc VAN LIERDE

. Quand il s’en aperçoit, le français ralentit 

et laisse mener les trois acolytes, pour n’accĂ©lĂ©rer que sur la fin pour sortir en tĂȘte. De 
fait, l’écart avec le second groupe (15 athlĂštes dont 9 français) devient minime : 1’30’’. 
 
À peine sur le vĂ©lo, l’allemand et l’espagnol sont lĂąchĂ©s. 

Yves CORDIER

 et 

Luc VAN 

LIERDE

  roulent  sur  les  quinze  premiers  kilomĂštres  de  plat.  Le  belge,  qui  sait 

l’habitude du français Ă  rouler trĂšs fort sur ces routes qu’il connaĂźt par cƓur, a une 
apprĂ©hension.  Le  temps  d’une  brĂšve  conversation,  le  belge  comprend : 

« Yves  s’est 

excusĂ© de ne pas pouvoir prendre le  relais,  consigne oblige. LĂ  j’ai saisi  qu’il ne roulait pas 
pour lui-mĂȘme, mais pour l’équipe de France. Â» 

 
Prendre  le  relais !  Sur un  triathlon  Longue  Distance  c’est  interdit...  mĂȘme  s’il  existe 
des moyens moins voyants de le faire.  Ă‰tant Championnat du Monde, les pĂ©nalitĂ©s 
utilisĂ©es  par  le  corps  arbitral  sont  diverses  et  variĂ©es :  cartons  multicolores  (jaune, 
rouge  et  surtout  noir

1

  avec  une  boucle  de  pĂ©nalitĂ©  de  500  mĂštres)  et 

Stop  &  Go

ProblĂšme : le nombre d’arbitres français est Ă©crasant. MĂȘme si l’on peut penser qu’il y 
a  un  risque  que  la  course  soit  faussĂ©e...  on  ne  peut  pas  remettre  en  question  la 
partialitĂ© des arbitres français ce jour-lĂ  ! 
 
AussitĂŽt sorti de l’eau, le groupe de chasse se met en file indienne avec des rotations 
d’accĂ©lĂ©ration  millimĂ©trĂ©es ?  Cela  va  trĂšs  trĂšs  vite !  AprĂšs  quelques  avertissements 
sans rĂ©elles consĂ©quences, les arbitres passent Ă  l’acte et un orage de sanctions s’abat 
sur ce groupe. Ce ne sont pas moins de huit 

Stop & Go

 et deux cartons noirs qui sont 

distribuĂ©s au clan tricolore. Au kilomĂštre 37, mĂȘme 

Yves CORDIER

 est dans le lot, 

contraint  de  laisser 

Luc  VAN  LIERDE

  partir  seul.  DerriĂšre,  le  groupe  de  chasse 

dĂ©cimĂ© est Ă  4’. 

Olivier MARCEAU

 le mĂšne... et 

Rob BAREL

 fait le dos rond. 

 

Luc VAN LIERDE

 ne semble pas rassurĂ© pour autant. En cause la suppression par la 

prĂ©fecture de la cĂŽte de Gilette, Ă  cause d’un Ă©boulement, et donc, un retour Ă  l’aire 
de  transition  sur  du  plat,...  vent  de  face,...  pendant  40  kilomĂštres.  De  quoi  en 
dĂ©courager  plus  d’un.  Ă€  cet  instant,  le  belge  fait  son  possible  pour  rouler  Ă  
l’économie. 

Yves  CORDIER

  est  Ă   2’.  Pour  lui  la  course  est  terminĂ©e. 

Olivier 

MARCEAU

 perd du terrain et se fait dĂ©passer par 

Cyril NEVEU

. Ils sont Ă  4’. 

 
DĂšs lors, un seul se lĂąche et sort la surmultipliĂ©e : 

Rob BAREL

, qui fĂȘtera ses 40 ans 5 

mois plus tard. Il reste un superbe rouleur. D’ailleurs, il n’y a qu’une minute d’écart 
entre le belge et le hollandais aprĂšs la seconde transition. 

                                                 

1

  Le  carton  noir  a  Ă©tĂ©  appliquĂ©  par  l’

ITU

  sur les  courses  Longue  Distance,  bien  avant  la  F.F.TRI.  qui 

l’officialisera en 

1999

 sur le triathlon de Nice... avec toutes les consĂ©quences que cela a eu. 

background image

8 juin 1997 - 



 ArrivĂ©e de Luc VAN LIERDE 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 123)

 

8 juin 1997 - 



 InĂšs ESTEDT - Virginia BÉRASATÉGUI 



 

(Documents fournis par TriathlĂšte n° 123)

 

DĂšs les premiers kilomĂštres de course Ă  pied les deux hommes sont au maximum de 
leurs possibilitĂ©s. L’écart monte Ă  1’52’’ en 10 kilomĂštres. Mais que reprĂ©sentent deux 
petites  minutes  sur  un  triathlon  longue  distance. 

Rob  BAREL

  sait  qu’un  passage  Ă  

vide  du  belge  lui  permettrait  de  fondre  sur  lui,  de  le  dĂ©passer  et  de  le  laisser  sur 
place. À ce stade c’est dans la tĂȘte que tout se passe. 
 

Malheureusement  pour 

Rob 

BAREL

Luc  VAN  LIERDE

 

tient  le  coup.  L’écart  Ă   mi-
parcours  est  Ă   2’07’’.  Sur  le 
retour, le hollandais perd deux 
autres  minutes.  Le  belge  ne 
craque  pas.  Au  contraire,  Ă  
l’approche 

de 

la 

ligne 

d’arrivĂ©e, il sait que la victoire 
est  au  bout  et  il  avale  les 
derniers  kilomĂštres  Ă   un 
rythme effrĂ©nĂ©. 
 

DerriĂšre, alors que 

Rob BAREL

 a tout donnĂ©, il se voit dĂ©passer par le suisse 

Jean-

Christophe  GUINCHARD

,  Ă   quatre  kilomĂštres  de  l’arrivĂ©e. 

« J’ai  eu  un  choc ! Â»

 

avouera-t-il  plus  tard.  Sans  cĂ©der  Ă   la  panique  et  en  grand  champion,  il  le  reprend 
deux kilomĂštres plus loin. Chapeau 

Monsieur BAREL

 ! 

 
À  7h02  la  vague  Ă©lite  fĂ©minine  se  jette  Ă   l’eau.  Deux  minutes  aprĂšs  le  dĂ©part  des 
hommes, ce n’est pas suffisant pour empĂȘcher un petit groupe de sept triathlĂštes de 
rattraper la queue de peloton de la vague masculine. Aux cĂŽtĂ©s des sƓurs 

Isabelle et 

BĂ©atrice MOUTHON

, on trouve 

Juliana NIEVERGELT

 et 

InĂšs ESTEDT

 

À  vĂ©lo,  comme  chez  les 
hommes, 

le 

groupe 

constituĂ©  explose,  aprĂšs 
la 

distribution 

bien 

lĂ©gitime 

de 

quelques 

cartons,  par  les  arbitres. 

InĂšs  ESTEDT

  est  la 

premiĂšre 

punie 

en 

recevant  un  carton  noir. 
Cinq  cents  mĂštres  de 
plus  Ă   courir,  c’est  2’  de 
pĂ©nalitĂ©. 

« Va falloir que je me remue... Â»

 pense-t-elle. 

 

background image

Elle s’y attĂšle immĂ©diatement, dans la premiĂšre cĂŽte vers GattiĂšres. L’accĂ©lĂ©ration est 
foudroyante  et  seule  l’espagnole 

Virginia BÉRASATÉGUI

  rĂ©agit...  mais  lĂąche  prise 

10  kilomĂštres  plus  loin.  DerriĂšre, 

Isabelle  MOUTHON

  tarde  Ă   rĂ©agir.  Cette  erreur 

tactique lui sera fatale. 
 
À  mi-chemin  l’allemande  possĂšde  3’36’’  d’avance  sur  l’espagnole  et  8’26’’  sur  la 
française. Et l’écart ne fait que grandir jusqu’au retour Ă  l’aire de transition. Une fois 
le  vĂ©lo  posĂ©, 

InĂšs  ESTEDT

,  puis 

Virginia  BÉRASATÉGUI

,  font  leur  boucle  de 

pĂ©nalitĂ©.  DerriĂšre, 

Isabelle  MOUTHON

  s’énerve  car  elle  ne  sent  aucune  baisse  de 

rĂ©gime  des  deux  concurrentes  qui  la  prĂ©cĂ©dent.  Au  10

Ăšme

  kilomĂštre,  6’45’’  sĂ©parent 

l’allemande de l’espagnole et 2’ l’espagnole de la française. 
 
À  mi-parcours, 

InĂšs  ESTEDT

  a  course  gagnĂ©e, 

Isabelle  MOUTHON

  ne  peut  pas 

accĂ©lĂ©rer et, enfin, 

Virginia BÉRASATÉGUI

 faiblit. Devant l’aĂ©roport, la française ne 

fait qu’une bouchĂ©e de la jeune espagnole de 21 ans qui devra dĂ©ployer des trĂ©sors 
de volontĂ© pour terminer. Elle mettra trente minutes pour rĂ©cupĂ©rer et monter sur le 
podium pour recevoir sa mĂ©daille de bronze. 
 

 

Podium Individuel Homme 

 

Podium Individuel Femme 

1  Luc VAN LIERDE 

5:35:44 

InĂšs ESTEDT 

6:14:23 

2  Rob BAREL 

5:39:48 

Isabelle MOUTHON 

6:21:23 

3  Jean-Christophe GUINCHARD 

5:41:00 

Virginia BÉRASATÉGUI 

6:25:52 

 

background image

27 septembre 1998 - 



 Olivier MARCEAU dĂ©pitĂ© 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 139)

 

27 septembre 1998 - 



 GaĂ«l MAINARD 

... aprĂšs sa chute. 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 139)

 

Triathlon International 

ARENA

 de Nice 

1998

 

 

es  triathlĂštes  ne  sont  pas  nombreux  Ă   avoir  fait  le  dĂ©placement  pour  cette 
17

Ăšme

 Ă©dition du Triathlon International 

ARENA

 de Nice. Chez les hommes, 

Chris MAC CORMARCK

 et 

Yann MILLON

, inscrits, ont prĂ©fĂ©rĂ© rester au 

repos. Aussi, en dehors de l’inusable 

Rob BAREL

 et des français, il y a peu 

de  tĂȘtes  d’affiche.  Chez  les  femmes,  c’est  pire. 

InĂšs  ESTEDT

  n’est  pas  venue 

dĂ©fendre  son  titre  et  la  course  semble  promise  Ă  

Sophie  DELEMER

,  seule  athlĂšte 

connue  de  la  Â« start  list Â».  Enfin,  le  soleil  ne  s’est  pas  invitĂ©,  et  il  fait  froid  pour  la 
saison en ce 

27 septembre 1998

 
À 7h00, le starter lĂąche les 1.500 impatients venus en dĂ©coudre. Ă€ la sortie natation, 
rien  de  surprenant : 

Alexandre  GUÉRIN

  est  aux  cĂŽtĂ©s  de 

JĂ©rĂŽme  SANSON

Yves 

CORDIER

  suit  Ă   32’’.  Puis  on  trouve  un  groupe  important  composĂ©  de 

Danny 

SIMONS

Sylvain  LE  BRIS

Cyrille  NEVEU

Olivier  MARCEAU

Rob  BAREL

Gilles REBOUL

GaĂ«l MAINARD

 et 

Olaf RENNICKE

 Ă  4’. 

 

Au  kilomĂštre  cinq 

Alexandre  GUÉRIN

  n’est  dĂ©jĂ  

plus  en  tĂȘte.  Par  contre 

Yves  CORDIER

  a  rejoint 

JĂ©rĂŽme SANSON

. Les deux hommes roulent vite, 

mais  pas  suffisamment  pour 

Olivier  MARCEAU 

qui  les  rejoint  en  trente  kilomĂštres...  avant 
d’essuyer une crevaison qui le voit abandonner, en 
l’absence de matĂ©riel de secours. 

« En faire les frais, 

c’est toujours le meilleur moyen d’apprendre ! Â»

 

DerriĂšre, 

le 

groupe 

de 

huit  (

Olivier 

MARCEAU

 est parti, mais 

Alexandre GUÉRIN

 

est rejoint) perd du terrain. Ă€ mi-parcours il est 
Ă   6’  du  duo 

SANSON

  / 

CORDIER

.  Un  gros 

orage  provoque  la  chute  (sans  consĂ©quence)  de 

GaĂ«l  MAINARD

  et  rend  la  route  trĂšs 

dangereuse  sur  dix  kilomĂštres.  C’est  Ă   cet 
instant que 

Rob BAREL

, avec 

Olaf RENNICKE

 

dans  sa  roue,  accĂ©lĂšre.  En  quarante  kilomĂštres 
les  deux  hommes  reprennent  3’  sur  le  duo  de 
tĂȘte. 

background image

27 septembre 1998 - 



 JĂ©rĂŽme SANSON 



 ArrivĂ©e de Rob BAREL 

(Documents fournis 

par TriathlĂšte n° 139)

 

Car devant ils sont toujours deux. Si la prĂ©sence d’

Yves CORDIER 

est sans surprise, 

tout le monde attend, animateur compris, que  

JĂ©rĂŽme SANSON

, toujours aux cĂŽtĂ©s 

du niçois, craque.  Toutefois, il lĂąche 

Yves CORDIER

 dans les derniers kilomĂštres, et 

attaque ainsi la course Ă  pied, seul. LĂ  stupeur ! Son dĂ©but de course est tonitruant : 
rapide et souple Ă  la fois, avec une maĂźtrise technique de super triathlĂšte. Aux avant 
postes, 

Yves  CORDIER 

court  comme  Ă   l’habitude,

 

et  perd  beaucoup  de  temps. 

DerriĂšre, 

Olaf  RENNICKE

  fausse  compagnie  Ă  

Rob  BAREL

.  En  cause,  un 

Stop  and 

Go

 infligĂ© au nĂ©erlandais pour avoir dĂ©tachĂ© la jugulaire de son casque trop tĂŽt : 

« Je 

ne  connaissais  pas  cette  rĂšgle.  En  faire  les  frais,  c’est  toujours  le  meilleur  moyen 
d’apprendre ! Â»

 

 

Fort de sa longue expĂ©rience 

Rob BAREL

 reste serein. 

Il  rejoint  rapidement 

Olaf  RENNICKE

  avec  qui  il 

court 

vingt-sept 

kilomĂštres, 

doublant 

Yves 

CORDIER

  et  comblant  son  retard  progressivement 

sur 

JĂ©rĂŽme SANSON

. Le hollandais court en 3’12’’ au 

kilomĂštre alors que le français met 3’30’’ sur la mĂȘme 
distance...  sans  craquer.  Ă€  cinq  kilomĂštres  de 
l’arrivĂ©e, 

Rob  BAREL

  lĂąche  l’allemand.  Le  français 

est Ă  400 mĂštres devant lui. Certes, le rythme n’est pas 
le  mĂȘme,  mais  le 
français 

ne 

craque  toujours 
pas.  Il  est  rejoint 
et 

dĂ©passĂ© 

devant 

le 

NĂ©gresco

... 

500 

mĂštres  avant  la 
ligne 

d’arrivĂ©e. 

« Au plan cardiaque, j’étais bien, mais les jambes ne 
suivaient  plus. Â»

  regrette 

JĂ©rĂŽme  SANSON

  avec 

un  grand  sourire.  Geste  de  gentleman, 

Rob 

BAREL

  rebrousse  chemin  en  ĂŽtant  sa  casquette 

pour  accueillir  et  saluer  la  performance  de  son 
camarade  de  club  (Beauvais  Triathlon). 

Olaf 

RENNICKE

 termine 3

Ăšme

 
Sur la course fĂ©minine, mĂȘme si 

Sophie DELEMER

 rencontre quelques dĂ©boires, la 

course  se  dĂ©roule  sans  rĂ©elle  surprise.  La  française  sort  4

Ăšme

  de  l’eau  et  pense  Ă  

s’économiser durant les premiers kilomĂštres cyclistes. Ainsi, elle roule avec  les deux 
athlĂštes  qui  l’accompagneront  sur  le  podium.  Au  35

Ăšme

  kilomĂštre,  elle  s’en  va. 

L’allemande et la danoise ne peuvent rien faire. 
 

background image

27 septembre 1998 - 



 Sophie DELEMER

 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 139)

 

À  mi-parcours  elle  crĂšve.  Ă€  l’inverse 
d’

Olivier MARCEAU

, elle a un boyau... mais 

a  peur  de  l’avoir  mal  recollĂ©.  MĂȘme  si  elle 
termine  prudemment,  elle  pose  le  vĂ©lo  avec 
une  dizaine  de  minutes  d’avance  sur  ses 
poursuivantes. 
 
 

 
 
Elle  n’a  plus  qu’à  gĂ©rer  durant  la  course  Ă  
pied.  L’allemande 

Ute  SCHAEFER

  prend  le 

dessus 

sur 

la 

danoise 

Gudrun 

STEPHENSEN

  dans  les  derniers  kilomĂštres 

de l’épreuve. 

 

 

Podium Individuel Homme 

 

Podium Individuel Femme 

1  Rob BAREL 

5:50:27 

Sophie DELEMER 

6:38:27 

2  JĂ©rĂŽme SANSON 

5:51:24 

Ute SCHAEFER 

6:53:05 

3  Olaf RENNICKE 

5:55:40 

Gudrun STEPHENSEN 

6:54:20 

 
Si  le  triathlon  Longue  Distance  rencontre  toujours  le  mĂȘme  succĂšs,  on  note  ce 

27 

septembre 1998

, l’apparition d’un triathlon Avenir, organisĂ© par 

Laurent MASSIAS

 

pour la F.F.TRI. et 

Madeleine SARADELL

 pour le ComitĂ© DĂ©partemental des Alpes-

Maritimes. 
 
S’il  n’est  pas  facile  d’insĂ©rer,  dans  la  longue  journĂ©e  du  Triathlon  de  Nice,  une 
Ă©preuve  qui  accueille  cinquante  enfants,  c’est  toutefois  un  Ă©norme  succĂšs,  qui  en 
appellera d’autres. 
 

background image

26 septembre 1999 - 



 GaĂ«l MAINARD 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 151)

 

Triathlon International 

ARENA

 de Nice 

1999

 

 

ĂȘme si elle se rĂ©pĂšte, l’épreuve niçoise n’a de cesse d’évoluer, et l’édition 
du 

26 septembre 1999

 le confirme. Cette course est un peu la rĂ©pĂ©tition 

gĂ©nĂ©rale des Championnats du Monde Longue Distance prĂ©vus en 

2000

Certes, ils seront organisĂ©s pour la 4

Ăšme

 fois sur cette Ă©preuve, mais il est 

toujours  bon,  comme 

Philippe  LESCURE

,  l’élu  fĂ©dĂ©ral  en  charge  de  l’organisation 

aime Ă  le rappeler, d’en affiner les mĂ©canismes. 
 

1999

  est  l’annĂ©e  des  changements,  et  le  parcours  cycliste  ne  dĂ©roge  pas  Ă   la  rĂšgle  

avec un dĂ©tour par le col de Vence. SituĂ© Ă  962 mĂštres d’altitude, avec 10 kilomĂštres 
d’ascension, 6.5% de dĂ©clivitĂ© moyenne et des passages Ă  9%, ce nouveau profil n’a 
rien  d’une  promenade  de  santĂ© !  Aussi,  c’est  toute  la  planĂšte  du  triathlon  qui  vient 
reconnaĂźtre le parcours. Et effectivement, le plateau est au complet. Seuls manquent Ă  
l’appel 

Rob  BAREL

,  le  dernier  vainqueur  de  l’épreuve,  et 

Peter  SANDVANG

,  le 

champion du monde 

1998

 de la spĂ©cialitĂ©. 

 
Cette Ă©dition prĂ©sente un nouvel intĂ©rĂȘt en terme de rĂ©glementation. En effet, afin de 
mieux lutter contre les Â« tricheurs Â», la F.F.TRI. a introduit la rĂšgle du carton noir

1

. La 

boucle  de  pĂ©nalitĂ©  dont  dĂ©coule  la  sanction  est  situĂ©e  au  demi-tour  du  parcours 
course Ă  pied (kilomĂštre 16) et mesure 500 mĂštres. 
 
À  7h00 

Claude  MEYER

  donne  le  dĂ©part  aux  1.500  engagĂ©s.  L’inconnu  Â« Col  de 

Vence Â»  semble  avoir  des  rĂ©percutions  sur  la  natation  et  la  prudence  est  dĂ©jĂ   de 
mise !  Ă€  la  sortie  de  l’eau  c’est  un  Ă©norme  groupe  de  favoris  qui  monte  sur  son 
destrier. On note, nĂ©anmoins, l’absence de l’allemand 

Lothar LEDER

, grippĂ©, Ă  3’ de 

la tĂȘte de course, et du suisse 

Christophe 

MAUCH

,  Ă   5’30’’,  dont  la  natation  reste 

le point faible. 

Dans  les  premiers  kilomĂštres  du 
parcours vĂ©lo 

Luc VAN LIERDE

 et 

GaĂ«l 

MAINARD

 

donnent 

du 

braquet. 

« Vence Â» ne leur fait manifestement pas 
peur.  Ce  n’est  pas  le  cas  de 

Rainer 

MÜLLER

  et,  curieusement,  d’

Yves 

CORDIER 

qui dĂ©crochent Ă  1’10’’. 

                                                 

1

 Depuis 

1997

, sur les triathlons Longue Distance, les arbitres disposent de l’avertissement (remise en 

conformitĂ©), du « Stop and Go Â» (arrĂȘt temporaire) et du carton rouge (disqualification). Le carton noir 
entraĂźne l’obligation de parcourir une boucle de course Ă  pied supplĂ©mentaire lors de la partie course 
Ă  pied. Un athlĂšte peut prendre jusqu’à 2 cartons noir dans la mĂȘme course. Le 3

Ăšme

 est disqualificatif. 

background image

26 septembre 1999 



 Christophe MAUCH - Rainer MÜLLER 



 La course Ă  pied Ă  Nice 

(Documents fournis par 220 Mag n° 51)

 

Arrive  le  col.  Sur  cette  face  c’est  un 

no  man’s  land

.  Le  belge  et  le  français  grimpent 

bien, mais moins bien que 

Rainer MÜLLER

  qui les rattrape aprĂšs avoir lĂąchĂ© 

Yves 

CORDIER

  qui  n’est  pas  dans  un  bon  jour

1

.  DerriĂšre, 

Xavier  LE  FLOCH

  fait  une 

grande  ascension.  Il  adore  les  parcours  sĂ©lectifs. 

GaĂ«l  MAINARD

  passe  en  tĂȘte  au 

sommet, juste devant 

Luc VAN LIERDE

 et 

Rainer MÜLLER

Xavier LE FLOCH

 est 

Ă  50’’. Il rejoint les hommes de tĂȘte dans les premiers lacets de la descente. 
 
Sur  l’autre  face,  le  col  de  Vence  est  animĂ©  de  vie.  L’abondante  vĂ©gĂ©tation  capture 
l’humiditĂ©,  ce  qui  rend  la  route  glissante.  C’est  d’autant  plus  dangereux  que  la 
descente  est  trĂšs  longue  et  trĂšs  technique. 

GaĂ«l  MAINARD

  donne  alors  des  signes 

de  fatigue  et  dĂ©croche.  Ce  n’est  pas  le  cas  du  revenant  de  nulle  part 

Christophe 

MAUCH

 qui en 75 kilomĂštres a comblĂ© les 5’30’’ de retard qu’il avait Ă  la sortie de 

l’eau.  D’ailleurs,  sous  son  impulsion,  l’avance  des  quatre  hommes  monte  Ă   6’  Ă  
l’entrĂ©e dans l’aire de transition. Ils ne seront jamais rejoints. 
 
Dans  les  premiers  kilomĂštres  de  course  Ă  
pied, le groupe des quatre se scinde en trois. 

Christophe  MAUCH

  et 

Rainer  MÜLLER

 

devant, 

Luc  VAN  LIERDE

  au  milieu  qui 

perd  rĂ©guliĂšrement  du  terrain  et 

Xavier  LE 

FLOCH

  enfin,  qui  souffre  sur  cette 

discipline.  Ă€  mi-parcours  tout  est  encore 
possible. Le duo a 2’15’’ d’avance sur le belge 
et 3’ sur le français. 

De  face  jusque-lĂ ,  le  vent  passe  de 
dos. 

Xavier  LE  FLOCH

  rĂ©ussit 

presque Ă  revenir sur le champion du 
monde belge, et n’affiche que 20‘’ de 
retard  Ă   cinq  kilomĂštres  de  l’arrivĂ©e. 
Mais  il  finit  par  s’essouffler  et 

termine 4

Ăšme

. Pour 

Luc VAN LIERDE

 c’est un jour Â« sans Â». L’écart avec les premiers 

ne fait qu’augmenter et la rĂ©signation s’installe, mĂȘme s’il doit se faire violence pour 
ne  pas  perdre  la  3

Ăšme

  place.  Le  vainqueur  est  dans  le  duo  de  tĂȘte.  L’erreur  vient  de 

Rainer  MÜLLER

  qui,  Ă   cours  de  ravitaillement,  cherche  dĂ©sespĂ©rĂ©ment  de  l’eau  Ă  

mettre dans sa gourde. Ne parlant pas français, les 

« Wasser Â»

 qu’il hurle, laissent de 

marbre les bĂ©nĂ©voles des ravitaillements.  

                                                 

1

  En  fait,  il  a  un  galet  dans  la  chaussure  qui  lui  provoque  une  talonnade  qui  prend  de  plus  en  plus 

d’ampleur. Il abandonne au 1

er

 kilomĂštre de course Ă  pied. 

background image

26 septembre 1999 - 



 ArrivĂ©e de Christophe MAUCH 

 (Document fourni par 220 Mag n° 51)

 

26 septembre 1999 - 



 Joanne KING 

Dans le col de Vence 

 (Document fourni par TriathlĂšte n° 151)

 

Christophe  MAUCH

  est  suisse  allemand...  et  lui 

comprend.  Il  ne  lui  suffit  que  d’accĂ©lĂ©rer  pour 
prendre  50  mĂštres. 

Rainer  MÜLLER

  ne  reviendra 

jamais et termine 2

Ăšme

 Ă  1’29’’ du suisse. 

 

 
 
À  noter  que 

Christophe  MAUCH

  rĂ©alise  la  course  Ă  

pied la plus rapide de l’histoire du triathlon de Nice : 
1h46’59’’  pour  32  kilomĂštres  (3’20’’5  au  kilomĂštre  - 
soit 17,980 km/h). 

 
Chez  les  femmes,  la  natation  est  complĂštement  diffĂ©rente  de  celle  des  hommes.  On 
ne s’économise pas, bien au contraire : la belge 

Kathleen SMET

 sort en 27

Ăšme

 position 

au  scratch  (53’30’’).  Elle  a  3’  d’avance  sur  toutes  les  autres  favorites  qui  sortent 
ensemble : 

Jenny ROSE

Mieke SUYS

 et 

Joanne KING

 
Il  y  a  deux  raisons  Ă   ce  bouillonnement  d’énergie.  Des  quatre,  seules 

Jenny  ROSE

qui  a  gagnĂ©  Nice  en 

1995

,  et 

Joanne  KING

  sont  des  spĂ©cialistes  du  LD.  Et  encore, 

l’australienne 

Joanne  KING

,  vice-championne  du  monde  LD  en  titre,  a  Ă©tĂ© 

championne  du  monde  CD  en 

1998

.  Pour  les  deux  belges,  c’est  une  premiĂšre.  Et 

qu’en est-il de Â« Vence Â», l’inconnue du jour qui semble avoir tant tracassĂ© la course 
masculine ?  Quelle  rĂ©percussion  sur  les  femmes ?  Aucune !  Seule, 

Jenny  ROSE

  est 

allĂ©e  repĂ©rer  le  parcours...  et  ne  se  pose  pas  franchement  de  questions.  Pour  les 
belges, Â« adviennent que pourra ! Â». Pour l’australienne, elle n’a pas eu le temps... car 
elle ne s’est inscrite que six jours avant l’épreuve. 
 
Aussi,  dĂšs  les  premiers  kilomĂštres  de  vĂ©lo, 

Kathleen  SMET

  et  ses  trois 

poursuivantes  creusent  des  Ă©carts  abyssaux.  D’autant  plus  que  les  deux  meilleures 
françaises, 

Sophie  DELEMER

  et 

Estelle  PATOU

,  ne  sont  pas  au  meilleur  de  leur 

forme. 
 

Kathleen  SMET

  est  exceptionnelle  en 

vĂ©lo.  Ă€  son  retour  dans  l’aire  de 
transition  elle  a  6’  d’avance  sur 

Jenny 

ROSE

  qui  a  faussĂ©  compagnie  au  duo 

Joanne  KING

  et 

Mieke  SUYS

  Ă   mi-col 

de  Vence.  Mais  grĂące  Ă   une  descente 
appliquĂ©e, ce duo n’a qu’une minute de 

background image

26 septembre 1999 

Les arrivĂ©es de 



 Joanne King 

Kathleen SMET 



 

 (Documents fournis par 

220 Mag n° 51)

 

retard sur la nĂ©o-zĂ©landaise. DĂ©tail important, 

Joanne KING

 a pris un carton noir sur 

le retour vers Nice. 
 

Kathleen  SMET

  est  en  difficultĂ©  sur  la  course  Ă   pied.  Elle  perd  rĂ©guliĂšrement  du 

terrain. 

Jenny  ROSE

  voit  passer 

Joanne  KING

,  dont  c’est  le  point  fort,  et 

Mieke 

SUYS

  qui  n’a  rien  a  lui  envier !  Au  deux  tiers  du  parcours 

Joanne  KING

,  qui  a 

dĂ©crochĂ© 

Mieke  SUYS

,  passe 

Kathleen  SMET

  qui  tente  de  suivre.  Cela  lui  offre  la 

2

Ăšme

 place car 

Mieke SUYS

 souffre, et finit en 3

Ăšme

 position. 

 
L’australienne 

Joanne  KING

  franchit  en  vainqueur  la  ligne  d’arrivĂ©e  avec  1’08’’ 

d’avance sur 

Kathleen SMET

 qui elle-mĂȘme prĂ©cĂšde de 1’09’’ 

Mieke SUYS

 
 
 
 
 
 

 
 
 
 

 

Philippe  LESCURE

  est  particuliĂšrement  attachĂ©  au  respect  du  protocole,  et  Ă   sa 

tenue  dans  le  quart  d’heure  suivant  l’arrivĂ©e...  et  c’est  ce  qui  se  passe !  Sourires  et 
fĂ©licitations avec remises de trophĂ©es sont photographiĂ©s par la presse et filmĂ©s par 
les tĂ©lĂ©visions avant de partir dans les rĂ©dactions. 
 
Ce 

26  septembre  1999

,  les  arbitres  ne  chĂŽment  pas,  dĂ©cernant  pas  moins  de  87 

cartons  noirs.  La  boucle  de  500  mĂštres  Ă©tant  Ă   mi-parcours  de  la  course  Ă   pied, 
l’organisation  a  mis  en  place  un  systĂšme  de  communication  particulier,  permettant 
aux  arbitres  prĂ©sents  Ă   l’entrĂ©e  de  la  boucle  de  pĂ©nalitĂ©  et  aux  officiels  de  la  ligne 
d’arrivĂ©e, d’avoir toutes les informations pour contrĂŽler les athlĂštes pĂ©nalisĂ©s. 
 
Si le numĂ©ro de dossard d’une Ă©crasante majoritĂ© des athlĂštes Â« punis Â» apparaĂźt dans 
la liste de ceux qui ont parcouru la boucle de pĂ©nalitĂ©, celui de 

Joanne KING

 n’y est 

pas

1

.  Elle  est  donc  disqualifiĂ©e.  Y  a-t-il  eu  Â« dĂ©faut  de  communication Â»  entre  les 

                                                 

1

 Le mĂȘme problĂšme se pose avec 

Lothar LEDER

 arrivĂ© 7

Ăšme

background image

arbitres  ou  entre  les  arbitres  et 

Philippe  LESCURE

 ???  quoiqu’il  en  soit,  ce  n’est 

qu’APRÈS le protocole que ce dernier est informĂ© de cette disqualification. DĂšs lors il 
est  difficile  de  reculer  et  de  modifier  l’ordre  d’arrivĂ©e.  DĂ©cision  est  prise  d’annuler 
ces disqualifications... et tant pis pour ceux qui sont rĂ©glos... pour 

Kathleen SMET

1

... 

pour les arbitres qui se demandent encore Ă  quoi a servi leur travail. 
 

 

Podium Individuel Homme 

 

Podium Individuel Femme 

1  Christophe MAUCH 

6:09:47 

Joanne KING 

6:56:13 

2  Rainer MÜLLER 

6:11:16 

Kathleen SMET 

6:57:21 

3  Luc VAN LIERDE 

6:15:19 

Mieke SUYS 

6:58:30 

 

Philippe  LESCURE

  avait-il  rĂ©ellement  le  choix  au  risque  de  dĂ©crĂ©dibiliser  le 

triathlon dans son ensemble devant les mĂ©dias, Ă  un an de la premiĂšre prĂ©sence de la 
discipline aux Jeux Olympiques ? 
 
Quoiqu’il en soit la levĂ©e de bouclier de l’ensemble du corps arbitral est instantanĂ©e, 
suivie  par  les  triathlĂštes  Â« purs  et  durs Â».  Les  lettres  affluent  de  toute  part  au  siĂšge 
fĂ©dĂ©ral.  Bon  nombre  sont  accompagnĂ©es  de  la  Carte  d’Arbitre  de  leur  auteur.  La 
rubrique  du  courrier  des  lecteurs  de 

TriathlĂšte  Magazine

  est  submergĂ©e.  Les 

internautes se dĂ©foulent. 
 
Sur  le  terrain,  la  Coupe  de  France  des  Clubs  de  Triathlon  de  Vaulx-en-Velin,  le 

octobre  1999

,  est  boycottĂ©e  par  le  corps  arbitral.  C’est,  heureusement,  la  derniĂšre 

Ă©preuve  de  la  saison. 

Pierre  BRIGGEN

,  un  des  premiers  arbitres  fĂ©dĂ©raux, 

dĂ©missionne  de  la  Direction  Nationale  de  l’Arbitrage.  Son  PrĂ©sident, 

Bernard 

BLANC

, adresse une lettre officielle de plusieurs pages, renfermant les griefs d’une 

dĂ©cennie d’arbitrage. 
 
AprĂšs  une  pĂ©riode  de  temporisation, 

Jacques  LAPARADE

  et 

Philippe  LESCURE

 

reprennent  la  main  et  vont  Ă   la  rencontre  des  arbitres.  Un  trimestre  et  plusieurs 
rĂ©unions seront nĂ©cessaires pour calmer les esprits. 
 
Cet  Ă©pisode  laisse  un  ressenti  durable  dans  l’esprit  des  arbitres.  Sa  consĂ©quence 
visible  est  la  dĂ©saffection  constatĂ©e  les  annĂ©es  suivantes,  des  Ă©quipes  arbitrales 
rĂ©gionales. Elle conduira les Ligues Ă  crĂ©er un systĂšme

 

obligeant les clubs Ă 

 

fournir 

un quota d’arbitres proportionnel au nombre de leurs licenciĂ©s. 

                                                 

1

 

Joanne KING

 a couru les 32 kilomĂštres en 2h01’43’’ soit une moyenne de 3’48’’ au kilomĂštre. Cinq 

cents  mĂštres  de  boucle  de  pĂ©nalitĂ©  lui  auraient  mathĂ©matiquement  pris  1’54’’.  Terminant  avec  1’08’’ 
d’avance sur 

Kathlen SMET

, la belge aurait conservĂ© 46’’ d’avance sur l’australienne si elle avait fait 

la  boucle.  Par  ailleurs, 

Mieke  SUYS

  terminant  Ă   2’17’’  de  l’australienne,  qu’elle  aurait  Ă©tĂ©  la  fin  de 

course ? 

background image

18 juin 2000 - 



 Le parc Ă  vĂ©lo (une petite partie) 

 (Document fourni par TriathlĂšte n° 159)

 

18 juin 2000 - 



 

DĂ©part natation

 



Stephan SHELDRAKE 

(Documents fournis par TriathlĂšte n° 159)

 

Triathlon International 

ARENA

 de Nice 

2000

 

 

18  juin  2000

.  Nice  organise  son 

quatriĂšme  Championnat  du  Monde 
Longue  Distance.  Le  choix  de  cette  date 
prend  en  compte  celle  des  Jeux 

Olympiques et ce changement entraĂźne la grogne 
des  autres  organisateurs,  plus  ou  moins  obligĂ©s 
de modifier leur calendrier. 
 
La F.F.TRI. organisatrice enregistre son record de 
participation  avec  prĂšs  de  2.200  inscrits.  L’effet 
« an  2000 Â»  n’est  pas  Ă©tranger  Ă   ce  record.  Nice 
fait  encore  rĂȘver  les  triathlĂštes  qui  veulent 
associer  le  millĂ©naire  Ă   cette  grande  course. 
Pourtant  les  spĂ©cialistes  jugent  le  plateau  peu 
consistant,  mĂȘme  si  c’est  un  championnat  du 
monde. 
 

C’est un spĂ©cialiste du Courte Distance qui sort 1

er

 

de  la  MĂ©diterranĂ©e : 

Laurent  JEANSELME

. Il  est 

en  compagnie  d’un  nĂ©o-zĂ©landais  inconnu  : 

Stephan SHELDRAKE

. Ils ont une petite minute 

d’avance  sur  une  cohorte  de  français  (

Alexandre 

GUÉRIN

Olivier  MARCEAU

Xavier  GALÉA

Gilles 

REBOUL

et 

un 

danois 

(

Allan 

MAUSSON

). Le compatriote de ce dernier,

 Peter 

SANDVANG

,  tenant  du  titre,  est  Ă   2’30’’  de  ce 

groupe en compagnie de 

Cyrille NEVEU

 
 
 

 

AprĂšs  un  dĂ©but  confus,  la  course 
cycliste  devient  plus  lisible  dans  les 
premiers  lacets  du  col  de  Vence. 

Cyrille 

NEVEU

 

ouvre 

le 

pas. 

DĂ©passant  le  groupe  franco-danois 
qui  a  d’ailleurs  explosĂ©,  il  a  rejoint 

Stephan  SHELDRAKE

  sĂ©parĂ©  alors  de 

Laurent 

JEANSELME

Stephan SHELDRAKE

 suit le français, jusqu’au moment oĂč il perd le

 

background image

18 juin 2000 - 



 Le col de Vence 

 (Document fourni par TriathlĂšte n° 159)

 

contrĂŽle  et  quitte  la 
route,  projetĂ©  par  dessus 
un 

parapet. 

Sans 

consĂ©quence    mĂ©dicale, 
l’incident  le  contraint 
toutefois  Ă  l’abandon.  
 

Cyrille  NEVEU

  roule 

fort,  trĂšs  fort.  Alors  que 
l’on 

croyait 

Peter 

SANDVANG

  mauvais 

grimpeur,  il  fait  jeu  Ă©gal 
avec  le  français.  L’écart 

monte  bien  Ă   1’40’’  mais 

c’est  du  fait  d’un 

Stop  and  Go

  infligĂ©  au  danois.  Alors  que  l’on  croyait

  Peter 

SANDVANG

 moins bon technicien en descente, 

Cyrille NEVEU

, mĂȘme en prenant 

tous les risques, ne rĂ©ussit pas Ă  se dĂ©tacher du danois. Par contre, les qualitĂ©s de bon 
rouleur  du  danois  sont  notoires,  et  il  les  met  en  exergue  sur  la  fin  de  parcours,   ne 
concĂ©dant au final que 14’’ au français, aprĂšs 120 kilomĂštres. 
 
CrĂ©ditĂ©s,  Ă   2’’  prĂšs,  des  meilleurs  temps  cyclistes,  les  deux  hommes  ont  pris  une 
avance  confortable.  AprĂšs  la  seconde  transition,  l’australien 

Jarrod  BRAUER

  est  Ă  

3’23’’, 

Olivier MARCEAU

 et 

Laurent JEANSELME

 Ă  3’53’’, 

Gilles REBOUL

 Ă  5’14’’, 

Xavier  GALÉA

  Ă   5’21’’, 

Allan  MAUSSON

  et 

Philippe  LIE

  Ă   7’15,  le  suisse 

Christophe  MAUCH

,  le  nĂ©o-zĂ©landais 

Peter  CLODE

,  le  danois 

Torbjorn 

SINDBALLE

 et 

François CHABAUD

 Ă  7’43’’. 

 
En  course  Ă   pied,  le  mano  Ă   mano  entre 

Cyril  NEVEU

  et 

Peter  SANDVANG

  se 

poursuit,  et  jamais  plus  de  70  mĂštres  ne  les  sĂ©parent,  sur  la  premiĂšre  partie  du 
parcours.  DerriĂšre  eux,  les  Ă©carts  se  creusent,  les  temps  s’allongent !  C’est  le  cas  de 

Jarrod  BRAUER, 

  dont  la  course  Ă   pied  n’est  pas  la  discipline  de  prĂ©dilection  (il 

termine  12

Ăšme

  Ă   13’36’’  du  vainqueur),  ou  de 

Laurent  JANSELME

  (14

Ăšme

  Ă   16’25’’). 

SpĂ©cialiste  des  formats  courts 

Olivier  MARCEAU

  fait  une  hypoglycĂ©mie  et 

abandonne au kilomĂštre 5. Les poursuivants sont plus Ă  l’aise, et la 3

Ăšme

 marche du 

podium  s’ouvre  pour  l’un  d’eux : 

Gilles  REBOUL

Philippe  LIE

François 

CHABAUD

Christophe MAUCH

 ou 

Peter CLODE. 

 

Alors  qu’une  forte  chaleur  rend  dĂ©jĂ   la  partie  pĂ©destre  difficile,  c’est  le  vent  qui 
s’invite, et fait face aux coureurs, aprĂšs le  demi-tour. Est-ce la diffĂ©rence de gabarit 
entre  le  danois  et  le  français,  ou  la  tempĂ©rature  excessive  peu  apprĂ©ciĂ©e  des 
scandinaves  qui  amĂšne  l’écart  Ă   se  creuser ?  Au  kilomĂštre  22, 

Cyril  NEVEU 

maintenant 200 mĂštres d’avance. 

Peter SANDVANG

 souffre... mais ne lĂąche pas, et 

progressivement remonte mĂštre par mĂštre. Trois kilomĂštres avant l’arrivĂ©e le danois 

background image

18 juin 2000 - 



 Ă€ 3 kilomĂštres de l’arrivĂ©e 

Peter SANDVANG double Cyrille NEVEU 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 159)

 



 ArrivĂ©e victorieuse de Peter SANDANG 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 173) 

 

 

passe le français, trĂšs Ă©prouvĂ© physiquement. 

Peter SANDVANG

 remporte ainsi son 

2

Ăšme

  titre  mondial  consĂ©cutif  devant  un 

Cyrille  NEVEU

  heureux  d’une  place  de 

dauphin. La 3

Ăšme

 place du podium revient Ă  

François CHABAUD

 Ă  qui les conditions 

extrĂȘmes de chaleur et de vent conviennent parfaitement. 

Gilles REBOUL

 est 4

Ăšme

 et 

Philippe LIE

 5

Ăšme

 
Chez  les  fĂ©minines,  les  trois  favorites  sont  des  spĂ©cialistes  du  longue  distance.  La 
danoise 

Suzanne NIELSEN

 est tenante du titre. La suissesse 

Natascha BADMANN

 

vient  de  remporter  Zofingen.  La  française 

Isabelle  MOUTHON

  a  Ă©tĂ©  Championne 

du  Monde  sur  Longue  Distance,  en 

1994

.  Par  ailleurs,  c’est  la  seule  des  trois  Ă  

privilĂ©gier  les  J.O.  de  Sydney  pour  lesquels  elle  est  qualifiĂ©e.  Pourquoi  faire  Nice 
trois mois avant une Ă©chĂ©ance aussi importante

1

 ? 

« Par nature ! Â»

 nous dit-elle. 

 
Contrairement  Ă   ce  qu’elle  montre  habituellement, 

Isabelle  MOUTHON

  est  en 

difficultĂ© dĂšs le dĂ©but de course. Sans bras, elle progresse difficilement dans l’eau

2

. Ă€ 

tel point, que 

Suzanne NIELSEN

, dont la natation n’est pas le point fort, sort 1’14’’ 

devant  la  française.  En  haut  du  col  de  Vence,  l’écart  se  creuse  encore,  et 

Isabelle 

MOUTHON

 est dĂ©passĂ©e par l’italienne 

Daniela LOCARNO

, une inconnue pour le 

public  niçois

3

,  et 

Natascha  BADMANN

  pourtant  respectivement  sorties  de  l’eau  Ă  

6’40’’ et 7’10’’ aprĂšs la française. 

                                                 

1

 Le 

16 septembre 2000

, elle termine 7

Ăšme

 Ă  Sydney. 

2

 Elle sort nĂ©anmoins 2

Ăšme

 fĂ©minine de l’eau, derriĂšre 

Suzanne NIELSEN

3

  En  fait 

DaniĂšla  LOCARNO

  tourne  sur  le  circuit  depuis  10  ans  et  fut  vice  championne  d’Italie  sur 

Longue Distance en 

1997

background image

18 juin 2000 - 



 Natacha BADMANN 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 173) 

 

C’est  dans  la  descente  que  la  française  revient  dans  la  course.  Si 

Natascha 

BADMANN

 dĂ©passe l’italienne et la danoise, 

Isabelle MOUTHON

 ne perd plus de 

terrain  sur  elle.  Ainsi,  l’écart  se  rĂ©duit  avec  les  deux  triathlĂštes  intercalĂ©es.  Ă€  la 
seconde transition 

Natascha BADMANN

 Ă  3’41’’ d’avance sur 

Daniela LOCARNO

3’47’’  sur 

Suzanne  NIELSEN

  et  4’09’’  sur 

Isabelle  MOUTHON

HĂ©lĂšne 

SALOMON

, 5

Ăšme

, esseulĂ©e et Ă  8’06’’ de la suissesse, ne reviendra plus. 

 

Si  la  natation  et  le  vĂ©lo  du  jour 
d’

Isabelle  MOUTHON 

peuvent 

ĂȘtre 

considĂ©rĂ©s 

comme 

« mauvais Â», sa course Ă  pied est 
un  modĂšle  du  genre.  DĂšs  la 
sortie  du  parc  Ă   vĂ©lo,  elle 
dĂ©passe  la  danoise  qui  dĂ©pose 
l’italienne.  Sur  tout  le  parcours, 
elle  rĂ©duit  constamment  l’écart 
d’avec  la  suissesse.  Ă€  cinq 
kilomĂštres  de  l’arrivĂ©e 

Isabelle 

MOUTHON

  passe 

Natascha 

BADMANN

 

et 

s’offre 

son 

second titre mondial sur Longue 
Distance. 

 
DerriĂšre, 

Suzanne NIELSEN

 qui est partie trĂšs vite en course Ă  pied pour accrocher 

la foulĂ©e d’

Isabelle MOUTHON

, commence Ă  lĂącher prise au 12

Ăšme

 kilomĂštre. Elle a 

pourtant  plus  de  4’  d’avance  sur  l’italienne.  Celle-ci  n’a  pas  renoncĂ©  et  remonte 
progressivement  profitant  de  l’effondrement  de  la  danoise. 

Daniela  LOCARNO

 

dĂ©passe 

Suzanne NIELSEN

 quatre kilomĂštres avant la ligne d’arrivĂ©e pour obtenir la 

mĂ©daille  de  bronze.  ComplĂštement  Ă©puisĂ©e, 

Suzanne  NIELSEN

  termine 

difficilement  Ă   la  4

Ăšme

  place,  talonnĂ©e  par 

HĂ©lĂšne  SALOMON

  qui  passe  la  ligne 

d’arrivĂ©e 1’05’’ aprĂšs la danoise. 
 

 

Podium Individuel Homme 

 

Podium Individuel Femme 

1  Peter SANDVANG 

6:22:01 

Isabelle MOUTHON 

7:04:48 

2  Cyrille NEVEU 

6:23:17 

Natascha BADMANN 

7:05:44 

3  François CHABAUD 

6:26:49 

Daniela LOCARNO 

7:11:43 

 
 
 
 
 
 
 

background image

C’est arrivĂ© un jour
 

Nice 2000

 

 
11H38 : 

Alain  MAURIOL

,  numĂ©ro  981,  chute  de  25  mĂštres  dans  un  ravin,  au 

kilomĂštre 94. Quatre triathlĂštes et un arbitre se portent aussitĂŽt Ă  son secours. Il 
gĂźt  inconscient  dans  un  torrent,  la  tĂȘte  dans  l’eau.  Le  PC  de  l’organisation  est 
aussitĂŽt  prĂ©venu  et  envoie  une  Ă©quipe  mĂ©dicale  qui  demande  une  Ă©vacuation 
aĂ©rienne. L’hĂ©licoptĂšre est sur site dans le quart d’heure suivant. Le transfert vers 
l’hĂŽpital  Saint-Roch  de  Nice  est  rapide,  et  l’hospitalisation  aux  urgences 
immĂ©diate. 
 
Être triathlĂšte, c’est avant tout avoir des valeurs : 
 

-  quatre  grands  Â« mercis Â»  Ă  

Nicolas  COULET

StĂ©phane  BACHALA

Samuel RAGUÈNES

 et 

JĂ©rĂŽme NICOLAS

. Ils sont triathlĂštes, c’est leur passion, 

ce sont de vrais compĂ©titeurs
 mais il y a des moments oĂč la compĂ©tition n’est 
plus une prioritĂ©, face au risque vital, encouru par un copain qu’ils ne connaissent 
pas. 
 

- un grand Â« merci Â» Ă  

Jean-Marc CAZENAVE

. Il est arbitre/triathlĂšte, c’est 

sa passion, il se fait engueuler tous les dimanches
 mais il y a des moments oĂč 
l’arbitre n’a pas d’autre prioritĂ© que d’essayer de sauver la vie d’un copain qu’il 
ne connaĂźt pas. 
 

-  un  grand  Â« merci Â»  Ă   l’organisation.  Ils  sont  mille  trois  cents,  c’est  leur 

passion,  ils  se  font  engueuler  une  fois  par  an
  mais  Ă   aucun  moment  les 
organisateurs n’abandonnent de copains qui participent Ă  leur fĂȘte mĂȘme s’ils ne 
les connaissent pas. 
 
P.S : cette fois, l’histoire s’est bien terminĂ©e. 

 
 

background image

23 septembre 2001 - 



 DĂ©part nocturne Ă  Nice 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 175)

 

2001 - 



 Affiche de la 20

Ăšme

 Ă©dition de Nice 

(Document fourni par la F.F.TRI.)

 

Triathlon International de Nice 

2001

 

 

23  septembre  2001

,  le 

Triathlon  de  Nice  fĂȘte  sa 
vingtiĂšme  Ă©dition.  Pour 
la  premiĂšre  fois,  il  est  le 

support  du  Championnat  de 
France  de  Triathlon  Longue 
Distance.  Alors  que  les  français 
sont  tous  prĂ©sents,  le  plateau 
Ă©tranger est assez pauvre. 
 
Il est sept heures du matin quand 
le  dĂ©part  est  donnĂ©  aux  1.665 

concurrents.  La  houle  est  forte  et 
le  ciel  couvert.  Difficile  dans  ces 

conditions de se repĂ©rer, d’oĂč un gros cafouillage au passage de la premiĂšre bouĂ©e. 
 
Pour cette annĂ©e, les spĂ©cialistes du format Â« court Â» 
cĂŽtoient ceux du Â« long Â». En fait, ils les prĂ©cĂ©dent
 
sur la premiĂšre moitiĂ© du parcours avant de rentrer 
dans  le  rang.  C’est  probablement  la  premiĂšre  fois 
que  tous  les  spectateurs,  spĂ©cialistes  ou  nĂ©ophytes, 
dĂ©couvrent  Ă   quel  point  les  deux  populations  sont 
diffĂ©rentes. 

On  retrouve  donc  sans  surprise,  Ă   la  sortie  de  l’eau

 

Laurent 

JEANSELME

StĂ©phane 

POULAT

StĂ©phane  BIGNET

Carl  BLASCO

  ou 

Patrick 

VERNAY

, 1’30’’ devant les spĂ©cialistes du Â« long Â». 

 
Ces  hommes  restent  en  tĂȘte  et  pĂ©dalent  fort  sur  les  premiers  kilomĂštres  de  vĂ©lo. 

Charly  LOISEL

  se  croyant  probablement  Ă   La  Baule  fait  Â« un  show Â».  Il  remonte  le 

groupe  et  mĂšne  allĂ©grement  jusqu’à  ce  qu’une  double  crevaison  le  freine  dans  son 
Ă©chappĂ©e. DerriĂšre,

 

quand 

Christophe HAMARD

Gilles REBOUL

Cyrille NEVEU

Xavier GALÉA

Craig WATSON

 et 

François CHABAUD

 passent le col de Vence, ils 

sont Ă  3’20’’ de la tĂȘte de course. 
 

background image

23 septembre 2001 - 



 Laurent JEANSELME 

Des conditions dantesques en vĂ©lo. 

(Document fourni par TriathlĂšte n°175)

 

23 septembre 2001 - 



 En course Ă  pied... 

...des conditions toujours dantesques 

(Document fourni par TriathlĂšte n°175)

 

La baisse de rĂ©gime prĂ©visible des 
premiers 

s’installe 

quelques 

dizaines  de  kilomĂštres  plus  loin. 
Dans  la  cĂŽte  d’Aspremont  seul 

Laurent  JEANSELME

  rĂ©siste.  Il 

possĂšde encore 2’30’’ d’avance sur 
le groupe des Â« spĂ©cialistes Â». 
 
La pluie redouble et les gravillons 
rendent  la  route  dangereuse. 
Dans  la  descente,  sur  le  retour 
vers  Nice,  avec  toute  la  prudence 
qu’exigent  ces  conditions  de 

course, 

Gilles  REBOUL

  lĂąche  le  groupe, rejoint 

Laurent  JEANSELME

  pour  rentrer 

dans l’aire de transition. 
 
En  course  Ă   pied  la  lente 
descente  aux  enfers  de 

Laurent 

JEANSELME

 

continue 

(il 

terminera  7

Ăšme

  Ă   13’27’’  du 

vainqueur).  Par  contre, 

Gilles 

REBOUL

  semble  courir  sur  un 

nuage.  Il  prend  rapidement 
1’30’’  sur  ses  poursuivants  qui 
paraissent  peu  enclins  Ă   rĂ©agir, 
gĂ©rant  simplement  leur  effort. 
Leur rĂ©signation est Ă  l’image du 
temps
 

pluvieux 

et 

bien 

installĂ© ! 
 
Seul 

François CHABAUD

 semble y croire. En dĂ©but de course, il se cale sur l’allure 

de 

Gilles REBOUL

, pour accĂ©lĂ©rer ensuite et le rejoindre au 14

Ăšme

 kilomĂštre. 

 
DerriĂšre, la rĂ©signation disparaĂźt avec les nuages et la pluie. Aussi, 

Xavier GALÉA

Christophe HAMARD

Craig WATSON

 et 

Cyrille NEVEU

 retrouvent un rythme de 

course. Pour les deux derniers cela ne dure pas ; ils terminent respectivement 6

Ăšme

 et 

15

Ăšme

. Pour les deux autres, par contre, tous les espoirs sont encore possibles. 

 
À  10  kilomĂštres  de  l’arrivĂ©e,  l’impatience  de 

François  CHABAUD

  le  pousse  Ă  

l’erreur qui lui enlĂšve ses derniers rĂȘves de podium. Il accĂ©lĂšre pour devancer 

Gilles 

REBOUL

  de  quelques  dizaines  de  mĂštres,  et  lui  servir  de  mĂ©tronome. 

Gilles 

REBOUL

  ne  rĂ©pond  pas,  prĂ©fĂ©rant  attendre  encore  avant  de  puiser  dans  ses 

derniĂšres rĂ©serves, et remercier l’imprudent de l’aider Ă  rythmer sa course. Quand il 

background image

23 septembre 2001 - 



 Gilles REBOUL 



 Christophe GALÉA 

(Documents fournis par TriathlĂšte n°175)

 

23 septembre 2001 - 



 Sophie DELEMER 

 (Document fourni par TriathlĂšte n°175)

 

dĂ©cide de le passer pour reprendre la tĂȘte de course,  

François CHABAUD

 est alors 

touchĂ©  et  perd  du  terrain  au  plus  mauvais  moment.  Juste  derriĂšre, 

Xavier  GALÉA

qui a pris l’avantage sur 

Christophe HAMARD

, revient. 

 

 

Au final,  c’est avec un plaisir particulier que 

Gilles REBOUL

 devient le 1

er

 français 

(enfin !)  vainqueur  de  Nice. 

Xavier  GALÉA

1

  termine  2

Ăšme

  et 

Christophe  HAMARD

 

3

Ăšme

. Il faudra toute l’énergie du dĂ©pit Ă  

François CHABAUD

 pour prĂ©server la 4

Ăšme

 

place (24’’) face au belge 

Rutger BEKE

 

CĂŽtĂ©  fĂ©minin,  peut-on  rĂ©ellement  parler 
de course ? 

Sophie DELEMER

 a menĂ© de 

bout en bout. 

Sortie  dans  le  groupe  de  tĂȘte  aprĂšs  la 
natation, et malgrĂ© une chute en vĂ©lo, elle 
conserve 10’ d’avance sur 

Kate ALLEN

 et 

                                                 

1

  Terminer  en  beautĂ© !  Tout  le  monde  connaĂźt  cette  expression. 

Xavier  GALÉA

,  lui,  la  met  en 

application. C’est en effet la derniĂšre course disputĂ©e par ce champion qui a consacrĂ© 13 ans de sa vie 
au  triathlon.  Quand 

Philippe  HERMOYE

,  envoyĂ©  spĂ©cial  de 

TriathlĂšte

  sur  l’épreuve,  lui  demande : 

« Que vous a apportĂ© le  triathlon ? Â»

, il rĂ©pond : 

« Ce sport est une Ă©cole de la vie en sociĂ©tĂ©. Â»

 On pourrait 

faire un long dĂ©veloppĂ© de plusieurs pages sur cette trĂšs juste rĂ©flexion. 

background image

23 septembre 2001 - 



 Isabelle MOUTHON 

Commentatrice d’un jour.  

(Document fourni par TriathlĂšte n°175)

 

Nina FISHER, 

Ă  la fin du parcours cycliste.

 

Elle amplifie son avance en course Ă  pied, 

sans  forcer  son  talent. 

Kate  ALLEN

  termine  2

Ăšme

  Ă   plus  d’un  quart  d’heure  de  la 

française. 
 
Seul  instant  d’émotion,  la  troisiĂšme  place  d’

HĂ©lĂšne  SALOMON 

qui  au  prix  d’une 

course Ă  pied exceptionnelle passe 

Nina FISHER

 dans les derniers kilomĂštres. 

 

 

Podium Individuel Homme 

 

Podium Individuel Femme 

1  Gilles REBOUL 

6:28:22 

Sophie DELEMER 

 

2  Xavier GALÉA 

6:29:50 

Kate ALLEN 

 

3  Christophe HAMARD 

6:30:38 

HĂ©lĂšne SALOMON 

 

 
RĂŽle surprenant ! 
 

Lors  de  cette  Ă©dition,  on  croise 

Isabelle  MOUTHON

  (trois  fois 

vainqueur  de  l’épreuve  en 

1993

1994

  et 

2000

),  fraĂźchement  retraitĂ©e 

du  monde  du  triathlon,  encore 
que...  Cette fois-ci, la grande dame 
de  la  discipline  a  troquĂ©  son  vĂ©lo 
contre  une  moto,  chaussĂ©  le  micro,  
et ce n’est pas de tout confort ! 
 

« Je  vous  assure  que  rester  assise  sur 
une moto pendant huit heures, en plus 

sous la pluie, avec un micro Ă  la main, 
est vraiment dur. Â»

  

 
On veut bien la croire ! 
 

background image

ette 21

Ăšme

 Ă©dition se veut une grande fĂȘte du triathlon, et le programme est Ă  

la  hauteur  des  ambitions  fĂ©dĂ©rales.  Support  du  Championnat  du  Monde 
pour  la  5

Ăšme

  fois,  l’épreuve  Longue  Distance  du  dimanche  est  prĂ©cĂ©dĂ©e,  la 

veille, par une Coupe du Monde. Avec prĂšs de 2.000 inscrits, sur le Â« long Â» 

et 150 (90 hommes et 60 femmes) sur le Â« court Â», le plateau est d’une grande qualitĂ©. 
À  situation  exceptionnelle,  mesure  draconienne
  qui  ne  rĂ©jouit  pas  tous  les  niçois. 
Pour  la  premiĂšre  fois,  la  Promenade  des  Anglais  est  fermĂ©e  Ă   la  circulation  le 
samedi aprĂšs-midi et le dimanche ! 
 
Coupe du Monde 

ITU

 

2002

 

 

e samedi 

21 septembre 2002

, en dĂ©but d’aprĂšs-midi, le dĂ©part est donnĂ© tout 

d’abord aux femmes. Une Coupe du Monde reste une Ă©preuve assez morne. 
Au  terme  des  1.500  mĂštres  de  natation,  on  voit  sortir,  en  premier  un  gros 
groupe  oĂč  toutes  les  favorites  sont  prĂ©sentes  sauf  une  ou  deux,  en 

deuxiĂšme, Ă  quelques dizaines de secondes, un autre gros groupe qui doit s’arracher 
pour revenir, en gĂ©nĂ©ral sous l’impulsion des une ou deux favorites qui ont ratĂ© cette 
partie  du  triptyque,  et,  en  troisiĂšme  un  dernier  gros  groupe,  Ă   une  ou  deux 
minutes,...  qui  vient  faire  du  tourisme  et  admirer,  Ă   Nice,  la  cĂŽte  MĂ©diterranĂ©enne. 

Sheila  TAORMINA

  est  Ă   la  tĂȘte  du  premier, 

Michelle  DILLON

  du  deuxiĂšme  et 

beaucoup de française dans le troisiĂšme. 
 
En vĂ©lo, sur un parcours aussi plat fait d’une multitude de boucles, on assiste dans 
un premier temps Ă  une jonction des deux premiers  gros groupes, sauf que dans le 
deuxiĂšme,  certaines  ne peuvent pas suivre. Du coup,  celles-lĂ  sont absorbĂ©es par le 
troisiĂšme  qui  devient  le  second...  et  viennent  admirer,  Ă   Nice,  la  cĂŽte 
MĂ©diterranĂ©enne. 
 
Dans ce trĂšs gros groupe rĂ©unifiĂ©, il y a souvent des chĂ»tes. L’anglaise 

Becky GIBBS

 

et l’espagnole 

Pilar HIDALGO

 en font les frais. Puis il y a une attaque. C’est 

Sheila 

TAORMINA

,  la  favorite  des  spĂ©cialistes  du  triathlon,  qui  la  provoque.  Elle  prend 

dans  sa  roue 

Julie  DIBENS

  et 

Laura  REBACK

.  Les  autres  laissent  faire.  Ainsi  la 

favorite amĂ©ricaine pose son vĂ©lo avec 2’10’’ d’avance. La course est terminĂ©e pour la 
victoire et les 10 kilomĂštres de course Ă  pied n’y changeront rien. 
 
DerriĂšre,  c’est  un  long  Â« sprint Â»  qui  dĂ©cerne  les  accessits  Ă   la  brĂ©silienne 

Carla 

MORENO

  et  Ă   l’anglaise 

Michelle  DILLON

.  Chez  les  françaises,  en  dehors  de 

Marion LORBLANCHET

, 10

Ăšme

 alors qu’elle n’est que junior, c’est la dĂ©ception. 

 
MĂȘme principe chez les hommes, une demi-heure plus tard. Ă€ la sortie natation, il y 
a  un  premier  gros  groupe  dominĂ©  par  l’ukrainien 

Vladimir  POLIKARPENKO

,  un 

deuxiĂšme gros groupe avec 

Olivier MARCEAU

Sylvain DODET

Filip OSPALY

 et 

background image

22 septembre 2002 - 



 La sortie natation 

Cyrille NEVEU

 est Ă  l’extrĂȘme gauche. 

 (Document fourni par TriathlĂšte n° 186)

 

le  n°1  mondial,  l’australien 

Phil  BENNETT

,  et  un  troisiĂšme  oĂč  figure  le  champion 

olympique 

Simon WHITFIELD

... venu admirer, Ă  Nice, la cĂŽte MĂ©diterranĂ©enne. 

 
En vĂ©lo, rĂ©unification des deux groupes Ă  mi-parcours sauf pour 

Phil BENNETT

 qui 

tient le rĂŽle de star dans une chute... et abandonne. 
 
Contre  toute  attente,  on  assiste  Ă   une  modification  du  scĂ©nario  standard.  Il  n’y  a 
aucune Ă©chappĂ©e. Les français, sur leur terre, ont bien essayĂ© mais sans succĂšs. C’est 
donc une quarantaine d’unitĂ©s qui pose son vĂ©lo en mĂȘme temps. 
 
À ce niveau, les dix kilomĂštres Ă  pied se courent en moins de 30’... et seuls quelques-
uns  peuvent  y  arriver. 

Maik  PETZOLD

Martin  KRNAVEK

Tim  DON

Paul 

AMEY

Shane  REED

Vladimir  POLIKARPENKO

Filip  OSPALY

  ou 

Miles 

STEWART

  sont  de  ceux-lĂ .  Dans  le  dernier  tour,  les  trois  derniers  accĂ©lĂšrent  et 

lĂąchent  les  cinq  autres.  Ă€  cinq  cents  mĂštres  de  l’arrivĂ©e  le  sprint  est  lancĂ©. 

Miles 

STEWART

  est  le  meilleur  Ă   ce  petit  jeu,  devant 

Filip  OSPALY

  et 

Vladimir 

POLIKARPENKO

.  Chez  les  français,  seul 

FrĂ©dĂ©ric  BELAUBRE

  a  su  sortir  des 

starting-blocks, pour terminer 7

Ăšme

 

 

Podium Individuel Homme 

 

Podium Individuel Femme 

1  Miles STEWART 

1:48:57 

Sheila TAORMINA 

2:02:04 

2  Filip OSPALY 

1:49:01 

Carla MORENO 

2:02:30 

3  Vladimir POLIKARPENKO 

1:49:13 

Michelle DILLON 

2:02:49 

 
VoilĂ  !  On  ne  s’est  pas  franchement  ennuyĂ©,  mais  on  aurait  pu  s’amuser  bien 
d’avantage.  On  range  tout,  pour  rendre  la  Promenade  des  Anglais  Ă   la  circulation 
niçoise (Ouf !) et se fixer rendez-vous le lendemain matin, en rĂȘvant que les tricolores 
seront meilleurs. 
 
Triathlon International de Nice 

2002

 

 

h00 

du 

matin. 

La 

lumiĂšre  du  jour  est 
encore timide. Le starter 
donne  le  dĂ©part  aux 

2.000  concurrents  agglutinĂ©s  sur 
la  plage  de  galets.  D’entrĂ©e  le 
belge 

Luc  VAN  LIERDE

  prend 

les  commandes  et  entraĂźne  avec 
lui  une  quinzaine  d’hommes. 
51’27’’  plus  tard,  quand 

Bjorn 

ANDERSSON

  sort  de  l’eau,  ils 

ne  sont  plus  qu’une  petite 

background image

22 septembre 2002 - 



 Cyrille NEVEU 



 

Torbjorn SINDBALLE

 

 (Document fourni par TriathlĂšte n° 186)

 

dizaine.  Le  groupe  a  perdu,  notamment, 

Peter  SANDVANG

,  le  tenant  du  titre,  et 

François CHABAUD

 qui ont, respectivement, 1’ et 3’40’’ de retard. 

 

À  peine  sur  le  vĂ©lo, 

Cyrille  NEVEU

,  sorti 

dans  le  groupe  de  tĂȘte,  s’échappe  avec 

Bjorn 

ANDERSSON

,  faussant  ainsi  compagnie  Ă  

Gilles  REBOUL

Patrick  VERNAY

Ralph 

EGGERT

Jarrod 

BRAUER

 

et 

GaĂ«l 

MAINARD

. L’écart s’amplifie. 

 
AprĂšs  le  col  de  Vence, 

Bjorn  ANDERSSON

 

est  dĂ©crochĂ©.  Il  perd  alors  constamment  du 
terrain  sur  ses  poursuivants  tandis  que 

Cyrille  NEVEU

  ne  cesse  d’en  gagner. 

Ralph 

EGGERT

 est alors Ă  3’15’’, 

Jarrod BRAUER

 Ă  

4’15’ et 

Gilles REBOUL

Peter SANDVANG

Torbjorn 

SINDBALLE

François 

CHABAUD

Christophe  MAUCH

  et 

Rutger 

BEKE

 Ă  5’. 

 
Sur  la  seconde  partie  de  ce  parcours  cycliste, 
le  groupe  rĂ©cupĂšre  l’allemand  et  l’australien 

intercalĂ©s  mais  continue  Ă   perdre  du  terrain 
sur 

Cyril  NEVEU

  qui  pose  son  vĂ©lo  avec  7’ 

d’avance. 

 
À  la  sortie  de  l’aire  de  transition,  le 
camp  français  s’interroge ;  va-t-il  tenir ? 
Certes  l’avance  est  confortable  mais  la 
dĂ©bauche d’énergie consentie en vĂ©lo est 
Ă©norme.  Et 

Cyrille  NEVEU

  aura-t-il 

rĂ©cupĂ©rĂ©  de  son  passage  Ă   Embrun  un 
mois plus tĂŽt ? Ă‡a commence mal. 

Ralph 

EGGERT

  durant  les  dix  premiers 

kilomĂštres  lui  reprend  2’20’’.  Il  est 
talonnĂ©  par 

Torbjorn  SINDBALLE

  qui 

suit  Ă   distance.  Dans  le  deuxiĂšme  tiers 
du parcours, l’allemand s’essouffle, mais 
pas  le  danois.  Toutefois  l’écart  reste 
encore  important  et 

Cyrille  NEVEU

  a 

toujours le mĂȘme rythme. Le scĂ©nario de 
Nice  2000  va-t-il  se  reproduire ? 

« J’y 

pense 

Ă  

chaque 

entraĂźnement. 

Et 

background image

22 septembre 2002 - 



 Cyrille NEVEU 

Champion du Monde de Triathlon Longue Distance 



 Rutger BEKE 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 186)

 

aujourd’hui, le public savait que j’avais une revanche Ă  prendre. Il a Ă©tĂ© merveilleux. Pendant 
la  course,  les  gens  me  rĂ©pĂ©taient  sans  cesse :  cette  annĂ©e,  le  titre  est  pour  toi.  Cela  m’a 
beaucoup aidĂ©. Â»

 

 

À cinq kilomĂštres de l’arrivĂ©e, il a encore plus 
de  3’  d’avance  et  le  danois  a  quasiment  le 
mĂȘme  rythme  que  lui. 

Patrick  DRÉANO

,  son 

coach, est encore inquiet, mĂȘme s’il pense que 
maintenant 

« C’est  bon ! Â»

.  Le  danois  ne 

reviendra  pas  et 

Cyrille  NEVEU

  savoure  le 

dernier 

kilomĂštre. 

Benjamin 

SANSON

speaker  d’un  jour,  hurle Ă   s’en  casser  la  voix 

« Champion  du  monde !  Champion  du  monde ! 

Cyrille  NEVEU  est  champion  du  monde ! Â»

 

Torbjorn SINDBALLE

 termine deuxiĂšme avec 

2’20’’ de retard sur le français et seulement 47’’ 
d’avance 

sur 

le 

belge 

Rutger 

BEKE

L’allemand 

Ralph EGGERT

 aura tout fait pour 

conserver  sa  4

Ăšme

  place  sans  y  parvenir.  Il  est 

dĂ©passĂ© deux 

kilomĂštres 

avant 

l’arrivĂ©e  par 

Gilles  REBOUL

  qui  avoue,  en 

interview d’aprĂšs course, avoir eu une prĂ©paration 
perturbĂ©e, aux cĂŽtĂ©s de sa compagne 

Emmanuelle 

HAMARD

,  avec  la  naissance  de  leur  fils  Artur, 

quelques semaines avant la compĂ©tition. 
 
CĂŽtĂ©  fĂ©minin,  on  oublie  rapidement  les  sorties  de 
l’eau  en  tĂȘte  de  l’anglaise 

Beth  THOMSON

  et  de 

l’africaine du sud 

Dominique DONNER

1

, pour se 

concentrer  sur  les  suivantes :  l’allemande 

InĂšs 

ESTEDT

 et la belge 

Kathleen SMET

. En effet, elles 

ne  sont  pas  trĂšs  loin,  Ă   l’inverse  de  la  française 

Sophie DELEMER

 qui, elle, est relĂ©guĂ©e Ă  6’30’’ ou 

de  l’espagnole 

Virginia  BÉRASATÉGUI

  plus  loin 

encore. 
 
Tout le monde connaĂźt les talents de 

Sophie DELEMER

 en vĂ©lo. Et il en est de mĂȘme 

pour 

Virginia  BÉRASATÉGUI

.  AprĂšs  la  premiĂšre  transition, 

InĂšs  ESTEDT

  lĂąche 

rapidement 

Kathleen  SMET

  et  se  lance  dans  un  long  moment  de  solitude.  DerriĂšre 

                                                 

1

 Elles terminent respectivement 6

Ăšme

 et 16

Ăšme

background image

22 septembre 2002 - 



 InĂšs ESTEDT 

Championne du Monde de Triathlon Longue Distance 

ïƒȘ

 Kathleen SMET 

(Document fourni par TriathlĂšte n° 186)

 

Sophie  DELEMER

  et 

Virginia  BÉRASATÉGUI

  s’offrent  un  long  moment  de 

dĂ©bauche d’énergie. Au terme des 120 kilomĂštres, 

InĂšs ESTEDT

 n’a qu’1’10’’ d’avance 

sur la française et le double sur la belge et l’espagnole, revenues dans sa roue. 
 

AprĂšs  la  seconde  transition, 

InĂšs  ESTEDT

  ne  le 

sait 

pas, 

mais 

Sophie 

DELEMER

 

voit 

rĂ©apparaĂźtre une ancienne douleur de dos, qui va 
sĂ©rieusement  l’handicaper  sur  cette  partie 
pĂ©destre.  L’écart  grandit  entre  l’allemande  et  ses 
poursuivantes.  Comme  la  course  Ă   pied  est  son 
point fort, le titre lui est dĂ©jĂ  promis ! 
 
 

 
 
 
 

DerriĂšre  le  duel  hispano-belge  fait  des  ravages 
pendant  le  premier  tiers  du  parcours. 

Sophie 

DELEMER

,  physiquement  diminuĂ©e,  en  fait  les 

frais  (elle  termine  5

Ăšme

  Ă   13’’  de  l’amĂ©ricaine 

Susan WILLIAMS

 qui la dĂ©passe dans le dernier 

kilomĂštre).  Ă‡a  continue  dans  le  deuxiĂšme  tiers. 
C’est un chassĂ©-croisĂ© permanent oĂč aucune des 
deux  ne  veut  cĂ©der  quoique  ce  soit  Ă   l’autre.  Si 

Virginia  BÉRASATÉGUI

  est  une  spĂ©cialiste  du 

long,  tout  le  monde  se  demande  si 

Kathleen 

SMET

, championne d’Europe en titre sur courte 

distance, tiendra le coup. Oui ! Car tout s’éclaircit 
dans le dernier tiers : l’espagnole s’essouffle et, Ă  
contre  cƓur,  laisse  partir 

Kathleen  SMET

  pour 

une  deuxiĂšme  place,  loin  de  l’intouchable 
allemande. 

Virginia  BÉRASATÉGUI

  prend  la 

3

Ăšme

 marche du podium. 

 

 

Podium Individuel Homme 

 

Podium Individuel Femme 

1  Cyril NEVEU 

6:19:45 

InĂšs ESTEDT 

7:06:43 

2  Torbjorn SINDBALLE 

6:22:05 

Kathleen SMET 

7:11:55 

3  Rutger BEKE 

6:22:52 

Virginia BÉRASATÉGUI 

7:14:18